Partagez | 
 

 Vianney Reynolds ♦ Stunning how fast life goes, how fast we drown

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar


Invité
Invité

MessageSujet: Vianney Reynolds ♦ Stunning how fast life goes, how fast we drown   Dim 15 Jan - 15:35


Vianney Reynolds
Stunning how fast life goes, how fast we drown

introduction
Vianney, c'est ce gosse qui avait tout pour réussir. Pilote dans la RAF, c'était son rêve, c'est finalement devenu un lointain souvenir au goût amer. Il a mal tourné, peut-être que c'était un poids trop dur à porter pour lui. Les pain killers et autres pills du genre, cela n'y a pas changé grand chose. Il est revenu de loin, de trop loin pour vivre comme avant. Mais qui peut comprendre ? Pas sa famille, pas ses amis. Peut-être que personne ne le peut, que se piquer l'arrache à ce monde et à trop de questions. Il est incapable de raccrocher, poussé par le seul besoin d'être un peu ailleurs, un jour de plus. Jusqu'à son dernier souffle.

▬ âge : 34 ans (2017)
▬ nationalité : Anglais de pure souche, et ce depuis des générations.
▬ métier : Ancien pilote de la Royal Air Force, il est « vétéran » et surtout, boxeur de rue à ses heures perdues.
▬ quartier : Il résidait anciennement à Hammersmith, maintenant c'est relativement libre, et ça ne dépend pas franchement de lui. C'est surtout dans les endroits qui « craignent » un peu qu'il risque de se trouver.
▬ orientation sexuelle : S'il faut vraiment mettre des mots là dessus, ce n'est pas franchement le genre de Vianney. S'il a épousé une femme, il n'est pas pour autant aveugle à d'autres opportunités. On pourrait dire hétéro, et plus si affinités ?
▬ statut : Divorcé, et dans l'affaire, ce n'est pas lui qui avait le meilleur avocat.
▬ groupe : Single ticket
▬ avatar : Sebastian Stan ♥


en 2006en 2010aujourd'hui

Keep your heart





2010. C'était peut-être l'année des changements, l'année d'un tournant au demeurant drastique. Ce jour-là, Vianney Reynolds avait vingt-sept ans. Et il avait toujours, dans sa mémoire, le souvenir lointain des quelques rêves vivaces qu'il avait voulu tenter, il y a de cela quelques années. Il pensé avoir les épaules assez larges pour porter un tel fardeau, celui d'un peuple, d'une terre. Mais il était un homme comme un autre, loin d'être invincible, loin d'être inatteignable. Il avait fait son devoir, comme un bon soldat, et il en avait durement payé le prix. A vrai dire, il ne s'était pas franchement attendu à ce que la vie ne prenne un tel tournant pour lui. Il avait toujours pensé qu'il était le genre d'homme a qui rien ne saurait arriver de mal. Vous savez, l'on dit souvent que les malheurs qu'on voit à la télévision n'arrivent qu'aux autres, et pourtant, force était qu'il avait constaté par lui-même le contraire. Vianney était un bon soldat, il avait largement mérité sa place là où il était, et c'était sans doute l'une des raisons qui avaient poussé à ce qu'il soit envoyé directement sur le terrain, en Afghanistan.

Là bas, il avait eu quelques bon jours comme des mauvais, mais de façon générale, il était l'homme qui avait le dessein d'accomplir son devoir. Cependant, contrairement à tout ce qu'il aurait pu attendre de cette mission, il était tombé de haut. De son petit confort d'occidental, il était passé à la vie difficile, hostile, des terrains de guerre. Il était passé d'une maison confortable à une simple tente, depuis laquelle on entendait les tirs, les cris. Il était passé des plats abondants et goûteux aux simples rations et aux gâteaux salés. Mais au delà de tout cela, il avait compris que ce n'était plus un jeu, que c'était bien réel. Qu'à chaque fois qu'il prenait place dans son cockpit, il allait être l'instigateur de trop de malheurs, de trop de drames. Et il ne lui en avait pas fallu pour si longtemps, avant que finalement on ne lui coupe les ailes en plein vol.

Ce jour-là, ses camarades avaient accouru jusqu'à lui, alors qu'il atterrissait en urgence. Son avion avait été touché et lui également, il avait fait ce qu'il avait pu, mais les choses n'allaient pas changer pour un seul homme. On l'avait sorti de là avant que le cockpit ne prenne feu, et s'il ne s'était réveillé que quelques jours après son opération, il n'en demeurait pas moins choqué, troublé. Durant ce vol qui fut son dernier en tant que pilote, il aurait pu faire partie de ceux qu'on renvoie dans leur pays dans un cercueil en bois recouvert d'un large drapeau. Mais il s'en était sorti de justesse, et avec une belle convalescence qui l'attendait. Sa jambe gauche avait été touchée, et l'opération quelque peu précaire lui avait permis de conserver son usage dans de moindres limites. Il pouvait encore marcher, heureusement, mais avec quelques difficultés pour le moment.

Cependant, s'il avait été renvoyé chez lui, le traumatisme n'en restait pas moins présent. Vianney était devenu un homme dont les mains tremblaient perpétuellement, dont les boites de médicaments trainaient aux quatre coins de sa jolie maison de Hammersmith. Les médicaments, il en prenait pour tout ; pour l'angoisse, pour les douleurs – fantômes pour la plupart – et pour éviter de sombrer dans une grave dépression qui l'avait pourtant guetté de près. Pour l'empêcher de se foutre en l'air, comme il avait déjà essayé de le faire. Son épouse avait supporté ses sautes d'humeur, ses délires psychotiques quand il commençait à s'enliser dans ses mauvais souvenirs. Elle avait supporté ses rendez-vous médicaux, ses séances chez le psychologue qui étaient essentiellement constituées d'un silence lancinant. Elle avait supporté ses crises, tout. Jusqu'au jour où il avait été trop loin, une fois encore, et qu'il avait brisé la vaisselle de la cuisine dans un excès de colère. Le lendemain, elle l'avait dégagé de chez elle en lui jetant son sac de fringues à la figure, et ses pilules qui le maintenaient, à peu de choses près, sain d'esprit. Mais il avait trop vu, il avait trop fait, et Vianney ne savait pas franchement comment se sortir de tout cela.

Il s'était trouvé un minuscule appartement dans le même quartier, mais le loyer était toujours trop exorbitant pour sa maigre pension de vétéran. Il n'avait pas un énorme pécule, et ses parents avaient pris bien trop de distances avec lui suite à ses choix de carrière qui ne leur avaient pas du tout convenu. Il était seul, dans son appartement qu'il avait du mal à chauffer et qui était à peine meublé. Il était seul, devant ses boites de médicaments, dans ses crises de douleurs fantômes à chaque fois où il s'appuyait sur sa canne pour marcher.

Vianney, c'était cet homme que la chance avait planté là, et qui lui avait coupé les ailes en plein vol pour le faire tomber de haut.

Close to the ground





2017. C'était peut-être l'année qui suivait n'importe quelle autre, l'année qui marquait seulement le temps qu'il lui restait à vivre. Ce jour-là, Vianney Reynolds avait trente-quatre ans. Mais le reste de sa vie n'était plus que de la poussière, un chose informe dont il n'avait pas souvenir. Cette année-là, les journées semblaient se ressembler toutes un peu plus, et chaque semaine qui passait, c'était la même routine, le même ennui, et les mêmes préoccupations. Se nourrir, s'abriter, et d'autres penchants un peu moins glorieux. Il était à la rue depuis quelques années, et dans ses vagues souvenirs, il semblait se rappeler qu'il n'avait pas eu de quoi payer son loyer pendant plusieurs mois avant que les huissiers ne débarquent. Il avait quitté cet appartement avec seulement son sac de couchage rouge et quelques vêtements, ses seules possessions depuis lors. Mais Vianney n'avait plus la tête à cela, à se souvenir du fait qu'il avait un jour eut un toit. Il était miteux, les cheveux longs et abimés, la barbe en bataille. Il avait les yeux cernés de rouge, fatigués, montrant sans peur les dégâts des drogues qu'il se payait. C'était sans doute pour ça, qu'il n'avait rapidement plus payé son loyer.

Dans la rue, à même le sol et sous son vieux sac de couchage usé, il était morose, il n'avait pas fière allure. Lui qui était un beau garçon, il n'avait là pas coupé ses cheveux depuis des mois. Lui qui était ce gentleman aux manières si douces et aimables, il n'était plus qu'une ombre. Vianney n'avait plus rien de cet homme qu'il avait été il y a de cela une dizaine d'années. Non, au lieu de cela, il était là à vivre dehors, à se droguer pour éloigner de lui les questions de son existence. Peut-être que c'était aussi sa façon à lui de survivre après ce qu'il avait vécu, que c'était sa façon de ne pas devenir dingue. Mais il était complètement rongé par ce qu'il avait dans le sang, il avait vraiment une sale mine. Ses yeux étaient rougis, ses joues creusées et sales. Plusieurs fois, l'on était venu le chercher pour lui proposer un lit de camp dans un de ces centres pour homeless people, mais il n'avait pas voulu suivre, et de toute façon, ils auraient bien fini par le dégager en voyant ce gars misérable et peu respectable qu'il était. Il ne voulait pas non plus aller au drug rehab qui lui avait été proposé moult fois. Pourquoi ? Sans doute parce qu'il n'avait plus l'espoir de s'en sortir, et qu'au fond, cette situation de misère lui mettait toujours un tas de préoccupations dans la tête qui l'empêchaient d'aller trop dans les souvenirs. Jusqu'à même les oublier. Vianney avait besoin de sa drogue, il était guidé par cette envie insatiable d'en avoir toujours plus, d'en vouloir. Mais il n'avait rien de plus qu'une maigre pension de vétéran qui lui était à peine suffisante pour payer ce qu'il consommait déjà.

Alors, il s'était rendu dans ces quartiers à la réputation douteuse, là où les bars miteux lui ouvraient leurs portes et où il pouvait tranquillement fumer au comptoir sans craindre de se faire choper. Il n'était pas rare qu'il finisse mort sur le comptoir, à baigner dans l'alcool qu'il avait renversé, mais c'était une habitude pour tout le monde, et il ne sortait pas franchement du lot, aux heures sombres de la nuit. Parfois, il avait de quoi se mettre sous la dent, avec un argent amassé un peu moins légalement. N'ayant rien de mieux à faire, Vianney s'était vendu comme un bon combattant à un homme un peu louche, il faisait partie d'un espèce de groupe qui lui permettait de faire des combats de boxe dans les rues. Alors, les soirs où il avait de quoi faire, il allait se prendre des coups et frapper son adversaire comme un dingue, motivé par le seul besoin de pouvoir se payer sa drogue. Il avait toujours le visage abîmé au lendemain, un œil gonflé, des bleus, du sang séché dans les cheveux ou au coin des lèvres. Pourtant, c'était comme si cela ne le dérangeait pas, et tous les soirs, il finissait complètement mort après s'être piqué ou battu. Et tous les soirs, c'était le même scandale, les mêmes paris, les mêmes coups. Il était là, et il vivait chaque heure comme si c'était sa dernière.

Vianney, c'était cet homme que la chance avait complètement lâché, et qui l'avait fichu dans un coin de rue comme si le monde allait l'oublier.

Soldier on





2006. C'était peut-être l'année de la chance, l'année de l'avenir. Ce jour-là, Vianney Reynolds avait vingt-trois ans. Il était major de sa promotion, il était remarquable, il avait tout fait, depuis son enfance, pour en arriver là. Lorsqu'il était petit, dans sa grande maison de la campagne anglaise, Vianney avait tout ce dont il aurait pu rêver pour avoir une vie parfaite. Cette vie-là, il la menait, et il jouait à ce grand jeu d'une main de maître, comme si chaque chose dans l'univers avait fait en sorte qu'il ait un grand destin. Vianney, cela avait été ce gamin bien sage, bien coiffé et qui ne se dissipait pas trop en classe, qui jouait du piano à la perfection. Un enfant énergique, toujours volontaire et prêt à aider les autres ; il avait dès lors su, alors qu'il avait à peine cinq ans, qu'il voulait être un soldat. « Oui maman, parce que les soldats c'est pour aider les gens » avait-il dit, tout sourire. La naïveté et l'innocence de ses propos avaient fait sourire ses parents, qui de leur point de vue, le destinaient plutôt à être médecin ou bien avocat. Après tout, ils avaient largement de quoi lui payer les grandes écoles auxquelles il aurait pu prétendre sans grand mal. A vrai dire, s'il était un élève modèle, c'était peu dire. Vianney était le meilleur de sa classe, toujours, et il savait s’intéresser à beaucoup de choses. C'était l'enfant versatile qui aime lire mais qui joue à la bagarre dans la boue avec ses frères. Et pourtant, il ne manqua pas de suivre son propre chemin.

Malgré ce que le monde entier semblait s'acharner à lui dire, Vianney avait suivi sa propre voie. Que c'en soit par pur esprit de provocation, par volonté de se défaire de ce cocon parental ou simplement par conviction, il s'était engagé dans l'armée, et il était de loin le meilleur de sa promotion. C'était un homme qui savait respecter le moindre des ordres qu'on lui aurait donné, qui savait exactement ce qu'il faisait là et pourquoi, et ce à chaque instant. Un homme qui avait le contrôle sur la situation, tout comme il l'avait sur sa belle petite vie bien tranquille. Pour Vianney, c'était aussi l'année des promesses, l'année charnière entre l'aboutissement d'un rêve d'enfance et les perspectives d'avenir, où tout semblait se jouer. Il portait fièrement son uniforme et son képi, le dos bien droit et le menton haut, un homme remarquable, et qui en jetait. A vrai dire, s'il était un peu vieux jeu sur les bords, ce n'était pas les femmes qui se seraient refusées à lui. Il avait tout, du charisme, de l'assurance, et surtout, une bonne bouille d'ange qui a à peine besoin d'un sourire pour faire rougir les demoiselles. Mais si ce n'était que sa famille l'avait toujours élevé dans l'optique qu'il allait épouser son premier amour, qu'il allait faire sa vie avec, il n'en croyait pas moins.

Son petit côté de gentil garçon charmant avait bien entendu servi à ses intérêts, et tout timide et maladroit qu'il était dans ses démarches, il avait sagement courtisé cette jeune femme du nom d'Helena. Il se souvenait de la toute première fois où il l'avait croisée, c'était peut-être en 2004 ou en 2005, à une cérémonie officielle. Une femme douce et pourtant forte, elle l'avait à peine remarqué, mais lui, il avait senti la différence. Vous savez ? Ce moment où votre cœur se met à battre plus fort, plus vite. Qu'il tape dans vos tempes et que vous avez les mains tremblantes, que vous vous mordez les lèvres. Alors, Vianney avait pris son courage à deux mains, et comme un parfait gentleman, il avait invité la demoiselle à dîner.

De l'autre côté, il était cet homme à qui rien ne pourrait arriver. Cet homme qui pensait que le monde était quelque chose de fondamentalement bon, arborant un sourire agréable, vivant. Un sourire charmeur sous ses petits airs de beau garçon. Il était l'homme à qui la vie souriait, comme si rien jamais ne pourrait le faire chuter de son piédestal. Il était cet homme profondément amoureux de la vie, de ce foisonnement de bonnes choses qu'elle lui apportait. Sourire, toujours, pour une journée qui ne soit jamais comme une autre. Il avait tout pour être le plus heureux des hommes, il avait l'argent, il avait l'amour et l'amitié, il avait son métier qui lui plaisait plus qu'il n'aurait jamais pu l'espérer.

Vianney, c'était ce gamin a qui la chance avait décoché sa dernière flèche, et qui était l'un des rares à pouvoir dire qu'il avait réalisé ses rêves.



─ pseudo/prénom : Kahlan ─ âge : 20 patates ─ fréquence de connexion : Habituellement, je ne suis pas trop longue à répondre, accro du rp bonjour XD  ─ comment avez-vous découvert ticket to ride et qu'en pensez-vous ? Une publicité sur facebook ─ inventé ou pévario ? Inventé ─ code : patrick ─ crédits : gifs + images © Kahlan



Dernière édition par Vianney Reynolds le Dim 15 Jan - 22:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Vianney Reynolds ♦ Stunning how fast life goes, how fast we drown   Dim 15 Jan - 16:17

Un boxeur, on devrait bien s'entendre

Bienvenue en tout cas !

(c'est quand même cruel d'utiliser que des photos de Bucky )
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Vianney Reynolds ♦ Stunning how fast life goes, how fast we drown   Dim 15 Jan - 16:33

Oh oui effectivement, on devrait bien s'entendre !! Bucky, c'est mon point faible, maintenant vous le savez
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Vianney Reynolds ♦ Stunning how fast life goes, how fast we drown   Dim 15 Jan - 17:57

Bienvenue parmi nous !
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Vianney Reynolds ♦ Stunning how fast life goes, how fast we drown   Dim 15 Jan - 20:57

Bienvenue sur le forum
Revenir en haut Aller en bas
avatar



messages : 1173
dispo pour un rp ? : yes, always
avatar : Caspar Lee
age : vingt-quatre ans (24/04)
occupation : youtuber, video editor and still studying maths @Westminster
relationship status : célibataire
MessageSujet: Re: Vianney Reynolds ♦ Stunning how fast life goes, how fast we drown   Dim 15 Jan - 21:20

Bienvenuuuuue qu'il est joli, Sebastian bon courage avec ta fiche !

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
you can count on me ♡ If you're tossin' and you're turnin' And you just can't fall asleep, I'll sing a song beside you And if you ever forget how much you really mean to me, Every day I will remind you. Oh, We find out what we're made of When we are called to help our friends in need. You can count on me like 1, 2, 3 I'll be there And I know when I need it I can count on you like 4, 3, 2, You'll be there 'Cause that's what friends are supposed to do
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Vianney Reynolds ♦ Stunning how fast life goes, how fast we drown   Dim 15 Jan - 21:44

Merci tout le monde !!

Charlie, on est d'accord inlovee
Revenir en haut Aller en bas
avatar



messages : 60
dispo pour un rp ? : uiiiiii
avatar : A. Vikander
age : 30
occupation : Etudiante en réalisation
relationship status : discutable
MessageSujet: Re: Vianney Reynolds ♦ Stunning how fast life goes, how fast we drown   Dim 15 Jan - 22:13

Bienvenue toi :cheers:

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
    when i was young & stupid


    Bye bye baby blue, I wish you could see the wicked truth, caught up in a rush it's killing you, screaming at the sun you blow into ©️endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
avatar



messages : 787
dispo pour un rp ? : yeah
avatar : aaron tveit
age : 34
occupation : réalisateur
relationship status : marié
MessageSujet: Re: Vianney Reynolds ♦ Stunning how fast life goes, how fast we drown   Dim 15 Jan - 22:27

bienvenuuuue

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
oh I believe in yesterday
Love is friendship that has caught fire. It is quiet understanding, mutual confidence, sharing and forgiving. It is loyalty through good and bad times

(c) Myuu.BANG!
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Vianney Reynolds ♦ Stunning how fast life goes, how fast we drown   Dim 15 Jan - 22:40

Bienvenuuuuue ! J'en profite également pour te dire que je valide ta fiche, que j'ai pris plaisir à lire, même si elle n'est pas très joyeuse. Je te proposerai d'ailleurs surement un lien cependant il manque juste un tout petit détail pour que tout soit en règle, c'est le code du règlement WHAT A FACE ! si tu peux éditer ta fiche avec du coup, tout sera parfait !
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Vianney Reynolds ♦ Stunning how fast life goes, how fast we drown   Dim 15 Jan - 22:59

Coucou !! J'ai bien rajouté le code du règlement !! J'étais pourtant certaine de l'avoir mis, j'ai du oublier d'enregistrer mes modifications XD Mais du tout normalement c'est tout bon !!

Pour un lien, en effet j'ai déjà fait mon petit repérage avec ton personnage hihi à très vite alors !!
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité
Invité

MessageSujet: Re: Vianney Reynolds ♦ Stunning how fast life goes, how fast we drown   Dim 15 Jan - 23:02

Pas de soucis en tout cas tout est okaaaaaay maintenant
Whouhou, parfait, voyons ça dans les fiches de liens pour organiser tout ça !
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Vianney Reynolds ♦ Stunning how fast life goes, how fast we drown   

Revenir en haut Aller en bas
 
Vianney Reynolds ♦ Stunning how fast life goes, how fast we drown
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 6 Worst Fast-Food Burgers (and What You Should Eat Instead!)
» — bring me to life
» Life in UCLA
» 06. My life would suck without you (part II)
» So fast so furious

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2016-2017 :: FICHES SEPTEMBRE 2017-
Sauter vers: