Niamh - Vis comme si tu devais mourir demain. Apprends comme si tu devais vivre toujours.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: Niamh - Vis comme si tu devais mourir demain. Apprends comme si tu devais vivre toujours.   Dim 8 Jan - 22:59


Niamh Eden Woodstock
   Aimer tue, Aimer détruit, mais Aimer est la plus belle souffrance qui soit.

   
introduction
Niamh naît à Londres, le 20/12/91. La jolie blonde vient agrandir la richissime famille Woodstock, qui est, depuis plusieurs générations, à la tête de diverses chaînes, réputées à travers le monde, de prêt-à-porter, de grande distribution et de parfumerie. Vous ne le savez pas, mais vous avez forcément chez vous quelque chose qu'ils vous ont indirectement vendus.
C'est la petite dernière d'une famille de 4 enfants (2 filles et 2 garçons).
Brillante élève, elle ne déshonore pas ses parents, très conservateurs et croyants. Les Woodstock continuent même à sourire, et à prier Dieu, avec la même ferveur, quand ils découvrent, alors que Niamh n'a que quelques mois, qu'elle est malentendante. Voici la raison pour laquelle la jolie blonde est obligée de porter des prothèses auditives, mais surtout, de lire sur les lèvres, et de signer.
En 2006, elle fait la rencontre de celui qui deviendra son 1er petit-ami, en 2010, et son fiancé, en septembre 2016. C'est grâce à lui qu'elle rencontre aussi Milan, (qui est la petite soeur du jeune homme), avec qui elle finit par sympathiser aussi.
Elle se met en couple avec son comparse, en début de l'année 2010. Mais cette année se termine plus mal qu'elle n'avait commencé : elle perd son père, dans un accident d'avion, le jour de Noël. Gaïa, sa soeur aînée, qui travaillait pour l'entreprise familiale, revenait d'un voyage d'affaire, en jet privé, qui s'est crashé. Traumatisme pour la jeune femme, qui met un terme à ses études universitaires, pour souffler un peu. Elle prend une année sabbatique, et fait le tour du monde.
En septembre 2011, elle reprend ses études, le sourire étant de retour sur ses lèvres. Elève très douée, elle se démarque rapidement, dans l'amphithéâtre.
En 2017, elle est en master de littérature, et fiancée depuis peu. Toujours très bonne élève, fille parfaite de la famille Woodstock, mais son coeur se trouble de plus en plus en présence de Milan. La blonde va bientôt devoir faire un choix crucial : la raison et son fiancé, ou le coeur et la belle Milan ?

   ▬ âge : 25 ans (2017)
   ▬ nationalité : Anglaise
   ▬ métier : Etudiante en 1ère année de master de littérature, à Oxford
   ▬ quartier : Belgravia, de sa naissance à décembre 2010. Kensington par la suite, et encore à l'heure actuelle.
   ▬ orientation sexuelle : Hétéro qui se découvre peu à peu attirée par les femmes. Ou du moins, une, en particulier.
   ▬ statut : En couple depuis 2010, et fiancée avec cet homme depuis quelques mois (en 2017). Mais son coeur commence à s'agiter un peu trop en présence de la sœur du futur mari. Problématique, n'est-ce pas ?
   ▬ groupe : Travel Card. Ca aide, de pouvoir bénéficier de l'aide financière de ses richissimes parents. Pourvu que ça dure. Mais ça, c'est moins sûr, quand la blonde finira par écouter son coeur...
   ▬ avatar : Eliza Taylor-Cotter

   

   en 2006en 2010aujourd'hui
Sous la forme que vous souhaitez, dites où où en est votre personnage dans la vie en 2010.

Extrait du journal intime de Niamh, datant du 1er avril 2007

« Cher journal,

Un miracle vient de se produire : mes parents ont réussi à prendre leurs vacances en même temps, pour les prochains congés scolaires. J’émets cependant un doute sur la probabilité que cela se fait : ils nous ont déjà fait le coup, pour d’autres vacances, ou alors pour Noël, voir le jour de l’an ! Alors… A voir…. En attendant, on irait à Vancouver ! Ca tombe bien, ça me permettrait de revoir Fabien, un type avec qui j’ai sympathisé, lors d’une énième soirée (barbante) à laquelle j’ai été contrainte d’aller avec ma famille, il y a plusieurs années. Un ami proche à mon cousin, qui me l'a d'ailleurs présenté, et via lequel je l'ai revu, de temps à autre, en dehors des fêtes réunissant le gratin. On ne devrait pas être trop loin de là où il habite, alors, normalement, j’aurai au moins une connaissance amicale dans les parages ! »

Extrait du journal intime de Niamh, datant du 22 décembre 2007

« Cher journal,

Encore un Noël qui s’annonce, sans que mes parents ne soient tous les deux vers nous ! Mais je ne devrais pas me plaindre : au moins, ils ont tenu leur parole, pour les vacances à Vancouver. Ca a été nos 1ères vacances en famille, durant lesquelles ils ont mis leur boulot de côté (du moins, au point de ne pas prendre le jet pour aller bosser, même s’ils étaient souvent au téléphone. Ce qui, pour mes parents, est un effort monstrueux !)

J’envie Sasha et Liam, qui ont la chance d’avoir une famille plus « normale » que la mienne. Eux, au moins, passeront les fêtes de fin d’années en famille. »

Extrait du journal intime de Niamh, datant du 8 février 2008

« Cher journal,

Je crois que je viens de passer la meilleure journée de ma vie. En compagnie de Gaïa (qui commence à travailler avec les parents. Et qui adore ça !), et de Lindsey (qui adore la fac, me donnant hâte d’y être !). On a passé quelques journées entre sœurs (et parfois, avec les frangins), mais là, je sais pas, c’était différent. On a vraiment pu parler. On a évoqué quelques souvenirs. Ca m’a rendu nostalgique de l’époque où je faisais encore de la danse classique (que j’ai dû arrêter au milieu du collège, car ça ne me plaisait plus). Elles m’ont encouragées à arrêter le piano, si ça ne me plaisait plus. Disons que j’ai l’impression d’avoir été aussi loin que possible, dans l’apprentissage de cet instrument. Et ça me permettra d’avoir un peu plus de temps pour moi. Car j’ai toujours de nombreuses autres activités, comme l’équitation, le tennis, ou le théâtre, mais je fais aussi partie du journal du lycée, ce qui me demande beaucoup de temps, et je tente aussi de m’aménager un peu de temps libre pour profiter de mes amis.

Pour en revenir à l’essentiel : très bonne journée avec mes sœurs. On a bien entendu fait les boutiques. C’est d’ailleurs en de telles occasions que j’apprécie d’être une Woodstock : le shopping est presque illimité ! On s’est détendue au spa. On a bavardé autour d’un café. Bon, ça, c’était un peu moins sympa, par contre, car elles m’ont taquiné au sujet de mon amitié avec Liam. A l’instar de Calvin, elles pensent qu’il y a bien plus, entre nous. Elles rêvent : Liam n’est que mon meilleur ami. Ce qui me va parfaitement ! »

Extrait du journal intime de Niamh, datant du 12 juin 2009

« Cher journal,

Me voilà de retour, après avoir passé la journée chez les Coyle. Il n’y a pas à dire, j’aime vraiment bien cette famille. Ils sont tous tellement sympa, avec moi, et paraissent plus unis que ma famille, ce qui me change. J’ai pu apprendre à connaître un peu mieux Milan, ainsi qu’Andréas. Et c’était vraiment agréable. Ils sont bien sympa, je sens que je vais bien m’entendre avec eux ! »

Extrait du journal intime de Niamh, datant du 3 novembre 2009

« Cher journal,

Si les profs pensent qu’on va oublier qu’on est dans l’année du bac, ils se plantent ! Ils nous le rappellent constamment. Notre entourage en fait de même. C’est assez oppressant, vraiment ! Mais bon, je ne suis pas inquiète. Enfin, pas plus que d’habitude. Je sais que je suis brillante, donc, je n’aurai aucun mal à avoir ce diplôme. Et encore moins de difficultés à être acceptée à Oxford ! Je ne me vante pas, je suis juste très douée en classe. Mais je travaille dur, pour réussir ! Ce qui amuse souvent mes amis, il me faut l’admettre ! Mais je m’en fiche : je sais ce que je veux. Et je veux aller à Oxford. Pour y étudier la littérature. Et devenir enseignante, à Oxford, par la suite. Et surtout, écrire. Car c’est ça, mon véritable rêve : parvenir à écrire, à être reconnu en tant qu’écrivain. Passion qui me demande du temps, mais qui commence déjà à payer : j’ai gagné divers concours de jeunes écrivains, et j’ai pu m’améliorer.

Mais nous ne parlons pas de ça, mais plutôt de la pression des profs. Sasha en souffre déjà, aussi, avec Liam, on fait de notre mieux pour la détendre, lui changer les idées. Il n’est pas rare qu’en classe, quand on la sent tendue, on lui balance une ou deux conneries pour la distraire. Savoir signer, parfois, ça a du bon ! »

Extrait du journal intime de Niamh, datant du 18 mars 2010

« Cher journal,

Tu ne devineras jamais ce qui s’est passé, tout à l’heure ! Liam est venu chez moi, pour réviser. C’était prévu depuis un moment, ça. Sasha devait venir également, mais elle est malade en ce moment, alors elle s’est abstenue, se reposant, afin de revenir au plus vite au lycée. Liam et moi, on s’est donc retrouvés tout seuls. Non pas que ça soit inhabituel, on l’a déjà été, pourtant. Mais là, je ne sais pas ce qui s’est passé exactement, ce qui était différent avec les autres fois. Car figure-toi qu’on s’est embrassés ! J’ai encore du mal à y croire, à l’heure où je t’écris ces quelques lignes, mais ça s’est bel et bien produit !

Tu sais que ça fait un moment que j’attendais qu’une telle chose arrive, mais que je n’osais y croire. Je ne voulais pas voir se répéter une histoire comme avec Hayden ! Et encore moins prendre le risque de voir notre amitié mourir, à cause de sentiments non réciproques. Alors je n’ai rien osé faire en ce sens. Ce qui rendait folle mes frangines, qui ne comprenaient pas ma peur à agir, elles qui sont persuadées depuis de longs mois, que Liam et moi sommes bien trop attirés l’un par l’autre pour que ça ne finisse pas par éclater un jour. Autant dire que je n’ai jamais osé les croire. Et pourtant… LIAM M’A EMBRASSE ! Et c'était mieux que tout ce que j'ai pu imaginer (car oui, je l'avoue sans honte : ça a été mon 1er baiser !)

Nous sommes à présent un couple. Même si on a prévu, dans un 1er temps du moins, de garder cela secret. Sasha sera la seule à être mise au courant, car elle sait tout de nous, mais les autres, par contre, on préfère les tenir à l’écart de ça.

J’ai un petit-ami. Ah, Danaé, que j’aimerai que tu vois ça, toi qui as fait de mes derniers mois de collège, un véritable enfer, en te foutant de la petite malentendante qui ne trouverait jamais personne qui voudrait bien d’elle. Et non, contrairement à ce que tu disais, on ne craque pas pour moi par pitié. Liam est bien au-delà de ça ! »

Extrait du journal intime de Niamh, datant du 29 décembre 2010

« Cher journal,

Je déteste Noël. Je déteste les fêtes de fin d’année. Je déteste les tempêtes soudaines de neige. Je déteste la neige. Je déteste les jets privés. Je déteste l’argent. Je déteste la vie, qui m’a pris ma sœur. Gaïa est morte !! Le jour de Noël, alors qu’elle rentrait, après avoir été contrainte de s’envoler à l’étranger, pour le boulot. Sauf qu’une tempête de neige s’est soudainement levée, et son jet s’est écrasé au sol.

Elle est morte. Elle ne reviendra plus jamais. Elle ne s’invitera plus jamais dans ma chambre, pour me faire la morale sur des broutilles. Elle ne m’appellera plus jamais pour me donner des conseils en tout genre. Elle ne me posera plus des centaines de questions sur Liam et moi, durant nos repas entre sœurs. Elle ne signera plus jamais des conneries à mon intention, durant les messes de Noël. Elle ne fera plus rien de tout ce qu’elle avait l’habitude de faire, de tout ce qu’elle avait prévu de faire, de tout ce qu’elle aurait été en droit de faire !

Je déteste Noël. Plus encore parce que ma mère n’était pas là, quand on a appris cette nouvelle. Et oui, elle aussi, était à l’étranger. Pour le boulot. Toujours pour le boulot. Les Woodstock ne pensent qu’à ça. C’est Calvin qui a répondu à l’appel, nous annonçant cette atroce nouvelle. C’est mon père qui nous a conduit – bien la 1ère fois qu’il prenait une voiture et pas une limousine ! – à l’hôpital. C’est Lindsey qui a vu Gaïa rendre son dernier souffle.

J’ai besoin de prendre l’air. En dehors de Londres. De l’Angleterre même. J’étouffe ici. Je ne supporterais pas de voir, tous les jours, ces lieux qui étaient régulièrement emplis du rire de Gaïa. Que mes parents soient d’accord ou non avec cette idée, j’ai bien l’intention de faire un petit tour du monde. Ca me changera les idées. Plus que de rester dans cette maison que je déteste. C’est la meilleure chose à faire pour moi. Même si je dois quitter Oxford pour quelques temps. Je n’arrête pas mes études pour de bon, j’ai bien l’intention de les reprendre. Plus tard. Non, le plus dur, ça sera d’être séparée de Liam. Mais il comprend le besoin que je ressens. Et il me soutient. Je sais qu’on parviendra à surmonter la distance. Je l’espère, du moins. Je ne supporterai pas de le perdre. J’ai déjà perdu ma sœur. Je ne veux pas perdre Liam. Je l’aime. Vraiment. Mais j’ai besoin de prendre l’air. »

Sous la forme que vous souhaitez, dites où où en est votre personnage dans la vie aujourd'hui.
   


Extrait du journal intime de Niamh, datant du 15 mars 2011

« Cher journal,

Me voilà de passage au Japon. Je voyage un peu au gré de mes envies, sans but précis, autre que de découvrir d’autres horizons et cultures. Et ça fait du bien, en fait, de ne plus rien prévoir, à la minute prêt, comme j’ai pour habitude de le faire. Ca fait du bien, de ne plus être à proximité de ma famille, aussi. Je crois que ce voyage m’a appris une chose importante : il est temps pour moi de me couper d’eux. Lors de mes quelques mois passés à Oxford, j’ai choisis de ne pas vivre sur le campus, ou dans un appart’ seule, pour être au moins vers mes frères et sœurs, toujours à la maison aussi. C’est un moyen pour nous de conserver un semblant de stabilité familiale. Mais à présent, il faut que j’ai mon appartement, que je coupe les ponts, en quelque sorte. Je suis prête, maintenant. Et puis, je continuerai à les voir de temps à autre, comme je l’ai fais – et le ferai encore – durant mon voyage. Je me suis arrangée pour aller à Londres, durant les vacances scolaires, afin d’y voir les miens. Mais, surtout, je l’avoue, dans le but de voir Liam.

Je crois que personne ne m’a jamais autant manqué que lui. C’est fou, ça. Et pourtant, on se parle beaucoup, par téléphone et par internet. Mais ça n’est pas pareil, quand on peut vraiment se voir. Néanmoins, il a beau me manquer énormément, je préfère largement ne pas revenir dès à présent en Angleterre. J’ai encore besoin de voir du pays. Ca me fait du bien. Je donne sans doute l’impression de fuir, mais c’est nécessaire pour moi. Il m’est nécessaire de me retrouver seule avec moi-même. Je ne sais pas quand je retournerai pour de bon à la maison. Je verrai. »

Extrait du journal intime de Niamh, datant du 4 juillet 2011

« Cher journal,

L’Inde est vraiment un très beau pays. Je suis ici depuis une semaine, et j’en prends plein les yeux, tant c’est sublime. De tous les pays que j’ai pu découvrir jusqu’à présent, je crois que c’est celui que je préfère !

Dans quinze jours, je prends la direction de l’Australie. Et Liam m’y rejoins, avec Sasha. Les deux pour 15 jours, mais en différé, ils ne vont passer qu’une semaine ensemble, et je passerai donc, du coup, une semaine seule, avec elle, puis avec lui. Liam a mis beaucoup d’argent de côté pour l’occasion. Ca va être bien. Mais j’avoue que ça m’effraie un peu, aussi, la perspective de passer une semaine seule avec lui. On a jamais été seuls comme ça, donc… On verra. J’ai hâte. Mais j’ai peur, dans le même temps. De ce que ça pourrait impliquer… Enfin, on verra bien. »

Extrait du journal intime de Niamh, datant du 5 novembre 2011

« Cher journal,

J’ai beau être rentré depuis plusieurs semaines, je n’arrive pas à me refaire à la vie anglaise. Mais je suis contente d’être de retour. Oxford me manquait. Et puis, je me suis pris un appartement. Enfin. Et j’y suis bien. Mes frères et sœurs viennent me voir, à l’occasion. Mes parents, quant à eux, ils font comme d’habitude : ils ne sont jamais là. Ou que par téléphone. Et encore, même ça, c’est rare ! »

Extrait du journal intime de Niamh, datant du 20 décembre 2011

« Cher journal,

La fin d’année approche à grand pas, mais Noël arrive encore plus rapidement. Ca sera le 1er, depuis la mort de Gaïa. Ca fait tout remonter à la surface. L’ambiance, chez les Woodstock, est loin d’être au beau fixe. J’ai décidé de ne pas fêter Noël, cette année. Ca me dit rien du tout. C’est pour cette raison que je vais partir en Irlande, pour une semaine. Sasha m’accompagne, elle me l’a annoncée ce matin. Liam, je ne sais pas, il me dira ce qu’il en est dans la journée. J’espère qu’il pourra venir. »

Extrait du journal intime de Niamh, datant du 9 mai 2012

« Cher journal,

Mes parents nous ont réunis, le weed-end dernier. Ils nous ont demandés de nous arranger pour être disponible, la 1ère quinzaine d’août, afin de partir en vacances, tous ensemble. Ils ont dit qu’il était temps pour nous de resserrer les liens familiaux. Il faut dire que Tristan a provoqué pas mal de remous, ces derniers mois. Suite à la mort de Gaïa. Assez pour faire parler de Woodstock, un peu partout, et pas qu’en bien. Mais au moins, mes parents l’ont entendu, et ont compris ce qu’il voulait leur faire comprendre : qu’il avait besoin de ses parents. D’une famille, vraiment présente.

Je ne sais pas si ça va vraiment servir à quelque chose. S’il n’est pas trop tard, pour nous unir. Mais bon, ça ne va pas empirer les choses, donc… On verra bien ! »

Extrait du journal intime de Niamh, datant du 6 octobre 2013

« Cher journal,

Ce soir, Liam emménage chez moi. Ca fait déjà un moment qu’on en parle, tu le sais, je te l’ai dit. On a songé à s’installer chez lui, mais mon appart’ est plus grand. Il a un loyer plus coûteux, aussi, mais Liam a dit que ça ne le dérangeait pas. J’espère qu’il n’a pas fait ça que pour me faire plaisir, redoutant que je ne supporte pas de m’installer dans un quartier ou un appart’ moins luxueux. Car rien ne serait moins faux et stupide !

Cela dit, j’avoue que j’ai hâte ! Il faut dire que ça fait déjà 3 ans qu’on est ensemble, alors bon. Et je pense que ça rassurer mes parents. Aussi bien le fait que notre histoire soit aussi « vieille ». Car sans ça, ils n’auraient jamais accepté qu’il vienne vivre avec moi ! Et ils aiment également le fait que quelqu’un vienne vivre avec moi. Et oui, tu sais, le fameux refrain du « Niamh, la pauvre malentendante de la famille, elle pourrait avoir des soucis, à vivre seule, si elle n’a pas ses prothèses, ou autre connerie ! ». Je pensais que je n’y aurais plus droit, après mon tour du monde, mais il faut croire que je me suis trompée !

Enfin. Liam emménage ce soir avec moi. C’est tout ce qui importe ! »

Extrait du journal intime de Niamh, datant du 20 avril 2014

« Cher journal,

Aujourd’hui, j’ai passé la journée avec Milan. On s’est pas mal rapprochées, ces dernières années. Plus encore depuis que j’ai appris pour sa tentative de suicide, dont Liam a mis du temps à me parler. J’ai mis un point d’honneur à me montrer présente pour elle, quand elle a arrêté sa thérapie.

Elle m’a aidé à réviser, sachant pertinemment à quel point je tiens à réussir mes études, et plus encore, à quel point je tiens à rester dans les meilleures élèves de ma promo. On a été au ciné, par la suite, pour se changer un peu les idées. Un peu de lèche-vitrine, et un petit tour dans un café. Puis elle a mangé à l’appart, avec son frère et moi. C’était vraiment une chouette journée. La sœur de Liam est vraiment adorable. C’est bien, qu’on s’entende aussi bien, elle et moi, ça aurait été problématique, sinon ! »

Extrait du journal intime de Niamh, datant du 18 juillet 2014

« Cher journal,

Si tout va bien, cet été, je vais passer une semaine en compagnie de Sasha. Ca va lui faire du bien, elle déprime grandement, depuis sa séparation. Normalement, on devrait retrouver, pour quelques jours du moins, Wolfgang et Fabien. A voir s’ils sont libres tous les deux, mais ça serait cool. Bon, il y aurait d’autres personnes, mais j’espère vraiment que les deux pourront se libérer pour venir aussi. Et si tout va bien, il y aura quelques-uns de nos anciens potes de lycée, à Sasha et à moi. Liam, par contre, ne peut pas venir. Il bossera. C’est la vie ! »

Extrait du journal intime de Niamh, datant du 22 décembre 2014

« Cher journal,

Je déteste vraiment la période de Noël. Ca a beau faire 4 ans, ça m’est toujours difficile. Et pourtant, j’ai vu un psy, dès mon retour à Londres, pour parler de Gaïa, mais rien n’y fait, ça continue à me hanter. En fait, ça vient par vagues, sans vraiment prévenir. Et là, c’est venu, aujourd’hui, alors que ça m’avait laissé tranquille, ces derniers mois. Et ça m’est tombé dessus, alors que j’étais avec Milan. On se baladait ensemble, parlant sans vraiment faire attention à où on marchait. Et c’est ainsi qu’on a atterri dans un quartier que ma sœur adorait. Celui où elle m’attirait sans arrêt, quand on se faisait des sorties entre filles. Je ne sais pas si c’est la surprise, ou la période de l’année, ou un mélange des deux, mais ça m’a pris à la gorge. Et j’ai finis par fondre en larmes. Sans prévenir. Sans raison apparente.

Tu ne peux pas t’imaginer à quel point je me suis sentie honteuse de craquer comme ça, devant Milan, qui n’a pas dû comprendre grand-chose. Mais elle s’est montrée compréhensive. Elle est restée à mes côtés, jusqu’à ce que j’arrive enfin à respirer plus correctement. »

Extrait du journal intime de Niamh, datant du 16 mars 2015

« Cher journal,

J’en reviens pas : Calvin se marie le mois prochain. J’ai beau le savoir depuis un moment, j’ai du mal à me faire à cette idée : mon frère aîné, qui va se marier ! Je suis contente pour lui. Sa copine – pardon, future femme – est quelqu’un de bien. Ils vont bien ensemble, en plus. Elle est aussi issue d’une bonne famille, tu t’en doutes. En fait, il n’y a bien que moi, avec Liam, qui déroge à cette règle. Elle a été rapidement adoptée par les Woodstock. Bien plus que Liam n’a pu être accepté par les miens (même si maintenant, ils l’adorent !).

Lindsey, de son côté, vient de se séparer d’Edward. Une fois encore. Leur histoire est en dents de scie. Pire que ce qu’on voit à la télé, dans de mauvais téléfilms ! Elle est déprimée. Comme à chaque fois. Mais on sait tous qu’ils vont finir par se remettre ensemble. Comme toujours. Je doute qu’elle parvienne à se lancer dans une histoire, un jour, avec un autre homme. Elle est bien trop accro à lui. Et lui l’est à elle.

Tristan, quant à lui, est à mille lieux de telles considérations. Il est le Don Juan de la famille. Mais on va dire qu’il est jeune, alors il profite. »

Extrait du journal intime de Niamh, datant du 6 septembre 2015

« Cher journal,

Te souviens-tu, des derniers jours, où je parlais de Liam ? Du fait qu’il était bizarre ? Distant ? Le mystère est résolu : il me préparait une surprise. Il m’a demandé en fiançailles, hier soir. Au cours d’un repas, dans un restau où on va manger, de temps à autre. C’était tout simplement incroyable. Je ne m’y attendais pas. Et, bien entendu, j’ai accepté. Je serai folle de refuser. Je l’aime. Je veux vivre avec lui. Et avec personne d’autre !

Il me tarde de l’annoncer à nos familles. Et à nos amis. Et je sais que Sasha va hurler de joie, et se mettre en tête de m’aider à tout préparer. Mais nous avons encore le temps : il est hors de question que le mariage ait lieu avant que je ne sois diplômée. »

Extrait du journal intime de Niamh, datant du 19 mai 2016

« Cher journal,

Aujourd’hui, j’ai refait du tennis. Je n’en avais pas fait depuis des années. C’était vraiment plaisant ! Liam m’a promis de venir avec moi, la prochaine fois que j’irai en faire.

Je crois que, si j’avais du temps, je referai bien du théâtre aussi, car ça me manque. L’escrime me manque moins, à la fin du lycée, ça m’agaçait déjà pas mal. De mes activités d’enfant, je n’ai gardé que la danse, et un peu l’équitation, même si ça, j’en fais seule. Disons qu’il est plus facile de monter de son côté, que de danser seule (c’est pas le même plaisir !). Bien entendu, mon planning est bien plus chargé qu’il ne l’était autrefois, mais je danse et je monte quand j’ai du temps libre. Ou juste envie de me changer les idées. Rien ne me distrait plus que d’être à l’écurie, à m’occuper de mon cheval, Hadès. »

Extrait du journal intime de Niamh, datant de 29 décembre 2016

« Cher journal,

Cette année, j’ai enfin réussis à fêter de nouveau Noël. Un vrai Noël, je veux dire. C’était étrange. Mais bien. Il fallait bien que je parvienne à tourner la page. La vie continue, après tout. »

Extrait du journal intime de Niamh, datant du 10 janvier 2017

« Cher journal,

Ce soir, comme de nombreux autres mardis soirs, depuis quelques années maintenant, j’ai participé au club de littérature, orchestré par Mr Fletcher. Tu le sais : j’adore ce club, j’adore les conversations qu’on peut y avoir, les œuvres qu’on peut étudier et analyser. C’est toujours plaisant. Presque plus que les cours de Mr Fletcher, alors qu’ils sont déjà très intéressants. Mais ça n’est pas pareil.

Enfin, si je te parle de cela, ça n’est pas pour faire le compte-rendu de nos conversations. Mais plutôt pour évoquer ce qui s’est passé, peu après. J’ai été rejoindre Milan, vu qu’on devait manger ensemble. Et, je ne sais pas, disons que depuis quelque temps, sa présence me trouble. C’est déstabilisant, vraiment. Et je m’en sens honteuse, aussi. Car je ne devrais pas être troublée comme ça. Ni par une autre femme, ni par ma future belle-sœur. C’est plutôt malsain. Mais on va dire que c’est la pression des études, qui me fait ça. Ca ne peut être que ça. N’est-ce pas ? »

Extrait du journal intime de Niamh, datant du 20 décembre 2003

« Cher journal,

Je ne suis pas habituée à coucher mes pensées sur papiers, mais puisqu’on t’a offert à moi pour mon anniversaire… Il faut bien que tu sois utile !

Bon, que dire de moi ? Car oui, avant de te parler de ma vie actuelle, il faut quand même que je me présente ! Alors, moi, c’est Niamh. Oui, je sais, mon prénom est plutôt étrange et assez hors du commun. Mais c’est justement pour cela que je l’apprécie autant. Au moins, je ne croise pas d’autres Niamh dans la rue. Dans ma classe, je suis la seule, alors qu’il y a un paquet de Jennifer, ou de Sarah (prénoms que je déteste, ces nanas sont de véritables pétasses, du moins, dans ma classe, je veux dire !). Je suis issue de la « noble et belle famille » (ceci est de l’ironie !) Woodstock. Oui, comme le célèbre festival de musique ! C’est bien là la seule fierté que je tire de mon nom de famille ! Mes parents protesteraient, s’ils savaient ce que je pense, au sujet de notre « merveilleux » Woodstock ! Qu’a-t-il de si magnifique ? Depuis plusieurs générations (la flemme de dire précisément lequel de mes ancêtres ça concerne !), ma famille est à la tête d’une grande parfumerie. Puis, par la suite, un autre ancêtre a lancé une chaîne de prêt-à-porter, qui, comme la parfumerie, a rencontré un sacré succès. On retrouve les deux dans les 4 coins du monde, c’est pour dire ! Et la dernière trouvaille des Woodstock, ça a été une chaîne de grande distribution, que l’on retrouve également dans divers pays. En bref : les gens achètent forcément, au moins une fois dans leur vie, un produit, vendu par les Woodstock. Et vu le succès de ces diverses entreprises, je préfère le dire de suite : oui, ma famille est riche. Très riche. Vraiment. Et en joue. Beaucoup. Bon, je ne vais pas faire l’ingrate, par contre : je suis contente de cette richesse, j’en profite, évidemment. Mais c’est surtout l’excès dans lequel baigne ma famille, et nos proches, qui m’énerve.

Non, en fait, je mens : ce qui m’énerve surtout, c’est ma famille. Son mode de fonctionnement. Mes parents sont rarement à la maison, à cause de leurs responsabilités, dans la vaste entreprise familiale. C’est vrai : ils sont rarement en mesure de venir à de simples spectacles scolaires, que ce soit les miens, ou ceux de mes frères et sœurs. (Car oui, j’ai des frères et sœurs : Gaïa, l’aînée de la famille, qui a 10 de plus que moi – Calvin arrive ensuite, et a 7 ans de plus que moi. Puis il y a Lindsey, qui a 5 ans de plus que moi, et enfin Tristan, de 2 ans mon aîné.) Pour en revenir donc à mes parents, maintenant que je t’ai vaguement parlé de mes frères et sœurs : les repas en famille, comme ceux qu’on peut voir dans des films, séries, ou livres, ça ne se fait pas, chez nous. Disons qu’il est rare que mes deux parents soient en même temps chez nous, et qu’en plus de cela, nous avons tous des emplois du temps très chargés. Car oui, les Woodstock se « doivent » d’occuper leurs journées au mieux. Nous faisons tous de multiples activités extra-scolaires, et nous devons briller dans tout ce que nous faisons, aussi bien en classe qu’à côté ! Même pour les anniversaires, il est bien rare que nos parents soient là. Oh, ils s’arrangent pour compenser, tentant quelque fois d’être virtuellement présents, en nous appelant. Ils se font surtout pardonner en nous couvrant de cadeaux. En fait, ils font chauffer leurs cartes bleues, pour nous, à la moindre occasion. Comme si cela pouvait effacer le fait qu’ils ne sont jamais – ou rarement ! – chez nous. Qu’ils préfèrent leur boulot à leur famille. C’est à un tel point que j’ai longtemps appelé Victoria, notre nounou, « Maman ». Je pensais vraiment que c’était elle, ma mère… Alors oui, je sais que pour certains, j’ai une vie de rêve. A moins de faire vraiment de grosses bêtises, mes parents m’offrent tout ce que je veux. Je n’ai qu’à demander pour obtenir mon dernier caprice. Le prestige qui entoure le nom de Woodstock suffit à me faire apprécier de beaucoup de personnes (surtout des lèches-bottes, on ne va pas se mentir !). Mes parents ne sont pas sur mon dos en permanence (non, ça, ils ne le sont jamais !). Et ça, c’est le rêve de certains de mes camarades de classe. Qu’ils soient issus de famille riche (mais moins que la mienne), ou non (et dans ce cas, ils aiment surtout la pseudo liberté qui m’est permise !). Mais moi, j’aimerais une seule chose : avoir des parents qui viennent me voir, lors de mes récitals de piano, de mes représentations théâtrales, de mes spectacles scolaires, des quelques remises de prix organisés par mon collège, mes matchs de tennis ou encore de mes compétitions d’équitation ou encore de mes spectacles de danse classique (je ne t’ai pas menti, en parlant de nombreuses activités, scolaires et extra-scolaires !). Moi, j’aimerais une famille qui se réunisse vraiment, autour d’un repas, ou qui joue quelque fois, ensemble, à un jeu de société quelconque, ou qui fasse une sortie lambda au parc, ou ailleurs. Mais ça, chez les Woodstock, on ne fait pas. Les seules activités que l’on partage sont nos sorties à la messe. Car oui, ma famille est croyante. Mais vraiment très croyante. Baptême, petite communion, grande communion et même confirmation, sont autant d’étapes incontournables chez moi. Et même lorsque nos parents ne peuvent aller à l’office avec nous, nous, on se doit d’y aller. Tous les dimanches. Et pour chaque événement important. Même la messe de minuit, à Noël. Non pas que je me plaigne de l’aspect religion de ma famille. C’est bien l’une des seules choses que j’apprécie vraiment. Par les valeurs que ça apporte. Et surtout, par le fait que mes parents, pour suivre leur foi, participent à de nombreuses associations caritatives. C’est bien là la seule chose que je trouve intéressante dans le fait d’être riche – comme Crésus – on peut donner de l’argent aux gens qui en ont vraiment besoin, et aux causes qui méritent d’être soutenus.

Ma famille, je l’aime, tu l’as compris, mais je n’apprécie pas vraiment son fonctionnement. Après, je sais que rien n’est parfait, et que ça pourrait être pire. Au moins, mes parents sont vraiment amoureux l’un de l’autre. Et avec mes frères et sœurs, on s’entend plutôt bien, et on se soutient – la plupart du temps – car il y a aussi de la rivalité, pour obtenir les félicitations de nos parents…

Voilà, j’ai fait une description – aussi rapide mais « détaillée » que possible – de ma vie. Sinon, qu’ajouter d’autres ? Je n’ai pas à me plaindre. Je ne suis pas malade. Personne dans ma famille ne l’est. Je fais certes une tonne d’activités, mais j’ai pu les choisir moi-même, donc, elles me plaisent toutes. Je suis très douée en classe (il faut dire que j’étudie dur pour, aussi, ça ne vient pas tout seul, un bulletin aussi excellent que le mien : je ne me vante pas, je dis juste la vérité !). J’ai quelques amis. Même si je pense que j’ai plus de connaissances par intérêt, que de véritables amis, j’en ai quelques-uns qui sont à mes côtés pour celle que je suis, et non pour un quelconque prestige ou autre connerie, qu’ils peuvent retirer d’être vus en ma compagnie. Donc, je pense que vu sous cet angle, on peut dire que je suis heureuse, non ? »

Extrait du journal intime de Niamh, datant du 7 mai 2005

« Cher journal, (je trouve toujours cette formule stupide, mais puisque c’est celle qui est consacrée pour une telle circonstances…)

Je déteste Danaé. Cette peste qui se prétendait être ma meilleure amie, depuis notre rentrée au collège, n’est qu’une profiteuse ! Elle n’est devenue amie avec moi que pour devenir ami avec Hayden, qui, tu te souviens, est mon meilleur ami depuis toujours. Même si j’avoue, ces dernières années, avoir eu un certain faible pour lui, sans oser faire quoi que ce soit. Trop timide pour ça. Trop peur de détruire notre amitié. Et, par-dessus tout, trop peur de me prendre une veste. Danaé a fini par apprendre tout ça. Elle m’a confortée dans le fait qu’il était préférable que je ne tente rien avec Hayden, que notre amitié était plus importante que ça. Et elle, en attendant, elle n’a cessé de se rapprocher de lui. Jusqu’à aujourd’hui. Cette fête, organisée chez lui, pour son anniversaire. Fête durant laquelle je l’ai surprise, se jeter sur lui. Et lui, qui s’est laissé faire. Pire : il a répondu à son baiser. Ils ne savent pas que je les ai vu, je me suis éclipsée avant qu’ils ne remarquent ma présence. Mais ils sont revenus vers le groupe, main dans la main. Et comme si ça ne suffisait pas, il a fallu que Danaé balance – devant tous nos amis – que j’étais la seule de notre groupe à ne jamais avoir eu de petits copains. (car oui, tu ne dois pas le savoir, mais c’est visiblement une étape incontournable à mon âge, et donc, une grande honte quand, à mon âge, tu n’es jamais sortie avec un garçon.). Que ça devait surement s'expliquer avec le fait que je sois malentendante, que ça repousse les gens, même s'ils en profitent - selon elle - pour dire des saletés sur moi. (Ce qui est faux, j'entends quand même, avec mes prothèses, même si j'ai horreur de les porter !)

Je déteste Danaé. Et Hayden aussi. Il a rigolé quand elle a dit ça. Il a osé se moquer de moi. Avec les autres. Je les déteste. Tous. Vivement que j’aille au lycée, ça sera bien plus intéressant ! J’espère me faire d’autres amis. C’est bien pour cela que j’ai choisis un lycée différent de celui où tous mes « amis » vont aller. J’ai besoin de changer d’air. Ca devient urgent, là, je ne supporte plus d’aller en classe ! Le seul point positif : j’apprécie, plus que jamais, de faire une tonne d’activités extra-scolaire. Ca me permet de me changer les idées, et me donne de bonnes excuses pour ne pas les voir en dehors du collège ! »

Extrait du journal intime de Niamh, datant du 27 juillet 2006

« Cher journal,

Me voilà de retour d’un séjour de 15 jours en France. Avec ma famille. Enfin, avec mes parents présents par intermittence, mais ça, tu t’en doutes ! C’était vraiment bien ! On a visité plein de musées, appris plein de choses ! Et j’ai pu peaufiner mon apprentissage du français ! Et j’adore cette langue, si poétique et musicale ! Ca me sera fort utile, pour la prochaine rentrée scolaire : je projette d’être la meilleure de ma classe, en Français. Et, bien entendu, de rester aussi douée que je le suis actuellement dans les autres matières !

En parlant de rentrée, je dois avouer que j’ai hâte de remettre les pieds au lycée. Je suis vraiment contente d’avoir demandée à intégrer celui-ci. Non seulement, ça m’a permis de me couper de mes anciens « amis » (je ne revois Danaé et Hayden que lointainement, lors de quelques soirées où me traînent mes parents, pour y retrouver le gratin, londonien ou d’ailleurs !). Mais, par-dessus tout, ça m’a permis de rencontrer de nouvelles personnes. Dont Liam Coyle. On a mis un peu de temps avant de vraiment accrocher, mais on s’entend vraiment bien. Il n’est pas mon meilleur ami : j’ai à présent du mal à accorder ma confiance à un garçon, après Hayden. Tu te souviens ? Après cette soirée, chez lui, quand il s’est mis en couple avec Danaé, il n’a rien trouvé de mieux que d’étaler tous mes secrets, aidé par son horrible pouffiasse, devant tout le collège. Même mes secrets les plus honteux ! Alors, oui, maintenant, ma confiance, je l’accorde difficilement. Pas qu’aux mecs, il faut le dire. Même ma nouvelle meilleure amie, Sasha, ne sait pas grand-chose de moi (alors que de mon côté, je sais presque tout d’elle, même si on ne se connaît que depuis notre 1ère année au lycée !).

Il me faut te laisser, je vais aller retrouver Sasha et Liam : on a prévu d’aller au ciné, aujourd’hui, puis de traîner ensemble, pour profiter du fait d’être tous ensemble à Londres. Jusqu’au départ de Sasha, qui va aller en Espagne avec sa jumelle ! »


   


   
─ pseudo/prénom : Little-crash ─ âge : 29 ans ─ fréquence de connexion : Tous les jours, normalement.  ─ comment avez-vous découvert ticket to ride et qu'en pensez-vous ? Sur FB ─ inventé ou pévario ? Inventé (et pré-lien d'Adrian) ─ code : okay by chris ─ crédits : D.S.R pour l'avatar, et l'image vient de Tumblr, mais je ne saurais dire de qui !


Dernière édition par Niamh E. Woodstock le Jeu 12 Jan - 1:56, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Niamh - Vis comme si tu devais mourir demain. Apprends comme si tu devais vivre toujours.   Dim 8 Jan - 23:03

Eh ben moi aussi, je marque mon territoire, si c'est ça
Revenir en haut Aller en bas
avatar
▪ messages : 74
▪ dispo pour un rp ? : Ouiii
▪ avatar : Eddie Redmayne
▪ âge : 35 ans
▪ statut : Marié & père deux fois
▪ occupation : Professeur de littérature à Oxford, écrivain

MessageSujet: Re: Niamh - Vis comme si tu devais mourir demain. Apprends comme si tu devais vivre toujours.   Dim 8 Jan - 23:06

T'es belle
Bienvenue par ici & bonne chance pour la fiche

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Niamh - Vis comme si tu devais mourir demain. Apprends comme si tu devais vivre toujours.   Dim 8 Jan - 23:12

Mais t'as bien raison, Milan, marque-le donc

Merci Adrian ! (Oh, ça me fait penser que je vais sans doute tenter de squatter ton groupe de pré-liens, ça me botte bien, et je vois bien Niamh en études de littérature. Ou sinon, elle vient d'être diplômée, suivant la longueur du cursus qu'elle aura choisit, c'est encore en réflexion avec moi-même, et suivant si ça t'irait, qu'elle ait terminée ses études )
Revenir en haut Aller en bas
avatar
▪ messages : 74
▪ dispo pour un rp ? : Ouiii
▪ avatar : Eddie Redmayne
▪ âge : 35 ans
▪ statut : Marié & père deux fois
▪ occupation : Professeur de littérature à Oxford, écrivain

MessageSujet: Re: Niamh - Vis comme si tu devais mourir demain. Apprends comme si tu devais vivre toujours.   Dim 8 Jan - 23:49

Ouiiii même si elle a terminé elle peut quand même faire partie du club, genre il lui aurait demandé de revenir pour maintenir le truc. Genre elle peut même avoir participé à la fondation du groupe, pendant ses études, elle était douée et aimait la classe et elle a suggéré l'idée à Adrian. Du coup si c'est un peu partie d'elle et que lui ça murissait déjà dans sa tête il peut la garder en mode marraine du truc même si ses études sont terminées ?
(ouais je squatte ta fiche sans respect pour discuter du lien Arrow )

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Niamh - Vis comme si tu devais mourir demain. Apprends comme si tu devais vivre toujours.   Dim 8 Jan - 23:55

Je t'envoie un mp pour parler de tout ça plus en détails
Revenir en haut Aller en bas
avatar
▪ messages : 140
▪ dispo pour un rp ? : toujours !
▪ avatar : evan peters
▪ âge : 24
▪ statut : célibataire
▪ occupation : fier fabriquant de parapluies

MessageSujet: Re: Niamh - Vis comme si tu devais mourir demain. Apprends comme si tu devais vivre toujours.   Lun 9 Jan - 0:08

ELIZA

Bienvenue sur TTR J'espère que tu t'y plairas et je te réserve un lien parce Eliza (encore je sais)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Niamh - Vis comme si tu devais mourir demain. Apprends comme si tu devais vivre toujours.   Lun 9 Jan - 0:42

Merci à toi pour l'accueil !
Pas de souci pour un lien (si t'as déjà une idée, on peut en discuter par mp, avec grand plaisir !)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Niamh - Vis comme si tu devais mourir demain. Apprends comme si tu devais vivre toujours.   Jeu 12 Jan - 11:52

C'est une très belle fiche, très bien rédigée & plaisante à lire Je suis contente de te compter parmi les proches d'Adrian
Je valide sans hésitation et je vous suivrai de près, l'histoire a l'air vraiment superbe
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Niamh - Vis comme si tu devais mourir demain. Apprends comme si tu devais vivre toujours.   Jeu 12 Jan - 12:18

Merci beaucoup ! C'est toujours plaisant de voir que notre fiche a été appréciée !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Niamh - Vis comme si tu devais mourir demain. Apprends comme si tu devais vivre toujours.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Niamh - Vis comme si tu devais mourir demain. Apprends comme si tu devais vivre toujours.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vis comme si tu devais mourir demain. Apprends comme si tu devais vivre toujours
» Si on devait mourir demain...
» HELP IL DOIT MOURIR DEMAIN YORK 14 ANS 1/2 FOURRIERE
» Une petite bête dans un lac de nuit.
» Eden « Traite une femme comme une reine et elle te traitera comme un roi. Traite une femme comme un jeu, et elle te montrera comment on joue. »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2016-2017-
Sauter vers: