Partagez | 
 

 DAWN ♔ life is tough, my darling, but so are you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar


Invité
Invité

MessageSujet: DAWN ♔ life is tough, my darling, but so are you   Lun 26 Déc - 14:07


Dawn Millay-Harmon
Act like a hurricane so no one can ever break you again.

introduction
Dawn est une jeune femme dont la vie parait idyllique. Héritière d'une maison d'édition, elle est prête à reprendre le flambeau lorsque son père part à la retraite. Elle est marié à un homme aussi charmant que séduisant. Elle est aimé de tous grâce à son caractère jovial et sympathique, sa générosité et sa douceur. Mais Dawn cache bien le revers de la médaille, et le cancer des ovaires qu'elle a eu adolescente, qui la laisse désormais stérile et dépressive, et qui est sur le point de ruiner son mariage si elle continue de cacher un tel secret.

▬ âge : vingt-sept ans
▬ nationalité : anglaise
▬ métier : éditrice en chef
▬ quartier : Chelsea
▬ orientation sexuelle : hétérosexuelle
▬ statut : mariée
▬ groupe : travel card
▬ avatar : Lily James


en 2005en 2009aujourd'hui
La première fois que Dawn a rencontré Damian Harmon, il était tellement bourré et défoncé qu’il ne se souvient même pas de cette première rencontre. C’était une fête étudiante comme une autre à Londres, comme il y en a tant dans les pubs de la ville, où la bière coule à flots et où les tensions entre UCL et Kings battent leur plein. Plus tard, Damian s’amusera à dire qu’ils sont Romeo et Juliet, un amour interdit de par leurs universités respectives. Plus tard, Dawn lui dira qu’il est un idiot, plus encore lorsqu’il enchaine les pintes de bière pour épater la galerie.
La seconde fois que Dawn rencontre Damian, c’est à une autre fête, privée cette fois-ci, organisée par un ami respectif. Plus intimiste et, une chose en entrainant une autre, Dawn se retrouve sur le balcon avec Damian, une bière dans la main de la jeune femme et une clope au bec du jeune homme. Il faut à Dawn à peu près cinq minutes pour se rendre compte qu’il ne se souvient pas du tout d’elle. Il lui faut une minute de plus pour se moquer de lui.
« On a même dansé ensemble, oh mon dieu, » s’amuse-elle de lui, alors qu’il se met à rougir. « Franchement. C’est insultant. »
Il se met à sourire, et Dawn se dit que cela ne la dérangerait pas de voir ce sourire chaque jour. Il s’approche d’elle, cigarette oubliée entre ses doigts, monde oublié autour d’eux. « T’es le genre de fille qu’on ne devrait pas oublier. »
Oui. Ce sourire, et puis tout le reste.
Elle pourrait s’y habituer.



Etudier la littérature et l’édition était plus qu’un choix, une évidence. Elle a abandonné la danse à dix-sept ans, et avec cela l’espoir d’entrer à la Royal Ballet School. Il a fallu du temps à Dawn avant de se décider sur une autre carrière, avant de sortir de sa dépression – du temps et des médicaments qu’elle continue de prendre au quotidien, pour ne pas sombrer à nouveau. Les médecins étaient optimistes dès le départ sur l’état de son cancer, décelé très tôt. Ils l’étaient beaucoup moins quant à son état mental, qui en a pris un coup.
Des mois durant, elle s’est enfermée dans le bureau de son père, dans les livres décorant sa bibliothèque. Des mois durant, elle s’est enfermée dans des univers imaginaires, jusqu’à prendre l’un des manuscrits de son père. Rapidement, elle s’est mise à prendre des notes, griffonnées dans les marges, jusqu’à ne plus pouvoir arrêter, jusqu’à adorer cela.
Comme son père avant elle, Dawn se découvrit une passion pour la littérature et pour l’édition. Cela devint donc une évidence, lorsque vint le moment d’entrer à l’université.



Elle soupire lourdement en tournant la page de son livre, ravalant un sourire lorsque Damian répond en lui caressant les cheveux. Elle est allongée sur le lit qu’ils partagent, sa tête sur l’estomac de son petit ami alors qu’il essaye de faire une sieste post-examens. Une année de plus terminée, et bientôt Dawn sera sur le marché de l’emploi alors que Damian continuera avec un Master’s Degree. Elle sait qu’elle n’a pas à s’inquiéter – un bureau a déjà son nom sur la porte dans la maison d’édition de son père. Assistante d’édition, parce qu’il faut bien commencer quelque part et faire ses preuves comme étant plus que la fille de papa pistonnée.
Elle sait ce que Damian a de prévu – elle a trouvé la bague en cherchant quelque chose la semaine dernière, l’a remise à sa place comme si de rien n’était. Les Millays partent en vacances en Grèce le mois prochain, l’occasion parfaite pour un repas romantique et une demande qui l’était plus encore.
Dawn dira oui, évidemment.
Dawn ferme les yeux, ravalant la boule dans le fond de sa gorge. Elle prend une profonde inspiration, expirant aussi lentement que possible par le nez. Cela ne calme pas vraiment le tremblement de ses mains alors qu’elles agrippent le lavabo. Damian va finir par s’inquiéter de son absence, si elle reste enfermée dans la salle de bain plus longtemps, mais Dawn ne sait pas commencer affronter sa belle-mère à nouveau. Oh, elle n’est pas méchante ; Dawn l’adore.
Mais ce simple petit ‘alors, les petits-enfants, c’est pour quand ?’ est comme un coup de poing dans la poitrine, et Dawn s’est éclipsée aussi rapidement que possible. Il s’agit d’une soirée avec une bonne quarantaine d’invités, ce n’est pas comme si on allait remarquer son absence – sauf Damian, évidemment. Il s’ennuie autant qu’elle durant ces soirées mondaines, et il va bientôt venir à sa recherche, dès qu’il se sera échapper d’une discussion ennuyante de plus avec la voisine.
Comme s’il avait entendu ses pensées, Damian frappe à la porte. « Dawn ? Tout va bien ? »
Elle ouvre le robinet, s’asperge les joues en faisant attention de ne pas ruiner son maquillage. Lorsqu’elle ouvre la porte sur son mari, le sourire de Dawn est forcé et incertain. « Oui, oui. Juste les huitres qui ne sont pas fraiches. »
Il lève les yeux au ciel avant de ne lui tendre le bras.



Dawn espérait que cela s’arrêtera là. C’est mal connaître Damian. Sa mère lui a mis l’idée en tête, et il est désormais incapable de penser à autre chose. Ses arguments tiennent parfaitement la route ; ils ont tous les deux un métier stable, ont les moyens d’emménager dans un endroit plus grand s’il le faut (même d’acheter quelque chose plus loin du centre !), et sont assez responsables pour s’occuper d’un enfant sans que cela finisse en désastre.
Dawn ne peut d’être d’accord.
Ce qu’elle ne dit pas : la chimio lui a ravagé les ovaires lorsqu’elle était adolescente, la rendant stérile. Ce qu’elle ne dit pas : leurs tentatives chaque mois ne font qu’empirer les choses, plus encore lorsque ses règles reviennent, inlassablement. Ce qu’elle ne dit pas : elle prend rendez-vous avec son psy chaque lundi matin, et a dû augmenter la mesure de ses anti-dépressants pour la première fois en dix ans.
Ce qu’elle ne dit pas : cet enfant impossible la tue à petit feu.
Dawn se lève sur ses pointes, menton relevé, secouant la tension dans ses épaules. Du coin de l’œil, elle vérifie sa posture dans le miroir latéral – elle a tendance à ne pas avoir le dos assez droit, ces temps-ci. Sa professeure lui offre uniquement un hochement de tête avant que Dawn n’enchaine les figures pour lesquelles elle s’est entrainée. Elle compte les mesures dans sa tête – un, deux, trois ; un, deux trois – plus qu’elle ne se préoccupe du morceau de piano. Elle perd la mesure sur le dernier entrechat, retombe sur ses talons avec un soupir frustré.
Sa professeure de danse lève les yeux au ciel, ne cachant même pas ses sentiments quant à l’erreur de débutante commise par Dawn. Elle tape deux fois de sa cane contre le sol poli du studio de danse, le morceau de piano commençant de plus belle. Dawn compte jusqu’à trois, et enchaine les mouvements une fois de plus avec un froncement de sourcil.
Sa concentration paie – l’entrechat est parfaitement exécuté, et Dawn continue sur sa lancée, jusqu’à l’arabesque finale. Elle tient la pause, dos courbé et jambe tendue, ignorant le tremblement dans son genou.
Jusqu’à ce qu’elle s’effondre.



Le médecin la regarde par-dessus ses petites lunettes rondes, dossier médical entre ses mains, avant qu’il ne se râcle la gorge d’un ton bien trop sérieux aux yeux de Dawn. Elle lance un regard fébrile vers sa mère, assise à côté d’elle, et celle-ci répond en lui prenant la main dans un mouvement qui se veut protecteur et compatissant. Cela n’aide pas Dawn à calmer ses nerfs, bien au contraire.
Elle est simplement tombée dans les pommes. Ce n’est pas la première fois que cela arrive, et cela ne serait sans doute pas la dernière. Surtout à quelques jours de l’ouverture du ballet – surtout maintenant qu’elle a obtenu le rôle de Giselle. Elle s’entraine tellement qu’elle en vient à mettre de côté son travail scolaire, et même parfois ses repas. Un grand verre de jus d’orange, un morceau de sucre, et elle peut repartir de plus belle.
« Miss Millay, avez-vous des problèmes de fatigue, en ce moment ? »
Elle fronce les sourcils, regarde sa mère une fois de plus. Celle-ci hoche la tête, et Dawn répond, « Oui. Le spectacle est dans deux semaines… »
Le médecin marmonne dans sa barbe, et griffonne sur un papier. « Des douleurs dans les jambes ? Le dos ? »
« Je suis danseuse, » souligne-t-elle, la frustration plus présente dans sa voix désormais.
« Douleurs lors des rapports sexuels ? »
Dawn sent ses joues s’enflammer, tant face à la question qu’à la façon dont elle est posée, tellement naturellement. On ne parle pas de telles choses chez les Millays, et la conversation que Dawn a eue avec sa mère lors de ses premières règles – sur la protection, les préservatifs, et tant d’autres choses dont elles se seraient toutes deux bien passées – était assez embarrassante comme cela.
« Je… Pas de rapports. Pour l’instant. »
Le médecin hoche la tête, avant de poser le dossier sur son bureau. Il observe Dawn par-dessus ses lunettes une fois de plus, et elle se demande ce qu’il voit – une danseuse squelettique, tellement obnubilée par ses entrainements qu’elle n’est même pas capable d’avoir un petit ami alors qu’elle a déjà seize ans. Elle sait très bien qu’elle est en retard par rapport aux autres filles ; sa meilleure amie a perdu sa virginité l'année dernière. Et alors ?
« Nous allons devoir faire des examens supplémentaires, juste au cas où. »
« Je suis juste tombée dans les pommes ! »



Une semaine plus tard, Dawn apprend qu’elle a un cancer des ovaires.



Dawn se regarde dans le miroir. Sa peau semble tirée sur les os de son visage, ses joues ayant perdu la rondeur de l’enfance. Ses yeux sont ternes, les cernes violets au point d’être translucides. Elle cligne des yeux, avant que son regard ne tombe sur le lavabo.
La première mèche vient de tomber, la traitresse.
Elle savait que cela allait arriver, quelques semaines après la première session de chimio. Elle ne s’attendait pas à ce que ce soit aussi rapide, ou peut-être espérait-elle un miracle. Quelque chose qui empêcherait le cancer de lui prendre ses beaux cheveux. Déjà qu’il lui a pris des kilos qu’elle ne pouvait pas vraiment perdre, qu’il lui a pris la danse, sa santé. Il lui prend tout, détruisant tout sur son passage.
Dawn ouvre l’un des placards de la salle de bain, prendre la tondeuse de son père. Le bourdonnement du moteur résonne dans la pièce, et elle ravale ses larmes avant de lever la tondeuse au-dessus de son front. Une première mèche tombe. Puis une deuxième, et une autre, avant qu’il ne reste plus rien.



─ pseudo/prénom : VINTAGE LOVE./Morgane ─ âge : vingt-cinq quand, yikes. ─ fréquence de connexion : ahah lol.  ─ comment avez-vous découvert ticket to ride et qu'en pensez-vous ? et dire que je l'ai fondé, a long time ago, in a galaxy far far away. ─ inventé ou pévario ? inventé.  ─ code : merde okay. ─ crédits : ...


Dernière édition par Dawn Millay-Harmon le Lun 26 Déc - 17:36, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar



messages : 143
dispo pour un rp ? : toujours !
avatar : timothée chalamet
age : 24
occupation : étudiant en histoire de l'art
relationship status : célibataire
MessageSujet: Re: DAWN ♔ life is tough, my darling, but so are you   Lun 26 Déc - 15:55

Belle prémisse de perso Hâte de te voir la jouer
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité
Invité

MessageSujet: Re: DAWN ♔ life is tough, my darling, but so are you   Mer 28 Déc - 14:09

Je valide pas, t'as pas mis le code

Arrow


Reeeee
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: DAWN ♔ life is tough, my darling, but so are you   

Revenir en haut Aller en bas
 
DAWN ♔ life is tough, my darling, but so are you
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» It's a new dawn, it's a new day, it's a new life... [Gin]
» — bring me to life
» Dawn Of War II
» Life in UCLA
» Dawn of war 2 Retribution

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2016-2017 :: FICHES SEPTEMBRE 2017-
Sauter vers: