thanks for loving me [fabien & michelle]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: thanks for loving me [fabien & michelle]   Mer 27 Juil - 3:42


« thanks for loving me »
[fabien & michelle]

Ces paupières se collent, comme Fab tente de les ouvrir. Peu de souvenirs ont traversés la nuit. L’image des bâtons lumineux couvrant ses bras réapparait dans ses yeux, le son des chansons plus ou moins à la mode résonne dans ses oreilles, le fracas du sol revrombit dans ses pieds. Le souvenir le fait sourire, puis souffrir. Non pas par remords de ses abus, non pas par regrets étant donné sa gueule de bois, mais bien par l’œil au beurre noir qui gît contre son visage. Plisser les traits de sa face n’est pas une idée qui lui vaudrait le prix Nobel qu’il convoite. Les hommes de main de l’autre nuit ne l’avaient pas manqué. Malgré ses mensonges, Fab se doute que ses amis ne sont toujours pas dupes. Il agit différemment depuis un moment. Ses mouvements sont inusités, sa voix soupire, son regard s’égare. Certes, le message violent y est pour beaucoup. Cela traumatise sa vigilance. Tous les soirs, il redouble d’attention, de méfiance, mais aussi de quantités de drogues à ingérer afin de diminuer son angoisse. Mais ce n’était pas tout. Londres avait été formidable, vraiment, sincèrement. Cette ville avait tant et tout donné à Fab. Et continue de le faire. Ses nouveaux amis comme Mimi, Breandan, Stacy et Ted, ses retrouvailles avec Wolfgang, sa colocation avec Reese. Et Michelle bien sûr, celle-ci gisant à ses côtés, comme lui après leur nuit. Mais il ne peut mentir que le dernier mois n’avait pas été que parsemé d’allégresse. Incapable de mettre le doigt sur ce qui clochait. Du moins, pour l’instant. Son anniversaire approche toutefois. Vingt et un ans. Il y a là de quoi le transir. Si les nuits s’accélèrent et deviennent de plus en plus épiques, autant en joie qu’en démence, ses moments de solitude s’enlisent dans un effroi qu’il osait croire ne plus connaître.

Son passé de côté, l’instant présent n’est pas mal. Le corps chaud de Michelle respire contre le sien. Il y a quelque chose de beau dans cette scène. Fab peut aisément dire qu’il aime cette fille. Beaucoup, peu, plus ou moins. Ça l’importe peu. C’est aussi assurément la seule et unique question à laquelle son corps entier ne cherche pas à répondre ces derniers temps. Cela fait un moment qu’il ne s’est pas arrêté un moment pour aimer. Et aimer de choix et de romance. Ensemble, ils sont merveilleux. Leurs oaristys le comblent, car aussi charnels sont-ils, autant leurs regards s’enflamment pendant ceux-ci. Fab se déplace doucement parmi les draps, afin de ramener ses hanches contre celles de Michelle, un peu éloignées suite à leur sommeil. Son nez se baigne dans ses cheveux bruns, lesquels le réconfortent. Ses traits s’adoucissent et chatouillent ceux de son amie. Il y a quelque chose d’épique entre eux, de mythique. Là, drapés, entremêlés, bercés par la lumière du matin, ils redécouvrent leur propre Ogygie. L’histoire d’une nymphe et d’un héros. Fab sourit à cette idée. Leur idylle sera peut-être éphémère. Possiblement. Néanmoins, la passion n’en sera pas moindre.

Sinon, cela lui fait bien d’être aimé à nouveau. Avait-il vraiment retrouvé cette sensation depuis Cassie? Difficile de dire. Il y avait eu des clins d’œil ici et là, mais... Mais rien, vraiment. Enfin ne plus être le drogué, mais bien la drogue. Parfois même les deux à la fois. Cette impression de valoir quelque chose, quelque chose allant d’un penny à une fortune. Il se souvient, alors qu’il était amoureux de Cassie, ces nuits passés à se décrire l’un à l’autre, sous les draps, à la lueur d’une lampe de poche. Cassie adorait ces moments, tout comme Fab. Ou encore, ces films écoutés, mais pas vraiment écoutés, ces photographies prises, mais pas vraiment prises, ces livres lus, mais pas vraiment lus et ces baisers échangés, mais pas vraiment échangés. Tant les deux adolescents étaient distraits par leur amour. Après ce qui était arrivé, les films, les photographies, les livres et les baisers avaient comme disparus. Ils s’étaient évanouis, les souvenirs avec, la joie aussi. Pendant longtemps. Michelle... est-elle sa salvatrice? En ce moment, Fab ne saurait pas même y songer. Ses blessures se crispent de plus en plus chaque jour et malgré le baume que constitue la présence de la fille à ses côtés, des fois cela ne semble pas suffire.

Pourtant, elle le rend heureux. Il ne faut pas croire le contraire. Fab aimerait pouvoir décrire ce qu’il ressent avec plus de précision, mais il en craint également la portée, quelle qu’elle soit. Tout ce qu’il sait, c’est qu’être aimé lui a manqué plus qu’il n’a osé l’admettre. Les soirées en tête-à-tête avec Michelle, leurs visages ondulant dans l’ombre à la lueur de chandelles vivaces dans l’été londonien. Les courses dans les rues en pleine nuit avec leur bande. Ce sont tous là des moments que Fab chérit, mais aussi qui repoussent ses hantises. Parfois, il ose se demander ce qu’il ferait sans tout cet amour, s’il survivrait dans un monde sans la présence de ces êtres, de cet être en particulier.

Le garçon s’avance une autre fois, plus insistant, glissant son nez contre celui de Michelle, se voulant plus agaçant.

« Wake up, sweetheart. »

Deux soleils bleutés pointent le bout de leur nez, comme Michelle s’éveille. Fab sourit à la vue de leur éclat. Perdus dans les boucles brunes de la belle, il admire, encore une fois, son visage qui semble le caresser tendrement.

« You are so beautiful. »

S’il se rapproche d’elle encore plus, si seulement cela est possible, c’est pour mieux sentir ses formes contre son corps. Ce matin, ce n’est pas l’envie qui lui manque d’aimer Michelle. Ses lèvres mielleuses l’interpellent, alors sans trop réfléchir il y dépose un baiser afin de prolonger son rêve. Tout son corps s’en ravit, puis lui gueule sa soif alors qu’il retire sa bouche, afin de réétudier ses traits une énième fois, toujours et autant fascinés par ceux-ci, par leur complexité parfaite, par leur intrigue suave. Ses bras s’enlisent entre les cotes de Michelle et le matelas, serrant celle-ci dans son étreinte, contre lui.

« Did you sleep well? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: thanks for loving me [fabien & michelle]   Mer 27 Juil - 22:34

U
n doux parfum réveilla la jeune femme. Une lente respiration dans son cou qui la fit sortir de son sommeil réparateur et il fallait avouer que ces derniers moments, Michelle ne dormait aussi bien que chez Fab, tout chez lui l'a rendait hyper-active et calme, comme sereine. Tout ça à la fois, dans une farandole de sentiment qui lui faisait aimer chacun de ses moments avec une note de mélancolie. Cette mélancolie qui l'empêchait d'apprécier la moindre des micro-secondes passé avec lui, contre lui. Cette mélancolie née de ses sentiments nouveau vers lui. Et si c'était plus ? « Wake up, sweetheart. » Elle se tortilla, retenant un sourire, buvant chacune de ses paroles. Mais Michelle n'était pas une personne matinale; encore plus en bonne compagnie. Ça lui donnait envie de rester emmitouflée dans les couvertures contre Fabien. Ce n'est pas comme si elle avait quelques chose à faire aujourd'hui, au contraire, elle pouvait imiter le plus fainéant des félins et passer la journée à s'étirer dans le lit.

« You are so beautiful. » Elle fit mine de ne pas bouger et cacha un peu plus son visage dans les couettes pour dissimuler son  sourire. Il sait pertinemment comment la réveiller mais la jeune brune décide de prolonger un peu plus ce moment, comme bloquer hors du temps, digne d'une peinture d'un artiste de la Renaissance. Mais même si sa volonté de savourer ce moment est grande, Michelle ne put s'empêcher d'aller à la rencontre de l'homme lorsque ce dernier s'approcha encore un peu plus d'elle. Elle voulu le prendre dans ses bras, le dévorer tout entier et lui dire que c'était lui, qu'il était lui aussi tellement beau. Mais elle ne fut rien de tout cela et laissa son corps se faire guider par celui de Fabien; c'était comme ses danses magnifique et inexplicable que les oiseaux entreprennent avant de partir pour leur long voyage hivernal, tout se faisait naturellement comme transporté. Puis, naturellement, il porta ses lèvres au siennes et elle laissa sa langue se réveiller contre la sienne quelques instants.

« Did you sleep well? » Dans son étreinte, Michelle prit le temps de respirer le parfum de l'homme dans le creux de son épaule avant de tourner la tête sur le côté. « Very well, and you ? » S'arquant pour relever son buste et ainsi avoir une vision complète du visage de l'homme, elle lui sourit doucement. Elle avait envie qu'il chante que ses nuits n'étaient parfaite que quand elle était là - mais même elle se rendait compte à quel point cela pouvait sembler niaiseux -. Toujours en souriant, elle se rebaissa, écrasant sa poitrine nue contre celle de l'homme pour lui voler un baiser avant de rouler sur le côté, gardant ses jambes entortillé dans les siennes. Michelle n'était pas très douée pour cacher ses émotions, aussi dés que son regard retomba sur l'oeil de Fab', ses sourcils se froncèrent, cherchant une explication. « Fab, what happened there ? » Fit-elle, lui caressant doucement l'arcade sourcilière, comme si elle pouvait faire disparaître le mal d'une caresse.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: thanks for loving me [fabien & michelle]   Ven 26 Aoû - 0:33

Tout semble toujours rose avec Michelle. Allant des caresses du matin aux baisers du soir, en passant par les sourires de l’après-midi. Le temps qu’ils passent seuls ensemble n’est que doux et paisible, contrastant avec les fêtes éhontées auxquelles les deux amants participent. Il y a quelque chose de précieux dans leurs étreintes. Leurs poitrines qui se brûlent, leurs orteils qui se chamaillent, leurs regards qui se cherchent, leurs lèvres qui s’accrochent. Malgré la déprime latente qui le poursuit ces derniers temps, Fab trouve toujours en ces moments d’intimité, des bourgeons de bonheur. Les bras de Michelle ont quelque chose de réconfortant, tant ils ressemblent aux siens et en diffèrent d’une certaine manière. Avec elle, il se croit parfois de retour au lycée, comme s’il partageait un amour un peu juvénile, un peu naïf et maladroit. Enfin, ils ne sont pas en amour, du moins, le garçon ne se pose certainement pas cette question, tant d’autres le tiraillent. Toutefois, il voit comment la peau de son amie dégage contre lui une chaleur dont il se passe difficilement maintenant.

« I did too. »

C’est plus ou moins un mensonge. Les cauchemars assaillent ces nuits, les souvenirs se rejouent à répétition dans ces rêves, alors que Fab les voit défiler, impuissant. Néanmoins, le rôle que joue Michelle dans la qualité de son sommeil n’est pas à négliger. Lorsque les yeux du garçon s’ouvrent, terrorisé, alors que la Lune brille déjà haut dans le firmament, la présence de la fille, même endormie, est ce qui l’aide à retrouver un certain confort dans l’obscurité. Dans ses songes, tant de gens lui veulent du mal, désirent le blesser, le voir souffrir. La chaleur de Michelle en est l’antithèse. Un berceau de romance et de moiteur.

La question est posée, aussi fatale soit-elle. Il sourit, cachant plus ou moins bien sa nervosité. Sa tête chasse le souvenir du règlement de compte de son esprit, tant sa mémoire en est meurtri. Somme toute, c’est la douleur qu’il dissimule tant bien que mal, confiant à Michelle un sourire qui se veut naïf et évasif.

« Didn’t I tell you guys last night? I don’t remember. I feel on the street, I was looking at my phone and I tripped on something. »

Le Soleil continue sa longue et tendre caresse alors que Fab se met à jouer avec les cheveux de Michelle, soulevant une mèche à la fois, cherchant à éviter le sujet. Il sourit. Puis, mû par l’impulsion, il relève son corps.

« Come, I’ll show you something. »

Fab la hisse hors du lit, la mène dans le salon, malgré leurs réticences à quitter la chambre. Il la glisse contre le divan, puis prend place sur le banc installé devant son piano. Il s’étire les doigts, toujours endormi suite à leur longue nuit.

« Listen. »

Rapidement, ses mains s’envolent et se rabaisent, enchainant Fantaisie – Impromptu de Chopin, un morceau qu’il vient tout récemment de perfectionner lors de ces longues nuits pendant lesquelles il ne trouve pas le sommeil. Pourtant, le résultat est merveilleux, délectable. Sans réfléchir, il brandit ces phalanges et appuie sur les touches tantôt avec une vitesse étonnante, tantôt avec une délicatesse improvisée. Pendant ces cinq minutes, son regard fixe le clavier, le blanc et le noir des touches, couleurs qui lui remémore tant. Le bien et le mal. Le bonheur et la souffrance, tourbillonnant en lui. Il déglutit à plusieurs reprises, mais ne perd pas la cadence, encore moins son doigté précis. Alors que ses mains pèsent la dernière note, il les retire, puis se retourne son regard vers Michelle, souriant doucement.

« It makes me think of you. As vidid as the wind and as soft as the rain. And its quite romantic, isn’t it? »

Il sourit, se lève, s’approche d’elle. Elle et lui s’embrassent à nouveau. Il souhaiterait que toutes ces journées soient comme celle-ci. Qu’il n’ait plus à quitter son appartement, qu’il puisse simplement s’y vautrer. Que sa thébaïde soit l’hôte des plus grandes fêtes, mais aussi le témoin de son idylle délicate et simple. Que ces ennuis s’estompent, puis disparaissent. Oui. Voilà ce qu’il aimerait. Du moins, pour un temps. Quand rien ne l’a jamais complètement satisfait, vraiment. Pas même Cassie.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: thanks for loving me [fabien & michelle]   

Revenir en haut Aller en bas
 
thanks for loving me [fabien & michelle]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mirlande Manigat prend position pour Madame Michelle Duvivier Pierre-Louis
» michelle martely se fait gifleret avilir en republique dominicaine
» 05_ i just can't stop loving you
» Fume pour éviter de penser[PV Fabien]
» Trish Stratus Vs Michelle McCool

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2016-2017-
Sauter vers: