GPM ~ Honey I love you, that's all she wrote

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: GPM ~ Honey I love you, that's all she wrote   Dim 24 Juil - 16:33


Ginger Prudence Marling
Though her words are simple and few, listen, listen, she's calling to you...

introduction
Ginny est née le 23 mars 1990 à Carshalton, dans laquelle elle a grandi avec sa soeur de deux ans son aînée. Les deux soeurs étaient comme des jumelles, inséparables, jusqu'à ce qu'Elza disparaisse sans vraiment laisser de trace alors que Ginny n'avait que quinze ans. Trois ans plus tard, elle décide de quitter la maison familiale pour Londres, coupant les ponts avec ses parents, et sa famille. Elle fuit par la même occasion un homme qu'elle aime plus que tout, sans rien lui dire. Elle vit aujourd'hui à Little Venice, où elle peint pour vivre. C'est une bonne vivante, elle ne perd pas une occasion de s'amuser, elle enchaîne les conquêtes sans conséquence, parce que c'est plus facile, parce que ça fait moins souffrir.

▬ âge : 26 ans (en 2016)
▬ nationalité : Anglaise, mais elle a quelques origines suédoises. Oui oui, suédoises.
▬ métier : Peintre
▬ quartier : Little Venice depuis qu'elle a emménagé ici, il y a 8 ans.
▬ orientation sexuelle : Hétéro, elle n'a jamais été attirée par les courbes féminines.
▬ statut : Célibataire, libre comme l'air, et elle en profite !
▬ groupe : Single Ticket
▬ avatar : Emma Stone


en 2005en 2009aujourd'hui
And I was there, when you grew restless, left in the dead of night

   Les années avaient passé, et si elle avait gardé espoir de revoir sa sœur les premiers mois, la première année, plus le temps filait et plus ses espoirs s’évaporait. Etait-elle morte, était-elle toujours en vie, simplement trop égoïste pour penser à sa famille ? Personne ne le savait. Le doute subsisterait toujours. Ginny connaissait le visage de sa sœur par cœur. C’était du moins ce qu’elle pensait avant sa disparition. Elle était à présent incapable de le peindre entièrement. Dans un accès de colère, mêlé au désespoir, elle avait peint l’ombre que représentait Elza, au loin, derrière elle. Paradoxalement, c’était peut-être sa meilleure peinture jusqu’à maintenant. La souffrance créait l’inspiration, c’était bien connu. Sa mère ne s’était pas relevée de ne plus pouvoir voir sa plus grande fille. Elle s’était lentement enfoncée dans une sorte de folie douce, le regard las et fatigué qui ne fixait que le vide face à elle. Ginny faisait simplement partie d’un décor auquel elle ne s’intéressait même plus. Et chaque fois que le téléphone sonnait, c’était le même manège, c’était son seul réveil, la seule lueur qui brillait encore dans ses pupilles, elle quittait sa chaise et se précipitait sur le combiné avant que quiconque n’est eu le temps de l’intercepter, et criait presque le nom de sa fille, comme si celle-ci allait miraculeusement réapparaître. Ginny, elle avait cessé d’y croire. Et chaque fois qu’une autre voix que celle d’Elza retentissait, sa mère lâchait le combiné et allait se rasseoir sur sa chaise d’un pas traînant. Deux ans que ça durait. Et son père, lui, n’était pas d’une grande aide. Chaque matin, il se levait, quittait la maison pour aller travailler, c’était du moins ce qu’il disait, et rentrait si tard le soir que personne n’était là pour l’accueillir. Elle attendait toujours d’entendre la porte d’entrée claquer avant de s’endormir, comme pour s’assurer que lui ne partirait pas, qu’il rentrerait bien. Elle savait depuis quelques mois maintenant qu’il trompait sa mère. Elle le détestait pour ça, mais ne faisait rien. A dix-sept ans, sa foi en les hommes, et en l’amour sous toutes ses formes, ne tenait plus qu’à un fil. Sa sœur, elle la haïssait, désormais. Tout était de sa faute, elle les avait tous abandonnés, volontairement ou pas, elle était partie, et voilà ce qu’il en résultait : rien que de la souffrance.

A heart full of you, a single look and then I knew

   Elle fêtait son anniversaire. Dix-huit ans, et aucun membre de sa famille ne s’en était souvenu. « Joyeux anniversaire Ginny ! » Jamie se tenait devant elle, fleurs et cadeau emballé dans les mains, grand sourire aux lèvres, alors que derrière lui, un chant d’anniversaire résonnait. Tous ses amis se tenaient là, devant chez elle. Heureusement qu’ils étaient là. Elle regarda derrière elle et aperçut sa mère avachie sur le canapé, qui malgré le vacarme que ses amis faisaient, ne releva même pas la tête. Ca lui faisait si mal, cette indifférence constante. Parfois, elle en venait à se demander si elle n’aurait pas mieux fait de disparaître à la place de sa sœur. C’était ce qu’elle comptait faire, de toute façon. « Allez, viens, on a prévu quelque chose pour ton anniversaire ! » Il attira son attention et elle se reconcentra sur lui, qui lui tendait la main pour la convaincre de le suivre. « Quoi donc ? » Il rigola et haussa les épaules d’un air secret en prenant finalement la main de Ginny. « C’est une surprise. » Elle esquissa un sourire, ils rejoignirent ensemble leurs amis, et tous montèrent en voiture. Ils roulèrent une bonne demi-heure avant d’arriver à destination : une vieille maison dans laquelle la musique résonnait déjà. « Les parents d’Amelia utilisent cette maison pour la louer, mais pour ce soir, elle est à nous ! » lui expliqua Jamie en lisant la surprise sur le visage de Ginny. Elle avait presque envie de pleurer. La fête avait bien vite commencé, et l’alcool coulait déjà dans ses veines. Elle profitait de cette soirée pour oublier ce qu’elle vivait, pour penser à autre chose, et Jamie l’accompagnait. Il avait quelques années de plus qu’elle, et la surveillait, comme un grand-frère protecteur. Alors qu’ils dansaient ensemble, elle se laissa aller et craqua la première en plaqua ses lèvres sur les siennes, comme un besoin désespéré d’affection. Peut-être était-ce simplement l’alcool, mais son cœur tambourinait plus vite dans sa poitrine. Elle se détacha finalement et se mordit la lèvre de façon aguicheuse en le regardant. Un instant plus tard, elle lui prenait la main et l’emmenait avec elle à l’étage, dans une chambre où ils passèrent la nuit ensemble. Le lendemain, alors qu’elle se réveillait dans ses bras, dans le plus grand des conforts, elle réalisa les sentiments qu’elle avait pour Jamie, enfouis depuis bien longtemps déjà. Elle savait pourtant que ça la ferait souffrir, et, suivant ses convictions, elle s’extirpa du lit en silence, enfila rapidement ses vêtements, et rentra chez elle en taxi. Lorsque Jamie se réveilla, elle avait filé depuis près d’une heure, le laissant seul dans cette chambre, à regretter son départ précipité.

So I cut the ties and I jumped the tracks for never to return

   Elle chargea un dernier sac dans le coffre de sa voiture, et admira une dernière fois la maison dans laquelle elle avait grandi. Tous les souvenirs autrefois heureux qu’elle avait s’était changé en souffrance. Sa mère n’était même pas consciente de ce que sa dernière fille allait faire. Son père, lui, n’était même pas là. Elle soupira un instant, baissa la tête, et entra dans la voiture, avant de mettre le contact et avancer sans plus se retourner. Elle partait elle aussi, elle fuyait tout ce qu’elle avait vécu, son passé, ses peines. Elle avait laissé une lettre à ses parents, une lettre à Jamie, dans lesquelles elle s’excusait, et s’expliquait. Elle ne reviendrait pas. Elle ne disait pas où elle allait, pourtant pas très loin, mais elle avouait qu’elle partait. Elle n’était même pas sûre que sa famille s’en soucie. Elle n’avait pris que ses vêtements, quelques bouts de souvenirs, et ce tableau qu’elle avait peint des années auparavant, l’ombre de sa sœur. Il ne lui fallait pas si longtemps pour arriver à Londres, ville qu’elle avait élue comme un nouveau départ. Elle avait assez pour payer les deux premiers mois de son loyer grâce à l’argent qu’elle avait économisé en travaillant l’été. Deux mois pour trouver un travail à plein temps et s’assurer une petite stabilité financière. Il ne lui fallut pas longtemps pour en trouver un en tant que barmaid dans un bar pas très loin de chez elle. Dès qu’elle le put, elle changea sa chevelure blonde pour un roux flamboyant, pour qu’on ne puisse plus jamais lui dire qu’elle ressemblait à sa sœur, ou à sa mère. A partir de ce moment-là, elle n’était plus que Ginny Marling, franchement arrivée à Londres, désireuse de devenir peintre. Et son passé, elle le cachait derrière son tableau, qu’elle avait accroché sur l’un des murs de son petit appartement.
We'll do whatever just to stay alive

   « Ginny, il y a quelque chose que j’ai besoin de te dire… » Ca commençait mal. Elle avait été claire pourtant, rien de sérieux, que de l’amusement, pas de prise de tête, rien de personnel. C’était sa règle d’or. Seulement en voyant le regard qu’il lui portait maintenant, elle redoutait la suite. Elle hocha la tête malgré tout pour l’encourager à parler, repérant déjà les vêtements du jeune homme pour les lui lancer lorsqu’elle lui demanderait de partir. « Je sais qu’on avait établi des règles, mais… j’aimerais qu’on se voie à l’extérieur. Qu’on aille au restaurant ensemble, au cinéma, au musée, ou peu importe… J’aimerais vraiment apprendre à te connaître. Je t’apprécie beaucoup, tu sais… » C’en était déjà trop, la limite avait été atteinte. Et qu’est-ce qu’il était faible, de tomber si facilement dans le panneau ! Elle avait été claire dès le début et c’était ce qu’il semblait rechercher aussi, non ? Elle se dégagea de son emprise, sortit de son lit et se rhabilla rapidement avant de lui lancer son jean, qui traînait au pied du lit. « Tu devrais partir. Et je pense qu’il serait mieux qu’on arrête ça. Je te l’ai dit dès le départ : je ne veux rien de sérieux, pas d’histoire, pas de sentiments, pas d’attache, et tu m’as dit que c’était parfait pour toi, pas vrai ?! » Il était déboussolé. Sans doute le genre de type qui s’imaginait qu’une femme tombait toujours amoureuse la première. Ce n’était pas son cas. Elle avait fermé son cœur à double-tour et personne, jamais personne, n’en aurait la clé. « Oui, ça l’était, mais ça a changé ! Ecoute, je veux juste une sortie. Juste un rendez-vous. S’il-te-plaît… Ginny… » Cette fois, ce fut son t-shirt qu’elle lui lança en pleine figure. « Non. Maintenant, si tu pouvais sortir de mon lit et quitter mon appartement, ce serait super, j’ai du travail. » Du travail, oui, sa peinture. C’était tout ce qu’elle avait, tout ce à quoi elle s’accrochait. Elle avait réussi, elle peignait pour vivre. Elle n’avait pas forcément un grand nom, ne roulait pas non plus sur l’or, mais elle s’en sortait assez pour payer son loyer tous les mois sans aucun retard. Huit ans qu’elle vivait ici à présent, et elle s’y était bien faite. Elle n’avait plus aucune nouvelle de sa famille, Jamie l’avait sans doute oubliée depuis longtemps, et Elza… Eh bien, Elza n’avait toujours pas été retrouvée. Ici, personne ne connaissait son histoire, et ça lui convenait. Elle s’exprimait dans ses peintures, elle se racontait à sa façon, mais personne ne lui demandait jamais si son passé avait une influence sur ce qu’elle peignait. Elle avait la vie qu’elle avait souhaitée. « Dire que je me disais qu’on aurait pu essayer de construire quelque chose… C’est dommage. » Il finit d’enfiler son jean et s’approcha d’elle pour lui embrasser la joue, malgré la réticence de la jeune femme. « Tu devrais ouvrir ton cœur à quelqu’un, tu sais ? On en a tous besoin. » Elle lâcha un soupir, et il quitta la pièce, puis son appartement, à regret.
'Cause if you're bleeding, so am I...

   Les cheveux relevés en un chignon lâche, tenus seulement par un pinceau placé en biais, les yeux plissés, les lèvres pincées, comme à chaque fois qu’elle se concentrait, le pinceau à la main, son modèle vivant sous les yeux, elle tâchait d’en coucher les traits sur sa toile vierge. Le visage de sa sœur, elle le connaissait par cœur. Acrylique, aquarelle, peinture à l’huile, tout y passait. Elza était son modèle préféré, son modèle d’entraînement, celui qu’elle s’acharnait à reproduire pour se perfectionner toujours un peu plus. Elle avait beau n’avoir que quinze ans, elle avait toujours vécu avec un pinceau dans la main, et rendait fier son entourage. Aujourd’hui, il y avait quelque chose de triste dans le regard de sa sœur, comme un voile de mélancolie qui venait se loger dans le creux de ses yeux, que Ginny seule pouvait percevoir en le reproduisant. Elle n’avait alors aucune idée de ce qui se tramait dans la tête d’Elza, ne savait rien du petit-ami de cette dernière, et de ce qu’elle était prête à faire par amour pour lui. Elle n’en avait aucune idée, de tout ça, elles n’en parlaient jamais. Ce qu’elle savait, c’était que depuis qu’elle le connaissait, elle se confiait bien moins, comme un fossé qui se creusait entre elles, qui étaient pourtant si proches, presque inséparables, autrefois. Quelque chose avait changé, une cassure que Ginny avait bien du mal à accepter. « Tu es vraiment douée Ginny. » avait-elle dit dans un léger soupir. Ca lui fendait le cœur de la voir comme ça. Elle sourit malgré tout, ajoutant une petite signature à sa toile, comme si elle était une artiste, et la tendit à sa sœur. « Un jour, ce portrait vaudra des millions, alors prends-en soin ! » Elle éclata de rire, pas franchement convaincue par ses propres mots. Elza prit la toile, et, alors que des larmes se formaient dans le coin de ses yeux sans que Ginny ne comprenne pourquoi, elle prit sa petite sœur dans ses bras pour la serrer très fort contre elle, avant de se détourner pour retourner dans sa chambre, pour pleurer, pensa-t-elle.

There's nothing I wouldn't do to hear your voice again.

   Elle était partie. Envolée. Disparue. C’était arrivé une nuit, la veille elle disait bonne nuit, le lendemain, elle n’était plus là. Quelques affaires avaient disparu elles aussi, mais la majorité restaient là, abandonnée, comme le reste de sa famille. Personne n’a jamais su si elle était partie, ou si on l’avait emmenée. Peut-être un peu des deux. Une gamine de dix-sept ans avait disparu, c’était ce que les informations avaient raconté, postant une photo d’elle pour un appel à témoin qui ne vint jamais. Elle s’était comme évaporée, en ne laissant rien derrière elle que les déchirures que son départ causait. Elle avait fugué, c’était l’explication la plus logique, la première que la police avait fournie lorsque ses parents avaient signalé sa disparition. Ils avaient dit qu’elle reviendrait bien assez vite, quand elle aurait faim et qu’elle n’aurait plus aucun moyen de se procurer de quoi vivre, mais ça n’était jamais arrivé. Elle était partie. Elle n’avait pas laissé de lettre pour elle pour Ginny, qui porterait ce poids sur ses épaules toute sa vie. Etrangement, elle en vint à haïr ses parents pour sa disparition, comme s’ils étaient fautifs, alors qu’ils étaient tout autant victimes qu’elle. Sa famille, autrefois aimante et unie, était devenue froide et déchirée. Elle avait si mal qu’elle finit par se dire que le mieux était de fermer son cœur pour ne pas souffrir autant que ce jour-là. Elza n’était plus là, et tout était différent. Si sa mère tournait doucement dans la folie, son père fuyait la demeure familiale qu’il ne supportait même plus. Et Ginny, quant à elle, s’imaginait partir à son tour, le plus vite possible.



─ pseudo/prénom : Emi Burton ─ âge : La majorité internationale ─ fréquence de connexion : Disons une fois par jour minimum !  ─ comment avez-vous découvert ticket to ride et qu'en pensez-vous ? Je m'en souviens plus scratch Mais je le trouve au top  ─ inventé ou pévario ? Inventé, ma petite tête est pleine de surprises ─ code : On attend pas patrick ? ─ crédits : Lux Aeterna (ava) Tumblr (gifs)


Dernière édition par Ginny P. Marling le Mar 26 Juil - 20:43, édité 20 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GPM ~ Honey I love you, that's all she wrote   Dim 24 Juil - 16:44

Emmaaaaaa, super choix
Reeee
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GPM ~ Honey I love you, that's all she wrote   Dim 24 Juil - 17:06

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GPM ~ Honey I love you, that's all she wrote   Dim 24 Juil - 17:10

REEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GPM ~ Honey I love you, that's all she wrote   Dim 24 Juil - 18:17

Reeeeeee
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GPM ~ Honey I love you, that's all she wrote   Dim 24 Juil - 18:22

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GPM ~ Honey I love you, that's all she wrote   Dim 24 Juil - 19:23

Bienvenue parmi nous
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GPM ~ Honey I love you, that's all she wrote   Lun 25 Juil - 0:46

Emma Reeeeeeeeeee

Origines de Suède en plus je te réserve un lien avec l'un de mes petits Suédois Fab ou Blondie
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GPM ~ Honey I love you, that's all she wrote   Lun 25 Juil - 13:17

Merci tout le mooooonde
Je finis vite ma fiche qu'on puisse se trouver tout plein de liens
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GPM ~ Honey I love you, that's all she wrote   Lun 25 Juil - 13:21

La très joli Emma !!! Bienvenue parmi nous et bon courage pour ta fiche !!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GPM ~ Honey I love you, that's all she wrote   Lun 25 Juil - 18:34

Reeeeeeeee ma Caro !
J'espère que Ginny et Jeanne auront un lien !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GPM ~ Honey I love you, that's all she wrote   Mar 26 Juil - 20:43

Merciiii
Et voilà, fiche terminée ! On pourra bientôt discuter liens
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GPM ~ Honey I love you, that's all she wrote   Mar 26 Juil - 21:27


félicitations !
te voilà validé(e) !



Re-bienvenuuuue
J'adore ta fiche sérieux, j'ai juste trop hâte de lire tes rps avec Ginny, savoir si elle va revoir Elza, peut-être Jamie aussi, ou juste en tout cas finir par aller mieux et faire table rase du passé evanouissement
Bref, je te valide, obviously

Étant validée le 26/07, tu n'es concernée pas concernée par le recensement ce mois-ci. Par contre nous t'invitons dès maintenant à créer ta fiche de liens pour t'intégrer au plus vite sur le forum. Pour trouver des liens plus facilement, nous avons mis au point un petit registre des personnages qui t'aidera à connaître un peu mieux nos amis londoniens. Mais tu peux aussi découvrir tes voisins ou mieux encore ouvrir une colocation!

En ce moment nous avons une intrigue en cours à laquelle tu peux t'inscrire icii, mais aussi souvent des activités que tu retrouveras dans le flood.

N'oublie pas qu'il te faut entamer un rp sur le forum avant de poster un pévario !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GPM ~ Honey I love you, that's all she wrote   Mar 26 Juil - 22:37

Merciii
Contente que tu aies aimé Il va y avoir quelques surprises avec elle je pense
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GPM ~ Honey I love you, that's all she wrote   Mar 26 Juil - 22:46

Rebienvenue sous cette nouvelle tête
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: GPM ~ Honey I love you, that's all she wrote   

Revenir en haut Aller en bas
 
GPM ~ Honey I love you, that's all she wrote
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» « CENTRAL PARK » New York i love you .
» Mangas-Love RPG ♥
» Love et Story

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2016-2017-
Sauter vers: