JTM - I'm a creep, I'm a weirdo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: JTM - I'm a creep, I'm a weirdo   Ven 15 Juil - 23:00


Joshua Taylor Miller
You're so fuckin' special, I wish I was special. But I'm a creep, I'm a weirdo. What the hell am I doing here? I don't belong here.

introduction
Sa mère est morte quand il avait huit ans et sa sœur et lui ont été placé dans une famille d'accueil. Cela ne s'est pas bien passé et ils ont, en tout, été dans 3 familles d'accueil et 2 foyers. Il a mis le feu dans sa dernière famille d'accueil, après s'être assuré que personne ne soit présent, car il s'est dit que s'il n'y avait plus de maison, alors ils seraient mis ailleurs et sa sœur ne se ferait plus battre. Atteint du syndrome d'asperger, il a du mal à se faire des amis ou à s'intégrer dans un groupe. Toujours à cause de son syndrome, il ne comprend pas les sous-entendus et se focalise sur des choses qui peuvent paraitre être des détails. En cas de grand stress, il est atteint de mutisme sélectif. Il n'a été amoureux que de garçons mais n'aime pas les étiquettes, ne comprenant pas l'intérêt, donc ne se dit pas homosexuel.  

▬ âge : 19 ans (en 2016)
▬ nationalité : anglais
▬ métier : étudiant pour devenir assistant social
▬ quartier : Chiswick, où il vit avec sa grande soeur
▬ orientation sexuelle : Pourquoi être obligatoirement étiquetté ? Pourquoi devoir obligatoirement être mis dans une case ? Il est juste lui et c'est ce qui importe. (gay )
▬ statut : en couple, mais c'est compliqué
▬ groupe : oyster card
▬ avatar : Shawn Mendes


en 2005en 2009aujourd'hui
En 200 mots minimum, dites où en est votre personnage dans la vie en 2009. Peut inclure ce qui se passe entre 2006 et 2009.

Joshua lâcha un petit soupir, comme il rentrait dans son sac de couchage. La journée avait été longue, ou en tout cas forte en émotions. Il avait longuement hésité à venir à ce week-end au camping avec sa classe. Tout d’abord, pour des questions financières. Il avait beau avoir une bourse, devoir partir en week-end coûtait de l’argent, au moins un peu. Il ne savait pas combien exactement, mais il était certain que sa soeur avait dû prendre dans ses économies - parce que ce n’était certainement pas leur père d’accueil qui avait payé pour ce week-end. Mais elle lui avait dit que cela lui ferait du bien, d’être avec des personnes de sa classe. Joshua s’était demandé si elle n’avait pas pris ce prétexte pour qu’il ne reste pas dans cette maison, dans cette atmosphère qu’il détestait tant, qui le mettait tant mal à l’aise. Ce fut ensuite au tour de Seth d’insister, de lui dire qu’il serait content de partir en week-end avec lui. Alors il avait simplement acquiescé de la tête, timidement. Mais non, rien à faire, malgré tous les efforts qu’il tentait de faire, toujours ce malaise. Toujours ce poids dans son estomac. Peut-être n’étaient-ils qu’une vingtaine, mais c’était déjà trop. Alors il s’était écarté du groupe, écarté de la classe. Il s’était mis un peu plus loin, et avait fixé un point invisible pendant un certain temps, fredonnant une chanson dans sa tête, pour ne pas penser à l’angoisse qui le prenait. Il ne savait pas pourquoi il était ainsi, il ne comprenait pas. Lexie lui disait tout le temps qu’il était spécial, que c’était pour cette raison qu’elle l’aimait, parce qu’il était lui. Mais lui aurait préféré être normal. Il aurait préféré être comme Seth, qui riait avec les autres personnes de sa classe. Qui s’intégrait si bien dans ce groupe qui le terrorisait. Il fronça des sourcils, comme son ami venait vers lui, s’asseyant à ses côtés, comme s’il avait vu son trouble. Joshua se demandait pourquoi il était si bienveillant avec lui, depuis qu’ils se connaissaient. Mais il ne s’en plaindrait pas. Il ne voulait simplement pas être un poids pour lui. Il ne voulait pas lui gâcher son week-end, simplement parce qu’il avait du mal à être avec les autres.

Un soupir, comme il se retournait dans son sac, se demandant quand son ami allait le rejoindre. Il savait que c’était lui qui avait annoncé, d’un seul coup « Je vais me coucher » , à peine le dîner terminé. Il savait aussi qu’il culpabiliserait, si Seth revenait trop tôt dans la tente qu’ils partageaient. Mais il se sentait seul et, pour une rare fois, même ce sentiment l’oppressait. Il resta ainsi un moment, tournant et retournant dans son sac de couchage, cherchant la position la plus confortable, ignorant les rires de leurs camarades de classe qu’il pouvait entendre au loin. Il sursauta quand, tout à coup, il entendit la tente s’ouvrir, avant de lâcher un petit soupir de soulagement, en voyant le visage souriant de Seth. « Ça se voit que tu as jamais du faire de camping » commença son ami, la bouche apparemment pleine, avant de reprendre. « Sinon, tu saurais qu’on garde le meilleur pour la fin ! » reprit-il en lui tendant une brochette, lui faisant froncer des sourcils. « C’est quoi ? » demanda-t-il simplement, d’une petite voix, comme il se relevait pour s’asseoir et attrapait la brochette, touchant sa main de ses doigts sans le faire exprès. Un sourire gêné, comme il commençait à manger ce qu’il lui avait donné, sans même attendre sa réponse. « Ok, définitivement, heureusement que je viens d’arriver » Le garçon fronça des sourcils, ne comprenant pas. Enfin, oui, c’était bien qu’il soit arrivé, cependant. « Ce sont des marshmallows, et tout feu de camp sans marshmallows… ce n’est pas un feu de camp. » Il acqiesça doucement de la tête, avalant sa bouchée. « C’est bon ! » s’exclama-t-il ensuite en le regardant, son sourire s’agrandissant. Il continua de manger la brochette dans ce même sourire, avant de se mordiller doucement la lèvre inférieure. « T’es pas obligé de rester avec moi, tu sais ? » lui dit-il d’une petite voix, gêné, comme il baissait la tête, n’osant pas le regarder. « Je veux pas gâcher ton week-end ... » souffla-t-il la tête toujours basse, son regard fixant la brochette, commençant à jouer un peu avec de ses doigts. « Ouais je sais » qu’il lui répondit, le faisant se mordiller la lèvre une nouvelle fois. Il releva le visage, avant de le voir allongé sur le sac de couchage à côté du sien. Il semblait vouloir rester ici. Sans y être obligé. Et cette pensée lui tira un nouveau sourire.

« Par contre si tu comptais pioncer c’est mort ! Y’a cette fille, Bridget, je crois que je vais tenter ma chance. » Joshua pressa des paupières, le regardant étrangement. « Tenter ta chance pour quoi ? » Quel était le rapport avec cette fille, Bridget, et la chance ? « Non mais tu sais, elle me laisse toujours toucher ses cheveux, je pense qu’elle aime bien ça. Tu crois que ça veut dire qu’il faut que je l’embrasse ? Je crois qu’elle l’a déjà fait, mais moi non, c’est bizarre, ça devrait être le contraire, non ? » Il se sentit soudainement ridicule, face à sa réponse. Ridicule de ne pas avoir compris. Pourquoi ne comprenait-il pas ce genre de choses ? Il était pourtant pas trop idiot. En tout cas, c’était ce que ses bonnes notes sous-entendaient. Il s’allongea à son tour, à ses côtés, avant de se relever aussitôt. « Oh, donc tu veux que je vous laisse notre tente ? » lui demanda-t-il soudainement, déglutissant lentement. Même s’il ne comprenait pas pourquoi c’était bizarre, ni pourquoi ça aurait dû être le contraire. « Elle est allée dans sa tente avec ses copines » Oh, okay. Bien. Il pouvait rester dans sa tente, donc. C’était qu’il n’avait pas particulièrement envie de dormir ailleurs. Il y avait toutes ses affaires, ici. Et puis, en plus pour dormir avec une fille qu’il ne connaissait pas. Non, il n’aimait pas cette idée. « En plus, il faudra que j’essaye avant, j’ai pas envie de passer pour un imbécile, si elle va le répéter à tout le monde. T’as déjà embrassé une fille ? » De nouveau, il fronça des sourcils. A croire que c’était comme une deuxième peau. Lexie, sa grande soeur, lui avait dit qu’il finirait par avoir des rides, s’il continuait de les froncer tout le temps comme ça. Mais lui ne pouvait pas vraiment s’en empêcher. « Non, jamais. » lui avoua-t-il finalement, gêné, sans savoir pourquoi. Enfin, il venait de lui dire que lui non plus, n’en avait jamais embrassée. Mais toute la conversation lui semblait étrange. Ou alors c’était lui, qui l’était, étrange. C’était probablement le cas. « Mais … Pourquoi essayer avant ? Enfin, si c’est elle que tu veux embrasser … Pourquoi tu essayerais pas avec elle, directement ? » lui demanda-t-il, avant de marquer une courte pause puis de reprendre. « Pourquoi tu passerais pour un imbécile ? Enfin … T’es pas un imbécile, donc bon. » « Ben parce que tu sais, les gens, ils te jugent facilement, même si tu as toutes les meilleures intentions du monde » Il haussa un peu des épaules, parce qu’il y avait probablement encore quelque chose de simple à comprendre mais que, lui, ne comprenait pas, puis soupira un peu.

Ses yeux se fixèrent ensuite sur ses lèvres, pensivement, puis ses doigts vinrent en toucher la commissure. « Du marshmallow. » se justifia-t-il simplement, pressant des paupières en réalisant que son coeur battait peut-être un peu trop vite, sans qu’il ne parvienne à se l’expliquer. Il sursauta alors que les lèvres de son ami vinrent se poser sur les siennes, et sa respiration se coupa, comme il sentait l’angoisse monter en lui. Il poussa un petit gémissement plaintif, avant de se décaler, et de garder la tête basse, ne comprenant pas ce qu’il s’était passé. Pourquoi il avait fait ça ? Il ne comprenait pas. Mais … En même temps, enfin … Seth faisait toujours des trucs pour lui, que lui-même ne comprenait pas. Enfin, il doutait que son meilleur ami ne comprenne pourquoi il se sentait mal en présence d’un groupe, puisque lui-même ne le comprenait pas. Et, pourtant, il agissait toujours pour lui faire plaisir. Sans comprendre, donc. Alors, peut-être qu’il pourrait le faire, lui aussi. Il ne comprenait pas pourquoi Seth le voulait, mais cela semblait important pour lui. Alors, oui, il pourrait le faire, parce que c’était Seth. « Désolé. » commença-t-il en relevant lentement la tête, se mordillant la lèvre inférieure. « Je m’y attendais pas … Et donc ... » Il marqua une pause, pas certain que si son ami l’eut prévenu en avance, il eut réagi d’une autre façon, finalement. « Maintenant on - on peut. Si - si tu veux. » balbutia-t-il gêné, rabaissant aussitôt la tête, n’osant pas le regarder, comme il sentait ses joues s'empourprer un peu. « On a qu’à tester alors… tu sais. Pour voir » lui répondit-il, presque autant gêné que lui. Joshua acquiesça doucement de la tête, tachant d’ignorer cette boule qui prenait place dans son estomac. Le souffle court, son coeur battant irrégulièrement, il laissa son ami poser ses lèvres sur les siennes, de nouveau, et ferma les yeux, pressant fortement des paupières. Il était gêné, il était mal à l’aise. Mais ce n’était pas bien important. Parce qu’il le faisait pour Seth, alors bon. Ses lèvres s’entrouvrirent méticuleusement, hésitantes, comme il gardait les yeux vigoureusement fermés. Et puis, ce fut le calme. Juste le calme. Il n’avait plus des pensées parasites, le stressant, l’angoissant. Il n’avait pas à fredonner une chanson dans sa tête, pour se calmer. Il se concentrait sur ses lèvres sur les siennes, sur sa langue qui dansait avec la sienne. Car, pour une fois, tout était calme dans sa tête. Les angoisses avaient cessé, comme si elles n'avaient jamais existé.
En 200 mots minimum, dites où où en est votre personnage dans la vie aujourd'hui. Peut inclure ce qui se passe entre 2009 et 2016. Si votre personnage est décédé pendant cette période, reportez les mots demandés sur les autres périodes de rp.

Joshua aimait les routines. Il aimait lorsque les journées se ressemblaient. C’était sécurisant, rassurant. Peut-être était-ce lié à sa différence, à ce syndrome qu’on lui avait diagnostiqué, deux ans plus tôt. Mais il ne le pensait pas. Parce que sa sœur était normale, elle, et il était certain qu’elle ressentait la même chose. Pourquoi sinon préserverait-elle les mêmes routines, elle aussi, sinon ? Il connaissait son emploi du temps par cœur, savait à quelle heure elle partait, à quelle heure elle rentrait. Peut-être qu’elle le faisait pour le protéger, pour le préserver. Elle l’avait toujours materné, à l’instant même où leur mère était morte et où leur père s’était fait emprisonné. Mais, s’il y avait peut-être du vrai, il se disait qu’elle aussi les aimait, ces routines. Qu’elle aussi, elles la sécurisaient et la rassuraient. Après tant d’années à avoir peur des coups, des cris. Tant d’années à retourner en foyer, à changer de famille d’accueil. Tant d’années à avoir peur d’être séparés, malgré les promesses de leur assistant social, qui n’en avait que peu à faire de leur sort. Il soupira un peu, n’aimant pas vraiment penser à ces années-là. Certes, suivre des études pour devenir, à son tour, assistant social, n’était peut-être pas la solution pour faire table rase du passé. Mais il avait envie d’offrir à des jeunes, comme lui, un meilleur sort. Il ouvrit son ordinateur portable, avant de l’allumer. Sa boite mail lui indiquait plusieurs messages sur son Tumblr. Encore quelque chose qui l’empêcherait, probablement, de tourner la page. Mais il aimait écrire. Il avait toujours aimé ça. L’écriture était comme un exutoire, pour lui. La musique aussi. Mais les deux étaient probablement liés. Comme il s’en était douté, des questions sur comment agir face à certaines situations, en famille d’accueil. « Mon père d’accueil a levé la main sur moi, je ne sais pas quoi faire. » Soupir. Comment, lui, pouvait-il le savoir ? Il n’aurait pas pensé que son Tumblr ait tant de succès, pour tout dire. Il avait simplement eu envie d’écrire un peu, de dactylographier ses pensées. Et, au fil des semaines, son Tumblr avait été de plus en plus suivi, sans qu’il ne s’y attende. Et les questions avaient fusé, de la part de jeunes qui étaient dans cette situation qu’il avait tant connue. Il fronça des sourcils, à la lecture d’un autre message, d’une autre question. « Je viens tout juste d’être adopté, enfin. J’en ai rêvé pendant des années, et ce rêve est devenu réalité. C’est une très gentille famille, mais elle est catholique pratiquante. Non pas que j’aie quelque chose contre les religions. Non, je ne sais même pas si je crois en Dieu. Mais, le truc, c’est que je crois que je suis gay. J’ai peur de leur réaction, si mes nouveaux parents l’apprennent. Pensez-vous qu’ils puissent annuler mon adoption ? » Sa gorge se serra, et il se mordilla la lèvre inférieure, ne sachant pas quoi lui répondre. Parfois, il avait simplement envie de fermer son Tumblr. Parce que ces jeunes comptaient tellement sur lui, comme s’il y connaissait quelque chose, véritablement. Oh, il apprenait la loi, un peu. C’était dans son cursus. Il savait que, légalement, la maltraitance était bien entendu interdite. Mais il savait aussi que lutter contre cela, lutter contre ce système, était bien plus compliqué qu’il l’aurait cru, en commençant ses études. Bref, il avait envie de fermer son Tumblr et de ne plus jamais lire ces appels de détresse, qui le faisaient se sentir si inutile. Puis il se rappelait qu’il faisait des études justement pour pouvoir espérer, qu’un jour, il puisse les aider à aller mieux. Alors il ouvrait son traitement de texte, et leur répondait. Voilà sa routine quotidienne. Celle qui ne changeait jamais, celle qui le rassurait.

Son téléphone vibra, et rapidement le nom de son petit-ami s’afficha sur l’écran. Sms. Il ne le regarda pas tout de suite, pas certain de vouloir lire ce qu’il lui avait envoyé. Quatre mois qu’ils étaient ensemble, et Joshua se demandait ce que Colin lui trouvait. Ils étaient si différents, à l’opposé l’un de l’autre. Et ne se comprenaient pas vraiment, d’ailleurs. Joshua essayait véritablement de faire des efforts. Après tout, c’était lui qui n’était pas normal. Lui, qui avait ce syndrome. Alors, c’était à lui de faire des efforts, non ? D’essayer de changer, de se forcer. Oui, c’était à lui de le faire. A lui d’essayer de vivre comme tout le monde, même si cela le terrorisait, la majorité du temps. Alors, tâchant d’ignorer cette boule dans le creux de son estomac, il finit par lire cet sms, avant de déglutir lentement. Colin voulait sortir. Des amis à lui organisait une soirée chez eux, et il avait envie d’y aller. « Ce sera sympa ! », que le sms disait. Il n’avait pas envie d’y aller. Et pourtant, il savait qu’il irait. Il prendrait sur lui, et il irait. Il le verrait, il l’embrasserait. Il l’écouterait parler avec ses amis. Et puis il s’exclurait, se mettrait à l’écart. Il fredonnerait une chanson dans sa tête, pour tenter de faire disparaître ses craintes, ses angoisses. Il se sentirait mal, il se sentirait seul. Incompris, probablement, aussi. Oui. Encore une soirée où Colin viendrait le voir et lui dirait qu’il pourrait quand même faire un effort, sans comprendre que sa simple présence en était déjà un.
En 200 mots minimum, dites où où en est votre personnage dans la vie en 2005. Peut inclure ce qui se passe avant 2005. (enfance etc) Si votre personnage n'est pas né ou trop jeune, reportez les mots demandés sur une autre période de rp.

Il a 8 ans et demi. Sa mère meurt dans un accident de voiture, causé par son père, en état d'ivresse. Son père va en prison car l'accident a tué les occupants de l'autre voiture. Il va dans une famille d'accueil avec sa grande sœur.
Et il est trop jeune pour que j'arrive à le jouer



─ pseudo/prénom : golden`lies - laure ─ âge : 24 ans ─ fréquence de connexion : 7/7 ─ comment avez-vous découvert ticket to ride et qu'en pensez-vous ? ─ inventé ou pévario ? inventé  ─ code : ok by me ─ crédits : kordeisis


Dernière édition par Joshua T. Miller le Jeu 21 Juil - 14:46, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: JTM - I'm a creep, I'm a weirdo   Ven 15 Juil - 23:24

Han on a trop envie de lui faire des calins à ce petit
Reeeeee
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: JTM - I'm a creep, I'm a weirdo   Sam 16 Juil - 16:02

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: JTM - I'm a creep, I'm a weirdo   Sam 16 Juil - 16:31

inlovee inlovee inlovee inlovee inlovee angeel angeel angeel angeel angeel
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: JTM - I'm a creep, I'm a weirdo   Dim 17 Juil - 18:19

Les initiales

Reeeeee
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: JTM - I'm a creep, I'm a weirdo   Dim 17 Juil - 20:56

Merciiiii

Et les initiales sont pour Margaaaaaaux evanouissement evanouissement evanouissement
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: JTM - I'm a creep, I'm a weirdo   Mar 19 Juil - 9:39

@Fabien A. Hepburn a écrit:
Les initiales



rebienvenue love
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: JTM - I'm a creep, I'm a weirdo   Jeu 21 Juil - 14:50

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: JTM - I'm a creep, I'm a weirdo   Ven 22 Juil - 9:22


félicitations !
te voilà validé(e) !





Étant validée le 22 juillet, tu n'es pas concernée par le recensement ce mois-ci. Par contre nous t'invitons dès maintenant à créer ta fiche de liens pour t'intégrer au plus vite sur le forum. Pour trouver des liens plus facilement, nous avons mis au point un petit registre des personnages qui t'aidera à connaître un peu mieux nos amis londoniens. Mais tu peux aussi découvrir tes voisins ou mieux encore ouvrir une colocation!

En ce moment nous avons une intrigue en cours à laquelle tu peux t'inscrire icii, mais aussi souvent des activités que tu retrouveras dans le flood.

N'oublie pas qu'il te faut entamer un rp sur le forum avant de poster un pévario !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: JTM - I'm a creep, I'm a weirdo   

Revenir en haut Aller en bas
 
JTM - I'm a creep, I'm a weirdo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "I'm a creep I'm a weirdo what the hell am I doing here I don't belong here" Ҩ Creepy Girl
» ♍ You're Not In On the Joke - Cobra Starship ♪
» you creep me out
» [Maddie/Maze] Creep
» Heaven ◇ Hey weirdo, stop talking please; you're making my head hurt

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2016-2017 :: vieilles fiches de présentation-
Sauter vers: