fancy meeting you here w/ Tamsin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: fancy meeting you here w/ Tamsin   Mar 12 Juil - 15:30

Première oblige, Neal avait passé la soirée coincé dans un costume impeccable, une coupe de champagne à la main, à sourire et à complimenter proches comme inconnus sur un film auquel il n'avait participé que financièrement. On avait vu pire, comme façon de passer le temps, mais il avait encore du mal à s'habituer à cette casquette de carnet de chèques sur pattes. Ce n'était pas ce qui l'attirait le plus, dans le cinéma, mais il était lucide, il savait fort bien que ça faisait partie du milieu. Et s'il pouvait aider de jeunes talents à obtenir la reconnaissance qu'ils méritaient, well, ça valait bien un chèque à plusieurs zéros et une soirée loin de son fils, laissé aux bons soins d'une babysitter. Tant pis si Alice y trouvait à redire.

Les quelques critiques qu'il avait pu croiser semblaient enchantés, la jeune réalisatrice aussi, Neal estimait donc que ces quelques heures en société étaient un succès. Il avait croisé de vieilles connaissances, pas vues depuis un bail, et d'autres visages plus familiers, rencontrés régulièrement sur les plateaux de télévision et le set de tournage des Maraudeurs. Tournage qui, d'ailleurs, approchait doucement mais sûrement de la fin. Après le retard accumulé l'an passé et les divers scandales essuyés, Neal était presque soulagé de voir cette saga se terminer. Peut-être repasserait-il derrière la caméra, une fois qu'il aurait quitté son bureau de producteur exécutif. Plusieurs projets avaient attiré son attention et s'entassaient à l'heure actuelle sur la table basse du salon. Il avait évoqué cette possibilité ce soir, d'ailleurs, pour le plus grand bonheur de la journaliste qui s'imaginait l'interviewer discrètement. Toutefois il évoluait dans cet univers depuis trop longtemps pour se permettre d'être encore naïf. Il savait reconnaître un reporter à l'affût d'un scoop quand il en croisait un, Dieu merci.

Il avait récupéré son manteau et s'était installé pour fumer l'une de ses très rares cigarettes sur les marches de l'hôtel où la réception s'était tenue lorsqu'il aperçut Tamsin, à quelques mètres. Ils ne s'étaient pas revus depuis ce thé profondément awkward partagé quelques semaines plus tôt, chez lui, à Mayfair. En grande partie parce que Neal s'était tenu éloigné, refusant d'imposer sa présence et ses préoccupations. Elle avait probablement voulu le rassurer, ce jour-là, mais il s'inquiétait encore. A juste titre, d'ailleurs. Le discours qu'elle lui avait tenu n'était pas spécialement réconfortant mais qu'aurait-il pu faire, sinon la laisser panser ses blessures – la laisser tranquille ? « Tamsin ! » appela-t-il, craignant de la voir s'engouffrer dans l'un des taxis qui attendaient le client sans pouvoir la saluer. Well, ça ne l'aurait probablement pas gêné quelques années – quelques mois, more like – plus tôt mais il ressentait l'étrange besoin de s'assurer de son bien-être chaque fois qu'elle apparaissait, physiquement ou au détour d'une conversation avec sa fille. « Hi, fit-il, parvenant à ses côtés après avoir écrasé son mégot sur le pavé, I'm surprised to see you here. You were at the premiere? I didn't, didn't see you in there » reprit-il, secouant faiblement la tête. Pourtant, il lui semblait bien avoir salué à peu près tout le monde, de la plus discrète des assistantes au plus influent des producteurs. « How are you? » La question inévitable, lâchée sans doute trop vite, mais après tout, pourquoi s'embêter avec des banalités quand il se fichait bien de savoir si elle avait passé une bonne soirée ou si elle avait apprécié le film ? Des banalités, right. Si on lui avait dit qu'il finirait un jour par se préoccuper plus de l'état de Tamsin Graham que d'un film dont le générique portait son nom, well. Things changed, people did too, obviously.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: fancy meeting you here w/ Tamsin   Dim 17 Juil - 14:39



NEAL & TAMSIN
❝ fancy meeting you here ❞

Je ne savais pas vraiment pourquoi j’étais venue assister à cette première. Lorsque Cara m’en avait parlé, j’avais simplement acquiescé de la tête, pas plus intéressée que cela par le sujet. Et, pourtant, je me retrouvais ici ce soir, dans une combinaison short idéale pour le temps. Lorsque les journalistes m’avaient posé cette question, j’avais simplement haussé des épaules, disant qu’il était normal de soutenir les futurs talents d’Angleterre. Ce n’était pas pour cette raison que j’étais venue, bien entendu, mais personne ne pourrait me contredire sur ce point-là. Je n’étais même pas allée vers lui, ce soir. Je l’avais regardé de loin, parfois, posant mes yeux sur lui à quelques reprises, avant de parler avec d’autres personnes. J’avais assisté à la première, un peu à l’écart dans la salle, ne me concentrant pas vraiment sur le film. C’était plutôt étrange, comme je pensais à lui, ces derniers temps. Ces derniers mois, plutôt. Même si je ne l’avouerai pas, il était celui pour qui je refaisais des efforts vestimentaires, lorsque je sortais et qu’il y avait une possibilité que je le croise. Simplement parce qu’une partie de moi espérait qu’il me trouve jolie. Débile, non ? Enfin, qu’est-ce que je pouvais bien en avoir à faire, de son opinion ? Je n’avais jamais eu besoin de l’avis d’un homme pour me trouver belle, alors cela ne commencerait pas aujourd’hui. Non ? Je n’en savais rien, toute cette histoire me perturbait, pour tout dire.

Et alors que je le voyais en train de discuter avec d’autres acteurs, je me disais que j’avais fait une stupide erreur, en venant ici ce soir. C’était à se demander ce qu’il avait bien pu se passer dans ma tête. Mais c’était tout moi, ça. Agir sans réfléchir, sans se poser de questions. Je m’étais faite belle simplement dans l’espoir qu’il me regarde, et pourtant je n’étais pas allée lui adresser un seul mot. Même pas une salutation. Même pas des félicitations pour son nouveau film. Rien. Et je me trouvais parfaitement ridicule. Et je trouvais ce crush encore plus ridicule que moi-même je ne l’étais. Passons le fait qu’il ait plus du double de mon âge ; passons le fait qu’il soit marié – bien qu’apparemment les choses ne soient pas au beau fixe entre eux – passons le fait qu’il ne soit absolument pas intéressé par ma personne … Il était le père de ma meilleure amie. Je fantasmais sur le père de ma meilleure amie. Je fantasmais sur un homme que j’avais connu alors que je n’étais qu’une adolescente. Mais qu’est-ce qui ne tournait pas rond, chez moi, sérieusement ?

Le voyant sortir à l’extérieur, je le suivais discrètement, tachant d’ignorer mon cœur qui cognait contre ma poitrine, tachant d’ignorer mon souffle qui se faisait plus irrégulier. Mais je me contentais de déglutir lentement, comme je le voyais s’asseoir sur l’une des marches, puis s’allumer une cigarette. Depuis quand fumait-il ? Je ne m’en étais jamais aperçu. Preuve encore s’il n’en fallait que je ne le connaissais absolument pas, et que tout cette situation était d’une débilité profonde. Dans un long soupir, lasse, je finis par me diriger vers les taxis, roulant doucement des yeux. Je n’avais rien à lui dire. Et il manquerait plus qu’il me prenne pour une stalker qui le suivait et l’espionnais de loin. Ce qui, il fallait bien avouer, était un peu le cas. Urg, dans quelle situation je m’étais mise, encore ? Débile, débile, débile. Je sursautai en entendant sa voix qui m’appelait : il m’avait vue. Merde. Je pourrais l’ignorer ? Faire celle qui ne l’avait pas entendue ? Mais avant même que je ne considère réellement cette solution, il apparaissait devant moi, me saluant. Je me mordillai la lèvre inférieure, gênée, comme si j’étais une enfant que l’on prenait la main dans le sac en train de faire une bêtise. Puis je me passai une main dans les cheveux, tachant de me donner consistance. « Hi ! Yeah, Cara told me about it. So, i don’t know, i thought it would a good idea to come. » répondis-je simplement, haussant mes épaules avec nonchalance. Je lui lançai un petit sourire, bien qu’étrangement – ou pas si étrangement que ça – intimidée. « I’m okay. I guess. Same old same old. » Pour tout dire, non, cela n’allait pas si bien que ça. Mais plus vraiment pour les mêmes raisons. Enfin si, bien entendu que j’en faisais encore des cauchemars parfois, et que j’avais toujours cette hésitation lorsque venait le moment de sortir de chez moi – Étais-je bien habillée ? Pas trop maquillée ? Pas trop court ? Est-ce que mon décolleté n’était pas trop important ? Pas trop vulgaire ? – mais, en cet instant, j’étais plus embarrassée qu’autre chose, et n’y pensais donc pas vraiment. Une obsession en remplaçait une autre, apparemment. « About you? How's everything with Alice? That settled? » finis-je par lui demander, pas certaine de vouloir connaître sa réponse. Dans un cas, si cela s’était arrangé, j’en serais probablement déçue. Dans l’autre cas, je ressentirais probablement une pointe de satisfaction, ce qui me ferait culpabiliser pendant une certain temps.
Revenir en haut Aller en bas
 
fancy meeting you here w/ Tamsin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Meeting with the infinity [TERMINE]
» Meeting with the infinity
» Rebekha "Lou" Hollen ► Tamsin Egerton
» LENNON BLYTHE ► tamsin egerton
» Meeting Macron à Lyon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2016-2017-
Sauter vers: