eja — i'm just so glad the word "ugh" was invented.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: eja — i'm just so glad the word "ugh" was invented.   Dim 29 Mai - 6:49


Evey J. Adams
You can be a bad bitch and still save the bees.

introduction
Fille d'une mère française et d'un père anglais, Evey est une jeune fille qui, malgré des parents aimants et une enfance agréable, est assez refermée sur elle-même. De manière générale, c’est une personne assez calme, qui aime sa tranquillité et sa liberté, même si il lui arrive d’avoir des pulsions de vitalité inattendues ou un besoin urgent de sociabiliser. Elle préfère néanmoins éviter les foules, a du mal à faire confiance aux autres et une fâcheuse tendance à rester chez elle pour déprimer, tout cela à cause d’un traumatisme dont elle se remet à peine. Elle se sent plus en sécurité chez elle avec ses livres et son chat.

▬ âge : 19 ans (en 2016)
▬ nationalité : Anglaise
▬ métier : Étudiante en mythologie et théologie au King’s College
▬ quartier : Clapham
▬ orientation sexuelle : bisexuelle, mais ça ne s’applique pas vraiment vu le nombre de ses relations.
▬ statut : célibataire
▬ groupe : Oyster Card
▬ avatar : Taïssa Farmiga


en 2005en 2009aujourd'hui
En 200 mots minimum, dites où en est votre personnage dans la vie en 2009. Peut inclure ce qui se passe entre 2006 et 2009.

« — Hey, la meuf chelou ! Tu lis quoi ? »

Evey se tourne, pour trouver son amie Alex accoudée au bord de la table de la bibliothèque. Elles se sourient. La rouquine aux joues rondes vient s’installer à côté de sa copine. Evey a devant elle un gros livre ouvert, plein d’illustrations bizarres et de textes écrits en tout petit. Elle fait un sourire énigmatique à sa compagne, sourire qui va bien à son visage d’animal farouche.

« — C’est l’Enfer de Dante, en version commentée. C’est tellement dingue, tu savais que l’Enfer est composé de neuf cercles ? C’est juste passionnant ! »

Alex la dévisage avec des yeux ronds. Cette fille est de plus en plus bizarre. Elle pourrait pas faire comme les autres et être intéressée par son portable, les garçons, ce genre de trucs ? Mais non, son truc à elle c’est la religion, la mythologie, ce genre de choses. Alex soupire, et fait un sourire résigné et goguenard à son amie.

« — Ça a l’air gé-nial. Mais c’est pas avec ça que tu te trouveras un copain. »

Evey hausse un sourcil en lui jetant un regard.

« — Comme si y’avait des garçons intéressants, on est au milieu du Staffordshire, je vais pas chercher ici, t’es folle ! »

Les deux amies rient ensemble. Elles savent toutes les deux que la plupart des garçons ici veulent juste coucher pour pouvoir parader auprès de leurs potes en les traitant de puceaux. Ce qu’Alex ne sait pas en revanche, c’est que les garçons n’intéressent pas Evey parce que c’est elle qui l’intéresse. Au bout d’un moment, les deux écolières se lèvent, rangent chacune le livre qu’elles ont pris, et chargent leurs sacs à dos sur leurs épaules. Elles n’habitent pas très loin et font donc le trajet ensemble. Sur le chemin, elles parlent Gwen Stefani et nourriture, les deux sujets de prédilection d’Alex. Elle a confié à Evey vouloir devenir chef. Ça a impressionné la jeune fille, parce qu’elle n’a pas vraiment idée de ce qu’elle veut faire plus tard. Elle ne sait pas encore que les études de Théologie et de Mythologie existent, mais elle va bientôt le découvrir. Lorsqu’Evey arrive chez elle, elle trouve sa mère sur son ordinateur en train de réfléchir à la décoration pour la maison de ses derniers clients en date. Ils forment un parfait tandem avec son père qui dessine les plans pour les maisons et elle qui meuble et décore. La jeune fille pose son sac sur la table de la cuisine et se prépare un thé en sortant des biscuits du placard. Pour l’instant tout va bien, se dit elle, je n’ai pas à me soucier de quoi que ce soit. Ça viendra peut être.  Espérons pas.
En 200 mots minimum, dites où où en est votre personnage dans la vie aujourd'hui. Peut inclure ce qui se passe entre 2009 et 2016. Si votre personnage est décédé pendant cette période, reportez les mots demandés sur les autres périodes de rp.

Evey se tortille dans le fauteuil club en cuir vieilli, les bras sur les accoudoirs, les jambes croisées et l’air morose. Elle jette un regard emprunt de colère à la femme brune qui se trouve en face d’elle et qui tripote son stylo Mont-Blanc. Celle ci la dévisage par dessus ses lunettes, se préparant mentalement à cette séance qui, comme toutes les autres, promet de ne pas être facile.

« — Tu es sûre de ne pas vouloir t’allonger sur le divan ? C’est plus efficace en général. »

Evey a un long soupir bruyant et exaspéré.

« — Non, je vous l’ai déjà dit, il m’angoisse votre truc. Je préfère pouvoir vous voir. »

Elle croise les bras, la mine renfrognée, et se mure dans le silence. Le Dr Underwood masse le haut de l’arête de son nez puis replace ses lunettes correctement devant ses yeux.

« — Alors, dis moi Evey, comment tu te sens en ce moment ? »

La jeune anglaise décroise légèrement les bras. Après tout, ça ne sert à rien de s’énerver. Cette psy est là pour l’aider. Coopérer serait la meilleure chose à faire, d’autant plus qu’elle est un peu au fond du trou. Evey soupire longuement avant d’entamer d’une voix monotone

« — Pas bien. Je dors mal, j’arrive pas à manger, sortir avec des potes est impossible… En fait c’est horrible. Je fais des cauchemars presque toutes les nuits quand j’arrive à dormir, et du coup j’ose plus dormir. J’arrive plus à faire confiance à personne, surtout pas les mecs. Je me mets à avoir peur des mecs. C’est débile. »

La jeune femme passe sa main sur son visage, ferme les  yeux. Elle se sent impuissante et faible. Elle est en colère contre tout le monde. Elle voudrait pouvoir dire que ça va, que ça va mieux, de mieux en mieux même. Ce n’est pas le cas. Elle continue à penser que c’est de sa faute, même si rationnellement elle sait qu’elle n’y est pour rien. Venir ici lui rappelle qu’elle a besoin d’aide. Et elle déteste ça. Elle n’ose plus sortir de chez elle à part pour aller à l’université. Elle se fait même livrer ses courses. Ses amis ne comprennent pas ce qui lui arrive. Elle ne peut pas en parler, elle n’y arrive pas, elle a trop peur. Elle a l’impression de ne pas guérir, que les plaies restent ouvertes. Elle n’arrive même pas vraiment à dire ce qui lui est arrivé.

Malgré son côté calme et introverti, elle avait accepté d’aller à une soirée chez des amis d’amis qui vivaient ensemble dans une grande maison à Kensington. À peine arrivée, elle était déjà impressionnée par le bruit et le monde. Elle s’était installée dans un coin avec un verre et avait observé les gens. Et puis elle avait repéré ce garçon, plutôt mignon dans un genre gosse de riche quelconque, qui la dévisageait depuis un moment. Ses amies lui avaient dit de s’amuser. Aussi, en bonne anglaise, elle était allée lui parler. Ils avaient discuté un peu et puis il avait proposé d’aller lui chercher un verre. Elle avait accepté et bientôt elle était sur un canapé, assise entre lui et un de ses copains, plusieurs verres plus tard. Elle se sentait tanguer, partir en arrière, ses paupières étaient lourdes. Elle se souvient des premiers contacts, des mains sur ses cuisses de plus en plus haut, de sa gêne mais de son impossibilité de dire quoi que ce soit. Elle se souvient, par flashes, de ses chevilles s’entrechoquant pendant qu’ils la portaient dans l’escalier, accompagnés d’une des amies d’Evey. Ils l’installaient dans une chambre à l’étage, dans un lit, avec un verre d’eau. Elle balbutiait des remerciements. Elle ne comprenait pas pourquoi elle était comme ça. Son amie la laissait après avoir éteint la lumière. Un peu plus tard, la porte s’ouvrait, et le vrai cauchemar commençait. Elle avait beau pleurer, gémir de peur, ils s’approchaient d’elle. Elle ne pouvait pas bouger, son corps ne lui obéissait plus. Ils étaient trois maintenant. Le premier se rhabillait en engueulant les autres de ne pas l’avoir prévenu qu’elle était vierge. Ils se défendaient tous en disant qu’ils ne savaient pas, que c’était trop tard. Et elle était là, allongée sur le lit, impuissante, incapable de bouger ou même de comprendre totalement ce qui lui arrivait. Elle ne pouvait simplement pas empêcher ses yeux de pleurer.

« — Pourquoi tu ne portes pas plainte, Evey ? »

La voix de sa psy la sort de ce retour en arrière désagréable. Elle essuie ses yeux pleins de larmes. Elle déteste se voir comme ça, et ça lui donne envie d’être odieuse avec tout le monde. Mais elle se retient, et parle simplement d’une voix monocorde.

« — Pas envie de passer cinq ans de ma vie dans un tribunal. En plus je pourrais même pas les reconnaître si je les voyais. À quoi bon ? C’est trop tard de toute façon. C’est trop tard. »

Evey se masse les tempes de ses doigts minces. Elle passe nerveusement sa main dans ses cheveux. Elle se demande si elle pourra vivre normalement de nouveau un jour. Si elle pourra de nouveau faire confiance à quelqu’un, aimer. Mais elle ne compte pas s’excuser. Elle n’en parle pas parce qu’elle ne s’en sent pas la force. Elle ne peut pas en parler à ses parents qui sont toujours dans le Staffordshire et qui s'en voudraient de l'avoir laissée venir à Londres toute seule. Elle attends d’aller mieux et veut arrêter de s’en prendre à elle même. Mais elle ne peut pas s’empêcher de se dire qu’on va attendre d’elle qu’elle ait la décence de se signaler en tant que marchandise endommagée. Et ça la met très en colère. En rentrant chez elle, elle se connecte sur tumblr, crée un nouveau blog où elle se met à écrire tout ce qu’elle pense et tout ce qui lui arrive. Bien sûr, l’anonymat la protège. Ses écrits rencontrent un succès auquel elle ne s’attendait pas. Elle réalise qu’elle n’est pas seule et qu’elle peut aider les gens qui sont comme elle, et qu’ils peuvent l’aider. Ainsi commence l’histoire d’amour d’Evey avec internet et des millions d’inconnus. Sa douleur est toujours là, mais en parler et partager ça lui donne l’impression d’aider des gens. Elle leur parle de sa lutte, de ses échecs, de ses retombées, du fait qu’elle déteste sa psy… Et ça lui fait du bien. Peut être qu’elle pourrait finir par aller mieux. Peut être pas oublier, mais vivre avec. C’est tout ce qu’elle demande. Vivre avec.
En 200 mots minimum, dites où où en est votre personnage dans la vie en 2005. Peut inclure ce qui se passe avant 2005. (enfance etc) Si votre personnage n'est pas né ou trop jeune, reportez les mots demandés sur une autre période de rp.

   20 août 2005, à l’Isle sur la Sorgue, en Provence. Evey fête son neuvième anniversaire, entourée de sa famille. Sa grand mère Ayala lui tend son gâteau d’anniversaire, au citron et recouvert de chantilly, et elle souffle les bougies avec insouciance. Dans la maison, le chaud soleil de l’après midi traverse les vieilles vitres dépolies et répand une lumière d’or sur les tommettes. Une fois le gâteau terminé, le jus de fruit bu, Evey demande à son père de l’amener voir les ânes qui sont un peu plus loin sur la route, vers l’extérieur du village. Il prend l’une de ses mains, son grand père prend l’autre, et les voilà partis tous les trois, les deux hommes faisant voler loin du sol la petite fille aux jambes maigres et noueuses, alors que son rire cristallin résonne dans l’escalier escarpé de la maison. Seules restent dans la grande cuisine Ayala et sa fille Myriam. Ayala allume une cigarette, qu’elle fume comme toujours dans un porte cigarette en ivoire qu’elle a, dit elle, depuis les années 30. La mère d’Evey, Hannah, est assise en travers de sa chaise, les jambes croisées, un bras sur le dossier.  Un long silence plane sur la table avant qu’Ayala ne prenne la parole.

« — Tu as commencé à penser à la bat-mitsva ? C’est dans pas si longtemps que ça, ça sera un moment dont elle se souviendra toute sa vie. »

Hannah regarde le bout de celui de ses pieds qui est resté au sol. Elle déglutit, hésitante, effrayée à l’idée de provoquer les foudres du dragon qu’elle sait être sa mère.

« — Maman… On ne va sans doute pas faire de bat mitsva. On préfèrerai qu’elle choisisse plus tard si elle veut pratiquer. »

Ayala pose ses yeux gris sur sa fille et la transperce du regard. Tire une nouvelle bouffée de sa cigarette.

« — Je m’en doutais. C’est ton goy qui t’a mis cette idée en tête ? C’est seulement une fois dans la vie, ce genre de choses. Tu devrais y réfléchir, m’est avis que tu vas regretter que ta petite n’aie pas de beaux souvenirs comme ceux-la. »

Hannah se lève et ramasse les assiettes, un air de confusion peint sur le visage. Elle continue à penser que c’est à sa fille de décider. Quand elle sera grande. Mais c’est vrai que la question se pose. Elle se souvient de sa propre Bat Mitsva, avec ses amis et sa famille. Elle sait qu’aux yeux de la religion et aux yeux de sa mère, sa fille est juive. Elle ne veut simplement pas qu’elle se sente obligée de quoi que ce soit. Elle veut simplement que sa petite fille ait le choix, qu’elle se sente libre de faire ce qu’elle veut de sa vie. Juste ça. Qu’elle puisse faire ce qu’elle veut et qu’elle ne laisse aucun obstacle l’arrêter.



─ pseudo/prénom : Sacha ─ âge : 21 ans ! ─ fréquence de connexion : 2/3 fois par semaine, normalement. ─ comment avez-vous découvert ticket to ride et qu'en pensez-vous ? Ça faisait longtemps que je voulais m'inscrire, je trouve ce forum très cool ! ─ inventé ou pévario ? Inventé.  ─ code : okaaay by rouliaaa ─ crédits : pour l'instant moi !


Dernière édition par Evey J. Adams le Dim 29 Mai - 18:40, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: eja — i'm just so glad the word "ugh" was invented.   Dim 29 Mai - 7:05

Taïssa !! Very Happy

(Ces cheveux flottant au vent sur mon image de profil, ce sont ceux de cette même Taïssa xD)

Bienvenue sur TTR, j'espère que tu t'y plairas, si tu as des questions, les membres du staff sont des amours et n'importe que tu croiseras sur la CB répondra à tes questions avec plaisir

À nouveau bienvenue et on se réservera un lien ! cheers

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: eja — i'm just so glad the word "ugh" was invented.   Dim 29 Mai - 11:20

BIENVENUUUUUUUE j'espère que tu te plairas sur TTR !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: eja — i'm just so glad the word "ugh" was invented.   Dim 29 Mai - 11:22

TAISSA LA TOUTE MIMI j'adore le titre btw WHAT A FACE ! bienvenue sur TTR et bon courage la rédaction de ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: eja — i'm just so glad the word "ugh" was invented.   Dim 29 Mai - 12:20

Bienvenuuuuuuue   j'adore ce prénom  Evey à l'air mystérieuse, j'ai hâte d'en savoir un peu plus
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: eja — i'm just so glad the word "ugh" was invented.   Dim 29 Mai - 12:28

Bienvenue sur le forum Bon courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: eja — i'm just so glad the word "ugh" was invented.   Dim 29 Mai - 13:45

AAAAHHHHH MERCI À TOUS J'AI L'IMPRESSION QU'ON VIENT DE ME LANCER UN PANIER DE CHATONS  

Fabien > il me semblait bien avoir vu l'adorable petite bouille d'Evan Peters ! Aucun problème pour réserver un lien je serai même ravie :3

William > merciiii ! j'espère aussi !!

Gaby > je suis complimentée par Taylor Swift merci :3 Je vais essayer de finir ma fiche rapidement, j'ai hâte d'entrer dans le jeu !

Reese > Merci beaucoup ! Ce prénom joue plus ou moins un rôle dans l'histoire :3 Par contre je dirais plus traumatisée que mystérieuse haha, j'espère que je vais bien réussir à gérer ce traumatisme dans la fiche et en jeu d'ailleurs

Alexander > merci beaucoup pour ton accueil !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: eja — i'm just so glad the word "ugh" was invented.   Dim 29 Mai - 19:03


félicitations !
te voilà validé(e) !



Quelle efficacité ! A peine inscrite et déjà validée. Jolie fiche, et je tiens à souligner la qualité de l'écriture de la deuxième partie qui aurait pu te faire tomber dans un pathos un peu indélicat mais ça n'a pas été le cas du coup Je valide donc ta fiche sans hésitation et te souhaite un amusement maximal parmi nous

Étant validée le 29, tu n'es pas concernée par le recensement ce mois-ci. Par contre nous t'invitons dès maintenant à créer ta fiche de liens pour t'intégrer au plus vite sur le forum.  Pour trouver des liens plus facilement, nous avons mis au point un petit registre des personnages qui t'aidera à connaître un peu mieux nos amis londoniens. Mais tu peux aussi découvrir tes voisins ou mieux encore ouvrir une colocation!

En ce moment nous avons une intrigue en cours à laquelle tu peux t'inscrire icii, mais aussi souvent des activités que tu retrouveras dans le flood.

N'oublie pas qu'il te faut entamer un rp sur le forum avant de poster un pévario !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: eja — i'm just so glad the word "ugh" was invented.   Dim 29 Mai - 19:05

oh làlà merci beaucoup beaucoup pour votre accueil ! je m'en vais faire ma fiche de liens de ce pas !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: eja — i'm just so glad the word "ugh" was invented.   Dim 29 Mai - 20:03

Aw super choix d'avatar
Bienvenue parmi nous !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: eja — i'm just so glad the word "ugh" was invented.   Dim 29 Mai - 21:57

merci beaucoup Terry !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: eja — i'm just so glad the word "ugh" was invented.   

Revenir en haut Aller en bas
 
eja — i'm just so glad the word "ugh" was invented.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 02. Glad You Came Back
» i'm glad to see you again (jaycee)
» KARAOKE [07/02, 21h15]
» (m/libre) jamie dornan - i'm glad you're here
» (Terminé) I'm glad you came, ft. Eddie et Honey

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2016-2017 :: vieilles fiches de présentation-
Sauter vers: