Soirée privée du Casino

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: Soirée privée du Casino    Ven 27 Mai - 23:56

Extrêmement magnanime, et surtout parce que les ordres de Bart, son vieil ami, avaient été clairs lors de son départ, Edward avait décidé, ce soir, de fermer le Casino au public. Il était important, avant de penser aux chiffres et aux bons résultats, de maintenir les troupes en forme et motivées. Il le savait. Même s’il avait toujours été plutôt partisan d’une manière forte de procéder – frapper plutôt qu’encourager – il savait que la méthode de Bart avait fait ses preuves, et il savait aussi que s’il ne gérait pas le Casino cédé par son ami correctement, Edward serait remercié en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. Alors il avait eu cette idée, un peu manipulatrice mais néanmoins bonne, il devait le reconnaître pour lui même. Il avait fermé le Casino, prétextant une soirée privée – ce qui n’était pas tout à fait faux d’ailleurs – et avait fait remplir les bars d’alcool et cocktails en tous genres. Ensuite de ça, il avait fait réunir tout le monde dans la grande salle de jeux, près du bar central, pour annoncer la teneur de la soirée. « Mes Chers Amis », avait-il commencé, armé d’un sourire. « Laissez moi vous remercier de tout ce que vous faîtes pour le Casino en vous offrant une petite soirée off où vous pourrez allègrement profiter du Champagne, des cocktails, du buffet et de la musique. Pas de travail ce soir, seulement de l’amusement ». Il sourit et leva la coupe de Champagne qu’il avait dans la main à l’attention de son auditoire. Dans un coin, Irene l’observait, sourire au coin des lèvres. Elle était le bras droit de Bart, l’agent infiltré. Celle qui visiblement appréciait l’initiative. « Pas de limite ce soir, faites vous plaisir » conseilla-t-il en trinquant, avant d’avaler la moitié de la coupe.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Soirée privée du Casino    Sam 28 Mai - 0:49

Aquest vespre serà molt plaent, songe Toni, alors que les flûtes de champagne, les coupes de vin et les pintes de bière s’hérissent dans les airs, afin de trinquer à la santé du propriétaire probablement sexagénaire, lesquels leur offre l’allégresse d’une soirée, en échange de leur fidélité, pour certains professionnelle, pour d’autres clandestine. Toni appartient au second groupe avec un plaisir fauve. Tous les jours, il baise, s’envoie en l’air avec des hommes, des femmes. Le casino a quelque chose de paradisiaque pour cela. L’anonymat déniché sous son égide vaut son pesant d’or, surtout pour quelqu’un comme Toni qui souhaite disparaître dans ce monde frauduleux, exotique. Il sourit à l’idée d’un naufrage aussi joyeux, fixant les bulles faisant la fiesta derrière le cristal. D’une rasade, il évince le liquide effervescent, dont les chutes en sa gorge titillent son esprit. Nul doute dans celui-ci, les inhibitions se déchaineront ce soir, et ce, pour le meilleur et pour le pire. La seule différence est que Toni ne connait pas ce dernier.

Au hasard, sa flûte est remplie par un mirage et les lèvres du jeune Catalan en profitent afin de caresser à nouveau le pétillement du champagne. Il observe tous ces gens autour de lui, dont il ignore la majorité. Cela fait à peine quelques temps qu’il a rejoint l’équipe des prostitués et ces soucis ont davantage été de se nourrir et de mettre un toit sur sa tête. Et d’éviter d’être retracer par les hommes de Lilian et Norman... Tant de visages, de gens, Toni convoite la possibilité de rencontrer chacun d’eux, chacune d’elles. Pérorer, baiser, mordre ou frapper, peu importe, tout l’intéresse, tant qu’ils le fassent comme des fauves.

La soirée est jeune, il est temps de parler d’amour et de promesses avec qui veut bien entendre défiler sa poésie égayante. À nouveau, un sincère sourire s’installe entre ses commissures à l’idée des surprises que la nuit lui réserve... Toni est en extase. Il raffole de sa nouvelle vie, la clandestinité n’a rien d’infernale, comme il lui fut laissé croire... A contrario, c’est un havre, une drôle de vie. Et Toni raffole de cet humour. Son verre se remplit à nouveau, possiblement par lui-même.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Soirée privée du Casino    Mar 7 Juin - 12:04

Il s’agissait d’une soirée hors du temps en tout point. D’une part, parce que pour une fois, Caleb ne se trouvait pas dans les bas fonds du casino, mais là où les lumières, les strass et les paillettes inondaient l’imposante pièce. Ensuite, parce qu’elle était occupée ce soir, mais pas par les clients habituels, puisque c’était eux, les employés qui dégustaient amuses gueules et coupes de champagne. L’homme laissa un sourire ironique se crisper sur son visage lorsque Hardy fit preuve de bienveillance à leur égard, remerciant chacun d’entre eux pour leur boulot. Sachant qu’il ne faisait pas partie de ceux qui avaient le job le plus commun, comme croupier, même si c’était ce qu’il prétendait à la plupart, ça sonnait particulièrement faux dans ses oreilles. Ou alors, ça avait plutôt une résonnance toute particulière, au contraire, parce que le type était sûrement bien content de son business souterrain. De toute façon, c’était le genre de mec qui n’inspirait en rien la confiance, surtout quand on connaissait ses activités, encore plus quand c’était ce gars à même qui prétendait récompenser ses subordonnés, à coup de boissons hors de prix. C’était comme ça. Son taf lui avait appris à se méfier de tout le monde, même de son boss.

Il pianota du bout de l’index sa flûte, avant de boire une gorgée de son contenu. Les véritables raisons de cette supercherie étaient sans doute discutables, mais après tout tant qu’il n’était pas directement concerné, il n’en avait rien à foutre. Encore plus si c’était pour éviter un soir dans la semaine des pâtes trop dures à moitié cuites, et du coca qui avait tourné sans raison. Et bonus : en supportant l’air renfrogné de Liv. Elle avait qu’à faire à bouffer, tiens, si elle était pas contente.

A part ses collègues qu’il saluait vaguement comme il était d’usage, il n’avait jamais adressé la parole à ceux du monde d’en haut, ou presque. Se sociabiliser ne faisait pas partie de ses principales attributions, mais après deux ou trois verres de champagne, n’importe quel marginal était capable d’aligner plus de trois mots à son interlocuteur, dans la même phrase.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Soirée privée du Casino    Ven 10 Juin - 19:05

Toni aime s’imaginer comme étant un prédateur : il observe et étudie son environnement avant de sauter, de bondir au cou de sa proie. Néanmoins, s’il fait parfois preuve de la dextérité et de la patience des fauves, sa véritable nature se révèle être plus expéditive, plus pulsionnelle et démesurée. C’est le taureau en lui, lequel, dès qu’il aperçoit sa cible, ne peut retenir son élan. Foncer tête baissée, cornes pointées, salive bavée. Les néons du casino brillent, tel le soleil ibérique. Au milieu de la foule, les choix s’avèrent innumérables, Toni se déplace avec envie, avec une soif aride, mais torride raclant sa gorge. Sa silhouette filiforme et musclée se meut avec une aisance hors du commun entre les corps lourds qui se tiennent ici et là sur le plancher du casino. Certains dansent, d’autres s’immobilisent, mais peu importe la manière dont ils bougent ou non, le déhanchement de Toni est incomparable, purement hispanique, et lui permet de se faufiler suavement où il le désire. L’été à Londres a beau être orageux, les plaisirs qu’il y trouve ne lui font pas manquer les rayons d’Ibiza. Si Norman, Lilian, Laia et Fab continuent de traverser son esprit parfois, le Catalan ne sait jamais quoi penser de leurs passages, pris d’incompréhension face à ces propres sentiments. S’il croit les aimer, pourquoi le laissent-ils de glace? À moins que la tristesse soit ce sentiment creux qu’il ressent dans ses tripes? Pourtant, il a toujours cru qu’il s’agissait là de l’amour. Difficile de dire.

Son instinct reprend le dessus, alors qu’il aperçoit peu loin un homme au regard plaisant. Au même moment, une chanson au rythme familier joue à travers les hautparleurs, stimulant l’audace du jeune impétueux. Il l’étudie alors que tous deux boivent une énième flûte, ces dernières semblant se remplir presque magiquement, de sorte que le compte est impossible à tenir. Toni sourit, remerciant les marabouts responsables de sa transe qui débute doucement à prendre vie, à se former. Le taureau reprend possession de son corps et fonce vers cet être qui l’intrigue, déambulant dans une solitude comparable à la sienne. Si le Catalan ne l’a jamais aperçu auparavant, c’est maintenant le temps de remédier à la situation. Il s’avance d’un pas confiant et suave vers sa cible, du sang dans les yeux, couvrant la scène d’une voile rougeâtre, vivifiant une rage espiègle que Toni ne connait que trop bien.

« Hola. Je m’appelle Toni. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Soirée privée du Casino    Jeu 7 Juil - 10:31

Il avait le profil type du mec acariâtre et peu affable, mais franchement, quelle importance ? Il n’était pas là pour se faire des potes. Il ne connaissait pas beaucoup de gens du monde d’en haut, des visages qui lui étaient familiers, tout au plus, mais ce n’était pas vraiment là dessus qu’il s’attardait. Le type, désormais à ses côtés dans le but de l’accoster, s’apparentait à un de ceux là. Il ne lui lança qu’une vague œillade, et marmonna vaguement lorsque l’autre se présenta. Ce n’était sûrement pas le meilleur moyen de se faire des amis, en même temps, qui disait qu’il en avait envie ?! Il lâcha malgré tout son prénom, préférant faire l’effort de faire prétendue bonne figure. Ca pouvait toujours servir.  A son avis, et si ça ne tenait qu’à lui, cela aurait pu en rester là. L’autre, restant sur le perchoir qu’était ses pieds pour signaler sa présence ne l’entendait vraisemblablement pas de cette oreille. C’était con. C’était con parce qu’il lui semblait totalement impossible désormais de communiquer avec les gens de façon anodine, et autrement que pour son boulot. Ce qui était naturel avant, devenait forcé aujourd’hui.

Sa coupe de champagne était vide, mais il la conservait dans sa main, comme une bouée de sauvetage à laquelle s’accrocher en pleine tempête. Il réalisa qu’il avait beau faire parti du même groupe, il n’avait rien à voir avec ces gens.

- Alors ? Tu fais quoi au casino ? finit-il par interroger. L’autre n’était pas là par hasard, comme chacun d’entre eux. Et au moins ce soir, ils n’avaient pas à jouer un rôle. Venant de sa part, la question était déjà un gros effort. Je bosse en bas, se contenta t-il de lui apprendre. Il estimait que ça en disait déjà assez long sur son activité.

Puisqu’il ne semblait pas y avoir d’échappatoire – c’était le genre de soirée où il savait que s’il quittait cette âme solitaire, il y en aurait bien une autre pour lui tenir la jambe, il se dégota de quoi manger sur une des tables. Autant subir cette galère l’estomac plein.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Soirée privée du Casino    Sam 30 Juil - 5:11

Ce soir, Toni est en rut. Il n’y a pas d’autres mots, pas d’autres idées. Le voilà, sans gêne et sans pleurs. À bien y songer le terme n’est pas bien sélectionné. Si le comportement du Catalan désœuvré est étudié conséquemment, il est aisé de deviner qu’il est presque toujours dans un tel état. Ceci dit, le rut correspond à un moment précis, à une période donnée. Ce n’est pas son cas. C’est sa nature.

L’homme lui plait. Il y a quelque chose dans sa composition qui l’attire, un charisme sombre peut-être, une allure sérieuse. D’une certaine manière, il lui rappelle Norman. Enfin, ce dont Norman devait avoir l’air sur de vieilles photographies. Alors qu’il était plus jeune, que l’idée de fonder une famille avec Lilian n’avait pas encore échappé son esprit. Un look intriguant, un peu glauque et sauvage, sorti tout droit d’un de ces vieux films dont Fab raffole. Un peu à la Humphrey Bogart dans African Queen.

« Je travaille en bas, en haut, de tous les côtés vraiment. » lâche-t-il, rigolant par lui-même.

Ses intentions ne sont que mauvaises, mais il ne le sait pas. Le compas moral de Toni peut sembler étrange à première vue. Il a envie de se battre ou de faire l’amour. Il ne sait pas vraiment. Et il ne comprend pas tant les différences. Les chats mâles mordent la peau du coup des femelles en s’accouplant?

Le truc, c’est que pour Toni, il n’y a pas de barrières, mais bien que des portes.

Le beau gosse tâte le sachet rempli de comprimés d’ecstasy dans sa poche, réfléchissant à ce qu’il veut en faire. Une flûte pleine lui est tendue et il la savoure, cherchant quelque chose de peu pertinent à dire.

« En bas, c’est bien de vente de drogues dont tu parles? »

Après tout, ce casino ne cesse de le surprendre et il n’aurait pas été étonné d’apprendre l’existence d’un service de sadomasochisme à la Nymphomaniac Vol. 2 ayant lieu dans les sous-sols de l’édifice. Sa lèvre le picote à l’idée.

« Moi, si ce n’était pas clair, je suis pute. Vénal c’est bien aussi comme synonyme. »

Réalisant comment le blabla inintéressant l’ennuie, il se remémore sa hargne qui le secoue. Alors, libidineux, il demande.

« T’aimes les hommes? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Soirée privée du Casino    Dim 25 Sep - 18:01

Il était tiraillé entre les deux. Faire des efforts, s’intégrer, comme toute personne normale, bien dans sa peau, et épanouie dans tout ce qu’elle fait et ce qu’elle entreprend. Sauf que, voilà : il ne répondait pas au profil. Ca faisait des années maintenant, alors il s’était fait au job, par la force des choses, mais le casino, sous ses aspects reluisants cachait trop de magouilles, pour que lui même, qui faisait parti de la combine, ne devienne pas suspicieux. Alors non, c’est vrai qu’au fond, ça le bottait moyen de deviser avec des gens où il fallait trouver des sujets de conversation assez fournis pour ne pas se noyer dans sa coupe de champagne. Alors, si pour couronner le tout, il fallait être aimable…

Caleb attendait désespérément que la solution vienne d’elle même, sans chercher à relever l’échange qu’il avait avec son interlocuteur. N’importe qui aurait pu trouver sa remarque amusante, et rebondir sur le sujet. Dans son cas, ça le faisait juste chier, et comme il n’en avait rien à foutre, faire semblant même de s’intéresser, c’était au dessus de ses forces. En plus, ça impliquait de réfléchir au second sens de cette prétendue révélation. Il avait déjà une ado à la maison, alors il allait pas s’éclater à faire de la psychologie avec un inconnu.

- Ouais, répondit-il sans y aller par quatre chemin, en confirmant son taf. L’autre allait sans doute finir par se lasser et partir de lui même. Manque de chance, ça ne semblait absolument pas être dans son programme.

Au contraire, il ne sembla pas le moins du monde se formaliser par le manque de sympathie de Caleb, puisque le tournant de la conversation se débrida soudain. Pas vraiment de quoi s’en formaliser, après tout, c’était la monnaie courante dans ce lieu. C’est son problème, pensa d’abord le grand bourru, même s’il était à l’origine quelque part de ce sujet qui pouvait facilement dévier.

- Si ça te fait plaisir, se contenta t-il de grogner. S’il y avait un sous entendu, il ne l’avait pas compris. Ou plutôt inconsciemment faisait semblant de ne pas le comprendre, même si ça ne se présentait pas sous les meilleurs hospices. Ce qui se confirma juste ensuite avec une nouvelle question de Toni. Au moins cette fois ci, il n’y allait pas par quatre chemins.

En soi il n’y avait pas mort d’hommes, et dans d’autres circonstances, cela aurait même pu le faire rire. Pas dans le mood, voilà tout. Soudainement il se mit à dévisager Toni avec un air un peu bizarre et suspicieux sur le visage, parce qu’il s’interrogeait. A quel moment, comment, pourquoi, il avait laissé sous entendre qu’il l’intéressait, ou qu’il aurait potentiellement pu se passer quelque chose ? Un mec qui était en train de flirter avec lui, c’était bien sa veine ! Les tendances des gens, il en avait rien à foutre, mais il n’était pas spécialement branché à l’idée que ce drôle de type lui fasse du gringue.

- Ah ouais. Ok. C’était une vraie question c’est ça ? Caleb éclata d’un rire qui se voulait calculé, certes, mais avant tout naturel. Il ne savait pas trop si ça avait bien marché. Mauvaise pioche. Salut au revoir. Qu’il aille se faire des films ailleurs, après tout il avait juste envie de bouffer et boire à l’oeil, pourquoi est-ce qu’on lui foutait pas la paix ? Sinon à point, rôti aux petits oignons ça peut s’arranger, admit-il en ne riant qu’à moitié, laissant planer cette menace au dessus de la tête de Toni…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Soirée privée du Casino    

Revenir en haut Aller en bas
 
Soirée privée du Casino
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Nouveau Casino / Pour une soirée privée
» Début de soirée en milieu hostile ...
» Une soirée à l'auberge (libre)
» Fin de Soirée improvisée Sophie /Virginie
» 2eme soirée "So glam" [ ouvert a tous ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2016-2017-
Sauter vers: