will & alec ∆ let's have a drink or two

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: will & alec ∆ let's have a drink or two   Dim 22 Mai - 22:37

Alec attrapa un verre dans la pile des verres sales pour le passer sous le jet d’eau puissant censé le nettoyer. Il avait été formé, quelques heures au tout début de son premier service ; le Casino se définissait comme un endroit du luxe où l’hygiène notamment se devait d’être irréprochable. Pour autant, la vaisselle, au niveau du grand bar central, n’était nettoyée qu’à l’aide de ces puissants jets d’eau chaude qui lui brûlaient presque les mains. Parfois, il fallait qu’il frotte une trace de rouge à lèvres résistante, mais la plupart du temps, il obtenait des verres presque neufs de n’avoir servi qu’à satisfaire les envies de whisky d’un client particulièrement fortuné. Tout dans le Casino respirait le luxe et l’inaccessible monde auquel il n’appartenait pas. Avait-il seulement envie d’en être ? A chaque fois qu’il mettait un pas ici, il se posait la question. Ressentait-il de la jalousie envers tous les clients fortunés qui fréquentaient les bancs de l’établissement ? Ou était-il blasé que tant de luxe aille aux plus riches quand d’autres comme lui s’enfermaient dans des appartements minables en peinant à financer la nourriture de la fin du mois et les produits de première nécessité ? Il n’avait plus à se plaindre, le Casino allait changer sa vie, sa façon de vivre et ses économies, pour sûr. Mais il était bien loin de ses rêves de gosse. Bien loin de ce qu’il s’attendait à trouver lorsqu’il avait pris la décision de fuir l’Ecosse avec sa mère. Il lui faudrait pourtant se contenter de ça, l’âge avançant et l’éloignant de la réalisation de ces rêves un peu idiots. Il plongea le verre dans le bac à glaçons et le ressorti trouble de froid. Avant de servir ici, il avait servi dans des petits bars glauques où il avait appris à manier shaker et autres dosages de cocktails, une qualité qui lui avait été reconnue ici, au Casino, par les compliments de clients satisfaits par l’équilibre entre l’alcool de leur cocktail et le goût particulièrement doux de celui-ci. Et Alec avait appris à ses dépends que parfois, la satisfaction personnelle vient de petites choses que l’on pensait insignifiantes.

Il attrapa les divers ingrédients nécessaires à l’élaboration d’un cosmo et fourra le tout dans le shaker qu’il fit tournoyer sans effort – cela faisait aussi partie du spectacle. Alec n’était pas vraiment dérangé par le spectacle qu’il donnait. Il avait l’habitude de la scène, du public, ou au moins en avait-il rêvé toute sa vie, il aurait donc été hypocrite de se sentir ridicule. Et puis, d’une certaine façon, l’extravagance faisait aussi partie de cet univers un peu spécial dans lequel il avait sciemment décidé d’entrer. Il posa le verre achevé devant une cliente souriante. Blonde, assez jeune, les lèvres rouges et les yeux noirs charbons, un décolleté un peu trop vulgaire pour être subtile et de grosses boucles en diamants pendant de chaque côté de ses joues – Alexander était observateur, et aimait observer les gens pour les redessiner plus tard. Elle ferait un bon modèle s’il parvenait à se souvenir de ses traits, à la fois fins et faux. Son sourire contrastait avec l’air triste qui occupait ses yeux, comme si sa mâchoire était coincée dans un rictus douloureux. Elle sembla penser, un instant, alors qu’Alec gardait les yeux fixés sur elle, qu’elle attirait son attention car son sourire s’agrandit et elle se pencha légèrement en avant, presque séductrice. « Merci beaucoup », lança-t-elle d’une voix suave, trop vulgaire pour être subtile elle aussi. Bien loin des idéaux d’Alec. Il lui rendit son sourire et hocha la tête pour toute réponse, avant de se diriger vers le prochain client – qui serait sans doute le dernier de la soirée pour lui, il était près de trois heures du matin. « Qu’est-ce que je vous sers ? » demanda-t-il distraitement. Puis il pencha la tête et reconnut un homme qui avait croisé son chemin quelques semaines – ou quelques mois – auparavant. Etrange coïncidence. William, s’il se souvenait bien – c’était sans doute le cas. « Qu’est-ce que je te sers ? » rectifia-t-il, en maudissant un peu la chance de le faire croiser une conquête sur son lieu de travail.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: will & alec ∆ let's have a drink or two   Lun 23 Mai - 17:47

William filait un mauvais coton. Il s'en rendait compte, son frère s'en rendait compte, son père aussi d'ailleurs (bien qu'il n'ait pas grand chose à dire là dessus pour être honnête), mais William n'arrivait pas pour autant à se sortir la tête hors de l'eau. Il n'était pas déprimé, ce qui changeait un peu de l'état dans lequel il était resté trop longtemps pour son propre bien, mais il faisait aussi globalement n'importe quoi. Son frère râlait un peu mais restait extrêmement tolérant en comparaison avec les âneries que pouvait faire un William clairement sur la pente descendante. Même si il aimait en plaisanter, William s'inquiétait un peu pour son avenir. Les critiques sur le dernier film avaient été bonnes, mais on ne parlait pas spécialement en bien de son jeu d'acteur. Peut être que sa vie personnelle avait aussi partiellement entaché sa réputation, ça il ne pouvait pas le dire avec certitude mais le bilan n'était pas très positif pour lui en tout cas. Il n'avait aucune idée de ce qu'il allait faire ensuite. Le tournage touchait décidément à sa fin et bientôt il faudrait sérieusement songer à trouver une nouvelle source de revenus, surtout en claquant autant en alcool. William n'avait franchement plus tellement l'impression de faire partie d'une bande de joyeux lurons, ou même d'être totalement à sa place au sein du groupe d'acteur dont il faisait pourtant incontestablement partie. Il avait au contraire la désagréable impression de se marginaliser, d'avoir fait un pas de trop vers l'excès.
Sa présence au casino le confirmait complètement. William détestait son père et pourtant il se plaisant un peu trop ici. Il y passait son temps, tout comme Harry d'ailleurs surpisingly, ce qui expliquait sûrement qu'il ne le juge pas trop sur les mauvaises habitudes qu'il avait pris au cours de l'année. Reconnaissant le serveur, il fit un pas vers lui. Encore un rouquin qu'il avait revu la fois de trop. Pas qu'il le regrettait, pas qu'il s'en soit entiché non plus, mais ils avaient une histoire tous les deux, presque à la manière de deux exs. Il l'avait lâché pour une semaine de bonheur avec Teacher, puis était revenu vers lui des mois après pour une autre nuit. Il l'aimait bien, n'était pas spécialement compliqué. Entre cigarettes et bouteilles de vin, ils avaient trouvé leur truc. Ce n'était pas comme avec Teacher, ça ne le serait pas, car ils étaient très différents, mais William s'était fait à l'idée. Il l'appréciait. « Tu sais ce que j'aime. Je te laisse choisir. » William répondit en s'installant au bar un peu nostalgique. Il allait encore boire tout seul, décidément ça devenait un peu triste. Foutre en l'air ce mariage avait décidément eu trop de répercussions. Teacher ne lui adresserait plus jamais la parole, il était vraiment temps de passer à autre chose pour de bon. « Je savais pas que tu bossais là. Le patron est une ordure, tu n'auras pas d'augmentation. » Il plaisanta, un sourire un peu triste allant s'esquisser sur le coin de ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: will & alec ∆ let's have a drink or two   Lun 23 Mai - 22:16

Alec ne put s’empêcher de rouler des yeux en l’entendant lui demander de choisir. Comme s’il se rappelait des goûts de chacune de ses conquêtes – même si William avait sans doute le mérite de l’avoir vu plusieurs fois. Des bouteilles de vin et des paquets de cigarettes, voilà ce sont il se souvenait sans mal. Mais il n’était pas sûr, à l’air attristé et mélodramatique qu’affichait Will, l’acteur de cinéma, que du vin soit exactement ce qu’il lui fallait ce soir. Quoi qu’une bonne bouteille ferait très certainement l’affaire pour noyer le quelconque chagrin qui torturait son âme, Alec n’en doutait pas. Et le prix ne devait pas être un problème, les acteurs étaient rarement des personnalités dans le besoin, après tout. Un soupir lui échappa tandis qu’il attrapait un gigantesque verre à pied en cristal, de ceux réservés aux gros clients payant une fortune pour un vin délicieux. Il était assez plaisant de penser à l’addition qu’il lui présenterait un peu plus tard dans la soirée. Il posa le verre devant William, fit volte-face pour gagner un placard en dessous du bar ; verrouillé par une clé qu’il avait la chance d’avoir en sa possession comme s’il recelait un véritable trésor. Il s’empara de la bouteille qu’il cherchait – ou plutôt d’une grande carafe tout autant en cristal que le verre – qu’il ouvrit avant de rejoindre William quelques mètres plus loin. Sans quitter le verre des yeux, il y versa le vin d’un geste expert – comme si l’on pouvait acquérir une quelconque expertise en servant un grand vin. « Il va te coûter horriblement cher mais il vaut le coup, j’imagine ». Il haussa une épaule en rangeant la bouteille à sa place, soupçonnant que William ne souhaiterait pas en reprendre un verre. Une intime conviction lui indiquait plutôt qu’il était là pour boire le genre d’alcool qui vous aide à oublier, plutôt qu’un vin qui vous détendrait pour passer une bonne soirée.

« Tu connais le patron ? » demanda-t-il d’un air un peu surpris. « Je ne l’ai vu qu’une fois ; je viens juste de commencer, autant te dire que je ne risque pas de lui demander d’augmentation de sitôt », répondit-il en haussant une épaule. Son salaire ici représentait de toute façon beaucoup plus que ce qu’il avait jamais gagné, et pour l’instant, les perspectives d’une évolution quelconque ne lui avaient pas vraiment traversé l’esprit – jouer et servir le satisferaient, ce n’était pas comme s’il avait une famille à entretenir ou quoi que ce soit du genre, de toute façon. « Ton frère est un habitué » nota-t-il cependant. Il avait remarqué un garçon lui ressemblant fortement et avait cru se souvenir, ne sachant pas trop comment, que William Hardy avait un frère jumeau – peut être l’avait-il lu quelque part. Alec referma le placard et jeta un œil à sa montre, espérant que les quelques minutes qui le séparaient de la fin de son service passeraient suffisamment vite pour lui permettre de rentrer chez lui rapidement et de s’allumer un joint dans son canapé défoncé. Peut être accompagné, qui sait. Un vaste programme. « Qu’est-ce que tu fous là, tout seul, avec cet air de dépressif ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: will & alec ∆ let's have a drink or two   Mar 24 Mai - 20:21

Un vin qui vaut le coup, c'était précisément ce que William recherchait là tout de suite. Pas sur qu'après quelques verres il verrait forcément la différence, mais en attendant ça lui remonterait un peu le moral de savoir qu'il pouvait encore faire ce qu'il savait faire de mieux : dépenser son argent en alcool. Il ricana intérieurement à l'idée d'apprendre que Harry faisait partie des habitués du casino. Le tout était assez risible en somme, bien que franchement déprimant. Son frère était à la recherche de sensations fortes. William le comprenait complètement. Harry vivait fatalement très mal la solitude et la morosité de leur quotidien, mais c'était tout de même le casino de leur père. Le même père qui n'avait pas hésité à lui taper dessus quelques années auparavant. L'idée qu'il soit là dérangeait William, mais quelque part il éprouvait lui même pas mal de culpabilité à l'idée de fréquenter lui aussi l'établissement. C'était un peu se retourner vers ce père qu'on ne peut pas aimer parce qu'il s'est avéré très décevant dans son job de père. Alors évidemment oui, il connaît le patron, c'est plus qu'un euphémisme. « Ouais. C'est mon père. » Avait il simplement lâché pour casser là tout le suspens qui pourrait potentiellement s'installer. Will n'avait pas envie d'en faire toute une histoire. Bien entendu il y avait des choses à dire, mais il n'avait pas tellement envie de s'épancher. Tout au mieux, de faire un petit commentaire cynique. « Ce qui rend d'autant plus ironique le fait que tu considères mon frère comme un habitué. Ils sont pas en très bons termes tu comprends, enfin à ce que je sache. » Will haussa les épaules. Il aurait aimé avoir une attitude plus détendue, mais ce n'était décidément pas sa soirée. La culpabilité ne le quittait pas, et il n'avait pas encore assez consommé pour oublier qu'il avait ruiné ce mariage.

Lorsqu'Alec commenta son expression, William poussa un long soupir. « Je prends un verre avec toi, parce que ma vie c'est un peu de la merde en ce moment et que Dexter m'empêcherait de me plaindre. Toi t'es payé pour m'écouter et me servir et puis t'es pas désagréable à regarder alors il n'y a que des avantages. Pour faire bref, j'ai fait du cirque au mariage de Teacher, je me suis invité et je me suis permis un petit discours. Autant dire que ça a vraiment pas été apprécié par les mariés. » Il avala une gorgée de vin pour faire passer la révélation. « Mais j'ai pas spécialement envie d'en parler. J'ai juste l'impression de partir complètement en vrille. Ça t'es déjà arrivé ça ? » Sûrement pas à ce point là. Tout le monde ne s'amusait pas à faire tout un bordel lors d'une cérémonie de mariage. William ne savait plus comment se racheter auprès d'Adrian. Il serait prêt à lui faire un chèque pour qu'il puisse organiser une nouvelle cérémonie, mais il n'accepterais jamais. Il n'avait pas vraiment de moyen de laver sa conscience, il fallait vivre avec.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: will & alec ∆ let's have a drink or two   Mar 24 Mai - 21:40

Alec n’était pas réellement de ceux qui s’attachent. Sans doute parce que, pour l’instant, fonder une famille ou quoi que ce soit du genre lui semblait juste surréaliste. Il fallait avouer cela dit que son modèle familial n’avait pas été des plus réjouissants, et qu’il avait dû faire face à de nombreuses complications n’ayant pas aidé son appréciation des liens familiaux. Son père, d’abord, dont il n’avait jamais été très proche et qui était mort d’un accident de voiture en emmenant avec lui un petit frère qu’il chérissait, sa mère qui était devenue folle, sans doute à cause de la douleur de la perte, et le reste de la famille qui les avait abandonnés, tous les deux, pour se concentrer sur la reconstruction d’une vie tranquille, le deuil dans un coin du cerveau. Toutes ces choses ne l’encourageaient pas vraiment sur la voie du sérieux et de l’engagement. Et puis peut être qu’il n’avait finalement jamais rencontré la bonne personne non plus. Ses relations se déroulaient souvent de la même façon, n’étaient liées qu’à des aventures, des coups d’un soir rapides et expéditifs. Parfois, il laissait la personne de la soirée dormir dans son lit, parfois il ne se donnait même pas cette peine. Ca dépendait des jours, de son humeur et de ses envies. Et puis il y avait certaines personnes qui, à force de rencontres fréquentes, devenaient un peu particulières. Sans parler de sentiment, de relation ou de quoi que ce soit d’autre du même acabit, Alec avait déjà constaté que l’habitude était agréable et que partager des moments avec une personne qui se plaçait sur la même longueur d’ondes que lui n’avait rien de désagréable. Ca avait été le cas, un temps, avec William, et puis ça c’était terminé, parce que William avait un esprit compliqué, trop compliqué à suivre, trop compliqué pour lui. Ses histoires de cœur le dépassaient un peu.

Il n’était cela dit pas non plus de ceux que l’on prend pour un con ou une occupation passagère sympathique. Ni pour une oreille attentive, car écouter les gens ne comptait pas parmi ses qualités. Alec n’avait pas grand chose à faire des problèmes des uns et des autres – en dehors des personnes qu’il aimait, bien entendu. Et il n’était certainement pas payé à écouter tous les riches éplorés qui atterrissaient ici faute d’avoir une vie sociale suffisamment construite. « Je suis pas payé pour t’écouter, je suis payé pour te servir à boire. Je peux rejoindre l’autre coin du bar et te laisser déblatérer tout seul si j’ai envie », lâcha-t-il en haussant une épaule – songeant néanmoins qu’il lui faudrait être prudent s’il voulait conserver son job plus d’une semaine. Mais il doutait que Will n’aille se plaindre à son père d’un quelconque mauvais traitement. « Partir en vrille ? Ca me dit quelque chose », répondit-il sans quitter le verre qu’il venait d’attraper pour le nettoyer des yeux. « Cela dit, si t’es conscient du fait que tu pars en vrille, j’imagine que tout ira bien pour toi, tu devrais finir par te remettre sur le droit chemin. Cela dit, si tu veux mon avis – et si tu le veux pas, je te le donne quand même – j’arrêterais de courir après ce que je ne peux pas avoir si j’étais toi. Faut parfois se contenter de ce qu’on a ». Alec haussa une épaule et laissa s’échapper un soupir de ses lèvres. Parfois, il avait du mal à saisir l’entêtement des gens, peut être parce que lui en manquait cruellement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: will & alec ∆ let's have a drink or two   Jeu 26 Mai - 15:01

Même lui, était moins patient désormais. Cela en disait long sur l'état de William. De plus, un peu comme tout le monde, il le prenait pour un de ces gosses de riches en pleine crise existentielle. Pour William, ça n'avait pas grand chose à voir. Il n'était pas en train de se regarder le nombril parce qu'il avait trop d'argent et qu'il ne savait plus quoi en faire. Il était triste parce qu'il ne gérait plus du tout la situation et que son cœur peinait à se remettre d'Adrian Fletcher. C'était ridicule pour tout le monde, pour William c'était simplement l'accumulation de beaucoup de choses. Lui non plus ne s'attachait pas d'ordinaire, d'ailleurs il n'était pas tombé amoureux d'Alec même après quelques parties de jambes en l'air qui valaient le coup, parce qu'il n'était tout simplement pas comme ça. Adrian c'était simplement autre chose. William avait quitté le domicile familial assez jeune et sans argent pour tenter de construire sa vie par lui même, il avait emmené son frère avec lui, assurant son bien être avec un maigre salaire d'acteur qui ne réussit pas. Il avait fait plusieurs jobs en même temps, retardé le paiement du loyer et mangé des pâtes plusieurs fois par semaine. En bref, ils n'étaient pas aussi différents qu'Alec aurait bien aimé le croire. Il avait réussi à obtenir un rôle inespéré, dépensé l'argent de son cachet pour offrir le meilleur à Harry et goûter un peu aux plaisir de la vie facile, mais tout ça en sachant très bien que ça ne durerait pas. William était un second rôle, il savait très bien qu'il n'aurait pas la même carrière que Jessie ou même Leo. Il reviendrait aux publicités au mannequinat, jusqu'à ce qu'il soit trop vieux pour faire de l'argent avec sa belle gueule. Il n'avait pas de diplôme, pas non plus ce qu'il fallait pour en obtenir en un. William avait saisi quelques opportunités mais finirait très certainement derrière un bar lui aussi, il n'était même pas sûr que son père lui laisse les reines du Casino. William avait voulu se débrouiller, et il avait fait avec les moyens du bord. Sa confiance en lui tenait à peu de choses. Des complexes, il en avait aussi sur le plan intellectuel. Harry corrigeait tous ses cvs, ses lettres de motivation alors évidemment, qu'un type comme Adrian s’intéresse à lui, ça avait changé beaucoup de choses. William avait été aimé d'un intellectuel, et puis il l'avait déçu au point qu'il se détourne de lui et retourne vivre sa vie parfaite avec quelqu'un de bien mieux. Dans le fond il le savait. Il avait beau prendre Christopher pour un débile, son frère ne le trouvait pas juste attirant. Comme Adrian, comme Harry, il faisait partie de ces gens qui réussissent, se fixent des objectifs et les dépassent, sont bons dans ce qu'ils font, intéressent lorsqu'ils ouvrent la bouche. Au milieu de ces gens, William se sentait de nouveau comme un outsider, celui qui n'a pas sa place. William n'avait pas l'ambition, c'était quelque chose que Tamsin avait tout de suite vu chez lui. « T'es payé pour me servir, mais si t'es bon dans ton job, tu me laisseras plaindre si j'en ai envie, le client est roi tout ça. » Will avala une autre gorgée. « J'aimais bien qu'un mec vachement intelligent s’intéresse à moi. Mais t'as raison faut que j'arrête de courir après ce que je peux pas avoir. » Il soupira une fois de plus. « Je sais ce que tu penses. Mais crois moi, c'est pas parce que t'es un type qui tient à sa liberté et qui s'attache pas que ça peut pas te tomber sur le coin de la gueule au moment ou tu t'y attends pas. Et quand ça arrive c'est compliqué à gérer, parce que c'est pas aussi désagréable que ça en a l'air. » Il tapota nerveusement sur le bar. « Enfin bref, comme je t'ai dit, j'ai vraiment pas envie de parler de ce rouquin. » Tout était dit de toute façon.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: will & alec ∆ let's have a drink or two   Jeu 26 Mai - 21:54

La douceur n’avait jamais vraiment été la spécialité d’Alec, mais il réalisa qu’il y allait sans doute un peu fort et soupira pour se radoucir. Il avait du mal, Will avait raison, à se lier avec les gens et à faire confiance. Une part de lui appréciait la liberté qu’il s’offrait à lui même sans demander l’avis des autres, et une autre souffrait de son incapacité à se lier réellement, même dans la répétition, même dans les gens qu’il fréquentait de manière régulière. Peut être qu’il était là, aussi, le problème de l’impulsion qui le faisait parler ce soir. Une forme de frustration étrange qu’il n’avait pas envie d’analyser. Alec ne comprenait pas non plus le fonctionnement injuste des choses, mais ce triste constat s’appliquait à la situation de Will. Pourquoi un type comme ça avait il l’occasion de rencontrer un homme dont il tombait amoureux pour que finalement rien ne soit possible entre eux ? L’amour craignait, plus il le voyait et plus il le pensait. Il suffisait de le voir lui ce soir, diminué, pour réaliser que l’amour faisait des ravages effrayants. Et dans sa vie, Alec avait connu assez de choses douloureuses comme ça ; il n’avait pas envie de s’en infliger d’autres. La perspective de la solitude était aussi étrangement rassurante qu’absolument effrayante, ce qui ne lui rendait pas la tâche d’analyse. Il s’était, à de nombreuses reprises, interrogé lui même sur son avenir sentimental, se demandant de quoi exactement il avait envie sans qu’il ne puisse jamais vraiment répondre de manière déterminée. Cela dit, Will n’avait pas complètement raison à son sujet. Alec n’était pas un type qui ne s’attachait pas. Il appréciait de revoir plusieurs fois les mêmes personnes, de créer une relation aussi superficielle soit-elle. C’était simplement plus compliqué pour lui, pour une raison étrange remontant à sa fin d’enfance perturbé ou au gâchis perpétuel dont il avait été toute sa vie entouré ; difficile d’envisager la base de quoi que ce soit dans un environnement pareil. Il soupira de nouveau et récupéra la bouteille de vin dans le placard pour resservir le verre de Will. « C’est pas vraiment ça, en réalité. Je ne me pose pas la question comme ça, on verra ce qui arrive. » Il haussa une épaule et reprit un peu de sérieux, de calme aussi. « J’étais pas en train de te dire que tu ne mérites pas un type intelligent, ça n’a rien à voir. Des gens intelligents, y’en a partout, ils sont tous différents. Ce type dont t’es tombé amoureux, tu le méritais sans doute autant que les autres. Je suis peut être une brute, un type qui s’attache pas, mais y’a une chose que je pense pouvoir affirmer, c’est que l’amour se commande pas. Tu choisis pas la personne dont tu tombes amoureux que parce qu’elle est intelligente, canon ou riche. Il se passe quelque chose que tu peux pas empêcher à un moment et après, t’es coincé. Les considérations d’intelligence, de longueur d’ondes et de toutes ces conneries, ça ne vient qu’après, quand les choses se compliquent » Il hocha la tête d’un air compatissant tout en entreprenant de nettoyer le bar. « Je disais juste que maintenant qu’il est marié, il est temps de tourner la page. Il m’a pas l’air d’être le genre de type qui revient sur ce genre de décisions ».
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: will & alec ∆ let's have a drink or two   Sam 28 Mai - 0:08

William une fois de plus l'ouvrait un peu plus qu'il ne le devrait. Avec Alec ça arrivait d'ailleurs assez souvent. Lui mieux que personne connaissait le fond de l'histoire avec Adrian, alors il n'avait pas besoin de beaucoup d'energie pour recoller les morceaux de ce qu'il avait manqué, et lorsque William échouait sur son comptoir avec de nouvelles histoires pleines de rebondissements, il écoutait. Quelle patience d'ailleurs... Will n'avait cependant pas une énorme envie de déblatérer sur le sujet cette fois-ci, il avait tout dit. Il pourrait plutôt payer un psy, d'ailleurs ce serait peut être pas une mauvaise idée plutôt que d'aller emmerder les serveurs de son père et les types avec lesquels il s'était envoyé en l'air sur une base plutôt régulière. Alec avait raison, il était vraiment temps qu'il passe à autre chose. Mais William avait beau se ressasser cette phrase depuis près d'un an maintenant, il n'avait pas tellement l'impression d'y avoir réussi plus que ça. C'était ridicule. Et parfois c'était dur à vivre, oui vraiment très dur à vivre. Bloody Teacher, tout était de sa faute n'est-ce pas ? Will avala une nouvelle gorgée de son vin en songeant à passer ensuite à quelque chose d'un peu plus fort. Il était en bonne compagnie. Avec un écossais il trouverait bien. « Je sais qu'il changera pas d'avis. » Ce n'était pas quelque chose dont il doutait.

William savait pertinemment qu'il était allé trop loin, qu'Adrian ne lui pardonnerait jamais, il n'espérait rien de lui. « C'est pas très important de toute façon. Je vais aller de l'avant. Bien sur qu'on ne choisit pas de qui on tombe amoureux, mais certaines personnes te font te sentir d'une certaine manière et c'est ce qui est agréable. » Il haussa une épaule. « Enfin bref, comme je te l'ai dit, j'ai un peu envie d'oublier tout ça, et jusque là t'étais la personne la plus douée pour y arriver. » Sorte de compliment. Lorsque tout allait encore plus mal que ça, lui réussissait à lui changer les idées à sa manière, avec sa simplicité et ses bouteilles de bon vin encadrées de cigarettes. « Qu'est-ce que tu deviens ? » recentrer la conversation sur lui, un moyen d'éviter les sujets douloureux tout en prenant un peu de ses nouvelles. Mais gare à trop d'affection, on savait ou ça menait. William fréquentait beaucoup trop de roux. Du reste, il ne regrettait pas tellement sa dernière blonde en date pour autant. Bien au contraire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: will & alec ∆ let's have a drink or two   Mar 19 Juil - 0:50

Alec prit la décision de se taire puisque Will semblait vouloir oublier - ou considérait ses états d'âme comme peu importants. Après tout, tout ça ne le regardait pas. Croiser Will de temps à autre était relativement sympathique, relaxant, même. Une soirée consacrée à boire et à fumer entre deux parties de jambes en l'air, un programme qu'Alec ne se refusait jamais vraiment, et pour une raison particulière et inconnue, les choses avec Will se passaient toujours plutôt bien. Alors il n'avait rien contre le fait que l'acteur le relance de temps à autre, peut être parfois à défaut de mieux - c'était là un peu l'histoire de la relation de Will avec ce fameux Adrian. Alec n'était pas le genre de garçon qui s'attachait à qui que ce soit, sans doute parce que, de manière totalement clichée et pré-fabriquée sans doute, il avait déjà connu la douleur de la perte d'un être cher. Pour autant, il n'était pas totalement ingrat et pouvait se montrer à l'écoute et prodiguer des conseils quand c'était nécessaire - William semblait perdu, et c'était la raison pour laquelle il s'était autorisé des suggestions, sans quoi il serait resté muet et se serait contenté de remplir son verre. Mais ils n'avaient jamais gardé le silence sur leurs états d'âme respectifs, en réalité. Quand Alec était agacé, stressé, ou habité par n'importe quel autre sentiment du genre, il ne se gênait pas pour le dire à Will quand ce dernier trainait dans le coin - la réciproque devait être vraie, il ne voyait pas tellement pourquoi il en serait autrement. La simplicité leur permettait aussi de profiter pleinement des avantages de ces entrevues, régulières ou non.

« Pas grand chose, comme tu le vois. Je suis toujours serveur - ou barman, plutôt, il parait que ça fait plus chic - et toujours aussi mal payé. Je fume de plus en plus, je bois de temps en temps et il me semble que tu me dois un nombre impressionnant de cigarettes depuis la dernière fois », nota-t-il en tentant un peu d'humour pour le décrisper un peu. « Cela dit, apparemment, je suis assez doué pour changer les idées ? Voilà une carte que je vais ajouter immédiatement à mon jeu. » Il rit un peu et sortit un verre plus petit pour y verser un fond de whisky - une marque de chez lui, Ecossaise, qu'il avait fait commander exprès pour des clients un peu exigeants et particuliers. « Je vais tâcher de commencer maintenant », reprit-il en rebouchant la bouteille pour déposer le verre devant lui. « Profites-en, mon service se termine dans 10 minuscules minutes, et le barman qui me remplace est blond comme les blés et s'y connait autant en whisky que vous autres anglais en vin.  »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: will & alec ∆ let's have a drink or two   

Revenir en haut Aller en bas
 
will & alec ∆ let's have a drink or two
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» alec ▲ the show must go on.
» Un point sur les émotions [PV Alec Lockheart]
» Alec Volturi ► "Sister, they send you out for one and you bring back two... and a half. Such a clever girl."
» “Je m'en fous, du monde réel, c'est toi que je veux !” -Alec
» SUJET TERMINE - La suite de la soirée~Juste nous deux! [Alec]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2016-2017-
Sauter vers: