Nobody puts Baby in the corner

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: Nobody puts Baby in the corner   Dim 8 Mai - 15:34

J'aime cette part de mon travail. J'aime toutes les parts de mon travail, en toute honnêteté. Mais celle-ci est sans doute la plus simple et n'en est pas moins distrayante. C'est comme un jeu. On m'achète de jolies robes, je pousse parfois le vice à réclamer de nouvelles chaussures et des bijoux luxueux. Cela dépend du client, mais ils sont pour la plupart plein aux as et peuvent donc se permettre de dépenser sans compter pour s'assurer que leur escort sera rayonnante et, surtout, discrète. Diamonds are a girl's best friend et le meilleur moyen de la garder silencieuse. Pas que je veuille particulièrement dénoncer mes clients à leurs femmes naïves - ou en plein déni - mais il y a toujours une part de risque. Et ils sont prêts à payer le prix fort pour le minimiser.

Me voilà donc parée d'une longue robe émeraude et d'un collier en or délicat. Rien de trop clinquant, il faut que les gens se retournent sur mon passage mais pas que je sorte trop du lot. C'est un personnage un peu particulier que j'incarne lors de ces occasions. Evidemment, presque tout le monde sait - ou du moins soupçonne - que je suis une escort. Mais je dois faire en sorte que tout le monde l'oublie. Qu'on ne s'y attarde pas trop. Les collègues de mon client devront se dire qu'il était en charmante compagnie ce soir mais ne pas se souvenir trop précisément de moi ou de ce que j'ai dit. Une conversation légère, des sourires doux. Je me sais capable de dégager une aura presque magnétique, de faire une impression durable. Mais je réserve cet aspect de ma personnalité aux autres facettes de mon métier. Je place ma chevelure sur mon épaule, m'assure que mon maquillage est en place puis enfile avec un hochement de tête poli le manteau qui m'est tendu. J'aime bien John. Il est plutôt beau gosse et a un petit côté gentleman old school. Il insiste pour m'offrir à dîner avant que nous allions à la soirée où je l'accompagne et fait tout pour que la situation semble naturel. Il n'est pas particulièrement intéressant une fois la porte close et ses goûts sont sérieusement classiques. J'ai peu de clients comme lui cela dit, surtout depuis que je travaille au Casino, alors je l'apprécie d'autant plus.

Nous arrivons dans un bar très distingué, où je suis déjà venue quelques fois. Il a été privatisé pour l'occasion, c'est dire si ce cabinet d'avocats a de l'argent à jeter par les fenêtres. Un buffet minimaliste a été dressé pour l'occasion, mais fort heureusement, il y a de quoi faire en terme de coupes de champagne. J'en prends une et en bois une gorgée avec délice, appréciant qu'ils aient investi dans de la qualité. Je discute un moment avec ce cher John, circule élégamment parmi ses collègues et leurs jolies femmes. Tout se déroule pour le mieux, seule une jeune femme m'a lancé un regard suspect. Je ne sais pas vraiment si c'est parce que je suis beaucoup plus séduisante qu'elle ou parce qu'elle soupçonne et réprouve mes activités. Qu'importe. Je tournoie avec grâce et nous tombons finalement sur un couple charmant, avec lequel je peux immédiatement m'imaginer passer de bons moments. Quoi? Pute, c'est un peu comme journaliste, on n'est jamais vraiment off. C'est en m'attardant un peu plus sur l'homme que je me rends compte que je le connais. Assez personnellement. Et merde. Cela fait quelques temps qu'il ne m'a pas contactée, j'avais oublié le nom de sa firme. C'est le genre d'erreur de débutante que je ne fais pas habituellement et je me dois de contenir un peu mon agacement. Si ça trouve, tout ira bien. Mais si je me souviens pas de l'énergumène, j'en doute fort.

David - je crois - est le genre de type qui pense que le monde lui appartient et qu'il peut le mettre à ses pieds. Il aime dominer, a des exigences un peu particulières. Cela ne me déplaît pas mais je ne sais pas comment il est en dehors de l'intimité d'une suite de luxe du Casino. Je serre donc légèrement la main de John et offre un sourire prudent au couple, sentant l'énergie se tendre autour de nous. « David mon vieux, ça va? Billie, toujours aussi charmante. Je vous présente Judith, une amie de la fac venue me rendre visite. » Nous échangeons des bises dans le vent, tous sourires mais j'entends clairement David toussoter. Il a une mine moqueuse, presque méprisante. Ca n'annonce rien de bon. « Ravie de faire votre connaissance. Vous êtes aussi avocate Billie? » J'adopte mon air le plus inoffensif, mon sourire le plus charmant, mon regard le plus lumineux. Il faut juste espérer que ça marche et que cet individu parvienne à se contenir.
Revenir en haut Aller en bas
 
Nobody puts Baby in the corner
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» NOBODY PUTS BABY IN A CORNER の BABYLONE
» Haiti des années 60-70-80: Le pays était-il mieux sous Papa et Baby Doc ?
» Baby Doc et Michèle Bennett, un couple très détesté des Haïtiens.
» Retour-surprise: Baby Doc a-t-il été manipulé?
» Baby Deoxys alias Deox

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2016-2017-
Sauter vers: