Raconte-moi une histoire ◊ Erwann

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: Raconte-moi une histoire ◊ Erwann   Lun 25 Avr - 16:36

Arrivée au bout de la page, Tamara entama la 132ème du livre qu’elle réservait exclusivement à son temps passé dans les transports en commun, qu’elle ne voulait pas laisser pour perdu. Ce matin, sa lecture était moins concentrée, et le gamin braillard, dans sa poussette, suivit du langage de charretier de sa mère qui poussait gros mot sur gros mot, n’étaient pas la principale cause de sa distraction. Installée au milieu du wagon du métro, elle avait reconnu sans mal, en entrant dans la rame, la couverture du bouquin, que l’homme était en train de lire, appuyé sur un strapontin relevé. Elle tenait le même dans les mains, l’exercice du regard avait été peu compliqué, et avait même été inévitablement attiré vers la main masculine qui parcourait les pages. Ceux qui restent, c’était le nom du bouquin, racontait de façon romancée l’histoire d’un homme qui venait de perdre sa femme et sa fille, après un dramatique accident de voiture. Rien de nouveau, si ce n’est l’entrée dans les détails du point de vue de ce personnage principal, en pleine reconstruction, ainsi que son combat pour réapprendre à vivre. Tout un joyeux programme.

Les cris perçants du bambin de 18 mois tout au plus, firent par avoir raison de Tamara qui détourna son regard, au dessus de son livre, rivé sur le garçon. La jeune mère de famille, dans la trentaine, avait tout du profil type de la femme débordée. Chignon mal arrangé, survêtement passé et traces de lait sec sur le pantalon, elle faisait forcément partie de la classe sociale assez basse. Ce qui ne lui donnait pas pour excuse d’en faire profiter à tout le monde, et surtout d’ouvrir la voie à son insupportable gamin, et suivre la même évolution. Lorsqu’elle s’engagea pour sortir quelques stations plus tard, la remarque acerbe de Tam ne manqua pas.

- On part pas tous avec les mêmes chances dans la vie. Entamant sa descente sur le quai, la femme resta interdite une fraction de seconde, avant de la traiter de salope. Désintéressée, Tamara détourna la tête. Le métro était déjà en train de s’éloigner de nouveau, de toute façon.

Elle avait bien mieux à faire. Beaucoup de voyageurs venaient de partir eux aussi, mais l’inconnu était toujours à sa place, complètement indifférent, du moins c’était l’impression qu’il dégageait, à ce qui pouvait bien se passer autour de lui. N’importe qui aurait laissé sa curiosité sur le pas de la porte, s’amusant intérieurement de cette étrange coïncidence, de deux personnes lisant le même ouvrage. Tam n’était pas n’importe qui, et là résidait toute la différence. Elle quitta son perchoir pour en gagner un autre, et se coller au strapontin jumeau du blond, après avoir fait attention de ne pas trébucher à cause de la vitesse de marche du véhicule. Il n’envisagea sa nouvelle voisine, comme chaque utilisateur du métro, finalement. Il n’y avait que Tamara, en cet instant précis, pour jauger les habitudes comportementales de ses semblables, telles des bêtes de foire. Ce qu’ils étaient tous, elle en était persuadée. Il était grand temps de faire exploser la bulle de son espace privé.

- Bonne lecture ? l’interrogea t-elle, et assez fort, pour qu’il soit certain que c’était bien à lui qu’elle s’adressait. Avant d’attendre toute réponse elle releva son livre, afin de laisser découvrir son titre, le tout accompagné d’un petit sourire aux lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Raconte-moi une histoire ◊ Erwann   Dim 15 Mai - 18:32



Raconte-moi une histoire
Tamara & Erwann
Alors que beaucoup s’enfermaient dans la musique, écouteurs dans les oreilles, le visage enfoncé dans une écharpe ou un foulard, Erwann, lui, lisait dans le métro. Aujourd’hui, il devait rendre visite à sa sœur, et s’il préférait généralement la marche plutôt que les transports en commun, l’éloignement et la pluie qui s’abattait sur Londres l’avaient fait opter pour le métro. Il était si absorbé par le roman qu’il lisait qu’il ne se souciait guère du monde alentour, qui lui était soudain totalement inconnu. Ce livre, il l’avait acheté la veille, sur les conseils de Lena, et n’avait pu s’en détacher depuis. Il en était déjà pratiquement à la moitié de l’ouvrage, pourtant bien long, intrigué par l’histoire de cet homme ayant tout perdu, et cherchant à se reconstruire. C’était un sujet qui ne lui était pas si inconnu que ça, étant donné son domaine d’expertise. A l’hôpital, il aidait à sauver heureusement bien plus d’enfants qu’il n’en perdait, mais il avait pourtant déjà vu les parents devoir vivre après ça. La mort de Matheo était son exemple le plus marquant. Il avait connu sa famille et en était devenu assez proche au fil du temps, lors de son internat. A l’enterrement, il avait vu l’absence d’avenir dans les yeux de ses parents. Eux pourtant si proches autrefois, ils portaient une sorte de rancœur l’un envers l’autre, et tout portait à croire qu’aucun des deux ne saurait se reconstruire après ça. Ce roman le faisait immanquablement penser à eux. Ce n’était pas la même situation, mais il y avait en commun la difficulté de la perte d’un être cher, et celle de la reconstruction.

Il était si concentré qu’il ne prêta même pas attention à l’enfant qui criait de toutes ses forces dans le wagon, le genre de choses qui, d’ordinaire, l’aurait pourtant préoccupé. Lorsque le métro s’arrêta pour faire descendre et monter les voyageurs, il ne remarqua pas plus la jeune femme qui vint se placer à côté de lui. Lorsqu’il était dans un roman, personne ne pouvait le perturber. Il arrivait à un passage où le héros rendait visite à sa femme et sa fille au cimetière, un moment assez émouvant pour lui brûler la gorge, lorsqu’une voix fit éclater sa bulle. Il releva les yeux pour regarder d’où celle-ci venait, et tomba nez à nez avec une blonde, inconnue au bataillon, qui lui demandait s’il appréciait sa lecture. Il fronça légèrement les sourcils, cherchant désespérément dans sa mémoire s’il avait déjà rencontré cette femme et s’il l’avait malencontreusement oubliée, avant que son regard ne soit attiré par la couverture du livre que lui montrait la jeune femme. Il esquissa alors un petit sourire et leva son livre à son tour, comme si elle n’avait pas déjà remarqué que la couverture était la même. « Très bon choix de roman, je ne peux plus le quitter ! » Il agrémenta sa remarque d’un petit rire, malgré tout intrigué par la présence de la blonde. C’était plutôt inhabituel qu’on l’aborde de cette façon, il ne pouvait s’empêcher de penser qu’il avait certainement dû la rencontrer quelque part sans s’en souvenir. Aussi, il osa poser la question, assez gêné de la situation. « Excusez-moi, est-ce qu’on se connaît ? J’ai une bonne mémoire en général… Mais je rencontre beaucoup de monde dans mon boulot, il se peut que j’en oublie quelques-uns… » Il lâcha un sourire embarrassé, main sur la nuque, jaugeant légèrement la jeune femme.
Codage par Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Raconte-moi une histoire ◊ Erwann   Sam 11 Juin - 16:43

Tamara adorait discuter avec des inconnus, mais pas pour les bonnes raisons, diraient certains. La plupart du temps, pour ne pas dire jamais, ses intentions n’étaient jamais louables. Elle était sur ce terrain de jeu perpétuel, cet échiquier sur lequel elle évoluait avec aisance, puisque qu’à force de partie elle connaissait les mouvements, les combinaisons diverses. Sans parler des prétendues erreurs, qui poussaient ses adversaires, peu à peu transformés en victimes, à en réaliser des fatales, jusqu’au coup final : échec et mat. Elle était la reine, Kha, son roi à protéger, tous les autres quant à eux réduits à l’état de pions, qu’elle manipulait sans se soucier des conséquences. Qui s’inquiétait de ces braves soldats que l’on lançait au front ? Faire preuve d’empathie ne l’aurait mené nulle part, elle le savait, et elle profitait ainsi allègrement du manque de conscience des autres individus. En plus de ça, elle n’allait quand même pas se mettre à les plaindre. Ce qui s’apparentait en soi à une banale conversation dans le métro, ne l’était pas. Déjà parce que engager la discussion sans connaître quelqu’un ne se faisait plus, encore moins dans une ville aussi grande que l’autre, et ensuite, parce que Tamara la première, savait très bien que ça ne se terminerait pas aussi simplement que cela avait commencé.

Affaire à suivre.

Elle ne releva pas tout de suite son premier commentaire – elle allait avoir tout le loisir de le faire par la suite, si l’homme se prêtait au jeu. Il n’était en effet pas exclu qu’il lui file entre les doigts à une station de métro, surtout si elle commençait à lui rentrer dedans, c’était toujours une éventualité, lorsqu’on se retrouvait aux prises de Tamara Minorva. La naïveté franche de son interlocuteur l’amusa un instant, et elle se surpris à se demander s’il n’était pas un manipulateur de pensées, tout comme elle. Elle commençait à bien les connaître eux aussi, mais ils ne jouaient de toute façon pas dans la même cours, et elle n’avait encore jamais rencontré quelqu’un à sa hauteur. Elle balaya rapidement cette pensée.

- Whouah, ça fait plaisir, commença t-elle à ironiser, dans le seul but de le mettre mal à l’aise, même si elle ne comptait pas faire durer la supercherie bien longtemps. Juste assez pour prendre la main, et mener la danse. Je sais que je suis pas la fille la plus intéressante dans le coin, mais je crois que là c’est plutôt clair… Mettre mal à l’aise les autres n’avait pas spécialement de but précis, si ce n’est les guider hors des sentier battus pour son bon plaisir. Elle se contint dans son silence assez longtemps pour porter à confusion, avant de mettre fin au supplice de ce garçon, qu’elle avait eu l’initiative d’approcher. On ne s’est jamais vus, dit-elle dans un éclat de rire. Je pense que je m’en souviendrai. Emporté par l’histoire alors ? répéta t-elle en désignant une nouvelle fois le bouquin. L’écriture est fluide, mais plus j’approche de la fin, plus je suis perplexe, commenta t-elle, pour lancer la perche.

Comment le vinaigre allait tourner, elle n’en avait aucune idée, mais c’était ça qui l’amusait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Raconte-moi une histoire ◊ Erwann   Sam 2 Juil - 21:13



Raconte-moi une histoire
Tamara & Erwann
Il n’était pas un grand fan du métro. Dans une ville où tout était accessible autrement, s’enterrer pour la traverser lui semblait ridicule. Il aimait parcourir les rues de Londres en allant et en rentrant du travail, quitte à se lever un peu plus tôt juste pour ça. Il était de ceux qui préférait la marche à pied, ou le vélo, que tout autre transport en commun. Lorsqu’il n’avait pas tellement le choix, ou simplement pas le temps, il se résolvait à monter à l’intérieur d’un bus ou d’un métro, et préférait s’enfermer dans sa bulle de lecture plutôt que de se concentrer sur les bruits alentours. Ce n’était pas par misanthropie, loin de là, il avait simplement besoin de ça pour se sentir confortable. Aussi, lorsque cette jeune femme, qu’il ne reconnaissait pas, explosa sa bulle, a zone d’aise s’en retrouva elle aussi éclatée. C’était étrange, aujourd’hui, il y avait si peu de rencontres qui se faisaient de cette façon qu’il en vint à se demander s’il l’avait déjà rencontrée, mais oubliée, gêné de l’admettre auprès d’elle, de peur qu’elle ne se vexe. A sa réaction, il baissa la tête en laissant passer une moue bien désolée sur ses lèvres. Bon sang, il l’avait vraiment fait, il avait réellement oublié cette femme. Où l’avait-il rencontrée, alors ? Il fronça les sourcils pour tenter par tous les moyens de se rappeler, mais rien ne lui venait, et il ne sut où se mettre en voyant qu’elle s’en vexait déjà. « Je suis vraiment désolé, ce n’est pas ça du tout, je… Bon, je n’ai aucune excuse… Juste une mauvaise mémoire, apparemment. » Il esquissa un petit sourire tout aussi désolé que sa moue, sa main derrière son cou pour accentuer sa gêne.

Le silence qui s’ensuivit fut une véritable torture. Il n’était jamais très à l’aise avec les gens, surtout avec les femmes, il ne savait jamais comment se comporter pour ne pas faire de bourde monumentale. Lorsqu’elle lui expliqua qu’elle plaisantait, il soupira longuement, comme sauvé d’un embarras dont il aurait eu bien du mal à se défaire. Il lâcha un rire de soulagement, plaçant sa main sur son cœur comme s’il avait pu faire une attaque. « Eh, ce n’est pas très sympa de plaisanter là-dessus, j’ai eu peur ! » Il esquissa un petit sourire alors qu’elle enchainait déjà sur le roman qu’ils avaient en commun. « Je l’ai commencé hier, et j’en suis pratiquement à la moitié, ce qui reste un exploit sachant que je n’ai pas tellement de temps pour moi, alors oui, on peut dire que je suis emporté par l’histoire ! Pour le moment, je le trouve passionnant, c’est un bon sujet, très touchant, et très bien décrit à mon sens. Vous êtes sans doute plus avancée que moi dans la lecture, où en êtes-vous ? » Discuter d’un roman dans un wagon du métro, c’était un bon moyen de passer le temps, intéressant qui plus est. Il ne s’attendait pas à ça en se levant ce matin. Il tendit brusquement sa main en réalisant qu’il ne s’était pas présenté, ignorant si ça avait une importance ou non dans cette situation. « Erwann Pearson, au fait ! »
Codage par Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Raconte-moi une histoire ◊ Erwann   Sam 16 Juil - 15:36

Elle n’avait aucun intérêt à agir de la sorte. A être odieuse avec les gens, ceux qui étaient braves et honnêtes, et ceux qui l’étaient moins. C’était gratuit, volontaire, malsain aussi pour ce qu’en disait la plupart. Ce n’était pas de sa faute quand même, si elle voyait le monde, sans filtre, et aidait son entourage à faire de même, en révélant leur vrai visage. L’homme à ses côtés était pourtant combien même assez sympathique, plutôt beau garçon aussi, et n’avait rien demandé à personne aussi, encore moins qu’on vienne le faire chier, même si ça, il ne le savait pas encore. Il était même plutôt réceptif à Tamara, qui telle une araignée, était lentement en train de refermer son piège autour de lui. Elle n’avait jamais de regrets, lorsqu’elle sortait ses griffes acérées, au moins, elle avait notion de ses actes toujours discutables. A la différence qu’elle ne se cachait pas derrière une pseudo bonne conscience, comme ceux qui refusaient d’admettre qu’ils étaient de la même trempe que la sienne.

- C’est vrai qu’on sort rapidement les kleenex. Ce n’était pas un mauvais livre en soi, elle était d’accord, sauf qu’elle n’était pas ici pour aller en son sens. Je comprends le point de vue de l’auteur, mais il cherche trop à nous faire absolument avoir de l’empathie pour le personnage principal, comme s’il portait à présent tous les maux de l’univers sur les épaules. Comme si vivre un drame l’excusait d’avoir été un connard toute sa vie. Ce qu’on ne sait pas d’ailleurs, puisqu’on ne nous le dit pas. Ou alors pas encore, mais j’ai des doutes sérieux.

Voilà qui était dit. La franchise avait cette saveur déstabilisante, et elle savait tout à fait qu’elle appuyait sur un point sensible en se comportant de cette manière, puisqu’elle avait fait réagir Erwann la première fois. Il n’y avait pas de raison que cela ne le mette pas mal à l’aise cette fois-ci, même si elle demandait à être surprise. Il n’y avait pas un challenge qu’elle n’aimait pas relever.

- C’est Tamara, se présenta t-elle succinctement. J’ai pas mal avancé dans les pages, effectivement. J’attends le rebondissement qui me fera changer d’avis sur la question.

Non, non elle n’avait pas beaucoup d’amis. Difficile d’entretenir un cercle, avec des dents aussi tranchantes que les siennes. En même temps, si c’était pour appartenir au joli moule que la société lui proposait, non merci, elle préférait encore évoluer seule. En plus, elle ne l’était pas totalement, Elle avait aussi Tosha à ses côtés, et finalement ça restait ça le plus important.

- J’attends de voir où l’écrivain veut en venir, mais j’ai peur que ce soit plié d’avance. Tour ça, dit avec le sourire, histoire d’être un peu plus désarmante qu’elle ne l’était déjà, elle espérait.

Après tout, elle ne faisait rien de mal. Tout était dans l’art et la manière de le faire, et dans ce domaine, ça ne faisait aucun doute : elle excellait.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Raconte-moi une histoire ◊ Erwann   

Revenir en haut Aller en bas
 
Raconte-moi une histoire ◊ Erwann
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Père Castor, Raconte-moi une histoire !
» Père Castor, raconte-nous une histoire
» Raconte-moi ton histoire. Je te dirais quelle est ta voie et qui tu deviendras. [Terminé]
» Père Castor, raconte nous une histoire! - Neal
» [Libre] Raconte moi une histoire s'il te plaît

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2016-2017-
Sauter vers: