LV | Diva is a female version of a hustla

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: LV | Diva is a female version of a hustla   Mar 19 Avr - 17:09


Lana Vinton
as if men had a monopoly on murder

introduction
Lana est une des stars du casino. Elle excelle dans son domaine et sait assouvir les fantasmes les plus obscurs, les désirs les plus ardents... Et le mieux, c'est qu'elle adore ça. Certains ont la vocation d'être médecin ou chanteur, la sienne est différente. Gamine des rues, ballottée de foyers en familles d'accueil, Lana a toujours vécu dans la sphère du crime, où la demoiselle charmeuse, menteuse, intelligente et manipulatrice est comme un poisson dans l'eau. Elle suit le déménagement du Casino à Londres, fatiguée du calme oxfordien. Et ce nouveau départ lui sied, malgré un léger incident meurtrier l'an passé.

▬ âge : 31 ans (en 2016)
▬ nationalité : anglaise
▬ métier : prostituée
▬ quartier : belgravia, loge au casino
▬ orientation sexuelle : bisexuelle
▬ statut : célibataire
▬ groupe : single ticket
▬ avatar : natalie dormer


en 2005en 2009aujourd'hui
I dream it, I work hard, I grind 'til I own it

« Bonsoir George, cela fait trop longtemps que l'on ne s'est pas vus. » J'embrasse délicatement la joue de ce client régulier, qui aime que je lui fasse croire qu'il a un statut particulier pour moi. Il y en a quelques uns des comme ça, qui ont été voir The Girlfriend Experience il y a peu et pensent donc que la moindre catin jouera le jeu de la romance et leur dira qu'ils sont beaux et aimés. Ce n'est pas spécialement mon truc, après tout, je ne fais pas ce métier pour avoir un petit ami, même brièvement. Cette simple idée aurait de quoi me filer des frissons. Moi, je fais ça pour le fun. L'imagination, l'adrénaline. Je prends ceux qui aiment les chaînes, faire des choses inventives avec la nourriture, aiment tester des jouets complexes. Il se trouve que George est quelque part entre les deux. Il aime que je lui marche sur le cul avec des talons rouges d'exactement douze centimètres ou que je lui urine dessus à l'occasion. Mais il apprécie également que nous discutions un peu avant, que je sois séduisante, langoureuse et que l'on boive du champagne. Chic and choc. Un arrangement qui me convient, somme toute. Je ne m'ennuie pas et je peux me baigner dans le luxe et la luxure. C'est ce que j'ai toujours voulu après tout.

Je me souviens qu'une de mes mères d'accueil m'appelait petite pie. Elle le disait avec affection quand j'ouvrais de grands yeux devant ses luxueux cabinets à bijoux, beaucoup moins quand elle m'a ramené au foyer parce que j'avais fini par faire main basse sur une belle collection. D'ailleurs, je crois que j'ai encore un de ses colliers en argent. Etre tellement riche qu'on ne sait plus combien de bijoux précieux on possède, ce devait être beau. Ca l'est d'ailleurs. Je m'étends sur le lit, mon bustier noir épousant parfaitement mes formes et mes mouvements. L'oeil de ce cher George est plus au niveau de mon porte-jartelle assorti, à raison d'ailleurs. Du regard avide vient la main aventureuse, mais mon vieux gentleman fait preuve de retenue, caresse mes cheveux et me glisse une fraise dans la bouche. Je la mordille sensuellement, sachant que c'est la réponse qu'il attend et qui l'émoustillera. Ca ne me fait pas grand chose. Je préfère les choses un peu plus... actives. D'autant que George a la sollicitude et l'expérience nécessaire pour faire en sorte que je prenne un minimum de plaisir. Et les jeux qu'ils aiment tendent à me plaire également. Je m'allonge sur le ventre et laisse mes cheveux tomber sur l'oreiller. Je coule un regard à mon amant, ma langue glissant doucement sur ma lèvre supérieure. « Qu'est-ce qui vous ferez plaisir ce soir George? » Mon ton est plein de promesse et de sensualité, ouvre la voie au fantasme. Et je ne doute pas que mon cher ami saura s'engouffrer dans la brèche et me donner le nécessaire pour que nous passions une excellente soirée.
I came to slay, bitch

« Ne lève jamais la main sur moi. » J'attrape le poignet du client avec une force qu'on ne soupçonnerait pas chez moi et m'éloigne de quelques pas, avant de lui cracher avec virulence au visage. Il commence sérieusement à dépasser les bornes et me pomper l'air celui-là. Ce n'est pas la première fois qu'il essaie de transposer la violence de nos sessions sur nos temps calmes et si, jusqu'à présent, je m'étais relativement bien canalisée - non sans lui avoir fait quelques remarques bien senties, je ne suis pas un paillasson - je n'y tiens plus. Je veux bien être gentille deux minutes, mais faut pas déconner non plus. « Qu'est-ce que tu viens de faire sale pute? » J'hausse les sourcils, aussi amusée qu'agacée par son choix de mot. Vraiment? Il ne saisit pas l'ironie? Je doute qu'il saisisse grand chose en temps normal, mais là, il me fait clairement un caca nerveux.

Allons bon, c'est parti. « Tu pourrais trouver mieux. » Mon ton est plus las qu'agacé, mais je l'ai à l'oeil. Je sens qu'il va me faire un sale coup. J'ai abandonné mon port altier et mon phrasé chic, la marque de fabrique de mon personnage d'escort qui ne m'a que rarement quitté depuis que je travaille au Casino. Evidemment, tout le monde se doute que je n'ai rien d'une vraie lady. Quoique, des rumeurs intéressantes de bâtardise et de fortune dilapidée ont circulé un temps à Oxford, pour mon plus grand plaisir. Mais dans un moment comme celui-ci, je préfère avoir toute ma concentration. Mon grossier accent de Manchester reprend donc le dessus et ma posture change elle aussi. Je m'ancre dans le sol, plus alerte. J'ai repéré deux sorties, je sais qu'il a mal du côté gauche à cause de nos récents ébats. Il a laissé son porte-clés sur la table basse, où se trouve aussi un téléphone. Des foulards et des pinces à tétons sont encore sur le lit. « T'as peur hein, petite conne ! Tu veux jouer à la dure, tu aimes les petites fessées mais quand c'est la vraie vie y a plus personne hein? Hein? Je croyais que tu aimais qu'on te frappe? Je croyais que tu voulais un peu d'aventure, tu dois te faire chier dans ta vie de frigide, alors tu baises des inconnus pour de la thune. T'es répugnante. » Il a toujours un fouet à la main et s'avance vers moi. Je lâche un léger soupir. Ca va mal finir, ça va encore faire des histoires, on va me dire que je devrais être plus sympa ou je ne sais quoi. Mais c'est pourtant pas de ma faute si, de temps en temps, il y a un idiot sur fond misogyne qui ne comprend rien au BDSM qu'on laisse entrer. Je fais avec, j'aime initier aux belles choses. Mais là, ce n'est pas possible. « Mais t'es vraiment con toi. Genre, ça devrait pas me surprendre, je te vois venir depuis un moment avec tes regards en coin et tes petites remarques de consanguin. Mais quand même, y a un sacré niveau. Allez, sors avant que je m'énerve pour de vrai et qu'on voit si t'aime avoir mal toi aussi. »

Je vois son bras se dresser juste à temps et me repose alors entièrement sur mon instinct. Je lui saute à la gorge et, sous l'effet de surprise autant que tout mon poids lancé contre lui, il tombe à la renverse sur le lit et lâche son arme. « Vraiment? Tu vas me rendre la tâche si facile? » Ses yeux sont grands ouverts et j'y lis clairement la terreur, là où un instant plus tôt je voyais de la haine et du dégoût. C'est si facile de basculer dans la peur, quand on est fragile. Et il n'y a rien de plus fragile qu'un homme dans la chambre d'une catin. « Tu croyais faire quoi hein? Tu voulais me violer? Me tuer? MOI? » Un rire un peu fou m'échappe et mes mains continuent de presser son cou, qui vire dangereusement au violet. Je l'écoute suffoquer avec un plaisir que je n'ai jamais connu. Sa vie lui échappe en même temps que son souffle et c'est entièrement grâce à mes mains. « Tu ne me toucheras pas. Tu ne feras de mal à personne. Plus jamais. Espèce d'enfoiré ! » Je n'ai aucun contrôle, alors que ma main droite s'empare d'un morceau de soie rouge que je noue à son cou. Je serre, fort. Aussi fort que je le peux. Ses gémissements plaintifs et ses tentatives de respirer m'apportent plus de joie que tout ce qu'il a pu entreprendre jusque là. Je rejette la tête en arrière et me replace au dessus de lui, genoux bien ancrés dans le matelas. Puis je le regarde, une dernière fois, qu'il emporte mes yeux enragés en enfer. Après quelques minutes, plus que nécessaire, je relâche enfin la pression et expire profondément, lentement.

Je me détourne du cadavre et l'observe, adossée contre ma collection d'oreillers. Le violet lui va bien au teint. Un sourire éclaire finalement mon visage et j'attrape ma coupe de champagne restée inentamée sur la table de chevet.
I'm so reckless when I rock my Givenchy dress

« Ecoutez monsieur l'agent, il doit bien y avoir moyen de s'arranger... » Je croise les jambes, faisant savamment remonter ma flatteuse robe bleu nuit le long de ma cuisse. Ca n'a pas l'air de prendre. Déjà que je m'abaisse à flirter avec un flic et il ose me regarde de haut. Un éclair de colère passe dans mes yeux, mais je me force à serrer les dents, me contentant de pianoter sur l'affreuse table métallique de cette salle d'interrogatoire. Mes ongles parfaitement manucurés claquent, sous le regard sévère de l'officier bedonnant. « Vous êtes sérieuse mademoiselle? Vous voulez que j'ajoute racolage, en plus du vol? » J'ouvre de grands yeux effarouchés, offusquée par un terme si grossier. Ma stratégie initial ne fonctionnant pas, on va essayer la technique de l'oie blanche. « Mais... mais, ce n'est pas ce que je voulais dire monsieur! S'il vous plaît, je ne voulais pas. » Mes yeux s'embuent, ma voix se serre, ma lèvre tremble. Je suis une très bonne pleureuse. Là, par exemple, j'adopte la technique de la retenue. Comme font les gens submergés par l'émotion mais qui essaie de se contenir, de paraître fort. C'est une de mes pièces maîtresses, le genre de choses qui passent parfaitement bien.

Mais je n'ai jamais été arrêtée jusqu'à maintenant - un miracle, si vous demandez à certains de mes anciens éducateurs - et je ne sais pas ce qui fonctionne sur les forces de l'ordre. Je les ai toujours évitées comme la peste, sachant ce que fait la police aux gens comme moi. Dans le foyer du East End qui a été ma première maison et celle où je suis restée le plus longtemps, on nous as appris à ne pas se faire attraper. Ceux qui sont restés ont dû apprendre comment faire si cela arrivait, mais je n'ai pas eu cette leçon là. « Vous ne vouliez pas voler une robe à £900? Vous vous fichez de moi jeune fille? » Je bats des cils, pour montrer la confusion. Puis je baisse la tête, tâchant de faire montre d'une contrition que je ne ressens absolument pas. « Elle était si jolie... Je n'ai jamais rien eu d'aussi beau, vous comprenez. Je voulais juste... Essayer. Je sais que c'est mal, je n'ai pas pu m'en empêcher. Je suis vraiment... » Sanglot étouffé, regard en coin, d'une petite fille gênée et cherchant à se repentir. « Je suis désolée, je ne recommencerai pas, je ne l'ai pas abîmée, vous pouvez la récupérer hein! » Je fais mine de défaire le col de cette si jolie pièce, qui sera inévitablement gâché sur le corps maigrelet d'une gosse de riches confondant argent et style. Certes il faut l'un pour obtenir l'autre, mais savoir réellement se mettre en avant, ça ne s'achète pas vraiment. Preuve en est mon maquillage et mes ongles parfaits, entièrement faits par mes soins et avec aucun produit à plus de £15. « Gardez votre robe, je vous prie ! » Je rentre la tête dans mes épaules et tremblote, de grosses larmes coulant désormais le long de mes joues. Je fais ça bien, je devrais gagner un Oscar. J'ajoute même un reniflement peu glamour, pour enfoncer le clou. « Qu'est-ce qu'il va m'arriver? »

Grand final, je le regarde droit dans les yeux, avec mon mascara coulant autour de mes yeux. Pour la première fois, il semble fléchir. Mais, seulement un instant. Il se redresse, se durcit. « Vous allez passer la nuit avec nous et après on verra. C'est grave ce que vous avez fait. » Bon, les techniques qui marchent sur les assistantes sociales ne marchent pas sur les flics. C'est toujours bon à savoir. Ce que j'apprendrai plus tard, c'est que ces pourritures sont sûrement les seuls que je parviendrai jamais vraiment à amadouer. Allez comprendre.




─ pseudo/prénom : tara ─ âge : 22 ─ fréquence de connexion : often Arrow ─ comment avez-vous découvert ticket to ride et qu'en pensez-vous ? par hasard ─ inventé ou pévario ?pévario kinda ─ code : okay ─ crédits :  songbird
Revenir en haut Aller en bas
avatar
▪ messages : 782
▪ dispo pour un rp ? : yeah
▪ avatar : aaron tveit
▪ âge : 34
▪ statut : marié
▪ occupation : réalisateur

MessageSujet: Re: LV | Diva is a female version of a hustla   Mar 19 Avr - 17:11

WHAT A FACE !

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
oh I believe in yesterday
Love is friendship that has caught fire. It is quiet understanding, mutual confidence, sharing and forgiving. It is loyalty through good and bad times

(c) Myuu.BANG!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: LV | Diva is a female version of a hustla   Mar 19 Avr - 17:15

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: LV | Diva is a female version of a hustla   Mar 19 Avr - 17:38

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: LV | Diva is a female version of a hustla   Mar 19 Avr - 18:52

Natalie Magnifique !!!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: LV | Diva is a female version of a hustla   Jeu 21 Avr - 13:22

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: LV | Diva is a female version of a hustla   Jeu 21 Avr - 19:09

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: LV | Diva is a female version of a hustla   Ven 22 Avr - 1:31

QUEEN MARGAERY TYRELL Plein d'amour de la part de Gilly cheers cheers cheers

Ton nouveau personnage a l'air dément, j'ai hâte de te voir RP avec
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: LV | Diva is a female version of a hustla   Ven 22 Avr - 1:39

Hehe merci ma belle

Faudra qu'on se trouve un lien Wink
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: LV | Diva is a female version of a hustla   

Revenir en haut Aller en bas
 
LV | Diva is a female version of a hustla
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» SaeHee ♦ Diva is a female version of a hustler
» Heartbreaker version girl [Finish]
» Nouvelle mise à jour ForumActif : Version Mobile
» Version N°15 : Bang bang you're dead !
» Version n°11 : Vamos a la playa, oh oh oh

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2016-2017 :: vieilles fiches de présentation-
Sauter vers: