You make me feel like everything is easy † Carlisle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: You make me feel like everything is easy † Carlisle   Jeu 14 Avr - 22:12



« Comment ça, vous ne pouvez-pas ? » Lena revenait d’un rendez-vous professionnel qui lui avait occupé toute la matinée. La jeune femme avait réussi à obtenir les droits de réalisation pour un endroit qu’elle avait choisi à Londres dans le cadre du tournage du téléfilm policier auquel elle participait et voilà que la scène en question ne pourrait finalement pas se dérouler à l’emplacement désigné en raison d’un budget trop serré. Contrariée par tous ses vains efforts au moment de raccrocher, l’assistante réalisatrice balança son téléphone sur son bureau et elle se rendit ensuite dans la salle de bains pour prendre une douche bienvenue qui lui détendrait les nerfs. Elle glissa sous le filet d’eau chaude et se perdit dans ses pensées, essayant de ne pas prendre ses histoires de travail trop à cœur. Ce ne serait sans doute pas la dernière fois qu’un projet bien construit serait abandonné faute de moyens. Parfois, Lena avait juste besoin d’oublier sa vie, son quotidien, et de se laisser porter vers d’autres horizons. Elle songea quelques instants à Lisle’. C’était encore tout récent, tout nouveau entre eux, pourtant la jeune femme pressentait qu’elle ne regrettait pas d’avoir sauté le pas. Ces dernières années, elle avait fui l’attachement comme d’autres avaient la phobie du serpent mais tout avait changé lorsqu’elle avait rencontré le chanteur, il avait bousculé ses présomptions. Certains prétendaient qu’il était douloureux d’aimer sans rien en retour mais qui avait songé à la crainte que pouvait représenter le partage de sentiments ? Qui un jour avait pensé à ces êtres en proie au doute, perdus dans leur indécision, qui en plus devaient composer avec les attentes de la personne-même qui chamboulait leur quotidien bien calme ? Lena essayait de se replonger dans toute cette nouveauté, et plus surprenant encore, celle-ci ne lui déplaisait pas du tout, bien au contraire. Tout se passait tellement bien de ce côté pour le moment, que ses doutes s’étaient dissipés. Il faut dire que l’assistante réalisatrice ne s’ennuyait jamais avec lui, il ne se passait pas un seul instant où elle regrettait son choix. Il y avait toujours, à certaines périodes de notre existence, un être qui nous plaisait plus que les autres, une personne qui nous comprenait mieux que n’importe qui, et Carlisle était cette personne pour Lena aujourd’hui, en plus de son frère. Au bout de plusieurs minutes, un bruit dans l’appartement extirpa soudain la jeune femme de sa rêverie. La jolie brune coupa le jet d’eau et sortit de la douche pour enfiler une serviette autour de son corps et de ses cheveux dégoulinants. À moins que son chat ne casse un objet en verre, elle ne voyait pas trop ce qui pouvait justifier ces bruits. Tête en l’air comme elle était, Lena avait sûrement oublié de verrouiller la porte. Elle n’attendait personne aujourd’hui, hormis le chanteur, qui ne devait pas arriver avant une bonne heure, sauf si là aussi sa mémoire de poisson lui avait fait défaut. Elle sortit de la salle de bains dans son accoutrement improvisé et reconnut alors son petit ami, soulagée. « Lisle’ ! T’as pu t’éclipser plus tôt ? J’ai cru que quelqu’un de louche était entré… » Le salua-t-elle en riant. « D’ailleurs, faudrait que j’te passe un double des clefs sinon tu finiras coincé dehors un jour. » Elle s’approcha de lui et déposa furtivement ses lèvres sur les siennes, toujours sur la réserve quant à des retrouvailles prolongées quand ils s’étaient vus la veille même. Lena n’avait jamais eu ce côté collante de toute façon. « Deux minutes, je file m’habiller. » Ajouta-t-elle ensuite. Même si l’idée contraire aurait été séduisante, l’assistante réalisatrice n’était pas vraiment d’humeur à traîner toute la journée à ne rien faire. Elle avait une idée dont elle aimerait lui parler. Lena revint quelques instants plus tard, décontractée dans son jeans et son haut de saison, et elle retrouva Carlisle dans la cuisine de l’appartement. « Ça a été ce matin ? » S’enquit la jolie brune. Depuis qu’il avait obtenu ce rôle dans les Misérables, le jeune homme avait aussi des journées bien chargées. « T’as faim, tu veux quelque chose ? » Demanda-t-elle afin de préparer un encas pour le déjeuner s’il le voulait - pas qu'il ne savait pas se servir lui-même d'habitude, il était comme chez lui mais bon -, et elle pourrait ainsi en profiter, pendant ce temps, pour lui parler de cette fameuse idée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: You make me feel like everything is easy † Carlisle   Mar 24 Mai - 22:22

Une répétition, qui, pour une fois, s’était déroulée sans heurts et surtout sans crises de la part de l’autre diva, et je me sentais plus léger d’un point. Oh, pas que je n’aimais pas mon boulot, jouer de ma voix, jouer de mon corps m’amusait beaucoup, mais parfois j’avais juste du mal à me concentrer et à ne pas partir dans tous les sens artistiquement. Et si je ne me faisais pas remarquer à chaque répétition, c’était parce que je me retenais énormément. Les conneries, ça va un temps, mais jamais je n’irai me mettre à dos De Lacy. Il était beaucoup trop effrayant quand il se mettait en colère celui-là. Et je respectais trop mes collègues pour les emmerder constamment. Alors je me contenais et j’obéissais docilement aux injonctions du metteur en scène et du chef d’orchestre. C’était une chance unique pour moi de faire mes preuves, il n’était pas question que je la foire, ne serait-ce que pour montrer à ma famille et mes amis, que oui, je pouvais réussir quelque chose quand je m’y mettais à fond. De ce côté-là, j’avais de la chance. Une petite sœur qui était ma première fan, des amis qui me remettaient à ma place et surtout mon coup de cœur sentimental qui avait un effet apaisant sur moi. Lena avait su me toucher par sa fragilité, sa douceur et son petit caractère. Pour la première fois depuis Connor, j’avais trouvé quelqu’un avec qui je souhaitais faire ma vie. Avec qui je me sentais bien et qui me faisait sentir utile. Parce que je ne souhaitais que son bonheur. La voir sourire, l’emmerder, la faire rire me rendait tout simplement heureux. C’était un constat niais et dégoulinant de bons sentiments mais GOD que c’était vrai. Une fois sorti de la répét, je me rendais chez Lena, bien décidé à lui faire la surprise – après tout, je ne devais être là qu’une heure plus tard. Arrivé devant la porte, je testais par réflexe la porte d’entrée et vit qu’elle était ouverte. Je levai les yeux au ciel, à la fois amusé et désespéré. Un jour, elle allait vraiment finir par oublier sa tête… Je rentrai doucement, refermant le loquet derrière moi, avant qu’une boule de poil ne vint se lover contre mes chevilles. « Miaou ? Pas très efficace le chat de garde, hein ? » dis-je doucement en attrapant le matou pour quelques secondes de ronronthérapie. Les animaux étaient en général assez à l’aise avec moi, peut-être qu’ils sentaient que je les respectais. Ou alors j’étais juste trop bonne pâte et ils profitaient de moi. Un sourire calé sur les lèvres, j’avançais dans l’appartement, cherchant du regard ma jolie fleur. Reposant le chat à terre, je vis soudain une silhouette familière entrer dans le salon. Mon sourire s’agrandit en voyant dans quel accoutrement elle m’accueillait. Hot. « Lisle’ ! T’as pu t’éclipser plus tôt ? J’ai cru que quelqu’un de louche était entré… » Je ris de bon cœur avec elle, simplement heureux de la voir devant moi. « D’ailleurs, faudrait que j’te passe un double des clefs sinon tu finiras coincé dehors un jour. » Je la laissais s’approcher et caressa doucement sa joue tandis qu’elle posait ses douces lèvres sur les miennes. Certes, j’aurais préféré que cela dure plus longtemps –beaucoup plus longtemps- mais je ne pouvais pas lui en demander trop. « Ouais, ce serait bien. Et faudrait aussi apprendre à ton félin à monter la garde, ou alors que tu achètes une porte auto-verrouillante… » ajoutai-je d’une voix légèrement moqueuse. Au fond, cela ne me rassurait pas de savoir qu’elle pouvait oublier de fermer sa porte quand elle était seule. Mon instinct de protecteur reprenait toujours le dessus. Mais je préférais le dire avec humour et elle commençait à me connaître assez pour savoir que je ne faisais que m’inquiéter pour elle. « Deux minutes, je file m’habiller. » Dommage… Je fis une moue légèrement boudeuse, et je lançai tandis qu’elle retournait dans sa chambre : « Tu ne veux pas que je vienne t’aider ? » Les yeux rieurs, je fixai la porte du domaine de la jolie brune avec insistance tout en me dirigeant vers la cuisine. Je n’étais pas spécialement un ventre sur patte, mais j’appréciais la bonne cuisine, et surtout la cuisine française. D’ailleurs, la France était une chose de plus que l’on partageait avec Lena. La voyant revenir, je lui offrais mon plus beau sourire. « Ça a été ce matin ? » J’haussai les épaules d’un air nonchalant avant de lui répondre. « C’était cool, la répétition s’est bien passé. Je pense même qu’on sera prêt pour la première, un exploit ! Et toi, ton rendez-vous ? » Lena et moi avons chacun un boulot prenant mais on aime ce qu’on fait. Quant à la première, nous avions tous beaucoup travaillé pour ça alors j’espérais bien qu’elle soit un franc succès. Et j’espérais surtout que Lena serait là au premier rang. « T’as faim, tu veux quelque chose ? » Ouh, j’adorais l’idée de me faire servir. Je n’étais pas de ces mecs qui attendent que tout leur tombe tout cuit dans le bec, mais de temps à autre, c’était plaisant de laisser d’autres prendre soin de soi. Et quand on se faisait servir par une fille aussi sexy, on ne refusait pas. « Pourquoi pas ? T’as quoi au menu aujourd’hui ? » dis-je dans un sourire, tandis que je jouais avec une tasse qui avait élu domicile à côté de l’évier. Puis, effaçant le mètre qui nous séparait, je la serrai doucement contre moi avant d’embrasser son front. « Mais te prends pas la tête, hein, je peux survivre sans manger pendant quelques heures… » Parfois, j’avais juste envie de la sentir contre moi et peu importait ce qu’il y avait autour. Et alors que je profitais de l’instant, un miaulement me rappela soudain à la réalité. Si moi je pouvais attendre pour manger, il y avait un qui avait manifestement faim…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: You make me feel like everything is easy † Carlisle   Ven 3 Juin - 22:56


Carlisle avait réussi où tout le monde avait échoué depuis sa dernière rupture déchirante plusieurs années auparavant. Il avait gagné son cœur de manière insidieuse, lui avait redonné confiance suffisamment pour qu’elle retombe dans le piège de l’attachement, comme on attrape une maladie, sans le vouloir, sans rien pouvoir contrôler. Alors que Lena découvrit qu’il était rentré plus tôt, la tentation la gagna et elle se laissa entraîner par son visage d’ange pour que ses lèvres se joignent furtivement aux siennes. La jolie brune était habituée à ce que son petit ami la taquine sur sa mémoire abominable en matière de porte verrouillée, elle prenait bonne note de sa remarque déguisée sous l’humour. À défaut de pouvoir changer sa tête en l’air, l’assistante réalisatrice pouvait s’appliquer en la matière. « T’as tellement de discrétion que je ne risquais pas de te louper. » Le taquina-t-elle en retour avant de s’éclipser dans sa chambre pour s’habiller. « Quand tu veux. » Répliqua sans hésiter Lena lorsque le chanteur lui proposa de venir l’aider, même regard rieur à la clef. Elle se doutait bien que Lisle’ aurait préféré qu’elle reste dans cet accoutrement, toutefois rien ne les empêchait de se rattraper plus tard. Pour l’instant, la jeune femme avait d’abord une autre idée en tête. Lorsqu’elle le rejoignit dans la cuisine, elle lui demanda comment s’était passé sa journée. Ils avaient tous les deux des occupations bien différentes dans le milieu artistique et des emplois du temps chargés, mais c’était aussi ce qui les rapprochait. L’un comme l’autre pouvait comprendre la passion de l’autre, lui dans le milieu de la musique, elle dans celui du septième art. Au début, Lena avait eu du mal à accorder sa confiance à cause de son passé à elle mais aussi du sien, Carlisle n’était pas du genre à se poser facilement, cependant elle avait essayé de faire la part des choses pour ne pas tout casser entre eux et elle avait décidé de leur donner une chance. Le chanteur n’ignorait rien de ce passé et il avait tout fait pour la mettre en confiance justement, il s’y appliquait d’ailleurs au quotidien. Messages attentionnés en journée, appels rassurants, visites fréquentes dont bien souvent par surprise… Et en plus, il respectait son rythme. Que pouvait-elle demander de plus ? La jolie brune sortit de ses pensées et l’écouta lui expliquer que les répétitions avançaient bien et qu’il pensait que la troupe serait prête pour la grande première. « C’est génial ça ! Vous êtes bien organisés ! Je passerai la semaine pour voir l'évolution… » Lena l’avait déjà surpris à deux trois reprises en passant le voir lors de ses répétitions. Les personnes extérieures n’avaient en principe pas le droit de rentrer à moins d’être un membre très proche de la famille mais la jeune femme connaissait l’équipe du metteur en scène pour avoir déjà travaillé avec l’un ou l’autre collaborateur à l’occasion, dans un contexte différent. Lena adorait entendre Carlisle chanter et jouer de la musique, paradoxalement elle ne lui demandait jamais de le faire en dehors pour garder encore la surprise de le redécouvrir chaque fois qu’elle venait le voir. « De mon côté, c’était un peu plus compliqué. Ils ne savent pas trop ce qu’ils veulent entre qualité et budget. » Résuma Lena le contenu de son rendez-vous matinal. Elle avait pris sur elle comme d’habitude et avait encaissé le rejet de sa proposition pour restriction budgétaire. C’était toujours frustrant. L’assistante réalisatrice lui proposa ensuite de lui préparer un en-cas, une proposition que Carlisle s’empressa d’accepter. Lena se souvenait de sa grand-mère qui lui avait dit qu’on pouvait tenir un homme de deux façons, soit par les sentiments, soit par le ventre. Elle rigolait petite lorsque celle-ci lui sortait une phrase pareille, cependant sa grand-mère n’était peut-être pas si loin de la vérité en toutes circonstances. Qu’avait-elle au menu aujourd’hui ? Bonne question. « Un petit voyage en Italie ? J’ai de quoi faire des bruschettas. » Proposa-t-elle pour préparer quelque chose à la fois de rafraîchissant et léger, en regardant ce qu’il y avait dans le frigo. Elle le referma aussitôt tandis que le chanteur réduisit la distance qui les séparait et l’embrassait sur le front. Lena ne l’avouerait jamais à voix haute mais elle était toujours friande de ces petites attentions spontanées entre eux, surtout des siennes, lorsqu’il la surprenait après une journée passée loin l’un de l’autre, et qu’ils étaient contents de se retrouver. Le chat profita de ce moment pour miauler, ce qui provoqua un petit rire de la brune. « Je pense qu’il pourra survivre quelques minutes encore. » Souffla-t-elle. Les doigts de la jeune femme se posèrent sur le torse de Carlisle tandis que son rythme cardiaque s’emportait, c’était comme si ses doigts froids semblaient chercher à prendre possession de lui à travers le tissu du T-shirt. Elle savait que les sentiments de Carlisle étaient réciproques, néanmoins elle craignait qu’un jour, il ne se lasse de toute cette histoire et qu’il ne parte. Et si ce jour arrivait, une petite voix s’élèverait dans sa tête et se rappellerait à quel point elle devait se barricader. Ayant déjà ressenti ce sentiment par le passé, Lena connaissait désormais le risque qu’elle prenait à se lier à un autre être humain. Les doigts de la jeune femme glissèrent de son torse tandis qu’avant même qu’il puisse répondre quoique ce soit, ses lèvres rejoignirent une nouvelle fois les siennes. Durant un instant, la part plus libre en elle fut tentée de l’attraper avidement, leurs souffles se mêlèrent, tout comme leurs existences s’entrecroisaient depuis plus d’un mois. Il lui habitait le cœur, la tête, lui seule avait la possession de son corps. Enfin, elle lui manifestait toute sa satisfaction de le retrouver comme il se doit. Un nouveau miaulement s’éleva et Lena sentit la boule de poil venir se frotter contre sa cheville. Reprenant son souffle, elle s’écarta finalement du chanteur. « Bon, visiblement, il ne pourra pas attendre plus longtemps. » Nouveau sourire. Et tandis qu’elle donnait de quoi contenter le félin, elle aborda alors l’idée qui lui avait traversé l’esprit ce matin. « Au fait, tu ne voudrais pas qu’on tourne quelques vidéos pour faire ta promo ? Tu pourrais parler de tes projets, des Misérables, chanter, bref tout ce que tu veux et je pourrai les poster en ligne après. » Youtube était une très bonne plateforme pour se faire connaître ainsi que d’autres réseaux sociaux et musicaux bien connus. Carlisle avait déjà quelques vidéos postées où il chantait mais Lena pourrait lui fournir une meilleure qualité dans celles qu’elle ferait pour lui après les avoir retravaillées. Autant en profiter non ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: You make me feel like everything is easy † Carlisle   

Revenir en haut Aller en bas
 
You make me feel like everything is easy † Carlisle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» we are who we are when we’re with the people that make us feel the most alive |Kyra|
» Rosemary > Can you make it feel like home ?
» A. Orion Matthew // Youu Make me feel // Terminée
» Everything that kills me make me feel alive • Jody
» Vasily-Petru~~I'm not going to make you feel better

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2016-2017-
Sauter vers: