Hit Like a Drum + CP & TUE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: Hit Like a Drum + CP & TUE   Lun 11 Avr - 19:25

Les joues rosies, je marche au travers de Finsbury Park à la recherche d'un coin de solitude et de silence. Je sais que je ne vais y rencontrer aucun de mes amis ou connaissances; j'ai juste envie de prendre du temps pour moi et d'être égoïste. Je réajuste mon écharpe et mon bonnet pour me couvrir un maximum du vent presque glacial. Ce n'est pas vraiment un temps à sortir dehors ou de faire sa promenade dominicale... Au coin d'un endroit arboré, j’aperçois un groupe de garçons d'une vingtaine d'années hausser le ton à l'égard d'un jeune homme seul. Je fronce les yeux et m'approche discrètement pour écouter la nature de la conversation. Vainement. Ma curiosité presque maladive ne va pas être satisfaite. Je ne compte pas rester plus longtemps, l'histoire va se calmer quand le jeune homme va céder et donner son argent. «Hey love, tu veux pas écarter tes cuisses pour mieux entendre notre conversation ? » Je fronce les sourcils et mon visage perd de son apaisement lorsque j'entends l'autre connard m'insulter de la sorte. J'étais de bonne humeur, une minute plus tôt. Mais là, c'est une toute autre histoire ! Je m'avance vers le groupe de jeune homme hilare par la remarque vulgaire de leur comparse alors que l'autre homme, victime de ce groupe, ne sait pas quoi faire. « Répète un peu ça, connard ! » Je ne réfléchis jamais aux conséquences de mes actes. N'importe quelle femme n'aurait jamais été au-devant de problèmes avec un groupe d'hommes, mais je ne suis pas n'importe qui, en toute modestie. J'aime le danger, j'aime les problèmes et j'aime une bonne bagarre quitte à fendre ma lèvre et avoir des bleus sur mon visage. « Écartes tes cuisses pour moi et je t'expliquerai ce qu'il se passe ici. » En plus, il ose réellement recommencer. Deux hommes de son groupe maintiennent l'autre homme contre un arbre pour éviter qu'il ne s'en aille. Mon sang ne fait qu'un tour lorsqu'il répète mot pour mot ses vulgarités. S'il y a bien une chose qui me fait perdre mon sang-froid, c'est la misogynie ! Je m'approche de lui d'un pas décidé et sans attendre, je lui colle mon plus beau crochet du droit en plein visage. Je grimace très légèrement lorsque j'entends son os de nez craquer sous mon poing ainsi que les légers craquements de mes phalanges. « J'en ai encore sous le capot si vous en voulez aussi !! » dis-je avec un large sourire, prête à en découdre avec cette bande de furieux !
Décidément, ce fut la phrase de trop après avoir fustigé un coup de poing violent au jeune homme. Les deux hommes qui tiennent la victime de racket le relâchent pour venir sur moi afin de m'attraper à deux. Je parviens à donner quelques coups aux deux agresseurs et ils parviennent rapidement à me maîtriser. Et merde Terry ! J'arrive à leur donner quelques difficultés à m'agripper pour que je ne puisse pas bouger. « Alors les abrutis, vous êtes obligés d'être d'eux pour maîtriser une pauvre jeune femme ! » Je ne peux m'empêcher de rire à leur visage et de leur cracher dessus comme un air de défi. Ce n'est pas parce qu'ils arrivent à me tenir fermement que je parviens pas à me débattre tant bien que mal. «Tommy, relève-toi et fini là ! » dit un de mes mecs à leur ami au sol toujours en train de se remettre de mon coup de poing. Sauf que, je sens que je suis en mauvaise posture et que cela va mal finir pour moi. Ni une ni deux, le jeune homme à terre se relève, la face pleine de sang. « Ta gueule façon Pollock, je dis oui ! Je peux finir ce que j'ai commencé si tu veux ! » Son visage empli de rage commence à se traduire par les poings qu'il m'enfonce dans le ventre à plusieurs reprises. Je relève ma tête avec un large sourire. « C'est tout ce que tu as, filette ? » Je suis incapable de m'arrêter ! Je ne suis pourtant pas masochiste mais j'aime défier les gens. Je sais que cette phrase ne va pas m'aider à ce qu'il arrête... au contraire ! Il commence à frapper mon visage à plusieurs reprises. Je commence à sentir le goût du sang dans ma bouche et j'éprouve de la fatigue après ses multiples coups. Rapidement, la victime de racket revient vers le groupe accompagné de deux policiers ; les agresseurs prennent la fuite à la seconde où ils les ont vus ; et je tombe au sol en grimaçant.  « Mademoiselle, vous allez bien ? Je vous emmène à l'hôpital et vous pourrez porter plainte après ! » Je relève la tête vers le policier. Je parviens à faire un rapide constat de mon état, la lèvre fendue, l'arcade sourcilière amochée et sûrement une côte déplacée. « Je vais bien mais je veux bien que l'on me dépose à l'hôpital le plus proche ! Pour la plainte, on verra plus tard ! » Je ne suis pas du genre à accepter de l'aide, surtout de la part des policiers, mais je peux sentir que je vais avoir des soucis à rejoindre l'hôpital le plus proche.
Quelques minutes plus tard, la voiture de police arrive à l'hôpital. « Je vous accompagne à l'intérieur, Mademoiselle?  » Je décline son aide et je sors de la voiture après lui avoir transmis mes coordonnées pour suivre cette histoire de plainte. J'arrive aux urgences de Saint Ann's Hospital et je me dirige vers l’accueil. « Bonjour, j'aurais besoin d'aide... » dis-je avec un léger sourire. Je commence à sentir mon corps faillir et je m'accroche au comptoir de l’accueil sentant que je pourrais m'évanouir à tout moment.
Revenir en haut Aller en bas
 
Hit Like a Drum + CP & TUE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Fiche d'île] Royaume de Drum
» R.I.P. The Rev alias James Owen Sullivan
» DRUM et la lettre du Corsaire
» [FB] - Le Lien formé sous la Neige de Drum [Pv : Miles]
» The little drum-mer boy, mon air de Noël préféré.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2016-2017-
Sauter vers: