Peace & Quiet // Ezra et Marnie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: Peace & Quiet // Ezra et Marnie   Jeu 7 Avr - 1:58

Il faisait froid ce soir. Enroulé dans sa vieille couverture, Ezra se rendit compte pour la première fois que son canapé-lit n’était pas des plus confortables. Impossible de se réchauffer, il frissonne, tremble, sent son coeur battre à pleine allure. C’était comme une crise d’angoisse. Ses poumons ne répondent plus, il respire fort mais l’air refuse d’entrer en lui. C’était une crise d’angoisse. Ça faisait plusieurs années que ça ne lui était pas arrivé, il se souvint des conseils d’Eileen et leva les jambes, ferma les yeux et se concentra, mais rien n’y faisait. Trop dur, trop tout. Ez balança sa couverture, maintenant il avait trop chaud, puis se leva d’un coup, incapable de rester allongé. Il était plus de trois heures du matin et il ne comprenait même pas ce qui était en train de lui arriver. L’écrivain marcha difficilement vers la cuisine et alluma une cigarette, manquant de faire tomber son briquet tant ses mains tremblaient. Sur la table, un verre vide, il ouvre le frigo pour se saisir d’une bouteille de vin à moitié pleine, le verre oublié, les lèvres autour du goulot, une longue gorgée, pour aller mieux. Et ça marche un peu, juste un peu.

Ezra écrasa sa cigarette dans un cendrier alentour et lança un regard à son canapé, il n’avait aucune envie d’y retourner, dans ce froid glacial si angoissant. Dormir seul ce n’était plus possible, dormir seul avec sa vieille couverture et son manque cruel d’affection. Il prit une grande inspiration et tâtonna vers le petit escalier qui menait à la chambre de Marnie. Ez avait toujours eu peur de cet espèce d’hybride entre un escalier et une échelle, et s’il glissait, tombait, mourrait sans que personne ne s’en rende compte ? Mais aujourd’hui il n’avait plus peur, parce qu’au bout de l’échelle, il y avait Marnie, la douceur et l’amour. Elle avait emménagé il y a peu mais il l’aimait déjà énormément, elle avait su palier à sa solitude, il adorait entendre la porte s’ouvrir et la voir rentrer tout comme il adorait rentrer et la voir allongée sur le canapé ou dans la cuisine en train de faire à manger. Les murs blancs de son appartement ne lui rappelait plus un hôpital ou une prison, il s l’éblouissait de leur lumière chaleureuse et c’était tellement agréable.

L’écrivain posa un pied sur la première marche qui grinça un peu, un frisson lui parcourut l’échine. Petit à petit, il grimpa jusqu’à elle, le coeur battant. Elle était là, Marnie, endormie. Ezra ne voyait que ses cheveux et son dos, la couette cachant le reste de son corps, elle était tellement belle. Il avança tout doucement et entreprit de s’allonger, décomposant le moindre de ses mouvements pour être sur de ne pas gêner le sommeil de sa jolie colocataire. Le lit était brûlant, ses muscles tendus se relâchèrent instantanément au contact du matelas moelleux. Il s’installa de profil et tendit la main pour caresser les cheveux de Marnie du bout des doigts avant de glisser jusqu’à sa taille pour l’enlacer. Tout deux étaient extrêmement proches et elle savait très bien qu’il ne ressentait absolument rien pour elle, rien de méchant, il était comme ça, voilà tout. De ce fait, Ezra savait qu’elle ne prendrait pas peur s’il se permettait ce genre de rapprochement et le simple fait de sentir un corps contre le sien l’apaisa instantanément. Il allait mettre du temps à se rendormir mais maintenant tout allait bien, le cauchemar était terminé.

« I’m sorry but I need you right now. » Murmura-t-il, sachant pertinemment que Marnie ne l’entendait pas, mais il avait besoin de lui dire quand même. Cela faisait presque deux ans qu’Ez n’avait pas dormi dans un vrai lit, il avait même oublié à quel point c’était agréable, surtout avec quelqu’un à câliner. L’écrivain sourit et ferma les yeux, serrant toujours la jeune femme contre lui, il n’allait surement pas la lâcher de sitôt.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Peace & Quiet // Ezra et Marnie   Lun 11 Avr - 20:33

« I’m not the kind of fool who’s gonna sit and sing to you about stars, girl… » Mon téléphone vibra, m’interrompant dans mon fredonnement. Allongée sur mon lit, encore habillée et dans un silence total, je tendis mon bras pour saisir mon portable. Ce que je vis sur l’écran me coupa le souffle, comme si mes poumons avaient soudainement rétrécis. Un appel manqué et le prénom de ma mère, Monica. La dernière fois qu’elle avait cherché à me contacter, j’étais mannequin et mon visage venait d’apparaître dans la campagne d’un nouveau parfum. Si je n’avais pas quitté les podiums prématurément, cette période aurait certainement était le début d’une carrière fulgurante. N’allez pas imaginer que j’ai la prétention de penser que j’aurais pu être la future Kate Moss. Cependant, je connais très bien ma mère et, croyez moi, elle sait toujours où le pactole finit par tomber. Pour autant, ce ne pouvait être l’argent qui la faisait venir cette fois. En effet, il aurait été difficile de m’imaginer roulant sur l’or alors que j’avais finis par accepter de vivre en collocation et que mon boulot du moment consistait à faire fantasmer des hommes un peu trop solitaires. Une autre pensée vint me foudroyer. Et si Shane avait finit par retourner chez nous ? Non, impossible. Il aurait forcément cherché à me contacter avant d’aller la voir, elle. Mais savait il seulement où je me trouvais ? Rien n’était moins sûr. De toutes manières, j’avais depuis longtemps abandonné l’idée qu’il puisse penser à moi ou vouloir me voir. Si cela avait été le cas, il m’aurait laissé une adresse, un numéro, un mot.

Je finis par jeter mon téléphone sur une pile de linge traînant sur le sol, comme pour chasser mes idées noires, et éteignis la lumière pour me plonger dans la pénombre et obtenir tout ce dont j’avais besoin : des heures de sommeil. Je me retournai, puis me retournai dans l’autre sens, puis dans un autre, jusqu’à ce que la couette finisse par me tenir prisonnière. Je poussai un soupir d’agacement avant de lancer un oeil vers mon réveil. Il était 1h45 et cela faisait déjà plus d’une heure que je me tortillais sur place. Décidément, Monica avait toujours le don de me pourrir la vie, même à des kilomètres de là. Je décidai alors de rallumer la lumière, de sortir la bouteille de vin rouge que je gardais toujours dans mon chevet et de me saisir de mon carnet dans lequel je griffonnais des paroles de chansons qui risquaient de n’être jamais entendues. Quelques gorgées et mots plus tard, je m’endormis profondément, le carnet toujours entre mes mains et la bouteille ouverte au pied du lit. Je me laissai envahir par un rêve que je faisais régulièrement. Celui où mon ancien protecteur était là, à la fois bienveillant et menaçant. Dans mon rêve, il était toujours auprès de moi, à prendre soin de ma personne, à me cajoler. Mais, malgré la force de son étreinte, je me sentais frigorifiée et seule. Bien qu’endormie, je sentis mon corps se mettre à trembler et je me réveillai brutalement, comme à chaque fois qu’il venait hanter mes nuits. Cependant, alors que je me retrouvai habituellement seule dans mon grand lit, démunie du moindre réconfort, j’étais cette fois enlacée d’une douce chaleur. Je mis un certain temps à me rendre compte que c’était Ezra qui se tenait là, près de moi. Il y a peu de temps encore, cet individu n’était qu’un inconnu et, en un temps record, il était devenu tellement plus que cela. Jamais personne n’avait su m’apporter la tendresse dont il faisait preuve et, grâce à lui, cet endroit qui m’était inconnu à l’origine était devenu le lieu le plus familier dans lequel je n’avais jamais vécu. Je me retournai doucement pour lui faire face. Les yeux fermés, il avait l’air d’un bébé qu’on venait de border, m’offrant une image délicate à observer. Je lui caressai la joue, attendrie par le fait qu’il ait enfin grimpé cette échelle qu’il craignait tant. « Alors, qu’est-ce qui pousse un aussi adorable garçon à trouver le courage d’affronter ses peurs ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Peace & Quiet // Ezra et Marnie   Sam 23 Avr - 1:13

Alors que le sommeil tant attendu était plus proche que jamais, Ezra ouvrit difficilement les yeux, réveillé par une caresse des plus agréables puis par la voix de sa colocataire. Il se retrouva immédiatement en face de son visage tout doux, ce visage qui suffisait à l’apaiser. Même dans l’obscurité, Ez arrivait à distinguer ses traits et bien heureusement, car il ne sentait jamais véritablement ‘à la maison’ tant qu’il n’avait pas aperçu un petit bout d’elle. Le dos de Marnie en train de cuisiner, les jambes de Marnie qui descendent l’escalier, le bras de Marnie tendu vers une des bibliothèques et puis les cheveux de Marnie, ah les cheveux de Marnie, il pourrait en faire tout un roman et donnerait n’importe quoi pour avoir le droit de les brosser. C’était quelque chose qui l’avait toujours fasciné, les longs cheveux brillants. Adolescent, l’écrivain passait des heures à faire glisser peignes et brosses à travers la longue chevelure rousse de sa meilleure amie, un passe temps des plus incongrus mais qu’il trouvait terriblement épanouissant.

Ezra sourit à la jeune femme, il était toujours serré contre elle, dessinant des petits ronds sur son dos du bout des doigts. « Alors, qu’est-ce qui pousse un aussi adorable garçon à trouver le courage d’affronter ses peurs ? » Il remercia la nuit de cacher ses joues rougissantes et esquissa un petit rire gêné. Ezra arrogant, Ezra impoli, Ezra hautain et Ezra méprisant n’existaient plus à cet instant précis, avec elle, il devenait la meilleure version de lui-même. Ça faisait du bien d’être un peu plus proche de ce qu’il y avait au fond de lui. La vérité c’est qu’Ezra, il fait pas exprès d’être comme ça, il est juste un peu perdu, il erre, il sait pas trop comment réagir, y’a même des fois où il se fait des croche-pieds tout seul. « Je te jure que j’ai failli glisser ! » s’exclama-t-il dans un murmure, même si ce n’était pas tout à fait vrai.

« J’avais froid, et un peu peur. » Ezra avoua, chuchotant à un volume si faible que ses paroles n’étaient presque qu’un souffle. « Très peur même, je sais pas pourquoi » Continua-t-il, baissant les yeux. Il avait un peu honte de souffrir des mêmes maux à trente ans que durant son adolescence, il trouvait ça à la limite du ridicule mais savait que Marnie n’aurait rien à lui reprocher. Maintenant à l’abri et au chaud, Ez ne se sentait presque plus fatigué, il avait juste envie de discuter à voix basse avec son amie, tout en la câlinant jusqu’au petit matin, il avait besoin d’une discussion profonde, ça n’arrivait jamais et c’était tout de même très important pour son bien être.

Depuis toujours, Ezra et ses longues jambes, son sourire idiot et ses manières peu politiquement correctes font rire, il est comme un personnage de cartoon coincé dans le monde réel, si bien qu’il en oublie parfois ses propres sentiments. C’était comme si se rendre compte qu’il ne ressentirait jamais d’amour pour personne avait également bloqué les émotions qui s’en rapprochaient. Cependant, son esprit était en train de craquer, l’écrivain ressentait de plus en plus le besoin de rencontrer et d’apprécier et ça avait commencé avec sa décision de vivre en colocation, Marnie lui avait appris tellement de choses déjà, il se sentait bien mieux mais il restait quelques bribes de désarroi en lui qui refusaient de le quitter.

Ezra se releva, assis sur le le lit, pile en face de la fenêtre il avait une vue parfaite de leur rue, encore très animée à cette heure avancée de la nuit, rien de surprenant. Il posa ses pieds au sol et se leva. La chambre n’était pas grande, encore encombrée de quelques cartons à lui ainsi que d’une de ses cent bibliothèques, il s’avança vers celle ci et, sur la pointe des pieds, réussit à atteindre le haut du meuble, visiblement à la recherche de quelque chose de spécifique. Son visage s’illumina quand il mit la main dessus, murmurant un ‘bingo’. Plusieurs de ses amies lui avait déjà fait la même remarque, ‘Ez, tu pourrais ouvrir un bureau de tabac ici’, et ce n’était qu’à peine exagéré, il suffisait de tendre la main pour trouver un paquet de sa marque de prédilection.
L’écrivain se rassit un tailleur sur le lit et sourit à nouveau à Marnie, un peu gêné, comme un enfant qui se serait fait prendre la main dans le sac. Il lui fit un petit signe de tête qui voulait dire ‘you want one ?’, c’était devenu récurrent, cette habitude de parler sans rien dire, surement quelque chose qui se développe assez rapidement quand on vit avec quelqu’un.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Peace & Quiet // Ezra et Marnie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Peace & Quiet // Ezra et Marnie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Peace and Love, mon frère [qui veut]
» Elias Nirvana Blackburn ◄ Peace of dream
» Peace, man !
» PEACE OF MIND ► SOA
» [terminé] Aria et Ezra: ils passent aux choses sérieuses !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2016-2017-
Sauter vers: