When nothing goes right... go left. ◊ Terry

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: When nothing goes right... go left. ◊ Terry   Mer 23 Mar - 21:35

Bon. Euuuh, ouais. Son regard croisa celui du flic qui gardait un œil sur elle, depuis qu’ils l’avaient chopé. Par l’intermédiaire de cette conversation silencieuse, elle fit un gros effort pour signifier tout son mépris et sa haine envers ce type, qui la jugeait, sans même la connaître. Parce que quoi, elle avait pas un rond pour prendre cette putain de bouteille de vin, qui coûtait un peu cher, et que ça n’avait pas échappé à l’agent de sécurité, qui l’avait cueilli à la sortie du magasin. Après, le gérant n’avait pas attendu longtemps avait d’appeler la police, et voilà qu’elle était bonne pour un petit tour gratuit au poste. Trop aimable. Non, alors oui mais non. En plus leur attitude, c’était pire que les cow boy du Far West. Ils faisaient régner la justice, ils étaient tout content, débouché le Champomy whouhou ! C’était des shérif en carton pâte ouais ! Des empêcheurs de tourner en rond, qui commençaient clairement à les lui briser sévère. Au début, elle ne s’était pas inquiétée, parce que c’était pas la première fois que ça arrivait, et puis au bout d’un moment, ils la laissaient toujours se casser. Merde alors, pourquoi pas cette fois ?! Le mec avait commencé à la faire chier plus que d’habitude, il avait consulté son dossier, et avait décrété que ça commençait à faire trop, et refusait de la laisser sortir aussi simplement. Il avait qu’à la garder, sa bouteille, putain ! Non au lieu de ça, il lui avait balancé tout un tas de raisons toutes plus connes, les unes que les autres, ça l’avait soulé grave, et elle avait finit par l’insulter, ce qui, après coup effectivement, n’était pas autant que ça une bonne idée. En même temps ce con, il pouvait pas dire qu’il l’avait pas cherché ! Il l’avait même probablement fait exprès, dans l’espoir qu’elle craquerait, et qu’il pourrait tranquillement la retenir séquestrée ici. Connard.

Elle mâchait son chewing-gum, à grands coups de mâchoire, bouche ouverte, et était en train de réfléchir à une potentielle sortie de secours. Elle ne risquait pas déjà de passer un coup de fil à ses parents. Au choix : soit ça leur aurait fait trop plaisir, et elle ne voulait pas le leur donner, soit ils allaient vraiment finir par la foutre à la rue, comme ils l’avaient souvent menacée, et elle avait bien trop besoin de leur fric pour ça. Contacter ses frère, c’était même combat, et carrément se jeter dans la gueule du loup, ils allaient tout balancer à leurs parents, no way ! Putain, en plus ses potes c’était compliqué aussi, forcément ses fréquentations c’était pas blondinette aux cheveux fins et lisses et petits col claudine, qui doit sûrement rougir d’ailleurs, lorsqu’elle lâche une caisse.  Fuck fuck fuck, si l’autre con continuait à lui jeter ses regards condescendants de merde là, elle allait lui cracher à la gueule, c’était certain, et pour le coup, elle risquait pas de sortir. Pas cette nuit en tout cas.

La réponse popa dans son esprit, un peu comme la bulle de sa pâte à mâcher qui venait d’exploser entre ses lèvres. C’était aussi ce qui s’apparentait comme le plus évident à ses yeux, et elle fut autant soulagée, qu’elle se demanda aussi pourquoi est-ce qu’elle n’y avait pas pensé plus tôt. Elle s’éjecta de la chaise  en bois rachitique, sur laquelle on l’avait laissé choir comme de la merde. Quoi, et après ils s’étonnaient que les gens qu’ils coffraient soient désagréables avec eux ?!

- J’ai un coup de fil à passer, dit-elle avec autorité. Insolente jusqu’au bout, elle déposa un malheureux penny sur la table. Cette fois, j’ai payé, poursuivit-elle avec son sourire mesquin accroché au visage. D’un coup de menton, il lui indiqua qu’elle pouvait se servir de son téléphone portable. Il ne voulait probablement pas le dire, mais il devait probablement être partagé entre l’envie de la laisser mourir au fond du trou, ou de la laisser dégager parce qu’elle était chiante. Elle récupéra sa pièce, genre elle allait gaspiller un penny gratuitement ! Ensuite, elle pianota sur l’écran tactile, pour trouver le numéro qu’elle cherchait. Une voix familière lui répondit, au bout de la troisième sonnerie. Terry, tu fous quoi là ? Elle se tut, pour écouter ce qu’on lui disait, mais elle avait l’esprit ailleurs. A se sortir de la merde, par exemple. Ouais écoute, je suis chez les flics là, je sais pas comment faire pour me casser, ils veulent pas me laisser sortir. Silence. Hmm. Hmmm. Nouvelle pause. Mais non j’peux pas ! Non. Non, répéta t-elle, à ce qui semblait être une série de questions insistantes. Je vois pas qui d’autre peut venir. Allez, tu viens me chercher, on se casse, et je t’offre un verre. Ou tu m’en offres un plutôt, c’est toi la barmaid hein. Elle attendit la sentence finale. Putain génial, tu gères Terry ! Elle lui donna l’adresse du poste, et raccrocha.


Dernière édition par Reese Peters le Mar 5 Avr - 14:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: When nothing goes right... go left. ◊ Terry   Lun 4 Avr - 15:05

« Servez-moi ce que vous avez de plus fort, ma jolie ! » Je grince des dents lorsque ma mâchoire se contracte en essayant de ne pas répondre à ce client cavalier. En travaillant au Casino de Londres, j'ai dû apprendre à ravaler mon orgueil et ma fierté pour éviter de me faire renvoyer à la seconde où je commence à ouvrir ma gueule à l'égard d'un client impudent ou sans-gêne. Certes, le client est roi mais comme on dit, le vendeur est empereur. Par le passé, je n'aurais jamais accepté ce genre de familiarité d'un client, mais mon travail au Casino est le travail de la dernière chance ! C'était le seul endroit qui a accepté de m'embaucher en ayant pleine conscience de mon passage en prison à Noël dernier. Mon ancien patron du Reckless n'a pas hésité à me virer sans sommation même après une année de bons et loyaux services. J'évite de croiser le regard du client à mon bar qui n'hésite pas à reluquer chaque parcelle de mon fessier; ce qui me donne l'atroce envie de plaquer son visage sur le bar en chêne. Je me retourne vers lui avec sa boisson, « Un Old Fashioned pour vous Monsieur. Souhaitez-vous des gâteaux apéritifs pour accompagner votre verre ? » Il me fait un signe positif de la tête avec un large sourire qui en dit long sur ces pensées. Heureusement que la salle est bien remplie en cet après-midi, sinon je n'arriverais pas à me contrôler ; ok, la présence des caméras qui filme chaque coin de mon bar et de la salle aide à me résonner pour éviter que je fasse un faux pas. J'attrape les différents apéritifs pour le client lorsque j'entends mon portable sonner dans la réserve. Merde, merde, j'ai oublié de le mettre en vibreur... une nouvelle fois.

« Vous n'allez pas répondre ? » Maintenant, mon client au bar entend la sonnerie. Je lui réponds non, que ce n'est pas important ; c'est juste que je ne dois pas répondre à des appels personnels au travail ! Puis, une seconde sonnerie retentie dans la réserve, cela doit être important ! Willow ou Papa doit avoir un problème ; je regarde un de mes collègues de l'autre côté du bar afin qu'il vienne me voir. « Occupe toi de mes clients Will pour quelques minutes, on essaye de me joindre sur mon portable, cela semble important ! » dis-je en chuchotant. Il me lance un petit sourire avec un hochement de tête ce qui me permet de me rendre dans la réserve alors qu'une troisième sonnerie résonne. Je ne regarde pas le numéro de l'appelant que je décroche vivement. « Qu'est-ce qu'il se passe ? » Mais c'est la voix de Reese qui me réponds alors que je m'attendais à Willow ou Papa voire même le petit con de Carlisle ! « Mais merde Reese, qu'est-ce que t'as foutu pour te retrouver chez les flics ? Et pourquoi tu m'appelles moi ? Appelle tes parents pour te sortir de là ! » Reese refuse catégoriquement et souhaite que ce soit moi qui vienne la chercher. Bordel, ce n'est pas le moment pour moi de quitter le boulot pour chercher une amie en garde à vue. Seulement, je pense à mon père qui est venue me chercher pour ma première garde à vue et je n'oublierais jamais son regard honteux et déçu de sa fille. « Tu fais chier Reese ! Bon j'arrive, donne-moi l'adresse et laisse-moi le temps d'arriver ! Mais tu as intérêt à te faire pardonner, car tu n'imagines pas à quel point ça m'emmerde de venir te chercher ! » Après qu'elle me communique l'adresse et raccroche, je soupire. « Et merde ! ». D'ici 10 minutes j'ai terminé mon service, je vais attendre de terminer avant de partir la rejoindre au poste de police ; je n'ai pas envie de me prendre un blâme car je file à l'anglaise avant l'heure !
Les joues rosies, je marche le long de Bishopsgate pour rejoindre la "Bishopsgate Police Station". Je réajuste mon écharpe et mon bonnet pour me couvrir un maximum du vent presque glacial. Ce n'est pas vraiment un temps à sortir mais Reese m'attend depuis presque une heure. Je me trouve face au poste de police, j'ai tellement envie de faire demi-tour et de ne pas mettre les pieds dans ce putain de lieu ! Je suis sortie de prison il y a un peu plus de 2 mois et je n'ai pas la moindre envie d'y retourner. Seulement, la situation est différente, je viens chercher quelqu'un. Je pénètre à l'intérieur du poste en retirant mon bonnet et j'avance vers l'accueil. « Hmm, je viens chercher l'insolente Reese Peters, vous savez cette petite blonde impétueuse ! » dis-je avec un petit sourire. Je ne sais pas ce qu'elle a fait, sûrement un vol dans une épicerie ou dans un magasin. Cependant, je suis convaincu qu'elle a ouvert sa grande gueule face à un ou deux agents de police... c'est là où je me reconnais en elle ! L'agent de police m'amène à elle, cela veut donc dire qu'elle n'est pas en garde à vue et que Reese n'a fait qu'un délit mineur. Tant mieux pour elle ! Seulement, je sens que je vais devoir me porter garant pour elle... et ça, ça m'emmerde, surtout que je ne sais pas si c'est possible que je puisse le faire avec casier judiciaire ! « Reese ! » dis-je en la voyant assise mâchant son chewing-gum. Je regarda autour d'elle, « Bonjour Monsieur l'agent, je suis venue pour l'insolente petite blonde ! »



Dernière édition par Terry U. Eckhard le Mer 6 Avr - 22:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: When nothing goes right... go left. ◊ Terry   Mar 5 Avr - 15:14

Il y avait tellement de choses qu’elle aurait pu être en train de faire, précisément, en cet instant. Non, à la place, elle était contrainte et forcée de poireauter comme une conne qu’on vienne la chercher, pour pouvoir dégager d’ici. C’était complètement con, elle n’arrêtait pas de se le répéter, elle avait plus douze ans, bordel ! Comme pendant qu’elle était au lycée, elle voyait défiler les minutes comme des heures, face à sa copie de mathématiques. Y’avait plus qu’à espérer que Terry vienne rapidement la libérer de son supplice – elle avait oublié de lui précisé que si elle se grouillait, c’était mieux. L’envie de faire un coup de pute au gars qui la surveillait était tentante, après tout, elle aimait bien avoir le dernier mot, mais elle n’était pas non plus totalement inconsciente, et elle savait que ça allait fatalement lui attirer plus d’ennuis qu’elle n’en avait déjà. Elle commença à taper des pieds, à l’aide de ses talons, sur le sol. Puisque ça la faisait bien chier d’être ici, autant le faire savoir à la planète entière, elle n’avait pas à supporter ce supplice toute seule. Il en allait de même pour ses soupirs insupportables. En tout cas, il n’y avait sûrement bien que Terry pour la comprendre, qu’elle avait rencontré, pas forcément pour des raisons les plus glorieuses d’ailleurs. Les souvenirs de la bagarre qui avait dégénéré lui étaient flous, elle ne savait même plus qui l’avait débuté, ni pourquoi. Elles s’étaient battues toutes les deux, avec pour unique objectif de faire mordre la poussière aux autres. La fin de l’histoire ne disait pas si elles en étaient ressorties victorieuses, et elles en avaient gardé la marque des bosses et des griffes. Reese n’était jamais contre en arriver aux mains, elle disait ce qu’elle pensait, mais ça ne lui dérangeait pas non plus d’employer le corps à corps si nécessaire !

Au bout d’un moment qui lui parut interminable, une silhouette bien connue apparu dans l’encadrement de la porte. Terry ! Elle se pointait que maintenant ! Elle se garda de tout commentaire, c’était pas le moment que sa pote tourne les talons sans elle, tout ça à cause de sa désobligeance.

- Bon bah je vais me casser hein, dit-elle au policier, avec peu de cérémonie. Elle n’avait pas plus que ça envie de tailler une bavette avec lui.

Au bout d’un certain nombre de formalités, elles finirent par prendre la poudre d’escampette. En franchissant la dernière ligne qui la séparait de l’extérieur Reese inspira une grande bouffée d’air frais, comme si elle n’avait pas vu la lumière du jour depuis des années.

- T’as trop géré, merci ! La plupart du temps, Reese avait beau passer pour une ingrate, elle savait quand même être reconnaissante lorsqu’elle estimait que la personne concernée le méritait. Ce qui était nul doute le cas de Terry, parce qu’elle devait bien être la seule personne sur terre, capable de venir la chercher, sans pour autant la souler pendant quinze ans ensuite.

Leur différence d’âge ne lui avait jamais posé problème en partie grâce à leurs nombreuses similitudes. Elle pouvait être elle-même, faire des dérapages, et être vulgaire sans craindre de se faire juger, tout ça parce qu’elle avait décidé de n’entrer dans aucune case, comme la société essayait désespérément de le lui imposer. Et puis, Terry était bien la preuve que c’était possible, motivant encore plus ses objectifs… qui étaient de ne pas voir plus loin que le bout de son nez, mais c’était déjà un début. Sans jamais le lui avoir avoué, elle admirait son amie pour ça, cet aigle sauvage, qui avait su rester indomptable.

- Non mais en plus tu le crois, tout ça à cause d’une putain de bouteille. Une de plus, une de moins, c’est pas ça qui va faire couler le magasin, se moqua t-elle avec dédain. C’était de l’histoire ancienne désormais, et encore moins ce qui allait l’empêcher de recommencer. On va pas en taule pour si peu, faut qu’ils arrêtent cinq minutes. Elle l’entraîna à sa suite, une petite idée derrière la tête. Viens, on va boire un verre comme je t’ai dit, et comme j’ai pas plus un rond que tout à l’heure, on va se démerder pour picoler à l’œil. Pour ça en revanche, elle était douée. Terry pouvait compter là dessus. Finalement c’est cool, ça faisait un moment que je t’avais pas vu, c’est bien le seul truc positif de cet aller simple au poste ! ricana t-elle. Vraiment, ça lui faisait plaisir de la voir et passer du temps avec elle, encore plus si c’était pour partager avec elle, ses délires de débauche.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: When nothing goes right... go left. ◊ Terry   Mer 6 Avr - 22:56

Rien que le fait d'être dans un poste de police, je sens mes poils se dresser sur mes bras rien qu'à la vue d'un uniforme de police. Mon dernier passage en prison est encore bien présent dans mon esprit, c'était il y a un peu moins de deux mois seulement ; je ne peux pas m'empêcher de faire un amalgame avec mon passé et de penser que je vais être à nouveau enfermé. Être en prison, même pour quelques semaines, a énormément pesé sur moi, sur mon moral et mon sentiment d'insécurité... D'ailleurs, seul quelques proches sont au courant de mon incarcération, pour beaucoup, l'explication de mon départ de Londres était des vacances en France et en Italie, le temps des fêtes. Je me retrouve au poste de police, dans une autre situation, mais je ne parviens pas à me retenir de penser à mes gardes à vues & peine de prison, surtout qu'elles interviennent à des moments noires de ma foutue petite existence.
Reese me regarde avec un léger sourire, j'ai tout de même l'impression qu'elle a trouvé le temps long ; mais hors de question de finir mon service plus tôt pour venir la chercher en taule ! Je fais déjà un effort pour venir la chercher, alors elle n'a rien à redire. Après plusieurs minutes à signer des papiers mais aussi une nouvelle leçon de morale que la police a le don de prodiguer aux jeunes récalcitrants, nous quittons enfin le poste de police. Je regarde Reese qui me remercie d'être venue la chercher. « Première et dernière fois ! Je n'ai pas que ça à faire de venir te récupérer au poste ! »
Je ne suis pas le genre de personne qui aime rendre des comptes ou des services ! Moins j'en fais pour les autres et mieux je me porte. Seulement, avec Reese c'est différent. Dans un sens, je me retrouve un peu en elle quelques années plus tôt, et j'aurais aimé avoir une personne plus mature pour m'aider et me guider comme je peux essayer de le faire avec elle. Pour autant, je ne cherche pas à brider sa liberté ou à calmer son insolence et ses dérives ; c'est ce j'aime en elle ! Reese m'explique brièvement la raison de sa garde à vue et je soupire. « C'est juste que t'es une nouille aveugle qui n'est pas capable de voler une bouteille sans se faire prendre ! T'as merdé, t'as merdé, qu'est-ce que tu veux que je te dise ! Et non, on ne va pas en taule que pour ça, sauf, si tu te fais reprendre à plusieurs reprises ! Et je te le dis, hors de question de revenir te chercher ! »
Reese m'attrape par le bras en m'entraînant loin, très loin du poste de police ; et je ne peux que dire oui à cela ! Boire à l’œil, en voilà une bonne idée ; je n'avais pas prévu dans mon budget de la semaine des dépenses d'alcool... et lorsque je me retrouve au bar avec Reese, ça risque de finir en jeu de boisson, de défis et de paris pour voir qui est la meilleure. « Alors ajuste moi ton haut pour montrer un peu de chair ! » Je déboutonne deux boutons à mon chemisier bleu, je rejette mes cheveux en arrière et, en proie à une soudaine euphorie de cette envie d'alcool, je marche d'un pas décidé vers le bar le plus accueillant et rempli d'hommes. Qui ne serait pas de bonne humeur à la perspective de boire gratuitement et sûrement en compagnie d'hommes ?? « L'autre point positif, c'est que j'ai ramené mon cul pour venir te chercher ! J'aurais pu faire l'ingrate et te laisser moisir comme un rat mort avec ton pote le flic ! Tu aurais bien trouvé un truc pour t'amuser, autre que de mâcher ton chewing-gum ! » Reese m'attire vers un bar qu'elle semble connaître et je m'arrête un instant le temps de griller une cigarette. Je lui tends le paquet, « Je refuse de payer quoique ce soit ! Je veux bien donner de ma personne pour boire ! » dis-je avec un léger sourire. « Je suis aussi contente de te voir et de passer un moment avec toi ! Ce n'était pas forcément ce que j'avais en tête pour ma soirée de repos. Mais c'est mieux que la perspective de mon canapé, ma piquette de vin blanc et Netflix ; le tout arrosé de mes bruyants voisins ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: When nothing goes right... go left. ◊ Terry   Jeu 14 Avr - 18:37

« Il n'y a rien à admettre Reese ! Je n'ai pas besoin de raison pour avoir envie de te voir. Même si je n'aime pas rendre de service, je savais que tu m'as appelé en dernier recours et je sais ne pas être une pute sans cœur à l'égard de mes amis ! » D'ailleurs, Reese est bien l'une des rares personnes que je peux qualifier comme amie. On se retrouve l'une en l'autre, on ne se juge pas, il n'y a pas de honte entre nous, et on aime tous simplement passer du temps ensemble. C'est suffisant à mes yeux pour la considérer comme une amie. La confiance, c'est une toute autre histoire ! Je ne l'accorde pas si facilement; j'ai appris à mes dépends que la confiance c'est une putain de connerie et qu'il ne faut l'offrir à personne, même pas à la famille. Pourquoi je donnerai ma confiance entre les mains de Reese alors que je suis incapable de la donner à ma sœur ou à Jodie ? Ce n'est pas pour rien qu'elle n'est pas au courant de mon dernier passage en prison à Noël dernier mais qu'elle pense que j'étais en France pour les fêtes.
Après avoir jeté ma cigarette au sol, je m'installe au bar avec Reese alors qu'elle commande déjà deux boissons. Je me tourne vers la salle, très peu remplie, puis je balaye du regard quelques hommes qui pourraient faire notre petite affaire. Reese est plus concentré sur deux hommes sensiblement de mon âge assis aussi au bar, j'esquisse un léger sourire, voilà qui fera l'affaire ! Finalement, la journée semblait mal partie avec mon dernier client salace et venir chercher Reese au poste de police ; mais j'ai plaisir à passer le reste de la journée et la soirée en sa compagnie. On discute autour de notre verre comme si l'histoire de sa garde à vue était derrière nous. Après tout, qui suis-je pour lui faire des remontrances et l'engueuler ? C'est sa vie et je n'ai pas à lui faire la morale sur les choix qu'elle peut faire. Je ne suis pas un exemple à suivre et encore moins un modèle de vertu, alors pourquoi Reese suivrait mes conseils ?
J'esquisse un léger sourire lorsque Reese me parle de pourrir la soirée des deux hommes accoudés au bar. Pourquoi pas ?! Je ne suis jamais contre emmerder des mecs surtout si je me suis envoyé en l'air juste avant ! « J'aime l'idée mais quelque chose de plus subtile sera plus amusant ! Après qu'ils s'endorment, on retourne l'appartement en silence... Mousse à raser sur le sol de la salle de bain et au pied du lit. Cellophaner leurs portes. Retirer les vis de la poignée de porte de salle de bain ou toilette pour y rester enfermé. Et j'irai jusqu'à prendre leurs fringues et les mettre sur le trottoir pour les donner aux passants ! » J'ai beau avoir 26 ans, je reste une grande enfant et l'idée de m'amuser gratuitement m'enchante énormément ! « Santé gamine ! » Petit surnom affectif que je lui offre à chaque fois que l'on trinque. Je me retourne lorsqu'elle lève son verre vers les deux hommes. J'arbore à mon tour à large sourire à leur encontre afin de leur faire comprendre qu'on les attendait ! « Je te le laisse alors ! J'aime bien l'autre, dans son costume étriqué tiré à quatre épingles ! » Une bonne gorgée après, je me remémore une soirée similaire dans le passé avec Reese. « Par contre, on évite de faire comme la dernière fois : rester coincé avec deux mecs lourdauds ! Il nous faut un code pour stopper rapidement lorsque l'une d'entre nous en a marre ! Une idée ? Tu sais, une phrase que l'on ne pourrait pas dire au détour d'une conversation...  »
Je ne suis que débauche, luxure, alcool, pauvreté, violence, insouciance et liberté. Je le sais et je l'assume parfaitement ! Je ne cherche pas à changer mon mode de vie, je l'aime comme il est. Je ne le changerai pas non plus pour une personne. On m'aime entièrement avec mes piètres qualités, mes défauts et mes déviances ! Je tourne la tête légèrement la tête lorsque je vois les deux hommes venir vers nous, enfin ! « Bonsoir, on vous offre un verre ? » dit l'homme au costume tiré à quatre épingles. Je pose mes yeux sur Reese avec un léger sourire, "l'opération Boire à l’œil et passer un bon moment" peut maintenant commencer ! Je me tourne vers le jeune homme d'une petite trentaine d'années, « Avec plaisir, un verre de Chardonnay pour moi. Mais, avant de nous offrir ce verre... il va falloir desserrer tout ça ! » Je me lève de ma chaise pour être à sa hauteur puis je commence à desserrer son nœud de cravate tout en le fixant des yeux avec ce léger sourire à la commissure de mes lèvres. « Voilà qui est mieux. Terry, enchanté ! » dis-je en m'asseyant à nouveau sur ma chaise de bar.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: When nothing goes right... go left. ◊ Terry   Dim 17 Avr - 19:08

Reese eu un sourire enchanté en écoutant Terry lui exposer les idées dont elle ne manquait pas ! Au moins, avec elle, elle était servie. Ce qui faisait leur force, c’était que toutes les deux osaient, sans se soucier des conséquences, de la honte que cela pourrait provoquer, sans culpabiliser non plus. Elle trouvait ça génial de pouvait laisser libre court à ses idées, sans s’imposer de limites. Pourquoi en avoir ? Les règles, comme on l’avait compris, ce n’était définitivement pas son truc, c’était juste pour les gens chiants qui avaient besoin d’être cadrés dans leur vie. Ce qui n’était pas son cas, fort heureusement pour elle. Elle imagina les différentes scènes proposées par sa copine. Ca ne la dérangeait pas non plus d’agir comme une peau de vache, elle avait même ce petit sentiment jouissif, à chaque fois qu’elle parvenait à ses fins et ça aurait été dommage de s’en priver !

- Quelque chose me dit que tout le monde ne va pas manquer de se souvenir de cette soirée… dit-elle, énigmatique, même si selon les protagonistes, ils risquaient d’être tous plus ou moins bons… Elle entrechoqua son verre avec celui de Terry, s’empressa d’en boire une gorgée, tout en continuant la mission à laquelle elle s’était elle-même pliée. Hameçonner ces deux charmants messieurs, tout comme leur porte-monnaie bien garni… Elle attrapa le regard de celui qui l’attirait, le tint plusieurs secondes, puis le décrocha brusquement, pour retrouver sa conversation avec Terry, un sourire ravageur aux lèvres. Comme ça, c’était clair qu’ils n’allaient pas tenir longtemps ! Ouais, non mais c’est mort, j’suis pas d’humeur à supporter les cassos en plus. J’ai envie de tirer un bon coup, pas d’être dégoutée jusqu’à la fin de la soirée ! Elle envisagea la proposition de la brune, et y réfléchit. T’as qu’à dire que ta boisson à un goût de pisse, où un truc comme ça, ce sera assez représentatif de l’intérêt que tu portes au mec en question… Elle adressa un clin d’œil à Terry, en espérant quand même que ce ne serait pas ce scénario qui se produirait, mais qu’elles passeraient toutes les deux du bon temps !

D’un simple échange de regard, Reese comprit qu’elles avaient réussi, parce que les deux énergumènes débarquèrent bientôt à leurs côtés, pour partager une boisson avec eux.  Of, ils avaient sûrement vu leur petit manège, c’était comme ça que ça marchait après tout, mais ils n’avaient pas manqué de répondre à l’invitation. Eux aussi, derrière leurs jolis airs avaient envie de se mettre quelque chose sous la dent. Voilà qui était de bon augure…

- Ce sera quoi pour toi ? interrogea le second compère en s’adressant à Reese.

- Je vais prendre une pinte de Guiness, merci ! Elle se décala légèrement, pour lui laisser une place, afin qu’ils puissent tous les quatre entamer la discussion. Moi, parfois, on m’appelle Reese, voulu t-elle bien avouer, en haussant les épaules, mais l’air tout de même un peu provocateur, mais qui sembla plaire à sa proie. Et alors vous venez souvent ici ? J’viens pas mal traîner dans le coin, j’ai pas le souvenir de vous avoir déjà vu. C’est bien dommage… un compliment aussi dissimulé que gros comme une maison, afin de bien confirmer que ses intentions étaient relativement claires, ils n’avaient plus besoin d’en douter. On lui apporta sa bière, qu’elle présenta de nouveau aux deux hommes, qui eux, ne s’étaient pas encore présentés. Et on boit à la santé de qui ?

Les échanges de paroles poursuivirent sans tarder, et cette fois, Reese n’eut même pas besoin de chercher l’accord de Terry pour connaître leur future marche à suivre : elle comptait évidemment raconter des bêtises. Elles avaient fait une fleur sur leur nom, quand même pas sur le reste !

- Je suis à la fac, en troisième année de médecine. J’ai voulu décompresser un peu ce soir. Et dans tous les sens du termes, rigola t-elle. Qu’est-ce qu’elle en avait à faire d’être directe, elle savait ce qu’elle voulait, et ce qu’elle voulait, c’était ce charmant jeune homme ! S’imaginer en médecine qui plus est, la faisait bien marrer. Elle qui ne supportait pas d’en branler une, et en plus pour se tuer à la tâche dans les études, on était bien à des années lumières de la vérité !!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: When nothing goes right... go left. ◊ Terry   Dim 5 Juin - 19:40

Les deux hommes à nos côtés sont de bonnes compositions et semblent être enclin à nous offrir autant de verres que nous voulons ! C'était tellement simple de se faire offrir à boire ; juste à ouvrir un peu plus le décolleté, afficher un large sourire, boire les paroles de l'autre avec des légers rires, incliner la tête pour montrer une certaine soumission à l'homme afin qu'il se sente pousser des ailes. Séduire un homme est devenu un loisir pour moi et en compagnie de Reese c'est d'autant plus amusant. Elle m'a appris des mouvements et inversement. Comme quoi, une gamine de 20 ans pouvait toujours m'apprendre des choses ! Du coin de l'oeil, je regarde sa technique avec l'homme ; elle est bien moins tactile que moi, mais cela fonctionne tout autant. Je pose ma main sur la cuisse du trentenaire qui m'offre un nouveau chardonnay, une petite caresse rapide du bout des doigts sur sa cuisse et ma façon de rejeter en arrière la mèche qui me tombe sur le front. Je sens qu'il est déjà bien appâté... Je m'approche un peu plus de lui, sans aucune discrétion, bien entendu ! « Phillip, enchanté ! » Pendant qu'il me parle et je continue de caresser sa cuisse avec ma main ; j'écoute discrètement Reese qui s'adresse à son "partenaire de jeu". Troisième année de médecine ? J'esquisse un léger sourire en la regardant ; bien entendu qu'elle va mentir tout le long de la soirée et ce ne sera pas la seule.
Je n'aime pas parler de ma vie avec des inconnus, encore moins avec un homme que je vais mettre dans mon lit et ne plus jamais revoir ! Alors j'ai pris pour l'habitude de mentir sur toute ma vie, cela ne va pas changer ce soir. « Oh, vous travaillez tous les deux dans un cabinet de courtage ; cela doit être tellement intéressant !  » dis-je avec un léger sourire, sans montrer mon apathie à son travail. « Je ne suis qu'une simple infirmière au St Ann Hospital...  » L'infirmière fait toujours rêver les hommes ; ça ne changera pas d'ici des décennies ! « Et non, je n'ai pas avec moi mon uniforme !  » Je lui lance un clin d'oeil et je m'approche de lui pour lui souffler à l'oreille dans un murmure. « Mais je n'en ai pas besoin pour te faire plaisir » Je mordille son lobe d'oreille et je retourne sagement à ma place tout en remontant ma main qui caresse sa cuisse un peu plus haut. Je sais être directe et je ne vais pas par quatre chemin ; et puis, j'ai vite vu qu'il était très réceptif à mes approches et mes allusions. D'ailleurs, il me propose de l'accompagner chez lui après qu'il m'offre un dernier verre. « Pourquoi pas... Je dois voir avec Reese ! Peut-être qu'elle souhaite nous accompagner avec ton ami. C'était toujours plus amusant à plusieurs, non ? » Il acquiesce de la tête ! Je me lève de ma chaise en pressant sa cuisse, puis je m'approche de lui à nouveau en déposant un léger baiser furtif aux coins de ses lèvres. Je m'échappe pour attraper la main de Reese afin de lui faire comprendre de me suivre un peu plus loin pour échanger nos avis plus discrètement.
Les deux hommes nous toisent en sirotant leur bière et je regarde Reese avec un léger sourire. « Ta boisson à un goût de pisse ou alors on va chez mon gars ? Il vient déjà de me proposer de le suivre chez lui. Mais, j'ai envie de continuer la soirée avec toi... On essaye de voir si on peut terminer la soirée à 4 chez lui? Tu en penses quoi ? » Même si l'alchimie passe bien avec mon gars, cela peut-être différent avec celui de Reese et il est hors de question de la laisser seule. C'est rare que je pense aux besoins et envies des autres avant les miens mais c'est différent avec Reese. Les deux hommes nous dévisagent avec envie et cela me fait sourire. « J'ai l'impression que l'un veut nous prendre en sandwich dans son lit ! » dis-je avec un rire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: When nothing goes right... go left. ◊ Terry   Dim 19 Juin - 19:19

S'il y en avait une qui ne perdait pas de temps, c'était bien Terry. De son poste d'observation, du coin de l'œil, Reese pouvait voir que sa pote avait passé la cinquième sans la moindre difficulté, vitesse de croisière, et zoupla, roulez jeunesse ! Le challenge n'était pas très élevé ce soir et Reese ne comptait pas faire la difficile. Le mot d'ordre était simple, c'est à dire faire n'importe quoi, et si ça leur permettait d'arriver plus rapidement au sommet, pourquoi pas. N'empêche que dans d'autres circonstances, la blonde ce serait rapidement emmerdé à obtenir si facilement ce qu'elle voulait. Qu'en était y-il du jeu de séduction, si la route était aussi plate qu'une autoroute, sans vitesse de croisière ? Le message était clair : ces types la avaient juste envie de les mettre dans leur lit, sûrement des morts de faim eux aussi, mais qui ne s'attendaient sans doute pas à ce que leurs deux proies soient des énergumènes telles que Terry et Reese. Ca la faisait halluciner d'ailleurs cette espèce de naïveté machiste. C'est vrai quoi, c'étaient elles qui étaient en train de faire tout le job, histoire que ça se termine en plus si affinités, mais attention des que c'étaient les nanas qui prenaient le dessus, rien allait plus. En gros il fallait qu'elles soient des putes, mais des putes dociles.

Elle était encore en plein babillage lorsque sa copine fit un geste pour la proposer de la suivre un peu plus loin où ils ne pourraient pas participer à la suite de l'échange. L'expression salace des deux gars de plus en plus visible ne trompait personne. Sûrement étaient t-ils en train de penser qu'ils étaient en train de remporter le jackpot.

- Tu leur proposes un plan à plusieurs, tu m'étonnes qu'il t'ouvre en grand les portes de son appart, rigola t-elle. Tous des gros pertes dégueulasse. Mais bon, s'ils pensaient qu'ils allaient pouvoir l'intimider avec ca... En tout cas regarde, je pense qu'ils ont plus ou moins la même conversation que nous... Tu veux te le taper ou pas ? Tourner autour du pot, pourquoi faire ? Elle en tout cas, elle n'était pas contre tirer son coup. On va chez lui, si jamais ça devient relou, on verra. Elle haussa les épaules. Il fallait prendre la vie comme elle venait un peu, et avec toutes les perdes qu'elle avait eu aujourd'hui, elle ne disait pas non.

Elles revinrent sur leurs pas, puisque le plus dur était fait, le reste était dans la poche. Elles acceptèrent de bon de grâce et Reese continua de déblatérer à propos de sa fausse vie, sur le trajet menant à leur nouveau territoire. Ca la faisait toujours marrer que les gens prennent pour argent comptant toutes les conneries qu'on pouvait leur proférer, surtout lorsque dans son cas, le mensonge était aussi gros.

- Ah ouais quand même, sympa l'appart, commenta t-elle en le entrant dans la pièce principale, très moderne, mais décorée sans aucune personnalité. Son mec à elle lui avait passé un bras autour de la taille depuis qu'ils étaient partis et il l'entraîna directement sur la meilleure place du canapé. Lui aussi devait bien connaître les lieux.

Elle se demanda quand elle allait vraiment passer à l'action, parce qu'elle était curieuse malgré tout du plan qu'eux mêmes avaient élaborés. Il fallait être vraiment conne pour penser qu'il n'y en avait pas, et si les ramener ici faisait partie de la première étape, la soirée commençait véritablement maintenant. Elle loucha sur Terry pour prendre la température. C'était son dom Juan à elle qui était chargé de leur apporter de nouvelles boissons, histoire de les emporter bien à fond dans la déchéance. Patiente, en attendant qu'il prenne l'initiative, afin de connaître pour de vrai son état d'esprit, elle laissa sa main se balader sur la sienne et elle joua avec ses doigts. Si elle se tapait un peu du regard des autres et que l'emballer tout de suite ne lui posait aucun problème de pudeur, c'était entre meufs qu'elles avaient commencé leurs petites affaires.

- Et ensuite, c'est soirée jeux de société ? Fit elle innocemment mais pour débloquer la situation, dont elle trouvait qu'elle commençait à faire du sur place.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: When nothing goes right... go left. ◊ Terry   

Revenir en haut Aller en bas
 
When nothing goes right... go left. ◊ Terry
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Terry Jownes' Trial
» 03. This is the way you left me
» [ Quelques Explications ... ] - [ RAW Impact + Rob Terry ]
» Terry Vs Christian Vs HHH ( ++ Flair / Edge ) P1
» Carnet de Terry black swan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2016-2017-
Sauter vers: