keep your friends close and the people whose flat your broke into closer when hungover w/ Paloma

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
▪ messages : 1175
▪ dispo pour un rp ? : yep (2/3, rudy, you?)
▪ avatar : Pierre Niney
▪ âge : vingt-sept ans.
▪ statut : en couple.
▪ occupation : acteur.

MessageSujet: keep your friends close and the people whose flat your broke into closer when hungover w/ Paloma   Mar 15 Mar - 6:08

Au fond, Il avait du mal à croire sa chance. Quelle était la probabilité qu'il débarque chez quelqu'un de confiance, le jour où il confondait l'appartement de Leo avec celui d'un inconnu. Et, well, techniquement parlant, Paloma était bien une inconnue. Ils ne s'étaient rencontrés qu'une seule fois, là encore dans des circonstances plus que douteuses, et pourtant, pourtant Charlie avait l'étrange impression de la connaître depuis longtemps. Peut-être parce que sa douceur lui évoquait celle de sa sœur, peut-être parce qu'elle ne l'avait pas jeté dehors en le découvrant chez à presque six heures du matin, peut-être parce qu'elle l'avait écouté sans se moquer, sans lui donner l'impression qu'elle n'attendait que le moment qu'il s'endorme pour appeler le Sun et toute la clique des torchons qui relataient ses aventures quotidiennes depuis le début de sa carrière. Paloma semblait être quelqu'un de gentil. Aussi gentil qu'on pouvait paraître après s'être introduit illégalement sur un tournage ou avoir été réveillé aux aurores par un acteur à moitié ivre.

Oui, Paloma semblait être quelqu'un de gentil. L'inviter à bruncher était la décision la plus indiquée, dans cette situation – pas que Charlie ait lu le moindre manuel ou eut la moindre expérience, c'était du bon sens, tout simplement. Et puis, même si la première (ou deuxième, en l'occurrence) impression était la bonne, le risque qu'elle aille raconter à la presse ce qu'elle savait à son sujet était toujours là, tapis dans l'ombre. Charlie n'était pas naturellement méfiant mais avec les années et les déceptions, il avait appris à discerner les gens intéressés par sa célébrité des gens qui l'appréciaient sincèrement. Si tout le poussait à ranger Paloma dans la seconde catégorie, il préférait rester sur ses gardes encore un moment, juste pour s'assurer qu'elle était bien aussi sincère qu'elle en avait l'air.

Son somme terminé et ses quelques effets personnels – son portefeuille et son portable complètement mort, autrement dit toute sa vie dans quelques grammes de cuir et de technologie – il l'entraîna jusqu'à un petit restaurant qu'il connaissait suffisamment bien pour savoir que personne ne viendrait les déranger. La dernière chose qu'il désirait, c'était voir leur photo dans les journaux et les rumeurs et autres spéculations qui circuleraient. Elle ne méritait pas ça. « Commande ce que tu veux, c'est moi qui offre » fit-il, une fois qu'ils furent installés. Ses paupières étaient encore lourdes et son dos, horriblement raide mais ce n'était pas exactement sa toute première gueule de bois. Probablement pas la dernière non plus. Quelque chose lui disait qu'il n'aurait, toutefois, pas toujours une Paloma pour prendre soin de lui. « Merci pour ce matin, murmura-t-il en se penchant vers elle, je sais que c'était assez, comment dire ? Bizarre et probablement un peu flippant pour toi, je suis désolé, mais merci, vraiment. Je sais pas où j'aurais atterri si j'avais ouvert une autre porte que la tienne » ajouta-t-il, dans une faible tentative de plaisanterie. Quelqu'un d'autre aurait probablement alerté la police. Oh, le scandale qu'il avait évité en débarquant dans le bon appartement. Même si, dans le fond, c'était le mauvais.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
i'm gonna love you now, like it's all i have pulling me further, further than i've been before. making me stronger, shaking me right to the core. i don't know what's in the stars, never heard it from above, the world isn't ours but i know what's in my heart. if you ain't mine i'll be torn apart. i don't know who's gonna kiss you when i'm gone.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: keep your friends close and the people whose flat your broke into closer when hungover w/ Paloma   Mer 23 Mar - 21:22



L'air frais matinal me surprit lorsque je posai le pied dehors. Levant les yeux vers le ciel et le soleil - puis ma montre, je réalisai qu'il n'était même pas encore onze heures. La journée me semblait pourtant déjà bien entamée. Il faut dire qu'elle avait commencé particulièrement tôt. Je jetai un oeil sur ma gauche et observai Charlie avancer tant bien que mal. Comparé à son état il y a seulement quelques heures, il s'en sortait étonnamment bien, son petit somme avait apparemment porté ses fruits. Me balader avec le jeune homme à travers les rues de Londres semblait complètement irréel. Je réfléchissais encore à l'infime probabilité qui l'avait conduit jusqu'à - et par delà - la porte de mon appartement, lorsque nous nous arrêtèrent. Nous avions atteint le fameux restaurant, dont Charlie vantait les mérites - et la discrétion, ce que j'appréciais également. L'acteur n'était pas sous son meilleur jour ce matin, éviter les photographies semblait donc indiqué et, pour ma part, je n'avais aucune envie de finir à la une des journaux en sa compagnie. Pas que je n'apprécie pas cette dernière, au contraire, Charlie s'était révélé être l'une des personnes les plus naturelles et adorables que j'avais eu l'occasion de rencontrer, de ce que j'avais vu jusque là. Mais je ne cherchais pas la célébrité, et c'était même plutôt contre-indiqué professionnellement.

Nous nous installâmes tranquillement à une table, face à face. « Commande ce que tu veux, c'est moi qui offre » précisa-t-il de nouveau alors que je commençais à parcourir le menu des yeux. Je me demandai un instant si lui arriverait à avaler quelque chose aussi avec la nuit qu'il venait de passer. Je n'eus toutefois pas le temps de répliquer, il se pencha vers moi et murmura : « Merci pour ce matin, je sais que c'était assez, comment dire ? Bizarre et probablement un peu flippant pour toi, je suis désolé, mais merci, vraiment. Je sais pas où j'aurais atterri si j'avais ouvert une autre porte que la tienne. ». Un léger sourire étira mon visage à ses paroles, qui semblaient maladroites et sincères, alors que je l'observais avec attention.

Il était vrai que les premières minutes de ma journée avaient été délicates et mouvementées, mais, heureusement pour lui, je n'avais rien contre un peu d'adrénaline. Et j'avais été bien soulagée de découvrir que c'était lui et non un cambrioleur. Notre rencontre avait été pour le moins étonnante - et donnait une nouvelle dimension au concept de "visite surprise" - mais je n'en étais pas moins contente de le revoir. Bien que ce que j'avais vu ce matin m'inquiétait. Si je me fiais à mon instinct et mes premières impressions, Charlie était un homme bien, qui ne méritait pas de vivre ça. Mais des choses horribles arrivaient constamment à des gens en or, et j'espérais du fond du cœur qu'il arriverait à s'en remettre. C'était étrange de se dire qu'il n'était pourtant, objectivement, qu'un inconnu ou presque. Ce n'était tellement pas ainsi que je le ressentais. Sans doute était-ce parce qu'il m'avait mise tellement à l'aise lors de notre rencontre ou simplement parce que le destin semblait nous mettre dans les pattes l'un de l'autre quand on en avait besoin. On semblait tomber opportunément l'un sur l'autre, se sauvant la mise. J'étais dans une situation délicate lorsque j'étais tombée sur lui et aujourd'hui, c'était lui qui semblait avoir besoin de quelqu'un.

J'acquiesçai doucement à ses paroles, avant de répondre dans un murmure : « You don't have to apologize, you know. It was nothing. You would have done the same for me. ». Je n'essayais pas spécialement de le rassurer par ces paroles, je pensais sincèrement chacun de mes mots. Peut-être avais-je tort, peut-être était-ce juste un acte, une gentillesse feinte qu'il affichait, mais je n'y croyais pas. J'hésitai un instant à tendre la main vers lui, mais refrénais mon geste. L'endroit était certes discret, il n'apprécierait peut-être pas pour autant des démonstrations d'affection et soutien en public. Et puis, je ferais peut-être mieux d'attendre la troisième rencontre pour ça. À la place, je continuai sur un ton un peu plus léger en émotions, même si tout autant honnête.

« In fact, you already have. » j'ajoutai avec un sourire plus franc, moins sérieux. « If it wasn't for you, I could have been kicked out of Cambridge or, at least, I wouldn't be where I am today. ». Il était peut-être tombé sur le bon appartement aujourd'hui, mais j'avais déjà eu la chance inouïe de tomber sur la bonne loge il y a quelques années. S'il avait appelé la sécurité, cela aurait sans aucun doute figuré sur mon dossier académique, si ce n'est sur mon casier judiciaire et je n'en serais pas là aujourd'hui dans ma carrière. « So let's call it even. » Après tout, à part ma nuit écourtée, il n'y avait pas vraiment eu de dommages. Et il n'avait pas vomi dans mon appartement, ce qui était un grand plus - au vu de son état, il était raisonnable de s'en être inquiété. « Still let you pay for the brunch, though. Everything here seems delicious and you did wake me up pretty early. » Il était peut-être un peu tôt pour le taquiner sur le sujet, aussi je continuai sans lui laisser le temps de parler - et s'excuser à nouveau. « So, what happened to you last night ? » je demandai plutôt, curieuse de finalement connaître toute l'histoire - à supposer qu'il s'en souvenait.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
▪ messages : 1175
▪ dispo pour un rp ? : yep (2/3, rudy, you?)
▪ avatar : Pierre Niney
▪ âge : vingt-sept ans.
▪ statut : en couple.
▪ occupation : acteur.

MessageSujet: Re: keep your friends close and the people whose flat your broke into closer when hungover w/ Paloma   Mar 5 Avr - 23:34

Peut-être qu'un jour, il parlerait de sa rencontre avec Paloma à quelqu'un, potentiellement un scénariste qui tournerait ça en histoire d'amour un peu niaise, un peu moderne, un peu dans l'air du temps. Peut-être que le film de leur rencontre ferait des millions d'entrées, peut-être même qu'on le laisserait jouer son propre rôle. Ou juste une petite cameo, pour la blague. Parce que vraiment, ce genre de choses n'arrivait pas dans la réalité. On ne se retrouvait pas chez une connaissance en entrant par effraction dans un appartement inconnu. Non, on atterrissait plutôt chez les flics, en cellule de dégrisement. Alors même si le destin se payait une bonne tranche de rire aux dépens de Charlie depuis un moment, sur ce coup-là, la vie lui avait fait une fleur. Il devenait poète avec la gueule de bois, manifestement. Avec un peu de chance – ce dont il semblait bénéficier un peu trop largement aujourd'hui, so better not get his hopes up – il aurait l'intelligence de ne pas étaler ce ramassis de conneries devant Paloma. A sa place, il aurait plutôt peur d'entendre ce genre de choses. Il n'avait aucune arrière pensée pourtant, mais on voyait rarement une femme et un homme être de simples amis au cinéma, surtout après s'être rencontrés de la sorte. Non, on en ferait une espèce de grande histoire d'amour rocambolesque. Charlie, lui, avait simplement besoin d'une amie.

Il sourit, ravi de la simplicité qu'il captait chez cette fille. Sa sincérité, aussi, était rafraîchissante pour quelqu'un si habitué aux faux-semblants et aux amitiés offertes par pur intérêt. Le cinéma n'était pas franchement un monde de contes de fées, même s'il s'était laissé aller à y croire en croisant la route de Nevil. Quelle belle connerie d'ailleurs. « I would have, yeah. If you ever wander around in Greenwich after a party, you can come knock at my door » répondit-il en riant. Pas trop fort, non, mieux valait éviter les excès d'hilarité sonore pour le moment ou sa migraine pourrait bien finir par repointer le bout de son nez. Il croisa les mains, menton posé au sommet, sans la moindre honte d'être presque avachi en public. Sa mère aurait tiqué, certainement, straighten your back and everything. Il y avait certainement une bonne blague ou deux à faire sur sa sexualité, chaque fois qu'elle lui demandait de se redresser mais elle n'aurait probablement pas ri. Ça ne l'enchantait pas vraiment d'avoir un fils loin d'être hétérosexuel. La pauvre était toujours convaincue qu'il s'agissait d'une simple phase.

Il chassa sa mère de son esprit pour se concentrer sur Paloma qui souriait et il ne put s'empêcher de rire à nouveau au souvenir de leur première rencontre. « Honestly, that's probably one of my best memories from Cambridge. I talked about it once or twice in interviews. People love it. Never said your name though, so don't worry, the secret's safe » précisa-t-il avec un clin d’œil. Ce n'était pas tous les jours qu'on se faisait surprendre, à moitié nu, par une inconnue. Heureusement pour lui, Paloma n'était pas une fan hystérique ni déséquilibrée ou cette entrevue aurait pu très mal finir pour lui. Elle l'avait fait rire, au final, et c'était probablement pour ça qu'il n'avait pas alerté la sécurité. Evidemment, les équipes des Maraudeurs n'avaient pas été ravies d'apprendre qu'il avait laissé filer une intruse sans les informer. Tant pis.

Une grimace étira brièvement ses traits lorsqu'elle lui demanda ce qui lui était arrivé la nuit dernière, probablement curieuse de savoir comment il avait pu atterrir devant sa porte – ou plutôt, dans son appartement – dans cet état. Un serveur parvint à leur hauteur, lui accordant un moment de répit. Il le remercia d'un sourire bref en prenant la carte, qu'il parcourut vaguement. Il prenait toujours la même chose en venant ici et ce n'était pas aujourd'hui que ça changerait, gueule de bois ou non. « I went out with some friends. Partied a bit too hard and I guess I should have followed Leo to go home. Or to go to his place. Because I ended up at yours » expliqua-t-il en haussant les épaules. Ça semblait simple, dit comme ça. Innocent presque. Bien loin de la vérité, surtout, et de l'avidité avec laquelle il se jetait à corps perdu dans l'alcool ces derniers temps. « To be honest, I, well, it's kinda my thing lately. Partying, drinking and spending the next day hungover and miserable » Il tenta d'en rire mais ça sonnait plutôt comme un gémissement plaintif. Damn. « It makes things easier. With Nevil being dead and everything, especially with the guy they hired to replace him. He looks so much like Nevil, I swear it's insane » Et douloureux, surtout. Mais ça, il n'était pas prêt à le dire à voix haute. Non, mieux valait s'oublier dans l'alcool et les inconnus. Mature, comme comportement.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
i'm gonna love you now, like it's all i have pulling me further, further than i've been before. making me stronger, shaking me right to the core. i don't know what's in the stars, never heard it from above, the world isn't ours but i know what's in my heart. if you ain't mine i'll be torn apart. i don't know who's gonna kiss you when i'm gone.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: keep your friends close and the people whose flat your broke into closer when hungover w/ Paloma   

Revenir en haut Aller en bas
 
keep your friends close and the people whose flat your broke into closer when hungover w/ Paloma
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Keep your friends close, and your ennemies closer.
» Keep your friends close and your rivals even closer • Athénaïs
» Jewel • Keep your friends close, keep your enemies closer
» The Haitian People Need a Lobbyist
» Rèl kay Makorèl: sanble nou gen boat people ki peri nan Boyton

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2016-2017-
Sauter vers: