joliver # don't stop me now

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: joliver # don't stop me now   Dim 13 Mar - 21:17

« and don't look for me cuz I'm gone! » La chanson se termina en apothéose avec un grand coup de baguette sur ses cymbales de la part d'Oli. Jordan se mît à applaudir tout en sautillant avec excitation, avant de placer ses deux auriculaires dans sa bouche et de siffler bruyamment. Les clients du bar applaudissaient eux aussi, certains plus par politesse qu'autre chose, d'autres ayant vraiment eu l'air d'apprécier le set, ce qui emplis la jeune femme de fierté. « Merci ! » Zac s'écria dans le micro. « On est les Purple Bats ! Vous pouvez nous tchecker sur Facebook et Twitter, et écouter nos morceaux sur Spotify si ça vous chante ! » Il y eu une nouvelle salve d'applaudissement et de bruits de bouche divers, comme les membres du groupe d'Oli quittaient la scène avant de disparaître dans la pièce qui leur servait de coulisse. Un de leur pote monta sur scène pour commencer à ranger, et elle le suivit pour l'aider. Elle faisait souvent ça, quand elle accompagnait Oli à l'un de leur show. Elle avait toujours un trop plein d'énergie après un concert, et c'était un moyen comme un autre d'en faire quelque chose. Elle finit de ranger l'une des deux guitare, puis se tourna vers lui pour voir s'il avait encore besoin d'elle. Comme il lui répondit que non, qu'il ne restait que la batterie et que c'était celle du bar, elle s'étira un peu avant de se diriger vers un groupe d'amis qu'elle avait aperçu un peu plus tôt. Les Purple Bats étaient loin d'être connus, mais ils étaient assez populaires auprès les élèves de Holland Park. De fait quand elle arriva à leur hauteur, ils étaient une bonne vingtaine. Elle leur dit bonsoir, joignant leur conversation qui tournait autour de la prochaine grosse soirée prévue par une élève de leur lycée. Celle-ci, qui était au courant de la "popularité" de Jordan sur les réseaux sociaux, l'avait invité, mais elle hésitait à y aller. Une demi-heure plus tard, Jordan était en pleine discussion avec un mec de son cours d'histoire quand elle aperçut son meilleur ami au bar, accoudé en face d'une jolie fille qui le regardait d'un œil mi-intéressé, mi-amusé. Un sourire machiavélique se dessina sur ses lèvres. Après avoir dit au revoir à son ami, elle se dirigea vers eux. « Yoooooo beau-gosse! Quel show, tu exsudais le charme c'était fou ! » s'exclama-t-elle en lui déposant un baiser sonore sur la joue. Du coin de l'œil, elle observa la réaction de la fille - très, très jolie, décidément, mais cela ne l'a surprenait pas, Oliver avait bon goût - pour voir comment elle prenait cette interruption. Elle la fixait du regard, non pas d'un air agacé ou jaloux, mais plutôt... appréciatif. Interesting. « Tu ne me présentes pas à ta nouvelle amie? » demanda-t-elle, sachant pertinent qu'elle venait de cockbloquer son souffre-douleur préféré et que celui-ci serait probablement loin d'être ravis. Elle s'en fichait éperdument. Si l'empêcher d'avoir de l'action pendant un certain temps lui permettait de réaliser que ses sentiments pour une certaine brunette de leur connaissance étaient tout sauf fraternels, ça valait largement le coup (et puis, c'était hilarant, aussi, nous n'allons pas nous mentir, mais toujours avoir l'air parfaitement innocente était son secret pour partir à la conquête du monde).
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: joliver # don't stop me now   Mer 13 Avr - 18:42

Vendredi soir. Comme souvent, je joue avec mon groupe dans un club. Ce sont les soirées les plus sympas. Nos copains viennent, on joue de la musique, on boit des coups et, le plus souvent, on rencontre des jolies filles. Que demande le peuple ? Aujourd’hui, le concert s’est plutôt bien passé. Une bonne nouvelle, compte tenu des derniers. Zac n’a pas trop joué solo et n’a même pas ignoré nos existences. Il commence peut-être (enfin) à comprendre que nous ne sommes pas des stars et que, quoiqu’il arrive, un groupe de rock sans batterie ça perd un peu de son intérêt. Une fois le concert terminé, je fonce dans les vestiaires prendre une douche. La batterie, ça fatigue l’air de rien et je sors toujours de scène couvert de sueur. Assez répugnant. En plus, ce soir la batterie sur laquelle j’ai joué appartient au bar dans lequel nous sommes et je n’ai pas besoin de passer trois quart d’heure à la démonter et à la ranger avec amour. Ce qui est une plutôt bonne nouvelle.

Vingt minutes après la fin du concert, je ressors des coulisses, tout beau tout propre et me dirige vers le bar, histoire de prendre une petite (une immense) bière avant d’aller rigoler avec mes copains. Je m’assois sur un tabouret en attendant que le barman s’intéresse à moi en retweetant quelques-unes de nos rares fans qui étaient présentes ce soir et que j’entends couiner quelques minutes plus tard. Elles ont dû recevoir la notification. Je souris et commande une bière. Quelques instants plus tard, j’entends le bruit d’un tabouret qu’on tire à côté de moi. Une fille d’une vingtaine d’années, plutôt magnifique, s’assoit à côté de moi. Je lui adresse un grand sourire et engage la conversation. Avant même que je n’ai eu le temps de finir de prononcer le nom de mon groupe en me présentant, je sens des lèvres se poser sur ma joue que j’essuie machinalement. « Yoooooo beau-gosse! Quel show, tu exsudais le charme c'était fou ! » Jordan. Ma meilleure amie mais aussi la plus grande cockblockeuse de l’histoire du XXIème siècle. Probablement depuis l’invention du terme d’ailleurs. Je lui fais les gros yeux et la regarde avec mon air qui veut dire « dégage Jordan dégage Jordan dégage Jordan dégage Jordan ». Je sais qu’elle sait parfaitement ce que veut dire ce regard. Je sais aussi qu’elle s’apprête à l’ignorer purement et simplement, comme d’habitude. Je ferme les yeux un instant, gêné. « Tu ne me présentes pas à ta nouvelle amie? » Je fronce les sourcils et la prend dans mes bras en la soulevant et en la reposant deux mètres plus loin. « Non, non, non, non, non. Retourne voir d’autres gens et laisse-nous tranquilles merci Jordanounette, on en parlera demain matin, ohalala il est tard t’as vu l’heure ? Il faut que t’y ailles ? Oh zut, alors ! Bon c’est triste mais on se revoit bientôt, au rEVOIR JOR- » Je m’apprête à faire un câlin à mon amie pour lui dire au revoir quand une main arrive entre nous et me coupe dans mon élan. « Bonsoir, enchantée. Je m’appelle Marianne, et toi ? » Je me retourne et me trouve nez à nez avec la fille que je draguais il y a cinq minutes. « Elle s’appelle Jordan ET ELLE DOIT Y ALLER !!! » Je regarde Jordan avec un air suppliant de chiot. Si elle résiste à celui-là, elle est sans cœur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: joliver # don't stop me now   Sam 30 Avr - 22:36

Jordan avait deux missions dans sa vie : dénoncer les inégalités pour mieux les corriger, et emmerder royalement son meilleur ami. C'était là un devoir qui lui tenait particulièrement à cœur, et elle avait développé un talent indéniable pour le "cockblocage d'Olivers". Elle ne le faisait pas tout le temps, bien entendu, elle n'était pas cruelle à ce point (quoique, c'était à voir), mais elle le faisait suffisamment pour qu'Oli sache et voie quand ça arrive, comme c'était le cas à présent. Elle pouvait presque l'entendre lui crier de dégager, et elle avait peine à se retenir de rire. Elle éprouvait un malin plaisir à l'empêcher de conclure. C'était tout simplement une bonne leçon - une qui rentrait difficilement dans la tête de son idiot de meilleure ami, il fallait bien le dire. 1) les filles ne sont pas des objets dont tu peux disposer sans considérations ensuite ; 2) regarde, tu as une fille parfaitement mignonne qui t'aimes, là, juste devant tes yeux, et je suis sûre à 99% que tes sentiments pour elle sont en réalité tout sauf platoniques. Malheureusement pour Jordan, elle se faisait un devoir de se montrer subtile, et il fallait bien avouer que la subtilité, avec Oliver... Eh bien, ça ne fonctionnait pas des masses. Mais elle préférait en rester là, parce que c'était à lui - et à Grace - de gérer leur histoire, pas à elle. Elle n'avait pas à les pousser dans les bras l'un dans l'autre, à les forcer, car ça n'aboutirait à rien de bon. C'était à eux de se trouver, de se comprendre. Elle ne pouvait que les pousser dans la bonne voie.

Néanmoins, il fallait bien avouer qu'exaspérer le jeune garçon était follement amusant. Jordan ne pouvait dissimuler son sourire narquois et ses yeux rieurs, comme celui-ci la prenait par le bras, dans une tentative tout sauf subtile pour se débarrasser d'elle. Elle peinait à retenir son rire, et voir Oliver se faire interrompre par la jolie jeune femme, alors qu'il continuait de la pousser vers la sortie, manqua de la faire s'écrouler de rire. Elle pencha la tête d'un air curieux, observant l'autre jeune femme avec intérêt, alors que son ami persévérait dans ses inutiles tentatives pour se débarrasser d'elle. Elle l'ignora superbement, tendant à la place la main à la jeune fille. « Enchantée, Marianne » Elle laissa le prénom rouler sur sa langue. Le regard de l'autre adolescente se mît à pétiller avec malice. Jordan ne pût s'empêcher de hausser un sourcil intéressé. « Pardonne Oliver, il est toujours... particulièrement en forme après un set » ajouta-t-elle avec un petit clin d'œil en direction de son meilleur ami, qui semblait n'avoir qu'une envie, creuser un trou pour s'y enterrer. « Oh, mais je lui pardonne avec plaisir » répondit-elle en la regardant d'un air entendu, avant de se passer une main dans les cheveux. « Par contre, ce que je ne lui pardonne pas, c'est de m'avoir caché qu'il connaissait une aussi jolie jeune femme. » Les yeux de Jordan s'agrandirent légèrement, mais la surprise laissa vite le pas à de l'amusement. Elle sourit à Marianne d'un air conspirateur, bien consciente de l'air consterné qu'affichait son ami de toujours. « C'est vrai qu'il a un talent pour repérer la plus belle fille dans n'importe quel lieu, mais - elle tourna un regard pétillant de malice vers lui - il n'aime pas trop partager. » Son apparence entière exsudait de sarcasme. Oh, how the tables have turned pensa-t-elle avec un nouveau sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: joliver # don't stop me now   

Revenir en haut Aller en bas
 
joliver # don't stop me now
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 05_ i just can't stop loving you
» 01. Don't stop me now !
» 222 t-shirts et du stop-motion
» ♍ I Can't Stop - Flux Pavilion ♪
» ❝ Trying to tell you stop, but your lipstick got me so out of breath ❞ Azure & Conrad.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2016-2017-
Sauter vers: