When you want to leave this boring place and an angel came up (ft Andréa)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: When you want to leave this boring place and an angel came up (ft Andréa)   Jeu 10 Mar - 16:42

Magnes toi! crie mon amie a travers tout l'appartement. Je soupire tout en attrapant une veste accrochée dans l'entrée. Mais qu'est ce que tu fou! On va etre en retard! Hurla t elle a présent... Elle voulait me rendre sourde avant l'heure ou quoi?

Je suis a coté je te signale... Maugréais je tout en enfilant mon manteau. Notre troisième colocataire sortait enfin de la salle de bain. Robe rouge (beaucoup trop voyante a mon gout) maquillage, chaussures a talon. Bref, tout mon contraire.
Charlie tu plaisantes!
Me dit elle en me dévisageant.

Quoi? Dis je en haussant les épaules. Je savais très bien que ma tenue ne lui convenait pas. Et franchement je m'en fichais... Elle avait déjà réussit a me trainer a cette fête, il fallait pas abuser non plus.

Un jean Charlotte! Dit elle presque scandalisée. A une fête! Mon Dieu je la déteste déjà. Et pas uniquement pour m'avoir appelée autrement que Charlie. Arriverais je a ne pas la tuer avant la fin de la soirée? Mystère...

Bon on y va ? Sinon je vous préviens je reste la! Dis je en croisant les bras. Ça faisait bien 20 minutes qu'on poireautait dans l'entrée a cause d'elle.

Mon autre coloc' attrapa un manteau et ouvrit la porte. Elle expliqua qu'on était déjà bien en retard et qu'il était trop tard pour que je me change et que j'étais très bien comme ça. Je ne sais pas si c'était parce qu'elle voulait me voir sortir de chez nous avant que je ne me précipite dans ma chambre, ou simplement parce qu'on était vraiment en retard. Par contre, durant le trajet, j'avais du subir tout un discours sur la façon de s'habiller pour les fêtes. Je regrettais amèrement de ne pas avoir pris mon MP3.

Cette fête c'était plus ou moins ce qu'on appelait une "Back to School Party". Les fameuses fêtes ou l'ami d'un ami a invité ta copine qui t'invites a son tour... Et au final tu te retrouves entourée de gens que tu ne connais pas. Il faut être un minimum sociable dans ce genre de soirée, sinon t'es bonne pour tenir la chandelle toute la nuit. Par chance (ou pas) mes deux coloc y était invités... Sauf qu'une fois passé l'entrée elles m'avaient planté la pour aller voir des gens qu'elles connaissaient. Avec pour seule consigne "amuses toi bien". Génial... Et je fais quoi maintenant? Je soupirais, tout en les regardant s'éloigner, puis je me dirigeais alors vers le buffet pour boire quelque chose. A quoi ça servait de m'avoir trainée la en fait? Surtout si c'était pour me laisser en plan même pas une minute après avoir débarqué?

Je me pose dans un coin et regardes autour de moi si je ne trouve pas de tête familière. La pièce est grande, le gars qui habite la ne doit pas être fauché... Et vu le nombre de personnes qui dansent sur la musique au milieu, l'info a l'air d'avoir bien circulé. Il me suffit de me déplacer quelques centimètre pour voir le DJ au platines. "Docteur Pressure" raisonne a fond dans les enceintes et je commence déjà a avoir mal a la tête.

Super, ça fait a peine 5 minutes que je suis la et je commence déjà a avoir mal au crane. Je bois d'un trait mon verre de... A vrai dire je ne sais absolument pas ce que c'est, et commence a me déplacer autour des danseurs. Toujours aucunes têtes familières. Ah si, ma coloc... Qui est déjà à genoux sur un mec que je ne connais pas et qui lui lave tranquillement les amygdales. Bon. Eh bien je ne suis pas prête de sortir de la. Ah oui, un truc génial quand tu viens accompagnée c'est que tu ne peux pas te tirer en douce d'une fête ou tu te fais chier. A croire qu'elle ont des yeux partout.

Je repère facilement un endroit calme et m'éloigne des duo qui se forment sur la piste. La mélodie me dit quelque chose... "Pussycat Dolls" je crois c'est pas vraiment un truc que j'écoute... C'est surtout ma coloc qui a tendance a allumer la radio dans l'appart et ne jamais l'éteindre. Toujours est il que c'est plus supportable. Je passe la tête a travers la double porte vitrée qui donne sur un balcon désert. Magnifique! Enfin seule! Je prends soin de me poser a un endroit allez loin des portes pour ne pas être vue et avoir la paix. A quoi ça sert d’être ici si c'est pour s'isoler me direz vous... Eh bien tout simplement parce qu'on m'a forcé a venir et que je ne pouvais plus reculer. Après 4 refus pour cause de "boulot", l'excuse ne fonctionnait plus. Il fallait sérieusement que je me recycle en arguments bidons...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: When you want to leave this boring place and an angel came up (ft Andréa)   Jeu 10 Mar - 17:57


Ce n'était pas une rumeur, il y avait bien une fête ce soir dans le quartier de Clapham. Vous savez, ce quartier bilingue (et pire que ça même) dans le sud de Londres. Au début, je n'étais pas très réjouissant à l'idée d'aller à une fête où de toute façon je n'avais pas ma place. C'est vrai quoi, je ne connaissais personne. J'avais aussi d'autres chats à fouetter que de faire la fête. Cependant, j'avais changé d'idée à la dernière minute. Je m'étais dit qu'en fin de compte, cela pourrait être bien, que j'allais rencontrer des gens et peut-être me faire des amis. C'est ce qui a de compliquer quand on vient d'ailleurs. Au moins, j'étais avantagée avec la langue. Le fait de venir des États-Unis d'Amérique aider à la compréhension de la jolie langue anglaise, bien que nos deux dialectes ne soient pas totalement les mêmes. Débarquer à Londres était pourtant loin d'être une chose facile. En arrivant ici, la première chose que j'avais pu constater- en dehors de la beauté des paysages – était la nourriture anglaise. Elle était très différente que celle que nous, les Américains, avons l'habitude de consommer. Malheureusement pour moi, j'avais bien vite compris que je ne trouverais pas de beurre de cacahouète en faisant mes courses. Pas grave, au moins il y avait toujours le chocolat !

Pourquoi je parle de nourriture déjà ? Ah oui, à cause du buffet qui était devant moi. Vous l'avez compris, j'ai finalement décidé de me rendre à cette fête, habillé d'une robe bleue foncé et d'escarpin noir. Si ce n'était pas une fête, je me serais habillée autrement. Le buffet en disait déjà assez long sur le propriétaire de l'appartement. Il devait avoir de sacré ressource financière pour se permettre tout ça. De mon côté, j'étais en train de me demander ce que j'allais pouvoir goûter. La plupart des aliments présents ne me disaient rien. Je vous ai déjà dit que j'avais troqué ma ville natale pour la capitale anglaise ?  Autant pour moi alors. Après quelques minutes de réflexion instance, j'ai décidé de ne pas me prendre plus la tête avec le buffet et choisissait ce qui venait en premier tout en écoutant la musique qui passait, que je n'aime pas au passage. L'organisateur avait vraiment de mauvais goûts musicaux. J'en regrettais presque d'avoir changé d'avis. Il faut dire que pour le moment, j'étais encore bien seul et que je n'avais fait aucune rencontre. De temps à autre, je jette un coup d'œil pour voir les gens présents. On ne sait jamais, avec tout ce monde de présent, il y avait peut-être une chance, aussi minuscule soit -elle, de croiser un camarade de l'université.

Bien que contente d'être ici, j'avais plus l'impression de m'ennuyais que de m'amuser. Après ma découverte du buffet, je tournais en rond dans la pièce, faisant semblant de chercher quelqu'un. Quelques secondes plus tard, un parfait inconnu m'inviter à danser. A cet instant, la seule question que je me posais était : « pourquoi il m'invite à danser ». On ne se connait même pas tous les deux. Quoi qu'il en soit, c'était bien sympathique de sa part que je n'avais pas refusée sa proposition. La musique était toujours pourrit à mon goût, mais ma conversation avec mon partenaire de danse – ou du moins ce que je pouvais comprendre – me fit totalement oublier la musique en elle-même. Trois musiques plus tard, je me trouvais seul, sans mon partenaire qui avait soudainement disparu de la piste, prétextant avoir besoin d'aller boire. Dans un sens, ce n'est pas plus mal. Ça me permet de m'échapper, pour prendre l'air. Non pas que j'étouffe à l'intérieur, mais j'avais réellement besoin de prendre l'air. Regardant devant moi, j'aperçus un balcon non loin d'où je suis. Que demande de mieux ? Sans plus tarder, je me dirigeais vers l'endroit. Je m’aperçus assez vite que je n'étais pas seule. Il y avait cette jeune femme brune. Contrairement à moi, elle n'avait pas l'air d'être contente d'être venue à cette fête. Et si je lui tenais compagnie ? C'est une bonne idée non ? Ça nous permettra de faire connaissance et elle se sentira sûrement moins seule. Pourtant, sur le moment j'avais complètement l'air ridicule. Je ne savais pas quoi lui dire pour lancer la conversation. Je me demandais d'ailleurs pourquoi elle était seule. Lorsque je croisais son regard, il était trop tard pour faire reculer. Il fallait bien que je dise quelques choses.

« Salut … alors qu'est-ce qui t'amène sur ce balcon ? Tu as besoin de prendre l'air toi aussi ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: When you want to leave this boring place and an angel came up (ft Andréa)   Jeu 10 Mar - 18:50

Je n'étais pas quelqu'un qui fumait en temps normal... Mais là, les avants bras posés sur la rambarde du balcon les yeux fixant la rue en bas, je m'en serais bien grillée une. Il faisait encore bon et pas trop noir pour y voir quelque chose, surtout grâce aux lampadaire de la rue. Du coup, j’apercevais les allées et venues devants la porte d'entrée de l'immeuble. Je souris, imaginant être la voisine de ce genre de fête, vu la musique assez forte je doutais qu'on ne vienne pas sonner a la porte d'ici quelques temps.
Ça avait été le cas les rare fois ou on avait fait un truc a notre appart (nos voisins nous adore depuis). Mais la bas au moins j'avais ma chambre ou je pouvais me réfugier. Ici j'étais en train de m'ennuyer a mourir. Du coup, j'observais les alentours; me demandant si la gouttière sur le coté était assez bien attachée pour que je descende par la.

Le rire d'une des fille dans la rue me ramena a la raison. C'était stupide, il suffisait juste d'attendre et puis voila. Laisser le temps passer et reste seule ici. C'était tout. Sauf que c'était long. Que je n'étais pas patiente... Et que j'avais une quantité de leçons qu'il fallait que j’apprenne. Durant les 5 minutes d'après je m'étais contentée de compter le nombre de fenêtres en face. C'était tout aussi chiant, mais ça passait le temps. Ensuite j'avais trié les voitures garées le long du trottoir en fonction de leur couleurs. Puis, j'avais compté le nombre de passants dans la rue, en dehors de ceux qui venaient pour la fête. La moyenne des passants dans cette fichue rue était plus que désolante. Deux gars avaient promené leur chiens. Une femme rentrait dans l'immeuble d'en face, elle venait probablement de rentrer de son travail ou quelque chose comme ça. Une autre nana zonait plus ou moins, bouteille a la main, tout en parlant dans une langue que je ne connaissais pas.

Je poussais un profond soupir, m'appuyant sur mes bras pour m'écarter de la barrière et me tournais pour rentrer dans l'appart. C'est bon, j'en avais ma claque d’être ici et j'avais passé assez de temps a essayer de trouver une occupation. Tant pis, j'allais rentrer que ça plaise a mes coloc ou pas.

Et, alors que je jetais un dernier coup d’œil dans la rue en bas et que je me faisais un pas pour me diriger dans l'appartement, une personne rentra. Me faisant pratiquement mourir de peur. Je ne m'attendais pas a ce que quelqu'un arrive ici. Je me tenais la poitrine, murmurant un Holy shits! Tout en essayant de ne pas aggraver mon cas en jurant beaucoup trop.

La peur, l’agacement et le stress sont les seuls instants ou une rivière d'insultes coule dans ma bouche. Je ponctue toutes mes phrases d'un juron et ça ne s’arrête qu'une fois que j'ai trouvé ce que je cherche ou que je me calme. Je vois qu'elle a l'air désolé de m'avoir fait flipper. Et son sourire me fait aussitôt sourire a mon tour. Je la dévisage complètement, profitant probablement du peu de pénombre qu'il y avait pour cacher ce rouge qui me montait au joues. Cette femme était juste magnifique et une fois la peur passée, j'avais pu remarquer son magnifique sourire et la lueur de ses yeux. Durant les secondes qui suivirent, je m'étais attardée sur sa silhouette... Et je revenais rapidement a son regard interrogateur. Oups je crois que j'ai trop abusé des mauvaises manières. J'ai laissé trop de temps avant de répondre, en tout cas plus que la normale. Et je l'ai aussi dévisagé, beaucoup trop...

Heuu... Salut! Dis je avec un énorme sourire (probablement très débile). Merde, c'était quoi sa question? Ah oui! Ouais je... Arrêtes de la fixer comme ça Charlie, elle va te prendre pour une psychopathe! (Elle est vachement sexy quand même...) Réponds a sa fichue question tu la dévisages après! La... La musique était trop forte ça... Ça me donnait mal a la tête. Dis je tout en continuant de la fixer.

Bon, je crois que je vais rester sur le balcon moi... La soirée devient, d'un coup, beaucoup plus intéressante. Gosh! Elle est canon cette fille, ça devrait être interdit! Je me mords la lèvre inférieure, tout en détaillant son magnifique visage et sa coiffure. J'avais une subite envie de l'embrasser la, tout de suite. Je ne savais même pas son nom mais je savais une seule chose... Elle faisait naitre en moi des choses que je n'avais jamais ressenties avant. Il fallait que je me calme et que je me raisonne. En fait, c'était vachement flippant d'avoir envie d'embrasser une inconnue comme ça. Je commençais a me demander si je n'étais pas malade ou quelque chose comme ça... Je levais ma main pour toucher mon front avec l'intérieur de mon poignet. Tout était normal. Enfin j'avais chaud, mais pas de quoi s'alarmer.

Un long silence passa sans que je ne sache quoi rajouter. Le sourire toujours aussi niait collé au visage, je fini par me réveiller de mon coma Heu... étoikesketufaisla? Dis je précipitamment (si vite qu'elle devait probablement pas avoir compris grand chose), tentant de combler le malaise dans lequel je me mettais toute seule. T'avais pas plus court? T'aurais aussi pu dire "gnéfregneu" que ça aurait été plus compréhensible! Pathétique. T'es pathétique ma pauvre fille.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: When you want to leave this boring place and an angel came up (ft Andréa)   Jeu 10 Mar - 20:24

Je n'allais quand même pas rester planter seule au milieu de la piste. Tant pis pour le cavalier. Il a bien le droit d'aller s'hydrater, mais laisser une fille en plan ça ne se fait pas. En réalité, plusieurs options s'offrent à moi : trouver un autre partenaire, danser toute seule - et avoir l'air ridicule - ou fuir. La première option n'était pas une des plus simplistes et la seconde va me ridiculiser. La dernière en revanche me va très bien. Ainsi, je n'aurais plus à supporter la musique : trop forte et trop pourri – enfin pas tous – pour moi. Atteindre le balcon était un véritable jeu de piste ou un labyrinthe, c'est comme vous voulez, ça revient au même au final. Pour pouvoir y accéder, encore faut-il que j'arrive à me frayer un passage parmi les invités qui sont restées clouer sur la piste de danse. C'est à peine s'il ne faut pas se tordre dans tous les sens et là aussi vous avez l'air ridicule. Jusqu'à preuve du contraire, je ne suis pas contorsionniste. Bon d'accord, j'exagère un peu la chose, mais il y a aussi du vrai ! Avec tout ce monde …

Un pas en avant, deux pas sur la gauche, se tourner sur le trois quarts, deux pas en arrière et … non. Je ne vais jamais m'en sortir si je continue comme ça, mais bousculer les gens pour atteindre l'air frais n'est pas très respectueux non plus. Je peux toujours essayer de leur demander de se bouger pour me laisser passer, mais qui aurait envie de le faire tout en étant en plein mouvement, en étant en train de se trémousser ? Hm Hm. La pour le coup, je crois que je n'ai pas trop le choix. Je vais devoir leur foncer dedans pour les faire bouger de place si je veux atteindre mon but : le balcon. Je souffle un bon coup et me lance à l'action. Des « pardon, excusez-moi » se font entendre tandis que je force le passage. Je suis malheureusement obligée de bousculer certains invités pour me faufiler en dehors de la piste. Heureusement, leurs mains sont vides. C'est bien pour tout le monde : leur verre ne risque pas de tomber et ma robe reste propre. Du moins, j'essaie de faire en sorte que.

Me voilà enfin sorti de la foule – qui s'élance et qui danse - (ceci est une référence à une autre chanson tout aussi pourri). Je peux enfin mettre un pied vers le balcon, puis deux. Mon regard trouve bien vite celui d'une jeune femme que je ne connais pas. Même moi qui suis hétéro, je ne peux pas le nier : elle est belle. Non mais qu'est-ce qui me prend ? J'ai vraiment l'air ridicule – une fois de plus – face à la situation. Je ne peux pas m'empêcher de l'observer. Même après lui avoir demandé ce qu'elle vient faire sur balcon, je ne me sens pas moins ridicule. Apparemment, je lui ai fait peur. Ce n'était pas du tout mon intention. En guise d'excuse, je lui souris l'air gêné. Un blanc s'installe dans la conversation, j'en viens à me demander si quelque chose ne va pas pour elle. Elle finit cependant par prendre la parole. Je ne peux qu'être d'accord avec elle sur la musique. Elle sort aussi une phrase quasi incompréhensible, vu la vitesse de parole. C'est une chance pour elle que je sois américaine. Le débit de parole n'est pas un problème et j'ai parfaitement compris ce qu'elle voulait dire. Je ne sais pas si elle avait remarqué mon accent très américanisé. J'essayais de faire de mon mieux pour m'adapter aux anglais, après tout il faut bien se faire comprendre pour vivre à Londres.

« Je suis bien d'accord avec toi. Oh moi, mon partenaire inconnu à décider de me laisser prendre racine sur la piste. J'avais vraiment besoin de prendre l'air. Et puis il a vraiment beaucoup trop de monde. »

Elle était tellement belle. Je m'en mordrais la lèvre inférieure, discrètement. Je n'ai même pas remarqué qu'elle porte un jean. Qu'est-ce qu'il ne va pas cher moi ? Trouver une femme belle n'est pas un crime, mais le fait est que je ne suis pas un homme et que je pense dure comme fer depuis toujours que je suis hétéro. On dirait bien que la vie à encore son lot de surprise à m'offrir. Cessant de la regarder de manière inappropriée, je me rends compte que je ne me suis pas présentée et que c'était très impoli de ma part. Je ne connais pas non plus son nom, mais une belle femme comme elle devait avoir un prénom de princesse.

« Au fait, je m'appelle Andréa et toi ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: When you want to leave this boring place and an angel came up (ft Andréa)   Jeu 10 Mar - 22:00

Je restais plantée comme un piquet, face a elle, le sourire beaucoup trop grand pour être normal. Les yeux complètement hypnotisés par son visage parfait. Mais elle continuait de me parler comme si de rien n'était, comme si je n'étais pas figée comme une demeurée... Sa façon de me fixer me laissais croire que je ne la rendais pas indifférente... Et puis je me baffais mentalement pour avoir penser qu'une femme comme elle pourrait avoir des sentiments pour moi. C'était ridicule. Je suis même sure qu'en temps normal elle ne m'aurait même pas regardé...

Elle se mit alors a parler de la fête et je ne pu qu’acquiescer suite a ses dires. Au moins je n'étais pas toute seule a penser qu'on était trop nombreux ici. Même si il y avait assez de place. En plus, j'étais persuadée qu'il risquerait d'y avoir encore du monde au fur et a mesure que la soirée avançait. Tout comme j'avais un mauvais pressentiment sur la fin de cette soirée. Enfin, pas pour moi, surtout pour le mec qui avait l'appart!

C'est clair, encore un peut et on fini tous dans l'appartement du dessous. Oh non pitié, pas tes expressions imagées débiles! C'est même pas drôle en plus, tu me fais hontes... Je fis un petit rire histoire de m'enfoncer encore plus. C'est moi ou tout ce que je raconte a l'air totalement stupide?

Elle se mordit la lèvre et instinctivement mes yeux tombent sur ses lèvres. J'ai vraiment trop chaud... Et dire qu'on est dehors... Je tente de regarder ailleurs pour ne pas avoir cette vision de nous, de moi, la plaquant contre le mur de l'extérieur, l'embrassant comme si ma vie en dépendait. C'est pas possible, pense a autre chose que ça! Je vois alors sa main tendue vers moi, alors qu'elle me dit son prénom. Andréa. C'est un prénom qui lui va bien.

Je réalise alors qu'elle a toujours la main tendue vers moi et que je continue de la regarder. Un peu plus et y'a un filet de bave qui sort de ma bouche... Parles! Bouges! Fait quelque chose! Reste pas plantée la!

Charlie.
Dis je en m'empressant de lui serrer la main. Oh mon Dieu. Elle a les mains douces. Enfin... Heu c'est... Charlotte en vrai... Mais ça fait beaucoup trop "fillette de 8 ans", je déteste mon prénom... Alors heu... C'est Charlie. Tout le monde m'appelle comme ça.

J'avais l'impression de voir un double de moi juste a coté d'Andréa que se frappait le front tout en maugréant que j'étais complètement retardée. Tu veux pas lui dire aussi ce que t'as mangé ce midi?! C'est quoi cette tirade sur ta vie? Elle voulait juste avoir un prénom, pas tout le descriptif qui va avec!

Je remarque que j'ai toujours la main dans la sienne et que ça fait bien plus longtemps que la normale que je la tiens. A contre cœur je la lâche tout en me fustigeant. Il faut que j’arrête de fantasmer sur elle ou sur ce qui ne se passera jamais. Cette femme ne sortirait jamais avec une fille comme moi, ce genre de femme est 100% hétéro. D'ailleurs elle doit avoir une centaine de gars qui lui tourne autour. Je n'avais aucunes chances!

Tu ne viens pas d'ici hein? Demandais je avec un sourire en coin. Certes, elle parlait très bien l'anglais... Mais elle avait un accent bien différent de ceux du coin. Américaine? Tentais je sans etre vraiment sure... Elle pouvait tout aussi bien etre Australienne ou même Canadienne après tout.

Finalement avoir une conversation civilisé avec elle n'était pas si difficile! Je n'avais qu'a me tenir a une distance raisonnable et ça allait! Du coup, je m'étais dirigée a nouveau vers l'extérieur pour laisser plus de place a Andréa. Bien que le balcon était assez large, je lui bloquais le passage et elle n'avait fait qu'un seul pas en dehors de l'appartement.

Par chance, il y avait aussi des sièges de "jardin" avec une petite table dans un coin. Je m'étais avancé vers la gauche pour aller m'assoir sur une des chaises. Hors de questions que je retourne a l'intérieur, la musique était trop forte on aurait été obligée de crier pour se parler.Tu veux t'assoir?


Dernière édition par Charlotte Parker le Dim 13 Mar - 19:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: When you want to leave this boring place and an angel came up (ft Andréa)   Sam 12 Mar - 22:18

J'étais sans doute beaucoup trop occupée à la regarder pour remarquer les détails qui chiffonnent. Elle avait un joli sourire, qu'importe qu'il soit trop grand ou non, qu'importe également si elle porte un jean ou une robe. Les goûts et les couleurs ne se discutent pas. Nous sommes tous différents. Sa manière de me regarder en disait d'ailleurs assez pour me faire comprendre que je lui avais sans doute tapé dans l'œil. J'ignorais si elle pensait qu'elle ne me laissait pas indifférente ou si elle pensait le contraire. Moi-même j'avais du mal à me dire que je me suis complètement trompée sur moi-même. Si un jour on m'avait annoncé la possibilité que je sois bisexuelle, je pense que j'aurais répondu que c'était tout simplement impossible. Pourtant, il semblerait bien que ce soit le cas. Elle n'était pourtant pas la première femme que je croisais à Londres (ou ailleurs), ni la première belle femme, mais elle avait ce petit truc en plus qui était inexplicable et qui faisait le reste.

Je rigolais en visualisant la scène où toutes les personnes présentes dans cet appartement passe dans celui d'en dessous. L'espace était pourtant assez grand, mais avec tout ce monde, cela devient assez vite presque étouffant. Impossible de se parler correctement également à cause de la musique. De toutes manières, j'étais beaucoup mieux sur ce balcon, en train de discuter avec la jolie brune.

« Je crois que pour l'instant il y a assez de place pour tout le monde, mais je ne suis pas sûr que ce soit encore le cas très longtemps. »

Je ne sais pas pourquoi, mais plus je la vois et plus elle me plaît. C'est totalement idiot pas vrai ? En tous les cas, ce que je peux affirmer, c'est que cette rencontre est une bonne surprise. Mais ce serait encore mieux si je pouvais mettre un nom sur son visage. D'où la raison du pourquoi je lui ai demandé son prénom après m'être présenter. Ainsi, elle s'appelait Charlie. Je souriais lorsqu'elle m'explique le pourquoi du comment de son prénom. Je lui serre la main, accompagné d'un sourire.

« Enchantée de te connaître, Charlie. C'est un joli prénom. Si tu veux mon avis, ça te va beaucoup mieux que le vrai. »

Pourquoi est-ce que je lui dis ça moi ? Ça ne va pas dans la tête ou quoi ? Elle va finir par pensée que je la drague. Enfin, elle n'aurait pas totalement tort non plus. En plus de ça, ce que je viens de lui dire est tout à fait honnête et sincère.

« Bingo. Tu as tapé dans le mille. Je suis bien américaine. Je viens de Carmel, une petite ville californienne proche de San Francisco. Et toi, tu habites à Londres depuis longtemps ? »

Comment je le sais ? Je ne sais rien du tout, je le suppose, je le devine. Charlie avait tout d'une Anglaise. Même si elle pouvait venir d'une autre ville anglaise, j'avais mes raisons de penser qu'elle habitait dans la capitale depuis un bon moment. En ce qui me concerne, je viens de débarquer et j'avais plutôt intérêt à m'adapter assez rapidement à cette ville et aux anglais en général, parce que j'étais là pour un bon moment. Je ne sais même pas si elle connait la ville dont je parle. Après tout, Carmel était loin d'être aussi connu que San Francisco, Los Angeles, New-York ou toute autres grandes villes d'Amérique.

« Tu connais ? »

Je ne me suis même pas rendu compte que j'étais restée sur l'entrée du balcon depuis que j'avais commencé à discuter avec elle. En même temps, avec Charlie devant moi, ce n'était pas pratique pour passer, mais je ne lui en voulais pas. Je me déplaçais un peu plus sur le balcon même, lorsqu'elle me fit de la place avant de m'inviter à m'asseoir. C'était gentil de ça part de proposer et je n'allais pas refuser. Je crois que je suis debout depuis un peu trop longtemps et je ferais mieux de me bouger ou de m'asseoir si je ne veux pas prendre racine. Ce sera encore plus pratique pour discuter.

« Je crois que je ferais bien de m'asseoir, tu as raison. »


Faisant quelques pas supplémentaire, j'en viens à me retrouver assise sur un des sièges du balcon, non loin de Charlie d'ailleurs. Il faut bien avouer que je n'ai pas cherché midi à quatorze heures.

« Au fait, comment tu as atterri à cette fête ? Une copine invitée t'a invitée à son tour ?. Qu'est-ce que tu fais toute seule, on t'a laisser en plan ? Si c'est le cas, ce n'est pas très gentil. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: When you want to leave this boring place and an angel came up (ft Andréa)   Dim 13 Mar - 19:32

Heureusement pour moi (et pour mon cœur qui etait littéralement en train de me lâcher), elle ne semble pas voir que je suis très nerveuse... En même temps, c'est pas tous les jours qu'on tombe sous le charme de quelqu'un. Parce que c'est ça... C'est juste son physique, ses yeux magnifiquent, sa silhouette de rêve et ses cheveux qui donnent juste envie de passer la main dedans... Oh non! Arrêtes ça!

Je ne suis pas du genre a tomber sous le charme au premier regard. C'est la première fois que ça m'arrive et maintenant que je suis assise la, a discuter tranquillement avec elle je me rend compte que j'étais complètement paniquée. Maintenant je me raisonne, en me disant que ce n'était qu'une sorte de coup de foudre physique. Après tout, je ne la connais pas... Et c'est franchement pas mon style de me jeter sur les gens que je ne connais pas. Je ne veux pas parler d'amour, parce qu'ici il n'y a qu'une attirance physique pas vrai?

Je la remercie avec un sourire, ravie qu'elle trouve mon surnom plus joli que mon horrible prénom. Je croise les jambes, m'accoude sur la table de jardin et pose ma tête sur ma main, tout en écoutant le nom de sa ville. Ça ne me dit absolument rien...

Pas du tout, dis je avec une grimace désolée. San Francisco ça me dit déjà plus quelque chose... Mais bon, je n'ai pas beaucoup voyagé jusqu’à présent... Et je ne pense pas que j'aurais du temps pour ça. En tout cas, pas avant mes trente ans! dis je avec un petit rire. Avec ma troisième année de médecine qui s'entame, je n'ai absolument aucun temps de répits. Et si jamais j'ai du temps, c'est pour dormir ou réviser. Je sais que je pourrais toujours voir le monde après, quand j'aurais enfin un travail. Mais me connaissant, je ne suis pas sure d'avoir envie d'aller parcourir le monde toute seule. A moins que ça soit pour médecin du monde... Mais... Ça serait encore pour du travail et non des vacances.

J'ouvre la bouche pour commencer ma tirade, mais je me stoppe avant même qu'un son ne sorte de ma bouche. Non, je ne peux pas lui raconter toute ma vie... Elle s'en fiche royal. Je vais juste essayer de ne pas trop parler, d'éviter de trop la dévisager et de répondre brièvement a ses questions.

Mes coloc'. Elles étaient invités a cette fête et elles m'ont tiré la... Je ne suis pas très adepte des fêtes, mais il faut croire qu'en dehors de ma branche, les gens semblent savoir s'amuser... Et ils ne comprennent pas que ceux qui font médecine passent leur temps a bosser. Je marque une pause, voila que je dérogeais a la règle que je venais de me fixer. Il fallait que je tente de ne pas raconter ma vie, au risque de la voir s'en aller aussi vite fait qu'elle était venue.

Une fois qu'elles ont débarqué la, elles m'ont effectivement laissé en plan. Mais je suis sure que si je veux me barrer d'ici, elles seront les premières a me tomber dessus.
Je soupire. Je déteste ce genre de fête en plus... Tout le monde se côtoie mais personnes se connait, on est tous l'ami de l'ami et au final on se demande si le mec a vraiment invité des gens ou si c'est juste des squatteurs. Et puis, y'a trop de monde trop de bruits... La musique qui passe est ringarde et trop forte... Sérieusement c'est pas comme ça que je me vois m'amuser.

Je réalise que cette fille est peut être une amie proche ou même la sœur du mec qui fait cette fête. Que je viens de le plomber carrément en disant que c'était nul. Je lève alors les yeux vers Andréa. Enfin, pas qu'elle soit nulle pour les autres hein... Après tout ils ont l'air de s'amuser, eux au moins. Putain Charlie tu t'enfonces! Je secoue la tête en essayant de me cacher derrière ma main. Pitié, dis moi que tu connais pas personnellement le mec qui fait cette soirée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: When you want to leave this boring place and an angel came up (ft Andréa)   Mar 22 Mar - 22:13

Carmel était loin d'être aussi connu que les villes qui l’entourent. Je ne suis même pas sûr que les Américains qui n'y habitent pas la connaissent temps que ça, alors les Anglais ... il y encore moins de chance pour que cela soit le cas. Le fait d'habité dans une petite ville avait ses avantages : tout le monde se connaît, enfin presque. Mais ça a aussi ses avantages: pour aller étudier, il faut sortir de la ville et aller ailleurs. Personnellement, j'avais choisi San Francisco parce que c'était assez proche de chez moi et que je n'avais pas envie d'aller ailleurs, enfin, sauf pour aller étudier à l'international. C'est d'ailleurs la raison de ma venue à Londres. En parlant de voyage, Londres était sans doute la première destination aussi lointaine où je suis rendu. J’avais des objectifs dans ma vie et les études passaient au premier plan dans ma liste de choses à faire. Les voyages en Écosse ou au Canada – ou ailleurs – ce sera pour plus tard. Tout ça pour dire que je ne suis pas trop étonnée lorsque Charlie me confie ne pas connaître la ville d’où je viens.

« Je ne suis pas étonnée. Les Américains qui n’y habitent pas ne doivent pas être très nombreux à la connaître également. »

Si j’avais une carte des États-Unis d'Amérique sur moi, nul doute que je l’aurais déjà déplié pour lui montrer où cela se trouve. Si j’avais des photos je les aurais déjà sorties également pour lui montrer les beaux paysages de ma ville natale, mais je ne peux pas. Je suis venu les poches vides – ou presque, il a toujours des petits trucs dans la poche, on ne sait jamais – et je ne me balade pas avec la carte et des photos partout où je vais, ce serait vraiment très bizarre. Mais je suis certaine que ce n’est que partie remise. Je lui montrerai une prochaine fois, j’en ai beaucoup chez moi, ici à Londres. Je suis tellement attaché à ma ville, que j’aime en parler à tout le monde, même aux inconnus. Charlie n’était plus tant une inconnue que ça, mais je ne la connais pas plus que ça également.

« Je t’aurais bien montré quelques photos de nos superbes paysages, mais je n’en ai pas sur moi. Comme tu le vois, je ne me balade pas avec tout et n’importe quoi partout où je vais, parce que ça ferait très bizarre, mais le jour où l’occasion se présente, je t’en monterai sans hésiter. À cause des études ? Je comprends tout à fait, je suis aussi beaucoup concentré sur mes études pour atteindre les objectifs que je me suis fixé. Londres doit bien être la première destination aussi lointaine où je me suis rendus jusqu’à aujourd’hui. »

Je marquais une pause. Autant pour me laissait le temps de réfléchir à quoi dire, que de lui laissait le temps pour ajouter ce qu'elle veut me dire. J'en ai dis trop d'un coup.

« Oh tu fais de la médecine ?. Je comprends bien pourquoi ça ne te laisse pas beaucoup de temps pour les voyages. En tout cas, ce n’est pas très sympa de leur part de t’avoir planté là. Mais quelque chose me dit que tu ne passeras pas la fin de cette soirée toute seule, même si elle finira probablement sur ce balcon. »

Je parlais bien évidemment moi. J’avais bien l’intention de rester pour lui tenir compagnie et pas juste parce que je la trouve belle et que je crois savoir qu’elle me plaît. Enfin, il y a ça aussi, mais je n’allais pas la laissait finir la soirée toute seule. Tout le monde n’aime pas le même style de musique, mais je ne peux qu’être entièrement d’accord avec Charlie. Je n’aime pas non plus qui passe à cette fête. Il faut croire que mon partenaire de danse du tout à l’heure à su me faire oublier à quel point elle était mauvaise. Mauvaise en soi-même, mais aussi pour nos pauvres oreilles à cause de son bien trop fort. Je souris. Charlie semblait s’inquiéter du fait que je puisse connaître l’organisateur de la fête, mais ce n’était pas du tout le cas.

« La musique est mauvaise de tous les côtés, mauvaise en elle-même et mauvaise pour nos oreilles, car trop forte comme tu viens de le dire et si tu veux mon avis on est bien mieux sur ce balcon. Au moins, on peut discuter tranquillement. Oh non, ne t’en fais pas. Je ne connais pas ce mec, j’ai entendue parler de la fête comme pas mal de monde on dirait, mais je ne sais pas même qui en est l’organisateur. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: When you want to leave this boring place and an angel came up (ft Andréa)   Mer 23 Mar - 19:24

Je relève doucement la tête, voyant que finalement elle ne semblait pas plus amie que moi avec le type qui avait fait cette fête. J'étais soulagée tout en étant quelque peut nerveuse. J'avais l'impression de raconter ma vie (et surtout des choses inintéressantes) et ce n'était pas mon genre. Enfin, de parler sur des choses aussi futiles.

Depuis que j'étais rentré en première année de médecine, il fallait croire que mes conversations étaient plus... Cultivées ou... Quelque chose dans ce gout la. Par chance, elle ne semblait pas du tout agacée par mon babillage incessant. Elle commençait a son tour a me parler de sa ville, d'ailleurs ça m'avait fait sourire de voir qu'en fait elle était prête a me montrer des photos. Elle avait dit "plus tard", ce qui voulait dire qu'elle souhaitait me revoir?

Même si cette idée me rendait joyeuse comme une enfant le soir de Noël, je me disais que peut être qu'une fois la fête finie, elle m'oublierait facilement. Après tout ce n'était que des mots... Je laissais passer un silence, regardant a nouveaux les fenêtres d'en face. C'était plus sûr de regarder ailleurs que ne cesser de la dévorer du regard. Je passais une main derrière mon cou, essayant de combler le blanc. Je cherchais aussi a trouver un sujet de conversation intelligent ou quelque chose d’intéressant a raconter... Mais rien ne me venait a l'esprit.

J'ai grandit dans une petite ville aussi... Mais heu, je doute qu'elle soit aussi intéressante a visiter ou même a voir que la tienne. La campagne anglaise ça a son charme pour les étrangers... Mais ça reste la campagne, on se lasse vite.
Je réalisais qu'elle pourrait facilement croire que je vivais vraiment a la campagne, comme le genre de fille entourée de vaches et de cochons...

Quand je dis campagne c'est... Une façon de parler hein? C'était un petit village aussi. Ou tout le monde se connait, au point que tu ne puisses pas faire trois pas dans la rue sans te faire accoster par quelqu'un qui te demande comment va toute ta famille jusqu’à tes voisins les plus proches. Je faisais une grimace me souvenant très bien de ces moments ou j'attendais patiemment que mon père finisse sa conversation avec le voisin ou un type qu'on connaissait qui nous avait accosté. Je me souvenais aussi des moments ou, adolescente, j'avais usé de tous les moyens pour y échapper.

Je me rendais compte que je m'éparpillais a nouveau sur un sujet absolument inintéressant. Je me baffais pratiquement mentalement pour centrer la conversation sur mz stupide petite ville de campagne. Je tournais alors la tête vers elle avec un sourire, posant mes mains sur mes cuisses. Enfin je devrais dire essuyant mes mains complètement moites sur mon jeans, pour être plus exacte. C'était quoi mon fichu problème?

Sinon, tu fais quoi comme études? Enfin... A moins que tu ne bosses déjà?

Je n'avais absolument aucune idée de ce qu'elle pouvait faire dans la vie. Tout ce que je savais c'était son prénom et ou elle avait vécu. Je me mordais la lèvres inférieur pour stopper mes autres questions. Je n'allais pas non plus la harceler. C'était pas possible, je ne peux pas parler tranquillement avec quelqu'un sans avoir l'impression de me sentir débile?

Et puis, je me rendais compte que ce n'était pas moi le problème, mais cette magnifique jeune femme a mes cotés. Elle me faisait perdre tous mes moyens, au point de me rendre absolument et complètement idiote.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: When you want to leave this boring place and an angel came up (ft Andréa)   Sam 4 Juin - 23:13

J’étais persuadé que l’hôte de cette fête ne connaissait même pas la moitié de ses invités. C’est triste non . Eh bah tant pis pour lui, non ? Je voyais bien que Charlie était nerveuse et je me demandais bien pourquoi ? Est-ce que c’était à cause de moi ? Je ne savais pas quoi dire pour lui faire comprendre qu’elle n’avait pas à l’être avec moi. Je lui parlais de ma ville, et elle me parlait de la sienne. Évidemment, je n’avais pas dit « plus tard » juste pour caser un mot dans ma phrase. Non. J’aimerais bien la revoir, ça c’est sûr et je ferais tout mon possible – et même l’impossible pour que cela soit le cas.

« Et quel est le nom de cette petite ville ? Je ne dis pas que je connais, parce que à vrai dire, je ne connais pas très bien les petites villes d’ici, je suis plus habitué à celle que l’on trouve par chez moi, mais je serais curieuse de savoir. »

Alors que Charlie me parler de campagne, j’imaginais vraiment le concept de la campagne : la petite ville au fin fond de nulle part avec les vaches et tout ce qu’il va avec, mais elle ajouta que ça ne signifiait pas ce que je pensais. Je souriais, me sentant bête sur le coup. En même temps, si elle n’avait pas apporté cette précision, jamais je ne l’aurais deviné par moi-même.

« Je ne vais pas te cacher que j’imaginais vraiment la campagne. Quoique ça pourrait être sympa, mais peut-être pour longtemps. C’est un peu dérangeant parfois non . Enfin je veux dire, c’est sympa de papoter avec les voisins, mais répéter mille fois la même chose à plusieurs personnes, ça doit devenir lourd, non .. »

J’aimais beaucoup parler avec elle, peu importe le sujet, ça ne me posait aucun problème. Si je savais qu’elle étudier la médecine, elle en revanche ne savait pas ce que faisait dans la vie. Elle pouvait bien s’imaginer tous les scénarios possibles sur ma vie, mais décidait de me poser la question, me demandant même si je travaillais déjà.

« Non, je ne travaille pas encore et pour répondre à ta question, j’étudie dans l’enseignement. »

Charlie pouvait bien me posait toutes les questions qui lui passaient par la tête à mon sujet, je ne dirais pas non pour lui répondre. Il faut croire que j’avais un sacré problème depuis que j’étais arrivée sur ce balcon et je ne savais pas comment le résoudre. Au même moment, un mec se pointe avec de l’herbe et nous demande si l'on en veut. Je le regarde, hésite un moment puis déclare que j'en voulais, juste un peu. Je n’étais pas le genre de fille à fumer de l’herbe ni de joint ou autre, mais là… c’était une autre histoire et puis si ça peut aider, alors pourquoi pas, rien qu’une fois ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: When you want to leave this boring place and an angel came up (ft Andréa)   

Revenir en haut Aller en bas
 
When you want to leave this boring place and an angel came up (ft Andréa)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Harem de Sigmar - Les soeurs sont dans la place !!
» Place de l'unité à Montréal bientôt une réalité
» La place d'Haïti dans le monde
» Qui va à la chasse perd sa place [Pinsk Town-Thriller Bark, Rang D, Chasseurs de Prime, Balayage de zone]
» J'aurai tant aimé être à sa place [PV : Nami]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2016-2017 :: rps à potentiellement redéplacer-
Sauter vers: