i've been waiting for her // Lizzie et Ezra

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: i've been waiting for her // Lizzie et Ezra    Mar 8 Mar - 0:46

Au fil des ans, entre ses trois livres, bientôt quatre, Ezra devait avoir vendu approximativement 500 bouquins. Un maigre chiffre mais son éditeur ne lui avait toujours pas claqué la porte au nez et ses ouvrages étaient assez appréciés dans certains cercles culturels Londoniens, il n’était donc pas très frustré par ce manque de succès mainstream. Cependant, il aimait à penser que quelque part, il y avait quelqu’un qui avait lu chacun de  ses mots avec passion quelqu’un qui prenait plaisir à se replonger encore et encore au coeur des pages dans lesquelles il mettait toutes ses tripes. C’était un beau rêve, puis il y a eu Lizzie.


A vrai dire, Ez n’aurait jamais pensé trouver la personnification de son voeux secret en une lycéenne de dix-sept ans, mais elle était là. Il avait entendu parler d’elle il y a peu, après une rencontre impromptue au starbucks avec sa grande soeur Jane, alors qu’il faisait encore une fois démonstration de son éternelle sympathie. A l’instant même ou la jeune femme avait dit avoir vu son visage et son nom quelque part, l’écrivain s’était mis à espérer, espérer qu’elle lui dise ‘sur la couverture d’un bouquin’. Il avait attendu ce moment toute sa vie, et il y était enfin arrivé, il l’avait trouvée. Le soir même, Ezra, très décidé, s’étais mis en quête du blog de Lizzie, et fut surpris d’y trouver un article entier consacré à ses oeuvres, quelque chose qu’il n’aurait même pas pu imaginer. Très fier de son travail et confiant quant à son talent, cela ne l’empêchait pas de regretter le peu de press-coverage qui lui était offert, alors se voir comme ça, même sur le blog d’une adolescente, aux yeux de milliers de followers, c’était boostant. Vraiment. Et il en avait bien besoin.

Ce soir là, Ezra n’avait pas pu s’empêcher d’écrire à Lizzie, pour la remercier et pour lui faire une promesse. Elle serait la première à recevoir une copie reliée de son nouveau livre, et il tenait à lui remettre en main propre, c’était très important pour lui. Tout naturellement, une petite correspondance se mit en place entre la jeune prêtresse des réseaux sociaux et l’écrivain trentenaire en manque de reconnaissance. Lizzie le faisait beaucoup rire, comme une petite dose de fraicheur dans sa vie, un peu terne ces derniers temps, elle lui parlait de ses fanfictions et de sa passion pour instagram et tumblr, des trucs auxquels Ezra ne comprenait pas grand chose, mais il lisait toujours attentivement.

A peine une ou deux semaines plus tard, les livres étaient prêts à être envoyés, il venait de recevoir son carton friends & family et savait déjà à qui il allait remettre l’exemplaire tout en haut de la pile. Lizzie et lui devait se voir à Hyde Park, sur un banc bien spécifique, le parc était assez grand pour que l’un se trouve à un endroit et l’autre à l’opposé. Ezra fit l’effort de se raser, de mettre du parfum et enfila même une chemise presque bien repassée, il ne voulait pas avoir l’air d’un clochard et effrayer sa jeune amie. Il pensa même à faire une escale à son petit coffee shop favori - c’était fini le starbucks, never again - pour acheter des boissons chaudes qui seraient surement les bienvenues en vue de la température extérieure.

L’écrivain arriva quelques minutes en retard, un peu essoufflé et manquant de faire tomber les deux gobelets à plusieurs reprises. Lizzie était déjà là, assise tranquillement, il se dépêcha de la rejoindre, un sourire étincelant scotché sur son visage.  « Hey, sorry I’m late I was…I don’t know really, I’m just late » Ez bafouilla, toujours à bout de souffle et en plus un peu stressé, par peur de la décevoir. Il lui tendit un gobelet encore tiède et en profita pour sortir son paquet de cigarette de son sac, avant de s’arrêter net.  « Oh..er…does it bother you if I have one of those ? » Le genre de question qu’il ne prend jamais la peine de poser, mais là c’était une toute nouvelle situation. Il avait envie de faire très bonne impression et d’enterrer à jamais sa réputation de vieux gars chiant - essaye toujours - qui lui collait depuis toujours à la peau, même ses amies les plus proches s’accordaient à dire qu’il n’était pas très facile à vivre la plupart du temps.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: i've been waiting for her // Lizzie et Ezra    Ven 11 Mar - 20:51

J'allais le rencontrer. OH MY GOD. J'allais rencontrer Ezra Turner, mon auteur fétiche. Cette seule pensée m'avait tellement surexcitée que je n'en avais pas dormi de la nuit, après l'avoir annoncé en grande fanfare hier soir. En tant que fan, j'étais du genre absolu, sans demi-mesure. J'étais fan et je le faisais savoir de toutes les manières possibles, que ce soit en relisant une centaines de fois les bouquins ou en faisant articles sur articles sur mon blog. Même mes frères et soeurs en avaient bouffé du Turner. Tellement que je les avais saoulés pour qu'ils lisent ses bouquins à leur tour. En vain. Peu importait. Le jour où Ezra Turner avait pris contact avec moi, j'ai cru que j'allais faire une attaque. Je crois bien que mon cri a du résonner tellement fort dans la maison que les murs en ont tremblé. Il était étonnant de voir comment un corps plus chétif comme le mien était capable d'émettre des sons aussi puissants. Je me suis promenée partout dans la maison en sautillant joyeusement, annonçant qu"IL m'avait enfin contacté"! Lui, le grand auteur qui me fascinait tant. Bien entendu, je lui avais répondu rapidement, exprimant mon bonheur et ma fierté à grand renforts de compliments mielleux mais sincères. J'étais incapable de faire dans la demi-mesure, et à mon grand étonnement, Mr Turner semblait ravi de mon enthousiasme débordant. Alors je lui avais longuement expliqué ce que j'aimais dans ses bouquins, ce que je trouvais excitant, impressionnant, prenant. J'avais écrit mes plus belles phrases pour exprimer mon amour pour ses livres. Et puis il m'avait promis de m'offrir en main propre son nouveau livre. En main propre. Il ne savait pas combien ça comptait moins, combien c'était une preuve de reconnaissance, combien il allait me faire plaisir. Notre correspondance s'étala, et j'étais heureuse d'avoir trouvé en lui une oreille attentive et toujours prête à m'aider à améliorer ma prose. Il me faisait aussi beaucoup rire dans sa façon de s'exprimer, de me raconter ses combats pour trouver ses boissons au lait de soja, de me raconter comment il pouvait être difficile de comprendre les autres. En vérité, j'avais l'impression de le connaître avant même de l'avoir rencontré. Jane me raconta aussi leur rencontre et j'en ai beaucoup ri, car c'était tellement lui! Jamais je ne la remercierai assez pour nous avoir mis en contact.

C'était l'heure. Le moment ultime de la rencontre. Il m'avait donné rendez-vous à Hyde Park, magnifique lieu de rencontre et de discussions. J'avais mis plusieurs minutes à me décider sur ma tenue, cherchant quelque chose de pétillant mais aussi de pas trop enfantin. Je ne voulais pas passer pour plus jeune que je n'étais déjà. Je ne voulais pas qu'il me voit comme une enfant. Je voulais qu'il me voit comme une amie, comme une jeune femme pétillante, pas comme une enfant. Une fois arrivée sur place, je m'asseyais sur notre banc et je posais le gros sac à côté de moi. Un gros sac qui contenait en réalité trois bouquins. Parce que je ne pouvais décemment pas rencontrer mon auteur fétiche sans lui demander de dédicacer tous mes autres livres... Je soupirais doucement, avant d'afficher un sourire ravi en remarquant autour de moi les écureuils qui s'amusaient à passer d'arbres en arbres. Il était en retard. Bah, c'était pas comme si j'allais m'en formaliser. Les Graysons n'étaient pas réputés pour leur ponctualité -sauf quand il s'agissait de rendez-vous importants-. Au moment où je me demandais si je n'allais pas me lever pour observer les écureuils de plus près, une silhouette s'approcha. Un grand sourire s'afficha sur mon visage, tandis que je le laissais s'installer à côté de moi. Le pauvre semblait tellement essoufflé que j'avais envie de lui offrir un peu de mon air pour respirer. « Hey, sorry I’m late I was…I don’t know really, I’m just late » J'haussai les épaules en lui offrant un regard complice, pour lui signifier que ce n'était pas grave. Il était là, c'était tout ce qui comptait. Et je ne pouvais plus le lacher du regard, fascinée par mon idole. C'était sûrement peu mature et un peu stupide, mais je m'en foutais. Prenant le gobelet qu'il m'offrait, je le portais à mes lèvres, laissant échapper un "Mmh" de satisfaction. Heureusement, il y avait surement peu de caféine dans cette boisson, parce que Lizzie Grayon+caféine, c'était le chaos assuré. Une pile électrique puissance 10. « Oh..er…does it bother you if I have one of those ? » Il me posait vraiment la question. How cute! D'habitude, les fumeurs ne s'embêtaient pas de savoir si cela dérangeait les autres. Alors oui, j'étais touchée qu'il cherche à me faire plaisir. "Vas-y, ça ne me dérange pas du tout!" N'y tenant plus, je vins tout naturellement l'embrasser sur la joue avant de m'exclamer avec joie: "I'm sooo happy to see you! For real! You're exactly like I thought. Just so cute, and so perfect. And you're a brilliant author, I mean it." Oh bien sûr, je le lui avais dit une bonne centaine de fois par mail, mais en vrai, cela n'avait pas le même impact. Et je voulais le lui dire les yeux dans les yeux. Buvant une gorgée de cette boisson chaude qui était excellente, je rajoutais ensuite, mon sourire toujours vissé sur mes lèvres: "I like this thing, really! And... Oh, wait!" Me rappelant soudainement du sac que je traînais depuis chez moi, je l'attrapais et j'en sortais les trois livres. Les serrant contre moi un moment, je finis par les lui tendre doucement, un peu hésitante. Mes yeux brillaient d'admiration. "Can you sign those for me? Please?" Une occasion de rendre cet instant encore plus unique. Et surtout de passer de simples livres lus et relus à objets de collection que je chérirai toute ma vie. Car oui, Turner et moi, c'était pour la vie, j'en étais certaine.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: i've been waiting for her // Lizzie et Ezra    Dim 13 Mar - 22:46

Elle aussi elle était exactement comme il l’avait imaginée, pleine d’énergie et au sourire plus que contagieux. Ezra se laissa embrasser, lui même grand partisan de la bise, il appréciait cette petite marque d’affection, puis alluma sa cigarette étant désormais sur qu’il ne dérangerait pas Lizzie. Entendre les compliments de la jeune femme, les entendre et non pas les lire, cela lui faisait encore plus de bien, il se sentait revigoré et s’en foutait si son livre ne rencontrait pas le succès escompté, parce qu’elle, elle allait l’aimer. Enfin, il l’espérait de tout coeur du moins. Ce livre était un peu différent des autres, son éditeur l’avait supplié de s’orienter vers quelque chose d’un peu plus grand public et la transition avait été extrêmement difficile, mais il en était fier.

« Of course, I’ve never done that, it’s exciting ! » L’écrivain sautillait presque tant il était heureux d’enfin orner ses propres pages de sa signature. Il en avait toujours un des trois dans son sac, Thoughts, Pond et Double-Decker, les oeuvres de sa vie. Mais aujourd’hui, il avait le dernier bébé, le tout neuf que personne d’autre n’avait vu. Ezra sortit un feutre de son sac et ouvrit et feuilleta ses livres un à un, avant d’écrire un petit message à l’intérieur de chacun d’eux « To my amazing friend Lizzie, keep doing what you’re doing, I love you, Ezra. Is that okay ? » Il regarda la page, toujours aussi heureux et tendit les trois livres désormais signés à Lizzie.  « So, which one is your favourite ? » Ez demanda, réellement intéressé. Il se garderait de dire à la jeune lycéenne qu’il écrivait rarement avec l’esprit clair, tout particulièrement pour Thoughts, qui fut une expérience autant physique que mentale, mais il était tout à fait d’accord pour partager quelques secrets d’écritures, ses inspirations, ses croquis, ce genre de chose.

C’était la première fois qu’il pouvait discuter librement de sa passion et de tout ce qu’il avait accompli en sachant que la personne en face était intéressée. Ezra avala une longue gorgée de café et tira une dernière fois sur sa cigarette, il avait très envie de sortir son nouveau bouquin de son sac pour le montrer à Lizzie mais il voulait d’abord discuter un peu plus longuement avec elle, il lui avait préparé une petite surprise et préférait donc attendre le moment propice. L’écrivain se souvenait des quelques séances de dédicaces que son éditeur avait organisé par le passé, il s’était toujours dégonflé à la dernière minute, sachant pertinemment que personne ne viendrait le rencontrer, son ego était bien trop développé pour avoir à faire face à ce type d’humiliation. C’était bien ça le vrai problème, Ezra était convaincu de son génie et de son talent inestimable, le problème c’était les autres.

« Okay I can’t wait, we’ll keep on chatting afterwards but… yeah, here it is. » Il fit soudainement, incapable d’attendre plus longtemps. Le premier livre du premier carton était juste là. Ez le sortit de son sac, un peu tremblant. 477 pages, bien plus que d’habitude, des personnages avec un physique, une personnalité et un nom et une histoire qui suivait presque - il ne fallait pas non plus trop lui en demander - le schéma narratif classique. C’était tout nouveau et l’écriture s’était scindée en 50% de souffrance et 50% de plaisir, mais il avait terminé, il était là, The Staircase. C’est l’histoire de deux personnes et d’une cage d’escalier sur fond de Thatcher, de Guerre des Malouines et d’un peu de Fleetwood Mac. C’est très différent mais c’est toujours Ezra alors c’est déstructuré, parfois confus mais toujours plein de petits instants qui font ‘tilt’ et de réflexions intéressantes sur le sens de la vie. « I hope you like it just as much as the others. I was aiming for a new direction, it’s kinda different, but still me I promise. » Ez expliqua avant de tendre le livre à Lizzie en prenant bien soin de le retourner. Derrière, juste au dessus de la biographie de l’auteur, une petite citation de l’article qu’elle avait écrit sur lui. Celle-ci se trouvait sur tout les exemplaires, l’éditeur d’Ezra n’avait rien trouvé à redire, pour une fois que quelqu’un d’influent s’intéressait à lui, cela ne pouvait qu’augmenter les ventes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: i've been waiting for her // Lizzie et Ezra    Dim 5 Juin - 20:41

Le simple fait que mon écrivain préféré tienne en main l'un des bouquins me rendait heureuse. Ces livres que j'avais feuilleté un bon nombre de fois, que j'avais soigneusement gardé dans mon étagère, que je chérissais autant, voir plus que mon ordinateur portable. « To my amazing friend Lizzie, keep doing what you’re doing, I love you, Ezra. Is that okay ? » Hochant vivement la tête pour exprimer mon accord, j'observais les yeux brillants Ezra en train d'écrire sur les livres. Fantastique! C'était incroyable de penser que quelques lettres pouvaient rendre la valeur d'un livre inestimable. Et si je ne pourrais pas me vanter de posséder ces trésors face à mes camarades de classe -la plupart ne connaissait même pas le nom d'Ezra-, j'aurais au moins la satisfaction personnelle de le connaître et de l'avoir cotoyé, même quelques heures. « « So, which one is your favourite ? » » Sa question me fit sursauter, concentrée que j'étais sur sa façon d'écrire dans mes livres. Toutefois, je m'étais préparée à ce genre de question, et j'étais tellement habituée à écrire des avis et autres critiques sur les livres que je lisais, que cela ne me faisait plus peur. La seule chose qui aurait pu m'effrayer c'était qu'il doit déçu de ma réponse. Après une grande inspiration, je pris un air songeur avant de commencer doucement: "I like them all. But... I'm very fond of Double-Decker. 'cause it talks about people of London, and sometimes I'm feeling close to your descriptions. Sometimes I agree with you and sometimes I just want to punch you in the face, by reading your books! That's why I love them, 'cause I never get bored with you." Sur ce, j'éclatais de rire, bien consciente que mes paroles n'avaient certainement ni queue ni tête. J'exprimais facilement mes avis et j'espérais juste que je n'allais pas le froisser. Mais s'il me posait la question, c'était qu'il souhaitait une réponse honnète, non? Alors que je le laissais intégrer ce que je venais de dire, je récupérais mes livres et les rangeais soigneusement, non sans avoir passé ma main sur leurs couvertures, d'un geste plein d'affection. Relevant la tête, je vis alors qu'Ezra semblait impatient. Il faisait exactement la même tête que moi lorsque j'avais envie de raconter un secret mais qu'on m'avait interdit de le faire. Piplette comme j'étais, j'avais bien du mal à garder mon calme et à ne pas divulguer le pot au roses. En revanche, je pouvais être une tombe lorsqu'il s'agissait de garder un secret important aux yeux d'une personne qui m'était chère. Fronçant les sourcils, j'attendis avec impatience à mon tour qu'Ezra se décide enfin à cracher le morceau. « Okay I can’t wait, we’ll keep on chatting afterwards but… yeah, here it is. » J'écarquillais les yeux en le voyant sortir de son sac un livre tout neuf. Un livre qui m'était encore inconnu. Et pour cause, c'était son tout dernier livre qui allait paraître! « I hope you like it just as much as the others. I was aiming for a new direction, it’s kinda different, but still me I promise. » Je ne savais même pas s'il se rendait compte de l'effet de cette surprise sur moi. J'étais tellement heureuse que je ne savais plus quoi dire, me contentant de prendre le bouquin en balbutiant des remerciements incompréhensibles. Et alors que je baissais les yeux sur l'oeuvre, je vis la citation de mon article sur lui. Hyperactive et hypersensible, j'en étais presque prête à pleurer. Alors je fis la seule chose qui me vint à l'esprit pour montrer combien j'étais heureuse qu'il respecte mes écrits au point de me citer sur son dernier livre: je lui sautais au cou et le serrais de toutes mes petites forces, me fichant bien de savoir si cela l'ennuyait. Au bout de quelques minutes, je le laissais respirer et essuyer mes yeux humides avant de répondre avec beaucoup d'enthousiasme: "I'm sure it'll be perfect! And I promise I'll write something about it when I'll have finished it... Thanks for quoting me, It's really an honor." Haussant les épaules, je lui tendis un sourire ravi avant d'ajouter: "And sorry for the huging, I'm too much sensitive..." Observant avec attention la couverture du livre neuf, je ne croyais toujours pas que je tenais entre mes mains le tout premier exemplaire du nouveau livre d'Ezra. C'était tout simplement incroyable. Lançant un regard à l'écrivain, je ne pouvais me départir de mon sourire. "And now? You have some leads for an other book? If you need a muse, I'm volunteering! Or if you need some teenagers visions, I have some special creatures you'd want to meet..." Après tout, il y avait de la matière avec les énergumènes qui peuplaient le lycée...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: i've been waiting for her // Lizzie et Ezra    Sam 1 Oct - 0:05

C’était la première fois qu’Ezra parlait de vive voix avec quelqu’un qu’il ne connaissait pas et qui avait réellement lu ses bouquins, même son éditeur lisait en diagonal et, soyons honnêtes, s’en foutait un peu. C’était rafraîchissant et agissait comme un énorme boost d’énergie pour la suite, lui qui passait le plus clair de son temps à être démoralisé par tout et n’importe quoi. Double Decker then, choix intéressant. Il ne put s’empêcher de rire aux petits commentaires de Lizzie, ravi de voir que ses ouvrages pouvaient déclencher plus que de l’indifférence. Ez fut d’autant plus touché quand il apprit ne pas être ennuyeux, une caractéristique qu’on avait beaucoup associé à sa personne par le pensée. ’T’es chiant Ezra’, ‘Tu sors jamais Ezra, on dirait un vieux gars’, ‘Tu nous soules avec tes conneries de Nouveau Roman Ezra, trouve toi un hobby’. C’était répétitif à force et malgré sa capacité à se sentir mieux que tout le monde même quand c’était clairement pas le cas, il aimait se sentir écouté (ce qui venait probablement de son énorme ego aussi mais soit), savoir qu’il pouvait converser de toutes ces choses là dans la plus grande liberté.

Ça y’est, son nouveau livre avait sa première lectrice. Un peu surpris, Ez tapota timidement le dos de la jeune fille, ne sachant trop que faire dans ce genre de situation. Néanmoins il appréciait grandement qu’elle soit si heureuse à l’idée de recevoir ce tout premier exemplaire et lui fit savoir en lui lançant un sourire radieux une fois l’étreinte terminée. Un peu taciturne dans sa vie quotidienne, l’écrivain aimait beaucoup s’entourer de personnes pleines de dynamisme et de joie de vivre qui lui transmettait un peu de leur énergie débordante, juste assez pour ne pas sombrer dans le rien du tout. « Oh that’s fine, I really appreciate your enthusiasm and I really wanted to thank you for that blog post and I thought that quote was a good idea » fit-il en haussant les épaules.

On aurait pu parfaitement croire que Lizzie avait lu dans ses pensées. La première méthode d’Ezra pour trouver l’inspiration c’était les gens. N’importe lesquels, des gens qu’il rencontre, des gens qu’il connait, des gens qu’il observe de loin….Tout le monde y passe, chance est qu’un tiers de la population Londonienne a sa place dans son petit carnet à idées. De ce fait, dès que l’écrivain à l’occasion de discuter avec quelqu’un, il s’empresse de transformer la conversation en mini-interview à base de questions parfois un peu cocasses, qui lui servent ensuite à construire des personnages, des situations, des dialogues… Ainsi, il espérait beaucoup de cette rencontre avec la jeune fille et n’était pas déçu, celle-ci ayant l’air tout à fait ouverte à la possibilité de servir de boîte à idée à Ezra. De plus, il s’intéressait beaucoup à la jeunesse ces temps ci, un sujet qu’il connaissait très mal, ayant des habitudes de trentenaire depuis le lycée.

« Well…actually… » répondit-il en fouillant dans son sac sans fond à la recherche d’un des nombreux carnets qui le peuplait et en sorti, après quelques instants, un petit bloc note sur lequel était noté ‘character development’ ainsi qu’un stylo qui marchait à moitié. « That’s really interesting, I’d love to ask you a couple of questions for my next book, I’m working on young peeps and I don’t know a thing about the subject » Continua l’écrivain, stylo à la main, prêt à apprendre.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: i've been waiting for her // Lizzie et Ezra    

Revenir en haut Aller en bas
 
i've been waiting for her // Lizzie et Ezra
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 05. What the hell are you waiting for.
» Waiting for the miracle to come - Prio Morpheus.
» Waiting for the Grand BAYAKOU
» Lizzie croisée lhassa apso 10 ans ( rp)
» Flore de Clermont - "La raison du plus fort est toujours la meilleure"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2016-2017-
Sauter vers: