anipassion.com
 

 CHRISTIAN'S WEDDING DREAM ∆ everybody's invited

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
▪ messages : 441
▪ dispo pour un rp ? : Oui !
▪ avatar : Jack Falahee
▪ âge : 28 ans
▪ statut : Célibataire
▪ occupation : Professeur de piano ; ancien pianiste à succès

MessageSujet: CHRISTIAN'S WEDDING DREAM ∆ everybody's invited    Dim 6 Mar - 19:24

CHRISTOPHER & ADRIAN ARE GETTING MARRIED
Je n’arrive pas à croire que le jour soit arrivé. Je me regarde dans la glace, un peu tremblant, et ma mère glisse ses mains réconfortantes le long de mes épaules. « Tu es tellement beau, mon fils ». Elle a les yeux brillants, semble tellement émue. Quand je pense que j’aurais pu ne pas me marier, si nous n’avions pas réussi à surmonter nos différends, je n’en suis que plus heureux de vivre cette journée. Nos familles, nos amis sont là pour célébrer notre amour, cet amour qui dure depuis des années, presque depuis que nous sommes nés, même s’il a changé avec le temps. Je porte un costume bleu nuit, et un nœud papillon que ma mère réajuste en me forçant à me tourner sur moi même. Elle s’affaire pour ne pas me montrer son émotion. « Papa est là ? » je demande d’une voix lointaine. « En retard, comme toujours. Mais il arrive, tu le connais. » Je lui offre un sourire réconfortant et embrasse son front avec tendresse.

La première partie de la cérémonie se passe dans une petite salle que nous avons réservée et qui rappelle un peu une petite chapelle. Nous avons fait les choses en grand, bien entendu, parce que l’importance du mariage montre aux gens un peu de l’importance de notre amour. C’est là que nous nous disons « oui », comme un couple traditionnel, c’est là que nous nous consacrons notre amour. Ma mère passe le plus clair de son temps à pleurer sans la moindre once de discrétion, et mon père arrive au moment très précis où j’enfile la bague autour du doigt de Chris, mais dans l’ensemble, la cérémonie est très réussie, et une fois terminée, nous nous rendons en voiture jusqu’à la salle qui nous accueillera pour le vin d’honneur et la soirée, le reste des festivités en somme. Nous avons loué la salle dans une grande demeure à la bordure de Londres et disposons d’un grand parc et de chambres à coucher pour les invités souhaitant dormir – dont nous faisons partie, j’ai réclamé la plus grande et la plus belle chambre pour Chris & moi. S’ensuivra un voyage de noces dont nous n’avons pas encore choisi la destination, mais pour l’instant, je compte bien profiter de la soirée.

Alors que nous arrivons dans la salle où se tiendra le dîner, je m’empare de la main de Chris et embrasse ses lèvres. « On est officiellement mariés, tu sais ça ? » je l’interroge dans un sourire. « Ne reste plus que la première valse à danser et le mariage à consommer et tout sera officiel », j’ajoute non sans un sourire en coin. Je caresse sa joue avec beaucoup de tendresse. « Je t’aime. Je suis tellement heureux ». Je souris et attrape deux coupes de Champagne, lui en remettant une avant de l’emmener avec moi parmi les invités, le temps que tout le monde s’installe et trouve sa place.


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


Dernière édition par Adrian J. Fletcher le Dim 1 Mai - 12:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 768
▪ dispo pour un rp ? : yeah
▪ avatar : aaron tveit
▪ âge : 34
▪ statut : marié
▪ occupation : réalisateur

MessageSujet: Re: CHRISTIAN'S WEDDING DREAM ∆ everybody's invited    Dim 6 Mar - 23:34

Je suis anxieux, tellement anxieux que j'entends les battements de mon cœur comme si ils résonnaient dans mon crâne. Ce jour, je l'ai attendu des années et il a évidemment une importance démesurée pour le jeune homme que je suis, paré de son costume sobre et élégant, et surtout terrifié à l'idée que les choses ne se passent pas comme prévu. Jane m'aide avec ma cravate pour parer à mes mains qui tremblent un peu trop sous le coup de l'émotion. Je ne peux pas m'empêcher de lui demander. « Il va venir hein? » Question stupide sans doute. Nous n'avons pas eu une année facile avant celle-ci cela dit. Je crois que la peur que je ressens a son caractère rationnel. « Non, il a décidé d'élever des lamas dans les Andes. Évidemment qu'il va venir, respire un grand coup et tiens-toi tranquille. » Tout va bien se passer. Je prends une inspiration pour tenter de me calmer, de me convaincre qu'il n'y aucune raison de s'inquiéter. Mais très vite l'émotion me submerge et mes yeux s'embuent de larmes bien malgré moi. J'ai sûrement l'air d'un con, mais l'importance de cette journée ne m'aide pas à rationaliser et à contrôler l'émotion qui envahit mon coeur à l'idée de ce qui prépare. Je sors un petit mouchoir de mon costume et m'essuie les yeux. « Merci... » « Arrête ou je vais pleurer aussi. » réplique Jane qui a été là tout au long de la matinée pour m'aider et m'empêcher de m'agiter dans tous les sens sans doute. Après une accolade affectueuse elle reprend la parole :« T'es prêt ? » Je hoche la tête.

La cérémonie est sobre mais émouvante. J'essaye de ne pas trembler lorsque j'échange les alliances avec Adrian devant tous nos amis et la famille. Je suis sûr de moi, tellement sûr qu'il paraît alors idiot d'être aussi agité et tremblotant lorsque j'articule un I do presque chevrotant. Mes yeux croisent les siens, et mes lèvres les siennes, tandis que je lui promets amour et fidélité pour le reste de ce que sera notre longue vie commune.

Au vin d'honneur tout est prêt et j'ai pu compter sur mes sœurs pour régler les derniers détails que je n'ai pas pu prendre en charge. Tout est exactement comme nous l'avions prévu, et le regard pétillant de bonheur d'Adrian suffit à m'arracher un nouveau sourire ému. Nous nous embrassons alors une nouvelle fois et je regarde l'anneau accroché à son doigt en luttant pour ne pas l’inonder de larmes vu mon état émotionnel instable de la journée. « Je t'aime. Et je compte te faire pleurer au moins tout à l'heure avec mon discours, il n'y a pas de raison. My handsome readhead » Je plaisante, embrassant son épaule tandis que nous nous engageons à travers la foule d'invités une coupe de champagne à la main. Je ne le quitte plus, salue tout le monde en échange de nombreuses félicitations. Ce mariage, beaucoup de gens l'attendaient et j'en apprécie chaque minute. Pendant de longues semaines nous avons débattu chaque détail, de la couleur de nos smokings à celle des nappes et chemins de table, et aujourd'hui tout est juste comme nous l'avons imaginé. J'ai du mal à cacher l'explosion de bonheur qui a lieu dans mon coeur, même si très vite un dernier détail attire mon attention. « Aaron est arrivé ? » Je demande cela dit en balayant la salle du regard sans le remarquer à première vue. Ca ne devrait pas être si important, mais l'idée qu'Elizabeth ait réussi à le convaincre de rentrer après la cérémonie me traverse soudainement l'esprit.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
oh I believe in yesterday
Love is friendship that has caught fire. It is quiet understanding, mutual confidence, sharing and forgiving. It is loyalty through good and bad times

(c) Myuu.BANG!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: CHRISTIAN'S WEDDING DREAM ∆ everybody's invited    Lun 7 Mar - 17:42



Je n’arrivais pas à croire que Chris était marié. Ouah. Cela me faisait un choc. J’étais heureuse pour lui, bien entendu. Si quelqu’un sur cette Terre méritait d’être heureux, c’était bien lui. Et puis, ils étaient ensemble depuis toujours. Ce mariage n’était donc pas des plus étonnants, finalement. Je pensais toujours qu’il méritait mieux qu’Adrian, mais s’il le rendait heureux, c’était l’essentiel. J’avais eu le temps de me faire à l’idée, depuis le temps. Et si j’en voulais toujours énormément à Adrian d’avoir couché avec mon ex petit-ami, je ne le montrais pas. C’était l’un des points positifs d’être une actrice aussi talentueuse que moi : j’étais capable de faire semblant, de jouer la comédie. Oh, attention, tout n’était pas que façade et jeu d’actrice. L’immense sourire de joie que qui avait étiré mes lèvres toute la journée ne l’était pas. Les quelques larmes d’émotion qui avaient coulées durant la cérémonie ne l’étaient pas non plus. Seulement mon attitude envers l’homme qui était maintenant le mari de mon meilleur ami. Mais il valait mieux cela plutôt que de lui dire tout ce que je pensais de lui et gâcher le plus beau jour de la vie de Chris, non ? Oui, c’était ce que je me disais aussi. J’étais témoin de ce mariage. Leur témoin. J’avais abandonné l’espoir d’être sa demoiselle d’honneur lorsque Lizzie était venue au monde – trop de compétitrices plus le fait que, de toute façon, à l’époque, je m’imaginais encore comme étant la future mariée – mais être témoin me remplissait de joie. J’avais voulu que cette journée soit parfaite pour Chris. Je l’avais même consulté pour ma robe, lorsque j’avais hésité entre deux magnifiques pièces de Vera Wang – l’une de mes créatrices préférées, sans conteste. Pour être parfaitement honnête, j’avais eu un peu peur, lorsque j’étais sortie dans cette tenue. La robe était peut-être un peu trop décolletée, peut-être un peu trop moulante aussi. Mais c’était un mariage. Un mariage sans être en robe … Pire, le mariage de Chris sans être en robe ? Non, je ne me le serais jamais pardonnée. Laisser mes petits problèmes entacher cette journée était tout bonnement hors de question. Alors j’avais respiré un grand coup, puis les avais rejoints.

La cérémonie maintenant terminée depuis un moment, je me trouvais dans la salle de réception, à parler avec quelques invités. Lorsque les mariés arrivèrent, je ne pus retenir un immense sourire, en voyant Chris si heureux. Alors je m’approchai d’eux pour les féliciter à nouveau. Je pris brièvement Chris dans mes bras, et me stoppai devant Adrian. Si mon sourire était toujours aussi franc, j’hésitai tout de même sur la marche à suivre. Je me mordillai un peu la lèvre, avant de finalement lui faire la bise, presque avec tendresse. « Félicitations ! » m’exclamai-je en me reculant un peu, toujours autant souriante. « Vous êtes les plus beaux mariés que j’ai jamais vu. » repris-je, comme mon regard se posait sur mon meilleur ami. « Et gosh cette cérémonie … » Je plaçai une main sur mon cœur pour accentuer mon propos. « Tellement émouvante. » Et ma voix, peu maitrisée en cet instant, prouvait que je pensais chacun de mes mots.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: CHRISTIAN'S WEDDING DREAM ∆ everybody's invited    Jeu 10 Mar - 17:12

Je n'arrive toujours pas à y croire. Cela fait des semaines que nous organisons cela, des années qu'on s'y attend. Bon sang, je viens de donner un classique discours d'encouragement, comme l'exige mon rôle de demoiselle d'honneur. Mais non, malgré l'élégante décoration, l'excellent buffet, l'émotion palpable dans l'assemblée, la beauté de mes soeurs et des mariés, j'ai du mal à me faire à l'idée que mon petit frère se marie. C'est sans doute parce que nous sommes loin d'être une famille conservatrice et que nos parents ne nous ont jamais présenté le mariage comme une fin en soi, même si leur union quasi éternelle est un modèle inconscient pour nous tous. Et on parle de Chris. Voir Aaron se marier n'avait rien de bien étonnant. Son choix de mégère, un peu plus, mais c'est une autre histoire. Christopher. Se marie. Je secoue un peu la tête, sourit à Adrian avec une joie non feinte. C'est peut-être un peu surréaliste, mais s'il y a quelqu'un qu'il devait épouser, c'est bien lui. Je jette un oeil sur les robes de mes petites soeurs - la profondeur du décolleté de nos robes Elie Saab a été un sujet prenant ces derniers jours - mais rien ne semble en passe de distraire l'assemblée. Ne pouvant m'en empêcher, je récite mentalement tout ce qui pourrait aller de travers. Et comment je pourrais réparer le moindre incident. J'ai passé en revue tous les scénarios catastrophes du plus improbable - Adrian prenant la fuite - au plus probable - une pluie torrentielle ou une coupe de courant - et je crois que nous sommes parés. Ma mère pleure au premier rang, Tamsin en fait un peu trop, tout a l'air de se passer comme prévu. J'ai moi aussi la gorgée serrée par l'émotion, mais parvient à survivre la cérémonie sans ruiner mon coûteux maquillage.

Alors que la salle se vide, les invités étant plus ou moins pressés d'aller profiter de la réception, je m'éclipse après une rapide étreinte avec les mariés. Je me fraie un chemin, échangeant sourires et baisers à droite à gauche, avant d'attendre la rangée qui m'intéresse. J'adresse un hochement de tête que j'essaie de rendre chaleureux à Elizabeth puis enlace mon grand-frère, la faisant certainement durer un peu plus longtemps qu'il ne le voudrait. Juste assez pour pouvoir lui glisser quelques mots à l'oreille sans que sa sale bonne femme ne m'entende « Reste un peu. S'il te plaît, au moins pour les féliciter et lever une coupe de champagne. S'il te plaît. » Je lui serre doucement le bras, offre mon sourire le plus faux à ma belle-soeur et me retrouver embarquée pour une urgence culinaire. Quelqu'un chez les Fletcher serait allergique aux noix et sa maman semble très inquiétée. N'avait-on pas demander aux invités s'ils avaient des restrictions alimentaires, précisément pour éviter ce genre de situations? Je soupire, assure que l'option vegan ne contient pas la moindre trace d'allergène, soudain ravie de me retrouver avec quelques désistements de dernière minute et plats en rab.

Après avoir été à nouveau alpaguée, trop souvent à mon goût, j'arrive à retrouver les mariés. Avec un sourire ému, je les observe un instant, m'en voulant presque d'interrompre leur moment. Tamsin m'a devancée ceci dit, alors autant y aller. Je les enlace simultanément, leur déposant un sonore et humiliant baiser sur la joue, comme seules les mamans et les grandes soeurs savent le faire. Mon sourire est sûrement visiblement depuis l'autre bout de la pièce. Je passe une main sur la joue de mon petit frère, puis regarde Adrian avec une joie et une fierté difficiles à contenir. « Officiellement bienvenue chez les Grayson Adrian ! Je suis tellement contente que ce soit... pour de bon ! » Le symbole se mêle à l'émotion et les mots se coincent un peu dans ma gorge, aussi j'opte pour ma sortie de secours classique « Bon, il y a un risque qu'un vague cousin à toi fasse à une réaction allergique mortelle aux arachides, mais sinon je dirais que c'est une superbe réception. » Je ris un peu, histoire de bien faire comprendre que c'est une de mes mauvaises blagues, puis lève une coupe de champagne sortie de je ne sais où vers eux. « Vive les mariés ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: CHRISTIAN'S WEDDING DREAM ∆ everybody's invited    Ven 11 Mar - 20:01

    Annabel ne sait pas trop ce qu’elle fait là. Oh, bien sûr, elle connaît la plupart de la famille Grayson via Gaby et Christopher,ils se connaissent depuis longtemps, et elle est ravie pour Chris et Adrian, mais au fond elle se sent gauche et empruntée dans cette robe verte qu’elle a achetée exprès pour ce mariage.
    Elle les voit de loin, ils sont ravissants et trop mignons tous les deux – elle a failli verser une larme plus d’une fois, à les voir si proches, si complices, si émus tous les deux pendant la cérémonie…Chris est entouré de sa famille au grand complet et ils sont tous beaux, dans leurs plus beaux habits de fête – mais c’est surtout leurs expressions très heureuses qui marquent Annabel.
    Ils rayonnent, tout simplement. Chris et sa fratrie innombrable sont très proches les uns des autres, et inévitablement Annabel a une pensée pour Clair et Gillian, qui lui manquent.
    Sa robe est un peu froissée, de s’être assise sur la chaise pendant la cérémonie, et elle est plantée debout un peu trop guindée pour un mariage.
    Elle n’a pas l’habitude, elle n’a jamais assisté à ce genre de cérémonies, n’ayant aucune autre famille à part la sienne. Ses parents sont enfants uniques tous les deux, elle n’a donc aucun cousin ou cousine, et ses amis ne sont pas encore mariés…Mais elle aime à assister au bonheur qui se dégage de l’évènement.

    C’est étrange de se dire qu’elle a rencontré Chris en 2008 au hasard d’une gaypride, qu’ils se sont recroisés plusieurs fois, et encore plus souvent depuis qu’Annabel a emménagé complètement par hasard avec la sœur de celui-ci, et qu’aujourd’hui Gaby l’a conviée en tant que son invitée à son mariage…Annabel sourit. La vie est parfois pleine de coïncidences amusantes. Ca fait tellement longtemps qu’ils sont ensemble tous les deux…Quand Annabel a connu Chris, il était déjà en couple avec Adrian, à distance et ils en souffraient l’un comme l’autre, mais parfois ce genre de barrières rapproche les gens qui s’aiment : la preuve aujourd’hui.
    L’Italienne fut tirée de ses pensées par Gaby qui passait devant elle, vêtue de sa robe bleue qui avait fait rêver sa coloc’ plus d’une fois. Le vêtement était canon, d’un tissu fluide et léger…Et pour être complètement honnête, Gaby était belle à tomber par terre, surtout aujourd’hui.
    C’était peut-être la présence inattendue de l’ex de Gaby, Cara, qui faisait réfléchir Annabel de cette façon – quoi qu’il en soit, la jeune femme effleura le bras de sa colocataire, et lui sourit. « Cette robe te va super bien ! Je sais pas où tu l’as achetée, mais t’es vraiment belle. Je le pense sincèrement ! »
    Elle aurait peut-être dû tourner sept fois sa langue dans sa bouche, mais comme d’habitude elle parlait avant de réfléchir.
    Histoire de diffuser la surprise qu’avait peut-être provoquée sa phrase, Annabel se retourna et vit Christopher, un peu plus loin, vers qui elle se dirigea aussitôt, laissant Gaby digérer son compliment.
    « Félicitations, tous les deux, vous étiez magnifiques et super émouvants », dit-elle avec un grand sourire au couple de jeunes mariés qui semblaient être arrivés au septième ciel.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: CHRISTIAN'S WEDDING DREAM ∆ everybody's invited    Ven 11 Mar - 23:21

Demander à Annabel de l'accompagner au mariage de son frère n'était peut-être pas l'idée la plus brillante que Gaby ait eu. D'abord parce que ça signifiait écouter sa famille, plus ou moins proche d'ailleurs, demander encore et encore si cette grande brune en verre était sa nouvelle petite-amie. Elle pressentait déjà le malaise mais après tout, Annabel avait dit oui et de toute manière, d'ici quelques heures, tout le monde aurait trop bu pour s'embarrasser de ce genre de considérations.

La cérémonie, toute en sobriété, avait été tout aussi émouvante et Gaby s'était mouchée discrètement tout en se félicitant d'avoir pensé à caler un paquet de mouchoir dans son fourre-tout argentée. Elle en avait glissé un ou peut-être deux à Lizzie, par précaution, et avait trouvé le regard d'Anna dans l'assemblée pour lui sourire. Elle savait pertinemment que la plupart des couples présents avait sans doute dû faire de même et ça amènerait certainement des soupçons et des questions. Tant pis. C'était un moment émouvant, un moment à partager. Et Anna n'était peut-être pas sa copine mais elle était son amie et Gaby avait eu besoin de trouver une autre paire d'yeux à laquelle s'accrocher.

Accaparée par l'une des amies de sa mère sitôt le vin d'honneur annoncé, Gaby avait à peine pu féliciter les mariés mais après tout, c'était normal. Les invités étaient nombreux. Gaby jetait de temps à autre un coup d'oeil en direction de Chris, ne serait-ce que pour s'assurer que le même sourire heureux flottait sur son visage. Elle savait combien il tenait à voir cette journée se dérouler parfaitement, jusque dans le moindre détail, alors envoyer des proches sur les roses n'était certainement pas la bonne marche à suivre. Gaby écouta poliment, s'assurant que tout le monde, les enfants surtout, ne disparaissaient pas là où ils n'étaient pas sensés aller. L'amie de sa mère, une cinquantenaire charmante qui avait plus ou moins connu son heure de gloire au West End dans les années quatre-vingt, s'apprêtait à lui parler de l'un de ses projets lorsqu'elle l'aperçut. Cara. Cara au mariage de Chris. Ca n'avait aucun sens. Stupéfaite, Gaby la suivit du regard un instant avant de se secouer. « Excusez-moi » souffla-t-elle avant de s'éloigner pour rejoindre Annabel, non loin de là. « Cette robe te va super bien ! Je sais pas où tu l’as achetée, mais t’es vraiment belle. Je le pense sincèrement ! » la complimenta Anna et Gaby esquissa un sourire nerveux. Elle était sensé être à l'aise, sensée passer la journée à boire et à rire. « Thanks babe, répondit-elle en tournant le dos à Cara pour éviter de succomber à la tentation de la regarder ─ ou pire, d'aller lui parler. Tu n'es pas mal non plus. Je t'abandonne cinq minutes, il faut que j'aille voir Lizzie. Jane a certainement dû essayer de lui faire promettre de ne pas boire ou une connerie dans ce style-là » souffla-t-ele en fuyant, une fois de plus. Mettre le plus de distance possible entre Cara et elle, voilà le plan. Le tout en souriant, si possible. Elle en était capable. C'était le mariage de Chris, c'était une belle journée et elle avait trop longtemps attendu de les voir se marier pour laisser son ex gâcher le bonheur qu'elle était sensée ressentir. « Lizzie, ça va ? God, c'est du jus d'orange ? C'est maman ou Jane qui t'a donné ça ? ricana-t-elle en retrouvant sa petite sœur, un peu plus loin. C'est un mariage, pas une boom pour pré-pubères. Tiens, prends ma coupe, je vais en trouver une autre. Et tâchons de se rapprocher un peu, j'ai à peine pu leur parler tout à l'heure » ajouta-t-elle avec un bref soupir. Elle attrapa la main de sa sœur dans la sienne pour l'entraîner en direction des jeunes mariés, rejoints par Jane qui, déjà, levait sa coupe de champagne.


Dernière édition par Gaby Grayson le Jeu 17 Mar - 15:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: CHRISTIAN'S WEDDING DREAM ∆ everybody's invited    Lun 14 Mar - 22:20

Je soupire et remets ma cravate droite pour la troisième fois – en réalité, je me contente de la remettre comme si elle avait vraiment un problème, ce qui n’est absolument pas le cas. Ma cravate est parfaitement mise, et mon tic ne l’arrange pas. Alors je regarde ma montre et lâche un soupir que je ne parviens pas à comprendre. « Elizabeth ? » J’appelle à travers la porte de la salle de bain. Je sais qu’elle ne veut pas aller à ce mariage, qu’elle préfèrerait sans doute se pendre plutôt que de m’accompagner, ou même recevoir toute ma famille à dîner, seulement elle ne veut pas non plus me laisser y aller seul. Alors je l’attends, patiemment, dans le hall de la maison, en sachant très bien qu’elle fait volontairement trainer sa préparation, même si elle adore paraître impeccable, toujours bien habillée, pas le moindre cheveu ne dépassant de son chignon relevé. Celui qui dégage sa nuque d’une manière qui m’impressionne toujours et me laisse admiratif. Je sais qu’elle sortira de là sublime, encore plus sans doute que d’habitude, pour satisfaire ce côté imperceptiblement complexe de sa personnalité qui, en même temps qu’elle déteste les membres de ma famille – quasiment tous – elle se plait à tenter de les impressionner, m’impressionnant moi même au passage. Mais les minutes défilent et la ménager me rend anxieux. Je ne veux pas arriver en retard, pas là. Je n’ai même pas envie de réfléchir à la question de savoir si je soutiens ce mariage. J’apprécie Adrian, c’est un homme sérieux, intelligent, et il rend mon frère heureux depuis tellement longtemps que je ne suis pas sûr de m’en souvenir avec certitude. Je sais juste qu’il a fait un pas vers moi après de longues années de colère froide, et que c’est ce qui me motive à me présenter aujourd’hui. Renouer ces contacts un peu oubliés, un peu délaissés. Ils pensent sans doute tous que je me fiche de ne pas voir ma famille régulièrement, que je suis mieux maintenant que je me suis débarrassé de tous ces énergumènes, mais ce n’est pas exactement comme ça que je vois les choses. « Elizabeth ? » J’appelle encore. Un geste sec, presque brutal, ouvre la porte de la salle de bain et elle sort en finissant d’accrocher une boucle en diamant en son oreille, le cadeau de son dernier anniversaire. Je lui offre un sourire tendre et embrasse ses lèvres pour apaiser son agacement d’ores et déjà.

Je l’entraine dans la voiture et nous arrivons juste à temps pour le début de la cérémonie. Je m’installe, discret, dans le fond de la salle avec ma femme qui a sans doute l’impression de vivre la pire journée de sa vie. Alors je me contente de prendre sa main et de lier nos doigts. Les enfants sont chez leur baby-sitter, ça n’a pas été vraiment négociable. Elle ne voulait pas les emmener, de peur sans doute de leur montrer un exemple peu souhaitable. J’aurais pu me battre, mais la situation est assez compliquée comme ça pour que nos fils soient conviés de toute façon. Alors j’ai acquiescé quand elle a dit qu’elle les laisserait à leur nounou et me suis contenté de terminer le journal du jour. Je lui serre la main, et nous quittons la salle parmi les premiers pour rejoindre le lieu du vin d’honneur. Nous nous fondons dans la masse, sans doute trop visibles, parce que nous ne connaissons pas vraiment les gens présents, en dehors de ma famille qui se tient à bonne distance – sans doute pour Elizabeth. J’aperçois Chris, habillé de son costume et assez rayonnant, qui est un peu plus loin avec Adrian. Je m’apprête à indiquer à ma femme que je l’abandonne une minute, mais Jane me saute soudainement au cou. Je souris un peu et lui rend son étreinte en la gardant un moment contre moi. Nous avons toujours eu ce lien un peu plus particulier, que j’ai sans doute cessé de cultiver ces dernières années. Je prends la responsabilité de mes relations actuelles avec chacun des membres de ma famille, mais on ne peut pas dire qu’ils aient accueilli mes choix de vie les bras grands ouverts non plus. « Je vais rester », je murmure. « C’est convenu. Elizabeth rentrera si elle en a marre ». Je la libère et regarde ma femme avec tendresse pour vérifier que tout va bien. « Ca me fait plaisir de vous voir », j’indique à Jane pour lui prouver ma bonne foi – et lui montrer patte blanche, en quelques sortes. Je laisse Jane s’échapper, et me dirige vers mon frère, tout juste marié. Je laisse les gens qui sont devant lui se dissiper un peu et m’approche. « Félicitations », je lui lance en lui tendant la main. « Je suis heureux pour vous. Je sais ce que représente le mariage dans une vie », je lâche, sans arrière pensées particulières, juste parce que j'imagine assez aisément ce que mon frère ressent en cet instant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: CHRISTIAN'S WEDDING DREAM ∆ everybody's invited    Mar 15 Mar - 20:31

Tout n'était que joie et bonheur! Si d'ordinaire, je rayonnais dans tous les lieux où je traînais mes converses, je n'avais jamais autant été joyeuse qu'à l'approche de la cérémonie. Chris, mon frère chéri, ce cheesecake qui craquait face à tous mes caprices, était sur le point de se marier. Et de sucroit, son mari se trouvait être un homme que j'admirais et adorais depuis de longues années. Alors, oui, j'avais de quoi être surexcitée ces derniers jours, ma mère et mes soeurs essayant en vain de maintenir mon rythme cardiaque à un taux raisonnable. Je courrais partout, tentant de retrouver tel ou tel produit de maquillage, hurlant dans la maison que j'avais perdu ma brosse à cheveux, m'horrifiant quand je pensais avoir perdu les alliances que je devais amener et présenter à la cérémonie. C'était un tel honneur et un tel bonheur pour moi que je voulais que tout soit parfait. Certes, ma famille apparaitraît comme parfaite, dans des costumes et robes hors de prix, à grand renfort de cheveux blonds coiffés avec soin et de sourires dignes des plus belles publicité de parfum. Et je mettais tellement la pression que j'avait tout bonnement été incapable de dormir la nuit précédant le mariage. Après avoir essayé en vain de me reposer, j'avais fini par me lever, et par me promener sur la toile, avant de poster un petit texte sur mon tumblr, reflet de mon état d'esprit actuel. Puis, vinrent les grands préparatifs, je m'affairais dans ma chambre, enfilant ma robe avec soin avant de me regarder dans le miroir. God, I'm hot. Ces robes étaient juste splendides, mes soeurs et moi allions juste être tellement magnifiques! Rester plus qu'à espérer qu'il y ait quelques célébrités dans l'assemblée pour prendre quelques selfies en mode The Oscars. Après m'être coiffée et préparée, je rejoignais en sautillant -pour tester la résistance de la robe à mon caractère impulsif- l'entrée où m'attendait le reste de la famille. Let's go.

La cérémonie fut encore plus émouvante que dans mes rêves. Je réussis à peine à contenir mes larmes tandis que j'apportais les alliances pour qu'enfin Chris et Adrian soient unis. Gosh, heureusement que j'avais opté pour du maquillage waterproof. Rien ne semblait pouvoir casser ce bonheur que je ressentais. Plusieurs fois, je me retenais de leur sauter au cou pour les serrer contre moi et leur faire comprendre combien j'étais heureuse. Oh bien sûr, cela devait se voir à mon sourire béat et mes yeux brillants, mais j'avais tellement l'habitude d'être dans la démesure que je manquais d'exploser à chaque seconde. Une fois la cérémonie terminée, je suivais le mouvement pour arriver à la salle de réception en compagnie des parents et d'Oli. Wahou. La salle était GRANDIOSE. Il ne manquait plus qu'une licorne bleu pailletée pour que le tableau soit parfait. Avisant le buffet avec les verres soigneusement préparés, je m'approchais doucement, bien décidée à faire partie de la fête DONC à boire cette coupe de champagne -et à la remplir à nouveau comme bon me semblait. Mais au moment où j'allais attraper un verre, un regard dans mon dos me fit m'arrêter. Je me retournais et croisais le regard de Maman Grayson, qui n'avait pas l'air d'apprécier. Sérieux? Je fis la moue, me retenant de faire un caprice digne d'une fillette de 6 ans. Non, ça ne le faisait pas. Pas pendant un mariage. Je soupirais doucement, avant de finalement attraper un verre de jus d'orange, la mine déconfite. Je devais attendre. Peut-être qu'une fois que tout le monde aurait bu, je pourrais me laisser aller, non? Alors que je ruminais ma déveine encore et toujours -Oli avait réussi quant à lui à choper une coupe sans se faire voir, shit -, je sentis bientôt une présence familière à mes côtés. Gaby! « Lizzie, ça va ? God, c'est du jus d'orange ? C'est maman ou Jane qui t'a donné ça ?» Je lui lançais un regard désespéré avant d'aquiescer. "Mum..." Oui, c'était la loose. «C'est un mariage, pas une boom pour pré-pubères. Tiens, prends ma coupe, je vais en trouver une autre. Et tâchons de se rapprocher un peu, j'ai à peine pu leur parler tout à l'heure » Un grand sourire laissa place à ma mine contrariée, avant d'accepter avec plaisir cette coupe si gentiement offerte. Victoire! "Oh merci, Gaby, tu me sauves la vie! Et ma réputation aussi. Pas question de passer pour un bébé pendant toute la soirée..." Carrément. Et si des photos étaient prises alors que je tenais mon verre de jus? Et si ces photos finissaient sur internet? Finie ma crédibilité. Me laissant entraîner jusqu'aux jeunes mariés avec plaisir, nous rejoignions Jane qui levait déjà sa coupe pour les féliciter. Les yeux brillants, je m'exclamais soudain: "Vous êtes tellement beaux! Je suis si heureuse pour vous!" C'était d'une sincérité éclatante. Et si je n'avais pas eu cette coupe de champagne, je leur aurais surement sauté au cou. Oui, j'étais fière de mon frère, il était si beau, si parfait et Adrian rayonnait aussi. Et pour courronner le tout, toute la famille était réunie...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
▪ messages : 768
▪ dispo pour un rp ? : yeah
▪ avatar : aaron tveit
▪ âge : 34
▪ statut : marié
▪ occupation : réalisateur

MessageSujet: Re: CHRISTIAN'S WEDDING DREAM ∆ everybody's invited    Ven 18 Mar - 1:14

Les félicitations se suivent, et j'ai du mal à cacher l'émotion qui m'étreint quand j'aperçois mon frère Aaron au loin, en pleine discussion avec ma soeur Jane. Il est venu au vin d'honneur après la cérémonie, et si je ne vois pas encore sa femme, ni même ses enfants qu'il a du confier, je n'en demande pas tant, l'important c'est qu'il soit présent au même titre que Gaby, Mathias et les autres. Nos deux familles sont désormais réunies, entourées de nos amis, et c'est bien tout ce que je pouvais espérer finalement pour un jour aussi important que celui-ci. Alors après une pluie de mercis que je distribue à ceux qui viennent me féliciter, j'offre un regard tendre à Adrian en pressant un peu sa main dans la mienne pour y chercher le calme que mon cœur, qui bat à tout rompre, réclame désespérément. J'ai du mal à le réaliser sans doute, mais nous sommes vraiment mariés devant la loi. C'est peut être quelque chose d'un peu trop traditionnel pour un Grayson, il est vrai que ma famille aime un faire les choses différemment des autres, à contre courant même si je puis dire, mais c'est ce que je m'étais toujours imaginé faire, alors même que la loi ne l'autorisait pas encore à l'époque ou ces projets effleuraient déja ma tête d'adolescent. Peut être que c'est désuet et franchement trop romantique, mais j'ai aujourd'hui l'impression de pouvoir bénéficier du droit comme n'importe quel couple de célébrer notre amour, ce qui me semble suffisamment important pour ne me priver d'une aussi belle cérémonie, d'en faire quelque chose de symbolique même pour ceux qui aimeraient en faire de même, même si ils ne correspondent pas à un idéal que la société aimerait imposer.

Ma main s'empare d'une coupe que je fais tinter joyeusement pour attirer l'attention après m'être saisi d'un micro placé sur une petite estrade installée là pour l'occasion. Un sourire heureux éclaire désormais mon visage tandis que je commence mon discours par une note d'humour qui ne cache que très mal l'émotion qui ne me quitte pas. « Pour ceux qui n'auraient pas bien suivi, je reste un Grayson et Adrian reste un Fletcher. » Très moderne, selon les termes de Jane d'ailleurs. « Mais on a tous les deux de très jolies bagues, et on est bien mariés devant la loi, ce qui vous donne toutes les raisons du monde de vous jeter sur le champagne, les petits fours, et les amuse-gueules vegan de ma soeur. » Ma main tremble un peu sur le micro, alors je resserre ma pression sur l'objet, cherchant Adrian du regard à travers foule d'invités qui me regardent déja. « Avant ça, j'aimerai juste dire quelques mots, à tout ceux qui sont venus partager ce moment avec nous, la famille, les amis, les plus one, et tout ceux qui aiment simplement les goûts de ma mère en matière de traiteur. » Un rire s'échappe de ma gorge tandis que je reprends mon sérieux pour offrir cette fois, un regard plus tendre et reconnaissant à l'homme à qui je m'adresse désormais. « Mais aussi et surtout, à Adrian, que je compte faire pleurer avant la fin de la journée, parce qu'il m'énerve un peu à se retenir bien mieux que moi depuis ce matin. » Ce que je parviens pour ma part, très difficilement à faire, étant d'un naturel entier et plutôt sensible fatalement. « Tous les gens qui me connaissent, connaissent Fletch, le petit ginger du lycée, l'intello, que je déshabillais du regard en mathématiques pendant qu'il inscrivait sagement, ses équations au tableau. Fletch sans qui j'aurais sûrement jamais eu mes A-Levels, et que je n'ai jamais hésité à défendre dans la cour de récré, au prix de quelques heures de colle ou de bleus, après bagarres contre bullies. Fletch, L'ami qui était là à tous mes anniversaires et que selon certaines sources contradictoires, je finissais toujours par draguer honteusement après quelques verres de trop sans m'en souvenir pour autant. » Tant de souvenirs, tant de choses à dire. « Mais Adrian est aussi le garçon pour qui j'ai choisi de m'assumer tel que je suis, le meilleur ami qui ne m'a jamais laissé tomber, peut importe mes choix, mes défauts, mes tendances désastreuses à l'achat compulsif, qu'il doit supporter au quotidien, en plus de m'aider à monter les meubles que j'achète. » Nouveau sourire amusé, je continue cependant, retenant mes larmes parce que c'est lui qui doit pleurer. « D'aussi loin que je me souvienne, il a toujours eu cette place privilégiée dans ma vie, dans mon cœur, place assez importante en tout cas pour qu'on ait déjà passé la plupart de notre vie ensemble et toujours envisagé cette concrétisation qui devient réelle aujourd'hui. » Je ne me suis jamais ouvert autant, dire toutes ces choses est finalement tellement nouveau pour moi. « Adrian est la personne la plus merveilleuse qu'il m'ait été donné de rencontrer. Alors j'ai certainement eu beaucoup de chance de le faire dans les premières années de ma vie c'est vrai, peut être que ça fait aussi de nous un couple super chiant, et qu'il vaudrait mieux que je commence à boire mon champagne avant de me perdre et d'élaborer sur la couleur de ses yeux, mais c'est quelque chose que je voulais exprimer devant tous les gens qui comptent pour nous. Adrian n'est pas qu'un bel homme discret et cultivé avec qui l'ont peut parler de littérature pendant des heures sans jamais s'ennuyer, c'est aussi quelqu'un de compréhensif et de déterminé qui concrétise ses rêves et ses projets et qui donne aussi aux autres le courage d'en faire de même. Un homme que j'admire pour sa ténacité, sa loyauté à travers les bons et les mauvais moments, quelqu'un de doux et intelligent dont l'exigence dans ses relations m'a toujours poussé à donner le meilleur de moi même. Adrian m'a toujours rendu heureux, rassuré lorsqu'il y a quelques années encore, alors qu'il étudiait à Oxford, j'avais besoin d'entendre que nous en serions là un jour. Il y a tant de raisons pour lesquelles je l'aime que je pourrais sans doute y passer la soirée. Mais aujourd'hui, je n'ai jamais été si heureux de partager mon bonheur avec vous, et avec toi surtout Adrian.  Merci à tous d'être là. » Je pose le micro et me dirige vers lui pour l'embrasser un peu trop passionnément. J'espère sincèrement qu'il pleure, parce que moi je ne peux pas m'en empêcher.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
oh I believe in yesterday
Love is friendship that has caught fire. It is quiet understanding, mutual confidence, sharing and forgiving. It is loyalty through good and bad times

(c) Myuu.BANG!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▪ messages : 441
▪ dispo pour un rp ? : Oui !
▪ avatar : Jack Falahee
▪ âge : 28 ans
▪ statut : Célibataire
▪ occupation : Professeur de piano ; ancien pianiste à succès

MessageSujet: Re: CHRISTIAN'S WEDDING DREAM ∆ everybody's invited    Dim 3 Avr - 19:05

Le traitre. Il fait ce discours absolument magnifique devant tout le monde, le sourire aux lèvres, la voix qui tremble et les yeux humides, et ma main se resserre sur ma coupe de Champagne. Je sens mon cœur qui cogne contre ma cage thoracique et qui bat à tout va contre mes temps, mes mains deviennent moites et l’émotion m’attrape sans que je ne puisse résister. Il me connaît bien, depuis toutes ces années, retrace cette histoire qui nous unit inexplicablement depuis l’enfance, la toute petite enfance. Je ne me souviens plus réellement ce que c’était que de ne pas être amoureux de Chris, peut être finalement parce que même quand je l’ignorais je l’ai toujours été – va savoir. Je ne me souviens pas de tout ça. Je ne me rappelle notre première fois, la confession difficile des sentiments, les premiers baisers, les premiers temps, puis Oxford et tout le reste. La rupture, la pause, le manque, les retrouvailles, tout ça est gravé au fond de mon cœur et il le retrace à merveille, avec doigté et humour, des qualités que je ne pourrais sans doute pas reproduire. Moi, le professeur de littérature si à l’aise avec les mots devant ses élèves, je n’ai jamais été connu pour mon aisance à aborder la difficile question de mes sentiments en public. Pudique, peut être trop, sans doute trop, j’ai toujours eu la fâcheuse habitude de me cacher dans son col pour lui faire des déclarations à l’abris des oreilles indiscrètes et des yeux baladeurs, me préférant exclusif même dans mes sentiments. Pourtant, aujourd’hui, alors que les larmes s’échappent de mes yeux tant le tableau qu’il dresse m’émeut, il va falloir que je réponde, que je m’avance à mon tour pour lui ouvrir mon cœur – et même si c’est quelque chose que j’ai l’habitude de faire, je ne le fais habituellement que dans notre intimité très privée.

Je tousse un peu et essuie mes larmes lorsqu’il arrête de parler, sortant de l’intérieur de ma poche de veste un papier ridiculement fripé et griffonné. Je prends une inspiration, ma voix tremble tragiquement – il aurait au moins pu me laisser commencer, histoire que je sois capable de me tenir correctement en public. « Merci pour ce beau discours qui me laisse incapable de lire mon papier ridicule ou de mettre mes pensées en ordre », je souligne non sans un sourire en sachant parfaitement que ce constat va lui apporter une vive satisfaction. « Je suis professeur de littérature et on peut dire – aussi ridicule que ce soit – que les mots sont ma passion mais ceux qui me connaissent savent que je suis extrêmement mauvais lorsque je dois m’exprimer en public. Surtout après un discours pareil qui a mis la barre assez haute – mais je savais à quoi m’attendre. » Je prends une pause et lève les yeux de mon papier pour le regarder un instant. « Je me souviens de beaucoup de choses, concernant notre relation. Nos premiers baisers, nos premières balades, notre première fois, aussi » Je rougis un peu et tousse avant de reprendre. « Je me souviens exactement de ce que j’ai ressenti pendant toutes ces années, à tes côtés. Je me souviens du petit garçon que j’étais et du rôle de sauveur que tu as joué pendant tout ce temps, pour me sortir des mauvaises passes et des mauvaises rencontres ». Je me mords un peu la lèvre et hausse une épaule. « Par contre, je ne me souviens pas ce que c’est que de ne pas être amoureux de toi. Alors j’imagine que ça fait déjà sacrément longtemps que ça dure, même si à une époque, sans doute, je n’ai pas été assez fin pour le comprendre. Heureusement, avec les années, la vieillesse et la sagesse, j’ai réussi à ouvrir les yeux sur mes sentiments pour toi. Il t’a fallu beaucoup d’efforts, sans aucun doute, pour réussir à me faire comprendre ce que je ressentais, mais à partir du moment où tu as réussi, j’ai toujours espéré qu’on en viendrait à ce jour. Entourés de nos amis, de nos familles, de tous nos proches, pour célébrer cet amour et le consacrer de la plus belle forme possible. Je suis si heureux qu’on s’y soit arrivés. Même si le chemin a parfois été compliqué, comme pour tout le monde, je suis le plus comblé des hommes d’être là, face à toi aujourd’hui, et de pouvoir me dire que je suis ton mari et que je le resterai jusqu’à la fin de nos jours ». Je prends une nouvelle pause pour relever les yeux et rencontrer son regard. « Il y a beaucoup de belles choses qui nous attendent encore, de merveilleux projets que l’on va mener à bien, pour construire une famille, notre famille, et j’ai vraiment hâte que l’on se lance encore plus que ce n’est déjà le cas. Mais en attendant tout ça, j’aime l’idée de prendre mon temps, ce soir, pour t’aimer, et te le dire. Je suis fier et comblé d’être ton mari, et je t’aime. Pour toujours ».

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: CHRISTIAN'S WEDDING DREAM ∆ everybody's invited    Dim 3 Avr - 23:54

C'est sa faute, il n'avait qu'à pas inviter mon frère. Je n'aurais pas eu à penser à ce stupide mariage, et surtout pas eu l'adresse par extension. Je ne me serais pas retrouvé seul avec un mini bar bien trop rempli et je ne serai pas présentement en état d'ivresse au mariage d'un type que je me suis tapé après que son fiancé l'ait trompé avec dieu sait qui. Je déteste Adrian et sa vie parfaite. Les voir avec leurs jolis costumes et demoiselles d'honneur sexy me donne la gerbe. Ou alors c'est la vodka orange qui ne passe pas. Leur punch a un goût de merde qui plus est. Alors que les deux hypocrites nous balancent un discours plein de bons sentiments (et très loin de la réalité), je ne peux pas m'empêcher de ricaner en me saisissant d'un petit four sans la moindre gêne. Il fallait attendre ? Tant pis. Tamsin est là elle aussi, avec un énorme décolleté comme d'habitude. Par chance, elle ne m'a pas vu, pour une fois, je ne suis pas vraiment venu pour l'emmerder elle. A vrai dire, je n'ai aucune idée de pourquoi je suis là. Pour réaliser peut être, réaliser que Teacher est réellement en train de se marier comme si de rien était, comme si je n'étais qu'une foutue tâche dans sa longue et magnifique relation. Je lui en veux, terriblement. Je pourrais me casser là, juste lui faire une reflexion désobligeante au passage, mais non. J'ai beaucoup trop bu pour partir sans faire d'esclandre. Une petite voix dans ma tête me dit que je vais le regretter, mais impossible de lui prêter la moindre oreille. Mon coeur me fait mal, parce que ce connard s'en fiche complètement. Je suis peut être con, mais c'était six mois de ma vie. Six mois de ma putain de vie, largement suffisant pour que j'y crois un peu trop pour mon propre bien. Peut être que je ne suis qu'un sale gosse, un ado pas fini, qui n'a jamais connu le rejet auparavant, mais j'ai mal. Teacher me manque, et je vois bien que moi je ne lui manque pas du tout. Alors j'emmerde ma voisine qui me regarde d'un mauvais oeil. “Faut pas croire à toutes ces conneries. Le rouquin s'est jeté dans mon lit après que sa blonde ait trempé son biscuit ailleurs. Sale histoire si tu veux mon avis, pas de quoi immortiliser l'affaire.” Je me fiche pas mal de qui est cette personne, famille, amie, témoin, rien à carrer.

Je me sers une coupe de champagne sous les yeux un peu effarés de la personne qui a fait le service, mais c'est une manière comme une autre de survivre à toutes ces conneries. Ils s'embrassent, se câlinent, font comme si tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes, sous le regard bienveillant d'une rimbambelle de barbies et ken blonds comme les blés. Ridicule quand on les connait. J'ai bien envie de faire un discours moi aussi. Alors je m'approche du micro laissé à l'abandon, ironie du sort. Je m'éclaircis la voix, manque de me casser la gueule parallèlement. “Un deux, un deux.” je commence avant de virer beaucoup plus trash. “Moi c'est Will, le mec des maraudeurs ouais, des pâtes au pesto, whatever. Je voulais porter un toast aux deux plus beaux hypocrites de la soirée.” Je lève mon verre, en renverse la moitié au passage. “Alors je me suis invité, et j'ai bien fait, parce que j'aurais pas pu entendre ce ramassis de conneries otherwise.” Je ris, c'est plus fort que moi. “Alors Adrian se souvient pas de ce que c'est que de ne pas amoureux de Christina, c'est bizarre ça parce que moi je me souviens pas qu'il ait été très amoureux l'année dernière quand à la même époque on s'envoyait en l'air tous les deux trois fois par semaine.” Je crache avant d'ajouter. “Mais c'est pas sa faute, on va pas tout lui mettre sur le dos, c'est vrai, c'est pas comme si son mari ici présent l'avait pas trompé avec le premier venu lui aussi, mais ouais il a la mémoire courte et séléctive !” Je suis hors de moi, triste à crever. “Anyways, il m'a brisé le coeur, et c'est pas dur de voir à quel point il le vit bien au final. Mais, c'est pas grave, ces deux là se méritent complètement. Cheers.” Je descend de l'estrade, avec l'impression qu'on ne tardera pas à me foutre dehors.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: CHRISTIAN'S WEDDING DREAM ∆ everybody's invited    Lun 4 Avr - 13:46

Imogen s'était fait plaisir. Les mariages c'était franchement pas son truc. Les grandes déclarations d'amour et de niaiserie lui donnaient souvent envie de crever. Mais ça avait, à son humble avis, pour simple but de permettre aux invités de s'acheter les plus beaux vêtements du monde, et de les exhiber. Elle s'était donc fait plaisir et avait cédé à l'envie d'acheter une robe Valentino. C'était loin de représenter son premier salaire. Peut-être sa première année de salaire, pour être exact. Mais il y avait des choses auxquelles on ne pouvait juste pas résister. Une robe sombre, presque transparente, et parsemée d'étoiles, voilà ce à quoi elle ne pouvait pas résister. Et puis elle aurait sûrement l'occasion de la réutiliser peut-être, un jour. Elle avait profité de son plus one pour ramener une amie de lycée avec elle. Une amie de lycée qui ne connaissait Chris et Adrian que de vue, mais que avait elle aussi une belle robe à exhiber. Elle aurait pu ramener son coloc, certes. Mais elle n'avait pas envie de le voir en costume un peu trop classe tout en sachant qu'elle ne pourrait pas le ramener dans son lit ensuite. Une amie avec qui déconner, voilà qui était plus adéquat.

Elle était passée un peu plus tôt coller un baiser sonore sur la joue de Chris, le prendre dans ses bras, et serrer la main d'Adrian. Oh, non, elle avait des manières tout de même. Elle n'aurait pas manqué de féliciter les heureux époux pour s'être passé la bague au doigt, ou la corde au cou, comme son amie lui avait murmuré en ricanant. Elle s'était empiffrée de petits fours vegan en remerciant le ciel que Chris ait une frangine parfaite que Jane, avant d'essayer s'isoler dans un coin de la salle, où elles pourraient glousser bêtement et commenter sans trop se prendre de regards noirs. Peine perdue. A croire que personne dans l'entourage de Chris et d'Adrian n'avait vraiment d'humour. Personne ne semblait accepter qu'on se moque de la niaiserie de leur discours. Niaiserie mignonne, certes, mais qui n'empêchait pas les deux jeunes filles de ricaner silencieusement en faisant semblant de mourir étouffées sous la guimauve.

Et puis les beaux discours furent finis. L'amie d'Imogen s'excusa. Elle devait sûrement aller se remaquiller, parce qu'elle n'avait pas prévu de finir la journée seule. Ou du moins avec Imogen. Et la jeune chanteuse ne lui en tenait franchement pas rigueur. Il était bien connu que les mariages étaient le meilleur endroit pour se trouver des coups d'un soir. Non? Elle oublia totalement son ami quand quelqu'un d'autre récupéra le micro. “Moi c'est Will, le mec des maraudeurs ouais, des pâtes au pesto, whatever.” Oh ouiiii! Exact! Le Longbottom qui lui aurait presque fait oublier sa passion pour James. Mais presque seulement. Et alors qu'il continuait son magnifique discours, il apparaissait évident que l'acteur avait trop bu. Bien trop bu. Et Imogen ne put empêcher un léger sourire de fleurir sur ses lèvres, qu'elle dissimula derrière son verre de champagne. C'était pas ça, aussi, le charme d'un mariage? En tout cas, c'était les moments qui la faisaient toujours le plus rire dans les films, alors elle ne pouvait s'empêcher de le savourer un peu, dans la vraie vie. Oh, elle n'aurait sûrement pas du. On allait sûrement la traiter de fausse amie, mais ce n'était pas un ivrogne qui allait changer quelque chose au fait que Chris et Adrian étaient les plus beaux mariés de la terre. Ce n'était pas un ivrogne qui allait ternir leur amour, et encore moins leur mariage, sinon c'était qu'ils n'étaient pas aussi solide qu'elle l'avait cru.

Et quand il évoqua les déboires et tromperie des stars de la journée, elle passa un doigt pensif sur ses lèvres. Ils n'étaient certainement pas le premier couple à vivre ce genre de problèmes, et cela ne retirait sûrement rien à la beauté de leur mariage... Mais Imogen savait que sa vision des choses ne serait probablement pas partagée par tous. Et à voir les airs choqués aux alentours, le discours du prénommé William n'avait pas amusé tout le monde autant qu'elle. Mince, elle n'était donc pas dans l'ambiance. Il descend tout seul de l'estrade, de manière plus ou moins stable. Elle hésite deux secondes. Deux secondes alors que la stupeur semble être la réaction générale. Et elle finit par avaler sa flûte de champagne cul sec, récupérer son sac à main, et se lever rapidement. Elle ne peut pas laisser des gorilles s'occuper d'évacuer ce pauvre type, parce qu'elle connaît bien trop les ivrognes. Lui envoyer des gorilles quelconque risquait seulement de créer une nouvelle esclandre et quelques déclarations malvenues. Laisser le temps aux mariés de réagir n'était peut-être pas non plus la meilleure idée du siècle. Inutile de lui répondre. Inutile d'ajouter de l'eau à son moulin, ou de l'huile à son feu. Peu importait l'expression, l'idée était là.

Alors elle se faufila jusqu'à Frank Longbottom, lui attrapa le bras (il avait de toute évidence besoin d'un léger soutien pour marcher droit),  lui offrit son plus beau sourire avant de murmurer à son attention, entre ses dents. « Sorry love, mais après ce beau discours, je crois que ce serait légèrement mal vu de continuer à profiter de leur champagne pour tenter d'oublier le reste. » Pas que l'autre sembla vraiment se soucier de ce qui était mal vu ou non, vu son splendide discours. « Mais lève le menton, tiens-toi droit, c'est le moment de faire une sortie magistrale. » Voilà qui lui parlerait sûrement plus. Il était préférable, pour l'effet dramatique, qu'il se barre maintenant, avant de s'empêtrer dans ses déclarations et de finir par avoir l'air ridicule. Elle se tourna rapidement vers Chris pour lui offrir un clin d’œil. Elle gérait la situation (ou du moins, elle essayait), qu'il reprenne son mariage où il s'était arrêté, et tout le monde oublierait ce malheureux incident. Ou du moins, tout le monde prétendrait l'oublier. Alors elle offre un clin d’œil au marié et prie le ciel que sa force de conviction soit telle qu'elle se l'imagine, et qu'elle n'ai pas à se battre pour raccompagner un ivrogne vers la sortie. Cela risquait d’abîmer sa robe, et c'était hors de question. « Et si tu réussis à marcher droit jusqu'à la porte, je t'offre à boire une fois sortis d'ici. » Champagne, whisky, bière. S'il s'agissait de s'alcooliser, Imogen n'était pas du genre trop regardante. Et elle ne voyait pas meilleure carotte, pour un gars dans l'état de celui au bras duquel elle s'était accroché. Non, elle n'avait plus d'argument en poche, si ce n'était son magnifique sourire qui ne quittait pas ses lèvres. Si cela ne suffisait pas, elle ne voyait pas bien ce qu'elle pouvait faire en plus pour tenter de sauver la fin du mariage de son ami.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
▪ messages : 768
▪ dispo pour un rp ? : yeah
▪ avatar : aaron tveit
▪ âge : 34
▪ statut : marié
▪ occupation : réalisateur

MessageSujet: Re: CHRISTIAN'S WEDDING DREAM ∆ everybody's invited    Lun 4 Avr - 23:17

Je suis ému et peine à le cacher après le discours d'Adrian. Principalement parce que je sais ce que ça signifie pour lui. Peut être que certains ici ne voient qu'un discours préfabriqué de mariage plein de bons sentiments et de niaiseries, mais pour nous il s'agit évidemment de bien plus que ça. C'était un projet que nous avions depuis l'adolescence, concrétisé malgré les difficultés de la vie, un projet suffisamment important pour faire de ce jour une célébration. Une célébration d'un amour qu'il nous est désormais possible de partager avec ceux qui comptent. Mais pour Adrian, c'est aussi une occasion de s'ouvrir sur ce qu'il ressent devant nos proches, quelque chose que l'homme de lettres n'a pas l'habitude de faire malgré tout. Je l'encourage alors du regard, lui souriant avec tendresse tandis que sa peau vire déja au rouge vif pour venir s'accorder à la teine de ses cheveux. Je le trouve magnifique, peine à réaliser que nos rêves se sont réalisés finalement autour d'un avenir ensemble et surtout prometteur. Rapidement mes yeux s'embuent de nouveau de quelques larmes largement compensées par un sourire sincère. Lorsqu'il termine je rejoins une fois encore ses bras, pour ensuite decrêter que tout le monde peut se jeter sur la nourriture et l'alcool. Il est temps de célébrer, de faire de cette journée un beau souvenir bordés de photos et de moments inoubliables, qu'il sera plaisant de se rappeler en ouvrant les albums photos, entouré peut être de cet enfant, que nous désirons tellement adopter. Je me saisis alors d'une coupe que je lui offre avant d'en prendre une pour moi même, que je fais tinter contre la sienne. “A nous et à cette belle journée.” En cet instant, rien ne me semble capable de pouvoir ternir le sentiment de bonheur qui m'anime. Et pourtant j'avais tort. Mon attention est vite attrapée par une voix désagréablement familière qui s'exprime à travers le micro laissé là sur l'estrade, et abandonné par Adrian quelques minutes auparavant. Instinctivement, je me tourne pour aperçevoir William Hardy se donnant en spectacle ivre devant toute ma famille, mais entammant surtout un discours, qui me glace le sang.

Les secondes défilent sans que je ne sois capable de réagir, tétanisé par ces vérités honteuses qu'il disperse devant nos invités, nos familles, tenus volontairement à l'écart de ces problèmes que nous avons voulu gérer en adultes à l'époque. Notre rêve s'éfrite, prend une tournure dramatique qu'il est impossible de stopper. J'aimerai qu'il se taise, n'aille pas au bout de ce qu'il est en train de faire, mais c'est déja trop tard, et le malaise s'installe un peu plus à chaque morceau de phrase qu'il lance comme des coups de couteau acérés. Personne n'était au courant, et voilà qu'il le sont tous, aux moyens d'une version volontairement humiliante des faits, qu'il me faudra sans doute aborder ensuite avec ceux que j'avais pourtant choisi de préserver. Ma main se referme sur celle d'Adrian que j'ose à peine regarder. Beaucoup de choses me traversent, tandis que mon coeur semble exploser à l'intérieur de ma cage thoracique. Je pense à nos parents, à Lise et ce qu'elle doit penser de moi, à Elizabeth, à qui il me tenait à coeur de montrer un beau mariage homosexuel, loin des préjugés qu'elle pouvait avoir à leur sujet et qui se confirment sûrement déja pour elle, à ces albums photos que je me faisais une joie de remplir et qui ne m'évoqueront désormais qu'un souvenir terni par l'intervention terrible d'un homme que j'avais pris le parti d'ignorer... Mais je pense surtout à Adrian, et à son perfectionnisme, à l'idée précise qu'il s'était fait de ce mariage qui devait se dérouler exactement comme il l'avait prévu depuis des semaines, et qui n'aura rien du mariage de ses rêves, planifié à grand renforts de nuits blanches et de cafeïne. Je m'étais fait à l'idée, que William et lui aient partagé quelque chose, qu'ils aient eu à un moment donné des sentiments l'un pour l'autre, mais je n'aurais jamais pu imaginer qu'il puisse lui faire ça. Je n'aurais jamais pu lui faire ça. Mes sentiments s'emmêlent et je ne sais plus pour qui j'ai le plus de peine. Ce que je ressens me parait soudainement secondaire, alors que j'imagine sans trop mal que c'est forcément pire pour Adrian.

Ma tétanie, se transforme en une colère, que mon sang chaud gère d'ailleurs assez mal. Mais la pression de sa main, m'empêche d'y succomber cependant. Je cherche la réaction appropriée, cynique où hypocritement peu concernée, m ais il m'est impossible de prétendre. Je me retiens seulement d'envenimer les choses alors que je regarde passivement Imogen éconduire l'homme qui a trahi l'affection de l'homme que j'aime sans états d'âmes. Rapidement l'air me manque, et ma main lâche la sienne, tandis que je m'évapore à travers la foule pour rejoindre les toilettes de la salle pour me passer de l'eau sur le visage et réfléchir, le tout en espérant secrètement qu'un membre de ma famille débarquera, et me consolera avant de me dire quoi faire pour sauver cette fête en admettant que ce soit encore possible. Je tente de me calmer par moi même, mais mon poing heurte violemment le mur à la place dans un échec cuisant. J'étouffe alors un sanglot douloureux, puis prends une nouvelle inspiration qui ne m'aide pas plus que la précédente. Je ne peux pas laisser qui que ce soit gâcher ce mariage, c'est trop important. Et pourtant je ne me sens pas capable d'avoir une réaction rationnelle. Si seulement on pouvait me dire comment faire. Je suis prêt à essayer de garder la face pour Adrian, faire comme si ce n'était qu'un petit incident dont on pourra rire ensuite, comme pour ce coup de poing qu'à reçu Aaron de la part du frère d'Elizabeth à son propre mariage, mais ses mots me reviennent en mémoire et l'idée me semble alors impensable. Je n'arrive pas à quitter l'état de réaction abusive qui m'agite, alors que la culpabilité s'invite déja au festival de mes émotions. Faire comme si ça ne me touchait pas me semble impossible tout de suite. Ce qui a été évoqué devant tout le monde est beaucoup trop personnel pour ne pas m'atteindre, c'est notre intimité, qui a été sauvagement violée pour être offerte au divertissement et à la rancoeur. Nos faiblesses ainsi exposées, je n'ai aucune idée du comportement à adopter une fois à l'extérieur de cette petite pièce qui m'offre un répit bien trop temporaire.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
oh I believe in yesterday
Love is friendship that has caught fire. It is quiet understanding, mutual confidence, sharing and forgiving. It is loyalty through good and bad times

(c) Myuu.BANG!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: CHRISTIAN'S WEDDING DREAM ∆ everybody's invited    Mar 5 Avr - 0:28

Voir Aaron n'aurait pas dû la surprendre tant. Malgré tout ce qui avait pu se passer entre lui et le reste de la tribu, il restait leur frère et il était normal qu'il soit là. Que son odieuse épouse l'ait accompagné était déjà plus étonnant et Gaby ne put se retenir d'écarquiller brièvement les yeux en la découvrant là. Elle évita de croiser le regard d'Aaron, comme d'habitude, habituée à prétendre que tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes sans pour autant en faire trop. Elle pouvait sourire et bavarder joyeusement avec Jane, sa mère ou peu importe qui se trouvait là, mais elle n'adressait jamais ou presque la parole à l'aîné de la famille. Elle ignorait quoi dire, quoi faire en sa présence et le silence, Gaby le gérait très mal. Elle abandonna Lizzie sans trop de scrupules, expliquant à la va-vite qu'elle allait chercher une nouvelle coupe de champagne, demandant à peine si quelqu'un d'autre en voulait. La réponse, si réponse il y eut, se perdit derrière elle alors qu'elle s'éloignait, aussi vite que le lui permettaient ses escarpins. Annabel avait disparu et, Dieu merci, Cara non plus n'était pas dans les parages. Les serveurs, en revanche, étaient là et Gaby ne tarda pas à se retrouver coupe en main et sourire aux lèvres. Elle songea à retrouver les siens mais avant qu'elle se soit décidée, Chris se saisit d'un micro et le silence se fit autour d'eux. Au prix d'une contorsion peu élégante pour sauver à la fois sa robe et sa coupe de champagne, Gaby parvint à extirper son portable de sa pochette et à en activer la caméra, bien décidée à ne pas perdre une miette du discours. La postérité aurait besoin de voir Chris étaler son amour pour Adrian de la manière la plus cheesy qui soit.

Elle se moquerait probablement plus tard mais lorsque son frère se tut, Gaby avait les yeux brillants de larmes. Les dents plantées dans la lèvre inférieure, elle s'efforça d'inspirer profondément pour se calmer, consciente qu'elle était probablement en train de faire trembler affreusement son portable et, par conséquent, l'image. Tant pis pour la postérité then. Adrian prit la parole à son tour et Gaby ne put empêcher une vague de fierté de déferler sur son petit cœur rempli de joie. Qui aurait cru que le garçon discret qu'on entendait jamais lorsqu'il venait à la maison s'exprimerait un jour comme ça, devant leurs familles et amis ? « Faut pas croire à toutes ces conneries, glissa une voix masculine à ses côtés. Le rouquin s'est jeté dans mon lit après que sa blonde ait trempé son biscuit ailleurs. Sale histoire si tu veux mon avis, pas de quoi immortaliser l'affaire » Interloquée, Gaby cligna des yeux plusieurs fois, repassant encore et encore les quelques mots du grand brun à côté d'elle qui ressemblait à s'y méprendre à l'un des amis d'Adrian, Harry quelque chose. Elle tenait toujours son portable en l'air, même si Adrian s'était tu, trop choquée pour réaliser ce qu'elle faisait. Avait-il ‒ non. Non. Non, ce n'était pas possible. Incapable de comprendre ce qui se tramait sous ses yeux, Gaby vit le type ‒ dont, vraiment, les traits ne lui étaient pas étrangers mais why, when, where, really, elle aurait été incapable de le dire ‒ avaler une coupe un peu trop rapidement et marcher, ou tituber plutôt, jusqu'au micro avant de s'y rattraper in extremis. Bloody hell. Il n'allait tout de même pas ‒ ah, si. Will Hardy. Le frère de Harry donc. Mais que diable faisait-il là ? Effarée, Gaby ne parvint pas à détourner les yeux avant qu'il ne se taise, pour trouver avec affolement le regard de Chris. Ce n'était pas vrai. Ça ne pouvait pas être vrai. Si ? A en juger par la mine qu'affichait son frère, il ne s'agissait pas d'un délire alcoolisé et l'atmosphère était bien trop lourde pour que quiconque se soit mépris là-dessus.

Son cœur se serra lorsqu'elle vit Chris fuir, voler presque entre les invités pour déguerpir. Gaby frissonna et réalisa qu'elle filmait toujours. A la hâte, elle arrêta la vidéo, heurtant plus d'un convive sur son chemin. Il ne fallait certainement pas laisser Chris seul, pas après ça. Avec un peu de chance ‒ si tant est qu'ils en aient ‒ quelqu'un aurait la bonne idée de prendre la parole pour tâcher de faire oublier un peu les mots terribles de William Hardy. Et Jane, où était Jane, God. Gaby espérait sincèrement qu'elles avaient la même idée. Parce qu'il ne fallait pas laisser Chris seul. Certainement pas.

Gaby s'arrêta sur le seuil des toilettes, incertaine quant à la marche à suivre. Elle n'arrivait pas à y croire, pas vraiment. N'importe qui connaissant un minimum Adrian et Chris savait combien ils s'aimaient. Elle avait vu son frère tomber amoureux, elle les avait vu se trouver, se construire. Bien sûr, chaque couple rencontrait des problèmes de temps à autre, ils l'avaient dit eux-mêmes un peu plus tôt. Mais ça ? Non. « Chris ? » parvint-elle à articuler d'une voix faible. Elle s'approcha doucement, les sourcils froncés par l'inquiétude. Qui pouvait bien savoir ce qui se tramait dans sa tête à cet instant précis ? « Chris ? répéta-t-elle en posant une main sur son épaule. Je suis désolée » Parce qu'au fond, peu importait que ce soit vrai ou faux, peu importait la raison pour laquelle il l'avait gardé pour lui, c'était le bien-être de son frère qui primait.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
▪ messages : 441
▪ dispo pour un rp ? : Oui !
▪ avatar : Jack Falahee
▪ âge : 28 ans
▪ statut : Célibataire
▪ occupation : Professeur de piano ; ancien pianiste à succès

MessageSujet: Re: CHRISTIAN'S WEDDING DREAM ∆ everybody's invited    Mar 5 Avr - 19:15

Il suffit d'une minute pour qu'un rêve se brise. D'une phrase, de quelques mots mis bout à bout, et je suis très bien placé pour le comprendre ; les mots composent une bonne partie de ma vie. J'aime les mots, les manier, les dire parfois, et surtout les écrire - en revanche, je ne suis pas très doué pour prévoir ce qui peut se passer. Pour anticiper la conduite des gens. Et la présence de William à ce mariage auquel j'ai consacré tant de temps et de préparatifs, de soirées arosées de thé pour tenir le coup, sa présence me le confirme. Il se tient là, devant nous, le désespoir au fond des yeux - à côté de l'alcool qu'il a sans doute consommé à l'excès - à débiter des paroles que mon cerveau refuse de comprendre. Je ne peux plus bouger, ma main se fige en même temps que le moindre de mes muscles, dans un état statique, second. Cet homme que j'ai aimé, sans doute, pas de la même manière que Chris, pas aussi profondément, mais que j'ai aimé quand même, est en train de me briser le coeur en public, alors qu'un flot de paroles assassines s'échappent sans contrôle de ses lèvres. Je me braque, l'écoute révéler nos failles à tout le monde comme si nous n'avions cessé de mentir pendant tous ces beaux discours. Et mon cerveau se repasse en boucle le film de ces dernières années, la tromperie de Chris, la crise difficile qui s'en est suivie, la douleur insupportable qui m'arrachait le coeur, la rencontre avec William, pour une soirée en dehors des sentiers battus, et les conséquences. Je n'ai pas mérité qu'il m'aime autant, mais je n'ai pas mérité non plus qu'il m'achève devant l'auditoire de notre mariage. Devant tous les Grayson qui ignoraient la tromperie, le fin mot de l'affaire de nos difficultés. Devant Lizzie, Oliver et tous les autres. Je ne parviens même pas à tourner la tête pour regarder Chris dont je devine aisément, à travers mes pensées brumeuses, l'état d'esprit à ce moment même, alors que William ne s'arrête plus. Je voudrais lui hurler d'arrêter, comme lorsque ses camarades de classe me prenaient pour souffre douleur alors que nous n'étions qu'enfants, mais comme à l'époque, je me retrouve pantois, privé de mots et de défense. Tous les regards oscillent, vont et viennent entre l'orateur et le couple nouvellement marié que nous formons ; cette journée était censée être parfaite. Douce. Comme notre couple.

Il n'en restera que le souvenir de cette scène absurde. Et même voir William finalement s'éloigner ne me permet pas de me sortir de ma léthargie. Christopher s'échappe, mais moi, je reste debout, seul face au monde dont les murmures s'élèvent déjà, ne me laissant que présager de ce qui se dit. Les gens qu'on aime sont ici, mais j'imagine que l'amour ne les empêche pas de commenter. Je cherche ma mère des yeux, qui est naturellement seule et non accompagnée de mon père - ce à quoi j'aurais dû m'attendre, il est sans doute en retard. Tant mieux. Lui qui voit si peu de son fils n'aura au moins pas assisté au spectable. Je soupire, mes mains tremblent, et je réalise qu'il faudrait sans doute que je commente, que je dise quelque chose pour sauver les meubles, pour que la fête continue - si ce n'est pour nous, pour les gens qui sont là, au moins. C'est moi le professionnel des mots, celui qui les manie si bien. Quand je suis seul avec Chris, parfois, j'arrive à calmer ses angoisses d'un trait d'esprit ou d'une remarque supportive. Je prends une inspiration et serre ma main sur ma coupe de Champagne pour éviter de trembler. « Désolé pour cette interruption… » je murmure, conscient de la médiocrité de ce que je marmonne. « Peut être que nous avons traversé des crises, mais de qui, ici, ça n'a pas été le cas ? Ca ne change rien à l'amour que l'on se porte. » J'interroge d'une voix faible, misérable. J'ai l'impression de me battre contre une force invisible en ayant perdu d'avance. « Le principal, c'est qu'on soit ici, aujourd'hui, malgré les crises, malgré les années. Prêts à s'engager pour toujours et à fonder une famille… » Ma voix tremble un peu et je regrette que Chris ne soit pas là pour entendre ces quelques mots lancés en désespoir de cause. Je soupire, affrontant le public une dernière fois, puis dépose ma coupe sur la table pour gagner la sortie de la salle. Je respire mieux une fois dehors, et me laisse tomber sur un banc qui se tient là, regardant face à moi pour chercher une réponse logique à cette injustice quelque part - réponse que je ne trouve pas. J'ai peur, soudainement terriblement peur que Chris préfère mettre fin à cette cérémonie, et à tout le reste, alors que Will vient de raviver de vieilles blessures à peine cicatrisées. Et si Chris réalisait que finalement, il ne m'a pas pardonné, lui non plus ? Que finalement, il n'est pas prêt à vivre avec l'amour que j'ai pu porter à un autre homme ? Je me penche en avant et glisse ma tête douloureuse entre mes mains. Comme à son habitude, mon cerveau fonctionne trop vite. C'en est presque douloureux.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: CHRISTIAN'S WEDDING DREAM ∆ everybody's invited    Jeu 7 Avr - 22:27

Je ne sais pas si je me serais marié avec Carmen, si notre couple avait dû se poursuivre au delà de l’instant où il s’est arrêté. Est-ce que je lui aurais demandé de m’épouser ? Je ne suis pas très mariage, ces choses là ne m’intéressent pas. Dans mon imaginaire, sans doute un peu macho, ce sont les filles qui rêvent de mariage. Carmen aurait adoré se marier, j’imagine. Elle le fera surement un jour. Pas avec moi. Christopher, mon frère, lui prouve que les femmes ne sont pas les seules à avoir un attrait particulier pour l’institution. Depuis qu’il est avec Adrian, je crois qu’il a toujours projeté de l’épouser un jour. Et même si je ne suis pas très mariage, même si je ne m’imagine pas au bout de cette allée, un sourire aux lèvres, à attendre une mariée vêtue d’une grosse robe blanche, même si je ne comprends pas qu’il soit si important pour certaines personnes de se dire oui devant une assemblée de gens, je dois bien admettre que Chris force l’admiration. Ils ont traversé des hauts et des bas, avec Adrian, et même s’il n’en n’a pas vraiment parlé, ils ont tous les deux surmonté tout ça. Ils se sont battus avec pas mal de gens et de choses pour en arriver là. Je crois que mon frère est heureux, en tout cas je ne l’ai jamais senti aussi fier et aussi à l’aise, et je ne suis sans doute pas le seul à le penser, si l’on en croit tous les visages émerveillés qui suivent la cérémonie avec passion.

Avec le vin d’honneur vient le temps des discours, et je dois bien admettre que, même pour mon cœur de pierre, tout ça est charmant. Il est facile de voir à quel point Adrian aime Chris et inversement. Toute la famille Grayson est là, au grand complet – alors que Papa Fletcher manque à l’appel, comme souvent. Même Aaron a fait le déplacement avec sa femme, celle qui ne supportait pas les membres de la famille. Je dois admettre que parfois, elle me fait de la peine, livrée aux requins Grayson sans la moindre défense. Elle est valeureuse que d’oser encore se pointer. Je suis perdu dans mes pensées quand une voix inconnue trouble ma quiétude en déversant un flot de paroles qui ne cesse plus. Des histoires d’amour et de… Oh. Un acteur connu se trouve au milieu de la salle et hurle des paroles alcoolisées. Je me demande si le tout ressort d’une caméra cachée ou d’un truc du genre, puis prends conscience de ce qu’il est en train de dire. Mes yeux errent à la recherche de Chris qui est en train de devenir livide et je me mords l’intérieur de la joue suffisamment fort pour m’éviter de dire quoi que ce soit. Je vois Aaron, à ma droite, qui se fige dans la stupeur, comme toute l’assemblée, comme tous ceux qui les connaissent, tous les deux. Quelqu’un éloigne le type quand il a terminé, et Chris s’en va en courant, plantant Adrian au milieu de la salle qui tente misérablement de formuler quelques mots d’explication. Je fronce le nez, sentant monter en moi cette colère qui me rappelle que je ne suis pas un Grayson pour rien et que, même si de temps en temps j’en doute ou m’en lasse, je fais bien partie de cette famille. Je jette un œil à Aaron qui m’interroge du regard et secoue la tête, mais c’est trop tard. Je parcoure la foule, emprunt d’une nouvelle adrénaline, laissant Adrian avec sa foule d’invités hébétée, et rattrape l’immonde pourriture qui vient de foutre en l’air ce mariage en m’emparant de son col. Rien de compliqué, le type est complètement soûl et échappe facilement aux mains de son sauveur. Je prends une inspiration et lui envoie mon poing en pleine figure – dans le nez, plus exactement – tellement fort que moi même j’ai mal. Je me secoue la main et pousse un grognement de frustration et d’agacement. « J’espère pour toi qu’on croisera plus jamais ton chemin », je lâche en soupirant. Je m’éloigne de lui, avec la maigre satisfaction que peut être, Chris sera un peu soulagé. Je passe par la cuisine pour récupérer de la glace puis part à la recherche de mon frère, qui s’est réfugié dans les toilettes. Gaby se trouve déjà avec lui, et je pousse un soupir discret en poussant la porte. « Je viens de casser le nez de ce type, pour ce que ça vaut », je marmonne en posant le sac de glace sur mes phalanges. Je ne sais pas quoi dire d’autre, je suis de toute façon très mauvais pour les démonstrations d’affection ou de réconfort, alors je me contente de glisser ma main valide autour des épaules de Gaby sans ajouter un mot.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: CHRISTIAN'S WEDDING DREAM ∆ everybody's invited    Jeu 7 Avr - 23:16

Note to self : don't get married. Il semblerait que les unions Grayson soient destinées à se transformer en un épisode de soap opera. Il faudra que je demande à mes parents si leur propre mariage a été aussi chaotique. Mais clairement, pas aujourd'hui. Plutôt dans quinze ou vingt ans, quand cette histoire sera devenue une anecdote pas vraiment drôle, mais qui ressort régulièrement aux dîners de famille. L'heure est présentement à la mission de sauvetage. Je n'ai pas réagi assez vite quand Will est monté sur scène et qu'il est devenu évident qu'il n'avait pas l'intention de féliciter le beau couple. J'aurais dû le faire descendre de là à grands coups de talon aiguille dans la face à l'instant où il s'est mis à débiter ses conneries. Mais j'étais sonnée. J'avais eu vent, à demi mots, de difficultés palpables entre Adrian et Chris, mais ils n'en ont jamais parlé et personne ne s'est risqué à les confronter sur les tensions latentes qui émanaient d'eux. Et moi, j'étais bien trop loin et occupée pour pouvoir ne serait-ce que deviner l'ampleur du problème. Peut-être aurais-je dû. Mais on ne peut pas réécrire le passé et je n'aurais sans doute rien pu faire qui aurait empêché ce désastre. Je bénis Imogen et son flegme, sans doute la mieux placée pour s'occuper de cet abject individu. Si l'un de nous s'en était occupé, ça aurait pu très mal finir. Je compte d'ailleurs me venger au nom de mon frère, m'assurant que l'édition du film soit aussi peu flatteuse que possible pour ce sale type. Je commence à être respectée et appréciée du crew et j'ai presque le mot de la fin sur l'éclairage et le cadrage. Il rira moins en reprenant du service, le William.

Mais mes humeurs vengeresses devront attendre. Je scanne l'assemblée du regard, ayant relégué la bombe lâchée par l'ivrogne - qui ne peut qu'être vraie, si on en juge par la réaction des mariés - et passe en mode grande soeur. Comment limiter les dégâts? Je vois Gaby s'élancer à la suite de Chris, ce qui est une bonne chose. J'aimerai les suivre, consoler mon frère, l'enlacer, mais il y a plus urgent. Adrian, fidèle à sa nature calme et faisant preuve d'une incroyable maîtrise de lui offre une répartie sobre et touchante, que je ne manquerai pas de relayer. J'applaudis avec ferveur ce message d'amour et d'engagement, suivie par le reste de l'assistance, qui semble toutefois plus timide et confuse. Je prends note de la sortie du second marié mais décide de palier au plus urgent. Je m'empare donc à mon tour du micro, ne sachant pas encore exactement comment je vais transformer cette foule murmurante en un groupe joyeux et dansant. « Vous l'avez entendu, nous sommes ici pour célébrer l'amour de Chris et Adrian, pas pour analyser leurs erreurs ou mettre notre nez là où il n'a pas sa place. Je vous prierai donc de respecter l'intimité des mariés, elle a été assez malmenée pour aujourd'hui. Le buffet est là, on a un open bar et de la bonne musique, alors profitez-en, rencontrez votre âme soeur à vous et dansez la Macarena ! » Je fais un grand geste en direction du DJ, qui a l'air un peu abasourdi derrière ses platines. Les quelques secondes de silence paraissent éternels mais un air entraînant - qui fort heureusement n'est pas l'hymne à la relation extra conjugale des 90s que j'ai maladroitement mentionnée - résonne dans la salle. L'ambiance n'est pas encore au rendez-vous, mais au moins, on n'entend plus les chuchotements intempestifs de vieilles tantes en manque de sensation forte. Au moins, on s'en souviendra de ce mariage !

J'interpelle un des serveurs et désigne le micro d'un geste autoritaire « Si vous pouviez ranger ça quelque part où personne - et je dis bien, personne - ne le trouvera, ça serait super. » Le grand échalas blond hoche la tête et se met au travail, visiblement peu affecté par le drame familial qui se joue sous ses yeux. Peut-être travaille régulièrement à des mariages et a vu des scènes bien pires que celle-ci. Ou il n'est pas assez payé pour avoir quelque chose à faire des affres sentimentales du couple. Je repère Lizzie au même moment où j'aperçois ma mère dans un coin, clairement retournée par la situation. Elle a toujours idéalisé la relation de mon frère et de son meilleur ami, voyant leur histoire comme le parfait conte de fées des temps modernes. J'envisage d'aller la consoler, mais décide plutôt de confier la tâche à ma petite soeur. Je l'enlace rapidement et lui chuchote « Lizzie, je sais que tu dois être chamboulée, mais tu peux aller tenir compagnie à Maman et Papa pour moi? Elle a besoin que l'un d'entre nous soit avec elle. » Je lui fais confiance et compte sur le fait qu'ils se soutiendront mutuellement. Dieu sait où Oliver a bien pu passé, ceci dit, je le soupçonne de fricoter avec une petite blonde que j'ai repéré un peu plus tôt. Je n'ai pas non plus vu Mathias. Des fois, j'aimerai avoir moins de frères et soeurs à surveiller. Avec un peu de chance, ils ont manqué toute cette débandade. Et je dois m'assurer qu'Adrian tient le choc. Je quitte donc le bâtiment à mon tour, remettant à plus tard mes inquiétudes quand au reste de ma fratrie. Parce que si le cas de mon plus jeune frère me pose un problème mineur, celui de mon aîné et de son insupportable femme est bien plus conséquent. Mais pour le moment, je ne peux que prier pour qu'il réussisse à la tenir. Ou qu'elle s'abstienne elle-même de se comporter comme une connasse, mais ça, ça tiendrait du vrai miracle.

Il est assis sur un banc, la tête entre les mains, une posture qui semble convenir à la situation. Je m'assois à ses côtés, appréciant l'air frais sur ma peau. Je pose une main sur son bras, laissant un instant de silence passer. Et ce bref instant me force à essayer d'assimiler l'information. Adrian a fréquenté un autre homme. Mon frère l'a trompé. Ca fait beaucoup en si peu de temps. Les questions se bousculent, la plupart égoïstes. Pourquoi ne m'avoir rien dit, pourquoi nous avoir tous laissés dans l'ignorance quand les choses allaient si mal? Nous sommes une famille, nous nous entraidons. C'est à cette époque qu'ils auraient eu le plus besoin de soutien. Bon, ils vont en avoir bien besoin maintenant aussi, mais c'est la traversée de l'épreuve qui compte, pas le nettoyage. Mais c'est le rôle qu'il me faut jouer, alors autant commencer maintenant. « J'ai tenté de faire avancer la soirée, dit aux gens d'être respectueux, je ne sais pas si ça va marcher. » Sans doute dans quelques heures, quelqu'un sera suffisamment ivre pour faire une remarque déplacée. Mais celui-là, je me ferais un plaisir de le sortir moi-même. « Je suis désolée que tu n'ai pas pu avoir le mariage que tu mérites, mais tu avais raison. Ce qui compte, c'est que vous vous aimez, que vous vous êtes mariés et que maintenant, vous regardiez vers l'avenir. » Je tente un sourire, qui ne doit pas être bien convaincant. « Je vais aller voir Chris, mais dis-moi ce dont tu as besoin avant. Je peux faire déguerpir tout le monde si c'est ça que tu veux, je peux vous faire sortir discrètement si vous avez besoin de temps pour vous, il y a un salon à l'étage. Ce que tu veux et je le ferais. » Je serre alors sa main, l'air sérieux mais réconfortant. Une attitude sereine et assurée, mon masque de grande soeur en période de crise. Je peux tout surmonter pour eux, c'est mon rôle. Je mets mes émotions en pagaille de côté et me concentre sur ce dont ils ont besoin. Je suis là pour ça et je suis prête.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: CHRISTIAN'S WEDDING DREAM ∆ everybody's invited    Mer 13 Avr - 19:59

Perchée sur mes douze centimètres de talons aiguilles, l'exercice m'était coutumier. Rester debout pendant des heures, dans le cadre des soirées mondaines, je connaissais, avec l'accessoire de la coupe de champagne à la main. Douze centimètres de doute et d'interrogations, mais de joie aussi, parce que l'ensemble des convives était ici pour célébrer. Une soirée avec Tam, moi et Chris, croisé dans un bar, puis quelques verres, et j'avais reçu mon ticket d'entrée pour son mariage avec Adrian, plusieurs jours plus tard. C'était autant inespéré, qu'inattendu. Chris faisait parti de mes amis, mais j'avais dû tirer un trait sur plusieurs amitiés, lorsque Gaby et moi avions mis un terme à notre relation. Alors ne parlons pas de toute la fratrie Grayson qui s'était rangée derrière leur sœur, lorsqu'ils avaient appris dans quelles conditions les choses s'étaient produites. Je n'avais jamais vraiment su ce que Gaby avait pu raconter à mon sujet, mais je n'avais plus entendu parlé de la famille par la suite (de toute façon, j'étais de l'autre côté du globe, ça aidait), ça se passait de commentaires. Je n'avais pas non plus cherché à rentrer de nouveau en contact avec eux par la suite. Vu comment ça s'était passé lorsque j'avais essayé de reparler à mon Ex, c'était probablement mieux comme ça. Tamsin restait notre amie commune à tous les deux, Chris et moi, tout notre bonne conduite respective, j'imagine, et quelques bières plus tard, ça n'avait pas été difficile de discuter de tout, de rien, de nos amours, nos regrets peut être. Finalement les détails de cette soirée demeuraient assez flous. J'avais dû en tout cas dire ou faire quelque chose qui avait suffisamment interpellé mon ami, pour qu'il se décide à le convier à la cérémonie. J'avais un peu tergiversé, changé d'avis de nombreuses fois, avant de quand même me décider. Pas question de revoir Gaby, la réciproque était vrai, c'était ce que nous avions convenu. C'était néanmoins impoli de refuser une invitation, surtout lorsque ça concerne l'un de vos vieux amis, et que vous avez le désir de vous y rendre, malgré que la moitié des invités aient envie de prendre place sur le bûcher. Je n'étais pas le de toute façon pour générer un quelconque drame, mais profiter de la belle cérémonie qui s'était déroulée un peu plus tôt, sourire, comme le reste des personnes présentes ici, et poursuivre la célébration au vin d'honneur. Chercher à éviter Gaby et les Grayson s'avéra bientôt complètement dérisoire (en plus d'être déjà compliqué au départ). Mes problèmes parurent bien légers soudain, lorsque le trouble fête vint mettre à mal la vision idyllique du couple que formait Adrian et Chris. Surtout lorsque le connard en question n'était autre que celui qui avait déjà brisé le cœur de Tamsin ! Les informations ne passèrent pas inaperçues et malgré les efforts de Jane pour faire taire les chuchotis, le mal était fait. Il n'y avait que la musique et la danse pour adoucir les cœurs, alourdis par ces révélations. A la vitesse de la lumière, je remettais les pièces du puzzle en place, réalisant avant effroi que William avait foutu le bordel avec avec Tam, au profit d'Adrian, mais il y avait Chris et ses histoires au beau milieu de tout ça... Ok, ok, une chose à la fois !

Comme souvent, mon point de repère était est restait Tam. Je mis un certain temps à la repérer parmi les autres invités, encore plus à réussir à la rejoindre, lorsque ce fut fait, consciente qu'elle n'allait probablement pas tardé à m'abandonner au profit de Chris.

- Mais quel con, sérieusement, c'est quoi son problème à la fin ? m'emportai-je auprès de mon amie, tout en m'assurant qu'elle même tenait le coup. Je la savais solide, mais j'étais bien placée pour savoir que même si une histoire était considérée comme terminée, la moindre étincelle était susceptible de nous faire flancher de nouveau. Qu'est-ce que je peux faire pour aider ? questionnai-je, bien que franchement, il n'y avait sûrement pas grand chose à faire. Le mec était un imbécile, qui avait trop bu, qui avait décidé de foutre le bordel, et qui avait réussi. A part maintenir le cap, pour le moment, je ne voyais pas vraiment d'option. Tamsin elle, était témoin. Elle était peut être plus à même de savoir quoi faire.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: CHRISTIAN'S WEDDING DREAM ∆ everybody's invited    

Revenir en haut Aller en bas
 
CHRISTIAN'S WEDDING DREAM ∆ everybody's invited
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dream of Ewilan
» Christian Vs Cena
» Hollywood Dream Boulevard
» Dream ticket :Obama/Gore
» California Dream !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2016-2017-
Sauter vers: