GES + You're a rock'n'roll suicide [UC]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: GES + You're a rock'n'roll suicide [UC]   Mar 1 Mar - 0:02


G. Eleanor Simmons
"You're too old to lose it, too young to chose it and the clock waits so patiently on your song. You walk past a café but you don't eat when you've lived too long."

introduction
Ici, c'est un résumé très global et chronologique de l'histoire de ton personnage, qui ne survole que les principaux points de sa vie. Ce résumé sera utile aux autres membres qui voudront se faire une meilleure idée de ton personnage. Un résumé "modèle" fera environ entre 75 et 125 mots, ce qui se trouve à être la longueur de ce paragraphe (90). Il n'y a pas de minimum de mots établi, mais veillez par contre à ne pas dépasser les 150 mots, question que le résumé soit concis et efficace.

▬ âge : 22 ans (en 2016)
▬ nationalité : Anglaise
▬ métier : Etudiante en littérature anglaise
▬ quartier : Kensington
▬ orientation sexuelle : hétérosexuelle
▬ statut : célibataire
▬ groupe : Oyster card
▬ avatar : Alicia Vikander


en 2005en 2009aujourd'hui
En 200 mots minimum, dites où en est votre personnage dans la vie en 2009. Peut inclure ce qui se passe entre 2006 et 2009.

   Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur? At vero eos et accusamus et iusto odio dignissimos ducimus qui blanditiis praesentium voluptatum deleniti atque corrupti quos dolores et quas molestias excepturi sint occaecati cupiditate non provident, similique sunt in culpa qui officia deserunt mollitia animi, id est laborum et dolorum fuga. Et harum quidem rerum facilis est et expedita distinctio. Nam libero tempore, cum soluta nobis est eligendi optio cumque nihil impedit quo minus id quod maxime placeat facere
"Giulia, assieds-toi, mon bébé." Cela avait suffi pour que les larmes lui montent aux yeux. Le ton sans appel de son père, contrastant étonnamment avec le surnom affectueux, ne pouvait signifier qu'une chose. Une mauvaise nouvelle. Très mauvaise. Elle s'assit, prête à entendre une chose terrible. Maman a un cancer, ton grand-père est mort, le chien a été écrasé. Ils n'avaient même pas de chien, mais elle était tout de même préparée à une telle éventualité. Stupide, sans aucun doute. Mais ce qui allait suivre, rien n'aurait pu l'y préparer. "Thomas est mort." Il lui fallut quinze bonnes secondes pour assimiler l'information, puis Giulia éclata en sanglots. Des sanglots qui faisaient mal, des larmes qui brûlaient les yeux comme de l'acide. "Non, c'est pas possible, c'est pas vrai ! Oh putain non, non, non !" Elle avait l'impression de hurler à s'en déchirer les cordes vocales mais sa gorge était prise dans un tel étau que presque aucun son ne sortait de ses lèvres. Que des sanglots, issus de la pire des douleurs. Pire que tout ce qu'elle avait connu. Toujours, Thomas avait été là pour la prendre dans ses bras quand personne d'autre ne pouvait la toucher, il avait été là à chaque instant avec les bons mots, ceux qui la guérissaient, qui recollaient les milliers de morceaux ensemble chaque fois qu'elle se brisait. Alors ce n'était pas possible. Il ne pouvait pas être mort, elle l'avait eu la veille au téléphone. Il allait dîner avec Isaac. Il était vivant. Il le fallait. Qui au monde aurait pu l'aider à surmonter sa mort sinon ? Il était le seul, le seul capable de faire ça. Elle voulait qu'il la prenne dans ses bras, qu'il dépose un baiser sur son front, lui dise que tout irait bien. Qu'elle allait surmonter ça comme le reste. Qu'il serait là pour l'aider à être heureuse. Oui, il allait le faire, il allait revenir, parce que Thomas ne pouvait pas mourir.

Mais rien de tout cela ne se produirait. Parce que Thomas était mort et elle mourrait avec lui. Le monde s'effritait entre ses doigts, la jeune femme tournait la tête à droite, à gauche et partout il y avait sa photo, un cadeau qu'il lui avait offert, un souvenir qui se rejouait sous ses yeux. Sa voix résonnait à ses oreilles, mais au fond, elle savait que ce n'était pas la réalité. La réalité, c'était que Thomas n'avait jamais été l'immortel qu'elle avait toujours cru qu'il était. Et il avait fait ce que les mortels font de mieux : mourir, l'abandonner là, seule, sans repères, sans autre dieu à prier que la dévastation.

Elle pleura sans discontinuer pendant deux heures, ses gémissements retentissant dans toute la maison familiale. Lorsque les larmes se tarirent, l'espace de seules quelques secondes, Giulia s'éteint. Elle mourut avec son frère. Ce qui survivrait, désormais et pour le temps qu'il lui restait à vivre, c'était une autre qui n'était pas tout à fait elle. Une autre à qui il manquait une part, une autre incomplète et dévastée qui ne pourrait jamais être réparée.

*
* *

Eleanor ouvrait les yeux et presque aussitôt, elle avait mal. Tous les jours. Elle préférait dormir, le réveil était le pire moment de la journée. Il y avait cette demi-seconde de félicité, en se réveillant, où elle ne se souvenait pas encore que son frère était parti. Non, pas parti. Mort. Ce n’était pas le genre de choses dont on se remettait. Alors elle préférait encore dormir, au moins, elle ne pensait pas en dormant, c’était à peine si elle rêvait. Elle devait avoir l’air morte, en dormant. Comme lui. C’était beaucoup mieux que d’être encore là, à aspirer indéfiniment l’air puis le rejeter comme les gens vivants. Elle n’était plus vivante. Plus vraiment.

En bas, elle entendit une voix l’appeler par son ancien prénom, Giulia. Son père. Elle ne descendrait pas. Elle leur avait dit pourtant, qu’elle ne voulait plus qu’on l’appelle comme ça. C’était Eleanor maintenant. Giulia, elle était morte ce soir-là avec Thomas. Et puis c’était son privilège à lui, comme un dernier lien, plus personne n’avait le droit de l’appeler comme ça. Elle n’était plus vraiment elle sans lui, alors pourquoi faire semblant ? Pourquoi faire comme avant, alors qu’avant n’existait plus ? Qu’il n’existait plus ? Que Giulia elle-même n’existait plus ? Elle aurait mieux fait de se tuer, oui. Le rejoindre. Ensemble à nouveau.
Les pas du père Simmons montèrent les escaliers, frappèrent quelques coups à la porte. Eleanor se leva pour déverrouiller et retourna dans son lit, le dos tourné, avant de lui dire d’entrer. Il avait un plateau repas dans les mains, le même que tous les jours. Sa mère essayait de varier les ingrédients du repas, à quoi bon, elle ne mangeait presque pas. «Voilà… dit-il en posant le plateau. Essaye de manger au moins la moitié aujourd’hui, d’accord? » Elle ne parvint pas à répondre. Elle se serait énervée, si seulement elle avait été capable de parler. Elle entendit son père soupirer, et sa main se poser sur son épaule, la presser. Elle frissonna au contact, presque un frisson de dégoût, elle ne voulait pas qu’on lui parle, pas qu’on la touche, qu’on la laisse tranquille, qu’on la laisse crever en paix. Non. Pas en paix.
Dès que son père fut parti, Eleanor s’empressa de refermer la porte à clef, et elle s’assit par terre face à son plateau. Un bouillon, des légumes, et sa pâtisserie préférée à laquelle elle savait déjà qu’elle ne toucherait pas. Pas de couteau sur le plateau, toujours pas, elle attendait tous les jours mais ses parents ne prenaient pas le risque. Elle aurait aimé. Avec un couteau, un vrai, pas une babiole, elle aurait pu avoir en main les rennes de son destin. Elle la visualisait, cette lame salvatrice qui aurait pu se plonger dans sa chair si seulement il n’y avait pas un être sur Terre, une abomination, un monstre, qui méritait bien plus qu’elle de se voir transpercer. Elle en rêvait la nuit. Elle ne savait rien de lui, ni son visage, ni son nom, mais elle voulait qu’il meure. Le tuer de ses propres mains, voir la vie s’éteindre dans ses yeux, comme il avait pris celle de son Thomas. Mais toujours pas de couteau.

Eleanor porta le bol à ses lèvres et but tout le bouillon d’une traite. Elle joua un moment avec les légumes, faillit en manger un. Non. Trop dur. Elle avait envie de vomir rien que d’y penser, cette nausée qui ne la quittait plus et il fallait bien trouver un coupable à son incapacité de guérir. Alors c’était devenu le monde entier. Ses parents les premiers, son frère qui l’appelait trop et Isaac qui ne l’appelait pas. Elle avait envie de se retrouver seule, pour la première fois de sa vie, dans son appartement qu’elle avait pris pour étudier à Oxford. Seulement elle était à peine capable de sortir de sa chambre. Il fallait qu’elle avance, qu’elle quitte cette maison où le fantôme de Thomas l’attendait à chaque fois qu’elle tournait la tête… C’était le seul moyen d’aller mieux, et elle n’était pas apte à le faire. Pas encore.
Son téléphone vibra, elle tendit mollement le bras pour l’attraper. Dexter. Encore. Il essayait de bien faire, il s’y prenait bien d’ailleurs mais elle n’arrivait pas à passer outre. Elle décrocha, il fallait qu’elle essaye, qu’elle fasse un pas vers lui… Ils étaient les seuls enfants Simmons restants, ils ne pouvaient pas rester comme des étrangers… Mais à chaque fois, il pouvait bien y avoir inscrit son prénom sur l’écran, c’était la voix de Thomas qu’elle entendait, son visage qu’elle voyait. Dexter était là comme un horrible de rappel de ce qu’elle ne voulait surtout pas oublier mais dont il était encore trop difficile de se souvenir. Elle l’entend prononcer son nom et ça sonne exactement comme quand Thomas le disait. Sa voix est juste beaucoup plus triste. Elle voudrait lui parler, lui dire de plus l’appeler comme ça, que ça existe plus Giulia. De venir la voir des fois. Qu’elle pense à lui. Qu’elle aime, même s’il ne sera jamais Thomas, même s’il ne sait pas aussi bien s’y prendre avec elle. Mais aucun mot ne sort de sa bouche, simplement son souffle qui s’échappe de façon saccadée parce qu’elle ne sait même plus comment respirer. « Tu devrais avoir un chat. Un bébé chat… » Un bébé chat. Ca sonne bien. Elle veut bien. Elle veut lui dire oui, qu’ils n’auront qu’à y aller ensemble, lui chercher un bébé chat. Mais toujours aucun son ne sort et elle essaye, elle essaye si fort. Eleanor sent quelque chose se débloquer dans sa gorge, elle va peut-être y arriver, un mot, juste un. Ca suffira. Pour qu’il sache qu’elle est là, qu’elle l’attend. Qu’il est utile. Que ses appels l’aident un peu. ‘Merci’, ou ‘désolée’, ce sera suffisant, ce sera un premier pas… Mais le son qui s’échappe de ses lèvres n’est qu’un sanglot, un pathétique sanglot de plus alors qu’elle raccroche pour qu’il ne l’entende pas fondre en larmes. Elle a honte, Eleanor, et elle s’en veut terriblement de ne pas être à la hauteur.

*
* *

Eleanor fixait encore le plafond. Toujours. C'était même devenu son activité principale au cours des dernières semaines, voire mois, elle ne savait plus très bien. Les larmes coulaient par intermittence, elle les étalait sur son visage en voulant les essuyer. Parfois, elle pensait que la source était tarie mais ça ne durait jamais vraiment longtemps. La migraine était devenue son âme soeur, la nausée sa meilleure amie. Elle s'endormait et se réveillait sur ses livres, ses CDs pour la plupart offerts par son frère. Les histoires, la musique étaient là pour la détruire et la réparer. Elle divaguait lorsqu'un cri la tira de ses pensées, un cri d'espoir, un cri d'amour échappé de son lecteur audio. Oh no, love, you're not alone ! Une phrase entendue des centaines de fois, mais qui prenait sens. La transperçait. I've had my share, I'll help you with the pain... You're not alone ! Non, elle n'était pas seule. Isaac l'avait abandonné, mais pas Dexter. Dexter était là, il lui tendait une main qu'elle attendait dieu seul savait quoi pour prendre. Gimme your hands, 'cause you're wonderful ! Oh gimme your hands... Sa main, Eleanor la tendit vers son téléphone. Ses doigts volèrent sur les touches. C'est d'accord pour le chat. Elle attendit l'accusé de réception avant de taper un nouveau message. Passe me voir un de ces jours... La jeune femme hésita un long moment alors que le silence s'était fait sur sa chambre, puis effaça les mots. Pas encore. Bientôt.
En 200 mots minimum, dites où où en est votre personnage dans la vie en 2005. Peut inclure ce qui se passe avant 2005. (enfance etc) Si votre personnage n'est pas né ou trop jeune, reportez les mots demandés sur une autre période de rp.

   Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur? At vero eos et accusamus et iusto odio dignissimos ducimus qui blanditiis praesentium voluptatum deleniti atque corrupti quos dolores et quas molestias excepturi sint occaecati cupiditate non provident, similique sunt in culpa qui officia deserunt mollitia animi, id est laborum et dolorum fuga. Et harum quidem rerum facilis est et expedita distinctio. Nam libero tempore, cum soluta nobis est eligendi optio cumque nihil impedit quo minus id quod maxime placeat facere



─ pseudo/prénom : stardust ─ âge : 18 ans ─ fréquence de connexion : assez souvent, 4/7 minimum - normalement, plus  ─ comment avez-vous découvert ticket to ride et qu'en pensez-vous ? par bazzart, je trouvais le concept plutôt cool mais c'est le scénario qui m'a décidée  ─ inventé ou pévario ? scénario de Dexter  ─ code : okay by Margaux  ─ crédits : shiya
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GES + You're a rock'n'roll suicide [UC]   Mar 1 Mar - 0:10

Little sister of mine oscarisée
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GES + You're a rock'n'roll suicide [UC]   Mar 1 Mar - 0:36

Elle est beeeeeeeeeeeeeeeelle
Revenir en haut Aller en bas
avatar
▪ messages : 1171
▪ dispo pour un rp ? : yes, always
▪ avatar : Caspar Lee
▪ âge : vingt-quatre ans (24/04)
▪ statut : célibataire
▪ occupation : youtuber, video editor and still studying maths @Westminster

MessageSujet: Re: GES + You're a rock'n'roll suicide [UC]   Mar 1 Mar - 2:09

ELLE ÉTAIT TROP BELLE SUR LE RED CARPET HIER SOIR

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
you can count on me ♡ If you're tossin' and you're turnin' And you just can't fall asleep, I'll sing a song beside you And if you ever forget how much you really mean to me, Every day I will remind you. Oh, We find out what we're made of When we are called to help our friends in need. You can count on me like 1, 2, 3 I'll be there And I know when I need it I can count on you like 4, 3, 2, You'll be there 'Cause that's what friends are supposed to do
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GES + You're a rock'n'roll suicide [UC]   Mar 1 Mar - 9:32

bon courage dans la rédaction de ta fiche ! inlovee
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GES + You're a rock'n'roll suicide [UC]   Mar 1 Mar - 12:25

Bienvenue fan du grand David Wink
Très très bon choix de pévario, et puis Alicia est tellement cutie surtout avec un oscar en main ,D
Bon courage pour ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GES + You're a rock'n'roll suicide [UC]   Mar 1 Mar - 13:21

Aliciaaa, little sunflower

Bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GES + You're a rock'n'roll suicide [UC]   Mar 1 Mar - 18:15

Rebienvenuuuuue contente de voir que tu restes parmi nous
Revenir en haut Aller en bas
avatar
▪ messages : 782
▪ dispo pour un rp ? : yeah
▪ avatar : aaron tveit
▪ âge : 34
▪ statut : marié
▪ occupation : réalisateur

MessageSujet: Re: GES + You're a rock'n'roll suicide [UC]   Lun 7 Mar - 11:21

Il te reste jusqu'à demain pour finir, est-ce que tu souhaite un délai? En sachant qu'en tant qu'ancienne, et parce que tu as déja les 800 mots demandés dans la fiche, tu n'es pas obligée de remplir les autres périodes
Par contre ce qu'il va nous falloir c'est le petit résumé d'a peu près 150 mots, car on en a besoin pour t'ajouter au registre des personnages

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
oh I believe in yesterday
Love is friendship that has caught fire. It is quiet understanding, mutual confidence, sharing and forgiving. It is loyalty through good and bad times

(c) Myuu.BANG!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GES + You're a rock'n'roll suicide [UC]   Ven 11 Mar - 14:05

    Alicia
    Bienvenue parmi nous
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: GES + You're a rock'n'roll suicide [UC]   Dim 13 Mar - 21:49

Sans nouvelle depuis le 7 mars, je suis obligée de déplacer Sad
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: GES + You're a rock'n'roll suicide [UC]   

Revenir en haut Aller en bas
 
GES + You're a rock'n'roll suicide [UC]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 05. I Love Rock'n Roll [PV ERIN]
» Baek Min Hwan ¦We rock it, roll it, swing it, drop it, take it, shot !
» La maison de retraite du rock and roll
» RÉSUMÉ DE LA PARTIE 57 : Rock'n'Roll
» Présentation Evil Slash [en cours]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2016-2017-
Sauter vers: