WCH ; blame it on teacher

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: WCH ; blame it on teacher   Lun 29 Fév - 18:01


William Ciaran Hardy
   citation en sous-titre

   
introduction
William incarne Frank Longbottom dans la préquelle de Harry Potter sur les maraudeurs, et vit en colocation avec son jumeau malade (et très sociable cela va sans dire Arrow) Harry, (Un jumeau qui vous veut du bien) pour qui il est tout ce qui compte vraiment finalement. Il ne parle plus à ses parents et a décidé de sacrifier la plupart de son temps à veiller au bien être de son frère dont la souffrance aussi bien physique que psychologique a toujours été négligée par Mr and Mrs Hardy lorsque Harry vivait encore chez leurs parents. William est un type sympa qui ne se prend pas la tête et qui profite allégrement de sa célébrité, en buvant trop et en se faisant souvent inviter à des soirées qui ne finissent jamais avant six heures du matin. Sociable, il n'a généralement pas non plus spécialement de mal à se lier d'amitié avec les gens. Mais très intéressé par la chose, il n'éprouve pas le moindre remord à se casser le lendemain matin sans prendre le petit déjeuner ou laisser de numéro de téléphone. Indépendant, il a surtout eu quelques mauvaises expériences avec ses relations les plus sérieuses. Soit son frère les fout en l'air, soit c'est lui, soit les deux, mais ça ne marche jamais vraiment longtemps. Aujourd'hui, il se remet difficilement du fait qu'un amant un peu trop régulier ait décidé de se remettre avec son ex. Côté sexualité, il préfère les femmes, même si c'est un homme qui lui a brisé le cœur dernièrement et qu'il assume sans honte jouer sur les deux tableaux.

   ▬ âge : 25 ans (en 2016)
   ▬ nationalité : anglo irish
   ▬ métier : acteur, mannequin (original je sais)
   ▬ quartier : clapham
   ▬ orientation sexuelle : bisexuel
   ▬ statut : célibataire
   ▬ groupe : travel card (j'ai quoi avec les TC?)
   ▬ avatar : gasapard ulliel

   

   en 2005en 2009aujourd'hui
En 200 mots minimum, dites où en est votre personnage dans la vie en 2009. Peut inclure ce qui se passe entre 2006 et 2009.

       Ça me fatigue, mais je n'ai pas le courage de m’énerver après l'un ou l'autre. Faire le médiateur entre mon frère et Tamsin est quasiment impossible, principalement parce qu'aucun d'eux ne fait vraiment d'effort. Tamsin a du en faire quelques uns au début, désormais ce n'est plus vraiment d'actualité. On dirait que ça leur plait, les joutes verbales, les taquineries. Ce n'est vraiment pas ma tasse de thé et je n'ai pas vraiment envie de prendre parti non plus. Alors après avoir raccompagné ma petite amie jusqu'à son taxi, je me laisse tomber dans le canapé en cherchant la télécommande à tâtons. « Eh bien, c'était encore animé ce soir. » Harry hausse une épaule, l'air peu concerné, voire complètement ironique. « J’ai trouvé qu’on progressait, pourtant » Je secoue la tête. Je n'ai pas vraiment envie d'avoir cette conversation, pourtant il faut bien que je m'exprime moi aussi sur le sujet. « C'est fatiguant, on dirait que ça vous amuse. Sois l'adulte Harry, ignore là. » Mais c'est trop demander à mon frère qui depuis quelques années, n'a aucune envie de se laisser faire par qui que ce soit. « Tu mérites beaucoup mieux que cette fille. Elle est méchante et assez idiote. Et puis je vois pas pourquoi je devrais ignorer ses remarques, je peux me défendre je ne suis pas faible » Clairement, ses propos sont biaisés. Tamsin n'est pas méchante. Un brin drama queen oui, on ne va le nier, un peu égocentrique aussi, mais pas méchante. « Elle est excédée, je ne pense qu'elle avait très envie que vos relations évoluent comme ça, et comme je te connais bien, je sais aussi que c'est pas vraiment ça le problème Harry. » Je soutiens son regard. C'est mon jumeau, il ne peut pas décemment croire que je ne vois pas clair dans son petit jeu, ou alors c'est moi l'idiot. Le regard de mon frère s'anime de quelque chose de particulier, et il se révolte, bien trop agressif pour moi. Je ne suis pas Tamsin, je n'ai vraiment pas envie de jouer à ce jeu là. « Ah oui, et c’est quoi le problème alors, William ? » Il grimace, et je sens qu'il n'est pas très content de mon analyse de la situation. Comme pour me montrer qu'il est heurté, il décide de quitter la pièce non sans ajouter « Je vais me coucher. Tu me prends sûrement pour un idiot, mais un jour, elle finira par te le demander. Je n’ai peut être pas envie de te voir partir mais quand je te dis que tu mérites mieux, sache que je le pense » Je soupire, ce n'était sûrement pas le bon soir pour parler de tout ça.

En 200 mots minimum, dites où où en est votre personnage dans la vie aujourd'hui. Peut inclure ce qui se passe entre 2009 et 2016. Si votre personnage est décédé pendant cette période, reportez les mots demandés sur les autres périodes de rp.

       Mon frère sait comment me remonter le moral, on peut pas lui enlever ça. Avec son cynisme naturel, et ses nouvelles toujours fraîches il me donne encore plus envie de chocolat. Adopter vraiment ? Je ne peux pas m'empêcher de laisser échapper un rire amer à souhait. Ce couple me dégoûte au plus haut point, surtout quand je repense à toutes ces nuits que j'ai passé avec Adrian. Ils étaient ensemble, en pseudo break, mais ensemble, et il me voyait pratiquement chaque jour à l'hôtel et sans vraiment penser à Christopher ou alors il avait bien du mal à m'en donner l'impression en soupirant mon nom entre deux coups de rein. Je ne sais même pas pourquoi je me sens trahi à ce point. Je savais parfaitement dans quoi je me lançais, c'est ça le pire, je savais et ça ne m'a pas empêché de me ramasser violemment dans cette histoire. Oh on pourrait trouver ça vraiment drôle, j'étais le premier à mettre en garde Adrian sur le fait que je n'avais aucune envie de m'attacher ou d'avoir une relation sérieuse avec lui. J'avais envie de baiser pour présenter ça de façon claire et dégueulasse et je suis celui donc le cœur est fatalement bien amoché. Ce qui m'a pris ? Franchement j'en sais rien. J'ai envie de changer de sujet vraiment, mais j'y reviens toujours d'une manière ou d'une autre, peut être que j'ai besoin d'en parler, de cracher sur eux pendant quelques mois encore en espérant que ça finisse par passer. Je ris, une fois de plus un peu cynique quand je vois toute la bonne volonté de mon frère lorsqu'il s'agit de dégueuler sur Chris. Et dans les faits, ça me remonterait vraiment le moral de le faire avec lui, si je ne l'avais pas surpris à plusieurs reprises à le reluquer comme à peut près tout le monde ici. Christopher Grayson, si je me mets ma mauvaise foi de côté est juste objectivement beau voire sexy. Et avec son  air de ne pas y toucher Teacher ne sort pas qu'avec des intellectuels au style douteux et à la coupe de cheveux démodée. Teacher est en fait un type vachement superficiel dans son choix de mecs, ne serait-ce que pour m'avoir choisi comme amant temporaire. Un mec qui joue dans une superproduction, rien que ça. « Arrête un peu, t'as beau détester Grayson autant que moi, tu fais pas partie de ceux qui le matent le moins non plus. » Je lance en bougonnant.

Harry ne va pas apprécier cette immersion dans sa vie privée, mais il pourrait au moins être un peu honnête avec son frère, ça nous empêcherait pas de nous plaindre du couple et je me sentirais sans doute moins con d'avoir un crush d'adolescent sur Teacher. « Mais merci d'essayer de compatir et de me faire croire que c'est vraiment pas ton style non plus ça me touche. Enfin bref Fletch obtient toujours ce qu'il veut in the end, donc on va le plaindre parce qu'il se faisait traiter d'intello au lycée. » Je soupire. Il faut vraiment que je change de sujet, pourquoi c'est impossible ? Je souris un peu à l'évocation de la pizza. « Un jour toi et moi, il faudra qu'on se mette à manger correctement. » Ou je risquerait de plus convenir aux hauts standards de beauté de Teacher par exemple.
En 200 mots minimum, dites où où en est votre personnage dans la vie en 2005. Peut inclure ce qui se passe avant 2005. (enfance etc) Si votre personnage n'est pas né ou trop jeune, reportez les mots demandés sur une autre période de rp.

       Harry ne viendra pas à table, et je ne sais pas vraiment comment l'annoncer à mon père qui est déjà de très mauvaise humeur. Mais je ne peux pas le forcer à se réveiller non plus, il est exténué, et le résultat serait sans doute le même si il essayait de se traîner difficilement jusqu'à la table pour partager le repas. Alors je ferme la porte doucement derrière moi, l'air coupable, en aidant ma mère pour deux dans l'espoir que personne ne remarque que mon frère manque une fois de plus à l'appel, au moment de préparer le dîner. Ce genre de scène arrive très souvent chez les Hardy, et se termine presque constamment dans les cris et dans les pleurs. L'éducation physique le mardi, la douleur que personne ne comprend à par moi. Je sais que Harry ne va pas bien, je le ressens. Peut importe d'où vient cette souffrance, je sais qu'elle est réelle, que ce n'est pas qu'un effet de son esprit. L'heure finit par tourner, et Harry n'est toujours pas descendu. Je m'installe à côté de la place vacante et annonce sobrement. « Harry ne se sent pas très bien, il ne viendra pas manger ce soir, ça ne s'est pas très bien passé en sport comme d'habitude... »  « Je te demande pardon ?  Il n’est pas question qu’il rate le dîner. On a bien compris qu’Harry n’aimait pas le sport mais il faut qu’il lutte un peu, la vie n’est pas facile et on ne fait pas toujours ce qu’on aime. » Je baisse un peu les yeux, je n'ai jamais aimé l'affrontement, encore moins avec mon père. Je l'ai évité autant que possible toutes ces années. Mais c'est mon frère dont il est question, et souvent j'ai peur lui, assez pour tenter l'impossible en sachan très bien que je ne gagnerai pas. « Il souffre papa. » Je lâche alors, dans un brin de courage. Le sujet est tabou à la maison, personne ne parle de la souffrance d'Harry, qu'il faut minimiser, et mettre sur le compte d'une personnalité instable. « Tais-toi, William. » Sa voix est froide« Harry ne souffre pas, ça fait des années qu’il nous mène en bourrique pour tenter d’avoir la vie plus douce. Il ne participe pas aux tâches ménagères, ne fait pas de sport, la souffrance est devenue son excuse pour tout et toi et ta mère vous l’entretenez. Il est temps que ce gosse devienne un homme ». Je secoue la tête, quitte à me dresser contre mon père, autant le faire jusqu'au bout. « Il souffre et c'est toi qui refuse de le voir, il ne ment pas, il ne fait pas ça pour avoir la vie plus douce, sa vie est un enfer, et il ne peut même pas s'amuser comme tout le monde ! Toi et maman vous ne faites rien pour l'aider ! » Mais mon père ne m'écoute pas, il ne m'écoute jamais. Il hurle : « Harry ? » Excédé, il se dirige vers la chambre de mon frère et je ne peux pas m'empêcher de le suivre, quittant la table à mon tour pour laisser ma mère seule avec ses larmes et son verre de vin. « Tu sors de ton lit immédiatement et tu descends pour dîner. Et tu débarrasseras la fichue table que tu n’es pas venu mettre par la même occasion ». « Papa, tu vois bien qu'il est mal... » Je tente d'une voix beaucoup plus faible. J'ai peur moi aussi.  « Il est mal, oui, bien sûr ! » Mon père ne contrôle plus son agacement et s'ensuit une scène douloureuse ou les suppliques de mon frère ne suffisent pas à calmer la colère de mon père. Il frappe Harry et je reste figé, hésitant à m'interposer. « Papa... » ma voix se brise. « Je peux pas descendre, Papa s’il te plait » Harry proteste faiblement, mais le mal est fait.

Une fois couchés, je me lève pour rejoindre la chambre de mon frère, m'assois sur le bord de son lit l'air coupable. « Je suis tellement désolé. » Je ne l'ai pas arrêté, je ne peux pas m'empêcher de penser à ce que j'aurais pu faire pour changer ce qui s'est passé ce soir. « C’est pas de ta faute, c’est moi, peut être qu’il a raison et que je suis fou, que la douleur elle est juste dans ma tête » Je secoue la tête. « Les médecins ne trouvent rien ». « Il vont trouver, je te promets qu'il vont trouver. Quand on quittera le lycée, je trouverai un travail et je t’emmènerai loin d'ici, je te le promets. »

   


   
─ pseudo/prénom : cecile. ─ âge : 25. ─ fréquence de connexion : très souveeent.  ─ comment avez-vous découvert ticket to ride et qu'en pensez-vous ? sur un nuage. ─ inventé ou pévario ? inventé  ─ code : écrire ici. ─ crédits : tumblr et born to die.


Dernière édition par William C. Hardy le Dim 6 Mar - 0:22, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: WCH ; blame it on teacher   Lun 29 Fév - 18:28

cette signature WHAT A FACE !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: WCH ; blame it on teacher   Lun 29 Fév - 18:56

/me ricane, et ricane, et ricane


Aisling approuve, somewhere
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: WCH ; blame it on teacher   Lun 29 Fév - 20:15

T'es beau, t'es hot
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: WCH ; blame it on teacher   Dim 6 Mar - 0:22

Merci
Je m'auto valide now Arrow
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: WCH ; blame it on teacher   

Revenir en haut Aller en bas
 
WCH ; blame it on teacher
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Can't Blame White People.
» 01. [Appartement Pillsbury/Schuester] Blame It on the Alcohol !
» I blame you for the moonlit sky (le 25 juin à 23h)
» Tomoya Misaki (kamen Teacher)
» Great Teacher Onizuka(GTO)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2016-2017 :: vieilles fiches de présentation-
Sauter vers: