Girls wanna have fun [Jane]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: Girls wanna have fun [Jane]   Dim 28 Fév - 21:40

Je suis en retard. En retard. En retard. Courrant comme une dératée dans Oxford Street, je slalomais entre les passants pressés, évitant de justesse une poussette garée vicieusement en plein milieu de la route, sautant au dessus de sacs de course tels des obstacles. Je remerciais intérieurement la petite voix qui m'avait poussée à mettre un jean ce matin, qui était quand même beaucoup plus pratique pour courrir. Ok, c'était un jean avec de grosses fleurs colorées dessus mais qu'importe, ce n'était pas comme si je craignais qu'on me regarde. J'étais même en mode gipsyflower aujourd'hui, mode que j'avais longuement évoqué sur mon blog. Gosh, elle était où cette putain de boutique? Ah oui, quelques mètres encore et j'y serais. Apercevant la tête blonde de ma grande soeur devant Topshop, je lui fis de grands signes enthousiastes. "JAAAAAAAAAAAAAANE!" Je lui sautai dans les bras, la serrant contre moi avec tendresse, ignorant les regards des passants exaspérés par mon tempérament de feu. Non, vraiment, j'en avais rien à foutre de ce qu'ils pensaient. La laissant -un peu- respirer, je lui fis un grand sourire avant de lui faire une moue désolée. "Sorryyyyy! C'est à cause du bus, y'avait ce mec, trop chelou, il m'a tenu la jambe parce qu'il voulait ABSOLUMENT que je rencontre son pote photographe, pour sois-disant me prendre en photos. Parce que d'après lui, j'suis genre trop un mannequin. Non, mais genre. Moi, mannequin? Je dépasse pas le mètre 65, il est fou lui. Et puis franchement, c'était trop le prototype du weirdo qui cherche une proie faible. Eww. Enfin, bref, c'est pas important. Tu vas bien?" Et voilà, c'était typiquement moi, ça. Pas une minute à perdre pour la pipelette que j'étais. Une chance qu'il s'agissait de Jane, elle me connaissait bien. Ou plutôt pensait me connaître, quand on pensait qu'elle me considérait encore comme une petite fille de 10 ans. A la fois énervant et émouvant si on me posait la question. Cela faisait peu de temps qu'elle était revenue, et j'avais très vite évoqué l'idée d'une virée à deux. Parce qu'elle m'avait manqué, parce que tous mes frères et soeurs plus âgés me manquaient au quotidien. J'étais une vraie madeleine quand on en venait aux relations familiales, capable de passer du rire aux larmes en quelques minutes. Les gens autour de nous allaient et venaient, flanant devant les vitrines des magasins. Bientôt, je ne tenais plus en place, je me collais à la vitrine juste à côté de nous, les yeux brillants. Oui, il m'en fallait peu pour m'emballer. Surtout quand ça brillait ou que le prix était excessivement élevé. "Oh regarde, elles sont trop belles ces chaussures!! Elles seraient tellement classes avec mon nouveau sac!" Est-ce que j'en avais envie? Oui, sans aucun doute. Cette paire serait parfaite et rendrait bien sur mon blog. J'avais encore de l'argent de poche, mais j'adorais me faire offrir des choses, surtout de mes frères et soeurs. C'était moins sûr que ça fonctionne avec Jane, mais dans le doute, j'avais usé de ce stratagème du "je dis, redis, et reredis que j'adore une chose pour bien insister sur la valeur qu'a cette chose à mes yeux" jusqu'à ce qu'on craque. Je jetai un regard complice à ma soeur avant de lorgner de nouveau sur les chaussures, puis de changer complètement de sujet. "Et ton boulot, ça se passe bien?" Terriblement banal, mais il fallait noyer le poisson avant de revenir à ce que je souhaitais réellement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Girls wanna have fun [Jane]   Mar 1 Mar - 15:52

Lizzie est en retard. Ca n'a rien d'étonnant. La ponctualité n'est pas une grande valeur familiale, sauf dans le cadre professionnel. Et, en vérité, je suis seulement à l'heure car je ne sais plus comment calculer mes temps de trajet. Et, m'étant habituée à l'esprit plutôt détendu qui règne en Croatie, je vis dans la peur constante d'être en retard. Il est probable que j'arrive une heure plus tôt, lors du premier jour de tournage pour les Maraudeurs. Juste au cas où. Je m'occupe donc en faisant exploser des confiseries sur l'écran de mon téléphone, quand un cri perçant me tire de ma réflexion. L'énergie de ma petite soeur est presque palpable. Elle a toujours été comme ça et je suis contente de voir qu'elle n'a rien perdu de son dynamisme. Ni de son débit à la minute. Le flot de mots qui sort de sa bouche semble ne jamais vouloir s'interrompre et la il me faut quelques secondes pour m'ajuster à la vitesse à laquelle elle parle. Cette gamine est hyperactive, j'en ai toujours été plus ou moins persuadée. Ma mère me certifie que non, mais elle n'a jamais fait les tests, alors allez savoir. Je fronce un peu les sourcils en écoutant l'anecdote, qui est peut-être amusante aux yeux de Lizzie, mais qui m'inquiète un peu. « I'm fine, but are you okay honey? » Je lui prends doucement le bras, mes instincts protecteurs en éveil. Elle m'a décrit l'individu de façon plutôt inoffensive, mais on trouve de tout dans les transports londoniens. Et malheureusement, le monde dans lequel nous vivons laisse penser que ces gens là ne font rien de mal.

Une pointe de colère commence à bouillir, ce genre de problèmes me tenant à coeur, tout particulièrement quand ils affectent ma petite soeur. Mais elle n'a pas l'air de vouloir s'attarder sur la question, alors, une fois n'est pas coutume, je laisse couler. J'ai envie de lui demander quelle ligne elle a prise, pour retrouver le bus en question et, éventuellement, la vidéo surveillance. Le côté 1984 de Londres est peut-être effrayant mais, parfois, ça peut être utile. Mais non, non. Lâcher prise. Lizzie n'a pas l'air particulièrement affectée par l'incident, ce qui est encore plus parlant à mes yeux. Son attention semble désormais tournée vers une paire de chaussures dans la vitrine. J'esquisse un sourire. Je reconnais bien là les méthodes de manipulation enfantine de ma petite soeur. Je te parle d'un truc que je veux et hop je passe à autre chose, mais j'y reviendrais. Je fais mine de ne pas remarquer son manège, commentant simplement. « Elles sont chouettes ! On va à l'intérieur? J'ai besoin d'une veste. » Ce qui est vrai, mais je veux voir comment la petite va faire avancer ses pions.

« Je commence dans un peu plus d'une semaine, je suis super stressée mais bon, ça va être génial et j'ai trop hâte de travailler avec Katharine. Katharine Lawrence quoi. » Mon admiration pour la réalisatrice - et mon girl crush, soyons honnêtes - ne sont un secret pour personne et j'ai explosé les tympans de toute la famille en décrochant le rôle. Je passe en revue des chemises sur un portant, notant quelques jolis motifs mais n'enlevant rien des cintres. Je contiens un sourire en coin, continuant la conversation comme si de rien était. « Ca va toi l'école? J'ai lu ton blog quand j'étais partie au fait, il est super bien fait et tu écris vraiment bien. » J'avoue avoir été un peu étonnée de certaines des analyses littéraires plus pointues de Lizzie, étant toujours habituée à la voir comme une enfant. Une enfant intelligente et pleine de vie, mais une enfant néanmoins. Mais je suppose qu'elle ne l'est plus vraiment, même si ce genre d'attitude ne vient pas forcément prouver le contraire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Girls wanna have fun [Jane]   Mer 9 Mar - 20:55

La famille avait ça de bien que je pouvais être moi-même avec eux. Pas de filtre, pas de sous-entendus, pas de compromis. Juste une franchise à toute épreuve, engendrée par une grande confiance. Oh bien sûr, il y avait des choses que je n'évoquais pas, ou à peine, mais tout le monde avait le droit à son jardin secret. Et mes frères et soeurs avaient tous été adolescents avant moi. Ils se doutaient donc que j'avais mes propres secrets, et la plupart du temps, me laissaient cette liberté de vivre ma vie comme je l'entendais. Alors oui, ma famille était cool. Et Jane était certainement LA grande soeur parfaite. Cool mais vigilante et toujours là quand on avait besoin d'elle. D'ailleurs, elle avait toujours une deuxième mère pour nous. Une deuxième mère à qui on pouvait raconter beaucoup plus qu'à notre mère. Elle m'avait beaucoup manqué pendant un an. Comme d'habitude, je me jetai sur elle, déversant mon flot d'excuses aussi rapidement qu'il était possible de parler. Mais plus j'en racontais, plus je voyais Jane prendre un air inquiet. « I'm fine, but are you okay honey? » Oups. Peut-être que j'aurais du passer sous silence cette conversation insolite avec ce weirdo dans le bus. Je lui adressai un sourire rassurant, mécontente de l'avoir inquiétée pour si peu. "Don't worry! J'étais pas seule et puis y'avait cette maman avec sa petite fille qui semblait prête à lui sauter dessus s'il faisait un seul geste déplacé envers moi... Mama bears stroke again!" Parce que toutes les mères sont les mêmes, inquiètes à propos de leurs enfants. Always. J'étais persuadée que si vraiment j'avais été en mauvaise posture, il m'aurait suffis de me rapprocher de cette petite famille pour trouver des alliés. Et très honnêtement, je ne m'étais jamais sentie en danger... Voilà où mon ressenti différenciait surement de celui de mon aînée. Jetant un regard apaisant à Jane, je passais rapidement à un autre sujet, de un parce que je ne voulais pas m'apesantir sur le sujet, et de deux parce que je ne restais jamais vraiment concentrée sur la même chose très longtemps. Certains me disaient hyperactive. Je leur répondais simplement que j'avais beaucoup d'énergie mais que j'apprenais à la gérer, année par année. Maman n'avait jamais voulu me faire passer de test et je lui en étais très reconnaissante. Parce que d'après ce que j'avais lu sur le net, les médicaments prescrits étaient des calmants très puissants. Non merci. Pas question des rester un légume ou de perdre cette énergie qui me caractérisait si bien. Repérant des chaussures dans la vitrine, je le fis remarquer à ma soeur, l'air de rien. « Elles sont chouettes ! On va à l'intérieur? J'ai besoin d'une veste. » Un grand sourire s'étira sur mes lèvres tandis que je la suivais avec entrhousiasme dans le magasin. Observant les vêtements et les chaussures avec envie, j'essayais tout de même de me concentrer sur les paroles de Jane. Faire un effort ne me coutaît rien, et j'aimais pouvoir échanger avec elle sur tous types de sujets. « Je commence dans un peu plus d'une semaine, je suis super stressée mais bon, ça va être génial et j'ai trop hâte de travailler avec Katharine. Katharine Lawrence quoi. » Ah oui, la fameuse Katherine. Je ne pouvais pas ne pas connaître ce nom, alors que je m'intéressais de près au milieu des célébrités donc du cinéma, donc des réalisateurs. Et puis Chris travaillait déjà avec elle, donc oui, connaissant sa réputation et son talent, je me doutais que Jane devait beaucoup la respecter, voire l'admirer. Et puis... on avait tous compris -à grands renforts de cris hystériques- qu'elle était enchantée par la perspective de travailler à ses côtés. "Je suis sûre que tu vas tout déchirer! T'es une Grayson, t'es canon et tu as du talent, tu n'as pas à t'en faire..." Je lui lançais un clin d'oeil complice avant de regarder moi-même les vêtements sur les portants. Un peu trop classique pour moi. Quoique très classe. Pour moi, l'important était de se démarquer, de faire dans l'original. Et cette paire de chaussure qui me faisait toujours de l'oeil dans l'autre coin du magasin... Un nouveau regard sur l'objet de mon désir, avant que la question de ma soeur ne me tire de mes rêveries. « Ca va toi l'école? J'ai lu ton blog quand j'étais partie au fait, il est super bien fait et tu écris vraiment bien. » J'haussai les épaules d'un air gêné, un léger sourire sur les lèvres. C'était gratifiant de recevoir des compliments de sa soeur, et je lui en étais reconnaissante. Mais je me complaisais à me dire que mes frères et soeurs n'allaient pas lire ce que j'écrivais. Bizarrement, ça devait être par pudeur, ou parce que je ne me faisais pas assez confiance. "Oh tu sais, j'ai pas de soucis particuliers. Les profs sont contents de voir qu'au moins un des jumeaux Grayson est assidu en cours..." Je pouffais de rire, bien consciente qu'Oli n'était pas l'élève parfait et qu'en comparaison, j'étais une élève modèle. Mais en réalité, j'étais la première à le couvrir quand il séchait. Se protéger entre jumeaux était une nécessité. "Et...merci pour mon blog. C'est cool d'avoir pris le temps de le lire, parce que ça reste des visions d'ado, hein, rien de bien intéressant..." Il était étonnant de voir comment ma confiance en moi s'envolait dès qu'on en venait à mes écrits. Comme si je n'étais pas capable d'écrire des textes plus évolués que mes camarades de classe. Pourtant Grace m'avait déjà répété un million de fois que j'avais du talent. "Et puis Adrian me relit parfois aussi." Il fallait que je trouve une excuse. Une excuse pour prouver qu'il y avait une bonne raison si ce que j'écrivais était convenable... Je soupirais doucement avant de détourner le regard et de trouver un autre sujet de conversation, bien plus vénal. "On peut retourner voir cette paire de chaussure?..." Je l'entraînais avec un grand sourire jusqu'à l'objet de mon désir et tandis que j'inspectais la paire sous toutes ses coutures -une paire de bottines type strass et paillettes arc-en-ciel-, je lui lançais un regard en coin. "Au fait, je t'ai pas demandé... Ils sont craquants les croates?" Question essentielle. Après tout, j'étais curieuse de savoir si ma grande soeur s'était trouvé quelqu'un là-bas. Loin de sa famille, elle avait bien du être consolée, non?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Girls wanna have fun [Jane]   Jeu 7 Avr - 21:44

La perspective d'une mère de famille rugissant dans un bus bondé pour protéger ma petite soeur des pervers de ce monde ne peut que m'arracher un sourire. Et me rassurer un peu. Les Molly Weasley seront toujours plus fortes que les Cormac McLaggen de ce monde. Voilà une belle pensée, qui m'aide donc à tourner la page et à me concentrer sur des affaires bien plus pressantes. Comme, combien de temps faudra-t-il à Lizzie pour essayer de me convaincre de lui acheter ces flamboyantes bottines à paillettes? J'aime à croire qu'elle a affiné ses techniques de négociatrice et la laisse donc mener la barque, passant innocemment en revue quelques manteaux sur les portants. Il me faut quelque chose qui tienne chaud, même pour la mi-saison et qui ne prenne pas trop l'eau. Des pensées pragmatiques et ennuyeuses qui n'effleurent sans doute pas l'esprit de ma soeur, qui préfère le panache au pratique. Et c'est bien normal, même si son manteau bariolé mériterait d'être plus épais avec la brise fraîche qui souffle sur la capitale aujourd'hui. Mais je contiens mes remarques de grande soeur casse-pieds et laisse la conversation dévier sur mon imminent début au sein de la franchise des Maraudeurs.

Mes nerfs sont à vif depuis que j'ai passé mon entretien et je crois qu'ils le resteront jusqu'à la fin du tournage. C'est le genre de travail qui peut faire - ou défaire - ma carrière. La plus grosse opportunité qu'il m'ai jamais été donné. L'occasion de faire mes preuves, montrer de quoi je suis capable, asseoir ma réputation et devenir un grand nom de l'industrie. No pressure. Mais l'assurance tranquille de Lizzie en mes capacités a beau me faire éclater de rire, elle me rassure également. J'aimerai pouvoir affirmer avec une telle évidence que je vais réussir. Non pas que je sois paralysée par le manque de confiance en moi, mais je sais à quel point mon milieu peut être difficile pour une blondinette de taille pas tout à fait moyenne, au nom fleurant bon le piston. Et au delà de ça, je n'exerce pas un métier facile et ce poste en particulier est le plus exigeant de ma vie. Mais, je suis suffisamment motivée, travailleuse et bien entourée pour me convaincre que je peux le faire. Et visiblement, le doute et la modestie sont monnaie courante chez les filles Grayson. Je ris un peu et lève les yeux au ciel quand ma soeur mentionne son cher jumeau, décidément destiné au côté bohème et rock'n'roll de la famille. Un jour, quelqu'un devra lui expliquer que sans discipline on ne va nulle part. Mais c'est un sujet pour une autre fois et c'est Lizzie qui m'importe pour le moment.

Je fronce les sourcils en l'entendant douter d'elle de la sorte. Il est inadmissible que ma petite soeur ne se rende pas compte de l'ampleur de son talent. C'est très bien qu'elle ne prenne pas la grosse tête et reconnaisse l'aide qu'on lui apporte et, mieux encore, l'accepte. Mais il est temps de reconnaître que toutes les adolescentes ne passent pas leur temps libre à organiser un blog éclectique et pointu sur des sujets aussi divers que la littérature, la mode et l'architecture. Je m'arrête tout net dans le magasin, prenant ma pose de grande soeur s'apprêtant à donner un discours encourageant et - si possible - teinté d'humour. Je pose mes mais sur ses épaules, la mine sérieuse. « You listen to me Lizzie. Je ne veux pas d'entendre te dénigrer de la sorte. C'est naturel de douter de toi et c'est bien de savoir reconnaître ses faiblesses, pour s'améliorer. Mais il faut que tu saches que tu as du talent, à peaufiner, mais un vrai talent. C'est super qu'Aidan te donne un coup de main, c'est le mieux placé pour ça, mais n'oublie pas que tout vient de toi et que ce que tu fais est génial. Compris? » Je lui fais un large sourire et ajoute « Et si tu as besoin qu'on te le rappelle de temps en temps, tu sais où me trouver. » Je la lâche finalement, interrompant un moment qui, je n'en doute pas, a dû être quelque peu inconfortable pour la jeune fille. Mais c'est le rôle de la famille; soutenir, aimer et embarrasser.

Je me laisse néanmoins entraînée vers la paire de chaussures si convoitées, appréciant la roublardise de Lizzie et acceptant sa volonté de passer à autre chose. Sa transition n'est néanmoins pas celle que j'aurais choisi. Je souris distraitement, regardant sans les voir quelques écharpes accrochées sur un portant. Il m'est encore un peu difficile de repenser à Iva, avec qui je garde pourtant un bon - et régulier - contact. La manière dont les choses se sont terminées a laissé un flottement étrange sur notre relation. Nous ne sommes plus ensembles, évidemment. Je ne me voyais pas faire dans la relation à distance, elle le comprend et pense aussi qu'il est plus sain pour nous d'aller de l'avant. Mais je pianote régulièrement sur mon téléphone en attendant mon café, en faisant la cuisine, en regardant la télé, amusée par ses anecdotes, avide de connaître les petits détails de son existence, sa routine. L'attache émotionnelle est toujours présente et je ne sais pas comment m'en défaire. Ou plus exactement, je n'ai pas franchement réfléchi à comment m'en défaire et n'en ai pas envie. Je me dis que ce n'est que passager, histoire de faire la transition, qu'une fois absorbée par le travail et harcelée par ma large famille, je passerai à autre chose. Mais je n'en suis pas tout à fait convaincue. Cela ferait beaucoup à expliquer à ma petite soeur entre deux accessoires, mais je me suis toujours fait un devoir d'être aussi honnête que possible envers mes frères et soeurs. Et même si j'aime la prendre pour une enfant, c'est une jeune femme qui ne connaîtra que trop vite les peines du coeur. « Et bien, elles sont surtout craquantes. » Je lui adresse un clin d'oeil taquin et me lance dans un début d'explication. « J'étais avec cette fille, Iva, pendant quelques mois. La soeur d'un collègue. C'était vraiment chouette. » La nostalgie se lit sur mon visage, je n'en doute pas. Et je préfère donc enchaîner innocemment et espérer que Lizzie ne cherche pas à creuser d'avantage. Ce dont je doute, c'est une Grayson après tout. « Bon allez, essaie les ces chaussures ! » Je ris légèrement et l'observe chercher sa taille, attendrie et heureuse de ce moment si simple. Iva me manquera et je ne suis pas prête à tourner cette page mais j'ai fait le bon choix en rentrant. Parce qu'il y pourra toujours y avoir d'autres Iva ou nous nous retrouverons, ailleurs, autrement. Mais rien ne peut remplacer un(e) Grayson.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Girls wanna have fun [Jane]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Girls wanna have fun [Jane]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 01. Girls just wanna have fun !
» Girls Just Wanna Have Fun ∞ Amandine [hot]
» Une baignade entre 'girls'. - SAMIA
» Une punition méritée, vraiment? [Jane]
» 07. Girls running wild

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2016-2017-
Sauter vers: