CIF ❅ acting through life

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
▪ messages : 1169
▪ dispo pour un rp ? : yes, always
▪ avatar : Caspar Lee
▪ âge : vingt-quatre ans (24/04)
▪ statut : célibataire
▪ occupation : youtuber, video editor, basically making a fool of himself for a living

MessageSujet: CIF ❅ acting through life   Dim 28 Fév - 14:31


charlie isaac fitzwilliam
i dye my hair and look moody for a living

introduction
Fitzwilliam est un nom connu et reconnu dans le milieu du théâtre, et le couple que forme les parents de Charlie est presque légendaire, après tout ce temps. Charlie, comme sa petite sœur, n'a pourtant jamais voulu appartenir à ce monde-là et, ironiquement, c'est dans le milieu du cinéma qu'il a atterri à dix-huit ans, après des années à se cacher dans sa chambre derrière ses cassettes de Doctor Who et ses comics obscurs. Pas informaticien donc mais acteur, dirigé par Kenneth Branagh dès ses débuts et plus récemment choisi pour incarner Snape dans la trilogie des Maraudeurs. Ces dernières années n'ont toutefois pas été simples, entre sa prise de conscience sur sa sexualité, la mort de son meilleur pote de tournage, sur le set des Maraudeurs, et l'arrivée du remplaçant qui lui ressemble comme deux gouttes d'eau...

▬ âge : 25 ans (en 2016)
▬ nationalité : britannique
▬ métier : acteur
▬ quartier : Greenwich
▬ orientation sexuelle : bisexuel
▬ statut : célibataire
▬ groupe : single ticket
▬ avatar : Pierre Niney


en 2005en 2009aujourd'hui
C'est par hasard qu'il commence le cinéma, presque par erreur. Il accompagne l'une de ses cousines, la fille que que sa mère aurait aimé avoir, l'amoureuse du théâtre, à une audition pour ce qui lui semble être un projet sans importance. Il ne s'attend pas à être poussé dans une pièce, ne s'attend pas à recevoir un script, ne s'attend pas à être présenté à un jury. Pas plus qu'il ne s'attend à réussir ou à rencontrer Kenneth Branagh.

« Charlie has always been quite stubborn. I remember the way he screamed that he would never, ever like theater or act or anything related. So when he told us he got the lead role in a movie Kenneth was supposedly directing, his father and I were really surprised. So surprised we didn't believe him until they started to shoot the movie! » Janice Fitzwilliam, sa mère.

« Some people try to become actors and some people just are actors. Fitzwilliam tried to be a normal lad. Plain, boring, barely there. Until we gave him his lines. It became crystal clear from the moment he opened his mouth that he was an actor. He kept telling us that he wasn't, though, that he wasn't there for the audition but it was obvious to everyone that he was the guy we were looking for... » Ethan Holloway, directeur de casting.

Le hasard. C'est comme ça que sa carrière commence. C'est le hasard qui est à l'origine de sa première interview, le hasard qui l'amène sous les mains bienveillantes de coiffeurs et maquilleurs, le hasard qui le désoriente un peu sous les crépitements des appareils photos, le soir de la première. Il se contente de serrer la main de Clarke, trop crispé pour sourire bêtement quand on lui demande si la petite brune qui l'accompagne est sa petite-amie et non sa petite sœur de seize ans. Tout va bien, ce n'est que le hasard et pendant un moment, il peut encore prétendre que c'est la seule raison. Il se dit même parfois que tout va bientôt rentrer dans l'ordre, qu'il reprendra le chemin de l'école, qu'il retrouvera sa chambre et ses posters, son ordinateur et World of Warcraft. Mais le deuxième rôle arrive, puis un troisième, comme une confirmation. C'est peut-être le hasard au départ mais la suite, il la veut. Timidement d'abord puis avec plus de convictions.
Le jour où la directrice de casting des Maraudeurs l'appelle, quelques semaines après son audition, il est installé sur un transat à Cannes, chez sa grand-mère, un script sur les genoux et un verre de rosé à la main. Il a du mal à réaliser, du mal à écouter jusqu'à la fin du coup de fil aussi. C'est le bonheur, c'est incroyable, c'est le pied, c'est la fierté, c'est le bordel, le stress, c'est l'horreur, tout ça en même temps. Il ne sait pas vraiment comment réagir, il ne sait pas trop quoi dire et c'est le visage fendu d'une oreille à l'autre par un large sourire qu'il saute dans le premier avion pour Londres.

« He looked so happy, it was weird. Like hysterically happy. And I get it, man, it's HP and all, but damn, it was so out of character. I mean, he got cast to play Snape, not fucking Santa Claus ! » Anwar Seif, un ami.

C'est une aventure, une expérience humaine unique, c'est un cliché et un cas unique en même temps. C'est nouveau, cette camaraderie. C'est nouveau et c'est là pour durer encore deux ans au mieux, trois s'ils prennent trop de retard. Charlie sourit, Charlie s'amuse et along the way, Charlie tombe amoureux.

« It's quite weird, that thing between them. The PR team told us they were friends, good friends and clearly, they are friends, they get along beautifully and everything. But at the same time, they can share these looks, you know, the kind of looks that says a lot without a single word. And of course there's the interview flirting. It was amazing and horrible at the same time. They kept, like, looking at each other and smirking, and I swear they forgot I was there once or twice. So, really, don't tell me they're just friends. There's something else, something more... » Karen Douglas, une journaliste.

« I think he's straight. Yup, I'm pretty sure Charlie's straight. He seems pretty straight to me last time we saw each other. Not that it's any of your business. Don't you have more important topics to discuss? Seriously, leave the poor boy alone... » Samantha Wilson, une amie.

Les rumeurs se font et se défont au fil des semaines, mais une d'entre elles subsiste. Elle enfle, enfle et enfle, jusqu'à lui revenir aux oreilles. Il s'étrangle avec son café lorsque l'un des assistants la lui rapporte. Gay, gay, gay, le mot résonne dans sa tête. Gay et amoureux de l'un de ses camarades, par-dessus le marché. Il ne démentit pas pourtant, on leur demande de jouer un peu plus longtemps le jeu, de laisser planer le doute et Charlie s'y perd.

« If you wanna know what I think, they were totally banging. They were attached by the hip twenty-four seven, I swear. Sometimes, it was even hard for us to work because they were flirting while getting ready. I'm telling ya, they were banging. Rumor has it Linda from the make up team heard them going at it once. But of course, I didn't tell you that... » James Irving, un technicien de plateau.

« Everything about them is a fucking tragedy, mate. I've seen them, ok? Charlie at least, Charlie was so fucking gone. It was cute at first, then... then the other one died and shit hit the fan really, really hard. Did you know he died on the set? And I think Charlie was there, actually a lot of people was there. From what I've gathered, it was truly awful... he cried you know? Charlie I mean. The poor thing cried so hard for so long... then they hired that Belgian lad no one knew and, mate, let me tell you, it's really scary of much he looks like, well... » Sophia Jones, une journaliste.

Sitôt a-t-il compris ce qui lui arrive que, déjà, c'est terminé. De garçon amoureux il passe à ami en deuil, en un claquement de doigts. Tout ça pour quelques vis mal fixées. Et là encore, on ne lui laisse pas le temps de s'ajuster, on a le temps de rien sur le plateau des Maraudeurs. Le tournage doit reprendre et Sirius Black ne meurt pas avant quelques années, alors on embauche quelqu'un d'autre. Quelqu'un d'un peu plus vieux mais d'un peu moins expérimenté, quelqu'un de discret mais quelqu'un qui lui ressemble tellement qu'il en crève l'écran. Quelqu'un que Charlie n'a pas envie de croiser. D'ailleurs, Charlie n'a pas envie de grand-chose mais la vie doit continuer paraît-il.
Chez les Fitzwilliam, on a toujours aimé le théâtre. Passion familiale chez l'une, vocation pour l'autre. Les parents de Charlie se sont rencontrés et se sont aimés grâce au théâtre. Le théâtre, ses planches et ses répétitions, ses tirades déclamées d’une voix forte et Shakespeare. Cliché, ô combien cliché, oui, mais c’est bien dans cet univers qu’ont grandi Charlie et Clarke, les enfants du couple. Le théâtre et les stéréotypes. Dès l’enfance, Charlie a développé une certaine jalousie pour cet art qui ne l’a jamais bien attiré et qui a occupe depuis toujours une place bien trop importante dans la vie familiale. Les cours que l’ont forcé à suivre ses parents lorsqu'il était môme n’ont en rien arrangé sa relation avec les planches. Dès qu’il a été en âge de faire entendre sa  voix, le petit Charlie, onze ans, l’a clamé haut et fort : il n’aime pas le théâtre et ne sera jamais comédien comme maman. A l’époque, il ignore encore qu’il ne faut jamais dire jamais.

« Charles Fitzwilliam ? Of course I remember, how could I ever forget that hyperactive little boy? Well, he's a grown up man now, but you know, he was just a child when I first met him. His father thought it'd be good for him to come in my class but to be honest, I was quite relieved when they understood it wasn't... so yes, I remember that kid and I'm not sure I'll ever get over the fact that he became an actor. I mean, he despised theater and every single form of acting as a kid, so... » Martha Glenn, une ancienne professeur de théâtre.

Charlie ─ que personne n'a jamais appelé Charles, à part cette cinglée des cours de théâtre et Clarke, parfois, pour l'agacer ─ Charlie donc, Charlie a quatorze ans la première fois qu'il se demande s'il n'est pas un peu bizarre, un peu différent, un peu attiré par les garçons aussi. Sa curiosité le pousse à regarder, à s'attarder un peu dans les vestiaires. Sa curiosité l'amène à rencontrer les poings de certains de ses camarades et après un premier passage à tabac particulièrement humiliant, Charlie décide d'oublier. Ça vaut mieux. Pour lui, pour ses parents, pour sa sœur, pour sa lèvre éclatée. Pour tout le monde.

« Oh, right, the faggot... must have blown Colin Firth or summat to get there... » Mitch Newlin, un ancien camarade de classe.



─ pseudo/prénom : scarlett glasses/Julia. ─ âge :  ─ fréquence de connexion : Arrow  ─ comment avez-vous découvert ticket to ride et qu'en pensez-vous ?    ─ inventé ou pévario ? Inventé  ─ code : ─ crédits : shiya (avatar).

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
you can count on me ♡ If you're tossin' and you're turnin' And you just can't fall asleep, I'll sing a song beside you And if you ever forget how much you really mean to me, Every day I will remind you. Oh, We find out what we're made of When we are called to help our friends in need. You can count on me like 1, 2, 3 I'll be there And I know when I need it I can count on you like 4, 3, 2, You'll be there 'Cause that's what friends are supposed to do


Dernière édition par Charlie I. Fitzwilliam le Dim 28 Fév - 23:01, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: CIF ❅ acting through life   Dim 28 Fév - 15:02

WHAT A FACE !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: CIF ❅ acting through life   Dim 28 Fév - 15:21


Charliiiie
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: CIF ❅ acting through life   Dim 28 Fév - 15:27

Revenir en haut Aller en bas
avatar
▪ messages : 1169
▪ dispo pour un rp ? : yes, always
▪ avatar : Caspar Lee
▪ âge : vingt-quatre ans (24/04)
▪ statut : célibataire
▪ occupation : youtuber, video editor, basically making a fool of himself for a living

MessageSujet: Re: CIF ❅ acting through life   Dim 28 Fév - 23:02

J'AI FINI ET JE VOUS AIME

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
you can count on me ♡ If you're tossin' and you're turnin' And you just can't fall asleep, I'll sing a song beside you And if you ever forget how much you really mean to me, Every day I will remind you. Oh, We find out what we're made of When we are called to help our friends in need. You can count on me like 1, 2, 3 I'll be there And I know when I need it I can count on you like 4, 3, 2, You'll be there 'Cause that's what friends are supposed to do
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: CIF ❅ acting through life   Dim 28 Fév - 23:04



(mes contributions sont toujours très utiles )
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: CIF ❅ acting through life   

Revenir en haut Aller en bas
 
CIF ❅ acting through life
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» — bring me to life
» Life in UCLA
» 06. My life would suck without you (part II)
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn
» "Life is a ticket to the greatest show on earth."

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2016-2017 :: vieilles fiches de présentation-
Sauter vers: