[intrigue] protest for gay rights

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
▪ messages : 1168
▪ dispo pour un rp ? : non
▪ avatar : guess who ?
▪ âge : quelques années les enfants !
▪ statut : forever alone.
▪ occupation : veiller sur vous.

MessageSujet: [intrigue] protest for gay rights   Ven 26 Fév - 0:11


INTRIGUE
protest for gay rights

FÉVRIER 2009. Alors que la capitale anglaise est envahie par le froid, un fond sonore de révolution gronde dans les rues londoniennes. Depuis quelques semaines, les journaux n’ont plus qu’une idée en tête, une sordide affaire qui a eu lieu l’année dernière. Alors qu’ils se baladaient après une soirée passée au restaurant, deux hommes homosexuels ont été victimes de la barbarie d’un groupe homophobe. Séparés, frappés, ils sont tous les deux laissés pour mort sur un trottoir d’une ruelle sombre. Ce n’est qu’au petit matin que la police découvrit leurs corps, venant en aide au seul des deux qui avait survécu, et l’enquête dura des mois, jusqu’à ce qu’elle se solde par un procès mettant en cause près de sept personnes. Le procès dura plusieurs jours, mais se soldera par un échec ; à défaut de preuves tangibles, les juges relaxent les mis en cause qui sont pourtant coupables aux yeux de l’opinion publique, de la presse, et du reste du monde. Les gens choqués, les familles, les habitants de Londres, tous ceux qui se sont laissés émouvoir par cette histoire ont décidé de marcher dans les rues pour protester contre l’impunité, contre l’homophobie, contre l’intolérance.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

♪ I think I'm gonna be sad, I think it's today, yeah. The girl that's driving me mad is going away. She's got a ticket to riiiide, she's got a ticket to riiiiiide, she's got a ticket to ride, but she don't care. ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: [intrigue] protest for gay rights   Mar 1 Mar - 14:47

Je réajuste ma grosse écharpe, un cadeau maternel s'il en est. Mais la banderole de laine bariolée a prouvé être plus qu'utile, avec la neige historique qui s'est abattue sur le pays ces dernières semaines. Mes mitaines sont une protection moins efficace contre le froid mordant et le bout de mes doigts est d'une couleur qui n'a rien de très engageant. Mais je ne peux pas utiliser mes mains correctement avec de vrais gants et il s'avère qu'organiser une manifestation requiert l'utilisation d'un stylo, d'un téléphone portable, bref, rien qui ne puisse se faire sans les mains. Je trépigne un peu, scannant la foule qui commence à s'amasser. J'échange un sourire avec le chef des forces de l'ordre. Ca ne semble peut-être pas très activiste de copiner avec la police, mais leur montrer que nous ne sommes pas des hooligans en puissance ne peut jouer qu'en notre avantage. Et d'un point de vue organisationnel, c'est également pratique de communiquer avec eux. Puis, je suis blanche, blonde et riche, ça aide à avoir l'air sympathique auprès des autorités. Je ne me fais pas d'illusions, c'est exactement pour ça que je suis "coordinatrice" de l'événement. Je ne sais pas exactement ce que c'est sensé vouloir dire, mais je suis contente de pouvoir aider, même à une si petite échelle.

Ce qui s'est passé est abject. Je n'arrive toujours pas à réaliser que ces gens existent encore, à notre époque. Peut-être est-ce l'idéalisme familial qui me reprend, mais je croyais qu'on avait fait des progrès. Le crime en lui-même est abominable, impensable dans le monde civilisé où nous pensions vivre. Mais la relaxe des accusés est encore plus détestable à mes yeux. Commettre un tel acte de barbarie et en ressortir impuni dépasse ma compréhension. Manque de preuves. Mais bien sûr. Je veux croire en notre système judiciaire. Je veux croire que les décisions prises sont en effet justes, prennent en compte tous les aspects de la question. Mais je suis un être humain et je crois aussi que, parfois, il n'y a pas d'autre facette de la question. Parfois, il n'y a que l'horreur et l'impunité. Et le moins qu'on puisse faire, c'est donner de la voix pour montrer que nous n'accepterons pas ce statu quo.

Je m'approche d'un jeune homme, dont la masse de boucles blondes et désordonnées me rappelle un peu mes frères. Mon coeur se serre à cette pensée. Ca aurait pu être Chris. Ou même Gaby. Gaby, avec ses jupes patineuses et son sourire éclatant. Je déglutis péniblement, cherchant des têtes blondes plus familières parmi les manifestants. Je ne doute pas que bon nombre des Grayson seront de la partie, après tout, je suis allée à ma première manif en poussette. D'après mon père, en tout cas. Mais je reporte mon attention sur le visage pâle et éreinté du garçon qui se tient à mes côtés. Il a perdu du poids pendant le procès. Mais il a tenu à venir, ce qui est admirable après tout ce qu'il a traversé. Quand il se rend compte que je suis près de lui, il m'adresse un maigre sourire. « Hey Jane. Y a du monde, hein? » Je hoche la tête, tentant comme toujours d'insuffler un peu d'humour là où il ne devrait sûrement pas y en avoir « Un demi-million d'après les organisateurs, 50 selon la police. » Il rit un peu, plus dans un geste mécanique qu'autre chose, mais c'est déjà ça, je suppose. « On va bientôt commencer je pense. » Le rendez-vous était donné il y a une demi-heure et la place ne désemplit pas, mais il faut bien se lancer. « Je serais derrière toi tout le long, si ça ne va pas, tu me fais signe. » Il hoche doucement la tête et serre ma main, m'offrant les remerciements les plus sincères qui soient. « Je suis prêt. »

Il s'avance sur le podium, installé de manière plus solide qu'on pourrait le croire à l'arrière d'un camion. Et comme promis, je me tiens un peu en retrait, essayant d'imaginer ce qui pourrait se passer. Mes discussions régulières avec la police font que je suis parfaitement au courant du tournant dramatique que la manifestation pourrait prendre. Pour les homophobes qui ont soutenu les accusés, ceci peut-être lu comme une provocation, m'a-t-on dit. Nous avons reçu des menaces au QG du comité de soutien. La sécurité a été doublée. Il n'y a plus qu'à. « Je m'appelle Thomas Smith. Le sept janvier 2008, je marchais dans une rue, à deux pas d'ici. Je raccompagnais mon petit ami chez lui. On se tenait la main. Et en 2009, il y a encore des gens qui pensent que c'est contre nature, criminel. Et à qui la soit disant justice donne raison. Il s'appelait Ajit Misra. Et aujourd'hui, nous marchons pour lui, pour tous les gays, bis, lesbiennes, trans qui ont été blessés, torturés, persécutés et tués pour qui ils sont. Merci. » La foule applaudit et nous nous mettons en marche, lentement.

Je prends la main de Thomas dans la mienne et nous menons le cortège, sa dignité et sa force créant chez moi une grande humilité. Je ne sais pas comment il peut être aussi calme, aussi fort. Si quelqu'un touchait un cheveu de quelqu'un que j'aime... Disons simplement que je pourrais pas trouver le réconfort et le sens de la justice nécessaire dans une marche pour les droits de la communauté. Je correspond peut-être parfaitement aux critères de la respectabilité, mais je perdrais tout mon sens commun si cela m'arrivait. Je serais vindicative, en colère. Et ne saurais sans doute pas transformer ces émotions en quelque chose de productif, de plus grand que moi. Thomas est une meilleure personne que moi et que beaucoup d'entre nous, j'imagine. J'espère simplement qu'il ne recevra pas encore plus de haine et de violence en retour, surtout pas aujourd'hui.


Dernière édition par Jane I. Grayson le Mar 8 Mar - 16:38, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: [intrigue] protest for gay rights   Jeu 3 Mar - 14:49



Je n’arrivais toujours pas à y croire. Comment ce procès avait-il pu se solder par un échec ? Je ne suivais pas vraiment l’actualité – enfin, lorsqu’elle ne me concernait pas, bien entendu. Mais ce procès, je l’avais suivi. Parce que j’avais imaginé Chris, à la place de cet homme. Cela aurait pu être lui. Cela aurait pu être n’importe quel gay. Parce que le seul crime qu’avaient commis ces victimes, était celui d’être homosexuel. C’était d’avoir respiré le même air que ces homophobes qui me répugnaient. Je ne parvenais pas à comprendre l’homophobie. C’était quelque chose qui me dépassait. Je ne parvenais pas à comprendre en quoi une orientation sexuelle pouvait gêner certaine personne, les déranger. En quoi le fait qu’ils partagent leur oxygène pouvait les oppresser. Lorsque Chris avait fait son coming out, j’avais été la première surprise. Parce que j’imaginais alors encore que nous étions des âmes sœurs, que nous étions faits pour être ensemble. Et j’étais alors tombée de haut, en apprenant qu’il ne se passerait jamais rien entre nous. Mais cela n’avait en rien changé ma façon de le regarder. Au contraire même, j’avais pu tourner la page, parce que je savais qu’il n’y avait rien que je ne puisse faire pour qu’il m’aime en retour – et, aussi, cela m’avait rassuré, en quelque sorte, de savoir que la non-réciprocité de ses sentiments n’avaient rien à voir avec ma personne. Alors, non, clairement, je ne comprenais pas que l’on puisse s’en prendre à une personne simplement à cause de son orientation sexuelle. Pire encore, je ne l’acceptais pas. Et j’acceptais encore moins le fait que les coupables puissent vivre leur vie, après même en avoir retirée une. Alors, forcément, je me retrouvais ici, à cette manifestation. J’étais arrivée tôt, assez pour me retrouver vers le début du cortège, pour y attendre mon meilleur ami. La victime prit alors la parole sur le podium, et je baissai la tête en l’écoutant, sentant les larmes me monter aux yeux devant tant d’injustice. Je l’écoutais attentivement, me mordillant la lèvre inférieure, jouant nerveusement avec mes doigts. Puis applaudis fortement, avant de voir Jane, l’une des sœur de Chris, un peu plus loin. J’avançais d’une marche rapide, plus rapide que celle de la manifestation, pour aller la rejoindre. Mais voyant que le dit-Thomas était là, je baissai bien rapidement la tête, n’osant pas vraiment le regarder. Alors je me contentai de saluer brièvement Jane de la tête, forçant un sourire, comme je continuais de marcher à leurs côtés.

HS : désolée, shitty, je ferai mieux à ma prochaine rep
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: [intrigue] protest for gay rights   Mar 8 Mar - 16:26


    Comment je suis arrivée la? Tout simplement parce qu'on m'y a forcé. Mon amie m'a pratiquement tiré jusqu'ici par la main (un peu comme une mère qui amène son gosse chez le dentiste, vous voyez?), je ne suis pas très fan de la foule, surtout une comme celle ci. Mais, mon amie Chloé avait suivi de près cette histoire et elle apportait les articles de journaux sur le sujet tous les jours. J'avais du mal a croire qu'a notre époque il y avait encore ce genre de choses qui se passaient dans les rues... Il faut croire que même au 21ème siècle rien n'a changé. Lorsqu'elle avait appris ce qu'il se tramait suite au verdict, Chloé m'avait dit que j'étais obligée de venir avec elle. Parce que cette histoire me touchait de près et que je me devais d'aller soutenir mes "frères et sœurs"... Bien que tout ça partait d'un bon sentiment (en oubliant quand même qu'elle me collait une sacré étiquette de lesbienne sur le front) j'avais tenté de refuser. Mais on ne dit pas non à Chloé, on se contente de grommeler et de se laisser faire en râlant.

    Attention, je ne suis pas contre bien au contraire! Je comprends tout a fait leur démarche, c'est probablement un moment historique qui marquera le tournant de quelque chose... Mais personnellement j'aurais préféré signer une pétition, c'est sympa une pétition, ça dure cinq minutes et après c'est fini. Après j'avais tout mon temps chez moi pour réviser mes cours sur les lésions nerveuses traumatiques... C'est très incorrect et égoïste, je sais... Mais c'est la seule chose que j'ai trouvé pour tenir bon ces 3 dernières années. J'ai toujours été studieuse, seulement j'ai fait une rencontre qui a bouleversé ma vie et qui a sans doute fait de moi la célibataire endurcie que je suis a présent. Je n'avais pas vraiment envie d’être entourée de couple de femmes pour me rappeler de douloureux souvenirs, après tout, c'était une façon de se protéger comme une autre j'imagine...

    Nous sommes arrivés en retard, du moins c'est ce que je pense vu le nombre de personnes présentes a notre arrivée. D'ailleurs, c'est à peine si j'avais eu le temps de regarder autour de moi, un mec s'était avancé sur le podium et s'était mis a parler de son histoire et de notre présence ici. Inconsciemment des images heureuses de couples me vinrent en mémoire et je maudissais Chloé de m'avoir traînée la. Je ne voulais pas penser a elle maintenant, c'était vraiment pas le moment... A chaque fois, les larmes me montaient aux yeux et je finissais toujours par pleurer comme une gamine. J'ai 25 ans merde! Je n'allais pas pleurer comme une gosse devants tous ces gens! Et puis... Je n'avais pas mes cours sous la main pour me changer les idées, alors ça allait être difficile de ne pas flancher. Ses paroles raisonnent a mes oreilles sans que je me sente vraiment concernée et je me sentais horrible de penser ça. Je n'ai jamais eu de problèmes avec l'homophobie. Bon... Je ne suis pas sortie avec beaucoup de femmes, mais lorsque j'étais avec Andréa... Je ferme les yeux et tente d'avoir l'air concernée par ce qu'il se passe. Ne penses pas a elle maintenant. Oublie la à la fin!

    Mon voisin se tourne vers moi et me lance un sourire réconfortant. Je lui retourne un sourire timide et plutôt forcé, mon Dieu si seulement il savait que mon émotion actuelle n'a rien a voir. La foule commence a se déplacer et je fais de même, m’emmitouflant dans mon gros manteau pour me réchauffer. Ce n'était pas la meilleure saison pour sortir dehors...

    Alors, tu vois que c'était une bonne idée! Me souffle mon amie. Les gens marchaient en silence, on risquait de se faire remarquer si on papotait fort.

    Une fausse bonne idée, ouais.
    Maugréais je tout en détournant le regard d'un couple qui s'embrassait. Ça risquait d’être plus compliqué que prévu.

    Je soupire tout en essayant de regarder un point fixe devant moi. Je sais que je dois avoir l'air totalement pathétique avec mes drapeau multicolore peinturluré a la va vite par Chloé, mes yeux embués par les larmes et ma tête de ronchon... Mais je suis la, et je marche pour ces gens que je ne connais pas et qui n'avaient rien demandé d'autre que de s'aimer.HS : après elle fera moins la gueule, promis ^^

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [intrigue] protest for gay rights   

Revenir en haut Aller en bas
 
[intrigue] protest for gay rights
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Résumé de l'intrigue
» INTRIGUE #1 ☠ halloween party
» ♣ intrigue oo5.
» "Une femme d'esprit est un diable en intrigue." [Eléonore - Emmanuelle]
» Intrigue 3 - Carnaval de Broadway [terminée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2016-2017-
Sauter vers: