The confrontation + Sasha

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: The confrontation + Sasha   Dim 10 Jan - 20:10

Les fêtes avaient été horrible. Cela n’avait pourtant jamais été un moment qu’il chérissait particulièrement. Peut être parce que c’était un moment familiale et que dans son référentiel, il n’avait jamais eu de famille fonctionnelle. Mais aussi parce qu’il fêtait son anniversaire, et que cela faisait soudainement trop de grande célébration pour quelqu’un qui n’avait personne avec qui le célébrer. Lorsqu’il était gamin, il avait toujours eu des fêtes affreusement impersonnel, ou il recevait des cadeaux hors de prix, qui ne lui correspondait absolument pas. Ou alors, c’était des accessoire de musique, et si cela le rendait heureux, cela ne comblait en aucun cas le manque d’affection laissé par ses parents. C’était toujours un moyen pour eux de se réfugier dans la simplicité. Il avait donc connu des fêtes fastes et froides, ou il s’ennuyait ou passait, comme le reste du temps, son temps derrière un piano, une flute ou un violon. Une fois marié, ses Noëls avaient été à la fois trop intimiste par moment, et toujours trop faste et froid, puisqu’il ne pouvait pas échapper aux fêtes avec les parents. Si bien qu’en trente cinq ans de vie, il avait appris à haïr Noël, à haïr son anniversaire, et à détester tout ce qui se rapprochait de près ou de loin au fête. Mais étonnement, cet année ou il était seul, cela avait été encore pire. Il aurait pu se félicité de s’être débarrassé de ses parents, de sa femme. Il aurait pu être soulagé de sa nouvelle liberté, ou de celle qu’il obtiendrait bientôt, une fois qu’il en aurait finit avec le divorce. Il aurait pu, parce que c’était ce qu’il avait voulu depuis des années. Et maintenant… maintenant il comprenait de plus en plus Charles. Pendant des années il n’avait pas saisit. Il avait pourtant suivit l’horreur de son divorce. Mais il avait vu Charles partir, il l’avait vu recommencer à zéro, et quelque part, il s’était dit que la souffrance valait surement le coup. Il s’était dit, qu’au final, la liberté méritait bien d’être obtenue, peut importe ce que l’on avait à faire pour l’obtenir. Charles était loin, il aurait du être heureux. Et pourtant rien y avait fait. La liberté avait eu un goût si amère et douloureux qu’il ne l’avait pas supporté. Raphael n’avait compris, et finalement il s’était surement senti un peu trahis par l’abandon de son ami, même s’il culpabilisait de l’avoir abandonné en premier. Aujourd’hui, Raphael comprenait. Il n’aurait rien fait d’aussi drastique que Charles. Parce qu’il avait sa fille, et que même s’ils étaient pas exactement en bon terme, il ne pourrait supporter de lui faire plus de mal. Mais il ne s’était jamais senti aussi seul. Il avait pourtant passé son Noël chez Dorian, mais Dorian n’avait pas réussit à le bouger des vacances. Il était resté assis derrière son piano, et il avait joué jusqu’à avoir mal au doigt. Les seules fois ou il rejoignait son ami c’était pour boire un verre et s’oublier un moment. En dehors de ça, il n’avait ni appétit, ni envie quelconque. Il s’enfermait pour ne pas être de mauvaise compagnie, mais il semblait simplement incapable de faire le moindre effort. Peut être parce que c’était Dorian. Peut être parce qu’il le connaissait mieux que quiconque et qu’il n’aurait pas pu lui servir des salades. Sans doute parce qu’il était fatigué de faire des efforts. Il était épuisé de tout. Il voulait juste se laisser aller. D’ailleurs, l’approche de la fin des vacances lui avait paru encore plus cruelle que les vacances en elle même. Il savait que le retour au travail ne réparerait rien. Il ne serait pas plus heureux de voir du monde, il ne se sentirait pas moins seul. Et il serait obligé de le voir. Et a trop le désirer, il ne supportait plus la haine qu’il lui rendait. Il aurait voulu pouvoir mettre sa vie de côté. Comme il avait passé tant de temps à être à côté de sa vie il pouvait désormais bien la poser et la mettre en pause.

Mais non, on ne lui accorderait surement aucun répit. Il était à peine retourner au théâtre qu’il avait reçu un message de Sasha qui n’avait provoqué en lui qu’un profond soupire. En temps normal, il aurait eu peur d’elle. Et il avait surement, toujours un peu peur d’elle au fond. Mais ces derniers temps, il n’avait plus peur de grand chose. Peut être parce que tout ce qui l’avait le plus terrifier était entrain de se produire. Et que de toutes les peurs qui hantaient Raphael, celle que constituait Sasha était vraiment minime. Il avait lu son excuse, et il avait esquissé un nouveau soupire. Il ne savait même pas pourquoi elle se donnait du mal. Il savait qu’elle était brillante. Il savait aussi qu’elle ferait tout pour protéger Noah, il l’avait vu à l’oeuvre. Si elle avait vraiment voulu lui parler des Misérables, elle serait venue dans sa loge. Elle savait ou elle était, elle ne l’aurait surement pas invité au restaurant pour ça. Mais bon, il ne pouvait pas réellement se payer le luxe de refuser. Principalement parce qu’on ne disait pas non à Sasha, ensuite parce qu’il devait surement ça à Noah. Et puis honnêtement, si vraiment elle l’invitait, ça ne lui ferait pas de mal d’avoir un repas ou il n’aurait pas besoin de réfléchir à comment la payer. Il avait répondu qu’il serait là, sans fioritures, ils n’avaient de toute façon jamais été amis. Le jour même, il était arrivé à l’heure, c’était une question de politesse, et il n’avait pas besoin de donner à Sasha plus de raison de le haïr. Il s’était assis, las, à la table qu’elle occupait déjà. « On fait semblant d’être civil, ou tu attaques tout de suite » demanda-t-il sans aucune animosité. Raphael avait, de part son éducation, cette capacité d’être incisif sans être vindicatif. Il était fatigué, épuisé même, et quelque part, cela se ressentait même dans sa manière d’être agacé. Parce qu’il l’était, il n’avait pas la fois de subir le comportement presque toujours désagréablement protecteur de Sasha. « Donc, je suis ravis de te voir, tu es véritablement en beauté, tes dernières performances étaient irréprochables. » il dit, comme une liste, sur un ton insupportablement formel. « Je penses que j’ai tout couvert, tu n’as pas besoin d’y répondre, je sais que tu n’as pour moi, que du dédain, et tant qu’on est d’accord sur le faite que c’est toi qui invite, je suis prêt à écouter tout ce que tu as me dire. » Voilà, comme ça, il pouvait partir sur de bonne base. Elle ne serait pas obligée d’être fourbe, et Raphael n’aurait pas besoin d’avoir peur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: The confrontation + Sasha   Dim 10 Jan - 21:37

Sasha avait un plan, un plan qui s'était imposé de lui même lorsqu'elle avait constaté que cuisiner Noah n'était pas aussi fructueux que d'ordinaire pour obtenir les informations désirées. Bon en quelque sorte, elle dramatisait un peu, d'une manière ou d'une autre l'actrice trouvait toujours le moyen de le faire parler plus qu'il ne l'avait initialement prévu. A l'image d'une sorte de Rita Skeeter qui se serait reconvertie dans le théâtre, et qui aurait eu un peu d'affection pour quelqu'un par exemple. Mais rien ne valait une multitude de sources, et Lord Byron en était une toute autre et loin d'être inintéressante, bien que peu bavarde sur le sujet, il fallait le le reconnaître. Homme sensible et avisé, il soupçonnait déjà l'actrice d'avoir fomenté quelque chose et il ne pouvait pas mieux analyser les sourires carnassiers de Sasha Bellamy qu'en les interprétant comme une envie volontaire de le coincer. Aussi, elle fût étonnée de le voir accepter l'invitation si facilement, pour parler de tout sauf de boulot, ce qu'il savait pertinemment en acceptant de la rencontrer dans ce petit restaurant italien qui faisait l'angle de la rue. Parce que l’énergumène n'était pas idiot, penser l'inverse serait très réducteur pour qualifier ce démon et briseur de coeur lâche et foncièrement hypocrite. Elle se demanda en revanche si, poussé d'une si grande témérité, il n'allait pas s'offrir le luxe d'annuler à la dernière minute plutôt que de l'affronter en tête à tête devant une assiette de pâtes. Elle écarta vivement cette éventualité en se disant que lui mieux que n'importe qui - en dehors de Noah bien évidemment -, savait qu'elle pouvait aller très haut dans les aigus lorsqu'elle était scandalisée, par ce qui dans la situation dans la situation actuelle, serait un clair manque de civilité de la part de Raphael. Sasha comptait autant sur sa réputation de diva à ne pas contrarier, que sur la pseudo noblesse du lâche au nom à particule. Et puis lui hurler dessus, elle ne l'aurait pas non plus fait sans public, par goût de la théâtralité justement. Sasha était une actrice, aussi bien dans sa vie professionnelle que dans la vie de tous les jours. Et aujourd'hui, elle allait jouer son rôle favori, celui qu'elle maîtrisait à la perfection, la meilleure amie protectrice et sans scrupules, aucun. Car des scrupules elle n'en avait pas beaucoup quand il s'agissait de veiller sur Noah et pour couronner le tout, on ne pouvait pas vraiment non plus lui reprocher de manquer d'imagination. Sasha était une artiste, et ce à beaucoup de niveaux.

Assise à une table seule, elle attendait donc sa proie en buvant un verre d'eau minérale gazeuse. Elle avait pris soin d'arriver un peu en avance, ne serait-ce que pour parer à toute éventuelle ponctualité de la part de Lord Byron. Si elle arrivait en avance, elle lui donnait au moins l'impression de l'avoir attendu un peu trop longtemps, ce qui pourrait potentiellement le faire un peu culpabiliser d'être arrivé sur le fil du rasoir. Il ne se fit cependant pas prier d'avantage et s'installa en face d'elle, le nez parfaitement droit, après avoir passé la porte du restaurant. Sans lui laisser le temps de dessiner sa petite magouille, Raphael se positionna instantanément sur la défensive, comme si il avait peur que le moment soit venu pour lui de subir un discours moralisateur de la part de la meilleure amie féroce dont il avait apprit à se méfier avec le temps.

Ce n'était cela dit vraiment pas du tout l'intention de Sasha. Sasha Bellamy avait pour l'instant besoin d'informations et donc par extension, d'autres plans. Et en ces temps critiques, il fallait user de ruse et de son éternelle subtilité de langage. Doucereuse, elle lui offrit donc un sourire aussi faux que diabolique sur la forme. Elle n'allait pas le laisser mener la danse avec ses questions trop franches et directes, ce serait gâcher une partie du fun inhérent à ce genre d'interrogatoire déguisé. Sasha était aussi patiente qu'un félin guettant une proie dans ce genre de situation. Elle pianotait d'ailleurs avec ses griffes sur la table, l'air amusée, affichant par dessus le marché une étonnante bonne humeur- teintée évidemment d'une sorte de délectation entièrement liée au spectacle qu'il lui offrait-.

Après un petit rire censé être adorable, elle se mit à battre des cils en sa direction. « Aww c'est adorable de ta part, tu n'as pas pour habitude de m'encenser de la sorte, je prend le compliment avec plaisir et gratitude. » Mais il fallait recentrer la conversation, vers quelque chose qui l’intéressait bien plus que son talent indéniable, même par cet animal. Noah Valdivieso. Mais comme un chat, elle ne put s'empêcher de jouer avec la souris avant de la dévorer. « Détends toi, on est là pour une pause déjeuner tout ce qu'il y a de plus cordiale, je prendrais bien une salade pour commencer, tu devrais jeter un coup d'oeil à la carte. » Elle lui indiqua la carte, qu'elle prit le temps de feuilleter de son côté pour faire monter un peu la tension avant de tout simplement ajouter en toute innoncence, enfin non pas vraiment. « Noah et toi dans le même théâtre, je suppose que c'est pas toujours évident… Comment se passent les répétitions ? Pas de drama, d'entrevues déplacées en coulisses ?  » Sasha avait une idée bien précise de comment ces répétitions pouvaient se dérouler, mais ce n'était pas après une réponse claire et explicite qu'elle courrait, mais plutôt une sorte de malaise qui en dirait long sur la situation. Ca fonctionnait très bien avec Noah en tout cas, et jusqu'à présent elle n'avait pas vraiment éprouver cette technique sur Raphael. Ce dernier n'avait d'ailleurs aucune idée de ce que Noah avait pu lui dire, et elle ne comptait pas lui donner un seul indice à ce sujet. Nouveau battement de cils, Sasha offrit à Lord Byron toute son attention, prête à saisir le moindre détail utile à son enquête. Peut être était-ce un tantinet extrême, mais il n'y avait aucune limite que Sasha Bellamy n'ait jamais été prête à franchir pour Noah Valdivieso.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: The confrontation + Sasha   Dim 10 Jan - 23:07


Raphael n’avait jamais franchement aimé Sasha. Ce qui était sans aucun doute, un point assez négatif dans sa relation avec Noah. Ne pas supporter la meilleure amie, c’était presque un pêcher capital. Mais le fait est que dans la situation, il y avait eu plus d’une raison. Bien sûr, c’était dommage, mais il avait fallu se faire au faite qu’ils n’y pouvaient rien, ni l’un ni l’autre. Sasha avait de toute façon, surement détestée Raphael en première, et c’était bien suffisant pour pouvoir sortir les crocs à son tour sans forcément culpabiliser. Dans un monde parallèle, peut être que Raphael aurait pu s’entendre avec Sasha. Parce qu’elle était, après tout, celle qui aimait Noah plus que tout au monde, qui le protégeait farouchement, et le soutenait à tout moment de sa vie. Raphael respectait ça, et l’admirait même. Noah avait besoin de personne telle que Sasha dans sa vie. Il était heureux pour lui. Et malheureusement ça s’arrêtait là. Ou du moins, ça n’allait pas bien plus loin. Il y avait son talent aussi, qu’il appréciait chez la jeune femme. Parce qu’il était quelqu’un de juste et d’assez objectif, et il pouvait détester la rouquine tout en sachant pertinemment que dans son domaine, elle était pas loin d’être la meilleure. Il arrivait d’ailleurs généralement à travailler avec elle sans encombre. C’était d’ailleurs étonnant, comme l’un et l’autre pouvait mettre de côté tout leur grief pour l’art. Enfin même si objectivement, Sasha était celle qui avait le plus tendance à faire déborder son opinion sur le chef d’orchestre au travail… Heureusement, Raphael avait toujours été d’un professionnalisme telle, qu’elle n’avait jamais eu le loisir de l’épingler sur son lieu de travail. Quoiqu’il en soit, en dehors de son amour pour Noah et de son talent musical, Raphael ne supportait pas Sasha. Et il n’y avait probablement rien à faire. Sasha était trop prétentieuse et arrogante. Il n’y avait aucun moyen de se mettre d’accord avec elle, ou même d’avoir une discussion saine sans être parfaitement de son avis. Elle était têtue, à la limite du bornée, et n’avait strictement aucune compassion. Mais le pire ? Le pire c’était qu’elle était mesquine, manipulatrice et digne d’aucune confiance. Oui, Raphael, avait sur Sasha, un bilan extrêmement sévère. Il fallait dire qu’elle lui en avait fait voir des vertes et des pas murs à une époque. Et que certes, il n’avait pas les pâtes blanches dans l’histoire, et qu’il avait effectivement fait souffrir Noah. Mais à une époque, il avait aussi été l’une des personnes les plus importantes de la vie de Noah, et avec un petit coup de pouce, et un minimum de soutient, il aurait peut être moins merdé. Mais c’était stupide. Obtenir un coup de main valable de la part de Sasha ? Aidait-elle quelqu’un d’autre qu’elle même ou qu’éventuellement Noah ? Non probablement pas. Elle était égoïste, et incroyablement subjective. En bref, c’était une diva comme on en fait peut, aussi talentueuse qu’insupportable. C’était le genre de femme dont il valait mieux se retrouver du bon côté. Et malheureusement pour lui, il s’était retrouvé du mauvais, et il n’y avait rien à faire pour arranger cela.

Du coup, nécessairement, il était sur la défensive. Il savait que Sasha pouvait être bruyante, malpolie, vicieuse, et tout ce qu’il y avait de plus horrible. Et c’était sans parler du faite que le combat entre les deux n’avaient jamais été égal. Elle était clairement l’hippopotame de la savane -noté la métaphore peut flatteuse, qui signifie néanmoins qu’elle était l’un des animaux les plus mortels qui puissent exister. Si Sasha décidait vraiment de mettre Raphael en pièce, il ne faisait nul doute qu’elle puisse y parvenir. Mais, peut être qu’aujourd’hui, Raphael avait un avantage notable comparé à la dernière fois. Il se pensait si au fond du gouffre qu’il doutait fortement que Sasha puisse encore trouver un moyen de l’atteindre. Il n’avait aucune prétention de lui plaire, et savait qu’il avait de toute façon grillé toutes ces cartes avec elle. Autrement dit, il n’avait plus rien à perdre, plus aucune preuve à faire, plus aucun égo, plus aucune dignité à sauver. Il était battu d’avance, et avec un peu de chance, cela flinguerait le jeu de Sasha avant même qu’elle ait le temps de le commencer. Cela ne l’empêchait pas d’être aux aguets et de lire dans le comportement de Sasha toute ces armes. « Contrairement à certaine, je sais être objectif et remarquer les forces de chacun en dépits des griefs personnels. » il souffla, toujours étrangement calme. Il aurait pu le dire avec un ton passif agressif insupportable, mais il était, semblait-il, trop fatigué pour ça. Il soupira même doucement à la fin de sa phrase, marquant qu’il ne souhaitait pas vraiment engager les hostilités et qu’il aimerait en finir au plus vite. « Je te suis, je suis sûre que tes goûts culinaires sont tout à fait correct. » répondit-il en faisant semblant de feuilleté la carte qu’elle lui tendait. Le fait est qu’il se foutait royalement de ce qu’il pouvait manger. Il n’avait guère d’appétit ces derniers temps, et tant que c’était nutritif, cela lui conviendrait. Lui qui avait pourtant toujours aimé mangé, mangeait désormais d’avantage par nécessité que par envie. Il se forçait à manger suivant un certain rythme, tant son estomac ne faisait plus le boulot à sa place. « Et excuses moi… mais je suis intimement persuadée que tu es incapable d’être cordiale avec moi. Là par exemple, tu es mielleuse, et tu avances tes pions. » il souffla sur le même ton calme et monotone employé depuis le début. « Et qu’on soit clair, je n’ai pas envie de jouer avec toi. » au moins, il ne cachait pas ses intentions. Comme quoi, en dehors des quelques mensonges qu’on pouvait clairement lui imputer, Raphael était quelqu’un de plutôt très honnête. Son visage se durcit ce pendant considérablement lorsqu’il entendit le prénom de Noah. Il devait pourtant être préparer à le voir surgir dans la conversation. Il était évident que Sasha ne voulait pas lui parler des misérables à proprement parler. Néanmoins, il s’était d’avantage attendu à une leçon de moral et un scandale en bonne et du forme plutôt qu’à… des questions. Il se referma néanmoins comme une huitre. « Je ne discuterais pas de Noah avec toi. Je n’ai aucun doute sur le faite que Noah t’a déjà rapporté tout ce qu’il y avait à dire. Et si tu as quoique ce soit à dire à ce sujet, je t’en prie, je ne saurais t’empêcher de parler de tout façon. » il souffla, épuisé. « Sache néanmoins que je sais déjà à peut près tout ce que tu penses, que tu es terriblement prévisible et que cette conversation m’ennui déjà. » il soupira. « Oh, et je penses comme toi aussi. Nous sommes donc d’accord sur un point pour une fois. » Voilà, peut être pouvaient-ils directement passer au dessert ? Oh, ils n’avaient pas commandé ? Bien, peut être qu’il ferait un effort.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: The confrontation + Sasha   Mer 13 Jan - 18:47

Raphael attaqua direct, ce qui n'étonna pas vraiment Sasha qui connaissait plus ou moins le chef d'orchestre et ses sales manies. Elle le connaissait surtout par Noah, mais c'était de son point de vue hautement suffisant pour se faire une idée générale du noble à particule qui soit à son sens justifiée. Il fut un temps, malgré une petite pointe de jalousie et d'appréhension à l'idée que Noah la délaisse pour vivre une belle histoire d'amour avec Raphael, elle avait cherché à sympathiser, le connaître, tout en restant naturellement méfiante. Aujourd'hui, elle n'était plus vraiment prête à faire ce genre d'effort avec Lord Byron. Noah ne pouvait objectivement pas casser le nez de son ex sans raison valable, ce n'était de toute façon pas quelque chose de plausible pour l'actrice qui lui aurait cassé le nez au moins trois fois si elle en avait eu l'occasion il y avait quelques années de ça pour exactement la même raison et sans être seulement directement concernée. Pour elle, Raphael avait fait preuve d'une immense lâcheté, laissant Noah au fond du gouffre, parce qu'incapable de s'engager dans cette relation de façon plus sérieuse. Pour être tout à fait franche, Sasha se fichait pas mal qu'il ait des difficultés à assumer son homosexualité où à quitter sa femme, car de l'autre côté il n'avait pas été là pour ramasser les pots cassés après la fin dramatique de leur idylle. Pour elle Raphael avait profité de l'aspect sexuel en se fichant éperdument des répercussions à une époque où Noah aurait tout abandonné pour être avec lui. Peut être que si Noah avait vécu la situation autrement, elle aurait pu être plus indulgente envers l'homme marié déchiré entre une famille parfaite et un amant trop attaché, mais ça n'avait pas été le cas. Pour comprendre le point de vue de l'actrice, il fallait comprendre deux choses essentielles : la première, c'était qu'elle n'avait que Noah comme véritable ami, la deuxième, c'était qu'il était très fragile. A cette époque, Sasha avait été aux premières loges des tendances auto-destructrices de son ami, et pour rien au monde elle ne laisserait ça arriver une fois de plus. Est-ce que ça sous entendait forcément de haïr Raphael et se montrer désagréable à la moindre occasion ? Pratiquement oui.

Mais ce jour là, elle n'avait aucunement prévu de se jeter à la gorge de Lord Byron, et même si l'envie l'étreignait encore, elle avait d'autres plans. Cela sous entendait malheureusement de taire tous les sarcasmes et l'agressivité qui voulait indéniablement s'échapper de ses lèvres et l'entreprise était difficile, mais il n'y avait pas un rôle que Sasha Bellamy ne pouvait interpréter pour les besoins d'une situation particulière. Elle n'allait peut être pas l'agresser directement, en revanche, elle n'allait pas complètement ignorer sa remarque non plus. « En admettant que je veuille vérifier que tu ne vas pas briser une énième fois le coeur de Noah entre deux conversations sur les misérables, je ne vois pas vraiment ce qu'il y a de mal à ça ? Tu aurais pu dire non, personne ne te force à déjeuner avec moi à ce que je sache. » Elle ne se départit pas de son sourire en revanche, très calme pour l'occasion. « Et si je faisais tout simplement un effort pour apaiser mon grief personnel pour le bien de notre relation professionnelle ? Je pense que tu refuses tout simplement de l'envisager parce qu'il te faut quelqu'un à porter responsable de l'échec de cette relation. Je m'inquiète pour Noah, je m’inquiéterai toujours pour Noah, et je ne pense pas que jusqu'à présent ça lui ait porté le moindre préjudice. Au contraire. Mais tu m'intrigues, dis moi ce que je pense Raphael ? » Demanda Sasha en haussant les épaules tout en restant courtoise. Par cette fourbe question, elle entendait bien lui faire comprendre au passage qu'il y avait effectivement des raisons pour qu'elle lui en veuille personnellement sans pour autant avoir à les formuler une fois de plus à voix haute.

Un peu désespérément, il fallait l'avouer, elle prit le parti de faire référence à ce qu'elle s'imaginait qu'il s'était passé entre eux dans l'espoir qu'il valide ses propos, et tout ça sans pour autant se reposer réellement sur ce que Noah aurait pu lui dire. Raphael supposait souvent que Noah racontait tout à Sasha, et dans la plupart des cas il avait raison. Elle espérait que ce serait le cas cette fois-ci encore. « Je pense que ce qui se passe entre vous au théâtre est une très mauvaise chose, mais ce n'est que mon avis. Je n'aurais rien contre si tu le rendais heureux, mais ça n'a jamais été vraiment le cas si ? » Sasha se souvenait surtout de l'état lamentable et durable dans lequel il avait plongé Noah. Elle ne pouvait pas faire preuve d'indulgence. Pas avec Lord Byron. « Enfin tout ça pour dire que je te conseille la troisième salade, c'est de loin la meilleure. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: The confrontation + Sasha   Jeu 14 Jan - 0:38

Raphael n’avait pas envie d’être tendre avec Sasha aujourd’hui. Pourtant il l’avait été. Il avait été tendre ou surtout timide. Parce que Sasha était terriblement impressionnante, et terriblement proche de Noah. A un moment de sa vie, il aurait tout donné pour que Sasha le comprenne, et l’apprécie un peu. Il aurait voulu qu’elle l’approuve, et peut être qu’elle lui file un coup de main. Parce qu’il jugeait Sasha capable de déplacer des montagnes, et de foutre un bon coup de pied au cul lorsque c’était nécessaire. Mais non, Sasha l’avait mal jugé, c’était moqué, et avait toujours eu que du dédain pour lui. Ou du moins c’était comme ça qu’il l’avait ressenti. Sasha était… Et bien comme Demeter en version humaine. Et forcément ça n’annonçait rien de bon. Nécessairement depuis qu’il avait rompu avec Noah, il avait pris de la distance avec Sasha. Lors de son accident il avait cependant cru que les choses c’était légèrement améliorée lorsque Sasha était venue, presque tous les soirs, le retrouver pour lui donner des nouvelles de Noah. Bon, à côté de ça, elle l’avait empêcher de le voir comme un bouledogue, mais quelque part, elle avait eu raison, cela aurait été une très mauvaise idée. Pour les deux. Mais quoiqu’il en soit, il avait cru voir dans le regard de Sasha qu’elle saisissait l’attachement de Raphael pour Noah. Il avait eu tord. Rien avait changé. Et forcément, lui changeant, il n’avait plus forcément l’énergie de se débattre contre elle. Si elle ne voulait pas comprendre, c’était tant pis pour elle, ce n’était pas son problème. Il savait ce qu’il faisait avec Noah. Ou plutôt ce qu’il ne faisait pas, parce que pour le moment, il ne faisait rien. Enfin d’accord, la dernière fois n’avait pas été exactement rien. Mais ça avait définitivement été une erreur. Il était resté loin de Noah. C’était Noah qui était venu le chercher et qui l’avait pris en pitié. Il savait qu’il aurait du dire non, mais il était saoule, il avait simplement pas résisté. Et il avait été pitoyable. Et c’était une erreur. Il comptait bien se tenir à carreau à partir de maintenant. Et si cela voulait dire rester loin de Noah, alors il le ferait. Peut importe combien cela le peinait et le faisait souffrir. Il avait compris depuis longtemps que ce n’était pas lui l’important dans cette histoire. Donc il n’avait pas envie d’avoir cette discussion avec elle. Parce que cette discussion il l’a connaissait par coeur. Il se la refaisait dans sa tête tous les jours, entre lui et lui même. Elle pensait quoi ? Qu’il n’avait simplement pas de conscience et que tout ce petit jeu lui faisait plaisir ? Etait-elle aveugle ? Ou complètement stupide. Il voulait bien croire que Noah était la personne la plus importante de sa vie. Oh, oui, il comprenait, facilement, sans même avoir besoin d’y réfléchir plus d’une seconde. Mais il ne voulait pas croire qu’elle puisse être aveugle à ce point là. C’était elle qui lui avait arraché sa première déclaration pour le jeune homme, alors qu’ils « étaient ensemble » depuis à peine quelques semaines. Elle devait savoir. Elle ne pouvait pas être idiote à ce point là. Et si elle savait, que faisait-elle alors ? Trouvait-elle ça marrant ? Etait-elle particulièrement sadique ? Elle n’était pas sur que Noah approuverait ce genre de discussion de toute façon. Noah devait en ce moment vouloir le moins d’interaction avec lui possible. Et une interaction entre Sasha et lui c’était déjà beaucoup trop à son goût, Raphael n’en doutait pas.

Il ricane lorsqu’elle évoque la possibilité qu’il avait de dire non au déjeuner. Allez, Sasha, elle pouvait tout de même faire un effort. Il savait qu’elle était pas ignorante à ce point. Elle ne l’était pas du tout d’ailleurs. Elle avait toujours été terriblement consciente de l’effet qu’elle faisait au gens et du pouvoir qu’elle avait. Il fronce les sourcils quand elle lui parle de responsabilité quand à leur rupture. Hum. Il n’était pas sur de savoir de quoi elle voulait parler. Il ne pensait pas avoir mis la responsabilité sur quelqu’un d’autre, jamais. Raphael était plutôt quelqu’un de réglo la dessus et il avait même plus tendance à encaisser la culpabilité de faits qui ne lui appartenait pas que l’inverse. Il soupira à la fin de sa phrase et la regarda avec un air las et fatigué. Il inspira profondément et relâcha l’air dans un soupire. « Tu sais très bien qu’on ne te dit pas non. » il souffle, épuisé. Il le savait. Elle le savait. Il ne supportait pas quand elle faisait semblant. Il n’était pas n’importe qui. Et elle ne pouvait pas essayer de le manipuler. Il aimerait au moins qu’il se parle à un certain niveau d’égalité. Mais ce n’était clairement pas le cas. Elle s’était toujours senti supérieur à lui. Elle connaissait mieux Noah, aimait mieux Noah… Faisait tout mieux que lui par rapport à Noah - enfin non pas exactement tout. Maintenant elle allait mieux savoir lire les gens que lui, mieux parler au gens aussi, et bientôt elle allait le reprendre sur la musique aussi. Elle était fatigante à force. Et lui n’avait plus d’énergie. « Je suis le seule responsable de l’échec de cette relation… je ne vois pas ce que tu veux dire… » il soupire, presque agacé de sa manière d’amener les choses. Il savait qu’elle le jugeait mal, mais à ce point ? « Quand à ce que tu vas dire… Tu vas dire que je sui extrêmement nocif pour Noah, que je lui ai brisé le coeur, et que je l’ai détruit sans même aucun ressentiment apparents. Que je devrais avoir honte sans doute aussi. Peut être te demandes-tu comment je me regarde dans le miroir le matin ? Tu vas me dire de m’éloigner de lui. Tu peux me menacer aussi… C’est ton genre… Me faire sentir mal à propose de moi même, un peu plus. Je peux continuer pendant longtemps… Je connais tout tes refrains. » il souffla terriblement las. Il ouvrit même la carte, pour s’occuper, pour ne pas avoir l’air de ne rien faire, et de flotter au dessus de la scène. Parfois il avait l’impression d’être si fatigué qu’il n’était pas vraiment à ce qu’il faisait. Il se ranime à la voix de Sasha. Il fronce les sourcils sans savoir de quoi elle parlait avant de s’arrêter bouche bée. Il déglutit péniblement, essaye de soutenir son regard, finit par le baisser. Il l’entend parler du menu, et il a une soudaine envie de la frapper. En réalité, c’est surtout qu’il n’a plus faim. Il avait la gorge nouée par la réalité qui venait de sortir de la bouche de Sasha. Il ne l’avait jamais rendu heureux. « Prenons donc ça. » il répond atone, alors que le serveur arrive. Il la laisse commandé, le regard fixé sur ses mains désormais, ses poings serrés sous la pression. « Il ne se passe rien… Quelques accidents tout au plus… On ne peut pas exactement s’éviter. Je fais au mieux. » et bien sûr ça ne suffisait pas. « Donc laisse moi tranquille tu veux ? Je n’ai vraiment pas besoin de t’avoir sur le dos en ce moment. » il avait clairement d’autres chat à fouetter.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: The confrontation + Sasha   Mar 19 Jan - 0:37

Sasha eut un léger rire lorsqu'il répliqua qu'on ne pouvait pas lui dire non. Elle appréciait cette vérité là. Pas qu'elle cherchait volontairement à exercer une sorte d'aura de pouvoir sur Raphael, mais c'était tout de même bien agréable pour une femme aussi encline à s'exprimer et à obtenir des autres ce qu'elle désirait, de pouvoir compter sur une arme de plus pour servir ses intérêts. Dans le milieu artistique, elle avait toujours cherché à être prise au sérieux, et ça ne s'était pas fait du jour au lendemain. Sasha avait commencé jeune, alors évidemment malgré son talent, on avait souvent mis ses remarques sur le dos des caprices d'une enfant trop gâtée ou d'une crise d'adolescence bien avancée. Aujourd'hui, elle était reconnue dans le métier et n'était pas considérée comme une simple diva sans grand intérêt et c'était quelque chose dont elle pouvait honnêtement se vanter. Raphael pensait peut être différemment, mais ça ne l'empêchait pas d'avoir en quelque sorte peur de Sasha, ce qui la faisait doucement rire en plus de flatter l'actrice. Mais après tout tant mieux se disait-elle, si c'était la peur qui le retenait de faire absolument n'importe quoi avec Noah, alors elle saurait s'en satisfaire à défaut de mieux. Nous n'en étions malheureusement pas encore là, pas vraiment en tout cas, et Sasha se devait très certainement de lui rafraîchir la mémoire de temps à autre, ce qu'elle venait en partie de faire d'ailleurs assez brillamment. Comme elle aurait pu s'y attendre, il dramatisait complètement la situation bien qu'indéniablement dans le vrai dans une certaine mesure. Il passait complètement à côté du plus important cela dit. Sasha ne prenait aucun plaisir malsain à ennuyer ou blesser Raphael, il n'était pas une distraction de plus sur une longue liste de ses activités. Ce n'était pas de la haine pure et profonde qu'elle éprouvait pour Lord Byron, mais une complète et très rationnelle méfiance envers lui. Elle avait vu Noah plonger si bas qu'il aurait pu mordre la poussière sans le moindre mal. Elle avait vu Noah se reposer entièrement sur elle, incapable de vivre correctement après l'échec de cette relation qu'il avait évidemment pris bien plus à cœur qu'il ne l'aurait dû. Sasha n'était pas idiote, elle n'allait pas jusqu'à penser que Raphael se fichait éperdument de son ami. Pour elle il avait simplement fait un choix, un choix qui avait conduit Noah au fond du gouffre, un choix qu'elle ne pourrait pas accepter même avec la meilleure volonté du monde. Ses sentiments pour Noah, elle ne les avait pas complètement ignorés à l'époque, bien au contraire, elle les avait pris en considération lorsqu'elle lui avait donné de ses nouvelles chaque jour, tout à fait consciente que les deux avaient partagé quelque chose de vrai et de sincère lorsqu'ils avaient été ensemble. Mais ça n'avait pas été suffisant pour consoler le cœur piétiné de son ami, et trop facile pour Raphael d'être désolé et de le laisser dans cet état pour retourner à sa vie insatisfaisante et compliquée pour des raisons plus maétrielles. Malgré les sentiments, malgré l'amour même, une part de Raphael, la plus lâche et la plus égoiste d'entre elles, avait tout simplement décidé pour tout le monde qu'il serait bien mieux de prétendre et d'abandonner Noah l'amant trop accroché, au profit d'une vie plus confortable et dénuées de choix drastiques à réaliser. Avec les années, Sasha n'avait pas juste choisi d'oublier que Raphael avait un cœur, elle le savait très bien, mais pour elle il fallait désormais que Raphael le montre dans les actes. Par là elle entendait évidemment de ne pas retomber dans ses vieux travers et de faire primer la stabilité émotionnelle de Noah, sur ses désirs personnels, sur l'amour aussi, car certaines relations malgré l'amour sont poison pour l'autre. Sasha comprenait parfaitement les aléas des relations trop passionnelles, elle n'aurait jamais pu aider Noah à aller mieux si elle n'avait pas été capable de comprendre au moins les bases de cette relation, de rendre justice à l'intensité de leurs sentiments à tous les deux. Mais une amie au sens le plus fort du terme ne pouvait pas cautionner une relation destructrice, et destructrice, la relation de Noah et Raphael l'avait été, indéniablement. Sasha ne cherchait pas avoir de nouveau cette conversation. Une question l'obsédait en revanche.

« Est-ce que tu regrettes ? » Elle demanda alors simplement. Sans agressivité, sans sourire emprunt de mesquinerie. C'était le plus important finalement. C'était quelque chose qu'elle voulait entendre de sa bouche. « Enfin la question que je me pose en réalité, c'est plutôt qu'est-ce que tu regrettes, c'est ton droit de penser que je suis idiote, que je ne me contente que de la version de Noah, que je refuse de compatir à tes problèmes parce que je te considère comme un homme insensible qui ne lui a fait que du mal, mais ce n'est pas exactement ça. Je me demande constamment si tu regrettes d'avoir choisi de sauver ton mariage aux dépens de Noah, ou bien si tu regrettes de l'avoir laissé s'attacher à toi au point de s'en rendre malade en sachant que tu ne pouvais pas lui donner ce qu'il recherchait. » Elle laissa un court silence s'installer avant d'ajouter. « Tu le connais, tu sais l'effet que lui font ce genre d'accidents, difficile ou pas, si tu l'aimes encore un peu, sois l'adulte quand tu sais qu'il est incapable de le faire. Ni toi, ni moi n'avons envie de le retrouver dans l'état où tu l'as mis la dernière fois. Il n'est pas complètement passé à autre chose alors fais attention, c'est tout ce que j'ai à dire. » Elle accompagne le tout d'un sourire cordial, mais pas trop. Maintenant qu'il avait avoué pour les accidents, elle n'avait plus trop de raison de tourner autour du pot. « Et pour en revenir à ce que tu disais tout à l'heure, je ne pense pas que notre histoire change quoi que ce soit à la façon dont j'aborde nos relations professionnelles. Le fait que ta personnalité aille si bien avec ton nom à particule et que tu aies brisé le cœur de la personne qui compte le plus pour moi ne change rien à ton talent. Je t'estime professionnellement et c'est suffisant pour faire du travail de qualité ensemble malgré nos divergences d'opinion. » Sasha faisait réellement un effort avec Raphael. Malgré ses mises en garde au sujet de Noah, elle était prête à donner une nouvelle chance à leur relation pour le bien du spectacle. Tout ce qu'elle demandait c'était qu'il se comporte en adulte pour le bien de Noah (même si Noah ne lui rendait pas la tâche facile) car si l'un des deux était capable de se raisonner c'était Raphael. Tout le problème résidait là. Elle connaissait Noah suffisamment pour savoir qu'il serait le premier à se jeter dans la gueule du loup à la moindre occasion.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: The confrontation + Sasha   Mar 19 Jan - 13:49


La vision de Sasha était biaisée au point ou elle ne s’en rendait même plus compte. Quelque part, il ne lui en voulait pas, et il comprenait. Elle avait toujours connu Noah, ou du moins c’était ainsi que leur relation se comprenait, et elle l’avait toujours soutenu. Elle connaissait ses forces, ses faiblesses. Elle était son pilier. Elle était tout pour lui. Il était tout pour elle. Elle n’était pas objectif, et ne pouvait pas l’être. Il était ridicule de lui reprocher quelque chose d’impossible à accomplir. Ce qu’il pouvait lui reprocher en revanche, c’était de faire semblant de l’être. Peut être pensait-elle adoucir ses propos en faisant semblant de le comprendre ? Mais quel effet pensait-elle créer lorsqu’elle se trompait sur presque chacun des faits qu’elle avançait, ou qu’elle posait des questions d’une évidence désarmante ? Sasha, comme Noah d’ailleurs, avait souvent une vision très noir et blanc des choses. Il y avait le bien, et le mal, et s’il tordait volontiers les barrières suivant ce qui les arrangeait, ils étaient intransigeant sur certaines choses. Ce n’était pas un reproche, c’était un fait, cela avait son charme, et ces défauts, comme pour tout. Raphael, parce qu’il avait grandis dans un monde que l’on jugeait à la fois trop blanc et à la fois trop noir, avait évoluer dans le gris. Il avait envie de s’énerver lorsqu’on lui disait qu’il avait du avoir une vie parfaite puisqu’il était riche, qu’il avait une grande maison, et qu’il avait un grand nom. Il avait envie de s’énerver lorsqu’on lui faisait comprendre qu’à mort la bourgeoisie et que les nobles avaient tous des idées arriérés et trop ancré dans la tradition. Bien sur, il y avait du juste dans les deux. Evidement qu’il était privilégié, il n’allait pas le nier, c’était ridicule. Est-ce que les privilèges rendaient forcément heureux ? Non, bien sur que non. Bien sur que sa famille était rompu à des traditions ridicules et désuète. Est-ce qu’ils étaient pourtant des monstres insupportables ? Probablement pas non plus. Raphael était de ses gens, de ses abrutis peut être, qui voyait le monde en gris, à chaque chose son bon et son mauvais, et à chaque question une multitude de choix. Raphael savait qu’il n’y avait pas que des bons ou des mauvais choix. Il connaissait les choix déchirants, ceux qui n’était pas mieux, mais qui était moins pire. Il connaissait toute une multitude de nuance de souvent Sasha ne prenait pas la peine d’imaginer. Ce n’était pas vraiment son rôle vraiment. Mais parfois, Raphael aurait espéré, que si elle voulait s’y essayer, elle se donne vraiment la peine. Mais le fait est qu’elle ne le connaissait absolument pas. Il avait pourtant fréquenté Noah pendant deux ans, mais elle ne savait presque rien de lui. La preuve, il était encore dans sa tête, Lord Byron. Peut être qu’il avait quelque chose de rigide et de noble dans l’apparence, mais il y avait tellement plus à sa personnalité que la particule de son nom. Mais visiblement c’était tout ce qu’elle était capable d’apercevoir. Il était probablement que même lorsqu’elle écoutait Noah parler de lui, elle n’écoutait que la même chose. Elle se mettait en mode noir et blanc et elle dispatchait ce qu’elle pensait entendre. Et il détestait se voir dans ses yeux. Il détestait entendre ce qu’elle avait à dire à son sujet. Non pas parce que ça lui faisait du mal, parce que la vision qu’il avait de lui même était bien plus catastrophique que celle qu’elle voulait bien avoir de lui. Mais parce que c’était navrant de simplicité et d’erreur.

Il soupira agacé par la question, épuisé à l’idée de devoir fournir des explications. Parce qu’il ne lui devait rien. Son devoir allait à Noah, il n’avait aucune obligation avec elle. Du moins, maintenant qu’il avait perdu Noah. Et le simple faite qu’elle essaye quand même de gérer quelque chose sur lequel elle n’avait plus de droit l’agaçait fortement. Surtout lorsqu’elle le faisait, du coup, si maladroitement. Pourtant, Sasha était adroite, du temps ou Noah et Raphael avait été ensemble elle avait souvent été juste, quoiqu’agaçante. Ayant inspiré, il soupira une nouvelle fois avant de répondre las. « S’il te plait, n’essaye plus de me faire croire que tu me connais, ou que tu comprends quoique ce soit en ce qui me concerne. » C’était presque une supplique. Il ne pourrait franchement plus tolérer de nouvelles approximations. « Je n’ai pas quitté Noah pour sauver mon mariage… Je n’ai pas de mariage a sauver. C’est au mieux, un tas de belles ruines que les gens peuvent encore admirer. » peut être qu’avec sa noblesse, allait un certain sens de la poésie. « Je n’aurais jamais été avec Noah en premier lieu s’il y avait un mariage à sauver. » La simple éventualité le dégoutait. Etait-il seulement un homme qui se permettait d’être infidèle pour le fun de la chose. Et qui en plus finissait par s’en mordre les doigts ? Cela serait pathétique, en plus d’être honteux. « J’ai fait passé ma fille en premier, et c’était à l’époque la seule solution qu’un père pouvait faire. Et je regrette de mettre trouvé devant ce choix. Je regrette la manière dont j’ai géré les choses… Mais je ne peux pas regretter le choix que j’ai pris, parce que s’en était pas un. » Il soupira à nouveau. Elle pouvait comprendre ça ? Qu’il n’y avait pas eu de choix. « Ne viens plus me parler des regrets que je peux avoir quand à Noah, ou ce que je peux ressentir pour Noah, parce que tu ne veux pas écouter. Tu me demandes d’être l’adulte, mais je penses que je suis déjà plus adulte que tu ne le seras jamais. Et je n’ai jamais joué à l’enfant avec Noah. » Raphael n’avait d’ailleurs jamais vraiment été un enfant lorsqu’il y pensait. Pas comme Noah avait du l’être et l’était encore parfois. Sasha suivait d’ailleurs souvent les pas de son meilleur ami. Il retint de rouler les yeux avant de lui répondre quand à la soudaine estime qu’elle avait pour elle, musicalement parlant. « Tu ne connais pas grand chose de ma personnalité Sasha, c’est surement de ma faute pour avoir toujours eu trop peur de toi pour m’affirmer, ou de la tienne pour ne jamais avoir regarder, mais pour la simple raison que tu me juges encore sur mon nom à particule, tu ne sais véritablement rien de moi. Et je suis ravi que tu sois capable de travailler avec moi, parce que de toute façon, contrairement à moi, tu n’as aucun pouvoir sur ce genre de chose… Donc je suis soulagée que notre collaboration ne soit pas trop un fardeau pour toi. » Parce qu’on se le dise, si Raphael avait voulu faire de la vie de Sasha un enfer, il aurait pu. Mais cela aurait été ni juste, ni justifié, et Raphael était quelqu’un de droit et de raisonnable. Et si c’était ça la personnalité qui allait si bien avec son nom à particule, alors il ferait mieux d’embrasser la formulation, parce que dans ses oreilles, cela ne sonnait pas tant comme une insulte que dans la bouche de Sasha.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: The confrontation + Sasha   Mar 19 Jan - 23:00

Sasha n'en revenait pas. Alors qu'elle avait fait ce pas en avant énorme vers Raphael, montré sa bonne foi en discutant calmement au lieu de simplement rester mesquine et acide envers lui, il continuait d'être désagréable, comme si il cherchait absolument à la faire passer pour la méchante de l'histoire, celle qui ne comprenait absolument rien ou encore celle qui compliquait les choses avec Noah alors qu'elle avait elle même fait l'effort de l'inviter pour discuter. C'était incroyable, cette façon qu'il avait de se poser en victime et d'insinuer que les autres étaient simplement incapables de comprendre sa situation et les nuances de sa personnalité ô combien complexe. Sasha n'avait aucune envie de le comprendre, et il y avait fort à parier pour l'actrice, que Raphael n'avait pas vraiment envie qu'on le comprenne non plus, se complaisant parfaitement dans ce rôle de héros tragique, qui n'aurait fait que son devoir et non un choix, aussi cornélien soit-il. Bien sûr en faisant un petit effort pour analyser la situation d'un point de vue extérieur, elle aurait pu parfaitement comprendre le point de vue de Raphael, ses prérogatives de père, être un peu plus indulgente au moins, mais c'était sans compter son amour pour Noah. Raphael lui demandait implicitement de le mettre de côté pour envisager les choses autrement. Sasha en était tout bonnement incapable. La peur de perdre un être cher laissait des séquelles, et sans tomber dans l'excès, on pouvait dire que la chanteuse avait été grandement marquée par les conséquences de la fin de cette relation qui s'étaient révélées désastreuses à tous point de vue. Elle ne pouvait pas considérer ce qui c'était passé comme quelque chose d'anodin, d'insignifiant, c'était juste impossible. Ce n'était pas non plus le rôle d'une amie de défendre ou même de chercher à trouver des excuses à une personne qui aurait blessé la personne la plus importante de sa vie. Les choses auraient peut être pu être plus nuancées si elle et Raphael avaient été amis, mais ils ne l'avaient jamais été et son intransigeance naturelle avait fait le reste.

Sasha ne put s'empêcher de lever les yeux au ciel devant son discours. Pauvre petit Raphael, vilain petit canard, incompris de tous ! Il lui rappelait tellement les héros des livres qu'elle dévorait chaque soir avant de s'endormir, ceux qui se sacrifiaient pour la bonne cause, persuadés que personne ne pouvait les comprendre, trop auto-centrés pour réaliser que d'autres options étaient disponibles s'il se laissaient l'opportunité d'ouvrir les yeux sur le reste et surtout le fait qu'il n'étaient pas le centre de l'univers, qu'ils restaient humains avant tout. Sasha et Raphael partageaient cette caractéristique par exemple, ce qui les rendait tout à fait aptes à se comprendre très ironiquement. En quelque sorte, ils se reprochaient exactement la même chose. Pour Sasha, Raphael n'était pas plus doué pour la nuance qu'elle, et cette conversation en était l'illustration. Il avait décidé qu'elle ne comprenait absolument rien et qu'elle n'avait aucune envie de l'écouter, il avait décidé qu'il se comportait comme un adulte et qu'elle n'était qu'une enfant, refusé catégoriquement d'envisager que Sasha se faisait simplement du soucis pour Noah. Raphael avait une vision très étriquée de Sasha lui aussi, qui ne lui rendait absolument pas justice.

« Tu as raison, je ne sais rien de toi, je ne peux pas te comprendre, d'ailleurs ce n'est pas comme si c'était très important. En effet, tout ce qui m'intéresse c'est de savoir que Noah va bien et qu'il ne va pas retomber encore plus bas qu'il ne l'a déjà été. Tu peux me le reprocher, je vis très bien avec ça en réalité c'est ce qui est le plus important pour moi et ça ne changera pas. Tu penses vraiment que j'ai géré la situation comme une enfant et que tu es bien plus mature que moi ? Outre le fait que c'est vraiment prétentieux de ta part et mal me connaître aussi, c'est surtout insultant. » Elle eut bien du mal à se contenir cette fois encore. Un flot de paroles s'échappa de ses lèvres, tandis que l'émotion s'emparait de l'actrice bien malgré elle. « T'as aucune idée de ce que c'était de le voir comme ça tout les jours. Tu imagines peut être, mais tu n'étais pas là pour apprécier pleinement les dégats comme je l'étais. Tu ne peux vraiment pas me reprocher de ne pas être capable de passer outre, ce n'est pas un manque de maturité Raphael, j'ai eu peur pour Noah, et j'ai toujours peur pour lui, comme tu aurais peur pour ta fille si un homme l'avait mis dans cet état. Je doute que tu aurais fait preuve d'indulgence, tu n'aurais vu que le résultat, parce que c'est ce que font les gens qui réagissent avec le cœur lorsque les gens qu'ils aiment sont heurtés. Félicitations, si le grand Lord Byron est capable de mettre ses sentiments de côté pour trouver des excuses à ceux qui font souffrir ses proches à ce point ! » Elle tenta de se calmer, il fallait absolument qu'elle se calme. Raphael la mettait dans tous ses états.

Le serveur les interrompit pour prendre leurs commande. Sasha songea à quitter la table avec théâtralité, mais elle n'avait aucune envie de donner raison à l'homme en face d'elle. « Je prendrais la salade avec le pesto et la mozarella. Mr de Lacy ? » L'interrogea Sasha du regard.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: The confrontation + Sasha   Ven 22 Jan - 19:15

Il aurait voulu que ça soit plus simple, que Sasha puisse simplement le comprendre et qu’ils puissent avancer. Mais comme Noah lui en voudrait probablement à vie, Sasha faisait de même. Finalement c’était pour ça que Raphael ne voulait jamais réellement parler en sa présence. Rien de ce qu’il pourrait dire ne pourrait arranger son cas. Il pouvait être désolé, il pouvait même avoir d’excellente excuse, il resterait le méchant de l’histoire. Et quelque part, cette fois-ci, il savait qu’elle avait raison. Il ne cherchait pas à se dédouaner de ses erreurs. Il avait fait ce qu’il avait fait, il n’avait pas vu d’autre solution à l’époque, aujourd’hui encore il n’en voyait pas forcément. Et si Sasha ne respectait pas ça… Ils n’avaient plus rien à se dire. Ils n’avaient probablement jamais rien eu à se dire. Mais ils faisaient semblant, à l’occasion, le temps de glisser quelques menaces. Parce que finalement, Sasha ne venait jamais voir Raphael pour autre chose que pour faire le bulldog de Noah. Et elle s’étonnait que Raphael n’était jamais dans les meilleurs dispositions. Il se culpabilisait suffisamment tout seul pour ne pas avoir besoin de l’aide de Sasha par dessus. Mais Sasha semblait avoir besoin d’aider Raphael avec ça. Comme si elle se sentait soudainement pousser un coeur, ou une conscience, et qu’il était de son devoir de faire comprendre à Raphael toutes les conséquences de son comportement sur la vie de Noah. Merci. Mais. Il. N’en. Avait. Pas. Besoin. Il n’avait peut être pas été chaque jour à côté de lui comme elle avait pu l’être, mais il avait vu, de loin, Noah s’effondrer. Il avait entendu, trop loin de lui, la nouvelle de son accident, il avait écouté, de sa bouche, toute la douleur qui pouvait bien s’échapper. Raphael savait, Raphael avait conscience, Raphael n’avait pas besoin qu’on lui rappelle.

Parfois, il était presque désolé de souffrir aussi. Finalement, cela aurait été plus simple pour tout le monde - pour lui surtout - s’il avait pu être se connard qu’on dépeignait facilement. Ainsi, il aurait brisé Noah, et il en aurait rien eu à foutre. Mais ce n’était pas le cas, et il avait beau savoir que sa souffrance passait bien après celle de Noah, il avait parfois envie de hurler, que c’était bon, il avait compris, et que Noah n’était pas le seul sur cette putain de terre à avoir mal. Et que honnêtement, la douleur d’une rupture sèche ne pouvait pas être si catastrophique comparé à l’éclatement d’une vie qu’il était entrain de vivre. Mais ça sonnait égoïste, ça sonnait comme le connard qu’il n’était et ne voulait pas être - même si cela aurait été préférable. La preuve, dès qu’il s’essayait à rendre les choses grises, à les faire comprendre à Sasha, à atténuer le connard qu’il était supposé être, Sasha s’agaçait et le remettait à sa place. Aouch. Bien fait pour lui surement. Ou peut être pas. Il ne savait pas. Honnêtement, plus Sasha parlait, moins il savait comment réagir. C’était une colère sourde qui montait en premier et lui brûlait la gorge. Il voulait frapper du poing et hurler. Hurler qu’il en avait rien à foutre d’elle, de sa soit disant maturité, du faite qu’elle avait porté Noah. C’était pas le sujet, ça le serait jamais entre eux deux. Il s’en foutait. Elle s’en foutait qu’il le sache aussi. C’était… Ce n’était pas un concours, parce que ce concours, il l’avait déjà perdu, avant même de le commencer. Il se crispa lorsqu’elle osa ramener Maggie dans l’équation. Il savait bien que ce n’était pour elle qu’une métaphore pour lui faire comprendre le rapport qu’elle avait avec Noah. Mais il n’y avait rien de similaire à la relation que Raphael pouvait avoir avec Maggie et à celle que Sasha pouvait avoir avec Noah. Et il comprenait ce que cela pouvait être d’être sur la défensive et d’être protective de quelqu’un. Mais il doutait sincèrement qu’elle puisse savoir ce que c’était d’avoir un enfant. Et même si Noah était, dans certaine mesure, juste un enfant, il n’en était pas vraiment un. Et elle ne pouvait décemment pas le mettre sur le même pied d’égalité que Maggie. Il la regarda interdit, ne sachant pas s’il devait déjà sortir les griffes ou juste laisser couler et se murer dans un silence dont il ne se sortirait pas. Il affronta son regard pendant un moment, son regard glacé et clair rempli d’une tristesse douloureuse qui ne s’imitait pas. Il ne le détourna que pour regarde le serveur et murmurer doucement un « La même chose s’il vous plait. » Il avait hésité à ne rien commander, il ne pourrait presque rien avaler de toute façon, il avait légèrement le sentiment que cela serait du gâchis. Il avait aussi l’impression que cela serait manquer de politesse à Sasha que de rien commander. Cela marquerait aussi la fin de la conversation surement, et même s’il voulait qu’elle se finisse le plus rapidement possible, il ne voulait pas être celui qui quitterait la scène en premier.

Lorsque le serveur parti, probablement gêné par l’ambiance glaciale qui régnait entre les deux, Raphael resta silencieux. Sa respiration calme, mais lourde, étant la seule chose qui rythmait le silence qui les entourait. Il n’avait pas relevé les yeux vers elle, et fixait la nappe devant lui. Ses doigts, quand à eux, jouaient avec les couverts à sa disposition. Il resta comme ça plusieurs minutes, toujours incapable de se décider quand à sa réaction. Il se sentait capable de s’énerver, de se mettre à hurler, mais n’avait jamais voulu faire de scandale surtout pas dans un restaurant. Mais s’il devait rester calme, alors il ne savait pas ce qu’il pouvait dire. Plusieurs minutes d’insupportable silence plus tard, il finit par souffler, d’un ton calme, mais sec, un « Tu n’es pas sa mère Sasha… Ne mêle plus jamais Maggie à ça. Tu ne peux pas comprendre. » Il y avait des trucs que l’on ne pouvait comprendre qu’une fois que l’on était parents. « Et si tu es incapable de garder ton sang-froid, et de me parler comme un être humain normal, je ne veux plus jamais te parler. J’accepterais d’être jugé par Noah, et lui seul quand à notre histoire. » Parce qu’elle avait été mauvaise, et peut être qu’il n’avait pas été tendre, mais au moins, il avait eu la décence de ne s’en prendre qu’à sa relation personnelle avec Sasha. Elle l’accusait sur quelque chose qu’elle ne maîtrisait pas. « Je sais le mal que j’ai fait à Noah, et je me déteste tous les jours un peu plus, je n’ai pas besoin de toi pour ça. Et tu arrives de toute façon trop tard pour les menaces, le jugement en tout cas. Noah et moi c’est définitivement finit. Il a été très clair quand au fait qu’il me détestait, ne t’en fait pas, je n’essayerais plus de l’approcher. Je vis ma vie, vous vivez la votre. Et j’essaye juste de faire en sorte que nous cohabitions au mieux pour le bien du théâtre et de la pièce. » Un instant il se surpris à regarder son doigt glisser sur la lame du couteau. Il lui faudrait peut être un coupure pour avoir un peu moins mal. Il retira sa main de la lame et glissa ses mains sous la table se frottant nerveusement les poignets. « Et j’apprécierais si tu pouvais arrêter de m’insulter quand à mes origines… » il souffla, presque douloureux. Après tout, ces origines, et ce nom l’avait renié. il ne savait pas ce que ça faisait de lui. Surement un aristocrate désargenté, ou quelque chose comme ça. Un aristocrate déshérité en tout cas surement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: The confrontation + Sasha   Dim 31 Jan - 13:52

Des points communs, Sasha et Raphael en partageaient au moins un. Ils étaient tous les deux très bornés, tout en étant persuadés de ne pas l'être. Evidemment c'était un gros problème lorsqu'il s'agissait de communication. Ils étaient d'ailleurs complètement incapables de communiquer sans se braquer en dehors du travail. Par un miracle incroyable de la nature, l'entreprise était possible au théâtre, mais ça s'arrêtait là, véritablement. En conséquence, têtus comme ils étaient, aucun d'eux ne se serait abaissé à se lever de table en jouant des mouvements d'humeur. Ils voulaient être l'adulte aux yeux de l'autre, et tout ça s'avérait hautement compliqué vu leur tempérament. Alors que Sasha se serait parfaitement contentée de retourner dans une conversation plus hypocrite, c'est Raphael qui relança le sujet cette fois-ci, loin d'en avoir fini avec elle. Bien entendu, la mention de sa fille fit mouche, et en bon père protecteur qu'il était, il ne toléra pas même qu'elle l'utilise en exemple. Pourtant, ça n'avait pas grand chose à voir avec mêler « Maggie » avec ça. Sasha voulait simplement illustrer son propos, et si il ne s'était pas braqué instantanément, il aurait sans toute compris qu'elle lui demandait simplement de voir les choses avec les yeux de quelqu'un qui se sent investi d'une mission protectrice envers une personne chère et qui assiste au spectacle, impuissante, de sa destruction Elle n'était peut être pas la mère de Noah, mais elle prenait soin de lui au quotidien, et Raphael ne pouvait pas le nier, sans elle Noah ne se porterait pas aussi bien. Seulement, personne ne pouvait jamais comprendre avec Raphael, c'était l'incompris, le héro tragique de sa propre histoire, victime de l'incompréhension générale et du mépris de ceux qui n'ont aucune considération pour sa prise de décision elle aussi tragique dans la forme. Pauvre Raphael ! Voilà qu'il l'agaçait désormais comme jamais. Il avait ce don particulier pour ça et Sasha en faisait souvent l'expérience. « Je ne suis pas sa mère, mais il est tout pour moi. Je ne mêle ta fille à rien, j'essaye juste de te faire comprendre la façon dont on peut voir les choses quand on ferait tout pour une autre personne. Je pense que ta relation avec ta fille est une parfaite illustration. » Sans le vouloir vraiment, elle fit un compliment à Raphael si on se permettait de lire entre les lignes. Contrairement à lui, elle ne s'imaginait pas qu'il était incapable de comprendre quoi que ce soit. Raphael était intelligent, et très certainement un bon père, son entêtement et sa façon de se braquer l'empêchaient juste d'entrevoir un autre point de vue que le sien et c'était ce qui énervait Sasha au plus haut point. Alors considérer le point de vue de Sahsa était d'un autre niveau encore.

Lorsqu'il ajouta qu'elle était incapable de garder son sang froid avec lui, elle eut envie de rire, il n'imaginait pas à quel point elle pouvait se contenir avec lui. Le voir simplement déclenchait en elle des ressentiments assez intenses. Le visage de Noah sur son lit d'hôpital, lui revenait presque tout le temps, étreignant son cœur de façon réellement désagréable. De nouveau Raphael entra dans un monologue pathétique sur leur relation passée, insistant sur ô combien le méchant Noah le détestait. Sasha leva les yeux au ciel, comment pouvait il être à ce point à côté de la plaque. C'était franchement pathétique. Elle lui aurait bien dit que si il pensait vraiment ça, il était vraiment con, mais se reteint de l'insulter directement parce qu'il le lui avait préalablement demandé avec les formes. Sa dernière requête fut que Sasha cesse de l'insulter quant à ses origines nobles d'ailleurs, pauvre petit snobinard désoeuvré. Il n'avait rien entendu de terrible, elle s'était simplement moquée gentiment, parler d'insultes était un peu fort en somme. « Ca va,  il y a un monde entre t'insulter et se moquer de tes manières un peu désuètes et snob, et puis il y a plus grave, le racisme, l'homophobie... Tout ces trucs là. » Elle tenta de reprendre contrôle de son tempérament et de mettre moins d'affect dans ses attaques, visiblement il la préférait dans l'insinuation et l'hypocrisie que dans la sincérité. Dans un léger battement de cil et accompagné d'un sourire carnassier elle ajouta finalement. « Tu ne connais vraiment pas Noah. C'est assez triste. Si tu penses qu'il te déteste, t'es complètement con. » Elle ne put s'empêcher de lui asséner une dernière insulte, parce qu'il était presque impossible de réfréner celle là. C'était de la connerie, les oeillères, il se les mettait tout seul. « Si Noah te détestait, je ne serais pas là, c'est précisément parce qu'il a toujours des sentiments pour toi que je m'inquiète. Il aurait toute les raisons de détester, et c'est juste pas le cas. J'arrive pas à croire qu'après tout ce temps passé avec lui, t'arrives pas à lire entre les lignes. » Et les coup dans le nez en l'occurrence, mais détail. « T'es pas le seul type sur terre Raphael avec qui il pourrait y avoir ce genre « d'accidents. », le fait que ça arrive avec toi est un poil révélateur, tu ne crois pas ? Ouvre les yeux.» Sasha s'arrêta là. Il ne faudrait pas l'encourager non plus, et entre l'insulte pure et le discours d'encouragement, le discours de Sasha se situait dans la zone d'ombre. Elle avait juste du mal à croire qu'il soit aussi aveugle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: The confrontation + Sasha   Dim 20 Mar - 17:50

Dans un autre monde, Raphael et Sasha aurait du pouvoir s’entendre. Ils se ressemblaient plus qu’ils voulaient bien le croire, et l’amour qu’ils portaient tous les deux pour Noah aurait pu finir de les lier. Leur entente, était même, dans de nombreux univers parallèles inévitables. Ils pouvaient se taquiner, se chercher, se tester, ils étaient obliger de finir par s’apprécier, s’aimer, se respecter. Pourquoi cet univers particulier les forçait à s’entendre à ce point comme chien et chat ? Pourquoi quelque soit la situation ils n’étaient pas capable de mettre leur défaut et leur préjugé de côté pour se comprendre ? Parce qu’ils n’avaient plus que ça à faire, maintenant. Ce n’était pas comme si la haine de Sasha pour Raphael allait changer quoique ce soit à la situation. Ce n’était pas comme si l’agacement que ressentait l’homme en présence de la rouquine aidait grandement la situation. Pourquoi diable, dans cette situation particulière aucun des deux n’étaient capable d’être un adulte ?

Peut être que dans les mondes ou Raphael et Noah auraient fonctionné comme sur des roulettes, auraient vécu d’amour et d’eau fraiche, toute mauvaise entente entre Raphael et Sasha aurait été la seule entrave au bonheur de Noah et aurait donc été résolue. Dans le monde actuelle, l’entrave au bonheur de Noah était Raphael. L’équation était donc simple à résoudre, il n’y avait pas d’effort à faire, Raphael devait s’effacer, disparaître. Un point, c’était tout. A partir de ce moment là, il n’y avait plus vraiment de communication possible. C’était deux ennemis qui se parlaient. Deux ennemis qui étaient pourtant d’accord sur toutes les conclusions. Raphael devait partir, disparaître, et ne surtout plus importuner la vie de Noah. Mais voilà, Sasha, grande manitou, et surtout grande donneuse de leçon. Parce que c’était bien connu, Sasha était une femme parfaite qui n’avait jamais fait d’erreur dans sa vie et qui pouvait se permettre de juger et de faire des sermons.

Quoiqu’il en soit, maintenant que Sasha avait réussit à la fois à énerver Raphael et à la fois à le mettre mal à l’aise, on était sur qu’on ne tirerait plus rien de lui. Il allait à la fois s’énerver sur des sujets ridicules, et se renfermer comme une huitre sur d’autre. Cela allait être d’une absurdité sans nom. Du typique Raphael et Sasha en somme, il ne fallait pas s’étonner que ces deux n’arrivent jamais à rien. Il en venait par exemple à s’agacer et mal prendre les habituelles piques sur ses origines. Il fallait dire qu’il ne les avait jamais appréciée… Il n’avait jamais rien pu contre sa naissance. Il n’avait rien demandé. Il échangeait volontiers son nom, sa fortune - et elle pouvait parler, elle en matière de fortune - et tout le reste si ça pouvait rendre sa vie moins compliqué et plus heureuse. Il était peut être rigide, et un peu précieux, mais il n’était pas snob. Il était certes classiques, il n’était pas pour autant désuet. Et puis merde, ce n’était pas bientôt finit de juger les gens et de les faire se sentir mal à propos de ce qu’ils étaient ? Quel âge avaient-ils ? Devaient-ils encore agir comme s’ils étaient dans une cours de récré ? « Oh bravo… Faisons une pyramide des problèmes et soyons cons sur certain sujet mais pas sur d’autres… » Raphael en bon idéaliste qui n’avait jamais vraiment foutu un pied dans le monde avait tendance à penser que la tolérance s’appliquait facilement à tout et à tout le monde. « et je suis sur que tu t’y connais beaucoup en matière de racisme ou d’homophobie… » il souffla doucement, soudainement plus touché par le sujet maintenant qu’il avait été foutu dehors par sa famille. De toute façon, il était à bout de nerf, et tout l’atteignait d’une manière absurde.

Il continua à se tasser sur son siège et à se renfrogner lorsqu’il se fit traiter de con. Chose qu’il retint d’avantage que le reste de la phrase. Il s’entêta ensuite à ouvrir grand les yeux comme un abrutit juste pour montrer à quel point la théorie qu’elle avançait était stupide. Peut être que Noah avait quelque part encore des sentiments pour lui. C’était possible. Il n’allait pas le nier. Ou alors elle allait lui en collait une. Mais ça n’effaçait en aucun cas le faite qu’il le détestait. Elle croyait que s’était incompatible ? Que l’un pouvait effacer l’autre ? Elle pensait réellement que c’était aussi simple que ça ? Dans quelle monde vivait-elle ? « Parce que ce n’est pas du tout compatible bien sûr… » il soupira. « Peut être que Noah a encore des sentiments pour moi… mais il n’en veut plus… Et il me déteste. Il n’y a pas besoin de lire entre les lignes Sasha. » il soupira fortement. La conversation devenait de plus en plus absurde. « C’est comme si on était entrain de discuter de si une fille disant non voulait dire un oui peut être ou pas… ça n’a aucun sens. Lorsque Noah dit qu’il me déteste… Il me déteste vraiment. Et s’il a encore des sentiments pour moi, son ‘I fucking hate you’ c’est sa manière de leur foutre un coup de poing phénoménale et de leur dire retournez d’ou vous venez. » et c’était plutôt évident, quoique Sasha puisse en penser. « Donc tu es en sécurité… Noah ne veut plus et ne voudra plus jamais de moi… et j’ai promis de me tenir à distance. » voilà, c’était dit, c’était finit, pour toujours. Ca l’était techniquement depuis deux ans, mais il supposait que c’était le point final.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: The confrontation + Sasha   Mar 29 Mar - 17:20

Il y avait certaines personnes comme Raphael de Lacy qui une fois braqués, trouvaient le moyen de réagir mal sur tout. Sasha s'était exprimée, lui avait seulement dit sa façon de penser, mais il ne pouvait pas se contenter de l'entendre et d'en tirer son parti, il fallait qu'il continue à mordre comme un chien agressif à qui l'on aurait marché sur la queue dans un instant d'inattention. Dans des moments comme celui-ci, il n'y avait très certainement plus rien à en tirer. Il avait décidé de la diaboliser, et il n'y avait rien que l'actrice puisse faire pour lui faire changer d'avis, d'autant plus qu'il comprenait absolument tout de travers comme d'habitude ! Sasha ne comprenait pas cette habilité qu'avait Lord Byron a interpréter tout propos de l'actrice de la mauvaise manière, soit complètement à l'inverse de ce qu'elle avait voulu entendre par là, soit vraiment à côté de la plaque, en partant dans des extrêmes complètement délirants en prime ! Cette tendance avant le don de l'agacer profondément, car il lui était dès lors impossible de marquer un point, ou de lui faire voir ne serait qu'un tout petit élément différemment de sa pensée initiale. Alors soit Sasha était une abrutie notoire sans aucune réflexion valable (ce dont elle doutait quand même), soit il le faisait exprès, parce que dans son esprit obtus, il avait simplement décidé que tout ce qu'elle pouvait lui dire n'avait aucune valeur ou portion de vérité. Le tout était très frustrant pour Sasha qui aimait la communication et partager son point de vue, même avec Raphael, que malgré tout ça, elle ne considérait pas comme un idiot du tout. Elle se sentait lésée, c'était complètement le mot, prise pour quelqu'un qui ne comprenait absolument rien et qui était forcément dans le faux. C'était d'autant plus insultant lorsqu'on parlait de Noah.

Si il y avait une chose dont Sasha et Noah étaient tous les deux certains, c'était bien qu'elle le connaissait mieux que quiconque. Alors en plus de remettre en doute le fait qu'elle s'intéresse effectivement aux sujet d'actualités et à certaines causes de façon ostensiblement sceptique et moqueuse, il remettait en question sa façon de connaître Noah avec une image franchement terrible, faisant presque une comparaison entre les propos de Sasha et ceux d'un violeur qui expliquerait que sa victime entend un oui lorsqu'elle dit non. « Je m'y connais effectivement, tu trouverais que j'ai beaucoup de conversation, si tu ne passais pas ton temps à me prendre pour une connasse inculte, qui ne fait que se moquer du pauvre petit Raphael et qui ne peut pas s'empêcher de se mêler de ce qui ne la regarde pas. » Avec l’énervement, Sasha retrouvait son langage charretier. Raphael la mettait dans tous ses états. Et pas dans le bon sens du terme, du tout. « Je m'en fiche que ça ne me regarde pas, tu m'entends Byron ? Tout ce que je dis, n'est pas là pour t'inciter à te déclarer à Noah ou même sous entendre qu'il ne t'en veut pas pour ce que tu lui as fait subir. Non ce que je te dis est un fait. Il a beau te détester, ça n'a rien de naturel, ce n'est pas de la haine, il t'en veux parce qu'il t'aime asshole. Et si t'es trop con pour t'en rendre compte et que ta seule défense contre ça, c'est le déni, tant mieux. Mais Noah un jour ou l'autre il arrivera plus à prétendre et à leur foutre un coup de poing phénoménal à ses sentiments, je le sais parce que je le connais, et toi aussi tu le connais. Wake up. » Sasha savait qu'elle n'obtiendrait rien en lui crachant dessus comme ça. Raphael était très têtu et à prendre avec des pincettes, pas le genre de type qu'on pouvait savamment secouer en espérant obtenir quoi que ce soit. Il ne comprenait vraiment pas ou elle voulait en venir, et elle avait à l'inverse beaucoup de mal à comprendre qu'il ne voit pas le danger dans cette relation. Ça allait merder à un moment ou à un autre, son visage le trahissait. Tout ça le touchait de bien trop près. Peut être qu'elle ne devrait pas lui dire ça, mais elle ne put s'en empêcher. « Toi aussi tu l'aimes toujours. » ajouta t-elle en le fixant comme pour lui faire remarquer que ça se voyait comme le nez au milieu de la figure, sans qu'il n'ait eu besoin d'être détruit par un coup de poing de Noah au préalable. « Et ça, ça a toutes les raisons de m'inquiéter tu comprends ? » Le serveur réapparut avec les deux assiettes qu'il déposa soigneusement devant eux. Avec un peu de chance il comprendrait là ou elle voulait en venir, mais trop d'optimisme trouverait forcément déception dans les réactions de Raphael. Il allait se braquer, au mieux réfléchir après. L'inévitable allait arriver, Sasha le sentait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: The confrontation + Sasha   Mer 27 Avr - 17:46

Raphael était normalement quelqu’un qu’on énervait pas. Il avait toujours été atrocement calme, presque atone. Il savait bizarrement se retrancher sur lui même, et dans les moments les plus critiques se focalisaient sur autre chose de manière à garder son calme. D’une certaine manière, c’était un don. Raphael était un homme patient. Les bêtises récurantes lui arrachaient un sourire ou au pire un soupire. C’était surement ce qui avait fait de lui un père relativement exemplaire et un fin pédagogue. Pourtant, dès que Sasha était présente, tout ça pouvait s’envoler. Enfin en matière de théâtre, tout allait bien. Il pouvait s’occuper d’elle comme il s’occupait des autres, et ils avaient une relation professionnelle tout à fait correcte. C’était d’ailleurs sans doute possible qu’avec cette foutue patience. Mais en ce qui concernait la relation personnelle… C’était un désastre. Il ne saurait dire exactement ce qui chez Sasha servait de gâchette à sa colère, mais il partait en quelques secondes. C’était atroce, Raphael détestait ne pas se contrôler. Et au final, les deux personnes avec qui il ne se contrôlait pas du tout était de toute évidence Noah - mais là, il avait parfois su apprécier l’absence de contrôle - et Sasha, et là il n’y avait rien de plus horripilant. Il se sentait idiot, et il savait bien qu’il réagissait au mieux comme un jeune adulte un peu con, au pire comme un adolescent franchement attardé. Et plus il s’en rendait compte, plus il s’énervait contre lui même. Et malheureusement plus il s’énervait contre lui même, moins il avait le contrôle, et plus sa colère ressortait contre Sasha. C’était un cercle sans fin et totalement absurde. Il n’aurait jamais du accepter de venir ici. Parler à Sasha était une erreur, ils ne savaient pas parler ensemble. Ils n’avaient jamais su parler. Etait-il désespérer au point de penser qu’aujourd’hui c’était possible ? Ou était-il noyé sous la culpabilité à ce point ? Dans tous les cas c’était absurde, Sasha ne changerait rien pour lui.

Il devait partir. Il se foutait du déjeuner, il n’avait de toute façon pas faim, et il n’en avait rien à foutre de manger. Ce n’était qu’une histoire de politesse s’il avait commandé quelque chose… Il aurait pris quelques bouchés par politesse aussi. Mais son estomac était noué, comme d’habitude, et maintenant il avait même envie de vomir. Il n’avait pas envie de continuer à parler de Noah. Il voulait qu’on lui fiche la paix avec Noah. Il avait juste envie d’oublier. D’oublier le faite qu’il n’oublierait pas aussi. Peut importe ce que Sasha pourrait bien lui dire, cela ne serait pas une révolution pour son monde. Et il n’avait pas envie de se sentir comme un gamin à qui l’on tire les oreilles. Et pourtant c’était exactement ce qu’elle faisait. Parce qu’on devait lui reconnaître une chose, Sasha Bellamy était doué pour prendre les gens de haut et leur tirer les oreilles big mama’s style. Si Raphael n’avait pas été si en colère, il aurait sans doute senti le rouge de gêne lui monter au joue. C’était humiliant. Il serra ses doigts jusqu’à faire blanchir ses jointures, fixa son assiette d’un oeil torve et crispa sa mâchoire. Il avait besoin de fumer, une ou deux cigarettes, peut être plus. Il avait surement besoin d’air surtout. Il allait se lever, filer à l’anglaise, ou exploser. Il ne savait pas encore exactement, mais la légère pression de sa paume sur la table indiquait l’esquisse d’un mouvement. Il s’arrêta pourtant au moment ou le ton de la discussion changea. Enfin en réalité, il resta tout aussi immobile, mais laissa son oreille plus alerte boire les mots qu’elle entendait. Il suffit d’une phrase pour retenir son attention et faire grincer ses dents « Il t’en veux parce qu’il t’aime asshole. » Il ferait abstraction du reste, de l’insulte et de tout pour retenir le milieu. Ou plutôt pour l’entendre. Il fronça les sourcils, préparant déjà une foultitude de contre argument. Mais elle le devançait et les démontait déjà, parlant de déni, le laissant avec rien pour se défendre. Il baissa un peu plus la tête, perdu et fixa la table.

Ca changeait tout. Pas sur Noah et lui, il ne pensait pas que ça changeait grand chose. Peut importe les sentiments que Noah pouvait avoir pour lui, il ne voulait pas les gérer, et il ne voulait pas lui pardonner. C’était donc perdu d’avance. Aimer tout seul dans le vide ne servait à rien. Si l’on ne faisait pas la décision quotidienne d’aimer quelqu’un, c’était comme laisser se perdre des sentiments à la poubelle. Bravo, ils s’aimaient dans leur coin. Ils pouvaient rester longtemps dans leur coin, à se haïr, à s’en vouloir, à se pleurer. C’était juste stupide, pitoyable, et ça ne changerait pas. Non ce qui changeait c’était lui et Sasha… Parce qu’il ne comprenait plus à quoi elle jouait. Pourquoi lui disait-elle ça, sachant qu’elle devait se douter que s’il y avait bien une seule chose qui pourrait lui donner de l’espoir c’était ça ? Elle n’était pas le genre à jouer les entremetteuse… Enfin pas entre lui et Noah. Elle le détestait encore plus que Noah pouvait le faire. Elle l’enterrerait dans le jardin avant de les remettre en couple. Pourquoi prendre le risque ? Pourquoi lui dire ça ? Pourquoi ne pas le laisser penser que Noah le déteste pour de bon et le laisser prendre la distance ? C’était tout ce qu’elle voulait avant… Il se pinça la lèvre, finit par se calmer, desserra les mains et joua nerveusement avec ses doigts. « I don’t get you… » il soupira « What do you want from me ? » peut être qu’il était plus volontaire pour parler, ou simplement il avait besoin de comprendre avant de partir. « I don’t know how not to love him if that what you want me to do… » et ça serait une chose vraiment bizarre à demander à quelqu’un… Sans compter particulièrement stupide.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: The confrontation + Sasha   

Revenir en haut Aller en bas
 
The confrontation + Sasha
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dirty Little Sasha. [Done.]
» Confrontation
» Sacha Louise Ryan une nouvelle riche Feat Sasha Pivovarova
» Discussions autour de la Confrontation VI
» Discussions sur la Confrontation V !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2016-2017-
Sauter vers: