caromille ◊ you just might see a ghost tonight.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: caromille ◊ you just might see a ghost tonight.   Ven 8 Jan - 12:03

CAROLYN

Les talons de mes bottes claquent sur les trottoirs londoniens. Mon parapluie jaune déployé au dessus de ma tête pour me protéger de l’averse, je me presse entre les foules qui jaillissent des bouches de métro et des immeubles. Il est 18 heures, la nuit est tombée depuis quarante minutes et le froid commence à m’envelopper. J’ai passé la journée à arpenter les agences d’intérim, mais apparemment personne ne veut d’une ex-célébrité tombée dans l’oubli à cause de ses addictions et de ses hallucinations. J’éternue violemment et prends conscience que les vêtements sont trempés. Super, je vais probablement mourir d’une pneumonie. Je pousse la porte d’un café et me réfugie dans la salle baignée d’une douce chaleur. Je m’installe à une table près de la fenêtre et commande un chocolat chaud au lait de noisette au charmant serveur -sans chantilly. Lorsqu’il pose ma tasse devant moi, je la serre entre mes mains pour me réchauffer et la porte à mes lèvres. Soudain une voix s’élève du fond de la salle. Une voix que je ne connais que trop bien et que je ne pensais plus jamais entendre en vrai. Un faux mouvement, je sursaute et me reverse la moitié du lait brûlant sur la chemise. Je pousse un petit cri tandis que toutes les voix s’arrêtent de bavasser. C’est impossible, mes mains tremblent et mon cœur s’emballe follement. J’ai horriblement envie de vomir. Impossible.

Et pourtant. Il se tourne vers moi et dit avec mépris « Quand je parlais de gens qui ne savent pas se tenir… L’humanité ne s’est pas améliorée pendant mon absence dîtes moi ! » Il se fige en me reconnaissant. Nous nous dévisageons en chiens de faïence, je manque de m’évanouir. Très rapidement, je fais le tour de ces derniers jours dans ma tête. Est-ce que j’aurais oublié de prendre mes médicaments ? On dirait que mes visions morbides reprennent. Parce qu’il totalement inconcevable qu’il soit là. Devant moi. Vivant. Non ? Il est bien mort pourtant, j’en suis persuadée. Je me rappelle de l’explosion, entendue alors que je me trouvais à quelques rues de là. Je l’attendais, il prenait le métro pour me rejoindre pour un verre. On ne l’avait pas retrouvé. Il était mort. Il n’avait pas le droit d’être vivant, pas après ce que j’avais vécu. Souvenirs de dépression, d’hôpital psychiatrique et de jours passés dans le noir. Je me lève, les jambes cotonneuses. « C… Camille ? » Impossible. La vision a l’air mal à l’aise. Mon cœur semble à deux doigts de jaillir de ma poitrine. Je recommence à y croire. « Je… Euh… J’espérais vachement plus de paillettes pour la surprise… » Mes yeux s’écarquillent, ma bouche s’assèche. « Alors… C’est vraiment toi ? » Je n’ai jamais été croyante, en quoique ce soit, mais je me prends à imaginer qu’on m’offre une seconde chance. Peut être que le karma existe finalement. Je m’approche encore, tout prêt, et pose une main tremblante sur son torse. Je suis à la fois surprise et rassurée de ne pas la voir passer à travers. « Je croyais que tu étais… » Et je fonds en larmes.

uc.


Dernière édition par F. Carolyn Stowe le Lun 11 Jan - 23:33, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: caromille ◊ you just might see a ghost tonight.   Ven 8 Jan - 12:48

CAMILLE

Deux ans et demi. C’est le temps que j’aurais passé dans le coma selon les médecins. Deux ans et demi depuis un attentat à la bombe dans le métro de Londres. Ce n’est quand même pas de chance notez bien. Camille Jules Martin prend le métro une fois dans sa vie et hop, ça fait boum. Quand je dis que c’est dangereux de se mêler avec la populasse. Apparemment, je n’ai jamais joué Mamma Mia. Les médecins ont hurlé quand je leur ai dit que je n’avais du tout le temps d’être ausculté et que je devais retourner répéter. A tous les coups, deux ans dans le coma ça enraille les cordes vocales. Et je ne dois plus avoir le moindre muscle pour pouvoir danser correctement. Autrement dit, les gars qui ont fait péter le métro ont ruiné ma carrière. Ils auraient mieux fait de réussir leur coup tant qu’à faire. Il est absolument hors de question que je devienne serveur dans un café minable. Ou prof. Ou que je bosse dans un bureau de 9 à 17 heures. Et les médecins disent que je suis miraculé. Bon. Tous les gens que je connais sont probablement à des milliers de kilomètres d’ici maintenant. Basile est avocat à New-York d’après une carte postale qu’il a envoyé il y a deux mois et qui était sur ma table de nuit à l’hosto. Paul est toujours à Stockholm d’après ce que dit le site du club de foot chez qui il a signé. Lucy Thompson vient de sortir un album, nul d’ailleurs, et je n’ai même pas eu le plaisir de la battre à plate couture dans les charts. Impossible de savoir où se cache Carolyn cependant. J’ai utilisé l’iPhone (ils en sont au 6s maintenant ???) d’un des médecins pour la googler. J’étais persuadé qu’elle serait une super star. Elle l’a été mais elle a apparemment disparu des écrans radars il y a quelques mois. Impossible de savoir où elle se cache. Je suis sorti de l’hosto il y a une semaine et n’ai toujours pas eu le courage d’appeler qui que ce soit pour leur dire. Comment ça s’annonce ? « HEHEHEHE LOL JE SUIS PAS MORT » ? C’est compliqué. Tant qu’à faire de ressusciter dans les vies de tout le monde je veux le faire bien. Avec le plus de paillettes possibles. Il faudrait peut-être que je songe à prévenir Paul quand même. Apparemment, il a dit dans toute la presse que je n’étais pas mort, qu’il le saurait si je l’étais et qu’il ne le croirait que tant qu’il le verrait. Il a dû finir par se résigner. Comme tous les autres.

Plongé dans mes pensées, comme à mon habitude depuis mon réveil, j’entre dans un café et salue le barman. « Tu m’apportes une citronnade Archie ? Et n’oublie pas, pas trop de glaçons ! Et n’oublie pas d’ajouter un citron vert ! Et surtout, surtout, ne mets pas ces grosses pailles, donne m’en une petite orange s’il te plaît. Merci. » Il hoche la tête, je suis passé plusieurs fois cette semaine et il semble s’habituer doucement mais sûrement à mes habitudes un peu étranges. J’ouvre un bouquin pour sortir de mes pensées. J’entends des gens entrer et sortir mais je reste réfugié au fond de la salle et je ne prête attention à personne. Il pleut des cordes à l’extérieur et de plus en plus d’individus viennent s’abriter et partager une boisson chaude, le plus souvent en laissant la porte ouverte. Je soupire fortement. « Archie !!! Ferme la porte s’il te plaît ! On dirait que tu veux que je chope une pneumonie ! Marre de tes clients qui ne respectent rien ni personne. Et je veux bien un chocolat viennois s’il te – ». Une femme hurle, se retourne vers moi et, dans son mouvement de panique, renverse sa boisson chaude sur son chemisier. Je hausse les sourcils. « Quand je parlais de gens qui ne savent pas se tenir… L’humanité ne s’est pas améliorée pendant mon absence dîtes moi ! » Je m’étouffe en reconnaissant la personne qui vient de se couvrir de ridicule. Carolyn Stowe. En chair et en os. Je lui adresse un petit sourire, incapable de trouver les mots pour m’expliquer. « C… Camille ? » Je m’éclaircis la gorge. « Hum… Surprise ? »  Je suis paralysé sur ma chaise. Elle a cru que j’étais mort alors que, dans mon esprit, c’est comme si je l’avais quittée hier. Je ne sais pas ce qu’elle a vécu, ni ce qu’elle a fait pendant tout ce temps. « Je… Euh… J’espérais vachement plus de paillettes pour la surprise… » Ma blague tombe à l’eau. Même si ce n’est qu’une demi blague. Se retrouver dans un café minable par hasard c’est digne d’une comédie à l’eau de rose low budget. Ou d’une tragédie. Je ferme les yeux et prie pour que ce soit la première option. « Alors… C’est vraiment toi ? » Elle s’approche et pose une main sur mon torse. « Je croyais que tu étais… » Elle fond en larmes et je la serre contre moi. « Je suis désolé Caro… » Je lui caresse les cheveux. « Eh, arrête de pleurer, c’est pas bon pour le teint. Je suis là maintenant, t’as pas besoin de pleurer… » Je ferme les yeux un instant et serre mon amie encore un peu plus fort.

uc.
Revenir en haut Aller en bas
 
caromille ◊ you just might see a ghost tonight.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» GHOST ISLAND
» Animation Ghost Stories
» GHOST IN MY HEAD (ft. THE peacekeeper)
» Ghost in the shell : un remake en live ?
» Ghost in the Shell Arise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2016-2017 :: rps à potentiellement redéplacer-
Sauter vers: