IDK - I really really Don't Know ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: IDK - I really really Don't Know ♥   Lun 12 Oct - 23:00

Je me présente, je m'appelle Imogen Diane Kennedy, 25 ans. Je suis née le 28 mai 1990, à Londres (UK) et j'habite à Londres, dans le très particulier quartier de Camden. Je suis par ailleurs bisexuelle, et puisque la question vous brûle les lèvres, je suis malheureusement célibataire. Que vous dire de plus si ce n'est que dans la vie je suis  actuellement actrice, j'incarne en effet Eponine dans la comédie musicale Les Misérables et que mon rêve le plus fou serait de vivre de la chanson. Oh, par contre, il y a ce léger détail que vous devez savoir sur moi, je suis battante, croyante, et parfois un peu folle. Voilà, c'est tout pour l'instant. And by the way, nice to meet you!
Oyster Card ▬ feat. Tina Desai
   « For me, science is an other langage we use to talked about the same miracles that faith talks about. - But one language makes sense, one doesn't. - Sense? Like quantum physics? Like a particule that can be here and not here? Or sense like gravity? A force that no one knows why exists. Only that if it didn't exist, then none of this would exist neither... - Thank God for gravity. »
It ain't a game for rich white boys to play - 9ans

Quand la petite Imogen rentrait chez elle après cette dure journée, elle avait le sourire aux lèvres. Elle avait le sourire aux lèvres, les yeux qui brillaient et le cœur léger. Sa petite sœur l'avait remarqué, d'ailleurs, et la bonne humeur était devenue contagieuse. Felicia lui avait attrapé la main et avait accroché à son tour un sourire léger à ses lèvres comme si tout allait bien. Et les deux gamines rentraient main dans la main avec les autres gosses. Leur mère s'était organisée pour que d'autres parents qui n'habitaient pas loin les ramènent jusqu'à chez elle. D'autres parents du quartier, pas n'importe qui. Leur mère faisait toujours très attention quand il s'agissait de qui fréquentait ses filles. Et quand elles arrivent chez elle, elles n'ont pas vraiment échangé un mot. Elles ont plutôt chanté la chanson que Felicia a appris ce jour-là à l'école et dont elle est très fière. Et Imogen est très fière de sa sœur aussi. Parce que sa sœur chante bien. Et qu'elles font des duos pour leur mère à Noël, et pour les repas de famille. Ces petits spectacles un peu ridicules où on les applaudit avec entrain. C'est toujours mieux qu'une pièce de théâtre improvisée par leur cousins, sans queue ni tête dont le scénario ne serait même pas digne d'un livre "Monsieur, Madame". Alors elles avaient juste chantonné, en se tenant la main, jusqu'à ce qu'elles arrivent chez elles, que Felicia jette son cartable dans l'entrée pour se précipiter sur le canapé du salon et mettre son dessin animé préféré. Alors Imogen va poser son sac à elle sur la table de la cuisine où elle retrouve leur mère. Leur mère déjà occupée à préparer à manger. L'air concentré. L'air épuisée par une journée de travail bien trop longue. Parce que malgré une communauté généreuse et aimante, ce n'est pas facile de subvenir seule au besoin d'une petite famille comme la sienne. Alors Imogen se dit qu'elle va lui remonter le moral. « Aujourd'hui on a eu du sport, et c'était trop bien, parce qu'on a fait du sport que les autres ils ont dit que c'était rien que pour moi. Que ça vient de chez moi. C'était du yoga. C'est chouette. » Et la mère lâche le couteau qu'elle tenait comme si les mots de sa fille l'avaient pétrifiée. Elle se retourne lentement vers sa fille avec un air peu encourageant. Et Imogen se dit qu'elle n'a pas vraiment réussi à lui remonter le moral. Que sa mère est moins sensible aux sourires contagieux que sa sœur. Elle essuie les mains sur son tablier et vient s'installer juste en face de sa fille, le visage à quelques millimètres. « D'où tu viens, c'est Londres. Et la culture indienne, ne laisse pas ta blanche d'institutrice tenter de t'en apprendre quoi que ce soit. Ne t'avise pas de croire que le yoga que tu fais avec tes idiots de camarades de classe à quoi que ce soit à voir avec nous. C'est un truc que ces colonisateurs nous ont volé. Ils nous l'ont volé et ils l'ont défiguré. » Et elle fixe sa fille dans les yeux sans rien ajouter. Et Imogen n'ose rien dire. Parce que c'est beaucoup de mots d'adulte auxquels elle ne comprend pas grand chose. Et sa mère soupire avant de retourner à sa cuisine. « En même temps, qu'est-ce que j'espérais en t'envoyer dans cette école de blanc. J'aurais du vous mettre dans la même que vos cousins. » Imogen, elle, elle est bien contente d'être dans cette école là parce que c'est rapide pour rentrer. Chez les cousins, ce serait bien plus long. Mais sa mère ne fait plus trop attention à elle alors elle évite de dire quoi que ce soit, elle a des devoirs à faire avant le repas, elle ne va pas perdre du temps à contredire sa mère. Sa mère qui continue à maugréer contre ces blancs-becs qui sont partout, qui ont volé le yoga et ont décapité des bouddhas sans aucun respect, et qui ne servent à rien. Et elle continue à maugréer en agitant parfois son couteau. Mais Imogen est habituée. Parce que l'Inde c'est trop important pour laisser des blancs en parler. C'est ce qu'elle dit toujours, sa maman. Et vu qu'elle vient de là-bas, elle doit avoir raison.



A time when love was blind - 16 ans

Quand Felicia a la "bonne" idée de ramener un prétendu ami à la maison, Imogen ne s'attend jamais à passer une bonne soirée. Du moins, pas un bon repas. Surtout quand elle ramène un blanc bec qui essaie de passer dans son lit. Les garçons de quatorze ans sont tellement prévisible que la grande sœur le jetterait bien par la fenêtre. Rien que pour lui calmer ses hormones. La puberté. Ce moment merveilleux. Il faut bien avouer que Imogen et les garçons, ce n'est plus une histoire d'amour. Oh, elle en a trouvé un pourtant. Un beau, gentil, parfait. Un garçon un peu plus vieux, mais qui ne lui paraissait pas si vieux que ça. Qui faisait râler sa mère, mais ce n'est pas le genre de chose dont on s'inquiète vraiment quand on est une adolescente. Que ses copines regardaient avec un air envieux, et ça ça comptait beaucoup. Mais les choses ne s'étaient pas vraiment passé pour le mieux. Elle avait fait la moindre chose qu'il lui demandait, bêtement, sans réfléchir. Elle s'était parfois un peu forcée parce qu'il avait toujours de bon arguments, et qu'il arrivait toujours à la convaincre. La convaincre qu'il avait raison. La convaincre qu'il savait mieux qu'elle ce qui était bien, ce qui était normal, ce qui était du. Pour finalement trouver une fille plus de son âge et laisser Imogen après avoir joué avec elle pendant six mois. Laisser Imogen au milieu d'une rue qu'elle ne connaissait pas trop, entrer chez un buraliste pour appeler sa mère. Laisser Imogen incapable de réfléchir logiquement pour deux secondes, le cœur brisé. Pour la première fois. Et elle avait passé les mois suivant enfermée dans sa chambre quand elle n'était pas obligée d'aller à l'école. Cette putain d'école où les autres savaient. Où leurs regards lui rappelaient chaque instant qu'elle était cette gosse inutile qu'aucun homme ne voudrait vraiment. Qu'elle n'était là que pour passer le temps avant qu'ils trouvent mieux. Puis rentrer chez elle où sa mère avait compris qu'il ne servait à rien de lui faire la leçon.
Mais elle ne pouvait pas rester enfermée dans sa chambre tout le temps, et elle était descendue pour le repas. Pour se retrouver face à ce petit con que Felicia avait ramené. Dire, qu'elle pensait que cette maison était boy-free. Et la conversation finit par dériver, inexorablement. Elle finit par dériver quand Felicia s'enthousiasme à propos de la nourriture que leur mère prépare, parce que madame Kennedy a toujours insisté pour cuisiner indien et ne pas céder à la facilité de la bouffe anglaise, simple et insipide. Comme si envahir les Indes n'avait pas suffit à leur faire découvrir les épices nécessaires à la cuisine d'un plat décent. Et voilà que cet idiot dit que, quand même, ça manque de viande. Et elles se retrouvent toutes les trois à le regarder comme s'il les avait toutes insultées.  Même si Felicia tente de le faire un peu moins agressivement. « On ne mange pas de viande dans cette maison. On respecte la religion de notre pays d'origine. » Et les yeux de leur mère se plissent comme si elle le mettait au défi de répondre. mais ce n'est qu'un petit con de quatorze ans qui ne sait pas la fermer quand il devrait. Et Imogen prie intérieurement pour que sa mère le foute dehors sans autre forme de procès. « Haha, ouais, mais vos origines, c'est pas que des trucs bien hein. Genre les nanas tuées à l'acide, et tout. » Et Imogen lance un regard lourd à sa mère. Un regard lourd qui la supplie de faire quelque chose. Mais de toute évidence, celle-ci est bien trop choquée par ce qui vient d'être dit pour faire quoi que ce soit. Et elle se contente de regarder ce petit idiot, pendant que Felicia mange son curry comme si de rien était. Parce qu'elle préfère la sourde oreille. « Ouais, c'est vrai. C'est presque pire que de brûler des femmes juste parce qu'elles sont un peu trop libérées, en les qualifiant de sorcières. » Et elle roule les yeux. « Non mais c'est pas pareil, nous c'était avant, et puis vous... » « La ferme. » Et elle plante son regard dans celui de ce sale gosse qui a deux ans de moins qu'elle et qui prétend pouvoir lui donner des leçons sur une culture dont il ne connait rien. Et il finit par abandonner et manger son curry, en lançant un regard en coin à Felicia. « Laisse tomber, depuis qu'elle s'est faite larguée par son vieux, elle est irrattrapable, faut pas s'étonner qu'il l'ai lâchée si elle lui parlait comme ça. » Et Imogen est sur le point d'exploser. Elle sert sa cuillère un peu trop fort dans sa main et son regard lance clairement des éclairs. Cette petite peste pense pouvoir la critiquer comme ça? Certes, elle adore parfois sa sœur. Parfois. Mais ça reste sa sœur. L'amour vache, tout ça. Mais elle n'a pas le temps d'exploser que sa mère intervient. « Si tu crois que tu vas finir mieux que ta sœur en fréquentant un blanc-bec idiot comme celui-ci, tu es plus idiote que je ne le croyais ma fille. » Et le ton est bien trop calme pour annoncer quoi que ce soit de bon. « Et pour toi, jeune homme, j'appelle tes parents dès que tu as fini ton assiette. Je ne veux plus te voir chez moi. » « Mais maman, tu avais dit... » « Tais-toi. Quand on ne sait pas défendre sa culture parce qu'on veut qu'un blanc nous aime, on ne répond pas à sa mère. Et quand il est partit, tu vas dans ta chambre. Imogen et moi, on se partagera les desserts. » Et la grande sœur ne peut s'empêcher de pousser un soupir ravi. La justice existe quelque part sur cette planète.


Regarde-moi en saltimbanque, en putain de la télé - 21 ans

Elle se demandait parfois pourquoi elle s'ouvrait à ses rivaux. Sûrement parce que la compétition n'était pas quelque chose pour laquelle elle est faite. Elle n'avait jamais su s'imposer comme ça, se prétendre meilleure que les autres. Et si elle avait tenté cette audition pour X-factor, c'était plus par blague qu'autre chose. C'était plus pour faire plaisir à Felicia qui la poussait avec insistance à s'y essayer. Parce qu'elles avaient toujours chanté ensemble, aussi loin qu'elle s'en souvienne. Parce qu'on lui avait toujours dit qu'elle avait une voix magnifique, même quand elle chantait n'importe comment, après deux verres de trop. Parce qu'elle adorait ça, chanter. Et que c'était quelque chose qui lui venait naturellement. Elle avait toujours eu l'impression que c'était la chose la plus naturelle au monde, la plus facile pour garder la tête hors de l'eau quand rien n'allait. Mais ce n'était plus ça. C'était devenu un concours. C'était devenu une excuse pour monter les gens les uns contre les autres. C'était devenu un simulacre de divertissement de télévision, les jeux du cirque version 2015. Version propre et léchée. Mais elle n'était pas capable de voir les choses de cette façon. Elle avait besoin d'y croire. Elle avait besoin d'espérer. D'espérer quelque chose d'autre. Quelque chose de mieux. Elle avait besoin de croire que ce serait la solution magique qui lui permettrait de trouver sa voie. Et elle ne pouvait pas considérer les autres comme des rivaux, surtout en les voyant embarqués dans cette galère avec elle. Bien sûr, tous ne voyaient pas leur enfance tordue et transformée en histoire tragique pour faire pleurer dans les chaumières. Alors qu'elle avait envie d'être aimée pour son talent et pas pour un faux statut d'orpheline. Mais même si les autres n'avaient pas se battre avec la presse ou les réseaux sociaux pour tenter de rétablir un semblant de vérité sur qui ils étaient, ils étaient tout de même dans la même situation qu'elle. Coincés dans les mêmes studios d'enregistrement. Obligé de se prêter aux mêmes jeux tordus destinés à satisfaire un public bien trop exigeant.
« Mais je crois que tu te donnes trop en spectacle de toute façon. » Et Imogen se tourne vers cette blonde parfaitement drama-queen qui vient de lui sortir ça alors qu'elle lui racontait ses soucis avec un article qui était paru à son sujet. « C'est comme cette image que tu te donnes de sortir avec des filles. Tu as sûrement eu une mauvaise expérience avec un mec, ça te passera. » Et elle hésite un instant entre lui expliquer la vie, lui verser son vernis rouge dans ses cheveux trop bien coiffés, l'assassiner proprement et calmement, ou simplement se barrer. Mais elle n'a définitivement pas la patience de lui expliquer à quel point elle a tort. Certes, elle a eu des expériences dramatiques avec tous les hommes qui lui ont plu. Et certes elle finira par retourner vers eux quand elle se sera remise de sa précédente histoire. Mais son attirance pour les filles est loin d'être une phase ou une façon de se donner en spectacle. Et qu'on ose lui dire que son problème, quand les médias lui inventent un passé ridicule, c'est sa sexualité... Elle se contente alors d'un grand éclat de rire. « Et bien toi, t'es vraiment plus conne qu'on ne le dit. » Elle roule des yeux, et elle s'en va sans demander son reste. Parce qu'elle ne considère pas les autres comme des rivaux, des cibles à abattre, mais elle ne veut certainement pas de ce genre de personne dans sa vie. Elle ne veut certainement pas ce genre d'attitude dans sa vie. Elle a beaucoup de choses à faire, et elle n'a pas le temps pour les idiots. Et elle préfère aller répéter la chanson de ce soir. Même si elle commence à parler avec sa sœur du fait de quitter l'émission. Quitter cet environnement toxique et dominé par bien trop d'abrutis pour sa santé mentale.


This rain will wash away what's past - 24 ans

Elle est étalée dans le lit de cette nana qu'elle a réussi à charmer juste après les auditions pour Les Misérables. Elle ne sait pas trop pourquoi elle a accepté de les passer. Elle ne sait pas trop pourquoi elle a suivit les encouragements de son agent. Sûrement parce qu'elle ne le paie pas pour rien. Sûrement parce qu'on lui a dit que le livre dont la comédie musicale avait été tirée était un monument de la littérature française. Ça ne pouvait pas être si mauvais que ça. Elle avait tout de même des comédies musicales une images un brin ridicule. Ces trucs pour les gosses de quatorze ans qui aiment les niaiseries. Et côté niaiserie, son personnage en tien une couche. Oh, elle aime ce qu'elle a découvert d'Eponine, mais on sent qu'elle a été écrite par un homme. Un homme qui rêve qu'une fille éplorée lui court après, quoi qu'il fasse. Une personne saine d'esprit aurait appris à passer à autre chose depuis un moment en se rendant compte que l'amour de sa vie, aussi sexy fut-il, n'était pas disposé à lui accorder un peu de son temps. Surtout que ce n'était pas comme si elle manquait de solution de rechange parmi les amis du Marius. Non, décidément. Elle avait beau aimer Eponine comme elle aimait beaucoup de personnage de fiction, cette demoiselle n'avait pas un comportement crédible. Et elle pensait cela alors que quelques années plus tôt, elle était elle-même une jeune fille naïve qui aurait suivit l'homme pour qui avait le béguin jusqu'au bout du monde. Et les connards avaient défilé. Au moins, Marius était un gars décent. Aveugle, idiot, mais décent. Et elle passait en revue le peu qu'elle connaissait de la comédie pour laquelle elle avait passé l'audition. Elle passait tout cela en revue en traînant sur Internet sur son smartphone. Elle passait tout cela en revue en essayant d'oublier qu'elle attendait que son agent la rappelle pour lui dire ce qu'il en était. Et d'un doigt distrait, elle fait passer les pages internet sur son écran sans vraiment écouter ce que la charmante demoiselle à côté d'elle lui raconte. Elle se contente d'approuver de temps en temps. Jusqu'à ce qu'on la tire de ses pensées. « Vraiment ?! » Et elle lève innocemment les yeux vers la brunette pour lui trouver un air un brun irrité. Hum. Elle a fait une connerie? « Hein? » Et la voilà qui lève les yeux au ciel avec un soupir franchement irrité. Oui, elle a fait une connerie. « Ya Mélanie qui m'a dit qu'elle t'avait vu sortir de chez un mec hier matin. Genre un mec qu'on connaît pas. » Ah. Cette connerie là. Alors Imogen se redresse, s’assoit en tailleur et fait face à sa brune du moment. L'air presque grave. « Chérie, on ne connait pas les mêmes personnes, et je suis capable d'être amie avec un garçon sans qu'il ne se passe rien... » Elle sait pertinemment qu'elle ment comme un arracheur de dent, mais elle n'a pas le temps pour ça là tout de suite. Elle n'a pas le moral pour ça là tout de suite. Oui, elle s'est tapé un inconnu la veille, un splendide inconnu à qui Eponine n'aurait pas pu dire non, Marius ou pas. Mais elle n'a pas besoin d'une crise de jalousie, parce qu'elle n'a jamais promis d'être fidèle. A personne. En tout cas pas depuis un moment. Pour l'instant, elle a juste besoin de quelqu'un auprès de qui se blottir. Il ne s'agit pas d'aimer cette fille. Il ne s'agit même pas de s'intéresser à sa vie. Elle a du la lui raconter en long en large et en travers sans qu'Imogen n'écoute un seul mot. Non, il ne s'agit pas de ça. Il s'agit juste d'avoir quelqu'un avec qui partager une couette et se blottir à l'abri du reste du monde. Quelqu'un pour la soutenir si jamais son agent l'appelle avec une mauvaise nouvelle. Et si la nouvelle est bonne, elle trouvera peut-être le courage de régler ce mal entendu quant à leur prétendue relation exclusive à laquelle elle n'a jamais consenti. Peut-être. Ou elle se contentera de ne plus la rappeler après avoir fuit son appartement.
─ pseudo/prénom: Vous pouvez m'appeler Claire (j'ai abandonné l'idée d'un pseudo ici...). ─ âge: 24ans. ─ fréquence de connexion: Souvent.  ─ comment avez-vous découvert ticket to ride et qu'en pensez-vous ?       . ─ inventé ou pévario ? pévario de Roulia (Gaby, plus précisément).  ─ code: okaaay by rouliaaa ─ crédits : knowlesicons, PARCE QUE YA PAS DE PUTAINS DE RESSOURCES QUAND ON VEUT DU TINA #frustrationtotale.


Dernière édition par Imogen D. Kennedy le Jeu 15 Oct - 23:18, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: IDK - I really really Don't Know ♥   Lun 12 Oct - 23:02

tékaté, LES RESSOURCES ARRIVENT et omg yeees nhjbgfhbjk j'ai hâte de lire et j'ai encore plus hâte de rp et yes yes yeees

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: IDK - I really really Don't Know ♥   Lun 12 Oct - 23:03

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: IDK - I really really Don't Know ♥   Lun 12 Oct - 23:05

yaaaaay
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: IDK - I really really Don't Know ♥   Lun 12 Oct - 23:11

Roulia, t'es notée comme prioritaire pour faire des bébés, t'as pas le droit de renoncer à ta place, voilà  
(surtout sur Gaby, parce que T.Swift  evanouissement  Et parce que les autres, j'sais pas si je pourrais non plus... même si en vrai je peux faire de bébés à personne, personne n'aime Eponine, ma malédiction )

Laure
, t'es intégrateur, t'as intérêt de m'intégrer, je veux des lien. J'en veux un avec Connor chou. Même si je veux bien ne pas te réclamer de rp... Parce que je t'ai un peu noyée... OK. Je me calme.
(ET EN PLUS JE T'AI MIS LE TITRE KASSDEDI TOUT POURRI )

Nath (si j'ai bien compris, c'est ton prénom) Merci pour l'accueil WHAT A FACE !  Et oui, je prévois déjà qu'on ai un lien avant de lancer ma fiche, mais chut
Revenir en haut Aller en bas
avatar
▪ messages : 782
▪ dispo pour un rp ? : yeah
▪ avatar : aaron tveit
▪ âge : 34
▪ statut : marié
▪ occupation : réalisateur

MessageSujet: Re: IDK - I really really Don't Know ♥   Lun 12 Oct - 23:46

ON MY OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOWN PRETENDING HES BESIDE MEEE (in fact he's noooot) Arrow

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
oh I believe in yesterday
Love is friendship that has caught fire. It is quiet understanding, mutual confidence, sharing and forgiving. It is loyalty through good and bad times

(c) Myuu.BANG!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: IDK - I really really Don't Know ♥   Mar 13 Oct - 9:44

HAVE FUN ON TRR ! Bienvenue !!!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: IDK - I really really Don't Know ♥   Mar 13 Oct - 10:34

Christopher, A LITTLE FALL OF RAIN CAN HARDLYYYYY HURT ME NOW (yep, j'ai pensé à on my own pour le titre, mais non... Imo aura été une totale Eponine dans sa jeunesse tho, j'aurais pu Arrow )

Tamara, I intend to  Merci
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: IDK - I really really Don't Know ♥   Mar 13 Oct - 22:03

Rebienvenue parmi nous Excellent choix de pévario
Est-ce que c'est la demoiselle d'Indian Palace Tina Desai ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: IDK - I really really Don't Know ♥   Mar 13 Oct - 23:44

Imogen D. Kennedy a écrit:


Laure
, t'es intégrateur, t'as intérêt de m'intégrer, je veux des lien. J'en veux un avec Connor chou. Même si je veux bien ne pas te réclamer de rp... Parce que je t'ai un peu noyée... OK. Je me calme.
(ET EN PLUS JE T'AI MIS LE TITRE KASSDEDI TOUT POURRI )

LAURE ELLE TE DIT DE TE CALMER DIRECT sur 12 rps à faire, 5 sont pour toi DONC BON, LAISSE-MOI ME MAJER FIRST
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: IDK - I really really Don't Know ♥   Mer 14 Oct - 0:23

Mathias, Oui, c'est elle! Même si moi je ne l'ai vu que dans sense8
Et je crois qu'il va falloir qu'on se trouve un lien, même si ya rien de prévu, parce que bon, quand même, j'ai regardé tout Weeds rien que pour Hunter Parrish moi

Laure, COMMENT QUE TU M'AIMES PLUS Tu veux plus que je rencontre Faouët non plus peut-être? Tu veux plus me faire à manger pour quand je viendrais te voir?!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: IDK - I really really Don't Know ♥   Mer 14 Oct - 10:32

TINAAAAAA
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: IDK - I really really Don't Know ♥   Mer 14 Oct - 11:41

CINQ RPS SUR DOUZE À FAIRE POUR TOI C'EST PAS UNE QUESTION D'AMOUR LÀ, MAIS DE SANTÉ MENTALE
Et de toute façon, c'est juste que tu es amoureuse de Connor, c'est même pas que tu veux rp avec moi

Et je cuisinerais que si tu fais la vaisselle ensuite /me sort loin
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: IDK - I really really Don't Know ♥   Mer 14 Oct - 14:23

Kat, Heureuse que la demoiselle plaise j'me suis dit qu'une indienne à Londres, c'était un peu la base, et j'ai craqué pour elle

Laure, MAIS J'suis même pas amoureuse de Connor en plus, j'suis pas fan de Grant J'préfère Alfie mais c'est Virginie qui l'a pécho
Et j'veux bien faire ta vaisselle si t'exagère pas sur le nombre de plats
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: IDK - I really really Don't Know ♥   Mer 14 Oct - 14:35

Oui fin à chaque fois que tu veux un lien, tu demandes un avec Connor hein

Oh, je peux pas te laisser une vaisselle d'une semaine à faire alors ?

(Oui oui, je compte poster avec tous mes comptes sur ta fiche et oui, j'ai changé de compte exprès pour ça )
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: IDK - I really really Don't Know ♥   Mer 14 Oct - 14:57

Tu peux me laisser de la vaisselle d'une semaine... Mais c'est bien pour toi. Et ça a intérêt d'être bon, sinon rétention de vaisselle!! WHAT A FACE !
Et je demande avec Connor parce qu'il est pas vieux, lui! Et parce que t'as posté avec lui en premier là Mais je veux un lien avec Tamtam, et même avec ton vieil avocat, si tu es inspirée

(et J'ATTENDS AVA NOW, PARCE QUE J'SUIS AMOUREUSE D'AVA MOI )
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: IDK - I really really Don't Know ♥   Mer 14 Oct - 16:53

hehe, je prends note alors WHAT A FACE !

MON VIEIL AVOCAT ? IL N'EST PAS VIEUX, NICOLAS, NON MAIS OH

(et voilà pour Ava, j'arrête de polluer ta fiche now et je tiens à signaler que les trois premiers comptes, c'était totalement fortuit de ma part et non prévu )
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: IDK - I really really Don't Know ♥   Mer 14 Oct - 22:16

Bienvenuuuuuuue ! inlovee
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: IDK - I really really Don't Know ♥   Jeu 15 Oct - 14:08

Laure, Nicolas is old, mais c'est aps grave, ça arrive à tout le monde WHAT A FACE !
Ava is splendid, et je vais jouer Zendaya sur un autre fo, j'suis tellement happy (oui, je viens de l'apprendre, c'est l'émotion )

Lizzie, Merciiii! Chloé est splendide
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: IDK - I really really Don't Know ♥   Jeu 15 Oct - 20:05

Ce choix de ouf Arrow

Ton avatar est à tomber heart
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: IDK - I really really Don't Know ♥   Jeu 15 Oct - 22:06

Merciiii
Je te retourne le compliment parce que Zayn est le seul One-D que j'aime, mais je l'aime vraiment beaucoup
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: IDK - I really really Don't Know ♥   Dim 25 Oct - 0:14

I LOVE HER

JE TE VALIDE
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: IDK - I really really Don't Know ♥   

Revenir en haut Aller en bas
 
IDK - I really really Don't Know ♥
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2016-2017 :: vieilles fiches de présentation-
Sauter vers: