Chris&Mathias α no intervention needed

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: Chris&Mathias α no intervention needed    Lun 14 Sep - 22:15

J’erre. Je ne quitte ma chambre qu’une fois que je suis persuadé que la maison est vide, évitant soigneusement toute âme qui pourrait éventuellement m’adresser la parole ou vouloir discuter de quoi que ce soit – la vérité, c’est que je n’ai ni envie de parler, ni envie de débattre, ni même envie de réfléchir. Occuper cette maison me rend malade, et pourtant, ce n’est pas faute d’y avoir des souvenirs agréables. Notre enfance à tous, dans une grande maison propice aux jeux et autres activités délirantes – et toute la famille que Maman recevait parfois. La tolérance, l’amour des uns et des autres, le respect, l’affection. Je me souviens de toutes ces choses là, mais elles n’arrivent pas à éclipser l’horrible sensation d’échec que je ressens à chaque fois que je pense à ce que je devrais être en train de vivre si seulement j’avais été assez bon. Bien sûr, ce n’est qu’un échec supplémentaire à un casting – bien sûr que j’aurais dû m’en remettre facilement, me redresser, et repartir. Mais ça fait des années, des années que je suis parti d’ici pour voler de mes propres ailes tout seul, sans aide et comme un grand, et force est de constater que je suis coincé, comme un rat. Si je n’étais pas revenu, j’aurais fini par devoir rendre le minuscule appartement que je louais dans un immeuble excentré et passablement pourri. Et Carmen ayant décidé que mon caractère ne méritait pas qu’elle me supporte, je me serai retrouvé seul, à la rue, comme un malheureux. Je n’ai pas eu vraiment le choix.

Je suis rentré il y a plus d’une semaine, et je n’ai croisé ma mère que deux fois, trop occupé à l’éviter. Je crois qu’elle oublie, parfois. Elle s’en fiche, elle, elle ne m’a même pas cherché, ou nargué, quand elle m’a vu débarquer avec ma valise. Je crois que j’aurais préféré qu’elle le fasse, plutôt qu’elle reste planté là à me dévisager de ses yeux brillants avant de me prendre dans ses bras. Qu’elle me dise un truc du genre, tu vois, je te l’avais dit. Mais elle n’avait rien dit ; comme les parents parfaits qu’ils ont toujours été, ils m’ont regardé partir mener ma vie sans faire de commentaires désobligeants ou pessimistes. Et maintenant que je suis rentré, ils n’en ont pas plus fait ; je crois que la tolérance finit elle-même par m’étouffer. J’ouvre le frigidaire pour attraper une canette de Coca et une assiette – clairement laissée pour moi – pleine de la nourriture de la veille. Je soupire et m’installe à table dans la cuisine quand la porte d’entrée s’ouvre. Je grimace, pris sur le fait, sans doute – mais à ma décharge, j’ai faim – et me redresse pour tenter d’apercevoir qui vient. Je prie un instant pour que ce ne soit que la femme de ménage – ou quelqu’un du genre – mais malheureusement, ne suis pas exaucé le moins du monde, et tombe face à face avec Christopher, sa mine concernée de circonstances greffée au visage. Je roule des yeux et fais volte-face pour regagner la cuisine – je vais sans doute de toute façon passer un mauvais moment à tenter de lui faire comprendre que non, je ne veux pas parler, autant donc en profiter pour manger. Je ravale la boule qui me serre soudainement la gorge et inspire, tentant de me souvenir que mon frère n’y est pour rien dans mon malheur. « C’est Maman qui t’envoie ? » je demande en m’installant de nouveau face à mon assiette. « C’était pas la peine de te donner cette peine, je suis en train de manger, et tout va vraiment très bien ».
Revenir en haut Aller en bas
avatar
▪ messages : 782
▪ dispo pour un rp ? : yeah
▪ avatar : aaron tveit
▪ âge : 34
▪ statut : marié
▪ occupation : réalisateur

MessageSujet: Re: Chris&Mathias α no intervention needed    Jeu 17 Sep - 22:22

Maman s'inquiète. Et pour être tout à fait honnête, le reste de la famille aussi. Mathias est de retour au domicile familial et le moins qu'on puisse dire c'est qu'il ne vit pas très bien la situation. Maman elle, est contente qu'il ait déposé ses valises à Notting Hill comme s'il elle cherchait à rattraper le temps perdu avec un enfant parti trop tôt de la maison et qui lui a toujours manqué plus que les autres parce qu'il lui semblait moins épanoui. Seulement voilà, Mathias n'a sûrement pas envie de ça là tout de suite, ce qui serait vraiment compréhensible. Je lui aurais bien proposé de passer un peu de temps à l'appartement. Personne n'est là en journée et puis, le bureau est libre, mais ça ne changerait pas grand chose pour lui de toute évidence si ce n'est que notre appartement est plus excentré et qu'il paierait plus cher de métro pour faire ses recherches d'emploi, ce qui ne serait finalement pas idéal. Mais maman est contrariée et m'a demandé de lui parler. De ce que je connais de mon frère, l'intervention n'aura rien d'un moment agréable, et il y a de très fortes probabilités pour qu'il se braque, mais je suppose que je me dois d'essayer. Je n'aime pas le voir triste et renfermé. J'ai traversé une période difficile, j'aimerai qu'il me voit comme quelqu'un à qui il peut parler et qui pourrait potentiellement le comprendre sur certains points. Certes je ne suis pas hétérosexuel, certes je n'ai pas vraiment eu beaucoup de gens dans ma vie en dehors d'Adrian. Peut être que je ne sais pas grand choses des relations amoureuses finalement, mais je veux vraiment l'aider. L'emmener boire un verre et lui offrir l'occasion de discuter si il en a besoin, c'est quelque chose que je peux au moins me targuer de pouvoir faire. Si ce n'est pas ce qu'il cherche alors tant pis, j'aurais essayé au moins. Je conduis donc jusqu'à la maison familiale, non sans à avoir à faire face à un trafic épouvantable qui aurait du me passer l'envie de prendre la voiture. Mais après plus d'une heure j'apparais. Comme pour confirmer mon appréhension, il se sent tout de suite agressé par mon approche. Je n'ai pourtant pas dit un seul mot.

Je m'installe et soupire. « Maman s'inquiète, mais c'est pas le problème. Je voulais savoir si tu voulais prendre un verre. » J'essaye calmement. Après tout qui ne tente rien n'a rien. « Tu dois en avoir marre des disputes de Lizzie et Oli, un peu d'air ça peut faire du bien. Adrian donne une conférence à Paris, si tu veux passer la nuit à la maison ça risque d'être très calme cette fin de semaine. »

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
oh I believe in yesterday
Love is friendship that has caught fire. It is quiet understanding, mutual confidence, sharing and forgiving. It is loyalty through good and bad times

(c) Myuu.BANG!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Chris&Mathias α no intervention needed    Jeu 17 Sep - 22:58

Je sais presque immédiatement que je me suis montré agressif – au regard qu’il me jette, au ton qu’il prend pour me parler. Malgré tout les ressentis dont je suis habité aujourd’hui, je ne pourrais jamais prétendre que ma famille n’est pas une famille unie pour laquelle l’entraide est capitale. Pourtant, je ne peux m’empêcher de penser que mon départ de cette maison m’a un peu éloigné des membres de ma famille. Sans doute pas Chris ou Jane, sans doute pas mes parents, mais Oli et Lizzie, par exemple, dont je ne suis pas aussi proche que j’aimerais l’être aujourd’hui. En réalité, je suis seul à mourir, et c’est sans doute ma famille qui me manque le plus dans l’histoire. Non pas que je les ai abandonnés – au contraire, en réalité, j’ai toujours compté sur eux plus que sur les autres sans doute. Mais disons qu’il y a un fossé entre nous tous que j’ai créé tout seul et qui est difficile à combler aujourd’hui. Je ne supporte pas la facilité, cette espèce de chance et de nom de famille réputé qui nous permettrait de tout avoir comme on le souhaite. Je ne sais pas d’où me vient ce rejet total, sans doute d’un traumatisme de l’enfance. Pourquoi Lizzie tenterait-elle de comprendre son frère qui ne peut pas faire jouer son compte en banque pour lui payer dix mille nouveaux hauts tendance, comme Chris peut le faire quand il l’emmène ? Finalement, il n’y a encore qu’Aaron, plus pudique, et plus discret, qui arrive à ne pas me faire sentir la différence entre nous tous.

J’aime Chris, j’aime mon frère, et je sais qu’il a traversé des moments difficiles, qu’il gagne sa vie honorablement, qu’il a des projets, et des plans. Nous sommes pourtant radicalement opposés, mais je l’aime. Pourtant, aujourd’hui, j’aurais préféré rester seul. Rester seul, ici. Parce que sa proposition est adorable mais qu’elle implique d’aller boire un verre que je ne suis pas en mesure d’assumer. Parce que je ne vais pas demander à ce que ma mère me verse de nouveau de l’argent de poche sous prétexte que j’ai raté tout ce que j’ai toujours clamé haut et fort vouloir faire, envers et contre tous. Je soupire et me crispe, avale une bouchée difficile de la nourriture qui peuple mon assiette. Il a raison, pourtant, sortir d’ici me ferait du bien. Je ferme les yeux quelques instants et lutte contre cette envie étrange de retourner me cacher sous mes couvertures qui s’empare tout à coup de ma gorge. J’ai l’impression d’étouffer. « Okay, va pour un verre », je finis par lâcher, en songeant que, si j’ai une idée assez fidèle du peu d’économies qu’il me reste, ce verre devra être modeste – et également unique, dans le mois. « Je vais chercher des affaires, et prévenir Maman ». Je grimace un peu. Je sais que mon frère est là pour mon bien, qu’il veut me rendre service, m’aider même peut être, et pourtant je ne peux pas m’empêcher de penser avec amertume que je me sens comme le petit enfant pas sage qu’on emmène faire un tour. Le vilain petit canard. Je finis l’assiette et la débarrasse avant de monter mettre quelques affaires dans un sac. J’envoie un SMS à ma mère puis retrouve mon frère sans protester. « Merci d’être venu », je finis par lâcher, alors que la colère me quitte – Chris ne m’a rien fait. Ma gorge se serre de nouveau et mes yeux s’embuent légèrement, et je ravale cette vague de nostalgie en ouvrant la porte d’entrée pour rejoindre sa voiture.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
▪ messages : 782
▪ dispo pour un rp ? : yeah
▪ avatar : aaron tveit
▪ âge : 34
▪ statut : marié
▪ occupation : réalisateur

MessageSujet: Re: Chris&Mathias α no intervention needed    Jeu 17 Sep - 23:26

Je mentirais si je disais qu'il a l'air foncièrement enthousiaste à l'idée de sortir, mais j'imagine que le fait qu'il accepte et qu'il s'adoucisse un peu est déjà un bon début. Je ne veux pas le forcer, et ce n'est vraiment pas du tout mon intention, mais je veux aussi lui offrir l'occasion de profiter d'un soutien familial qui ne soit pas forcément celui très étouffant de maman qui s'inquiète un peu trop et qui cuisine pour mille. J'aime à penser qu'il appréciera et qu'il se sentira un peu moins seul dans ce qu'il doit très certainement vivre comme un échec cuisant. Et puisqu'Adrian n'est pas là, il est possible de se faire une soirée entre frères sans qu'il n'ait non plus l'impression de tenir la chandelle non plus, ce qui est tout de même mieux. Même si Adrian est discret et capable de passer trois heures d'affilée dans son bureau pour travailler sur un tas de copies, le fait qu'il soit à Paris poussera peut être Mathias à s'ouvrir un peu et à partager ses angoisses. Lorsque j'étais au plus bas, il y a quelques mois de ça, je n'ai pas vraiment passé mon temps avec lui ou avec maman. Passer du temps avec Lizzie et entendre parler de mes projets avec Adrian était douloureux cela dit. Et si il y a quelque chose que j'ai bien compris pendant cette période fatalement, c'est que les gens qu'on a le plus peur de décevoir sont avant tout, les membres de sa propre famille. Mathias ne peut pas me décevoir cependant, Aaron l'a fait, mais qu'il se voit des ressemblances avec l’aîné ou non, je les trouve tout de même bien différents et je ne vois pas pourquoi je ne tenterais pas de lui remonter le moral comme n'importe lequel de ses amis. « De rien, on peut juste boire un verre à la maison si t'as pas envie de sortir, j'ai du blanc et du rosé. De la bière... » Et un canapé confortable, ce qui n'est pas négligeable. « Et c'est pas une nouvelle, mais je fais le meilleur café du monde. » Je plaisante en faisant référence à mon job qui consiste en gros à fournir aux cast des maraudeurs tout ce qu'ils pourraient potentiellement désirer. Et en ce qui concerne Tamsin Graham par exemple, le café est une grande priorité. « Laisse moi juste piquer deux tupperware à maman, j'adore sa tourte aux champignons. » Je lui offre un sourire avant de me ruer sur le frigo en me disant que vivre ici me manque de temps en temps. « On devrait partir avant que Lizzie me retienne pour trois heures de plus. »

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
oh I believe in yesterday
Love is friendship that has caught fire. It is quiet understanding, mutual confidence, sharing and forgiving. It is loyalty through good and bad times

(c) Myuu.BANG!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Chris&Mathias α no intervention needed    Sam 19 Sep - 15:44

Je ne sais pas exactement pourquoi j’accepte de suivre mon frère – peut être simplement parce que, bien que j’aime cette maison dans laquelle j’ai grandi, elle m’étouffe. Tout m’étouffe, en fait. J’étais persuadé que je pourrais m’en sortir tout seul, faire ce que j’aime, que les choses étaient à ma portée et que je pourrais rapidement voler de mes propres ailes. J’étais persuadé que mon départ de cette maison serait définitif, que je n’aurais pas à revenir et que tout était derrière moi. Mais à l’heure actuelle, en réalité, je ne sais pas comment je vais me sortir de là de nouveau. Je n’ai pas de boulot, pas d’auditions en perspective – et de toute façon, je n’ai pas envie de me lancer dans de nouvelles auditions – pas de salaire, pas d’argent, pas d’appartement. Rien. Même pas de petite amie avec laquelle faire des projets ou des arrangements – plus rien. Je ricane un peu, jaune, d’avoir tant perdu en si peu de temps. Maman est inquiète, Chris a raison, et je sais pourquoi, je ne peux pas vraiment le lui reprocher, mais pour l’instant j’aimerais simplement qu’on me laisse tranquille, dans cette bulle d’inconfort et de mal-être qui m’entoure. Je ne sais pas ce que je vais devenir, et moi qui rêvais tant d’indépendance et de beaux achèvements, je suis finalement retourné au point de départ, seul. Comme si la vie avant voulu se venger de mon départ trop précoce de la maison familiale, comme si elle avait voulu me narguer en m’offrant quelques années d’optimiste avant de me couler en m’indiquant que je n’obtiendrai jamais ce que je souhaite. Je soupire, regarde Chris qui se déplace jusqu’au frigidaire pour piquer de la tourte et repositionne mon sac sur mon épaule dans un tic presque nerveux quand il aborde Lizzie. Evidemment, je n’ai pas vraiment envie de leur tenir la chandelle pendant deux heures – si je puis dire – pendant que ma sœur déborde d’affection pour notre frère qui la couvre de cadeaux que je ne pourrais même pas acheter pour moi. J’acquiesce donc vivement, et remet mon sac correctement pour le suivre. « Allons-y », je marmonne sans enthousiasme en fermant la porte derrière moi, prenant soins d’en verrouiller la serrure. « D’ailleurs, Lizzie a demandé à te voir, hier », je note en me souvenant le fameux trajet en voiture de retour jusqu’à la maison. « Elle a mentionné une nuit, un devoir de littérature et l’aide d’Adrian. Avant de me demander si je pourrais la déposer chez vous. ».
Revenir en haut Aller en bas
avatar
▪ messages : 782
▪ dispo pour un rp ? : yeah
▪ avatar : aaron tveit
▪ âge : 34
▪ statut : marié
▪ occupation : réalisateur

MessageSujet: Re: Chris&Mathias α no intervention needed    Lun 21 Sep - 23:25

Nous nous mettons en route, et Mathias m'informe des plans de Lizzie, qui elle ne m'a pas informé du tout, parce que pour la pétillante lycéenne, il n'y aucune raison aucune de demander d'abord au principal intéressé si il peut effectivement la recevoir, pas quand on peut simplement débarquer à l'improviste et faire comme si on vivait tout simplement là avec son frère et son fiancé en bon substitut à deux excentriques parents en tout cas. Avec la rentrée cependant et le retour de vacances, j'aimerai en revanche pouvoir prendre le temps d'organiser mon emploi du temps et la routine qui sera la mienne dès le début de la semaine prochaine. J'ai des emplois du temps à préparer, Adrian n'est pas là pendant pratiquement une semaine et j'hésite moi même à le rejoindre à Paris ce qui n'est pas vraiment compatible avec recevoir Lizzie, qui reste une ado et qui serait bien capable d'enflammer l'appartement si je la laissais cuisiner dans notre belle et très moderne cuisine équipée. Quitte à prêter mon appartement, je préfère encore le confier à Mathias, qui en fera bien meilleur usage que ma soeur. Après tout, Lizzie a accès Netflix à la maison aussi, et si chacun de nous a pu supporter maman, elle le peut aussi.  « On vient d'arriver et elle veut déjà venir. J'irais la chercher mercredi, je lui ai déjà dit, on passera l'après midi ensemble et je la redéposerai après dîner. Comme je t'ai dit, Adrian donne une série de conférences, et comme il me reste quelques jours de libres, j'aimerai le rejoindre et passer le week end avec lui à Paris. On parle mariage en ce moment, et je dois vraiment me concentrer sur ça, c'est important. » Pire, j'ai vraiment envie de m'occuper de ça. Cette année est ma chance de repartir sur de bonnes bases avec l'homme de ma vie. Nous allons nous marier, adopter, faire toutes ces démarches délicates et papiers qui me donneront très certainement un bon nombre de migraines, alors il nous faut faire les choses correctement, et pour moi ça commence par un beau mariage.

« En attendant on va profiter de son absence pour ressortir la console, boire des bières et manger de la pizza. » Une soupe thaïlandaise et des rouleaux de printemps entourés d'un verre de rosé me tentent beaucoup plus, mais ça attendra demain. « Le tout jetable, pas de vaisselle. C'est comme retourner à la vie d'étudiant. » Même si je n'ai pas vraiment vécu cette vie là très longtemps. A dire vrai quelques semaines tout au plus, avant de monter une argumentation pour m'installer avec Adrian à Londres pendant que nous ferions tous les deux nos études. D'aussi loin que je m'en souvienne, on a jamais réussi à vivre à plus de 300 mètres l'un de l'autre. « Je me demande si je suis toujours meilleur que toi à … je me souviens même plus le nom de ce jeu, mais je dois l'avoir encore. » Je souris et nous conduit jusqu'à l'appartement.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
oh I believe in yesterday
Love is friendship that has caught fire. It is quiet understanding, mutual confidence, sharing and forgiving. It is loyalty through good and bad times

(c) Myuu.BANG!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Chris&Mathias α no intervention needed    Mar 22 Sep - 0:09

C’est vraiment difficile d’avoir regagné la maison alors que je vivais seul. Finalement, même si Chris est à deux doigts d’être marié, qu’Aaron vit sa vie avec sa charmante femme et que Jane erre de son côté, je ne suis as le petit immature pour lequel on pourrait me prendre. J’ai toujours énormément apprécié de vivre seul, et même si Carmen passait son temps à la maison, l’indépendance dont je pouvais me targuer le reste du temps n’était pas négligeable. Et puis j’aimais bien l’appartement que je louais, si petit fut-il. Je soupire un peu en repensant à toutes ces choses auxquelles j’ai dû renoncer pour revenir comme un idiot chez mes parents. Au départ, le loyer était facile à payer, après tout, j’ai réussi à décrocher quelques rôles et j’avais des économies datant de mes rôles d’enfant. Et puis au fur et à mesure du temps, j’ai fini par ne plus avoir assez, et vu le temps que m’a pris le Casting des Misérables, mon argent s’est épuisé sans être remplacé. J’aurais pu demander aux parents quelques mois d’aide, mais ça aurait été pire encore. Je suis fatigué, fatigué de me battre contre tout ce qui m’entoure, de me battre pour obtenir tout ce que je veux obtenir. Alors j’ai tout laissé tomber et j’ai remballé mon égo pour rentrer à la maison, mes affaires dans le coffre de ma voiture, tout ce qu’il me reste d’indépendance. Ils n’ont rien dit, personne n’a fait de commentaire. Maman était sans doute plus heureuse qu’elle n’a bien voulu le montrer, elle m’a toujours reproché d’être parti trop tôt et de ne pas lui avoir laissé l’occasion de s’occuper de moi convenablement. Et me voilà, de retour entre mes frères et sœurs. Aaron a été le seul à oser un commentaire. Un commentaire assez juste, à peine neutre, quelque chose du genre, tu vas traverser une période difficile et ça finira par aller mieux. Un truc objectif, pas comme un silence – mais je ne sais pas ce que je préfère. Aaron qui parle de la vérité, ou le silence de tous les autres, qui m’épargne de longs débats et de lourds regrets.

Je pose ma tête sur ma main et regarde le paysage défiler tandis que mon frère me parle de son futur mariage. « Félicitations », je lâche en entendant qu’Adrian lui parle finalement de l’épouser – après que nous ayons tous retenu notre souffle l’année passée, Adrian faisant partie de la famille depuis bien longtemps. « Je suis content pour vous », et triste pour moi, je songe dans un nouveau soupir, plus discret cette fois. Chris avance, Chris fait des erreurs, mais Chris est rattrapé par un Adrian plus que bien intentionnée. Carmen n’a même pas attendu que je lui téléphone pour la prévenir pour le rôle de Marius qu’elle me quittait déjà. « C’est un beau programme, et je ne sais plus non plus comment s’appelait ce jeu, mais je suis à peu près certain que tu n’as jamais été meilleur que moi », je lui rappelle en secouant la tête. « Tu dois confondre avec Aaron, moi j’ai toujours été le meilleur en jeux vidéos, d’ailleurs j’y passais le plus clair de mon temps ». Je resonge à ces enfances que l’on a vécues dans cette immense maison, non sans nostalgie. J’aimerais parfois être encore jeune, tout jeune. Innocent, inconscient de la dure réalité des choses, aussi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
▪ messages : 782
▪ dispo pour un rp ? : yeah
▪ avatar : aaron tveit
▪ âge : 34
▪ statut : marié
▪ occupation : réalisateur

MessageSujet: Re: Chris&Mathias α no intervention needed    Sam 26 Sep - 16:56

Comme à chaque fois qu'Adrian n'est pas là, on va dire que je me laisse un peu aller niveau ménage. Cela dit l'appartement est dans un état raisonnable, ce qui sera tout à fait suffisant pour recevoir mon frère et jouer à des jeux video en mangeant de la pizza et en buvant de la bière. Il ne faudrait pas que ça prenne des trop grandes proportions ou bien Ginger risquerait de ne pas apprécier du tout le résultat d'une trop longue semaine en solitaire, mais je me fais confiance pour gérer. Il suffit de ne rien laisser traîner plus de vingt quatre heures et de surtout utiliser le lave vaisselle autant que possible. Ce qui implique parallèlement de penser à le vider, mais détail. Je laisse tomber mon trench sur le sofa et allume la télévision ainsi que la console dans un geste que je veux expert, mais il me faut fatalement plus de dix minutes pour me rappeler comment elle fonctionne, ce qui est assez triste et révélateur sur ma vie de geek depuis que je me suis installé avec un littéraire avec qui je préfère honnêtement boire du vin et discuter mariage et adoption. Ma vie avec Adrian me plait, et c'est quelque chose dont j'ai saisi toute la valeur récemment. J'ai cru m'ennuyer, principalement parce que je le ne voyais pas assez, atteindre ces extrêmes m'a permis de réaliser qu'en fin de compte ce n'était pas une vie plus excitante qui me manquait le plus, mais bien cette routine calme mais agréable qu'on ne prenait plus la peine de vivre tous les deux jusqu'à dernièrement. Ce n'était pas de l'incompatibilité de caractère, juste d'emploi du temps et j'aurais du m'en rendre compte avant d'aller trop loin pour éviter cette cicatrice qui ne s'effacera sans doute jamais complètement. Être contraint à devoir y renoncer complètement pendant près d'une année m'a évidemment ouvert les yeux sur le problème et ce qui est finalement plus important pour moi.

Le vide que je ressens, c'est surtout l'absence d'enfant pour compléter cette relation et donner du sens à mes projets. J'ai bien conscience que je ne pouvais pas non plus m'attendre à ce que ce soit facile pour un homosexuel d'accéder à cet idéal, mais je suppose que je n'ai jamais vraiment pu faire autrement que de le désirer ardemment. Enfant d'une famille nombreuse et aimante, je suppose que je vivrais toujours le fait de ne pas avoir en avoir comme un manque à compenser, et c'est quelque chose qui a éventuellement sa place dans ma façon de ressentir les choses à ce sujet, de vouloir absolument concrétiser ce projet peut importe les moyens. C'est quelque chose qui m'obsède, une vraie source de vide impossible à compenser dans mon cœur, et probablement inconsciente, sans doute très liée au fait que je préférerais sans doute recourir à une mère porteuse plutôt qu'à une adoption. Je suppose que je veux des choses que je ne suis pas censé désirer, que certains se plairaient à qualifier de contre nature. J'aimerais être le père de l'enfant d'Adrian, le voir se dessiner à travers ses traits. « Moi aussi Mathias, si tu savais. J'ai l'impression d'avoir perdu trop de temps déjà. » Je lui offre un regard doux et m'installe à côté de lui. « Je ne m'imagine pas sans enfant. C'est peut être à cause de notre éducation... On a été tous très heureux, c'est quelque chose que je souhaite pour ma famille. Même dans des moments difficile, on sait qu'on peut compter les uns sur les autres...même Aaron. Je l'épargne pas, mais si il nous arrivait quoi ce soit, je sais qu'il serait là. » Je soupire un peu et souris en lui donnant la manette que j'ai réussi à brancher. « Je crois que c'est bon, t'as plus qu'à choisir la pizza. » Je lui présente un dépliant de la pizzeria du coin et y jette un coup d'oeil discret.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
oh I believe in yesterday
Love is friendship that has caught fire. It is quiet understanding, mutual confidence, sharing and forgiving. It is loyalty through good and bad times

(c) Myuu.BANG!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Chris&Mathias α no intervention needed    Mar 13 Oct - 22:00

Les projets de mon frère me blessent, quelque part, même si je sais qu’il est profondément égoïste de le prendre et de le vivre ainsi. Je devrais être capable de me réjouir pour lui, d’ailleurs je suis vraiment heureux de tout ce bonheur qu’il a retrouvé après l’agitation qu’il a vécue avec Adrian, vraiment. Simplement, j’imagine que le trouver perdu, désœuvré et peu sûr de lui pour la première fois de sa vie m’a fait réaliser que sa vie à lui non plus n’était pas parfaite et que je n’étais pas le seul fils des Grayson à m’être perdu en chemin. Mais la stabilité de Chris retrouvée, finalement, le sentiment d’exclusion revient à la charge et je ne peux pas trop m’en défaire malgré mes tentatives. Il a une vie tracée, douce, sera sans doute bientôt marié et père, travaille dans un domaine qu’il aime même s’il ne fait pas encore ce qu’il veut réellement. Et moi, je me suis pris une porte, ma copine m’a plaqué, et j’habite de nouveau chez mes parents. Avoir déménagé de chez eux si rapidement après être devenu majeur m’emplissait de fierté, pour une raison d’orgueil, sans doute. Et maintenant, me revoilà, à vivre au rythme des envies de ma mère et des heures du dîner, à vivre en fonction des voitures qui conduisent Lizzie ou Oli à droite à gauche. Sans la moindre reconnaissance, sans la moindre gratitude. Je ferme les yeux quelques instants, me concentrant sur les paroles de mon frère qui visiblement ne manque pas de projets. « Je suis vraiment content pour toi », je répète, sincère mais las, en prenant la plaquette qu’il me tend. Je ne sais même pas ce que je veux faire. Ni même ce que je pourrais faire. Je pourrais partir, voyager, mais il est hors de question que je demande le moindre centime à mes parents pour sortir. Et autant dire qu’un boulot quel qu’il soit ne me permettra pas de partir aussi rapidement que je le voudrais.

Alors je vais rester là, à Londres, à ne rien faire de mes jours qu’à me lamenter et à pleurer sur mon sort ? J’imagine que j’en ai bien besoin. « Une royale avec double dose de fromage pour moi », je marmonne finalement sans faire trop attention au prix. Je ne compte pas laisser mon frère payer ma part. A défaut de pouvoir l’inviter, je peux au moins payer mon dîner, disons que de toute façon, vu l’état de mon égo et le fait qu’il va bien falloir que je finisse par accepter l’argent de ma mère un de ces jours, autant ne pas passer pour l’invité que son frère entretient. « Je peux payer », je précise donc en sortant mon portefeuille pour sortir de la monnaie. « Je suis pas si pauvre », je mens finalement dans un sourire à moitié ironique. « Bon alors, on se la fait, cette partie ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
▪ messages : 782
▪ dispo pour un rp ? : yeah
▪ avatar : aaron tveit
▪ âge : 34
▪ statut : marié
▪ occupation : réalisateur

MessageSujet: Re: Chris&Mathias α no intervention needed    Jeu 21 Jan - 19:01

Il est content pour moi et je sais que ce n'est pas quelque chose sur lequel Mathias mentirait même si c'est évident qu'il est difficile pour lui de se réjouir pour les autres en ce moment vu la situation dans laquelle il est immergé. Retourner chez nos parents n'a pas dû être une décision facile à prendre. Pas que notre famille soit désagréable ou quoi que ce soit, mais je peux comprendre qu'il le vive comme un échec, ou tout au moins comme un grand retour en arrière. De nous tous, il est celui qui a vite pris les devants pour s'émanciper et tenter de mener sa propre vie sans l'aide de nos géniteurs, mais c'est aussi tristement celui qui doit vivre avec l'aide en question des années après. J'ai eu de la chance, sans doute beaucoup moins de fierté que Mathias à l'idée de quémander de l'argent, mais j'ai eu surtout de la chance oui. D'avoir rencontré Adrian si jeune en l'occurence, de l'avoir aimé comme je l'aime, d'avoir été aimé de la même manière aussi. Inconditionnelle et stable. Ce genre de relation est évidemment propice à la réalisation de projets sur la longue durée. Carmen en avait d'autres, et c'est tombé sur mon frère sans qu'il ne s'y attende réellement finalement. J'ai beau y réfléchir, tenter de l'envisager, ce n'est pas quelque chose qui aurait été réellement possible avec Adrian. Je suppose que m'écouter parler de tout ça ne le réjouit pas autant qu'il le prétend, alors je décide de ne pas relancer et de changer de sujet pour me concentrer sur le reste, à savoir ce qu'on va bien pouvoir commander et manger en jouant à des jeux videos toute la soirée comme des ados attardés pendant le séminaire d'Adrian. Mais une fois de plus il se braque légèrement à l'idée que je veuille payer pour lui, comme si j'avais inconsciemment cherché à le ramener à son grand problème du moment : l'argent.

Avec douceur et je l'espère suffisamment de tact, je tente de le ramener à la sincérité de notre relation fraternelle. Il ne me doit rien, certainement pas quand c'est moi qui invite. « Tu paieras tout ce que tu veux quand tu m'inviteras, mais là c'est moi qui t'invite, laisse moi profiter de mon salaire d'employé de la Warner ça ne va pas durer. » Je laisse échapper un petit rire en tournant ma situation professionnelle à la dérision bien qu'elle m'inquiète tout de même un brin plus que je ne le laisse paraître quand j'en parle ou bien quand j'achète des énormes télévisions accompagnées de divers lecteurs. En réalité, mes parent peuvent bénir Adrian pour la stabilité qu'il a apporté à ma vie. Je galère quelque secondes de plus avec le menu de la console avant de m'installer sur le fauteuil. « Je crois qu'on peux commencer, enfin quand j'aurais servi deux bières en fait. » J'en ouvre deux et tend la seconde à mon frère. « Avec Oli à la maison, je suis sûr que t'es pas rouillé toi. » Il faut dire que je joue avec autre chose à la maison en temps normal, pas qu'Adrian s'en plaigne, au contraire.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
oh I believe in yesterday
Love is friendship that has caught fire. It is quiet understanding, mutual confidence, sharing and forgiving. It is loyalty through good and bad times

(c) Myuu.BANG!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Chris&Mathias α no intervention needed    

Revenir en haut Aller en bas
 
Chris&Mathias α no intervention needed
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'intervention ratée à cité soleil, à qui la faute ?
» Chris Jericho© Vs Edge
» Chris Master & Eve Torres ! What ?!
» Chris Sabin Vs Big Show
» Chris Masters 2V [dvc]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2016-2017 :: rps à potentiellement redéplacer-
Sauter vers: