Partagez | 
 

 (f) GWYNETH PALTROW α oh darling the money is running away

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar


Invité
Invité

MessageSujet: (f) GWYNETH PALTROW α oh darling the money is running away   Dim 13 Sep - 14:40


Marianne Judith
Bloodworth

âge:  38 ans
date et lieu de naissance: au choix, à Londres.
orientation sexuelle: Hétérosexuelle
statut marital: Célibataire.
occupation: Etre très, très riche ▪️ Faire des photoshoot dans son château ▪️ chasser ▪️ aller à des soirées très, très chères ▪️ faire des gaffes à la télévision (oui j'adore les animauuux, je veux tellement les protéger. Mon manteau ? Vous aimez ? C'est du renard !) ▪️ être une ladyyy
habite à: Kensington, Notting Hill, à la campagne... wait, vous parlez de quelle maison ?

Pourquoi prendre ce personnage ? Marianne est un personnage léger et drôle, et c'est sûr qu'il faut la prendre un peu à la dérision, mais en même temps c'est tellement agréable de jouer des personnages juste pour le fun de temps en temps elle vit dans son monde, mais elle est attachante quand même et je l'imagine foncièrement gentille et bien intentionnée malgré toutes ses gaffes et toutes ses histoires. Et puis clairement, je ne suis pas contre le développement d'autres aspects de sa personnalité si vous le souhaitez,du moment qu'elle ne devient pas dépressive chronique et amorphe

drôle gaffeuse légère maladroite romantique naïve

Background story Marianne, Marianne. Son nom parle pour elle. Marianne est née dans un château, enveloppée de draps de soie, une petite cuillère en argent massif dans la bouche. Marianne qui portait déjà Dior, Chanel et autres marques de luxe quand elle avait 15 jours. Marianne, qui sait chasser et ordonner à ses valets et tenanciers mieux que personne. Hélène, il reste un peu de poussière dans ce coin. Anna, M. le Ministre et ses invités arrivent dans quelques minutes. Marianne vit un conte de fées, un Downton Abbey des temps modernes. Seule, avec son père, à la limite de Londres, elle habite une maison qui grouille de serviteurs et répand ses aises dans la maison, quand elle ne décide pas de partir à la campagne – on the countryside, dans un petit château d’imitation française de quelques milliers de mètres carrés sans compter le jardin. Oui, Marianne est une Lady, et d’ailleurs, si vous ne pensez pas à le lui dire, elle vous reprendra immédiatement. Non, n’utilisez pas son nom de famille, en revanche, n’oubliez jamais qu’il convient de l’appeler Lady Marianne. Elle a grandi avec son père, donc, baladée de maisons en châteaux en hôtels particuliers hors de prix, élevée par des nourrices sans avoir jamais le droit de savoir qui était sa mère – une femme pas assez bien pour être mariée à un Lord, d’après ce qu’en disent les journaux. Marianne a suivi des cours par correspondance jusqu’à ce qu’elle tente de s’inscrire à l’université, et qu’elle réalise qu’étudier l’histoire serait sans doute trop compliqué pour elle. Alors elle s’est retranchée dans ses demeures pour faire ce qu’elle savait faire le mieux : dépenser l’argent de Papa sur les sites internet, assister à des soirées très luxueuses, sortir incognito pour braver le monde de la nuit, rencontrer des gens – et surtout des amants, ça, Marianne a des amants. Elle n’a jamais vraiment grandi, se passionne toujours pour les poupées, fait merveilleusement bien du piano. Elle adore parler aux journalistes qui la prennent pour une star un peu hors de son temps, et souvent, elle fait des gaffes monumentales. Alors un jour, son père en a eu marre. Il l’a mise au pied du mur. Soit elle trouvait un mari, une bonne cause à soutenir, et s’achetait une bonne conduite, soit il la déshériterait et la flanquerait dehors pour ne plus avoir à supporter ses enfantillages. Oh, Lord Bloodworth, un homme influent et reconnu des milieux politiques, ne mènerait jamais sa menace à exécution, il va sans dire. Mais  tout de même, il aimait sa fille et il fallait la remuer un peu. Depuis, Marianne s’est jetée corps et âme dans la recherche d’un homme qui pourrait accepter de prendre son nom pour perpétuer la richesse familiale ; mais attention. Elle ne veut pas d’un mécréant. Marianne veut l’amour, le vrai, avec un grand A.  Quant à la grande cause humanitaire… Son avocat se chargera bien de lui trouver un truc.

© tumblr
William Hardy
personnage joué
w/ Gaspard Ulliel


Un soir où son attrait allait aux femmes, William a rencontré Marianne, et il ne faut pas se mentir, malgré la différence d'âge qui existe entre eux, Marianne reste une belle femme assez douée dans les manières de séduire. Ce soir là, c'est sur William qu'elle a jeté son dévolu, et ils ont bien entendu fini tous les deux par coucher ensemble - Marianne a adoré cette soirée. Alors, quand elle a appris, le lendemain, que William était un acteur célèbre, et qu'il était donc riche, ni une ni deux a-t-elle fait le lien entre leurs intérêts. C'est vrai, elle, plus que riche et bien conservée, lui offrant des nuits de pure extase et un domaine magnifique, lui lui apportant la stabilité et un nom encore plus célèbre, que demandez de plus ? Elle a donc jeté son dévolu sur le jeune homme, qui, comment dire... Ne compte ni l'épouser, ni même la revoir, en réalité. Cela dit, Marianne est une femme qui aime persévérer, aussi n'hésite-t-elle pas à provoquer le destin en lui tombant dessus... par hasard. Et oui, twitter ça aide, quand on pourchasse la starlette de nos fantasmes !

Mitchell Boris Jefferson
pévario libre
w/ Patrick Dempsey


Marianne et Mitch se sont rencontrés lors d’une de ces soirées qui réunissent tout le gratin de la richesse anglaise, où les gens boivent jusqu’à oublier leur prénom et où les voituriers sont obligés de récupérer les clés de voiture directement dans les sacs pour rendre leurs bolides à des gens éméchés. Elle était là, une coupe de Champagne à la main, une cigarette sur le bord des lèvres, alors comme de nombreuses personnes avant lui, il est tombé dans le panneau. L’a courtisée jusqu’à ce qu’elle accepte de rentrer avec lui. Et depuis, ne l’a jamais, jamais recontacté. C’est comme ça qu’est Marianne, à défaut de coup de cœur, elle ne rappelle pas. Mitch, quant à lui, voit en elle une future épouse de rêve, et même s’il sait qu’il ne peut pas la contraindre, il aimerait au moins qu’elle lui laisse une chance de se faire connaitre. Mais le tempérament de Marianne est difficile à appréhender, même pour un politicien, et Mitch ne sait clairement pas s’y prendre.
© tumblr
© tumblr
John Harvey Setterman
pévario libre
w/ Jude Law


Lady Marianne, la magnifique. John est tombé amoureux dès la première seconde où il l’a vue, elle qui trainait au Casino pour afficher sa beauté et sa légèreté aux yeux des passants mondains. Il n’a d’ailleurs pas manqué de la courtiser – elle lui rappelait Mary Morstan de son cher John Watson – mais… en vain. Ce n’est pas que Lady Marianne le trouve dépourvu de charme – loin de là – ou qu’il ne soit pas à son goût. Ce qui n’est pas  au goût de Marianne, c’est le portefeuille éternellement vide de cet original venu d’un autre siècle. Elle veut un mari, oui, mais un mari riche, sinon quel est l’intérêt d’être une riche héritière ? Son père serait furieux. Alors elle a gentiment éconduit son prince en attendant qu’il se refasse un compte en banque – ce qui ne semble pas gagné au premier abord.  

Ethan Hastings
personnage joué
w/ Gale Harold


Aujourd'hui, plus grand chose ne rapproche Ethan & Marianne. Mais à l'origine, lui étant affilié à la grande famille Hastings, disons qu'ils ont eu une éducation presque commune et assez similaire qui a fait qu'ils se sont autrefois liés d'amitié. Et si aujourd'hui le caractère léger de Marianne contraste avec les côtés trop mélancolique d'Ethan, les deux se compensent et sont restés amis. Pas les meilleurs amis, mais disons qu'ils aiment se retrouver aux divers soirées de charité où Ethan se traine uniquement pour faire plaisir à sa femme, qui représente aujourd'hui clairement le porte-monnaie de sa maison. Ils ne sont pas vraiment du genre à se retrouver pour boire un verre, mais leurs vies respectives font qu'ils sont amenés à se croiser régulièrement, et parfois à se sauver l'un et l'autre de l'ennui ou d'une solitude ancrée qu'ils se refusent à admettre ressentir.
© tumblr



Revenir en haut Aller en bas
 
(f) GWYNETH PALTROW α oh darling the money is running away
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The Avengers
» “Tante Siobhan - Gwyneth Paltrow
» 2.07 : Dirty Money
» 08. Remember that time is money - Benjamin Franklin
» WWE Money In The Bank 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2016-2017 :: vieux pévarios-
Sauter vers: