MDL - What can you do when your good isn’t good enough?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: MDL - What can you do when your good isn’t good enough?   Lun 13 Avr - 21:08

Je me présente, je m'appelle Margaret ‘Maggie’ De Lacy, 17 ans. Je suis né(e) le 20 décembre 1997, à Londres (Angleterre) et j'habite à Londres, dans le très particulier quartier de Mayfair. Je suis par ailleurs hétérosexuelle, et puisque la question vous brûle les lèvres, je suis malheureusement officiellement en couple et officieusement célibataire. Que vous dire de plus si ce n'est que dans la vie je suis  actuellement lycéenne à Holland Park Secondary School et que mon rêve le plus fou serait de composer et d'écrire des comédies musicales. Oh, par contre, il y a ce léger détail que vous devez savoir sur moi, je suis perfectionniste, et tout le temps en train de rêver et d'écrire. Voilà, c'est tout pour l'instant. And by the way, nice to meet you!
single ticket ▬ feat. georgie henley
« Imagination is the golden-eyed monster that never sleeps. It must be fed; it cannot be ignored. »
Une adolescente aux cheveux de feu rentrait dans sa chambre en trottinant. Un sourire rêveur accroché sur ses lèvres, elle replaçait soigneusement le carnet qu’elle avait dans ses main, dans l’une des nombreuses boites en carton qui ornaient son armoire. Quelques instants plus tôt, elle venait d'assombrir la dernière page de son journal, des traits fins de son écriture. Dans cette grande pièce qui était la sienne, qui recueillait son jardin secret, tout était parfaitement rangé. Chaque chose avait une place, et malgré son habituelle tête en l’air, la jeune fille aimait à ce que la femme de ménage n’ait pas à pénétrer dans son intimité. Alors elle s’appliquait, et tout était organisé. Regardant la boîte qu’elle venait tout juste de fermer, elle se mordilla la lèvre, avant de hausser d’une épaule et d’aller en ouvrir une autre, plus ancienne, qui datait de plusieurs années maintenant. Maggie avait pour habitude d’écrire tout ce qu’il lui passait par la tête. Ses pages étaient souvent raturées, comme si ce cerveau, où tant de pensées se mélangeaient, allait bien trop vite pour que son stylo ne puisse suivre le rythme. Mais ses carnets … ils abritaient toute sa vie, finalement. Ses rêves, ses songes, son imagination. Parce qu’elle aimait s’imaginer différente, telle une version fantasmée d’elle-même qu’elle s’inventait. La vie était tellement plus belle, lorsque l’on était l’héroïne du roman que l’on créait. Elle sortit précautionneusement le tout premier journal que son père lui avait offert, alors qu’elle savait à peine écrire encore, ainsi que d’autres encore. Le tenant presque tendrement dans sa main, ses doigts caressant le cuir de la couverture, elle s’installa confortablement sur son lit, et découvrit sous ses yeux pétillants les mots qu’elle avait grossièrement écrits. Elle lâcha une petite grimace à la première faute que son regard perçu, avant de se laisser entrainer dans la nostalgie du passé.


2004

Dans un mordillement de lèvres, la petite tête rousse se retournait lentement, l’objet de sa gourmandise en main. Les miettes du cookies qu’elle venait d’entamer pouvaient encore s’apercevoir au creux de sa bouche, alors qu’elle levait timidement la tête vers ses parents. Si elle voyait que son père se retenait de rire devant sa bouille enfantine, elle baissa instantanément des yeux en croisant ceux plus distants de sa mère, qui lui reprenait vivement le gâteau pour le ranger.  « Jamais avant la danse, je sais … Désolée, je le referais plus. » s’excusa-t-elle la tête toujours baissée, croisant ses deux mains derrière son dos, comme elle se balançait mollement sur ses jambes. Son cours allait bientôt commencer, de toute façon, et déjà habillée de sa tenue, elle suivit sa mère vers l’entrée, non sans roucouler lorsque son père déposa un baiser sur son front. Sa mère était toujours présente, lors de ses cours. Probablement parce qu’avec nostalgie, elle se rappelait qui elle avait été, et qui elle aurait pu être. Elle ne la poussait pas spécialement à réaliser son rêve à sa place. Non, elle était patiente avec elle, ne faisant que la regarder avec des yeux remplis de regrets. Mais Maggie espérait un jour chasser la tristesse de ses yeux, la rendre fière, comme son père pouvait l’être d’elle. Alors elle s’investissait dans la danse classique, sans particulièrement apprécier cette discipline. Après tout, était-ce important, que ce ne soit pas sa passion, si sa mère passait du temps avec elle, lui souriant et l’applaudissant silencieusement dès qu’elle parvenait à s’emparer un mouvement ? Elle ne serait jamais aussi bonne que Jane l’avait pu être. Parce que Maggie savait qu’elle n’aurait jamais sa grâce, ni son don inné. Mais peut-être que son talent à elle, c’était simplement de réussir à lui décrocher quelques sourires, et à lui montrer qu’elle pouvait y arriver, si sa mère la poussait suffisamment. Âgée de sept petits printemps,  la jeune De Lacy n’avait qu’une envie : que ses parents soient heureux et faisait déjà tout ce qu’elle pouvait pour leur offrir le bonheur de l’avoir comme fille. Ainsi, tout en s’initiant à la passion de sa mère, elle avait déjà commencé le piano, depuis quelques années, que son père aimait lui enseigner. Oh, elle trouvait ses doigts trop boudinés et doutait fortement d’acquérir le talent de Raphael, même avec du travail et de la persévérance. Mais elle chérissait les moments qu’ils passaient tous les deux. Autant que ceux où elle se retrouvait seule dans la voiture avec Jane, lors des trajets qu’elles faisaient toutes les deux.

2009

Son sac de cours consciencieusement rangé sous son bureau, Maggie s’amusait à maculer une partition de la mélodie qui l’avait habitée toute sa journée durant. Elle pouvait presque l’entendre distinctement, à mesure que les heures de cours avaient eu lieu. Mordillant sa lèvre inférieure, elle s’appliquait à enfin les apposer de son stylo plume. Elle leva les yeux au ciel en voyant l’accord dissonant qu’elle venait d’écrire, et roula sa feuille en boule, la jeta dans sa corbeille, avant d’en sortir une nouvelle et de recommencer. Lorsqu’enfin un semblant de satisfaction éclaira ses pupilles, elle put enfin placer des mots sur ces notes qui l’inspiraient tant. Elle était toujours seule dans la grande demeure des De Lacy, lorsqu’elle descendit enfin dans le salon qui abritait le sublime piano de son père. Elle s’y installa timidement, respectueuse de cet instrument si précieux. Elle posa son magnétophone sur le piano puis, les yeux rivés sur sa partition, laissa glisser la mélodie sous ses doigts, à mesure qu’ils caressaient les touches. Elle ferma les yeux, puis laissa sa voix résonner dans la pièce, de ces mots qu’elle avait écrits. Pour mieux la prendre en main, mieux la posséder, elle l’entonna une deuxième fois. Puis une troisième et une quatrième. Alors qu’elle allait réitérer, elle s’arrêta brusquement, les mains au-dessus du clavier, comme elle entendait le vrombissement des pneus dans la grande cour centrale. Quelqu’un arrivait. Dans son tic rempli de gêne, elle se releva avec gaucherie, empoignant vivement le magnétophone et la partition, avant de monter les marches de l’escalier deux à deux pour rejoindre sa chambre. Elle rangea précautionneusement sa partition dans un de ses nombreux classeurs, puis attrapant des écouteurs, elle se laissa tomber sur son lit. Elle écouta son enregistrement, puis soupira lassement. C’était joli, oui. Mais ce n’était pas beau. Rien de ce qu’elle pouvait faire n’était jamais assez beau, aux yeux de celle qui rentrait dans l’adolescence.

≈ 2012 (or maybe 2011 or 2013)

Presque sautillante sur ses pieds, Maggie n’en croyait pas ses yeux. Elle était à l’une des dernières répétitions de Sweeney Todd avant la grande première. Son père avait longuement hésité avant d’accepter à ce qu’elle assiste à l’un des derniers filages. Mais à force d’insister, de supplier, de lui promettre tout ce qu’il voudrait en échange, et à coups de « s’il te plaît mon papa que j’aime et que j’adore », elle avait fini par le faire craquer. L’adolescente avait rêvé de ce moment depuis mois, maintenant. A l’instant où elle avait appris que son père dirigeait l’orchestre de cette comédie musicale, elle n’avait eu cesse de montrer son impatience, et de lui demander de lui jouer plusieurs morceaux. Oui, si elle n’avait pas le don de Raphael, elle en ressentait probablement la même passion, et pouvoir la vivre à travers l’homme qu’elle trouvait le plus talentueux sur terre, ne pouvait que la rendre enthousiaste. Ses yeux pétillaient, à mesure que le spectacle commençait. Et c’est alors qu’elle l’entendit, sans même réellement le voir. Noah. La perfection de sa voix, l’absolue de son chant. Elle ouvrit grands les yeux, et s’appuyait un peu plus sur le rebord du siège devant le sien. Bientôt, des larmes coulèrent sur ses joues, comme sa voix mélodieuse la touchait. C’était la plus belle chose qu’elle ait pu entendre de sa vie, Maggie en était persuadée. Cet après-midi-là, elle n’osa pourtant pas le rencontrer, ni même le demander à son père. Non, elle se ridiculiserait probablement, incapable qu’elle était de placer des mots sur ce qu’elle avait ressenti en l’écoutant. Mais ce qu’elle savait, c’était qu’elle ne se lasserait jamais d'entendre sa voix. Et que bien rapidement, n’ayant jamais ressenti quelque chose d’aussi fort qu’en savourant ses chants, l'adolescente présuma en être amoureuse.

2015

Arrivant dans la cour du lycée, son regard se posa rapidement sur la table où Nate était installé, un livre à la main. Aujourd’hui était le « jour J ».  Elle le rejoignit, et après s’être regardés pendant quelques instants, tous deux un peu gênés, Maggie expira prestement et déposa ses lèvres sur les siennes. Une grimace étira ses lèvres, tandis qu’elle avait la vive impression d’embrasser son frère – ou en tout cas l’image qu’elle pouvait avoir d’un frère. Elle posa sa tête sur son épaule, comme pour cacher cet embarras aux yeux des autres adolescents. Cela faisait plusieurs années maintenant que Nate était son meilleur ami, son confident, et il avait toujours été là pour elle. Témoin de l’amour secret qu’elle estimait ressentir pour Noah – et qui le faisait bien rire, la plupart du temps – il était aussi un des rares qui avaient pu l’entendre chanter. Oui, Nate était un peu son soutien, son roc, son frère de cœur. S’ils avaient été amis avant le déshéritage du jeune homme, le fait qu’elle ne lui tourne pas le dos lorsque cela s’était su était probablement ce qui les avait rapprochés, au point qu’il lui avoue à demi-mots être attiré par les hommes. Encore une fois, Maggie avait été là pour l’écouter, et tenter de le conseiller de son mieux – ce qui pouvait être difficile pour une jeune fille dont les pensées s’évadaient un peu trop parfois. Nathaniel, dont le nom avait déjà été sali en place publique par ces adolescents un peu trop superficiels, avait une peur terrible que cela puisse se savoir. Et c’est lorsque la première rumeur – la rumeur de trop – vint à leurs oreilles qu’ils avaient pris cette décision : Maggie serait sa petite amie. Après tout, qui pourrait douter de sa sexualité, si on les voyait main dans la main, dans les couloirs de l’école ? Qui pourrait en douter, si on apercevait Nate l’embrasser ? Si la rouquine aurait préféré que son ami les envoie tous balader, et assume qui il était, elle acceptait sa peur, et devenait sa parfaite couverture.

─ pseudo/prénom: Golden`Lies / Laure ─ âge: 23 ans ─ fréquence de connexion: tous les jours Arrow ─ comment avez-vous découvert ticket to ride et qu'en pensez-vous ? je l'ai découvert sur un top je crois, et je l'aime ─ inventé ou pévario ? good question :hum: un peu des deux, j'imagine ─ code: okaaay by rouliaaa (mais tu peux le valider toute seule love ─ crédits : tumblr (tonsofgifs)


Dernière édition par Margaret De Lacy le Lun 13 Avr - 21:15, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: MDL - What can you do when your good isn’t good enough?   Lun 13 Avr - 21:09

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: MDL - What can you do when your good isn’t good enough?   Lun 13 Avr - 21:10

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: MDL - What can you do when your good isn’t good enough?   Lun 13 Avr - 21:43

haaaaan trop bonne idée pour Georgie
Elle est tellement trop chou !
Une mini Michelle Trachtenberg pour moi ahaha !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: MDL - What can you do when your good isn’t good enough?   Lun 13 Avr - 22:16

Trop choute re-bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: MDL - What can you do when your good isn’t good enough?   Lun 13 Avr - 22:27

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: MDL - What can you do when your good isn’t good enough?   Lun 13 Avr - 22:44

Terry U. Eckhard a écrit:
haaaaan trop bonne idée pour Georgie
Elle est tellement trop chou !
Une mini Michelle Trachtenberg pour moi ahaha !

Ouiiiii Georgie est tellement mignonne et choupie J'avais pas pensé à Michelle tho, mais maintenant que tu me le dis, c'est vraiiiii

Jackson M. Hall a écrit:
Trop choute re-bienvenue
Ouiiii Merci Amandine

William C. Hardy a écrit:

 


Dernière édition par Margaret De Lacy le Mar 14 Avr - 2:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: MDL - What can you do when your good isn’t good enough?   Lun 13 Avr - 23:19

Ooooh Georgie est toute mimi, je ne la connaissais pas rebienvenue !!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: MDL - What can you do when your good isn’t good enough?   Lun 13 Avr - 23:21

Thaaaaanks
& elle jouait dans Narnia, pour info she's cute
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: MDL - What can you do when your good isn’t good enough?   Lun 13 Avr - 23:51

Je plussoie les autres, elle est trop cute

Reeeee
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: MDL - What can you do when your good isn’t good enough?   Mar 14 Avr - 0:06

MAGGIE CHERIE D'AMOUR

*prend sa fille contre lui, et la serre affectueusement, quoiqu'un peu trop fière, et jette des regards noirs à quiconque reluquerais sa princesse d'un peu trop près* Arrow
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: MDL - What can you do when your good isn’t good enough?   Mar 14 Avr - 0:26

S. Paloma Anderson a écrit:
Je plussoie les autres, elle est trop cute

Reeeee

THAAAAANKS

Raphael De Lacy a écrit:
MAGGIE CHERIE D'AMOUR

*prend sa fille contre lui, et la serre affectueusement, quoiqu'un peu trop fière, et jette des regards noirs à quiconque reluquerais sa princesse d'un peu trop près* Arrow

PAPAAAAAAAA

*saute dans ses bras en riant, et ne le lâche pas*
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: MDL - What can you do when your good isn’t good enough?   Jeu 16 Avr - 2:51

JE SUIS PAS ENCORE PASSEE ICI
Enfin pas pour poster mais je stalke depuis quelques jours Arrow Bc omg she's adorable Toi aussi je t'envoie Noah très très vite RE-BIENVENUE CHEZ TOI JE VEUX LA SUIIIIITE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: MDL - What can you do when your good isn’t good enough?   Jeu 16 Avr - 3:02

Aaaaaaawwww
Noah a là une de ses plus grandes fans, tu le sais, hein ? J'vais citer Noah, promis, i don't know how, mais je vais le citer La suite arrive vite (i hope, i'll try Arrow )
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: MDL - What can you do when your good isn’t good enough?   Mar 21 Avr - 9:48

Je valide mon petit, la partie sur Nate est parfaite J'ai hâte de rp
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: MDL - What can you do when your good isn’t good enough?   Mar 21 Avr - 10:30

Thaaaaaanks & tant mieux si la partie sur Nate te va
Hate de rp avec les deux aussi
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: MDL - What can you do when your good isn’t good enough?   

Revenir en haut Aller en bas
 
MDL - What can you do when your good isn’t good enough?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Good Morning England - Demande de partenariat
» Good morning, Ireland ! (23/01/12 à 10h12)
» You get a good job with good pay and you're okay. Money It's a gas.
» 1.06 All Good Things Must Come to an End
» 07. It's a new day, a new start, and I'm feeling good!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2016-2017 :: vieilles fiches de présentation-
Sauter vers: