SPA + Just flirting to keep you cheerful

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: SPA + Just flirting to keep you cheerful   Lun 2 Fév - 22:29

Je me présente, je m'appelle Paloma Soledad Anderson Scott, 23 ans. Je suis né(e) le 24 décembre 1991, à Madrid (Espagne) et j'habite à Londres, dans le très particulier quartier de Notting Hill. Je suis par ailleurs bisexuelle, et puisque la question vous brûle les lèvres, je suis malheureusement libre et perdue quant à mes sentiments. Que vous dire de plus si ce n'est que dans la vie je suis  actuellement l'employée ravie d'un cabinet de détectives privés et que mon rêve le plus fou serait à l'heure actuelle d'être une criminologue reconnue,  de travailler sur de réels crimes et de pouvoir exploiter au maximum toutes les capacités et les connaissances acquises au cours de ma vie. Oh, par contre, il y a ce léger détail que vous devez savoir sur moi, je suis très curieuse et déterminée - ce qui est ici un euphémisme pour bornée -. Voilà, c'est tout pour l'instant. And by the way, nice to meet you!
Travel card ▬ feat. Jenna-Louise Coleman
« Imagination is the golden-eyed monster that never sleeps. It must be fed; it cannot be ignored. »


Qui n’a jamais espionné une conversation ? Quand vous êtes un enfant, ce n’est pas seulement tendre l’oreille de temps en temps par curiosité, l’espionnage est votre unique chance d’obtenir une véritable information. Les adultes ne comprennent pas les enfants, ils ne leur parlent pas de la même manière, rarement honnêtement ou de ce qui compte réellement à leurs yeux. La plupart du temps, ils considèrent les enfants comme trop jeunes pour comprendre, « ce n'est qu'une enfant» se disent-ils souvent entre eux, comme si l'enfant en question n'était pas là, dans la pièce, à côté d'eux et qu'on ne pouvait pas lui parler à elle. Mais être jeune ne signifie pas être idiot, et Paloma, du haut de ses huit ans, en était absolument convaincue. Aussi quand son père, après avoir débarqué sans prévenir en plein milieu de la journée en semaine, ce qui était une attitude particulièrement étrange pour lui, avait envoyé Paloma jouer pour pouvoir « parler entre adultes » avec sa grand-mère – celle de Paloma, j’entends, qui à vrai dire jouait alors bien plus que le rôle d’une simple grand-mère pour elle mais nous y reviendrons -, Paloma revint vers le lieu où tout se tramait – en l’occurrence, la cuisine – et jeta un œil aux deux protagonistes par la porte entrebâillée. Sa grand-mère affichait ce regard particulier qu’elle réservait à Paloma quand elle était inquiète pour elle et aussi un peu agacée voir énervée par son comportement. Quoique soit en train de lui annoncer le père, elle semblait n’apprécier que moyennement. Ce dernier semblait assez agité d’ailleurs. De toute évidence, les nerfs des deux étaient mis à rude épreuve. S’adossant à la porte, Paloma se concentra sur leur conversation. Elle ne capta que quelques mots au début, toutefois leur conversation semblait se muer doucement en une dispute et le ton montant, elle put rapidement percevoir la teneur de la discussion. – Tu ne peux pas m’empêcher, je suis son père. – Et où étais-tu passé ces dernières années ? – Je suis là aujourd’hui, c’est ce qui compte, non ? – Tu ne peux pas juste débarquer comme ça à l’improviste, la prendre sous le bras et chambouler toute sa vie. Ce n’est qu’une enfant, elle a besoin de stabilité. – C’est ma fille, et je tiens à être présent dans sa vie. Paloma s’éloigna de la porte avant d’être découverte, il ne servait à rien de rester plus longtemps, elle avait acquis les informations qu’elle était venue chercher. Encore une fois, des adultes décidaient de sa vie à sa place, sans même lui laisser la possibilité de participer à la discussion. Mais après tout, si elle avait eu le choix, qu’aurait-elle fait, aurait-elle seulement été capable de choisir ? Elle ne connaissait encore rien de l’Angleterre, de la vie avec son père. Elle ne pouvait qu’imaginer, puisqu’elle ne se souvenait plus du temps où ils formaient encore une famille unie, s’ils l’avaient un jour formée. Sa mère était morte dans un accident de voiture alors qu'elle n’avait que quatre ans. Bien trop tôt pour avoir conscience de ce qu’est la mort, ou pour pouvoir accepter celle d’un proche. Sa mère avait disparu du jour au lendemain, laissant un grand vide dans sa vie, dans sa mémoire. Paloma aurait aimé se souvenir d’elle mais ce n’était pas le cas, parfois une odeur, une image lui revenaient mais aucun véritable souvenir, seulement quelques échos, elle ne savait pas si elle les avait rêvés, imaginés à partir de ce qu'on lui avait raconté ou bien si cela était réellement arrivé. Elle aurait voulu se souvenir d’au moins une chose: sa mère lui racontant une histoire, lui disant bonne nuit, lui préparant son petit déjeuner, n’importe quoi, un petit acte quotidien auquel elle aurait pu se raccrocher, lui montrant qu’elle l’aimait, une image de vie famille, une vraie. A l'époque, son père ne pouvait pas s'occuper d'elle, bien qu’il ait survécu. Paloma n’avait pas vraiment compris ce qui se passait à l’époque, et aujourd’hui encore elle ne sait pas vraiment si son père avait eu besoin de temps pour se remettre de la mort soudaine de sa femme, ou s’il avait juste trop de travail pour se préoccuper de l'éducation de sa fille unique – il est producteur de musique, et donc souvent en déplacement ou jusqu’à tard au bureau - ; au final, Paloma avait emménagé chez sa grand-mère à Bilbao – sa mère était espagnole, Paloma aussi d’ailleurs puisqu’elle était née à Madrid et avait vécu une bonne partie de son enfance en Espagne -, et c’est elle qui l’a élevée pendant ces quatre années. Quatre années tranquilles, au cours desquelles sa grand-mère veillait sur elle au quotidien, devenant ce que Paloma avait de plus proche d’un parent. Sa grand-mère lui apportait beaucoup d’affection et prenait soin d’elle, toutefois aux yeux de Paloma, il y avait toujours eu un élément manquant, elle ne s’était jamais complètement senti chez elle, en sécurité dans son foyer, sûrement était-ce l’absence de ses parents qui se faisait ressentir. Son père ne passait presque jamais les voir, se contentant d’envoyer de l’argent tous les mois. Son absence en était encore plus douloureuse. Paloma pouvait croire que sa mère l’aimait vraiment et que si elle le pouvait, si elle était encore en vie, elle serait là pour elle et s’en occuperait. Mais son père était en vie lui, alors pourquoi n’était-il pas là ? Pourquoi ne voulait-il pas la voir ? Quelle qu’en fut la raison, il semblait que son avis sur la question ait changé, au vue de la conversation d’aujourd’hui. L’idée que son père veuille vivre avec elle, bien qu’un peu effrayante, était surtout terriblement excitante et réjouissait la petite fille. Elle ne savait pas ce qui avait changé, ce qui l'avait décidé tout d'à coup, mais est-ce que ça avait vraiment une importance? Quelles qu'en soient les raisons, au fond, elle se devait de lui laisser une chance, sans même réfléchir à la question, elle était en train de lui en donner une. Probablement était-ce pour le mieux, elle aurait sûrement regretté toute sa vie de ne pas savoir ce qui se serait passé, de ne pas en savoir plus sur son père. Elle aimait beaucoup sa grand-mère, mais ne pouvait nier que c’était différent, elle ne pourrait jamais remplacer ses parents. De toute manière, la décision ne lui appartint pas et quelque temps après cela, elle s’envolait pour l’Angleterre.

+

La vie en Angleterre, et surtout la vie au côté de son père s'avéra bien différente de ce que Paloma avait imaginé jusque-là. Londres était une ville incroyable, aucun doute sur ce point, et Paloma s'habitua étonnamment vite à l'anglais - langue qu'elle connaissait tout de même déjà bien, avant de déménager - même si son accent espagnol persista longtemps et revenait au galop dès qu'elle passait quelque temps chez sa grand-mère. Ce qui posait problème en fait était plus sa relation avec son père. Elle eut beaucoup de mal à s'habituer à l'absence de sa grand-mère, qui l'avait élevée et avec qui elle avait vécu depuis aussi loin qu'elle se souvenait, et son père était loin, très loin de se comporter comme dans ses espoirs et rêves. Elle s'était envolée heureuse, enthousiaste et la tête pleine de rêves et d'idées de ce que serait sa vie désormais, et l'atterrissage fut rude. Son père avait une idée bien à lui de ce que s'impliquer dans sa vie signifiait, et des besoins d'une enfant. Il avait fait préparé une chambre pour elle dans sa jolie villa Londonienne, lui avait déniché une place dans une très bonne école, mais il ne passait pas beaucoup plus de temps avec elle que lorsqu'une mer les séparait. Il continuait de travailler souvent, trop souvent, et de s'absenter parfois pour plusieurs jours, la laissant avec sa nourrice. Les premiers temps furent donc difficiles, et Palo se languit de l'Espagne, jusqu'à ce que finalement, sans s'en rendre compte, elle arrêta d'y penser et s'habitua à cette nouvelle vie, prit ses marques et adopta de nouvelles habitudes. Les années défilèrent très similaires, les nounous changèrent, jusqu'à ce que finalement, son père la jugea assez grande pour s'en passer. Puis vint l'entrée au lycée, sa liberté grandissant, elle se retrouvait à passer de moins en moins de temps chez elle, son père n'étant pas plus présent, elle se sentait vite seule dans la grande maison vide. Elle avait l'impression qu'ils passaient de moins en moins de temps tous les deux, et que ça la dérangeait de moins en moins. La petite Palo s'était habituée à un nouveau pays alors qu'elle n'était qu'une enfant, elle s'habituerait à lui aussi, après tout elle avait passé des années loin de son père, qu'est-ce que cela changeait? se persuadait-elle. De toute façon, même lorsqu'ils étaient ensemble, ils parlaient peu, ne partageaient presque rien, et étaient loin d'être proches. Ils avaient pourtant des points communs, ils étaient tous deux intelligents et passionnés. Mais son père était tellement plus passionné par son travail que par sa famille... Quand elle était jeune, elle avait tenté en accumulant des activités extrascolaires et de bonnes notes de le rendre fier, de voir un peu d'enthousiasme pour elle dans ses yeux, de se sentir aimée, mais au fil du temps, tout ce qu'elle obtint, ce fut une des attentes plus élevées, et des déceptions quand elle faisait moins bien que ce à quoi elle l'avait habitué. Alors elle tenta d'oublier, et de ne plus travailler et donner le meilleur d'elle-même que pour elle, sa propre estime et fierté. Son père n'était pas très présent, mais elle n'était pas seule à Londres. Elle avait Stue, qu'elle avait rencontré à peine le pied posé sur le sol anglais - et je n'exagère qu'un peu -, ses amis du lycée et la famille Howard, où elle gardait l'adorable petite Violet, et passait presque autant de temps que chez elle. Dans son cœur, c'étaient eux, sa famille.

+

Depuis, elle a quitté Londres et la maison de son père pour intégrer l'université de Cambridge dont son impressionnant dossier lui a ouvert les portes. Indépendante depuis longtemps maintenant, ce fut le cœur joyeux qu'elle emménagea dans son propre appartement, profitant de cette vie seule et libre dont elle rêvait ces dernières années. Elle se lançait dans des études de criminologie, ce qui n'était guère étonnant, elle avait toujours été passionnée par le crime et les enquêtes, que ce soit dans la fiction ou la réalité. Son père jugeait que c'était une passion déplacée pour une jeune fille, mais elle n'y avait jamais renoncé, dévorant des centaines d'aventures policières, s'intéressant aux publications sur les affaires qui se déroulaient, sur les évolutions scientifiques pour la recherche d'indices, ou encore sur la psychologie criminelle. C'était un univers sombre mais fascinant. Comprendre un crime, un criminel en partant de presque rien pour finalement l'identifier et prouver sa culpabilité. Comprendre comment, mais surtout pourquoi, les éléments déclencheurs, les schémas comportementaux. Sa curiosité presque maladive et son obstination lui seraient sûrement très utiles dans sa carrière et elle ne doutait pas de devenir un jour une excellente criminologue, qu'elle travaille pour son compte ou pour la police. Elle n'était pas encore sûre de là où elle s'orienterait. Ces années d'étude à Cambridge furent à la hauteur de ses espérances, elle put enfin se plonger vraiment dans cet univers qui lui plait tant et même être reconnue, appréciée et félicitée pour ses capacités et ses connaissances sur le sujet plutôt que rabaissée ou au mieux ignorée. Mais l'expérience universitaire ne se limite aux enseignements, et au cours de ces années, elle fit aussi des rencontres incroyables. La plus étrange et marquante fut sans aucun doute celle de Timothy Ethan Scott. Le jeune homme était étudiant lui-aussi, avec une année d'avance sur moi. A leurs premières rencontres, Paloma a tout de suite senti quelque chose de particulier, d'étrange à son sujet, sans pouvoir réellement mettre des mots dessus, et voulu en savoir plus. Ce qui chez l'étudiante en criminologie qu'elle était se traduisait par l'observer à distance - sa niaiserie, son succès auprès des filles dont il semblait s'entourant en les maintenant toujours à une certaine distance -, se renseigner à son sujet auprès de son entourage, de ses connaissances, analyser son comportement, et absolument pas s'approcher de lui comme l'aurait sûrement fait toute personne normale. Mais Paloma et Timothy ne correspondaient pas vraiment à la norme et leur relation encore moins. Après avoir étudié le sujet, Paloma estima que l'explication la plus probable à son comportement était celle du sociopathe de haut niveau, qui entretenait son harem en manipulant les étudiantes et se dissimule derrière une fausse maladresse et timidité, et qui, soumis à un certain stress ou élément déclencheur, pourrait très bien devenir dangereux. Le suivre de près et en savoir plus à son propos semblait donc logique, on ne peut laisser un potentiel danger déambuler ainsi dans la nature sans aucune surveillance, n'est-ce pas? Toutefois, les événements qui suivirent et le fait que, bien malgré elle, elle finit par entrer en contact direct avec le jeune homme, la firent revenir sur sa théorie. C'était pourtant rare qu'elle admette s'être trompé, tout simplement parce qu'il était rare qu'elle se trompe, mais ici c'était le cas. Et même si pour s'en rendre compte, elle avait dû subir ses accusations et les suppositions douteuses que lui-même faisait pour expliquer le comportement de la demoiselle, passer par quelques disputes, conversations étrangement profondes et sincères, et même le traiter de plante verte et de chiot à quelques secondes d'intervalle, elle avait fini par étrangement mieux le comprendre et ne plus le comprendre du tout à la fois. Elle savait bien maintenant que ce n'était probablement pas un sociopathe - qui peut être à 100%? - mais son comportement avec les autres et surtout avec elle n'en devenaient que plus incompréhensibles, intriguant et ses propres sentiments étaient à peu près aussi emmêlés. Elle ne le comprenait pas, elle ne se comprenait pas elle-même quand elle était avec lui, tellement ses réactions étaient étranges, alors pourquoi aimait-elle tant leurs discussions? Il l'avait accusé d'avoir inventé des rumeurs parce qu'il ne lui avait pas accordé assez d'intention, s'était énervé, agacé, avait tenté de se justifier, ils étaient partis dans tous les sens, elle ne savait même pas au final s'ils s'étaient plus disputés qu'ils n'avaient partagé, et pourtant au fond elle chérissait cette discussion. Son comportement, ses pensées et sentiments étaient complètement irrationnels, ce qui était assez inhabituelle chez elle qui avait plutôt tendance à garder un contrôle certain sur sa vie. Mais Timothy n'est pas le sujet ici, bien qu'apparemment d'après lui il était le centre des pensées de Paloma et même son sujet de thèse, c'est à son histoire à elle que nous nous intéressons aujourd'hui. La jeune femme étant studieuse et passionnée par ce qu'elle faisait, elle obtint sans soucis et même avec mention son diplôme et une fois celui-ci en poche, elle décida pourtant de retourner sur Londres. Cambridge était une ville magnifique, où elle avait passé de très bonnes années et accumulé de nombreux souvenirs, mais ce n'était pas vraiment chez elle, ce n'était pas où elle voulait s'installer pour le reste de sa vie. Après son stage et quelques temps passés chez les Howard, elle décrocha son premier travail rémunéré dans le domaine de la criminologie, et en profita pour déménager dans un petit appartement londonien. Ce n'était que le début de sa vie d'adulte mais de son point de vue, il était d'ors et déjà plein de promesses.
─ pseudo/prénom: Maïlys. ─ âge: 19 ans. ─ fréquence de connexion: 4-5/7.  ─ comment avez-vous découvert ticket to ride et qu'en pensez-vous ? Sur un top site, ou sur bazzart. Et je n'en pense vraiment que du bien, ce forum est génial ─ inventé ou pévario ? péva de Timmy/Marina ─ code: Da vinci. ─ crédits : des tumblr divers, honnêtement j'en sais rien.


Dernière édition par S. Paloma Anderson le Jeu 16 Avr - 0:19, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: SPA + Just flirting to keep you cheerful   Lun 2 Fév - 22:35

faiiiiible mais tu as raison d'être faible !!
Palo est juste parfaite ! Elle manquait terriblement à TTR !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: SPA + Just flirting to keep you cheerful   Lun 2 Fév - 22:37


100% faible ^^ mais elle me manquait trop
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: SPA + Just flirting to keep you cheerful   Lun 2 Fév - 22:42

Re-bienvenue heart
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: SPA + Just flirting to keep you cheerful   Lun 2 Fév - 22:43


Merci heart
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: SPA + Just flirting to keep you cheerful   Lun 2 Fév - 23:04

MIMIMIMIMIIIIIIIIIIIIIIIIIII
J'aime les craquages comme ça
Stu in me is sooooooooooo happy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: SPA + Just flirting to keep you cheerful   Lun 2 Fév - 23:06



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: SPA + Just flirting to keep you cheerful   Lun 2 Fév - 23:22

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: SPA + Just flirting to keep you cheerful   Mar 3 Fév - 0:00



& j'ai fini
(et je vais en profiter pour aller me coucher du coup Sleep
Bonne nuit les loulous )
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: SPA + Just flirting to keep you cheerful   Mar 3 Fév - 5:49

Il est 5h du matin, je n'ai pas le temps de la lire mais jr suis sûre qu'elle est parfaite je te valiiiiide
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: SPA + Just flirting to keep you cheerful   Mar 3 Fév - 6:40



Merciiiiiii


& puis je te laisse encore plus de lecture pour ce soir ici
et je m'occupe de ma fiche de liens itou demain (le mardi j'arrive chez moi à 21h30, je suis même encore partie mais je sens venir l'écroulage dans mon lit ce soir Arrow)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: SPA + Just flirting to keep you cheerful   Mar 3 Fév - 17:48

S. Paloma Anderson a écrit:
Mais Timothy n'est pas le sujet ici, bien qu'apparemment d'après lui il était le centre des pensées de Paloma et même son sujet de thèse, c'est à son histoire à elle que nous nous intéressons aujourd'hui.

CQFD il va y avoir du péchoage dans l'air Arrow (je parle comme une meuf de cité, ça fait peur Arrow ) palothyyyyyyyyyy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: SPA + Just flirting to keep you cheerful   Mar 3 Fév - 17:51

Je vois ça mdr xD ça fait un peu peur d'ailleurs :p

palottthyyyyy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: SPA + Just flirting to keep you cheerful   Mar 3 Fév - 18:03

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: SPA + Just flirting to keep you cheerful   

Revenir en haut Aller en bas
 
SPA + Just flirting to keep you cheerful
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» « Flirting with Death. » | Liv & Sasha & Jacob

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2016-2017 :: vieilles fiches de présentation-
Sauter vers: