Partagez | 
 

 evarry # i won't let you go twice

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar


Invité
Invité

MessageSujet: evarry # i won't let you go twice   Jeu 10 Juil - 22:41

Avec un peu de chance, Harry recroiserait Eve dans le métro mais elle semblait depuis plusieurs jours avoir disparu de la circulation. Cherchait-elle à l’éviter ou n’étaient-ils simplement pas au bon endroit ? Déçu de sa première entrevue avec elle, il espérait revoir la jeune rousse qui lui avait tout de suite plu dès le premier regard. La dernière fois, miraculeusement après des journées, des semaines et des mois à s’observer et à se scruter, ils étaient enfin parvenus à se parler. Par un simple hasard ! Cependant Harry n'oublia pas que tous deux avaient été très intimidés que la conversation n’avançait pas beaucoup, contrairement à la rame qui les transportait. Et elle avait eu raison d’eux puisque Eve avait dû se précipiter à la hâte vers la sortie, abandonnant Harry à l’intérieur. Le pauvre, il n’avait rien pu faire pour la retenir et pourtant à cet instant-là il avait rêvé de l’inviter à boire un café ou autre. Depuis, ce rêve ne l’avait pas quitté et il se languissait de la revoir. Cela faisait déjà une semaine. Mais si le temps paraissait long, il se promit de faire plus d’efforts avec la jolie rousse. Ils n’avaient échangé jusque-là que des banalités et Harry ne voulait en aucun point s’arrêter là, comme pour la première fois. La fuite d’Eve – si l’on pouvait appeler cela une fuite –, telle Cendrillon avant les douze fatals coups de minuit, l’avait surpris certes mais cela n'avait pas empêché son esprit de toujours penser à Eve. Il désirait aller plus loin avec elle, longuement ils s’étaient cherchés des yeux pour que leur relation ne se limitait qu’à cela. Depuis qu’il avait réussi à lui parler, à lui arracher les mots de la bouche, elle ne le quittait plus. Il pensait à elle pratiquement toutes les nuits, littéralement elle le hantait. Il rêvait ardemment de retrouver son joli minois et si l'occasion se présentait de passer du temps avec elle.

Aujourd'hui cela faisait une semaine, jour pour jour, qu'Harry n'avait plus revu Eve. Il refit exactement le même chemin qu'une semaine plus tôt mais avec une heure d'avance. Il s'était donc levé très tôt ce matin pour rejoindre la même station par où Eve était descendue la fois dernière. Le dos accolé à l'un des murs de la station et dans une position stratégique, il attendit patiemment l'arrivée d'Eve, la guettant parmi les usagers ou touristes qui montaient et descendaient des rames, si jamais elle empruntait le même trajet que l'autre fois. Si la rousse avait d'autres projets en tête, ce n'était pas aujourd'hui qu'il la reverrait. Dans ce cas, il irait la voir au casino puisqu'il se souvenait où elle travaillait, elle le lui avait dit d'ailleurs. Ayant sauté le breakfast avant de partir, il entendit son ventre gargouiller et profita de l'absence du métro entre deux heures de passage pour aller à un petit stand et acheter de quoi grignoter. Il choisit une chocolatine, non deux. Il se rappela qu'Eve adorait ces viennoiseries, comme quoi on pouvait connaître les goûts de quelqu'un rien qu'en l'observant. Parfois elle se promenait dans le métro avec un petit sachet légèrement gras et quand elle s'asseyait, elle y mettait la main dedans et sortait une de ces fameuses chocolatines pour l'apporter à sa bouche. À son air, il voyait bien qu'elle adorait en manger. Il s'amusait de la voir ainsi, veillant à ne pas mettre une miette autre part que dans son sachet. À son poste, il attendit toujours et mordit dans sa chocolatine pour soulager son ventre. Une demi-heure plus tard, Harry vit enfin une tête rousse émerger d’une rame qui s'arrêta tout juste au quai et y reconnut Eve. Elle regardait le sol droit devant elle, semblant bien décidée à gagner l'air libre dehors. Harry baissa le menton pour regarder l’heure affichée sur sa montre, parfait elle avait pris approximativement le métro à la même heure qu’il y a une semaine. Extrêmement ravi de la revoir, surtout après une semaine qui lui avait semblé longue à l’attendre, il avait retrouvé le sourire et se fraya un chemin vers elle alors qu’elle fonçait vers la sortie. Il parvint à l’approcher et à sa hauteur, lui lança : « Bonjour Eve ! J’attendais ce moment depuis longtemps figure-toi, donc ravi de te revoir. Comment vas-tu ? » Étrangement, comme animé par une force invisible, Harry n’éprouvait plus aucune difficulté à lui adresser la parole, il la tutoyait même. Sa timidité semblait s’être dissipée dès cet instant-là et c’était bon signe pour la suite. Il se plaça face à elle et l’écarta afin de libérer le passage aux autres gens. « J’espère que tu n’as pas été trop surprise de me voir, à l’endroit où tu m’as lâchement abandonné. » Il ponctua sa phrase par un léger rire, pour lui signifier qu’il faisait de l’humour au cas où elle ne l’aurait pas compris.

La réaction d'Eve n'eut pas l'effet escompté. Harry se savait plus à quoi s'attendre de sa part, il se fit la remarque cependant qu'il n'avait pas pensé à comment elle pourrait réagir en le revoyant subitement là où elle l'a laissé. Sous cette pensée, il se crispa légèrement la lèvre inférieure. Peut-être qu'il n'aurait pas dû la surprendre ainsi ? Il lui aura fait sans doute peur. Peut-être que le moment était inapproprié, mal choisi ? Ou bien avait-elle une chose bien plus urgente à faire ? Harry n'avait rien calculé et se sentit soudain égoïste. Oui il avait égoïstement agi, ne se focalisant toute la semaine que sur son désir de revoir Eve. Il déglutit avec peine et sa mine se fit tout d'un coup plus grave. La jeune rousse, qui faisait une quinzaine de centimètres de moins que lui, semblait n'avoir rien remarqué car sous la surprise, elle balbutiait. Harry faillit manquer un battement de cœur à l'instant où elle ouvrit la bouche, il s'attendait à tout. C'était la première fois que cela lui arrivait, d'imaginer le pire, alors qu'il avait toujours vu objectivement le bon côté des choses. « Harry ! Je, hum, suis surprise, oui. » Effectivement, à son air, elle était surprise de le voir. Mais c'était lui qui s'étonnait d'observer qu'il n'y aucune nuance de colère ou de reproche dans sa voix. Elle était juste simplement surprise, nullement fâchée. Dire qu'une seconde plus tôt, il pensait avoir fait une bêtise en interceptant Eve de cette façon. Il cracha son souffle un peu trop rapidement, au final soulagé. Pour se rassurer, il arriva à retrousser ses lèvres dans un sourire timide à la suite de ses propos. « Pardon, je ne m’attendais pas vraiment à te voir ici. Je vais bien merci et toi ? » Tout va bien Eve, tu n'as rien à te reprocher ! Cette fille était décidément trop gentille et cette pensée fit sourire encore plus Harry. « Non, c'est à moi de t'excuser Eve, je ne voulais pas te faire peur si c'est le cas. » La tenant toujours par le bras, il la rapprocha encore du mur et de lui. « Je voulais te faire une surprise en t'attendant ici, dis-moi si elle est réussie. » Des fossettes quasi imperceptibles, cachées par sa barbe naissante, se creusèrent sur ses joues, à l'endroit où ils se trouvaient il faisait trop sombre pour les apercevoir et il était suffisamment proche de son visage pour qu'elle les remarque. Il planta son regard bleuté dans les yeux gris-vert de la rousse.

« Je suis vraiment contente de te voir Harry ! Je suis désolée, pour la dernière fois. J’aurai largement préféré continuer ce trajet avec toi ! » Eve paraissait être aux anges. Harry était surpris de constater que la jeune rousse postée en face de lui fondait littéralement aux sourires qu’il lui donnait. Il s’efforça de calmer son enthousiasme à lui aussi, il ne voulait pas paraître ridicule aux yeux des gens qui passaient près d’eux. Mais il fut étonné, s’amusait plutôt, de l’attitude de la jeune femme à son égard. Que lui arrivait-il ? se demandait Harry. Elle avait l’air d’une petite fille s’extasiant sur une part de gâteau au chocolat avec une cerise dessus. Cette comparaison faisait sourire Harry, il ne riait pas seulement pour ça mais aussi de sa timidité. Il ne savait plus quoi dire, ni quoi faire. Son rire gêné perdurait jusqu’aux oreilles d’Eve qui restait les bras ballants à le regarder. Bien décidé à briser cette gêne qui commençait à s’installer entre eux, Harry donna un coup à son bras. « C’est pas grave, je t’ai apporté un petit cadeau. Tu as faim ? » Il lui montra le sachet où il restait la dernière viennoiserie. « J’ai pensé à te faire plaisir. » Oubliant ses résolutions, il lui sourit de nouveau. Harry se maudit de se comporter comme un véritable adolescent à son premier rendez-vous.

u.c.


Dernière édition par Harry D. McPherson le Ven 5 Sep - 17:07, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité
Invité

MessageSujet: Re: evarry # i won't let you go twice   Mar 15 Juil - 22:36


Une playlist aléatoire, me permettant de découvrir de nouvelles chansons, dans les oreilles, je regarde défilé l’extérieur de la rame de métro. Je ferme les yeux, pour m’imaginer un nouvel environnement, quelque chose qui serait plus joli, plus appréciable au regard. Je m’imagine en vacances, loin de tout, de la cohue londonienne, des remarques incessantes de Sally sur ma vie amoureuse quasi-inexistante et des lettres anonymes qui arrivent régulièrement. SI au départ, les mots crus qui ornaient les lettres me choquaient, j’en suis presque arrivée à en avoir l’habitude. Je ne sais pas ce qui est le pire au final : recevoir ce genre de lettres ou en avoir l’habitude. Je soupire et occulte cette partie de ma vie pour me concentrer sur mes fausses vacances, quelque part au soleil, sûrement près de la mer, pour pouvoir passer des heures à lézarder sur la plage. J’oublie que je ne pourrai jamais faire ça, à moins de ressembler à une écrevisse et de finir à l’hôpital pour de sérieuses brûlures. M’imaginer en écrevisse me donne le sourire. Je rouvre les yeux, bien décidée à ne pas rater mon arrêt, comme un certain jour. Repenser à Harry me fait rougir et je ne peux m’empêcher de le chercher dans la rame de métro, malheureusement blindée comme chaque matin. Je soupire, déçue. Peut-être se cache-t-il parmi la foule de visages anonymes qui peuplent le métro ce matin ? Peut-être ne prend-il tout simplement plus le métro. Je soupire une deuxième fois. Ma fuite, plus que précipitée l’autre jour, l’aura sûrement effrayé. Me cramponnant à mon siège, je refais défiler la scène avec Harry, dans ces mêmes virages abruptes. J’imagine une fin différente, une fin où Harry m’aurait suivie sur le quai, une fin où je n’aurai pas eu à descendre, où je n’aurai pas eu tout simplement le temps de le faire, une fin où on aurait pu discuter plus longtemps. Relevant les yeux, je remarque que nous sommes arrivés à ma station, je me relève brutalement pour descendre sur le quai. Décidemment ! Augmentant ma cadence pour ne pas gêner, je suis les travailleurs anonymes de Londres vers la sortie la plus proche, à la recherche d’air frais. Je suis interrompue par une personne me barrant le passage. Ouvrant la bouche, prête à protester, je remonte mon regard vers celui – d’après les vêtements – qui m’oblige à m’arrêter. « Bonjour Eve ! J’attendais ce moment depuis longtemps figure-toi, donc ravi de te revoir. Comment vas-tu ? » Surprise, je referme la bouche, incapable de dire quoi que ce soit. Qu’est-ce qu’il fait là ? « J’espère que tu n’as pas été trop surprise de me voir, à l’endroit où tu m’as lâchement abandonné. » Ouch. Il rigole et m’attrape le bras pour qu’on ne gêne pas le passage vers la sortie.  « Harry ! Je, hum, suis surprise, oui. » Je rigole bêtement à mon tour, face à mon incapacité d’aligner une phrase sans hésiter. « Pardon, je ne m’attendais pas vraiment à te voir ici. Je vais bien merci et toi ? » Conversation : 0. Je suis tellement surprise par sa présence ici et son envie de me revoir. M’attendait-il vraiment ?

Mon regard ne peut s’empêcher de le détailler de la tête aux pieds. Je remarque, dans sa main, un sachet de la boulangerie qui se trouve sur le chemin pour aller au casino. Mon regard remonte vers son visage. Je m’arrête un instant sur sa bouche, luttant contre l’envie de la débarrasser des quelques miettes de la viennoiserie qu’il a du manger au petit-déjeuner. Un sourire s’installe sur mon visage. J’ai l’impression qu’il m’a bien attendue et qu’il a déjeuné ici. Mon cœur s’arrête un instant avant de reprendre à un rythme beaucoup plus rapide que d’habitude. Je n’ai pas l’habitude de ce genre d’attention et je ne sais pas quoi faire. Il me sourit de nouveau. Je me retiens de rire comme une idiote et de gémir comme une adolescente. « Non, c'est à moi de t'excuser Eve, je ne voulais pas te faire peur si c'est le cas. » Il est si attentionné, si prévoyant, si beau. Resserrant sa main autour de mon bras pour nous rapprocher du mur, je frissonne à son contact. « Je voulais te faire une surprise en t'attendant ici, dis-moi si elle est réussie. » Réussie ? J’acquiesce vivement, avec un grand sourire. « Je suis vraiment contente de te voir Harry ! Je suis désolée, pour la dernière fois. J’aurai largement préféré continuer ce trajet avec toi ! » Et te poser des milliards de questions pour connaitre ton parfum de glace préféré, l’endroit où tu habites, pour en apprendre plus sur tes photos et ta peinture. Mais ça, je le garde pour l’instant pour moi. Ça serait dommage de lui faire peur maintenant. Je regarde les gens s’éloigner vers la sortie, me demandant comment cette conversation va terminer. Si je m’écoutais et qu’il me demandait de partir avec lui tout de suite, je le suivrai sans hésitation. On pourrait faire le tour du monde, vivre d’amour et d’eau fraiche et… manger des chocolatines. Harry secoue un sachet d’une boulangerie que je connais trop bien. Je retiens mon souffle, prête à me pincer pour vérifier que je ne suis pas en train de rêver. « C’est pas grave, je t’ai apporté un petit cadeau. Tu as faim ? J’ai pensé à te faire plaisir. » Je finis par le faire, retenant un cri de douleur. J’éclate de rire et me jette dans ses bras. « Merci ! » Je me recule, rougissant face à mon enthousiasme un peu trop enthousiaste. Je viens de le serrer dans mes bras pour des chocolatines. Plus pathétique, tu meurs. « Désolée ! » Encore une fois. J’attrape le sachet, me traitant d’idiote. « Tu offres souvent des viennoiseries à des inconnues rencontrées dans le métro ? »

uc
Revenir en haut Aller en bas
 
evarry # i won't let you go twice
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2013-2014-
Sauter vers: