joshuaïs - don’t forget I’m just a girl, standing in front of a boy, asking him to love her.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: joshuaïs - don’t forget I’m just a girl, standing in front of a boy, asking him to love her.   Sam 8 Fév - 0:31

JOSHUA P. COOPER & ANAÏS E. MILLER-CHEVALIER
Don't forget I'm just a girl, standing in front of a boy, asking him to love her




Anaïs appliqua une troisième et dernière couche de fond de teint sur sa peau, encore très marquée par l’épisode de la vieille. Son maquillage, plus prononcé que d’ordinaire, cachait plus ou moins bien ses ecchymoses. Elle soupira. Joshua allait-il se laisser duper ? Comment allait-il réagir en la voyant aussi apprêtée, elle d’ordinaire si naturelle ? Restait aussi le problème de la fissure au coin de ses lèvres et des marques de coups sur ses bras. La jeune femme leva les yeux vers la pendule et jura en remarquant qu’elle n’avait plus beaucoup de temps devant elle. Son amant, très ponctuel, était sans doute en train de l’attendre. Elle enfila un pull à manches longues et appliqua un peu de rouge sur ses lèvres. Elle grimaça légèrement en l’appliquant, mais pris pourtant soin de terminer son entreprise. Elle se regarda une dernière fois dans le miroir et afficha un maigre sourire. Sur son visage, il ne restait plus rien des atrocités commises par Edward, mais à l’intérieur… Anaïs s’efforça de retenir ses larmes. Elle ne devait pas penser à ça… Si jamais Joshua venait à l’apprendre… A quoi bon en faire toute une histoire ? Edward avait perdu son sang-froid, elle l’avait poussé à bout… Après tout, elle l’avait bien cherché… En tout cas, c’est ce qu’elle n’arrêtait pas de se répéter. C’est ce qu’elle se disait à chaque fois que son mari levait la main sur elle. Je suis une femme indigne et infidèle, je mérite tout ce qui m’arrive…

« Tu m’as manqué… » dit-elle une fois arrivée chez Joshua. Il la serra alors dans ses bras. Elle réprima un cri de douleur. Edward ne l’avait pas loupée cette fois, ça faisait affreusement mal. « Que se passe t-il Anaïs ? » Anaïs se raidit davantage. Ce qu'elle craignait avait fini par arriver, Joshua se doutait de quelque chose. Mais comment l'en blâmer? Elle avait changé de comportement, s'éloignant de lui à mesure que les semaines passaient - il aurait fallu être aveugle pour ne rien remarquer. « Tu es sûre que ça va ? Edward était à la maison ? D'habitude tu es là plus tôt. » Elle soupira et se détacha de lui. « Non. Edward était au bureau ou Dieu seul sait où... » lâcha-t-elle dans un soupir. La dernière chose dont elle eût envie était de parler de son mari. Elle ne voulait pas non plus s'étendre sur son état, raison pour laquelle elle éluda tout simplement la question. « Comment ça va toi? Ça se passe bien avec lui? » Bien sûr, Joshua ignorait qu'Edward était au courant pour eux -et lui faire part de ce détail obligerait Anaïs à lui parler de ses ecchymoses, chose qu'elle redoutait plus que tout. « Et bien, j'ignore ce qui ne va pas avec lui. Il semble en colère en permanence, au début je me disais qu'il n'avait peut-être pas obtenu son contrat - tu sais comme il peut être capricieux quand il n'a pas ce qu'il veut, particulièrement dans son boulot - mais j'ai dû rédiger un compte rendu dessus alors je ne sais pas. Il me parle à peine » Anaïs ne répondit pas. Elle connaissait parfaitement bien son mari, probablement mieux que quiconque et ça ne l'étonnait pas plus que ça d'apprendre qu'il était devenu exécrable au travail. Elle n'était donc pas la seule à payer le prix de cette petite incartade?! Pauvre Joshua... Elle pouvait encaisser ses coups sans broncher, mais savoir qu'il pouvait s'en prendre à lui la rendait malade. « Tu crois qu'il se doute de quelque chose ? » Elle blêmit et détourna subitement le regard. Peut-être était-ce mieux de le mettre au courant?  « Anaïs tu vas me dire ce qu'il se passe à la fin ? » Visiblement inquiété par le mutisme de la jeune femme, Joshua passa sa main sur son visage, ce qui la fit grimacer. Anaïs se pinça les lèvres. Damn it, songea-t-elle tandis que ses yeux étaient rivés sur ses lèvres. Il venait de remarquer ses écorchures. Comment allait-elle pouvoir se sortir de ce mauvais pas? « Anaïs ... » Pour toute réaction, elle lui vola un baiser. « Tout va très bien, je suis juste un peu fatiguée... Arrête de t'inquiéter! » Elle tenta un sourire, mais qui croyait-elle tromper? « Arrête s'il te plait. Je te connais, et je sens bien que quelque chose ne va pas. On s'est toujours promis d'être honnête l'un envers l'autre. » La jeune femme leva les yeux au ciel. Tout cela allait beaucoup trop loin et s'ils continuaient cette conversation, elle allait finir par lâcher le morceau. Or, c'était la chose à éviter. « Mais puisque que je te dis que tout va bien! Pourquoi faut-il toujours que tu compliques tout?! » s'emporta-t-elle en se détachant brusquement de lui. « Il le sait. » Elle ne broncha pas, préférant lui tourner le dos pour cacher l'expression de son visage - une expression terrifiée, résignée, mais surtout épuisée. « Depuis combien de temps ? » Elle laissa échapper un soupir. A quoi bon continuer de lui mentir? Edward avait changé de comportement au bureau, Joshua s'en était rendu compte et les agissements de sa maîtresse n'avaient fait qu'accentuer ses soupçons. Certes, elle n'était pas ravie qu'il eût découvert la vérité, mais tant qu'il ignorait pour les coups, elle n'avait pas à s'inquiéter. « Trois semaines, un mois peut-être... » Joshua jura et se mit à tourner en rond dans la pièce. De toute évidence, il était en colère contre Anaïs. « Je suis vraiment désolée, je sais que j'aurais dû t'en parler, mais je voulais te protéger... Je... J'ai bien essayé de tout nier en bloc, mais Edward est très malin il... Il m'a fait suivre et quand il m'a balancé des photos de nous deux sous le nez, je n'ai pas eu d'autre choix que de passer aux aveux... » La jeune femme s'arrêta brusquement de parler, car elle avait peur de dire une bêtise. Elle passa donc sous silence l'affreux chantage auquel son époux se livrait, les ecchymoses sur son corps et le fait qu'elle avait juré avoir mis un terme à cette relation. « Pourquoi ne pas l'avoir quitté ? » Joshua ne pouvait pas le voir, car il lui tournait le dos, mais Anaïs haussa les épaules. Que pouvait-elle répondre à ça de toute manière ? Même si elle avait essayé, Edward ne l’aurait jamais laissé partir. Son mari était beaucoup de choses, mais ce n’était pas quelqu’un qui renonçait aussi facilement. « C'est vrai, après tout, il est au courant, votre mariage est terminé. Pourquoi ne pas l'avoir quitté ? » Cette fois-ci, la jeune femme serra les dents. « Parce que tu crois que c’est facile ?! » Joshua lui fit volte face. « Ça fait sept ans qu’on est marié, on… c’est pas aussi simple ! Je ne peux pas me contenter de faire mes valises et de tirer un trait sur toutes ces années… » Elle mentait, comme un arracheur de dents. Si ça n’avait tenu qu’à elle, elle aurait déjà entamé la procédure de divorce, mais il la tenait, elle ne pouvait rien faire. « Edward a beaucoup compté pour moi, il… il m’a sorti d’une phase difficile et… Essaye de comprendre bon sang ! Mets-toi à ma place ! » Si elle avait espéré donner le change en jouant la carte de l’attachement, Anaïs avait tout faux. Sa piètre tentative avait tout juste réussi à monter son amant contre elle, qui était désormais très en colère. Tout en se laissant tomber sur le canapé, il déclara, sérieux : « Je sais qu'il y a plus et ce qui m'embête, c'est que tu persistes à me mentir. Je te connais par cœur, malheureusement pour toi… » Anaïs se pinça les lèvres, forcée de constater qu’il venait de marquer un point –mais ça ne l’empêcha pas de s’enfoncer un peu plus profondément dans ses mensonges. « Mais qu’est-ce que tu vas chercher ? Il n’y a rien, rien du tout ! Edward est mon mari et que tu le veuilles ou non, c’est difficile pour moi de le quitter ! On avait des projets ensemble, on s’est aimé… Pourquoi tu refuses de comprendre… » Ses mots s’éteignirent dans un soupir et elle alla se placer derrière la fenêtre. De là, elle était sûre de ne pas pouvoir croiser le regard de Joshua et ça l’arrangeait, car elle était terrifiée à l’idée de plonger ses yeux dans les siens –sans compter qu’elle avait affreusement honte… Honte de lui mentir, honte de son comportement, honte de cette comédie qu’Edward l’obligeait à jouer et par-dessus tout, honte d’avoir épousé un type tel que lui. « Ça n'a pas été difficile pour toi de décider de le tromper pourtant si ? Et maintenant, tu oses me dire que c'est difficile ? » Joshua était injuste avec elle et sa remarque lui fit énormément de peine. Mais contrairement à ce qu’il semblait croire, ça ne suffirait pas à la faire passer aux aveux. « Anaïs, nous ne sortons pas des normes d'accord ? Des dizaines de personnes, de couples entament des procédures de divorce, et ce tous les jours. Alors arrêtes de raconter n'importe quoi ! » Pour toute réaction, elle se contenta d’hausser les épaules. Puis, après quelques minutes, elle finit par lui faire volte face. « Tu veux connaître la vérité Joshua ? Tu en es bien sûr ? » Il acquiesça. « La vérité, c’est que tu ne penses qu’à toi et tu refuses de comprendre le fait que ça puisse être difficile pour moi de changer de vie ! Toi, tu t’en fiches, t’as rien à perdre dans toute cette histoire… » A mesure qu’elle avançait dans son discours, Anaïs s’enfonçait et elle en avait pleinement conscience. Des larmes commencèrent alors à couler sur ses joues, à tel point qu’elles finirent par brouiller son champ de vision. Fatiguée de se disputer avec son amant, elle se laissa tomber sur un fauteuil et finit par fondre en sanglots. Contre toute attente, il fût le premier à baisser les armes. Joshua n’avait jamais supporté l'idée de la voir pleurer et ce fût tout naturellement qu’il vint s’accroupir devant elle et sécha ses joues. « Anaïs, qu'est-ce que c'est ? Qu'est ce que tu as fait ? D'où vient cette marque ? » La jeune femme se pinça les lèvres, de plus en plus mal à l’aise. En dépit de tous les efforts qu’elle avait fourni pour lui cacher ses ecchymoses, son maquillage avait fini par la trahir. Totalement paniquée, elle sortit alors la première chose qui lui traversa l’esprit, pourtant consciente que c’était la plus vieille excuse du monde et que son amant n’allait pas y croire une seule seconde. « Ça… » dit-elle en relevant la tête. « Rien. Je me suis cognée dans la porte du placard en voulant ranger des assiettes… Tu me connais, je suis tellement maladroite… » Joshua secoua simplement la tête et se releva. « Tes portes de placards ressemblent drôlement à des poings dis-moi. » Anaïs déglutit. Il avait compris. « Je reconnais les marques dues à un coup, crois-moi, j'en ai l'habitude. » Cette fois-ci, la jeune femme fronça les sourcils, car elle ne voyait pas très bien où il voulait en venir. « C'est lui qui t'as fais ça n'est-ce pas ? » Elle secoua d’abord la tête, puis elle ferma les yeux comme pour se persuader que cette scène n’était pas en train de se produire, que ce cauchemar n’avait jamais existé. En vain, car lorsqu’elle rouvrit les paupières, Joshua se tenait toujours devant elle, fermement décidé à obtenir une réponse de sa part. « Oui, mais ce n’est pas ce que tu crois. Je… J’ai été trop loin. Je l’ai mis en colère, je… Je suis désolée… »

« Tu n'es pas responsable. J'aurais dû le comprendre, c'était pourtant évident . Je suis tellement désolée Anaïs » La jeune femme ne savait plus très bien sur quel pied danser. D’un côté, il semblait toujours fou de rage qu’elle lui ait menti, mais sa réaction laissait aussi sous-entendre que quelque part, il comprenait sa décision. Ce comportement ne lui ressemblait pas du tout, car Joshua était plutôt le genre d’homme à aller droit au but, il ne faisait pas dans la demi-mesure. Aussi, lorsqu’il s’excusa de ne pas s’en être rendu compte plus tôt, la brunette se releva et passa ses bras autour de ses épaules. « De quoi est-ce que tu parles ? Tu te fais du mal pour rien. C’est ma faute, je passe mon temps à mentir, à tout le monde… C’est moi l’unique responsable, j’aurais dû quitter Edward, il y a bien longtemps déjà, mais… » Elle laissa sa phrase en suspend, car elle ne savait pas quoi ajouter et comme pour trouver un peu de réconfort, elle fit face à son amant et se blottit dans ses bras. « Serre-moi fort… » lui demanda-t-elle tendrement, mais sa requête sonnait presque comme une supplication. Il s’exécuta, mais la jeune femme mit rapidement fin à leur étreinte, intriguée par le comportement de son amant. Comme assailli par un flot de souvenirs qu’il ne souhaitait pas partager avec elle, Joshua avait la tête ailleurs. « Je te promets qu’on va trouver une solution… » Il leva les yeux au ciel et la brunette fit la moue. Ses propos étaient parfaitement incohérents et si elle s’efforçait de donner le change pour ne pas l’alarmer davantage, elle savait qu’en réalité, la situation était inextricable. « Est-ce que ça va? Je vois bien que quelque chose te perturbe… Tu veux qu’on en parle ? » Des milliards de questions se bousculaient dans son esprit. Elle aurait voulu lui demander ce qu’ils allaient bien pouvoir faire maintenant qu’Edward était au courant pour leur liaison, elle aurait aussi voulu lui parler du chantage odieux auquel il se livrait, elle aurait voulu fuir à l’autre bout du monde et tirer un trait sur toute cette histoire –mais malheureusement pour eux, on ne vivait pas d’amour et d’eau fraîche, cela aurait été trop facile. Alors, à défaut de pouvoir régler ses problèmes, Anaïs choisit de se concentrer sur ceux de l’homme dont elle était amoureuse.

Mais il ne semblait pas décidé à se confier. « Non ce n'est rien. Edward ne doit pas savoir que je suis au courant. T'a t-il dit ou fait autre chose à part ... Enfin tu vois… » Elle acquiesça, car elle savait parfaitement où il voulait en venir et le sujet était suffisamment délicat sans qu’ils n’ajoutent de l’huile sur le feu en s’étendant sur la question. « Non… Enfin, si… » avoua-t-elle en passant ses mains sur son visage. « Il m’a fait promettre de ne plus jamais te revoir. Pour lui, nous deux c’est fini… » Joshua fronça les sourcils. De toute évidence, il n’y comprenait plus rien, plus rien du tout. « Je lui ai dit que je mettrai un terme à tout ça et… » Et c’est ce qu’elle pensait faire, c’est ce qu’elle avait voulu faire il y avait de ça des semaines, mais elle finissait toujours par changer d’avis. Pourtant, elle savait qu’elle ne pourrait pas y échapper, car couper les ponts avec Joshua était pour elle l’unique moyen de le protéger d’Edward.

uc.  


Dernière édition par Anaïs E. Miller-Chevalier le Ven 26 Sep - 22:00, édité 21 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: joshuaïs - don’t forget I’m just a girl, standing in front of a boy, asking him to love her.   Sam 8 Fév - 0:47

ANAÏS E. MILLER-CHEVALIER & JOSHUA P. COOPER
Don't forget I'm just a girl, standing in front of a boy, asking him to love her




Joshua jeta un coup d'oeil sur sa montre. Il savait que s'échapper du domicile conjugal n'était pas chose aisée, mais d'ordinaire, Anaïs était plus ponctuelle. Où était-ce lui ? Dans tous les cas, il avait un mauvais pressentiment. Ces derniers temps, la jeune femme était plus secrète, comme si elle essayait de lui cacher quelque chose. Quant à Edward, il ne saurait dire quelle mouche l'avait piqué ! Il était irritable, sur les nerfs. Tout le monde l'avait remarqué. Un son le tira de ses pensées

« Tu m’as manqué… » lui dit-elle en l'enlaçant. Joshua la prit dans ses bras et il la sentit se contracter. Il s'écarta une seconde pour la regarder plus attentivement « Que se passe t-il Anaïs ? » Quelque chose clochait. Il ne l'avait jamais vu ainsi. Elle semblait distance et mal à l'aise, pourtant d'habitude si chaleureuse avec lui. Il ne comprenait mais il était évident qu'il avait un problème. « Tu es sûre que ça va ? Edward était à la maison ? D'habitude tu es là plus tôt. » La jeune femme se détacha de lui et répondit a la négative. « Non. Edward était au bureau ou Dieu seul sait où... » Il était évident qu'elle ne souhaitait pas parler de son mari, chose qu'il pouvait comprendre. Mais il sentait que c'était différent. Elle éluda la question -ou tout du moins elle essaya- et préféra changer de sujet. « Comment ça va toi? Ça se passe bien avec lui? » Joshua soupira à son tour. Il ne saurait dire. Son patron était devenu invivable ! Et pourtant il ne le côtoyait qu'au bureau. Dieu seul sait ce qu'Anaïs devait endurer une fois chez eux. « Et bien, j'ignore ce qui ne va pas avec lui. Il semble en colère en permanence, au début je me disais qu'il n'avait peut-être pas obtenu son contrat - tu sais comme il peut être capricieux quand il n'a pas ce qu'il veut, particulièrement dans son boulot - mais j'ai dû rédiger un compte rendu dessus alors je ne sais pas. Il me parle à peine » Joshua ne comprenait pas le changement si soudain d'Edward. Il faisait son travail consciencieusement , comme d'habitude. On ne pouvait rien lui reprocher. Pourtant, il sentait comme un poids au-dessus de sa tête qui menaçait de lui tomber dessus à tout moment. « Tu crois qu'il se doute de quelque chose ? » Il la vit blêmir « Anaïs tu vas me dire ce qu'il se passe à la fin ? » Il effleura sa joue du bout des doigts. Elle eut un mouvement de recul - chose qu'elle ne faisait jamais - et Joshua remarqua quelque chose sur son visage « Anaïs ... » La jeune femme l'embrassa mais Joshua n'était pas dupe. Il savait lorsqu'elle tentait de détourner son attention « Tout va très bien, je suis juste un peu fatiguée... Arrête de t'inquiéter! » Ca, ce n'était pas possible. Considérant tous les risques que comportaient leur relation, il lui était difficile de ne pas s'inquiéter. Joshua avait peur qu'il ne découvre tout et ne s'en prenne à Anaïs. Il avait un mauvais pressentiment « Arrête s'il te plait. Je te connais, et je sens bien que quelque chose ne va pas. On s'est toujours promis d'être honnête l'un envers l'autre. »

Anaïs leva les yeux au ciel. La jeune femme était beaucoup de choses, mais la condescendance n'avait jamais été un signe notable chez elle. « Mais puisque que je te dis que tout va bien! Pourquoi faut-il toujours que tu compliques tout?! » Joshua arqua un sourcil et croisa les bras. Elle était sur la défensive et il avait la sensation qu'elle essayait de le semer. A vrai dire, son comportement ressemblait de plus en plus à celui d'Edward. Elle semblait sur les nerfs, irritée. Puis il fut frappé par l'évidence. Il était au courant et la brunette tentait tant bien que mal de tout nier. Pourquoi cela ? C'était ridicule. Elle détestait son mari alors pourquoi mentir pour lui ? « Il le sait. » Ce n'était pas une question. Il en était convaincu et il n'avait pas besoin qu'elle le lui confirme. « Depuis combien de temps ? » Elle afficha une mine résignée et soupira. « Trois semaines, un mois peut-être... » Son visage se décomposa et il se mit à tourner en rond dans la pièce. Les choses venaient de prendre un nouveau tournant. Il ignorait ce qui l’embêtait le plus, qu'Edward connaisse la vérité ou bien qu'Anaïs lui mente depuis plus de trois semaines. « Je suis vraiment désolée, je sais que j'aurais dû t'en parler, mais je voulais te protéger... Je... J'ai bien essayé de tout nier en bloc, mais Edward est très malin il... Il m'a fait suivre et quand il m'a balancé des photos de nous deux sous le nez, je n'ai pas eu d'autre choix que de passer aux aveux... » puis elle s'arrêta de parler, tout simplement. Joshua, en revanche faisait toujours les cents pas. Il réfléchissait à toute vitesse. Les réactions d'Edward n'avait rien d'étonnante si on considérait le fait qu'il venait de découvrir que sa femme le trompait avec son bras droit. « Pourquoi ne pas l'avoir quitté ? » Il se tourna vers la jolie brune, incertain « C'est vrai, après tout, il est au courant, votre mariage est terminé. Pourquoi ne pas l'avoir quitté ? » Toute cette histoire était incohérente.

« Parce que tu crois que c’est facile ?! Ça fait sept ans qu’on est marié, on… c’est pas aussi simple ! Je ne peux pas me contenter de faire mes valises et de tirer un trait sur toutes ces années… » Joshua secoua la tête, il n'y croyait pas « Edward a beaucoup compté pour moi, il… il m’a sorti d’une phase difficile et… Essaye de comprendre bon sang ! Mets-toi à ma place ! » Il ignorait quoi répondre, ou bien quoi faire. Il se laissa tomber sur le canapé, il sentait toujours un poids. Comme si Anaïs se retenait. Joshua lâcha un soupir, las de toute cette situation. Il préféra ne pas répondre à ses remarques. « Je sais qu'il y a plus et ce qui m'embête, c'est que tu persistes à me mentir. Je te connais par cœur, malheureusement pour toi »

La brunette ne semblait pas satisfaite de sa remarque. Elle pinça les lèvres et lâcha, toujours aussi en colère « Mais qu’est-ce que tu vas chercher ? Il n’y a rien, rien du tout ! Edward est mon mari et que tu le veuilles ou non, c’est difficile pour moi de le quitter ! On avait des projets ensemble, on s’est aimé… Pourquoi tu refuses de comprendre… » Elle se posta devant la fenêtre, dos à lui. Il était incapable de la voir. Déterminé à lui faire cracher le morceau, il tenta le tout pour le tout « Ça n'a pas été difficile pour toi de décider de le tromper pourtant si ? Et maintenant, tu oses me dire que c'est difficile ? Anaïs, nous ne sortons pas des normes d'accord ? Des dizaines de personnes, de couples entament des procédures de divorce, et ce tous les jours. Alors arrêtes de raconter n'importe quoi ! » Joshua avait conscience d'avoir été odieux avec elle mais c'était nécessaire. Que lui cachait-elle de si important pour lui mentir aussi effrontément ? « Tu veux connaître la vérité Joshua ? Tu en es bien sûr ? » Le jeune homme opina. Il n'attendait que ça ! « La vérité, c’est que tu ne penses qu’à toi et tu refuses de comprendre le fait que ça puisse être difficile pour moi de changer de vie ! Toi, tu t’en fiches, t’as rien à perdre dans toute cette histoire… » Il n'en croyait pas ses oreilles ! Avait-elle seulement conscience de la teneur de ses propos ? Elle s’effondra en larmes sur le fauteuil, probablement aussi fatiguée que lui par cette dispute. Il avait beau être en colère, Joshua ne supportait pas de la voir pleurer. Il se leva et s'accroupit face à elle. Il chassa ses larmes délicatement puis s'arrêta. Il n'avait rien remarqué mais ses larmes venaient de découvrir une sorte de marque, de bleu « Anaïs, qu'est-ce que c'est ? Qu'est ce que tu as fait ? D'où vient cette marque ? » « Ça… Rien. Je me suis cognée dans la porte du placard en voulant ranger des assiettes… Tu me connais, je suis tellement maladroite… » Joshua secoua la tête. Non c'était faux. Puis quelque chose lui revint en mémoire, des souvenirs de son passé, avec sa mère. Puis tout se mis en place, les mensonges, les sauts d'humeurs d'Edward ... et j'en passe. Il se leva, mâchoires serrées « Tes portes de placards ressemblent drôlement à des poings dis-moi. » Il se tourna vers la brunette « Je reconnais les marques dues à un coup, crois-moi, j'en ai l'habitude. » Il s'arrêta. Anaïs n'était pas au courant de son passé et de ce que son père avait fait subir à son épouse durant des années. « C'est lui qui t'as fais ça n'est-ce pas ? » Joshua jura. Comment avait-il pu ignorer les signes ?

Au début, le premier réflexe d'Anaïs fut de nier mais finalement elle se ravisa. Il était grand temps d'avouer la vérité, même si Joshua avait déjà compris. Il avait besoin de l'entendre de sa bouche et les propos qui suivirent ne le surprirent guère. Le jeune homme avait l'impression d'entendre sa mère. Il repartait quinze ans en arrière. « Oui, mais ce n’est pas ce que tu crois. Je… J’ai été trop loin. Je l’ai mis en colère, je… Je suis désolée… » Il ne pouvait en entendre plus. Il se mit à faire les cents pas dans la pièce « Tu n'es pas responsable. J'aurais dû le comprendre, c'était pourtant évident . Je suis tellement désolée Anaïs » Ses propos étaient parfaitement illogiques mais il n'en avait à peine conscience. Sans qu'il ne s'en rende compte, Anaïs se leva et passa ses bras autour de ses épaules « De quoi est-ce que tu parles ? Tu te fais du mal pour rien. C’est ma faute, je passe mon temps à mentir, à tout le monde… C’est moi l’unique responsable, j’aurais dû quitter Edward, il y a bien longtemps déjà, mais… » Il ne l'écoutait que d'une oreille « Serre-moi fort… » Joshua s'exécuta mais c'était trop tard, son esprit était parasité par toutes les images de son passé. La brunette se détacha de lui sans qu'il ne s'en rende compte. . « Je te promets qu’on va trouver une solution… » Il leva les yeux au ciel. Combien de fois sa mère avait-elle répété cela ? Trop pour qu'il s'en souvienne. Il avait la sensation de repartir des années en arrière, le petit garçon effrayé et perdu qu'il était. Il ne voulait pas qu'elle le voit ainsi, ce temps là était terminé. « Est-ce que ça va? Je vois bien que quelque chose te perturbe… Tu veux qu’on en parle ? » Sa voix le sortit de ses pensées. Joshua secoua la tête. Non hors de question. « Non ce n'est rien. Edward ne doit pas savoir ce que je suis au courant. T'a t-il dit ou fait autre chose à part ... Enfin tu vois »

uc.
Revenir en haut Aller en bas
 
joshuaïs - don’t forget I’m just a girl, standing in front of a boy, asking him to love her.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Why Haiti Can't Forget Its Past
» People who say they sleep like a baby usually don’t have any.
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"
» ENEYA • « never forget where you came from »
» ♥ - Forget Your Past

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: