You can put the blame on me | Stephose

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: You can put the blame on me | Stephose   Ven 7 Fév - 15:12

Avec un sourire poli, je m'empare du sachet en papier qui contient soupe et délicieuses pâtisseries, me retenant d'en piocher une avant de me mettre en route. Je me sens un peu ridicule, comme si ses petites attentions tardives pouvaient corriger mes erreurs, effacer mon absence. C'est facile d'être là pour elle maintenant. Je vais mieux, elle aussi, il ne m'est plus impossible de fermer les yeux et il semblerait même que de bonnes choses se profilent à l'horizon pour moi. J'efface le sourire niais qui s'affiche sur mon visage tandis que je tourne au bout de la rue, effaçant l'image de Jason de mon esprit. Je dois penser à June. Même s'il est un peu trop tard et que j'ai sûrement irrémédiablement brisé quelque chose entre nous. Nous avons toujours été proches d'une manière qui nous est propre, sans trop d'étalage de sentiments ou de déclaration d'amour et de soutient inconditionnel. Mais jusque là, j'avais su lui montrer qu'elle pouvait compter sur moi le moment venu. Mais mon égoïsme m'a finalement rattrapé. J'ai fuit la situation, essayé de m'épargner. En faisant ma valise précipitamment et en emmenant Calixte dans mon sillage pour ne pas me retrouver à boire seule dans une chambre d'hôtel italienne pendant trois semaines, je n'ai pas pensé à ma cousine. Ou à qui que ce soit. Et je n'ai pas d'excuses, je ne peux pas me racheter. Il faut juste que j'essaie de réparer les dégâts.

J'arrive finalement devant le charmant immeuble où June a trouvé refuge, chez un ami dont j'ignore absolument tout. Mais j'ai préféré ne pas poser de questions auxquelles je ne suis pas en droit d'avoir de réponse. Ma cousine devrait être rentrée de sa physiothérapie, si les horaires qu'elle m'a fourni sont exactes. Et si je suis bel et bien à la bonne adresse. J'appuie sur un bouton de l'interphone et la porte s'ouvre dans un bourdonnement. Je frappe finalement à la porte, me préparant à brandir mon offrande en signe de paix pour éviter tout possible accès de colère mais la silhouette qui vient m'ouvrir est un peu trop masculine pour être celle de June. Son visage m'est vaguement familier, mais considérant que je vis dans la même ville depuis maintenant vingt-trois ans et que j'ai une excellente mémoire visuelle, il n'est pas étonnant que je reconnaisse du monde. Et je suppose donc que je viens de poser un visage sur l'ami mystère, sauf si ma chère cousine m'a leurré dans un piège en vue de se venger. « Hum, bonjour. Je viens voir June. June Foster? Je suis sa cousine, Rose, elle m'a donné cette adresse et je pensais qu'elle serait là. Je peux repasser plus tard si vous voulez. » Je doute que les amis de June soit mes amis en ce moment et un petit café en attendant son retour risque d'être des plus étranges.

uc
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: You can put the blame on me | Stephose   Sam 22 Fév - 23:45

La lueur du soleil qui traverse les rideaux de mon salon, me tire de ma sieste imprévue. Je n'aime pas les réveils, sous n'importe quelle forme ! Je me réveille avachi sur mon bureau où l'une des copies de partiel s'était collé à ma joue. Je me masse les tempes et les yeux afin de reprendre mes esprits. J'essaye de me rappeler si j'ai rêvé ou non. Mais je ne rêve pas, jamais. Enfin, je suis sûr qu’à un moment ou un autre de mon sommeil, il doit y avoir des images et autres inepties qui défilent dans mon inconscient. J’ai cru comprendre que cela arrivait à tout le monde. Mais je ne me souviens jamais de mes rêves et ça, apparemment, ça n’arrive à personne. Alors je pars du principe que je ne rêve pas. J'abandonne mes copies le temps de retrouver la force et l'envie de me plonger à nouveau dans une cinquantaine de partiels à corriger. S'il y a bien une chose qui m'exaspère d'être professeur, c'est bien les corrections d'examens. Je me rends dans la cuisine pour faire du café et prendre une bière. En attendant d'avoir mon café, je mets en route un album de Bob Dylan avec la bière à la main, pour essayer d'oublier les absurdités que j'ai lues dans les copies de mes élèves. J'entends quelqu'un frapper à la porte quelques instants après les premiers accords de guitare sur "One More Night". Je regarde l'heure afficher sur l'horloge murale, c'est sûrement June qui rentre de sa physiothérapie et qui a encore oublié ses clefs. Elle a enfin compris qu'il ne fallait plus forcer ma porte d'entrée, et elle ne peut plus se faufiler par la fenêtre avec sa fracture. Je pose ma bière sur la table basse de mon salon avant d'ouvrir la porte à June.
Je fronce légèrement les sourcils en voyant une jeune femme brune portant un sac en papier dans ses bras. Ça, ce n'est pas June ! « Hum, bonjour. Je viens voir June. June Foster? Je suis sa cousine, Rose, elle m'a donné cette adresse et je pensais qu'elle serait là. Je peux repasser plus tard si vous voulez. » Durant quelques instants, j'hésite à lui dire qu'elle s'est trompée d'appartement et qu'il n'y a pas de June Foster ici. Personne n'est censé savoir pour elle et moi, même si nous ne sommes pas un "couple" à proprement parlé ! Il faut seulement que personne ne soit au courant pour nous. Alors c'est elle, la fameuse Rose ?! Elle est plus charmante que June ne me l'avait mentionné lorsqu'elle m'a parlé de sa cousine par le passé. « Elle est absente pour le moment. Elle a un rendez-vous avec l'un de ses médecins, je pense qu'elle ne devrait pas tarder à rentrer. Tu peux rester pour l'attendre plutôt que d'attendre avec ce froid. » Je pousse la porte pour l'inviter à entrer dans l'appartement. J'évite pour le moment de lui donner mon prénom ou mon nom, après tout c'est une étudiante d'Oxford, et elle pourrait rapidement faire le rapprochement. Il n'y a pas énormément de professeurs Gréco-Anglais à Oxford, je dois bien être le seul ! C'est assez étrange de me retrouver face à elle, et je m'interroge sur sa venue. Pourquoi maintenant ? Aux dernières nouvelles, elle n'a pas fait attention à sa cousine depuis les vacances, et elle n'était pas là lors de son accident ou de sa convalescence.

U.C.

Revenir en haut Aller en bas
 
You can put the blame on me | Stephose
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Can't Blame White People.
» 01. [Appartement Pillsbury/Schuester] Blame It on the Alcohol !
» I blame you for the moonlit sky (le 25 juin à 23h)
» Blame On It
» 'cause i'm only human after all, don't put your blame on me. (sully)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: