JESSIE ∞ meeting with a pizza

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: JESSIE ∞ meeting with a pizza   Dim 29 Déc - 23:27



MEETING WITH A PIZZA

jessie jenzel & alec j. russell


Depuis un moment, Juliet n’allait pas si bien que ça. Je ne la voyais pas beaucoup ces temps-ci, du moins pas autant que je le voudrais, et en plus de ça, je n’ai pas vraiment envie d’aller la voir avec l’autre dans les parages. Je sais qu’elle est heureuse avec lui, mais je ne sais pas, ce n’est pas une relation vraiment seine pour elle, ce n’est pas le genre de copain qu’elle devrait avoir. Ca m’énervait, mais je n’avais pas envie de la voir s’il était dans les parages. En plus, j’avais besoin de ma sœur en ce moment, à cause du fait que Cassie soit enceinte, et tout ça, j’avais vraiment besoin d’un soutient, mais je ne pouvais pas me permettre de lui en parler et de l’accabler alors qu’elle avait déjà ses propres problèmes à régler. La dernière fois qu’on s’était vu, ça faisait une semaine, voire deux environ. Et tout ce que j’avais retenu de la conversation qu’on avait eu, c’était que sa meilleure amie, Jessie, serait de passage à Londres bientôt pour venir la voir et pour faire d’autres trucs.

Tiens ! Mais d’ailleurs ! Si Jessie était à Londres, ça veut dire qu’elle était disponible pendant certains moments, et que donc, je pouvais peut être lui proposer de sortir, et par conséquent demander des trucs sur Juliet. Et puis en plus, pour dire ce qui est, ce n’était pas déplaisant de sortir avec Jessie. Enfin pas de sortir avec en tant que couple, mais aller quelque part avec elle. Elle était très jolie, et très sympa aussi. Enfin, du peu que je l’avais vu, je m’entendais bien avec elle au moins. Enfin bref, il me semblait que j’avais gardé son numéro depuis la dernière fois qu’on s’était vu, à savoir l’anniversaire surprise de Juliet. J’allais peut être pas l’appeler, mais pourquoi pas lui envoyer un texto. Oui, j’étais intimidé, et je ne me voyais pas l’appeler. Bref. « Hey ! Salut, c’est Alec, le frère de Juliet. J’ai appris que tu étais dans les parages, si je ne me trompe pas, et je voulais savoir si je pouvais me permettre de t’inviter à diner, disons à sept heures, au Portobello. Si tu as besoin d’un chauffeur, je suis à toi, sinon, on se rejoint à l’entrée. Qu’en dis-tu ? » C’était un peu cash comme question, vu qu’on ne s’était pas vu depuis un moment, mais il fallait vraiment que je parle à quelqu’un par rapport à ma sœur.

Bref, je n’eus pas longtemps à attendre avant d’avoir une réponse positive. Un sourire s’affichait sur mon visage. C’est vrai, c’était agréable de savoir que j’allais diner avec une jolie fille. Mais bon, j’avais également autre chose en tête. Je m’étais habillé de façon assez chic, mais pas trop. Une chemise à carreaux au-dessus d’un tee-shirt blanc simple, avec un jean. Du basique quoi. Mais en général, c’est ce qui plaisait, le naturel. Enfin bon, ce n’était pas le but. Il était sept heures moins dix, et le restaurant se trouvant à deux pas de chez moi, je me mettais en route pour rejoindre Jessie. J’étais arrivé devant le restaurant, et elle n’avait pas l’air d’être là pour l’instant. Mais j’eus à peine deux minutes à attendre pour voir débarquer une magnifique rousse qui m’était familière. « Jessie ! » criais-je pour l’interpeller. Elle se retournait vers moi avec un sourire. Je m’approchais d’elle. « Tu es ravissante ! » lui dis-je, avant de me rappeler que non, le but de la soirée n’était pas de la draguer. Je reprenais mes esprits. « On entre ? La table est réservée normalement. » lui proposais-je avant de lui tendre mon bras pour l'accompagner.


love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: JESSIE ∞ meeting with a pizza   Ven 3 Jan - 20:31

Etre dans un hôtel, ici à Londres, voilà une sensation étrange. Londres, c'est ma ville après tout. Je n'y suis peut-être pas née, mais j'y ai passé les années les plus importantes et les plus formatrices de ma vie, j'y ai rencontré des gens géniaux, j'y ai commencé ma carrière. Les théâtres du West End, mon vieil appart de Camden, mes restos préférés de Chinatown. Tout est familier, mais étrangement différent. La chambre est évidemment belle comme tout, j'ai les moyens après tout maintenant et je connais les coins les plus sympathiques. Mais les draps soyeux et la jolie baie vitrée ne font pas un foyer. Il est à Cambridge maintenant, avec Juliet. Ce qui n'empêche que je dois m'y habituer et apprendre à renoncer à Londres. J'y reviendrai sans doute, après tout, c'est le coeur de la vie britannique, surtout pour quelqu'un dans ma branche. J'observe ma valise ouverte et la moitié de mes fringues étalées au sol, la coiffeuse désordonnée et la tasse de thé trônant sur le rebord de la fenêtre. Un large sourire apparaît sur mon visag et je me sens déjà un peu mieux. Il suffit de savoir comment se sentir chez soi. Et jamais mon chez moi n'aurait été aussi bien rangée. J'ai spécifié que je ne voulais pas que la femme de ménage vienne avant la fin du séjour et me satisfais de ce compromis. Je secoue la tête et consulte mon téléphone pour y découvrir un message d'Alec. Ah. Oui certes.

Je soupire mais réponds néanmoins par l'affirmative. Il faut bien que je lui parle après tout, il s'inquiète. Possiblement à raison. Je ne dis pas qu'il y a de quoi se faire un sang d'encre mais la vie de ma meilleure amie est pour le moins agitée. Et son comportement ces derniers temps n'a sans doute pas été des plus sains. J'admets volontiers me faire du soucis également. Mais je l'admets à Ludwig, certainement pas à Alec Perfect Russell. Il vaut mieux pour tout le monde qu'il ne fourre pas son nez de trop près dans le linge sale de sa soeur. Il ne comprend pas son - mon ? - mode de vie et nos façons de faire. Il ne saurait pas gérer. Non, le jour où j'aurais besoin qu'il intervienne sera sans doute un jour plutôt terrible que je n'ai pas envie de voir venir. Pour l'heure, m'assurer que Juliet va relativement bien et ne se fourre pas dans des ennuis est ma responsabilité. Il y a des glissements, mais je pense pouvoir gérer. Et c'est ce que je dirais à ce cher Alec. En attendant, j'ai des interviews à préparer et un rendez-vous avec une compagnie de sécurité à prendre. Précisément pour veiller à ma tranquillité et à celle de Juliet. Parce que le sociopathe à l'omelette était peut-être inoffensif mais peut-être que d'autres illuminés ne le seront pas. Et sans vouloir prendre la grosse tête, Lennon a bien été assassiné par un de ses fans et les Potterheads sont les dignes successeurs de la Beatlemania.

Je me penche vers le miroir de la coiffeuse, applique une légère couche de poudre, histoire de ne pas avoir la peau luisante dans les lumières du restaurant et disperse un peu de parfum dans le creux de mon cou. J'attrape la robe bleue avec de petits oiseaux noirs qui traînent au pied du lot, me bat un moment avec mes collants et la fermeture de mes bottes, mais me trouve finalement prête et dans les temps en plus. J'enfile mon épais manteau pourpre et dévale les escaliers pour trouver le taxi que j'ai appelé un peu plus tôt. Il ne lui faut pas longtemps pour fendre la foule londonienne, dont je m'imprègne avec délice. L'accent cockney du cabbie m'arrache un léger sourire et je lui fais la conversation d'un ton enthousiaste le temps de notre bref trajet. « You have a good night love ! » lance-t-il alors qu'il me dépose à deux pas du restaurant. Je lui retourne al salutation et me dépêche le long du trottoir, craignant de faire attendre l'indéniablement ponctuel jeune docteur. Je souris à son compliment et lui dépose une bise rapide et légère sur la joue « Salut Alec ! Tu n'es pas si mal de ton côté. » Je lui glisse un léger clin d'oeil, avant de lui prendre le bras et de le suivre à l'intérieur du coquet restaurant, où une table nous attend en effet. Les lumières tamisées, les nappes à carreaux rouges et blancs et les paniers entourant les bouteilles de vin donnent un côté très Belle et le Clochard à ce dîner. « Un verre de Merlot et une Reine pour moi s'il vous plaît ! » dis-je sans même demander le menu. C'est plutôt standard et il devrait bien avoir ça en stock. Je reporte finalement mon attention sur mon interlocuteur et engage la conversation « Alors, comment tu vas? Tu t'habitues à la follie vie londonienne? Je t'envie un peu en vérité, en dehors du tournage, Cambridge peut être un peu... mort. Mais on s'amuse hein et puis je ne vais pas me plaindre ! » Ce serait gonflé et même moi je n'ai pas tant de culot. « Daddy Russel se fait à l'idée que sa fille est une star en devenir? » Je ris légèrement, imaginant la tête du brave doyen d'Oxford en voyant le nom de sa chère fille dans les magazines et son visage sur grand écran. Une fille actrice, quelle tragédie. Il devrait vraiment prendre contact avec ma mère, faire un club de parents snobs et déçus. Mais mieux vaut ne pas penser à ça. J'avale une gorgée du vin que l'on vient de m'apporter et force est d'admettre qu'elle est agréable. Et dire que la soirée ne fait que commencer...
Revenir en haut Aller en bas
 
JESSIE ∞ meeting with a pizza
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» pizza
» La pizza...
» Meeting with the infinity [TERMINE]
» Elizabeth - Jessie
» Jessie Sanders (Gryffondor)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: