henry&nancy - that's called harassment

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: henry&nancy - that's called harassment   Mer 13 Nov - 22:07


Le tournage des Maraudeurs est l’évènement de cette fin d’année 2O13. Tout le monde en parle, tout le monde s’y intéresse. Bien évidemment, la reine des cancans ne dérobe pas à la règle. Quoi que pour ma part, je suis bien plus intéressée par la vie privée des acteurs que par leurs rôles de petits sorciers. Prenons Juliet Russel par exemple. Saviez-vous qu’elle avait une liaison avec son ancien professeur ?! Ça faisait un petit moment que des rumeurs circulaient à ce propos, mais la jeune femme me l’a confirmé lorsqu’elle est venue sur le plateau. Il y a bien un homme dans sa vie. Un homme légèrement plus âgé dont elle se dit pourtant folle amoureuse. A partir de là, j’aurais pu laisser couler, c’est vrai… mais j’ai toujours adoré creuser sous la surface. Je veux savoir ce que monsieur Howard en pense et comment il vit la soudaine notoriété de la jolie blonde ? Jalouse-t-il les hommes qui la côtoient ou tous ses fans naissants ? Pense-t-il que leur relation survivra au tournage ? Comment feront-ils quand elle sera devenue une superstar ? Je veux TOUT savoir. Voilà pourquoi je fais le piquet devant un petit café, frigorifiée dans ma petite robe. Après quelques minutes d’une attente qui m’a paru interminable, il ressort enfin du café. Au départ, il me dépasse sans même m’adresser un regard. Puis, il revient sur ses pas. Il était temps. Ça fait quand même un certain temps que je le file. Beaucoup à sa place auraient déjà appelé les flics.

« Vous allez me suivre comme ça longtemps ? » C’est moi ou il a l’air légèrement contrarié ?! « Parce qu’on m’a pas proposé le rôle de Christian Grey vous vous en doutez » reprend-t-il sans même me laisser le temps de répondre à sa question. « Vous savez ce que je pense des gens comme vous ? » Non, mais quelque chose me dit que ça risque d’être intéressant ! « Je pense que vous vous intéressez à la vie des autres de manière aussi malsaine parce que personne ne s’est jamais intéressé à la vôtre, vous pensez très intelligent et ça l’est sans doute de monter tout un business sur l’exhibition de la vie personnelle de ces personnes que vous croyez détester parce qu’elles sont plus belles, plus riches, et moins invisibles que vous, et à qui vous offrez finalement votre vie entière, mais dans le fond les gens vont rire cinq minutes devant votre émission et après vous serez indéniablement face au même problème, la même question. Qu’est-ce que ça vous apporte ? Vous vous sentez mieux ? Moins seule ? Plus aimée ? » J’écarquille les yeux et le fixe avec incrédulité. Même si j’adore me faire hurler dessus, j’apprécierais qu’il ralentisse un peu le débit. Comment suis-je censée répondre à ses interrogations s’il ne me laisse pas le temps d’en placer une ? « La vérité Mademoiselle Davis, et je ne nie pas que c’est triste, c'est qu'il ne vous restera rien après ça, en dehors du fait de vivre avec l'idée que vous n’avez rien fait de bien dans votre vie et que vous êtes devenus comme eux. Si j’étais vous je commencerais dès maintenant une carrière dans l’humanitaire. » Un rire m’échappe. « Vous pensiez sans doute m’impressionner avec votre beau discours, je me trompe ? » Dire que ses propos ne m’ont fait ni chaud ni froid serait un mensonge, mais il en faut bien plus pour m’atteindre. Dans ce métier, on nous prépare à ce type de situation. Même si ce n’est jamais facile à entendre, on finit par se faire une raison. « Parce que c’est mal me connaître… Au risque de vous décevoir, ce qu’on pense de moi ne m’intéresse pas ! Contrairement à ce que vous semblez croire, je ne suis pas un monstre… Je me contente de faire mon travail et m’immiscer dans la vie des gens en fait partie, je suis désolée ! Maintenant, si vous voulez me faire la leçon, allez-y… je trouve ça fascinant de vous écouter parler ! Je comprends mieux pourquoi Miss Russel s’est laissé séduire… » Un sourire narquois vient se loger sur mes lèvres. Howard me fixe toujours l’air furibond. Sans vouloir m’accorder plus d’importance que je n’en ai, je ne pense pas être très loin de la vérité en disant qu’il me déteste. « Juste par curiosité, vous étiez sérieux tout à l'heure en disant qu'on vous avait proposé le rôle de Christian Grey ?! » Je dois avouer que ça lui irait plutôt bien… « J'étais sérieux tout à l'heure quand je vous ai dit qu'on ne me l'avait pas proposé. En réalité c'était une subtile manière de vous inciter à aller ennuyer quelqu'un d'autre. » Je le répète, il me connaît très mal. « Désolé de vous décevoir! Mais vous savez, si vous acceptiez de répondre à mes questions ou de me donner, ne serait-ce qu'un petit scoop, je cesserai de vous faire perdre votre précieux temps... » Moi? Légèrement ironique sur les bords? Peut-être oui. En tout cas, ce qui est sûr, c'est que j'adore chercher la petite bête...

« Come on vous n'avez pas besoin de scoop, vous n'avez qu'à l'inventer, vous êtes une femme créative mademoiselle Davis ! Dîtes leur que je suis allergique aux olives et que Juliet est vierge.» Je roule des yeux. « Je me suis renseignée sur votre chère-et-tendre et on sait tous les deux que ce n'est pas son genre... Notre petite Juliet a un sacré passé avec les hommes... Il paraîtrait même qu'en matière de relations prohibées, elle n'en serait pas à son coup d'essai... » Est-ce que je vais trop loin? « Quant à vous... Honnêtement? Qu'est-ce que vous risquez à répondre à mes questions? Je n'ai pas l'intention de vous traîner dans la boue... Juliet est une jeune femme ravissante et talentueuse. Voir votre nom associé au sien dans les magazines n'aurait rien de dramatique, bien au contraire... » J'ai parfaitement conscience du fait que Mr. Howard se moque bien du faste et de la célébrité et que dorer son image l'importe peu. Mais je veux mon scoop et je ne le lâcherai pas temps qu'il ne m'aura pas donné quelque chose d'intéressant à me mettre sous la dent.
uc. WHAT A FACE !


Dernière édition par Nancy A. Davis le Sam 11 Jan - 19:23, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: henry&nancy - that's called harassment   Ven 15 Nov - 13:44

J’entre dans un café d’assez mauvaise humeur, luttant pour ne pas l’infliger aux pauvres humains qui pourraient croiser mon chemin. Ma dispute avec Amy m’a évidemment profondément marqué et si j’ai tenté de ne pas prendre la remarque à propos de Violet pour moi, l’agacement me saisit toujours quand je me remémore les mots exacts de son reproche. Pas de nouvelles depuis quelques jours, un patient qui décommande deux heures avant son rendez vous alors que j’aurais pu prendre un train pour déjeuner avec Juliet, et enfin Nancy Davis qui croit que je ne l’ai pas remarquée alors qu’elle me suit depuis des jours, vous vous doutez bien que la manœuvre a raison de toute tentative de retenue pour aujourd’hui. Alors que je m’apprêtais à fuir avec mon gobelet en plastique mal orthographié de l’un des prénoms les plus portés au Royaume Uni, je reviens sur mes pas pour cette fois faire preuve d’une sincérité cinglante qu’on me connaît particulièrement depuis quelques jours. « Vous allez me suivre comme ça longtemps ? » Je lui lance sans la moindre nuance de sympathie dans la voix avant de reprendre sans même lui laisser une seconde pour répliquer. « Parce qu’on m’a pas proposé le rôle de Christian Grey vous vous en doutez. Vous savez ce que je pense des gens comme vous ? Je pense que vous vous intéressez à la vie des autres de manière aussi malsaine parce que personne ne s’est jamais intéressé à la votre, vous pensez très intelligent et ça l’est sans doute de monter tout un business sur l’exhibition de la vie personnelle de ces personnes que vous croyez détester parce qu’elles sont plus belles, plus riches, et moins invisibles que vous, et à qui vous offrez finalement votre vie entière, mais dans le fond les gens vont rire cinq minutes devant votre émission et après vous serez indéniablement face au même problème, la même question. Qu’est-ce que ça vous apporte ? Vous vous sentez mieux ? Moins seule ? Plus aimée ? La vérité Mademoiselle Davis, et je ne nie pas que c’est triste, c'est qu'il ne vous restera rien après ça, en dehors du fait de vivre avec l'idée que vous n’avez rien fait de bien dans votre vie et que vous êtes devenus comme eux. Si j’étais vous je commencerais dès maintenant une carrière dans l’humanitaire. » « Vous pensiez sans doute m’impressionner avec votre beau discours, je me trompe ? » Kind of. Je fronce cependant les sourcils ne comprenant pas pourquoi c'est moi qu'elle précisément décidé d'ennuyer aujourd'hui. Après tout Norrington ferait une bien meilleure cible et lui ferait objectivement vendre bien plus qu'un professeur d'université écrivain psychiatre, peut importe ce qui l'intéresse vraiment chez moi d'ailleurs. Mais elle reprend sur la défensive me faisant lâcher un long soupir à l'idée du discours qui se profile visant sans doute à me dire à quel point mes mots ne la touchent pas et à quel point elle au dessus de ça, parce que c'est ce que font les gens qui ont littéralement besoin qu'on sache qu'ils sont forts et intouchables parce qu'eux même n'en sont pas tout à fait convaincu. « Parce que c’est mal me connaître… Au risque de vous décevoir, ce qu’on pense de moi ne m’intéresse pas ! Contrairement à ce que vous semblez croire, je ne suis pas un monstre… Je me contente de faire mon travail et m’immiscer dans la vie des gens en fait partie, je suis désolée ! Maintenant, si vous voulez me faire la leçon, allez-y… je trouve ça fascinant de vous écouter parler ! Je comprends mieux pourquoi Miss Russell s’est laissé séduire… » Je grimace lorsqu'elle évoque Juliet une fois de plus. Je n'ai aucune envie de lui donner la satisfaction d'un scoop sur ma relation avec l'actrice alors même que ma propre famille en saurait beaucoup moins, ainsi je ne commente pas la laissant poursuivre à un débit concurrençant ma toute nouvelle connexion internet. « Juste par curiosité, vous étiez sérieux tout à l'heure en disant qu'on vous avait proposé le rôle de Christian Grey ?! »  Je secoue la tête consterné par tant d'âneries en espérant que la suite de la conversation s'arrange mais sans grand espoir cela dit. « J'étais sérieux tout à l'heure quand je vous ai dit qu'on ne me l'avait pas proposé. En réalité c'était une subtile manière de vous inciter à aller ennuyer quelqu'un d'autre. » Mais comme prévu, elle ne lâche pas l'affaire, et je dois faire preuve d'un grand sang froid pour me contrôler. « Désolé de vous décevoir! Mais vous savez, si vous acceptiez de répondre à mes questions ou de me donner, ne serait-ce qu'un petit scoop, je cesserai de vous faire perdre votre précieux temps... » Je secoue la tête. « Come on vous n'avez pas besoin de scoop, vous n'avez qu'à l'inventer, vous êtes une femme créative mademoiselle Davis ! Dîtes leur que je suis allergique aux olives et que Juliet est vierge.»

uc
Revenir en haut Aller en bas
 
henry&nancy - that's called harassment
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» reese ∞ there is a land called passiva-agressiva and i'm their queen.
» poor little hoppy thing called love + (arthur&eerikä)
» [ Fini] A little thing called love... ft Garihaya Jun
» Lily Wetherhold - I've battled demons that won't let me sleep. Called to the sea but she abandoned me
» crazy little thing called love ☆ (ft. Sloan)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: