seraphine&jacob - unexpected, happy encounter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: seraphine&jacob - unexpected, happy encounter   Mer 19 Juin - 23:26

SERAPHINE&JACOB -  UNEXPECTED, HAPPY ENCOUTER
Vous êtes-vous déjà demandé à quoi ressemblerait votre vie si vous sortiez soudainement de l’anonymat ? Si votre nom était placardé aux quatre coins de la ville ? Votre image commercialisée ? Votre voix raisonnant dans des millions de postes télévisés ? Et si vous étiez connu dans le monde entier ? Avez-vous songé aux changements que cela engendrerait ? Aux difficultés que vous seriez amené à rencontrer si toutefois votre rêve le plus fou venait à se concrétiser ? Seriez-vous capable de concilier les deux facettes de votre personnalité ? De faire la différence entre le personnage public et la personne qui se cache sous ces artifices ? A y songer un instant, n’êtes-vous pas effrayé ? Des hordes de fans en délire, de l’argent à l’appel, un confort de vie auquel on ne vous avait pas habitué – et l’impression de vivre un rêve éveillé. Les premiers mois sont incroyables, inimaginables. Vous vous dîtes que la vie vous sourit enfin, que c’est légitime, que vous méritez tout ce qui vous arrive. Les personnes qui vous accostent dans la rue vous donnent le sourire. Quelque part vous êtes fiers, vous avez l’impression d’être quelqu’un et puis… le temps passe, comme partout : la routine s’installe.  Je sais ce que c’est, je suis passé par-là. Au départ, cette expérience me stimulait. J’étais excité comme un gamin peut l’être en ouvrant ses cadeaux le matin de noël. Tout était nouveau, incroyablement beau et je m’émerveillais d’un rien. Puis, j’ai découvert les travers du métier… Certes, je ne suis pas à plaindre, mais prétendre que la vie de célébrité n’a que des avantages serait un mensonge éhonté. Tranquillité, vie privée et shopping en ville sont bien rapidement devenus des luxes dont j’ai finalement appris à me passer. Progressivement, la joie des débuts s’est essoufflée pour laisser place à la banalité du métier. Mais ne vous fiez pas à mes propos, car je suis avant tout un acteur désabusé. Est-ce seulement possible à 2o ans ? Je suis au regret de l’affirmer. D’un autre côté, je n’aime pas ce que je fais. Contrairement à des acteurs à qui on mange dans la main (n’est-ce pas Mac-Adam ?), je n’ai pas la chance de crouler sous les scénarios. Sous contrat pendant six saisons, je me retrouve coincé avec Javier Hernandez, mon personnage, cet être maudit. J’ignorais qu’en signant avec Disney Channel, j’allais me passer la corde au cou… Me voilà donc contraint de vanter les mérites de la chaîne et de feindre un bonheur des plus complets lorsque je donne des interviews. Ressemblez-vous à Javier, Jacob ? On a vraiment l’impression qu’il vous tient à cœur… FOUTAISES ! Comme n’importe quel travailleur, je fais ce qu’on me demande –mais qu’on ne se méprenne pas, je n’éprouve aucun plaisir en le faisant. En tout cas, ça ne m’est pas arrivé depuis longtemps.

Je choute dans une canette, mais finis par la ramasser –rappeler à l’ordre par une vieille dame qui me fusille du regard. Les rues de Cambridge sont anormalement calmes ce matin. Ou bien est-ce toujours comme ça, ici ? Comment savoir ? Je passe la plupart de mon temps dans la capitale. Ce que je fais dans le coin? Je fuis mon agent et accessoirement ma prétendue petite-amie. C’est le bordel dans ma vie. Mes fans m’étouffent, mon agent (bien qu’il soit aussi mon meilleur ami) m’emmerde et ma famille ne veut rien entendre. Selon eux, je dois arrêter de me plaindre, chanceux que je suis ! J’ten foutrais moi !

« OH MY GOD ! GIRLS ! GIRLS ! LOOK OUT ! THIS IS JACOB ! THIS IS JACOB KHARRAL !!! 1 »

Je déglutis. « Damn it ! 2 » Priant pour que ses amies ne prêtent pas attention à ce que la petite rousse vient de dire, je change de trottoir. Presque malgré moi, j’accélère le pas. A mes trousses, un groupe d’adolescentes en furie. Leur allure est de plus en plus pressante et elles commencent à crier. J’ai des sueurs froides. Réfléchis, Jacob ! Réfléchis ! Je relève la tête, ressers le col de ma veste et prie pour qu’elles n’aient pas ameuté d’autres groupies. Je ne suis vraiment pas d’humeur à faire des courbettes. Qui plus est, je suis seul –donc en mauvaise posture. Désespéré, je pousse la porte d’une boutique et m’y engouffre. J’ai quelques minutes d’avance sur ces folles alliées, mais j’entends déjà leur voix raisonner au loin.

« Hi! Excuse-me, but… I really need your help ! 3 » Mes mots sonnent presque comme une supplication. La vendeuse me toise de haut en bas. Elle doit me prendre pour un malade mental. « I’ll explain everything, I promise, but… do you have, by any chance, a place where I could hide for a moment ? Please ?4 »

_____________
1Oh mon Dieu! Les filles! Les filles! Regardez! C'est Jacob! C'est Jacob Kharral!
2 Et merde!
3Salut! Excusez-moi, mais j'ai vraiment besoin de votre aide.
4Je vais tout vous expliquer, je vous le promets, mais... avez-vous, par hasard, un endroit où je pourrais me cacher pendant un moment? S'il vous plaît?

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: seraphine&jacob - unexpected, happy encounter   Jeu 20 Juin - 7:41

Friday, June 21st
Dans le brouillard, Séraphine s'avance dans l'appartement de bon matin. L'humeur n'y est pas : elle s'est réveillée seule et a pu alors constaté les progrès de Nioclàs dans ses missions ninja ne pas réveiller sa Tendresse du matin. Les cheveux en bataille, elle grimpe sur un des deux tabourets de bar, les yeux encore à moitié fermé.
Comme souvent le matin, elle fonctionne sur radar.
Ses mains attrape un morceau de pain toasté – encore chaud, ce qui lui indique que l'Irlandais n'a pas du partir il y a longtemps – s'empare d'un couteau pour le beurrer... Avant de se rendre compte qu'il y a déjà du miel dessus. Hmng. Sa tasse était pleine aussi. Décidément, elle n'arriverait jamais à prendre l'habitude.
Un premier sourire se dessine sur son visage, encore ensommeillé ; c'est sans doute ce genre de petites attentions, qu'ils se font mutuellement quand l'autre dort encore, qui leur permet de former un couple qui ne se lasse pas. La jeune fille avale ses tartines qui semblent être un message subliminal – mange – vide sa tasse de chocolat chaud, débarrasse le tout, lave, range, et part en quête de la douche.
Elle prend tôt ce matin, et fait l'ouverture. Bâillant sans aucune forme de procès, elle se glisse sous la douche, en ressort sèche, les cheveux bouclés en bataille, complètement nue. C'est sans pudeur qu'elle évolue dans l'appartement, passe dans le salon en enfilant ses sous-vêtements. Ses yeux accrochent la fenêtre et un voisin bien peu discret. Elle lui sourit, lui fait un signe de la main, et repart en quête de vêtements dans la corbeille de linge en attente d'être repassé. Une robe d'été blanche plus tard, elle repart dans le sens inverse, tente de dompter ses bouclettes, maquille sa bouche en la soulignant de sa couleur carmine habituelle.

Les talons claquent sur les trottoirs pavés, alors que la jeune femme s'avance, enfin réveillée, jusqu'à la boutique où elle travaille ; clefs en main, elle ouvre la porte, vérifie l'état de la vitrine éclairée toute la nuit, va s'occuper des livraisons et de la mise en rayon. Elle ignore le regard du livreur sur ses seins, signe le reçu, soulève de ses frêles bras les cartons pour les mettre dans la réserve.
A neuf heures précises la boutique ouvre, mais encore peu de clients ne viennent. Il y a bien cette vieille dame qui vient souvent plus pour discuter avec les vendeuses que pour acheter, et qui reste appuyée près de la caisse pendant une bonne demi-heure. Une bande de jeunes filles surgit, accompagnée de son lot de gloussements alors qu'elles se rendent, pour la première fois sans doute, au rayon sous-vêtements. Une femme d'âge mûr vient faire ses achats en silence, en disant à peine bonjour.
Une journée habituelle, sans heurt. Quand un homme seul franchit le seuil de la boutique.
Ça, c'était un peu moins ordinaire.

« Hiya.1 » l'accueille-t-elle par réflexe, guettant tout de même le garçon avec méfiance. Ça ne serait pas le premier pervers venu mater les filles se déshabiller dans des cabines. Ses yeux le détaillent avec cet air de demi-mépris, surtout quand il réclame de l'aide.
Il veut se cacher.
Cette fois, les lèvres de Séraphine s'ourlent avec un amusement non-feint.
« … Hiding from a sticky-jealous girlfriend, hm ? » raille-t-elle en sortant de derrière les caisses. « Follow me.2 »
En temps normal, elle aurait pu refuser. Mais sa journée était d'un ennui mortel, aujourd'hui, et puis, une dispute de couple au milieu de la boutique c'est mauvais pour le commerce. La jeune fille prend la direction de l'arrière boutique, ouvre la réserve en prenant garde à ce que la porte ouvrant sur l'extérieur depuis là soit fermée – sait-on jamais que ce soit une ruse.

La porte claque sur lui, et elle se détourne. Un nouveau groupe de jeunes filles en fleur entre dans le magasin et l'Écossaise se tourne vers elles, sort son meilleur sourire Colgate. Pas de petite amie envahissante en vue, juste des clientes prêtes à l'agacer fortement.
« Can I help ye ladies ?3 »
Les filles guettent, ce que Séraphine ne comprend pas forcément. Comme si elles cherchaient quelque chose sans avoir besoin de fouiller dans les rayons. Elles échangent un regard, apparemment déçues.
« It's just... We thought... Well, he's not here girls, let's look somewhere else.4 »
Et hop, les voici parties.
He's not here ?
La doctorante fronce les sourcils et tourne les talons, se rend dans la réserve.
« What've ye done tae this poor girl tae make her frrrriends come for ye ?5 » s'amuse-t-elle en s'écartant pour le laisser sortir.

__________________________________
1Bonjour.
2On se cache d'une copine collante et jalouse, hm? Suivez moi.
3Je peux vous aider, mesdemoiselles?
4C'est que... On pensait que... Enfin, il est pas là les filles, allons voir ailleurs.
5Qu'avez-vous fait à cette pauvre fille pour que ce soit ses amies qui viennent s'occuper de vous?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: seraphine&jacob - unexpected, happy encounter   Dim 23 Juin - 18:19

SERAPHINE&JACOB -  UNEXPECTED, HAPPY ENCOUTER
La jeune femme prend quelques secondes pour réfléchir à ma requête. Même si je n’ai pas envie de me montrer impoli, j’aimerais autant qu’elle se décide et vite. D’ici quelques minutes, le groupe d’adolescentes qui m’a pris en chasse sera devant cette boutique. Si elles me voient, c’en est fini, je mettrais des heures à m’en débarrasser –pour un peu que j’y arrive. « … Hiding from a sticky-jealous girlfriend, hm ? » J’esquisse un sourire à moitié gêné. Ce n’est pas franchement l’idée, mais je n’ai pas le temps de tergiverser. « Follow me. » Je m’exécute sans aucune forme de résistance, en espérant secrètement qu’elle ne va pas me faire sortir par la porte de derrière. En théorie, ça pourrait être une bonne idée, mais si mes fans m’ont appris quelque chose ces dernières années : c’est qu’elles sont tenaces et surtout très futées.

La grande brune me pousse dans ce qui doit-être l’arrière-boutique et referme la porte derrière moi. De là où je suis, je ne peux pas clairement distinguer ce qui se dit dans le magasin, mais ça ne m’empêche pas d’entendre quelques gloussements, puis le bruit de la porte qui se referme brusquement. Recroquevillé comme un enfant qui viendrait de faire une bêtise, j’attends patiemment que ma sauveuse me rende ma liberté. « What've ye done tae this poor girl tae make her frrrriends come for ye ? » me demande-t-elle, avec une pointe d’amusement. Je fronce les sourcils. Serait-il possible qu’elle ne m’ait pas reconnu ? Mieux encore, qu’elle ne me connaisse pas du tout ? Vous me direz, ma série touche généralement un public plus jeune, mais ma vie privée est étalée dans tous les tabloïds du pays alors, c’est tout de même perturbant qu’elle ignore jusqu’à mon existence. Que faire ? Profiter de la situation et retrouver, ne serait-ce que quelques minutes, cet anonymat qui me manque tant ? Ou tomber le masque ?

« Well, I may have forgotten her birthday or something… I’m not quite sure ! I’m terrible with dates anyway ! But, thanks for you help… That was… very nice of you… 1» Jouer la carte du petit citoyen lambda me plaît assez. Même si je le fais aux dépends de cette charmante demoiselle, qui soit dit en passant ne mérite vraiment pas qu’on se paye sa tête, ça me fait du bien d’endosser ce rôle. « You must think I'm a jackass, yeah ? You're probably right ‘about that, but… trust me, she's far from being perfect herself! 2» je lâche en plaisantant. « I was thinking, maybe you could help me find her, a present ? You know, before her friends catch me up ? Cause they will come back, for sure… 3»

_____________
1Eh bien, j'ai peut-être oublié son anniversaire ou quelque chose comme ça... Je ne suis pas sûr. J'ai du mal avec les dates. Mais merci pour votre aide. C'était très gentil de votre part.
2 Vous devez penser que je suis un crétin? Vous avez probablement raison, mais... croyez-moi, elle est loin d'être parfaite!
3Je me disais que vous pourriez peut-être m'aider à lui trouver un cadeau? Avant que ses amis ne me rattrapent. Parce qu'elles vont revenir, à coup sur.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: seraphine&jacob - unexpected, happy encounter   

Revenir en haut Aller en bas
 
seraphine&jacob - unexpected, happy encounter
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 04. Happy Birthday, Cat.
» Ouverture du procès de Jacob Zuma en Afrique du Sud
» INQUIETUDE DE B. OBAMA A JACOB ZUMA POUR LE RETOUR D'ARISTIDE AVANT LE 20 MARS
» 06. Sunday, Monday, Happy Days. || with Chris Lorentz
» Happy B-day tooooooo youuuuuuuuuuuu! ^^

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: