Le Speakers' Corner_ Noah & Joanne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: Le Speakers' Corner_ Noah & Joanne   Jeu 9 Mai - 21:45









Never forget your first love.
✣ Just love. 








~ Noah & Joanne


Flâner. Se promener sans but, sans hâte. Mes pieds me menaient au gré de leurs envies. Je ne contrôlais plus rien. Dans ma vie, depuis son retour, je ne contrôle plus rien. Mon divorce, mon déménagement à Londres, cette nouvelle vie. J’ai l’étrange impression que depuis un an, je recommence tout. J’ai pris un nouveau départ. Le divorce fut une nouvelle épreuve. Une épreuve à laquelle je n’étais pas préparée. Malgré le manque de passion dans ce mariage, je tenais réellement à Terence. Il était là tous les matins, il s’occupait de Lucy comme de sa propre fille, il ne me demandait rien, absolument rien. C’était un époux parfait en somme. Pourquoi n’ai-je pas réussi à le récompenser ? Pourquoi n’ai-je pas réussi à l’aimer en retour ? Toutes ces questions que je me pose depuis de longues années n’ont encore aujourd’hui trouvé aucune réponse. Depuis que Noah est rentré une nouvelle fois dans ma vie, j’ai, semble-t-il, fait un saut dans le passé. Le savoir si proche mais en même temps si loin de mon coeur me fait presque mal. Me torture. Comme dans notre adolescence. Je le savais mon ami, mon confident, mon pilier. Pourtant, certains jours, je le savais absent. Avec ce Nataniele, il n’était plus avec moi. Puis, il est parti... Sans un mot. Cette nuit-là, il a pris la décision de se barrer. Une lettre vous dîtes ? Vous pensez donc que cela est suffisant ? Lorsqu’une femme s’offre à vous sans pudeur et sans honte, vous n’avez pas le droit de partir comme un voleur. Certes, il avait des raisons. Certes, ce n’était pas un goujat qui m’avait sautée rien que pour le plaisir... Mais tout de même. Ne méritais-je pas mieux ? Ne méritais-je pas Noah d’entendre les raisons de ton départ précipité de ta bouche ? Pire encore. Tu es parti sans me laisser l’espoir d’un retour. Sans même me laisser une adresse à laquelle je pouvais te joindre en cas d’extrême urgence... Pensais-tu que j’allais réussir à t’oublier si vite que je n’aurais pas besoin de savoir où tu te trouvais ? Sous-estimais-tu donc mon attachement à ta personne Noah ? Si c’était vraiment le cas... Ce serait tristement pathétique.

Flâner. Se promener sans but, sans hâte. Ma petite Lucy est à l’école. C’est une bonne élève, je suis fière. C’est grâce à Terence qu’elle aime travailler. A vrai dire, déjà au lycée, je n’étais pas très intéressée par les études. Il n’était pas rare que je passe plus de temps en consigne pour bavardages que devant un cahier à réviser le prochain contrôle. La faute à qui ? Très souvent à Noah ! Il n’arrêtait pas de me taquiner ou encore de me chercher. Je ne pouvais que répondre. Tu vois Noah, dès que je pense à un moment de ma vie, tu y es plus ou moins rattaché. Pourquoi a-t-il fallu que tu mettes ton empreinte dans toutes les étapes de ma vie ? Puis après, ma grossesse, à peine la majorité passée, m’a définitivement éloignée des études. Oxford, Cambridge ? Il n’était pas rare que j’en rêve lors de mes derniers mois de grossesse. Lorsque je voyais des anciennes amies de mon âge raconter leur dernier examen de fin d’année ou encore le dernier bal de promo, j’avais un pincement au coeur. Je ne connaitrais jamais le bonheur de faire des études... Et aujourd’hui, je le regrette. Que cela soit clair ! Je ne regrette pas d’avoir mis au monde Lucy. C’est ma vie, mon rayon de soleil. C’est nous Noah. Pourtant, je regrette de ne pas avoir essayé de reprendre les études juste après l’accouchement. La lassitude, le chagrin, la peine de te savoir si loin ont joué beaucoup dans cette stupide décision... Enfin, le passé est le passé. Cela parasite le présent.

Flâner. Se promener dans but, sans hâte. J’ai quitté mon petit appartement de Soho, et j’ai laissé mes pieds prendre le pas sur ma raison. Je devrais chercher un travail... Mais aujourd’hui, j’ai mal. Cela fait exactement une année que les papiers avec Terence ont été signées... Une année exactement que je suis redevenue mademoiselle Joanne Scott-Thomas. Une année que j’ai rendu la bague de fianciailles que Terence m’avait offerte. Elle était si belle... mais elle n’était pas à moi. Elle n’avait jamais réellement été à moi. J’avais fait promettre à Terence de l’offrir à une femme qui la mériterait. Il me l’avait promis... C’était la dernière fois que je l’avais vue. Il continuait bien sûr à voir Lucy mais... il n’avait pas la force de me cotoyer. C’était trop tôt selon lui. L’échec de ce mariage l’avait quelque peu anéanti... Je m’en voudrais toute ma vie je pense. Je me retrouve à Hyde Park. Les platanes sont magnifiques, le soleil rasant leur cime illumine le parc de mille couleurs. Il est à peine neuf heures du matin. De nombreux gens font du jogging alors que certains vont au travail en vélo. Je flâne. L’odeur des fleurs m’effleure les narines. C’est si bon de se promener. Le poids qui pèse sur mon coeur semble s’alléger.

J’arrive au niveau du Speaker’s Corner, juste après la Marble Arch. C’est un endroit magnifique, incontournable de Hyde Park. Je m’allonge dans l’herbe. Elle est encore humide par la rosée du matin. Je sens cette herbe mouillée, et je suis si bien... J’ai l’impression de m’éloigner de mes problèmes quotidiens et c’est si... Si bon.
made by pandora.----






Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Le Speakers' Corner_ Noah & Joanne   Mar 14 Mai - 19:32

« La prochaine fois que tu mets les pieds ici, je ne serais pas aussi clément ! » Les poings serrés, je m’efforce de garder mon calme. Je ne voudrais pas effrayer ma sœur ou laisser le champ libre à Nataniele. Même si ça me demande de gros efforts, je suis désormais en mesure de le contrôler un tant soit peu. Il ne s’est pas manifesté à proprement parlé depuis plusieurs semaines et ce n’est pas plus mal. Bien que nous entretenions des rapports plus ou moins cordiaux, Joanne n’a aucune confiance en moi et je sais qu’elle refusera de me confier Lucy tant que je ne lui aurais pas prouvé que je suis capable de contrôler mes accès de colère –ou autrement dit, les apparitions de mon double maléfique . « Noah, s’il te plaît calme-toi ! Enzo et moi formons un couple et il va bien falloir que tu l’acceptes, car je ne compte pas mettre un terme à cette relation, d’accord ? » La voix d’Aliyah me tire de mes pensées et je dévisage ce qui lui sert de petit-ami. Ça me sidère qu’elle puisse imaginer un avenir avec lui. Cet avorton ne la mérite pas ! « Oh je t’en prie, mais ouvre les yeux ! Tu ne vois pas que ce type te manipule, qu’il se joue de toi ?! Il n’a pas cessé de te mentir, comment peux-tu avoir confiance en lui ? » Se raclant la gorge, Enzo fait un pas vers moi. « Ecoute Noah, j’ai conscience de m’être mal comporté avec Aliyah. Je n’aurais jamais dû accepter de prendre part au manège de Tom, mais la vérité c’est que je suis tombé amoureux de ta sœur – et tout ce que je veux, c’est la rendre heureuse. » Un petit rire m’échappe. S’il pense m’avoir avec de belles paroles, il se fourre le doigt dans l’œil. « Peut-être que ton baratin fonctionne avec les femmes, mais ça ne prend pas avec moi ! Tu pourras bien dire ou faire tout ce que tu veux, je ne cautionnerai JAMAIS cette relation ! » M’approchant du canapé pour attraper ma veste, j’en profite pour enlacer ma sœur jumelle. Après lui avoir chuchoté à l’oreille que si je faisais tout ça c’était pour son bien, je relâche notre étreinte et me positionne face à Enzo. « Tu ferais bien d’être parti quand je rentrerai ! » Ce ne sont pas des paroles en l’air ! Ma patience a des limites et si cet imbécile ne prend pas mes menaces au sérieux, je n’hésiterai pas à lui refaire le portrait –quitte même à faire appel à Nataniele.

Moi qui avais pris une semaine de congés pour passer du temps avec ma sœur, je me retrouve donc contraint de quitter ma propre villa, histoire de ne pas trucider son petit-ami sur place ! Ce que je compte faire ? Prendre la voiture et rouler, le plus loin possible. Au moins jusqu’à Londres, là où se trouve mon label ou la seule et unique chose que je sois encore à même de contrôler pleinement. Autant voir la réalité en face, ma vie familiale s’est légèrement compliquée ces derniers temps. Toujours en froid avec mes parents, je filtre le moindre de leurs appels. Quant à Aliyah, je ne la comprends plus. Nous avons toujours été sur la même longueur d’onde, mais elle a énormément changé depuis qu’elle fréquente cet Enzo. Elle est totalement aveuglée par les sentiments qu’elle a pour lui et refuse de faire preuve de bon sens. Quant à mes relations sentimentales, elles ont toujours été désastreuses et ce n’est malheureusement pas en phase d’évoluer dans le bon sens. Joanne m’en veux toujours énormément, mais ça ne m’empêche pas d’être fou amoureux d’elle. J’ai bien eu quelques aventures, mais je n’ai jamais réussi à m’engager dans une relation sérieuse. J’imagine que je ne suis tout bonnement pas fait pour ça.

Quand j’arrive au label, ma secrétaire est sur le point de fermer la porte. « Noah ?! Mais qu’est-ce que vous faites ici ? » « Je pourrais vous poser la même question Kathreen ! Si mes souvenirs sont bons, je vous avais octroyé une semaine de vacances » je réplique du tac-à-tac, en lui jetant un regard suspicieux. « Vous m’avez aussi demandé de venir mettre un peu d’ordre dans vos dossiers, je vous rappelle ! D’ailleurs, ça me fait penser qu’un de vos petits protégés a téléphoné ! Il aimerait vous rencontrer le plus vite possible. Comme vous n'étiez pas là, j'ai pris la liberté d'arrêter une date » Jetant un œil sur le calepin qu’elle me tend, je note le rendez-vous qu’elle a pris sur mon agenda électronique et la salue, avant de rejoindre mon bureau.

Rapidement ennuyé, je décide d’aller faire un tour à Hyde Park, dans le but de me détendre. Je suis toujours très contrarié par la confrontation de ce matin et j’ai vraiment besoin de m’aérer l’esprit. J’arrive tout juste au niveau du Speaker’s Corners quand je crois reconnaître la silhouette de Joanne. Le temps que j’arrive à sa hauteur, elle s’est déjà allongée dans l’herbe pour profiter des rayons du soleil. « Salut toi » je lâche, tout droit sorti de nulle part. « Je peux m’asseoir? »
Revenir en haut Aller en bas
 
Le Speakers' Corner_ Noah & Joanne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Yannick Noah
» Noah n'a pas perdu son coup droit légendaire...
» I don't wanna grow up __ Noah L. McCarthy
» Le topic officiel de l'idylle clandestine entre Noah et Amanda
» rendez vous...(pv avec Noah)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: