A l'abri de tous..Ou presque [DPM]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: A l'abri de tous..Ou presque [DPM]   Dim 21 Avr - 17:05



D.Parker. Mcpherson&Elisha.R.Trewman


Elisha avait eut l'honneur de recevoir une invitation quelques jours auparavant. Un vernissage qui se passait chez une dame dont le nom ne pouvait être inconnu à personne, ou presque. Melle Trewman, elle, savait juste pour sa part que la dame en question était réputée pour son sens des affaires et son compte en banque bien rempli. Elle ne savait pas vraiment ce qu'elle faisait dans la vie, ou plutôt ce qu'elle avait fait, mais il semblerait que ça lui ai plutôt bien réussi. Elisha avait hésité à s'y rendre. Ce genre de soirée, entourés de personne au statut plus chanceux, s'était pas vraiment son truc. D'autre part, son séjour à New-York l'avait quelque peu détourné de sa passion, la peinture. C'était l'occasion pour elle de savourer des œuvres qu'elle n'était pas capable de fournir. Et là, ca ne se refusait pas.
Ca pouvait paraître assez étonnant qu'elle ait reçu cette invitation, mais après avoir étudié le nom, elle réalisa que le nom de cette dame en question était aussi celui d'une de ses amies du collège.
Evidemment, ce genre de rassemblement demande un code vestimentaire assez strict, vêtement qui demande une certaine classe. Elle avait donc passé son après-midi a dénicher la robe qui la mettrait en valeur, tout en respectant une certaine sobriété. Le but n'était pas se faire remarquer, surtout que depuis qu'elle était revenue en ville, peu était au courant de présence. Même ses parents faisaient partis du lot. Elle avait tenté de les joindre, mais s'était dégonflée dès la première sonnerie. Ils auront toujours le temps de l'apprendre par la suite. Et puis ça lui permettait de se reconstruire seule avant de devoir les affronter.

Après avoir parcouru de nombreux kilomètres, elle se retrouva devant ce grand portail. Pendant un instant, elle voulu rebrousser chemin. A quoi ça allait servir de s'afficher? De prendre le risque qu'on sache qu'elle soit de retour en ville de cette manière? Une petite voix intérieure, elle, se chargeait de la faire revenir à la raison. Qui pouvait t-elle y croiser pour que ça se passe si mal? C'était qu' une exposition, rien de plus. Elle se trouva une place où se garer, autant dire que c'était plutôt compliqué. Malgré une vaste propriété, cette dernière n'avait pas un assez grand parking pour ce genre de soirée. Elle s'avança finalement vers la maison, habillée d'une longue robe avec un dos nu, les cheveux ondulés qui retombaient sur ses épaules. L'endroit était magnifique, et déjà elle croisaient des personnes qui préféraient se retrouver dans le jardin a priori. Elle franchit la porte et resta bouche bée face à cette mise en avant sur la luxure. D'accord, cette maison était incroyable et l'intérieur l'était tout autant. Elle n'aurait pas penser y voir tant de monde, mais ca lui permettait de se fondre dans la masse. De nombreux tableaux étaient exposés dans chaque pièce, un art assez abstrait qui aurait d'ailleurs pu être le sien. Son regard se posa sur l'un d'entre eux, alors qu'un serveur s'avançait pour lui proposer une coupe de champagne, évidement. Elle le remercia d'un signe en tête avant de le voir s'éloigner. A première vue, elle ne connaissait personne ici, son amie d'enfance ne semblait pas être là également.

Une clochette se mit à retentir alors que la maîtresse des lieux tentait d'attirer l'attention de ses invités. Elisha resta un peu retrait et alors qu'elle balaya la pièce du regard, celui-ci reconnu sa mère. Elle écarquilla les yeux, prise de panique, elle se dirigea vers le seul endroit libre d'accès : L'escalier. Elle monta à l'étage, et entendit une porte s'ouvrir un peu plus loin, elle se précipita vers la porte la plus près. Elle referma cette dernière et écouta un instant, les personnes étaient encore là. Elle risquait de passer un petit moment dans ce...Cette chambre. Sacrée chambre d'ailleurs! Aussi grande que son salon et sa cuisine. Elle s'avança en observant tout ce qui se trouvait autour d'elle. Ok, c'est un certitude maintenant, elle était complétement jalouse de ce mode de vie! Il y avait même un minibar dans cette pièce qui devait être destiné aux invités...Elle se baissa et ouvrit le réfrigérateur. Un sourire se glissa en constatant qu'il y avait toute sorte d'alcool possible là dedans. Elle sortit une bouteille de champagne et se servit une coupe. Quitte à passer le temps ici, autant s'occuper! Un bruit attira pourtant son attention alors qu'elle releva le regard. Quelqu'un allait entrer et la surprendre en pleine buverie...



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: A l'abri de tous..Ou presque [DPM]   Mar 23 Avr - 16:58

Les yeux grands ouverts, Parker fixant au travers de ses lunettes la toile située face à lui, en écoutant vaguement les explications des gens autour de lui. Comment ce genre de chose peut attirer les foules. Fond blancs, trois coups de pinceaux noirs, on balance des gouttes de peintures rouges, et on désigne un truc qui ressemble à un V en grils en plein milieu. C’est plié en six minutes, une demi-heure plus tard la croute est sèche et on vend ça… combien on vend ça déjà. Il se pencha vers la petite plaque pour lire l’estimation, qui manqua de lui faire recracher le contenu total de son verre sur la toile. 76500 dollars. Pour six minutes maximum de peinture. Imaginez un peu… une minute de travail sur ce « chef-d’œuvre » revient à 12750 dollars. 212,5 dollars pour une seconde à peindre cette… toile ?

Non vraiment, Parker était abasourdi. Et son esprit purement scientifique ne pouvait comprendre la logique de cette chose. Le pire c’est qu’en plus d’être très cher, ce tableau était très… moche. Appelons les choses par leur nom. Qui peut vouloir un truc pareil chez lui ? Ce n’est pas une question de mauvais gout pour le coup. Il secoua la tête, et en faisant demi-tour, il tomba nez à nez avec un type un peu bizarre. Chemise dix fois trop grande, un chapeau… ah et une petite étiquette sur le torse. Marvin Proust le peintre de la bouse placardée derrière lui.

Ce genre de moment ou il faut avoir l’air impressionné alors qu’on déteste purement et simplement ce qu’une personne représente. Aux yeux de Parker, c’est un fumiste. Mais un fumiste à qui il faut faire un sourire, et à qui il faut serrer la main avant de filer à l’anglaise. Disparaitre dans la foule, slalomer à droite, à gauche Oh un petit canapé au saumon, virage à droite, contourner le gros monsieur et… se retrouver au milieu d’une foule compacte pour écouter le discours de la proprio des lieux. Celle qui l’avait invité ici.

Parce que c’est comme ça que ça marche, quand un jeune type prometteur qui fait parler un peu de lui attire l’attention, il faut TOUJOURS que les gens en vogue les invitent, pour le coté glamour du truc. Parker était totalement certains d’une chose : cette rombière suffisante n’avait pas la moindre idée de ce que pouvait être un Trou de Ver, elle ne devait pas non plus comprendre les mécanisme simpliste de la fission nucléaire, et encore moins comment on peut reconnaitre un épithélium. Inviter un esprit scientifique dans une soirée tournant autour de l’art… du jamais vu.

Il prit donc son mal en patience, regardant son reflet dans la flûte de champagne pour se passer le temps. Il analysa vaguement sa tenue de soirée. Rien de très compliqué. Un costume gris foncés, du sur mesure, par-dessus une chemise noire ouverte sur son col. C’est Liz qui lui avait montré que ça marchait, ce genre de chose. C’est Liz qui l’avait plus ou moins habillé en fait. Il faut dire qu’on ne peut pas être féru de science et savoir comment bien se fringuer. Demandez-lui n’importe quoi sur la biochimie, parlez-lui médecine, parlez-lui ADN il saura vous endormir en parlant durant des heures. Mais demandez-lui d’adopter un comportement normal… et c’est foutu.

Bref, sa tenue lui allait plutôt bien, assez pour attirer l’œil d’une ou deux demoiselles venues seules. Les chasseuses de mecs sont nombreuses dans ces soirées, le genre de fille que Parker fuit comme la peste en général. Et en parlant de fuir, le type avec le chapeau, ce Marvin Proust, semblait lorgner trop souvent dans sa direction, s’en était malsain tiens ! Le pauvre se sentit tant épié, qu’il se décrocha de la foule, et s’évada comme il put vers les étages. L’endroit était si grand que Proust n’aurait pas l’idée de venir le trouver là-bas.

Il s’arrêta net devant une porte. Ouais, ça ferait une bonne planque. D’un geste rapide, il clenche et entre sans plus de cérémonie. Une chambre très grande, très richement décorée. Le genre d’endroit qu’il ne fréquente pas habituellement. « C’est officiel, je déteste les riches, je déteste l’art, je déteste Proust, je déteste l’abstrait et… » Un bruit dans son dos le fit doucement tourner les talons. La chambre était squattée semble-t-il. « Et je me suis planqué dans la seule chambre occupée de cette maison si bien que… » Il marqua une pause, pointant du doigt le minibar, bluffé. « Y a un minibar dans une chambre ? Qui a besoin d’un minibar dans sa chambre ? »

Mais puisqu’il était là maintenant, autant profiter un max de la situation. Et par profiter Parker songeait à un énorme verre de scotch, de quoi oublier les 76500 dollars du tableau, de quoi oublier les discours de madame la maitresse de maison, les œillades des chasseuses d’hommes et surtout de quoi oublier Marvin Proust. « Est-ce que c’est votre chambre » finit-il par demander en avalant de grosse gorgées.
Revenir en haut Aller en bas
 
A l'abri de tous..Ou presque [DPM]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [EVENT SANGO RP3] Tous à presque oilpé !!!
» Joyeux noel à tous!
» Land des Gabions, un modèle de site pour les sans-abri
» Un dîner presque parfait
» "Tous ensemble seuls 2 - Demain c'est aujourd'hui" (Everybody's alone 2 - Tomorrow is now)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: