RCS + you have to see it for yourself.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: RCS + you have to see it for yourself.   Sam 20 Avr - 18:18


ruggero corey sandrucci w/ max irons
the characterthe person
→ habite à Oxford.
→ âgé(e) de 23 ans.
→ né le 06 mars 1990 à Florence.
→ est étudiant en psychologie.
→ un t-shirt likes boys, likes girls ou bicurious ? like girls.
→ est actuellement célibataire.
→ pseudo : animals, grrr.
→ âge : 16 ans.
→ comment avez-vous connu le forum ? top rpg.
→ code : DA VINCI.
→ crédits : tumblr.
→ de quelle couleur sont les petits pois ? disons... vert, enfin ils peuvent devenir d'une autre couleur si on leur fait une coloration. Arrow


Dernière édition par R. Corey Sandrucci le Dim 21 Avr - 17:37, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: RCS + you have to see it for yourself.   Sam 20 Avr - 18:18

it's my life, it's now or never

24 Septembre 1995, Florence, Italie.
J'ai cessé d'ignorer à l'âge de cinq ou six ans et parfois ça me manque.
« Allô ? Oui, oui c'est bien moi. » Elle ne comprenait pas tout ce qu'on lui disait au téléphone, ça pouvait se lire sur son visage et plus le temps passait, plus les traits du visage de Cristina prenaient un air grave? Le regard fixé sur son fils, Corey, une larme perla sur sa joue, mais elle gardait son sang-froid, il était hors de question qu'elle s'abatte devant son enfant. « Oui je... je viens le plus vite possible, m-merci. » Mais elle s'effondra une fois après avoir raccrochée. Elle ne put s'en empêcher, la douleur s'emparait lentement mais sûrement d'elle. Corey, cinq ans, s'avança doucement vers sa mère, lui non plus ne comprenait pas tout. « Tout va bien, mon cœur. Ne t'en fais pas. » Mais non, tout n'allait pas bien, une famille venait d'être détruite. Doriano était mort. Un tragique accident de camion qui aurait pu être évité. Il voulait rentrer ce jour-là pour faire la surprise à sa femme, mais surtout à son fils, son tout. Malgré la fatigue, il s'était senti de reprendre la route, on l'avait averti, mais les Sandrucci n'écoutent qu'eux. Cristina était impuissante, elle était à terre avec son fils dans les bras, en train de se demander pourquoi le sort s'acharnait-il comme ça sur eux ? Qu'allait-elle devenir ? Comment annoncer la mort de son père à Corey ? Allait-elle avoir le courage de s'occuper seul de son enfant ? Tant de questions sans réponses. Corey ne disait rien, il regardait sa mère et il avait compris que quelque chose d’inhabituelle venait alors de se passer, mais il ne voulait pas savoir de quoi il s'agissait, pas tout de suite.


30 Octobre 2002, Oxford, Angleterre.
Lorsqu'il n'y a personne pour vous aimer autour, ça devient de la graisse.
Sept ans s'étaient écoulaient depuis la mort de Doriano, mais il était toujours autant présent dans l'esprit de Corey. S'il n'avait pas eu le temps de bien connaître son père, il savait que c'était un homme bon toujours prêt à tout pour sa famille. Foutue vie. Une sonnerie le fit sortir de ses pensées. Dix-sept heures, c'était la fin des cours, alléluia. Sauf que ce n'était pas réellement la fin de sa journée puisqu'il était convoqué par son professeur principal dont il avait réellement horreur. Il n'était pas convoqué parce qu'il avait été turbulent, loin de là, mais plutôt parce que tous ses professeurs le savaient intelligent, il le montrait souvent, mais lors des contrôles, il ne faisait plus rien. Corey était un cas étrange et Monsieur Ginsberg ne comptait pas laisser passer ça. « Ah Corey tu es là, je t'avais dit de m'attendre devant l'entrée de ton collège. » Cristina ne venait jamais chercher son fils à l'école, elle était bien trop occupée à travailler, alors quand on la voyait dans l'enceinte du bâtiment, c'était exceptionnel et important. Une heure et demie se déroula dans une petite salle que connaissait bien Corey, c'était la salle favorite de Monsieur Ginsberg, son professeur de mathématiques. Pourquoi pendant cette heure et demie s'était-il montré si compréhensif avec sa mère ? Il n'en savait rien, mais une chose était bien claire, si ce prof essayait d'approcher Cristina, Corey ne le laisserait pas faire. « Je le trouve gentil moi, ce monsieur Ginsberg. Je ne vois pas pourquoi tu ne l'aimes pas. » Les paroles de Critina avaient été si ridicules pour lui, qu'il ne put s'empêcher de rire. Il ne fallait pas elle aussi qu'elle trouve le professeur de mathématiques à son goût, hors de question. Corey espérait vraiment que sa mère retrouve le bonheur en compagnie de quelqu'un, mais pas lui. « Il a fait son lèche... botte. » L'envie de dire autre chose que le mot "botte", mais sa mère l'aurait certainement très mal pris.


04 Mai 2004, Oxford, Angleterre.
Je tiens pas tellement à être heureux, je préfère encore la vie.
Le collège, lieu d'ennuie et d'absurdité d'après Corey. Il avait pas mal d'amis, mais ce jour-là, ils avaient décidé d'aller se baigner, Corey détestait l'eau, depuis tout petit il en avait comme peur. Il avait failli se noyer un jour, ça venait peut-être de là. Assit face à un lac, il regardait se baigner les autres adolescents de son âge. Ils avaient l'air de s'amuser, tant mieux pour eux. Lui, il était là, à écouter de la musique et à rêvasser. Jusqu'à ce qu'une fille arrive et s'assoit à côté de lui. Sage, tel était son nom. Un nom qui l'avait d'ailleurs toujours intrigué. Il aimait bien cette fille parce qu'elle n'était pas comme les autres à parler d'ongles et de mecs toute la journée, elle, elle était plus simple, plus drôle. « Tu viens pas te baigner ? » Que fallait-il répondre ? Est-ce qu'il valait mieux jouait la carte de la franchise ou celle du mensonge ? Il n'en savait rien, mais en même temps, il n'avait pas envie de lui mentir, si elle se moquait de lui, tant pis, il aurait essayé. « Je... je sais pas nager. » Sage ne savait pas quoi répondre, on pouvait voir qu'elle n'avait pas envie de se moquer de lui, alors, elle lui sourit. « Moi non plus. » C'était un mensonge parce que Corey l'avait déjà vu se baigner, mais elle disait ça pour rester avec lui, elle ne voulait pas le laisser seul et il en était ravie. Depuis ce jour-là, les deux ne se lâchaient plus, c'était une amitié fusionnelle et s'ils ne pensaient pas encore à ce qu'il pouvait y avoir en plus de leur amitié, ce n'était qu'une question de temps.


26 Février 2005, Oxford, Angleterre.
Dans la vie c'est toujours la panique.
« Corey, je voudrais te présenter quelqu'un, viens là. » Généralement, quand Cristina présentait des gens à son fils, cela n'indiquait rien de bon. S'avançant dans le salon, il aperçut rapidement un homme dont il connaissait déjà la tête et si c'était une blague, elle était de très mauvais goût. Le professeur de mathématiques. Super. Corey espérait tout simplement qu'il n'était là que pour l'aider dans les maths, si ce n'était pas le cas, il pouvait dégager. Mais en baissant le regard, le garçon aperçut quelque chose d'encore plus répugnant que Ginhsberg : la main de cet homme tenait celle de sa mère. Corey avait bien compris ce qu'il se passait, mais il avait subitement envie de devenir idiot. Il s'était déjà dit qu'il ne laisserait jamais ça arriver, parce que ce type était stupide. Enfin non, il n'était pas stupide, mais Corey ne l'aimait pas, il était juste obnubilé par les chiffres et puis voilà. Après, peut-être qu'il n'était pas comme ça dans la vraie vie, il fallait l'espérer. « Bonjour Corey, c'est fou ce que tu as changé. Oh, avant toute chose, appelle moi Marc. Je ne sais pas si tu connais ma fille, Sage. » Bam. Le choc. Sage, la fille de Ginsberg ? Impossible. Elle était bien trop rusée pour être la fille de cet homme. Et pourtant. Sage déboula dans la pièce, un sourire aux lèvres, comme si elle ne comprenait pas la situation. « Sage... euh, ouais. Ouais je la connais. » Corey ne savait pas quoi dire, il était là, face à sa mère, Ginsberg et Sage. Ils allaient réellement devoir cohabiter ensemble ? Oui. Mais pour Corey, Sage ne serait jamais sa sœur, c'était impossible parce qu'il en était amoureux. Et être amoureux de sa demi-sœur, ce n'était pas autorisé.


19 Août 2006, Oxford, Angleterre.
Les hommes oublient toujours que ce qu'ils vivent n'est pas mortel.
L'été, la chaleur, l'adolescence, les sentiments, la liberté. Corey et Sage voulaient profiter de leur vie ensemble. Sur le balcon de l'appartement, les deux jeunes étaient allongés sur des transats, ils lézardaient, fumaient un joint sans aucune discrétion bien que Cristina et Marc étaient dans les parages, ils s'en foutaient. « Corey ? Marc et moi on va faire les courses, on revient dans une heure. » La vois de Cristina ne les avait pas plus perturbés que ça. Sage s'était juste occupée de jeter le joint par-dessus le balcon. Les yeux de la jeune-fille croisèrent ceux de Corey, et dans un sourire, elle se rapprocha de lui, jusqu'à ce que ses lèvres frôlent celles du garçon. « Une heure, Corey... » Et puis, elle s'enfonça dans l'appartement. Depuis qu'ils vivaient ensemble, il arrivait aux deux jeunes de faire des choses normalement interdites entre eux, mais là encore, ils s'en foutaient. La rejoignant dans la cuisine, Corey ne put s'empêcher de plaquer Sage, sa Sage à lui, contre un mur. C'était toujours comme ça. Dès qu'ils le pouvaient, ils se retrouvaient parce qu'ils étaient réellement amoureux l'un de l'autre. Ils avaient déjà couché ensemble et s'en portaient très bien. Et cette fois encore, ils n'allaient pas laisser passer cette occasion. « Je veux toi. Pour toujours. » laissa échapper Sage dans un murmure. Les mots qu'elle venait d'employer étaient puissants, si bien que Corey se demandait si elle avait bien réfléchi à ses paroles. Mais qu'importe. « Pour toujours, Sage. » Avant qu'elle ne puisse dire quoi que ce soit, les lèvres de Corey vinrent s'écraser sur celles de Sage. Ils avaient pris l'habitude de cette vie étrange, de tous ses sentiments qui les unissaient et ils étaient bien comme ça. Quand les parents étaient de nouveau à l'appartement, c'est comme si rien ne s'était passé. Sage était dans le salon en train de regarder la télé et Corey était dans sa chambre. « Où est ton frère, Sage ? » Son frère. Si Marc savait ce qui se passait entre sa fille et Corey, il en deviendrait fou.« C'est pas mon frère. » Les quelques mots que venait d'employer Sage firent sourire Corey. Elle n'était pas sa sœur non plus, elle était bien plus qu'une simple sœur. Elle était son âme-sœur.


14 Janvier 2007, Oxford, Angleterre.
Aimer est une aventure sans carte et sans compas où seule la prudence égare.
Une claque. Cristina venait de frapper son fils pour la première fois. Ce qui devait arriver, arriva. L'histoire entre Corey et Sage ne pouvait plus durer. Du moins, elle aurait pu durer s'ils avaient été plus prudents. « Tu te rends compte ce que tu as fait ? C'est de l'inceste, Corey ! » Le garçon regardait froidement sa mère de ses yeux gris, impassible. Il avait appris à gérer ses émotions, à les contenir, ça pouvait rendre folles les personnes qui se trouvaient en face de lui et c'était principalement l'effet recherché. Il pouvait entendre dans la pièce à côté les cris furieux de Marc. S'il touchait à Sage, il le tuerait. « Pourquoi est-ce que tu tiens tellement à briser tout ce que j'entreprends ? » Cristina se retrouvait impuissante à nouveau, comme elle l'avait été le jour où elle avait appris la mort de Doriano. Et Corey ne disait toujours rien, il observait, c'est ce qu'il savait faire de mieux. Il ne voulait pas faire du mal à sa mère, il n'avait pas fait exprès. Il se foutait pas mal qu'elle soit heureuse avec Marc ou un autre. Mais Sage. C'était Sage qui le rendait comme ça, tout de Sage le rendait fou et ça depuis deux ans. Mais Cristina ne voulait pas le comprendre. Subitement, Marc traversa le salon, lieu où se trouvaient déjà Cristina et son fils, avec des valises. Il fallut un moment à Corey pour comprendre qu'il partait et il ne partait certainement pas seul. Sage. « T'as pas le droit, Marc ! Sage veut pas te suivre, laisse-là ici ! » Corey s'était rué sur Marc, il ne le laisserait jamais emporter Sage avec lui. Alors qu'il se battait contre Marc, d'un coup, tout devint noir. L'heure d'après, quand il se réveilla, seule Cristina était là, en larme. Tout était terminé. Sage était partie, Marc aussi. Maintenant, il ne restait plus que Corey et sa dépressive de mère.


22 Décembre 2008, Londres, Angleterre.
Personne ne veut se sentir seul dans le malheur.
Cristina commençait à se remettre tout doucement de ce que lui avait fait subir son fils pendant trois années et Corey, lui, comptait bien s'excusait pour Noël. Avant de rentrer du lycée, le jeune fit un détour par Londres pour acheter un cadeau à sa mère. Ce n'était pas un très gros cadeau, mais il avait eu du mal à économiser pour se permettre de l'acheter, alors il en était fier. Il était alors dans une bijouterie réputé de la ville, le bracelet qu'il avait choisi pour sa mère se trouvait en ce moment même dans les mains du bijoutier qui ne cessait de gratifier le choix du garçon, tout se passait pour le mieux. Tout, ou presque. « Ok, plus personne ne bouge, c'est un hold-up ! Le premier qui fait le moindre petit geste, je l'explose, c'est clair ? » Un coup de feu se fit entendre et instinctivement, Corey se baissa. Les hold-up, il n'en avait vu qu'aux informations et jamais il n'aurait pensé que ça lui arriverait un jour. La tension était palpable, le braqueur et son coéquipier semblaient être novices en la matière, ils avaient chacun une voix tremblante, des gestes mal assurés, enfin, ils étaient débutant quoi. Ce n'était pas pour autant que Corey se permettait de bouger. Dans la bijouterie, seuls les braqueurs se faisaient entendre, sinon, personne ne parlaient. Corey avait aperçu le bouton d'alarme. Il était à quelques centimètres de lui. Ce n'était pas le genre de garçon qui se laissait abattre facilement, c'était un Sandrucci. Alors, en se déplaçant le plus discrètement possible, le garçon n'avait plus qu'à lever la main pour presser le bouton. Mais c'est à ce moment-là que l'un des braqueurs se retourna et il n'hésita pas à tirer dans l'épaule droite de Corey qui s'affala de tout son long au sol. La douleur. Il n'avait jamais ressenti quelque chose d'aussi fort, il n'avait qu'une envie : celle de crier, mais aucun son ne parvenait de sa gorge, il était pétrifié. « J'vous avez prévenus putain ! Maintenant le premier qui tousse aura la mort de ce gamin sur la conscience, pigé ? » Déjà les mots que criait l'homme masqué commençaient à être flous dans la tête de Corey. Tout devenait flou, pas seulement les mots, tout.


31 Mars 2013, Oxford, Angleterre.
Quand un homme est fini, cela veut dire surtout qu'il continue.
Les aboiements d'un chien. Quoi de plus gênant le matin que les aboiements d'un clébard pressé de sortir ? Peut-être les léchouilles de ce même chien. « Sober... casse toi. Je dors sérieux. » La tête sous son oreiller, Corey tentait tant bien que mal de se rendormir avec un chien sur-excité à ses côtés. Maintenant âgé de vingt-trois ans, le petit garçon était devenu grand et libre. Si on faisait un récapitulatif de sa vie, elle n'avait pas été des plus belles. Seuls quelques moments l'ont été, mais il est bien connu que toute bonne chose a une fin. A cinq ans, il perd son père, c'est à peine s'il le connaissait. Dix ans plus tard, Ginsberg se ramène chez sa mère et lui pour chambouler sa vie. Alors qu'il commence à s'épanouir aux côtés de Sage, elle est obligée de partir avec Marc alors qu'il a dix-sept ans. Il n'arrivera jamais à l'oublier. A sa majorité, Corey veut bien faire et veut donc offrir un bijoux à sa mère et voilà qu'il se fait tirer dessus. Si on oublie en plus de ça qu'à ses vingts-ans, il a un accident de voiture en tant que passager. Bon, sa vie n'est pas des plus horribles, mais il aurait pu avoir mieux. Maintenant, Corey est une jeune homme en étude de psychologie, il n'a jamais revu Sage, elle lui manque terriblement et il est très proche de sa mère qui elle, a retrouvée l'amour, il était temps.

truth or (almost) dare
Parce que c'est fun, que ça vous donne un aperçu du genre de situations dans lesquelles votre personnage pourrait se retrouver un de ces jours sur TTR et que ça nous donne, nous lecteurs, un aperçu des quelques réactions que votre perso' pourrait avoir, voici un mini Truth or (almost) Dare. Enjoy !

→ Ton heure de gloire est enfin arrivée, un producteur de cinéma vient de te remarquer dans la rue et te propose de devenir la star de son nouveau film. Que lui dis-tu ? Ça dépend le film. Mais je pense que, comme la plupart des gens, je serais intéressé de devenir la "star de son nouveau film". De plus, si ça pouvait me faire gagner de l'argent plus facilement, je n'hésiterais pas une seconde.

→ Une pauvre fille en pleurs chante All by myself avec son cornet de glace à la vanille en plein de milieu de la rue retournant tous les regards sur son passage, y compris le tien. Ta réaction ? Soit je suis dans un bon jour et je vais la voir pour lui dire de se calmer. Soit je suis dans un mauvais jour et là, je lui dis clairement que ce n'est pas comme ça qu'elle arrivera à gagner la pitié des gens. Il faut être réaliste, chanter All by myself en plein milieu d'une rue, c'est démodé.

→ Ton(ta) cousin(e) t'avoue sous l'emprise de l'alcool son attirance pour toi, et tente de t'embrasser. Premières impressions à chaud ? Réactions à froid ? A chaud, je m'éloigne d'elle toute la soirée. A froid, je vais lui parler, mais pour rien au monde je n'embrasserais une de mes cousines.

→ Ton idée du parfait samedi soir : une soirée arrosée au Carling à Oxford, une nuit de folie au Fez Club de Cambridge, une sortie au théâtre de Londres ou une soirée geek avec plat commandé et partie de jeux vidéos avec tes meilleurs potes ? Le Carling à Oxford, sans hésiter. Mais je ne suis pas contre quelques soirées geeks avec mes potes. Les soirées c'est bien, mais le repos de temps en temps c'est pas mal non plus.

→ T'es au confessionnal, tu peux avouer ta pire faute, ou encore un secret particulièrement pesant que tu n'aimerais pas voir révélé. Que dis-tu au père Patrick pour te soulager la conscience ? J'irais jamais au confessionnal de ma vie, alors ce jour-là n'arrivera jamais, désolé père Patrick. Et puis, j'ai tendances à garder mes conneries pour moi, surtout les grosses. Je me vois mal dire à père Patrick que j'ai couché avec ma demie-sœur.

→ Le père Patrick était en fait un vrai sociopathe fan de Pretty Little Liars, et t'envoie un sms anonyme où il vous demande de choisir entre un secret révélé qui pourrait anéantir ta réputation ou briser ta famille, et de voler la bague de fiançailles Cartier d'un de vos amis. Après mûre réflexion, qu'est-ce que tu choisis ? Sacré père Patrick, je m'en doutais. Mais en fait, le choix est vite fait : le vol. J'ai déjà volé, je sais m'y prendre et je n'ai pas vraiment envie de ruiner ma réputation, mais surtout ma famille. Le choix est trop facile je trouve.

→ C'est le mec (la fille) de tes rêves, tu en es persuadé(e) et pourtant, celui(celle)-ci est en couple avec quelqu'un d'autre. Tu te la joues résigné(e), stratégique, ou éploré(e) ? On veut les détails ! Stratégique, parce que je me sais assez rusé et du coup, je me pense capable d'attirer une fille par la ruse et la stratégie.

→ Dans dix ans, je me vois bien ouvrir un resto spécialité moules frites avec Camille Jules Martin, marié, six gosses et à l'origine d'une toute nouvelle sauce roquefort-épinards et toi, des projets pour l'avenir ? Mon avenir ? J'en sais rien, mais je compte pas ouvrir un resto de moules frites. En fait, je veux juste profiter de ma jeunesse, j'ai pas envie de penser à mon avenir parce que ça me fait flipper. Donc lâches moi avec ça.

→ Et enfin, honnêtement, entre truth ou dare, qu'est-ce que tu préfères ? (oui ça rime !) Dare.

they don't really care about us
Enfin, pour conclure cette fiche de présentation, voilà une petite mise en situation concernant les facultés d'Oxford & Cambridge. Quelque soit l'endroit d'où provienne votre personnage, il vous faut répondre aux questions. Nous ne vous demandons pas de longs développements mais vos réponses nous permettrons d'évaluer votre compréhension du contexte et des détails ayant trait au forum.

→ En pleine soirée baby-sitting, l'adorable petite fille aux cheveux blonds que vous gardez s'installe sur vos genoux et vous demande, d'un air suppliant : « Moi plus tard, je veux être la Reine d'Angleterre. Papa m'a dit que pour pouvoir le faire, il fallait aller à l'université. Mais il a dit aussi qu'il fallait choisir entre Oxford et Cambridge, parce que ce sont elles les meilleures d'Angleterre. A ton avis, il vaut mieux apprendre à devenir Reine à Oxford, ou à Cambridge ? » Je pense que ton papa serait plus rassuré si tu allais à Cambridge. Je ne pense pas que Oxford soit fait pour toi, tu prendrais vite peur, à moins que tu soit une forte teigne.

→ Après avoir écouté votre argumentaire, elle s'interrompt une seconde et fronce étrangement le nez. « Mais, au fait, qu'est-ce que c'est, le Judging Cambridge Club ? » Le JCC ? Eh bien comme son nom l'indique, c'est un club qui ne s'arrête jamais de te juger. Que ce soit tes notes, ton look ou tes actes, si tu es dans leur liste noire, tu n'en sortiras pas vivante. Le JCC, c'est le club par excellence de Cambridge.

→ « Aaaah, d'accord. Je comprends mieux. Et les TroubleMakers, alors ? C'est la même chose ?» Non, chérie. Les TroubleMakers sont mieux que le Judging Cambrige Club. On va dire que les membres des TM sont de véritables têtes brûlés qui s'amusent à faire des choses pas très sympa. Imagines qu'un jour tu te ramènes avec la nouvelle voiture de luxe que ton papa t'as acheté pour ton anniversaire, eh bien le jour même où tu t'es ramenée avec cette voiture, elle finit rayée et un peu moins jolie qu'au départ.

→ « C'est bien compliqué tout ça. Mais alors, si je choisis Cambridge et que finalement je préfère Oxford, j'ai le droit de changer en cours de route ? » Pourquoi pas, c'est pas interdit, mais tu supporteras pas le changement de mentalité. Tu survivras pas deux minutes à Oxford si t'arrives en cours d'année, crois-moi.

→ « Hm... Bon. Ca m'avance pas beaucoup. Mais en même temps, j'ai le temps. »


Dernière édition par R. Corey Sandrucci le Dim 21 Avr - 17:29, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: RCS + you have to see it for yourself.   Sam 20 Avr - 18:47

MAAAAAX Un lien s'impose j'ai envie de dire Arrow

Tu as les mêmes initiales que Carolyn, ça me perturbe beaucoup xDDDD

BIENVENUE SUR TTR
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: RCS + you have to see it for yourself.   Sam 20 Avr - 18:49

j'ai cru que c'était caro qui refaisait sa fiche haha Arrow

BIENVENUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: RCS + you have to see it for yourself.   Sam 20 Avr - 18:51

MAX (L)
Bienvenue parmi nous
et bon courage pour ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: RCS + you have to see it for yourself.   Sam 20 Avr - 18:55

haha, pour les initiales, c'était vraiment pas fait exprès WHAT A FACE !
Rose, pour le lien, c'est avec plaisir !
merci vous trooooois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: RCS + you have to see it for yourself.   Sam 20 Avr - 19:13

Bienvenue parmi nouuus
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: RCS + you have to see it for yourself.   Sam 20 Avr - 19:31

j'ai sorti amanda pour toi Arrow bienvenuuue sur ttr ! bon courage pour ta fiche ! et oui c'est très perturbant cette histoire d'initiales mais ça me plait bien
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: RCS + you have to see it for yourself.   Sam 20 Avr - 19:56

Bienvenue sur TTR heart Bon courage pour la fiche
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: RCS + you have to see it for yourself.   Sam 20 Avr - 20:03

Bienvenue =D
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: RCS + you have to see it for yourself.   Sam 20 Avr - 20:17

HAHAHAHAHAHAH Biiiiienvenue a TTR
Super choix de vava J'adoooore

Garde moi un lien Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: RCS + you have to see it for yourself.   Sam 20 Avr - 21:23

Même bug d'initiales pour ma part uu'
Max et ton gif de présentation
Bienvenue parmi nous et bon courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: RCS + you have to see it for yourself.   Sam 20 Avr - 22:00

+ Georgia - Amandaaaa
+ Edwige - t'inquiète, je te garde un lien bien au chaud

Du coup, j'hésite à changer le premier prénom, cette histoire d'initiales commence à me perturber aussi :hum:
En tout cas, merci à vous tous
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: RCS + you have to see it for yourself.   Sam 20 Avr - 22:09

Max
Etudiant en psycho, yaaay Il nous faudra un lieeeeeen
Bienvenue sur le forum, en tout cas, & bonne chance pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: RCS + you have to see it for yourself.   Dim 21 Avr - 12:14

Maaaaax
Bienvenue parmi nouuuuus & bonne chance pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: RCS + you have to see it for yourself.   Dim 21 Avr - 14:34

Bienvenue sur TTR et bonne chance pour ta fiche

Pour continuer dans la lignée, Max est un très bon choix d'avatar
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: RCS + you have to see it for yourself.   Dim 21 Avr - 17:40

+ Juliet - haha pas de soucis, keupine d'étudeeees !

Merci à vous pour l'accueil c'est adorable
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: RCS + you have to see it for yourself.   Dim 21 Avr - 18:28

Helloooooo dear

Alors, je t'annonce avec plaisir que tu es validé ! Toutefois, essaie de faire attention à tes fautes en rp, je peux comprendre qu'elles soient difficiles à voir sur la longueur mais certaines sont conséquentes.

Il n'empêche, bienvenuuuuue sur TTR Je t'envoie un petit mp de ce pas
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: RCS + you have to see it for yourself.   

Revenir en haut Aller en bas
 
RCS + you have to see it for yourself.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: