anipassion.com
 

 SEX SFR ◊ when the sun goes down...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: SEX SFR ◊ when the sun goes down...   Jeu 18 Avr - 23:47


✖ STEPHEN XENOS & SLOAN RYAN ✖
« Oxford # Water Eaton # Appartement de Stephen »
codes par Shiya

Les paupières closes, je sortais doucement de mon sommeil, sentant les rayons du soleil couchant réchauffer ma peau. Je m’étirai légèrement, le sourire aux lèvres, avant d’ouvrir mes yeux sur le plus beau spectacle qu’il m’était donné de voir depuis de nombreuses années. Etendu à mes côtés, Stephen dormait encore paisiblement, l’air aussi inoffensif qu’un chaton. Nous avions passé l’après-midi entier à entremêler nos corps avec passion, retrouvant la complicité d’autrefois et découvrant ce que nos expériences respectives nous avaient apprises. Autant le dire clairement, nous nous étions surpassé. Il m’était souvent arrivé de me demander ce que cela ferait si je renouais avec mon ex-fiancé. Les réticences que j’avais pu avoir étaient totalement erronées. Nos corps et âmes se complétaient et cela n’avait pas changé. J’observais avec tendresse les traits de son visage lorsque le vibreur de mon téléphone portable me confronta à la réalité. Je me redressai vivement et mon regard parcourra le sol de la chambre à la recherche de mon jean parmi nos vêtements éparpillés. Lorsque je le vis, j’attrapai la chemise de Stephen, l’enfilai, et me précipitai au bout du lit pour me saisir de l’appareil fourré dans la poche arrière de mon vêtement. L’écran affichait un appel manqué de mon metteur en scène et la vue de son nom me glaça le sang. Entre notre départ précipité du Queen’s Lane et la rencontre avec June, le message qu’il m’avait envoyé en fin de matinée m’était totalement sorti de l’esprit. Peu habitué à mon silence, Kelcey devait être comme un lion en cage, tournant en rond par la frustration. Si mon enthousiasme était indéniable à chaque fois qu’il m’invitait à le rejoindre à Londres, aujourd’hui, je ne parvenais pas à définir les sentiments que j’avais à son égard. Une chose était pourtant claire : je n’avais aucune envie de me séparer de Stephen ni de penser à quelqu’un d’autre que lui. Cependant, lorsque je me retournai vers lui, je ne pouvais faire autrement que d'imaginer Kelcey, rongée par la culpabilité. Je n’avais aucune idée de la situation où nous mèneraient nos ébats mais, quelle qu’elle soit, j’avais le sentiment qu’il était temps de clarifier certains points, quitte à mettre un terme à l’euphorie de nos retrouvailles. Je remis mon téléphone là où je l'avais trouvé et me glissai sur le lit pour retrouver Stephen dont le visage commençait peu à peu à s'agiter. Je déposai délicatement mes lèvres sur son nez, puis son front et sa joue, avant de lui chuchoter à l'oreille. « Hé, la Belle au Bois Dormant... Il faut se réveiller... » Les traits de son visage s'agitèrent alors, formant un doux sourire sur ses lèvres. Je me doutais bien que cet aspect de ce qu'il était à l'époque n'aurait pas changé. C'était l'une de nos différences qui me faisait l'aimer encore plus et je prenais à chaque fois un malin plaisir à le faire râler dès le réveil. Je ne manquais jamais d'imagination pour le sortir de ses nuits et me délectais toujours de ses différentes réactions. Cependant, en cette fin d'après-midi, j'aurais tout donner pour qu'il émerge de sa sieste avec énergie. Sa main m'attira contre lui et il me déposa alors un baiser sur le front, suivant exactement notre ancien rituel matinal. Ce geste, aussi anodin qu'il puisse paraître, me dérouta comme jamais. Nos douces retrouvailles avaient-elles fait ressurgir ses anciens sentiments à mon égard ? Cette journée de pure folie suffisait-elle pour qu'il nous considère de nouveau comme un couple ? J'avais souvent réussi à lire les pensées de Stephen comme si un lien télépathique nous unissait mais, cette fois-ci, mon esprit était bien trop embrouillé pour que je parvienne à lire en lui. Si mes sentiments étaient troubles et les siens imperceptibles, la culpabilité que j'éprouvais se faisait de plus en plus ressentir, pressant mes poumons avec force. « Laisse moi dormir... » Impuissante, je me laissai attendrir par ces quelques mots, m'offrant ainsi un instant de répit dans mon affolement. La tête posée sur l'oreiller, à quelques centimètres seulement du visage de Stephen, je lui adressai un regard tendre lorsque ses paupières s'ouvrirent doucement et que ses lèvres vinrent se déposer sur les miennes. J'aurais aimé que ce moment dure une éternité mais, lorsqu'il replongea dans son sommeil, mon regard se figea. J'aurais pu lui pincer le nez, lui envoyer le réveil-matin dans la figure ou lui sauter dessus comme une enfant sauvage mais, quelque peu désemparée, je ne trouvai pas mieux que de lui balancer d'un ton neutre : « Je couche avec mon metteur en scène ! » Au moins, j'étais certaine de ne jamais lui avoir fait subir ce coup-là auparavant. Comme surprise par les mots qui venaient de sortir de ma propre bouche, je me redressai vivement et ramenai mes genoux vers mon visage avant de les entourer fermement de mes bras et de me balancer d'avant en arrière, manquant littéralement de souffle.

(sujet en cours)


Dernière édition par Sloan Faye Ryan le Ven 26 Avr - 0:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: SEX SFR ◊ when the sun goes down...   Sam 20 Avr - 0:28


✖ SLOAN RYAN & STEPHEN XENOS ✖
« Oxford # Water Eaton # Appartement de Stephen »
Je sens du mouvement dans mon lit qui me tire doucement de mon sommeil, sans pour autant me réveiller complètement. Je somnole et je me ressasse les quelques rêves que j'ai pu faire dans la nuit. Oh par contre, il y en a un qui est définitivement un souvenir que je me suis remémoré de nombreuses fois durant mon sommeil. Un léger sourire se lit sur mon visage encore endolori par le sommeil. Je sais qu'elle est à mes côtés, à me regarder dormir. Nous avons passé toute l'après-midi dans une parfaite communion, comme si toutes ses années de séparation ont été bénéfiques. Notre alchimie était restée intacte, si ce n'est plus, jamais je n'aurais imaginé cela possible. Bien sûr qu'il m'était déjà arrivé de penser à reprendre ma relation avec Sloan, mais cela me semblait tellement utopique de ma part. Finalement, nous sommes tels des aimants qui s'attirent l'un vers l'autre sans se lâcher; nous sommes complets lorsque nous sommes ensemble. Je comprends pourquoi je n'ai jamais retrouvé ce que j'ai toujours eu avec Sloan lorsque j'étais avec une autre femme; il m'a toujours manqué ce petit quelque chose. J'aime ma complicité avec cette femme, j'aime ce sentiment d'appartenir à quelqu'un lorsque je suis avec elle. Il n'y a qu'avec elle que je me donne corps et âme, sans compter une seule seconde. J'ai toujours pensé qu'il faut se donner dans son entièreté à la personne qu'on aime, car chaque personne qu’on s’autorise à aimer, est quelqu’un qu’on prend le risque de perdre. Mes sens sont en éveil, d'autant plus lorsque je sens les lèvres de Sloan se poser sur mon visage pour me réveiller en douceur. « Hé, la Belle au Bois Dormant... Il faut se réveiller... » J'esquisse un léger sourire, elle se souvient que j'ai toujours du mal à émerger de mon sommeil, et qu'il faut être patient avec moi au réveil. Je peux sentir la chaleur de son corps, et délicatement, je fais glisser mes mains au-dessus des draps pour atteindre son corps afin de la rapprocher un peu plus de moi. Je dépose un baiser sur son front, comme je l'ai toujours fait par le passé; oui, toujours sur le front avant même de l'embrasser. « Laisse moi dormir... » disais-je d'une toute petite voix penaude. Je me doute qu'elle ne va plus me laisser dormir, comme à chaque fois que j'ai pu lui sortir cette phrase. Ce sera quoi cette fois? Un oreiller dans la figure ou me sauter dessus en me chatouillant de toutes ses forces. J'essaye de faire bouger les muscles de mon visage pour m'aider à me réveiller. Que j'ai horreur des réveils, mais là, j'apprécie énormément ce réveil pour le moment en douceur de Sloan. J'ai une chance inimaginable de me retrouver à ses côtés, et j'ai envie d'en profiter un maximum. Je n'ai aucune envie de la voir partir, je ne sais pas où cette histoire va nous mener, mais vivre au jour le jour est l'un de mes adages, et je veux m'y tenir avec Sloan. J'ouvre les yeux encore à demi fermé, et je m'approche d'elle pour lui donner un léger baiser sur ses lèvres, avant de reposer lourdement ma tête sur mon oreiller en refermant mes yeux.
Je ne sais pas où cette histoire va nous mener, je n'ai pas envie de me projeter dans un avenir proche et commencer à me faire des films. À l'heure actuelle, notre relation commence à renouer avec les sentiments, du moins pour ma part; mais je suis certain que Sloan a ressenti cette vague de chaleur l'envahir. Nous avons couché ensemble, et partagé des moments intenses durant toute l'après-midi, mais je ne me hasarde pas à penser à nous comme un couple à nouveau. J'ai appris de mes erreurs passées, et je ne veux pas brusquer les choses avec Sloan; même si, il est clair que nous avons mis un coup d'accélérateur assez vif ! Je ne parviens pas à m'extirper de ma somnolence, comme chaque jour, et je peux être de sacré mauvaise humeur au réveil; mais là, ce réveil était tout autre, enfin, c'est ce que je pensais quelques secondes avant qu'elle me balance ces mots brusquement. « Je couche avec mon metteur en scène ! » Mes paupières lourdes s'ouvrent en une fraction de seconde et je la vois assise sur le lit avec le visage à demi enfouit dans son oreiller, tout en se balançant d'avant en arrière. J'essaye de me remettre ces mots en tête, pour être bien sûr de ce que j'ai entendu. Mes mains commencent à me masser mon visage. À vrai dire, je ne sais pas comment je dois prendre cette nouvelle! Elle me l'annonce soudainement, sans me prévenir et surtout après avoir couché ensemble; à croire qu'elle est pleine de remords, soit d'avoir couché avec moi soit avec lui ! J'ai cette envie furieuse de sortir de la chambre et me mettre à crier tellement fort que mes trois veines de front vont ressortir; et l'envie d'aller dans la salle de bain afin de prendre une douche froide. Des secondes ou même des minutes se passent sans que je ne dise quoi que ce soit, j'ai besoin de faire le point dans ma tête afin de ne pas dire des choses de travers. Dans un sens, elle est honnête avec moi et puis, si elle m'avait annoncé cela quelques heures plus tôt, il aurait été évident qu'elle ne serait pas dans mon lit. Je me redresse, dans le genre de réveil tonique, cette fois elle a fait fort ! Je reste à ma place, sans m'approcher d'elle. « Et tu viens de coucher avec moi... Donc, deux amants, à moins qu'il y en a d'autres dans le tableau, auquel cas je m'incline! » disais-je d'un ton calme sans une once de colère, en finissant par un léger rire. Je préfère prendre cette nouvelle sans me prendre la tête, et commencer à me poser de multiples questions. Nous ne sommes plus ensemble, et il me paraît normal qu'elle ait d'autres hommes dans sa vie. Mon sermon sur le fait qu'elle couche avec son metteur en scène arrivera plus tard, quand la tension sera redescendu; mais pour le moment, je préfère prendre cela avec légèreté.
Revenir en haut Aller en bas
 
SEX SFR ◊ when the sun goes down...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: