hello stranger → donna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: hello stranger → donna   Mar 9 Avr - 0:43

Affecté à Oxford depuis plusieurs semaines maintenant - cette date bénie à tout point de vue qu'est la Saint-Valentin, pour être exact - j'abandonne Priam à son déjeuner traditionnel pour rejoindre le poste de police de la ville, où nous ne passons que très rarement. Je passe presque toutes mes nuits ici depuis que je travaille sur l'affaire du Casino, et Londres en vient à me manquer, tragiquement. Pourtant je connais Oxford comme ma poche, j'ai étudié ici moi même il y a quelques années. Si je viens ici, c'est pour croiser Donna, avec laquelle j'ai effectué mon premier stage, à peine diplômé de criminologie encore. J'entre à l'intérieur en montrant ma plaque à l'accueil pour justifier ma présence et file dans les couloirs pour trouver le bureau de Donna, perdu dans un coin. Je frappe trois coups secs et pousse la porte, ravi de la trouver seul. « Hey, c'est la police ». Je souris un peu, amusé - et bon public. « Ca fait un bail, c'est une honte ». Je m'approche pour lui faire la bise, me penchant au dessus de son bureau. « Je t'offre un café pour fêter ça ? » Elle m'observe avant de céder, rapidement convaincue finalement. « Pourquoi pas, je n'ai rien de mieux à faire » Aussitôt dit, aussitôt fait, elle enfile sa veste et nous quittons son bureau comme si nous y travaillions tous les deux tous les jours. « Alors, comment va le travail, gueule d'ange ? » J'hausse un sourcil, toujours pas habitué à ce qu'elle me surnomme comme ça, décidément. « Ils ont raison, tous, en fait. T'es vraiment obsédée par le travail, hein ? » Je la taquine et hausse une épaule, m'assombrissant légèrement au passage. « Je travaille sur une affaire difficile... à Oxford, un meurtre. Tu as du en entendre parler je suppose, une prof assassinée le soir de la Saint-Valentin au Casino Hastings-Bass... » Je soupire de nouveau et hausse une épaule, piétiner m'agace, d'autant plus que la famille me touche plus que je ne veux bien l'admettre, comme toujours. Elle me semble soudain captivée par la conversation, ce que confirme sa voix quand elle m'interroge : « Tu as des pistes intéressantes ? » Je secoue la tête et pousse un soupir las. « En dehors du fait que tout dans ce casino m'inspire le dégout, non, je n'ai pas de piste intéressante... » Je soupire et tourne la tête, fourrant mes mains dans mes poches. « Et à dire vrai, j'ai un peu peur que ça ne change pas. Je ne sais pas à quoi on s'attaque, Donna, mais le meurtre de cette fille, j'ai l'impression que ce n'est pas le fond du problème ». Et le fond du problème me parait bien trop important pour de simples flics que nous sommes.

Le sujet la met dans tous ses états, je peux le dire de manière quasiment instantanée. « C'est loin d'être le fond du problème, effectivement. » Je plisse le front pour l'écouter qui poursuit, attentif aux accès d'agacement et aux tremblements dans sa voix. « Bartholomew Hastings-Bass et son organisation sont pourris jusqu'au plus profond de leurs os, Mathias. Ce meurtre, ce n'est que la partie visible de l'iceberg. Il y a bien plus en dessous. Je ne sais pas jusqu'où ça va, mais je ne serais pas surprise si on arrivait à connecter ce meurtre avec d'autres ayant eu lieu auparavant, et qu'on aurait jamais pensé à relier au casino. Et puis il n'y a pas que ça. Je suis persuadée qu'il se passe quelque chose de pas net là-bas. Trafic de drogue, d'argent, ou encore prostitution, je n'en ai pas la moindre idée, mais quelque chose ne tourne définitivement pas rond. Sauf qu'il a des relations partout, et qu'il a toujours trouvé un moyen d'échapper à nos filets. Quoi qu'il arrive, on ne peut pas trouver de connections entre lui et ces délits. C'est comme ça depuis des années. » J'acquiesce lentement, mais fronce le nez cependant. « Je ne sais pas ce qu'il se passe, mais les Hastings-Bass n'ont pas tué cette fille. Ils ont passé la soirée à jouer les gentils organisateurs de leur cluedo géant, et les interrogatoires n'ont rien donné à part confirmer ces faits ». Je soupire un peu et glisse une main dans mes cheveux, le noeud du problème me parait encore plus difficile que ce qu'elle a décrit. « Les Hastings-Bass n'ont pas le profil de tueurs. Trafiquants, mafieux sur les bords, clairement fous, peu modestes, mais assassins ? Quoi qu'il en soit, Priam et moi, on reste là-bas pour l'instant, l'enquête est toujours en cours. » J'acquiesce, encourageant, puis me tourne vers elle, un peu plus personnel.« Tu as déjà eu affaire à eux, non ? » Elle secoue la tête : « Pas... directement, non. » Je fronce le nez mais choisis de ne pas insister davantage, le sujet a l'air douloureux et je n'ai pas envie de la brusquer. Ce n'est pas son cas, c'est le notre, à Priam & à moi, et quelque soit la galère dans laquelle on semble s'être embarqués, je sais qu'on finira par le résoudre. « On finira bien par mettre la main sur celui qui a fait ça, un meurtre dans un Casino, ça ne peut pas ne pas se résoudre ». Je l'affirme mais je manque clairement de convictions.

uc


Dernière édition par Mathias O. Irons le Mar 4 Juin - 16:21, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: hello stranger → donna   Dim 14 Avr - 13:49

Avec un soupire de soulagement, je finis de taper le dernier mot de mon rapport et enregistre le document. La paperasse, ça me casse les pieds. Je suis une femme de terrain, moi, j'ai besoin d'agir, de mettre des criminels derrière les barreaux. Rester assise derrière un bureau et tapoter sur le clavier juste pour faire plaisir à mes supérieurs, ça va bien trois secondes. Je ferme la fenêtre avant de mettre mon ordinateur en veille. A ce moment, quelqu'un toque à la porte. Persuadée que c'est Charlie, je suis plus que surprise de voir Mathias Irons, un jeune garçon qui m'a servit de stagiaire il y a quelques années, pénétrer dans mon bureau. C'est une bonne surprise, hein, mais je ne m'attendais pas à le voir ici. « Hey, c'est la police » Un petit sourire amusé étire le coin de ma bouche. « Ca fait un bail, c'est une honte » Il me fait la bise, et je hoche la tête, l'observant attentivement. Rien à faire, le bougre à beau approcher dangereusement de la trentaine maintenant, il a toujours l'ai d'avoir douze ans. « Je t'offre un café pour fêter ça ? » Je réfléchit un instant, et me lève finalement de mon siège. « Pourquoi pas, je n'ai rien de mieux à faire » je lui réponds avec un petit clin d’œil. J'enfile ma veste, et lui emboîte le pas pour sortir hors de mon bureau. « Alors, comment va le travaille, gueule d'ange ? » je lui demande, me souvenant que j'avais l'habitude de le surnommer comme ça. Oui parce que figurez-vous que Mathias, on dirait un peu un petit ange tombé du ciel, on lui donnerait bien le bon Dieu sans confession. « Ils ont raison, tous, en fait. T'es vraiment obsédée par le travail, hein ? » Je lève les yeux au ciel, mais essaie de ne pas être trop vexée par cette remarque. Après tout, ce n'est que la vérité. Je suis vraiment obsédée par mon travail, et par les résultats que je veux en obtenir. « Je travaille sur une affaire difficile... à Oxford, un meurtre. Tu as du en entendre parler je suppose, une prof assassinée le soir de la Saint-Valentin au Casino Hastings-Bass... » Je sens mon intérêt pour la conversation doubler soudainement. Pas que la conversation jusque là ne m'intéressait pas, mais quand on me parle de meurtre, et d'autant plus d'un meurtre commis chez eux... Bien sûr que j'ai entendu parler de cette histoire, ça a fait la une des journaux... Sans compter que tout ce qui touche aux Hastings-Bass, ça me concerne directement. « Tu as des pistes intéressantes ? » je lui demande, sentant ma curiosité et mon instinct de flic prendre le dessus. Il secoue la tête et soupire. Je grimace. On est dans la même merde à ce que je vois, lui et moi. « En dehors du fait que tout dans ce casino m'inspire le dégout, non, je n'ai pas de piste intéressante... » Je ferme les yeux un instant. Je m'en doutais. « Et à dire vrai, j'ai un peu peur que ça ne change pas. Je ne sais pas à quoi on s'attaque, Donna, mais le meurtre de cette fille, j'ai l'impression que ce n'est pas le fond du problème » Je secoue la tête et me mords la lèvre. Il a l'air complètement désespéré, et je le comprends. S'attaquer au casino Hastings-Bass, ce n'est pas une partie de plaisir, au contraire. « C'est loin d'être le fond du problème, effectivement. » Je me pince l'arrête du nez, et retiens un soupire agacé. Parler de cet endroit, de ces gens, de leurs magouilles, ça me met toujours hors de moi, et j'ai du mal à contrôler mes émotions dans ces cas-là. En général, Charlie est là pour me calmer, mais tout de suite, ce n'est pas le cas, et il est hors de question que je perde le contrôle devant mon ancien stagiaire. « Bartholomew Hastings-Bass et son organisation sont pourris jusqu'au plus profond de leurs os, Mathias. Ce meurtre, ce n'est que la partie visible de l'iceberg. Il y a bien plus en dessous. Je ne sais pas jusqu'où ça va, mais je ne serais pas surprise si on arrivait à connecter ce meurtre avec d'autres ayant eu lieu auparavant, et qu'on aurait jamais pensé à relier au casino. Et puis il n'y a pas que ça. Je suis persuadée qu'il se passe quelque chose de pas net là-bas. Trafic de drogue, d'argent, ou encore prostitution, je n'en ai pas la moindre idée, mais quelque chose ne tourne définitivement pas rond. Sauf qu'il a des relations partout, et qu'il a toujours trouvé un moyen d'échapper à nos filets. Quoi qu'il arrive, on ne peut pas trouver de connections entre lui et ces délits. C'est comme ça depuis des années. » Mon ton est amer alors que je dis ça, pensant à mon père, à ce qui lui est arrivé. Je suis convaincue que c'est cet homme le nœud du problème, et que si on arrivait à le faire tomber, ça réglerait pas mal de problèmes. « Je ne sais pas ce qu'il se passe, mais les Hastings-Bass n'ont pas tué cette fille. Ils ont passé la soirée à jouer les gentils organisateurs de leur cluedo géant, et les interrogatoires n'ont rien donné à part confirmer ces faits. Les Hastings-Bass n'ont pas le profil de tueurs. Trafiquants, mafieux sur les bords, clairement fous, peu modestes, mais assassins ? Quoi qu'il en soit, Priam et moi, on reste là-bas pour l'instant, l'enquête est toujours en cours. » Mon cerveau tourne à cent à l'heure. Non, évidemment que non ils n'ont pas tué cette fille. Barth Hastings-Bass n'irait jamais se salir les mains comme ça. Il jouerait bien trop gros. Et je ne sais pas si sa fille trempe dans ses activités ou si elle n'a aucune idée de ce qu'il se passe. Mais quoi qu'il en soit, ça ne veut pas dire qu'il n'est pas lié à ce meurtre. Ça ne veut pas dire qu'il n'est pas en partie responsable. Je suis sûre que ce meurtre a quelque chose à voir avec les activités du casino. « Tu as déjà eu affaire à eux, non ? » Je serre les dents. « Pas... directement, non. » A vrai dire, je n'ai encore jamais rencontré Bartholomew Hastings-Bass.

uc
Revenir en haut Aller en bas
 
hello stranger → donna
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» zoya marjane tajadod || a stranger in the city
» LE DRAME HAITIEN SE POURSUIT EN 2012
» Stranger in a strange land ♥ Raf && Tempy
» Meeting with a stranger ► Chloé&Jules
» hello stranger.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: