Elargissement de la Famille Scott

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: Elargissement de la Famille Scott   Jeu 28 Mar - 22:38

L'endroit était plaisant. de la verdure à profusion, des petites haies taillées à la perfection...et les gens qui trottinaient sur les pelouses impeccablement tondues étaient, eux aussi, parés à la perfection. Je me demandais si ,finalement mon pantalon de golf à dominante canari n'était pas un tantinet trop...chatoyant pour l'harmonie toute en délicatesse de l'endroit
Quoi qu'il en fût,il était trop tard à présent pour revenir à la maison choisir un vêtement plus discret. Quelle idée saugrenue avait pu traverser l'esprit de Misses Carter de me prier à un brunch dans pareil endroit,alors qu'il était de notoriété publique que les rôties les plus moelleux étaient concoctées par votre serviteur.
J'entends déjà les esprits rétrogrades et conservateurs dire que justement c'est bien leur manque de crouistillance qui leur était reproché.
Hélas, il subsiste encore des esprits étroits et des palets rétifs aux nouvelles saveurs et aux textures avant gardistes.
Manifestement ici, on était loin de l'audace que j’appréciais. Tout respirait le classicisme, l'intemporalité.
A la réflexion ce décors était parfait pour la Reine du gotha cambridgien.
Faisant fi de ces considérations sociologico comportementales,j'entrai dans le restaurent,au décors d'un académisme déprimant,et m'assis en attendant patiemment qu'un pingouin à peine dégelé de sa natale banquise vienne avec une morgue condescendante induite par ma tenue, me demander ce que je désirais.
Je crois que ce brave garçon ne pouvais rien faire concernant ce que je désirais,mais ,qu’en revanche, il pouvait me servir un thé au lait, boisson qui me semblait parfaite en ces lieux fades.
En effet, je désirais faire ,même si c'était malgré lui, le bonheur de mon cher Tim. Et ce, en tentant de le rapprocher de la délicieuse Moon Carter, qui ,bien que ce grand nigaud n'en aie pas conscience, se mourrait manifestement d'amour pour lui.
. Je tentai de prendre une attitude un tantinet maniérée pour poser mes lèvres au bord de ma tasse de porcelaine, afin d'avoir le style duègne de circonstance ici apparemment. Je riais intérieurement en m'imaginant, spectateur de moi même ,sorte de bouffon perdu dans l'antichambre de Buckingham palace. Un froissement d'étoffe et un parfum capiteux sorti ,à n'en point douter au moins de chez Floris trahit l'approche de Madame Carter mère. Je me levai, prenant garde de ne point heurter quelque traitre pied de table dans l'opération, afin de ne pas d'emblée sombrer dans le ridicule et tendis une main saupoudrée d'un bon sourire à la dame.

-Misses Carter, je suis ravi que nous puissions avoir un petit entretien

« Je suis tout aussi ravie que vous ayez pu vous libérer pour me rencontrer. Comme vous le savez, je suis donc la grand-mère et tutrice de Moon, qui s'est beaucoup rapproché de votre fils Timothy ces derniers mois. »

Elle avait dit cela avec une affabilité qui eut pu passer pour une simple précaution protocolaire,d'autant plus que l'aisance avec laquelle elle se laissait servir par le petite jeune fille blonde trop guindée, elle, pour que cela puisse laisser porter à confusion quand à l'aspect affecté de ses trop bonnes maniéres.

« C'est un très charmant garçon et comme j'ai l'impression que je vais le revoir, je me suis dit que nous autres vieilles gens aurions pu faire connaissance également ! »

Reine, décidément était presque une carricature de l'archétype de la bonne société Cambridgienne. Tout y était, y compris le rire ponctuant ses propos pour signifier à l'interlocuteur qu'elle voulait que la conversation se déroule sur un mode non protocolaire.
L'homme simple ,venu des bords de la Taf,que j'étais trouvait ses façons quelque peu ridicules,mais j'avais appris à mieux user de mon intelligence au contact de mon épouse, qu'en me servant pour me retrancher dans une tour d'ivoire ou seuls les initiés aux choses de l'esprit avaient accès. Les temps du rejets par la faute du préjugé étaient, fort heureusement révolus depuis longtemps.
Fort heureusement pour moi, car la vie était devenue plus belle depuis que j'acceptais avec meilleure grâce l'interaction avec les autres...et Heureusement pour TIM,car il eut été fâcheux que je cataloguasse définitivement Misses Carter dans la catégorie des précieuses futiles.
Cette femme avait réussi à faire de Moon une jeune fille pétillante de curiosité...Et elle ne pouvait, par voie de conséquence ,être réduite à une douairière parfumée servant d'ornement à une salle de réception prétentieuse.
Alors, j'ai cherché en elle ,au delà des apparences guindées, la spiritualité que je trouvais chez sa pupille.
Et j'ai cru remarquer, au fond de son regard,qu'elle s'amusait des codes protocolaires plus qu'elle ne se réfugiait derrière eux pour se donner une consistance qui lui aurait fait défaut.
L'imbécile primaire, ne l’occurrence, c'était moi...Et c'était somme toute logique puisque Misses Carter était une sommité en matière de relation publique, domaine dans lequel je serais toujours loin d'exceller!
Alors, humblement,je suis passé outre mes préventions obtuses, pour vraiment offrir un œil bienveillant à la Reine, "mére" de moon!

- Sans pour autant en venir à nous taper sur le ventre,je vous avoue que je suis adepte de la plus grande simplicité dans les rapports humains,aussi irais-je droit au but

Une aussi longue tirade nécessitais que je reprenne mon souffle,et je m'octroyai une pause boisson pour me remettre en langue.
Bien mal m’en prit car je ne manquai point d'accrocher le présentoir de marmelade, en argent, comme de bien entendu.
Et , afin que la gaffe fut des plus efficaces,le compotier volant termina sa trajectoire sur les genoux de Miss Carter.
Je n'avais pu faire illusion plus longtemps. J'étais et je resterais toujours une catastrophe ambulante,transformant la vie en une éternelle pantalonnade, et ,en ce moment ,le tailleur élégant de Miss carter en une sorte de papier attrape mouche violine et gluant!.
De plates excuses s'imposaient, mais le retour à mon univers de loufoquerie provoqué par l'incident me fit oublier toute bienséance,et je ne pus m'empêcher de lâcher un juron ,sans nul doute du plus triste effet
Tim pardonne l’ectoplasme impossible qui te sers de géniteur, je t'en conjure!
Mesurant à quel point il était impossible de renier ma nature,soulagé du poids que je m'étais auto imposé de devoir me comporter en gentleman digne de briguer à l'ordre de la jarretière,j’enchainai

- Le pire étant déjà advenu,il ne me reste à présent que le meilleur de moi même à vous dévoiler. Ne frottez pas, c'est inutile, la myrtille contient des pigments fortements hydrophiles.un simple rinçage et il n'y paraitra plus

U-C


Dernière édition par Marty E. Scott le Sam 6 Avr - 2:19, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Elargissement de la Famille Scott   Mar 2 Avr - 0:09

Je soupire en arpentant la terrasse couverte du country club, ne pouvant m'empêcher de remarquer qu'aucun de mes conseils floraux n'a été suivi. Certes, je ne joue pas au golf et ne suis membre de cette petite organisation que pour avoir un endroit charmant où donner des rendez-vous. Et pour profiter du service de SPA et de piscine qui vont avec la très onéreuse carte de membre. Je tâche donc de compenser ma venue sporadique et relativement intéressée par un investissement dans le développement des lieux. J'ai rejoint le comité d'organisation, je propose régulièrement des idées d'événements pour dépoussiérer un peu l'image austère et élitiste qu'ont ce genre d'institution et bien sûr, je fais part de mes talents de décoratrice. Mais bien entendu, les femmes et filles de n'ont que faire de l'opinion d'une vieille excentrique de mon espèce. Mal leur en prend, j'ai sans doute bien plus d'influence et de contacts que les hommes de leur vie, mais tant pis pour elle. Si elles veulent s'obstiner à entretenir des orchidées avec cette lumière, ce n'est que l'illustration de leur entêtement arrogant qui entraînera un jour leur perte. Car le secret de la longévité chez les plus que riches, c'est la discrétion et le discernement. Culotté de la part d'une vieille dame vêtu d'un tailleur pantalon vert émeraude, mais j'entends la discrétion financière. Et la capacité à accepter la critique et les conseils. Et cela ne vaut pas que pour les orchidées.

« Théodora, faites comme bon vous semble. Mais quand vous constaterez qu'à l'été vous vous retrouverez avec un tas de mauvaises herbes et de fleurs mortes sur les bras, vous pouvez oublier toute recommandation de ma part. » Je tourne les talons, laissant cette femme trophée péroxydée se plaindre de moi à ses autres amies en plastique. De toute manière, c'est quasiment l'heure de mon rendez-vous. J'en serais presque venue à oublier avec toutes ces petites affaires internes au country club. Car bien sûr, je ne suis pas venue que pour les fleurs. Il semblerait que le comptable soit à peu près aussi compétent en la matière que moi en extreme biking. Terme dont j'ai découvert l'existence il y a quelques jours, alors que Moon regardait une obscure chaîne sportive à la télévision. Je laisse donc le numéro des gens qui m'aident à gérer mes propres finances au président, non sans lui rappeler que j'avais douté des références du fameux comptable véreux. On pourrait croire que ces gens auraient appris à m'écouter.

Je rejoins finalement le salon dînatoire, où j'ai fait commander un brunch pour moi-même et monsieur Scott. Je ne suis pas certaine qu'il soit du genre à apprécier les simples toasts , mais bruncher le weekend est tout ce qu'il y a de plus approprié. Et au diable la cuisine moléculaire pour cette fois, même si je suis fort curieuse à ce propos, ce n'est pas ce qui m'amène à convoquer cette petite réunion. En me voyant approcher, mon invité se lève pour me tendre une main polie. Je la sers de bonne grâce et lui rend son sourire, avant de m'installer face à lui et de quémander un bon thé à l'hôtesse. « Je suis tout aussi ravie que vous ayez pu vous libérer pour me rencontrer. Comme vous le savez, je suis donc la grand-mère et tutrice de Moon, qui s'est beaucoup rapproché de votre fils Timothy ces derniers mois. » La jeune blondinette dépose une théière et deux tasses, qu'elle sert d'une main sûre et, après l'avoir remerciée cordialement, je reprends le fil de la discussion « C'est un très charmant garçon et comme j'ai l'impression que je vais le revoir, je me suis dit que nous autres vieilles gens aurions pu faire connaissance également ! » Je m'esclaffe légèrement, avale quelques gorgées de ma boisson et pioche avec bonne humeur dans la salade de fruits qui trône devant moi.

« Sans pour autant en venir à nous taper sur le ventre,je vous avoue que je suis adepte de la plus grande simplicité dans les rapports humains,aussi irais-je droit au but... » J'interromps ma dégustations de fruits frais, à l'écoute, mais malheureusement la suite de la conversation fut brutalement avortée par un geste maladroit de Mr Scott. J'ai bien vu le pot de marmelade tanguer dangereusement mais n'ai tristement pas eu le temps d'éviter sa chute sur mon tailleur. Je me fige un instant, les bras écartés, ma petite cuillère à la main. Le reste de la salle est tombé dans le silence et une horde de serveurs s'empressent déjà de venir réparer les dégâts. Mais je n'y tiens plus, devant l'air penaud de ce brave homme et éclate d'un rire franc. Il faut dire que c'est comique, bien qu'un peu évident. Le roturier mal à l'aise qui commet un impair dès sa première visite chez les gens de la haute société. Je ne doute pas des bonnes manières de Mr Scott, mais son embarras était plus qu'évident à son arrivée et ne l'a pas quitté depuis. Il tente toutefois de se rattraper comme il le peut « Le pire étant déjà advenu, il ne me reste à présent que le meilleur de moi même à vous dévoiler. Ne frottez pas, c'est inutile, la myrtille contient des pigments fortement hydrophiles. Un simple rinçage et il n'y paraîtra plus ! »

Je hoche la tête et d'un signe de la main enjoint la serveuse à suivre les indications de l'expert en cuisine. « J'espère que vous êtes plus adroits quand vous concoctez vos petits plats Mr Scott ! J'aimerais fort y goûter, mais je crains presque d'y trouver de l'eau de vaisselle désormais... » Je lui adresse un sourire en coin, espiègle, pour signifier que l'incident est clos et que je plaisante bien sûr. « Ca ira comme ça, merci. » dis-je à la jeune fille qui est présentement en train d'inonder mon tailleur. « Vous vouliez donc en venir au but? » On s'amuse, on s'amuse, mais je n'en oublie pas le sujet qui nous amène.

uc
Revenir en haut Aller en bas
 
Elargissement de la Famille Scott
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La DGI discute de l'elargissement de l'assiette fiscale
» TNA 4 janvier. Scott Hall, X-Pac, Nasty Boys... et Hogan!
» DAN X BICHON MALE 2 ANS (SANS FAMILLE 89)
» Dragons et tyranides…Même famille ? (réservé) [Caîn et Koskyo]
» Deux nouveaux amis de la même famille (PV avec nuage de feu)(fini)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: