what the hell is this ? → arandjel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: what the hell is this ? → arandjel   Mer 20 Mar - 16:30

Journée de merde, semaine de merde, mois de merde, et à priori, année de merde, il faudrait que je pense à respirer pour éviter de sombrer dans cet océan de positivisme qu'est le mien à l'heure actuelle, mais il faut avouer que si Dieu existe, il s'est pas mal acharné ces derniers temps. Entre le médiatique coming out de la connerie d'Arthur, le meurtre pendant la soirée Saint-Valentin, et les emmerdes continues qui nous tombent sur la figure, je commence à prendre tout ça nettement moins bien que mon paternel. Sans compter que ma chère grand-mère, certes adorée mais légèrement envahissante, à grandiosement décidé qu'il serait bon pour elle d'opérer un retour aux sources oxfordiennes, se permettant donc de déposer sacs et valises dans une suite non loin de la mienne où j'essaye donc, logiquement, de ne plus dormir. Ca fait des jours que je ne me suis pas envoyée en l'air, aussi, accessoirement, ce qui ne doit pas franchement m'aider à être détendue. « Un flic a encore demandé s'il pouvait venir faire un tour pour nous poser des questions sur le soir de la Saint-Valentin » Je grimace et me masse les tempes, tentant d'oublier cet énorme merdier familial dans lequel je me suis fourrée. « Quelles considérations, il demande la permission ? » Mon père tousse et hausse une épaule, comme si ça n'était pas franchement important. Je l'adore, franchement, de tout mon coeur, et toutes ces bêtises sentimentalistes diverses, vraiment. Mais je commence à me dire que son sens des réalités dramatiques laisse à désirer et qu'il serait bon, parfois, qu'il soit plus adulte. Ce qui est une totale fable de mon esprit car pour être honnête, je sais qu'il est lui même angoissé, et je sais aussi qu'il maîtrise tout ce qu'il peut maîtriser à la perfection. Il faudrait que je me descende un de ces sacs de pilules en bas pour me détendre, l'idée me fait rire, étrangement. Je me demande souvent, ces derniers temps, quand je suis devenue si vieille, avant de saisir que par une machiavélique manoeuvre de l'esprit, je suis devenue vieille comme les autres, au fil du temps. Je m'approche de la trentaine plus que je ne reste dans la vingtaine, et ma vie est une éternelle blague qui n'en finit jamais de se renouveler.

Des états d'âme ? Franchement, non. Une lassitude certaine qui pourrait me pousser à tout plaquer pour aller buller avec la carte gold de Papa sur les plages des tropiques pour une année, ou deux, ou trois, et la réalité en face qui fait légèrement mal. Un métier stable mais hautement précaire, je gère des prostituées et des trafics de drogue tous les soirs, une famille déjantée et un avenir tout tracé dans la case vieille femme seule. Soyons honnête, je ne serai pas cette créature de rêve que je suis maintenant toute ma vie - même si je serai sans aucun doute toujours fortement attirante à 60 ans, nous n'en doutons pas - et il deviendra bien assez tôt impossible de poursuivre ce mode de vie douteux. Alors, certes, profitons en tant que l'occasion est là. Je soupire et relève les yeux, cessant de me masser les tempes pour quitter ma chaise. « On devrait voir ça plus tard, je dois aller faire un tour en bas pour vérifier que tout est prêt ». Il me fixe, un peu hébété, et je me demande s'il ne m'a pas fait la conversation pendant dix minutes sans que je ne l'écoute. Peu importe, je quitte bien rapidement la suite dans laquelle nous avions un avorton de réjouissante discussion pour gagner les sous-sols paisibles - pour l'instant - du casino. C'est là que s'organise tout le réseau, toute l'illégalité, notre liberté sur un plateau d'argent. La drogue dans les salles de droite, avec des bureaux de rendez-vous pour les clients, des artifices magnifiques et réfléchis pour dissimuler les colis, les bouteilles de vin empilées contenant des pilules blanches par centaines. La prostitution à gauche, le luxe extravagant des suites qu'on loue à l'heure, des hommes et des femmes qui s'affairent pour le plaisir charnel, sous haute surveillance.

Je choisis d'aller contrôler les salles des "bouteilles de vin", qui contiennent les précieuses pilules. Personne ne peut entrer ici, à part quelques membres du personnel et moi-même, évidemment. Je glisse mon pass dans le boitier et entre, refermant la porte derrière moi, mais je crois que je ne suis pas seule. J'allume la lumière et découvre Jack, un des types chargé de remettre les colis au client, en pleine conception artistique, dans le noir. Je fronce le nez et hausse un sourcil curieux auquel il répond en devenant littéralement rouge écarlate, ce qui est un comble pour un type qui travaille au milieu de bouteilles remplies de drogue, je vous l'accorde. A moins que ce ne soit lié à la partie de jambes en l'air que nous avons partagé il y a de ça quelques semaines et dont il ne se remet pas ? Je soupire et secoue la tête, réprobatrice, il n'a strictement rien à faire ici - à part voler pour nous, qui sait ? « C'est pas ce que vous croyez, c'est pas pour moi... » Tout s'éclaire. Jack recule et abandonne sa préparation sur une des tables, et il ne me faut que quelques secondes pour obtenir un nom. Je reporte son licenciement à plus tard, quand ça sera bien plus agréable à faire, et quitte la pièce avec le colis sous le bras pour m'occuper de son destinataire nettement plus préoccupant. J'entre dans la loge de ce dernier sans frapper, m'armant d'un sourire que j'espère à la fois cordial et sec. « Bonjour, Arandjel ». Je dépose le paquet sur une table devant lui et colle mes mains sur mes hanches. « Jack m'a donné ça pour toi, il est tellement attentionné. Tu m'expliques ? »
Revenir en haut Aller en bas
 
what the hell is this ? → arandjel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Welcome in Hell... [Ali & Ysi ]
» 05. What the hell are you waiting for.
» Welcome Hell
» Drag Me To Hell
» Gates Of hell " La porte des Enfers

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: