i guess this is a date w/ sarah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: i guess this is a date w/ sarah   Mer 20 Mar - 4:54

Angoissé, je réajuste ma veste. C’est bien la première fois que je me rend à un rendez-vous depuis disons presque dix ans. Ca peut sembler évidemment ridicule mais c’est le cas. Je fronce un peu les sourcils et passe chercher une orchidée chez le fleuriste pour ne pas arriver les mains vides ce qui semble être la meilleure manière d’y mettre de la bonne volonté. J’ignore comment me comporter à vrai dire, mais je crois que moins je me poserai de questions, meilleure sera mon attitude puisque j'ai visiblement très peu d’expérience en la matière. Si je retrace le cours de ma vie, on peut dire que je n'ai pas vraiment eu à me préoccuper de toutes ces choses. Daisy m'a trouvé, nous avons joué quelques pièces ensemble et nous sommes bien vite tombés amoureux sans considérations de rendez-vous et de chasse. Elle m'a embrassé, je l'ai embrassée, et tout est allé très vite ensuite sans que je n'ai à me poser ce genre de questions. Je gagne le Carling ou je rejoins Sarah que j’aperçois rapidement. Ce bar n’est sans doute pas l’endroit que j’affectionne le plus, et il m’est notamment arrivé plusieurs fois de couper Amy dans une imitation ridicule qui lui aurait valu les moqueries d’étudiants pendant de très longues années ici, mais Sarah semble l’affectionner comme beaucoup de gens ici. Je m’approche doucement pour la saluer avant de lui tendre l’orchidée blanche que j’ai décidé de lui offrir. « Qu’est-ce que tu prendras ? » Le plus perturbant j’imagine, c’est bien qu’elle refuse de prendre la fleur ce qui me laisse la main tendue dans l’air avec une orchidée, rendant ce rendez-vous bien plus complexe que je ne l’aurais imaginé. « Un whisky, finalement. J’espère que cette fleur n’est pas pour moi ou qu’elle n’est pas destinée à une féministe convaincue. » Je fronce les sourcils sous le joug de l’incompréhension tout en en passant sa commande, optant moi même pour une bière blonde. Je prends une inspiration et décide de poser l’orchidée sur le bar. « J’ai l’air d’un macho ? » Franchement pas non. J’ajoute alors avant qu’elle n’ait le temps de répondre. « Parce que c’est pas vraiment mon cas. Je voulais juste...enfin Sarah, cette fleur n’a rien d’une attaque, je te trouve un peu rude de la refuser...» Je souris un peu peu gêné par cette drôle de réaction. « Elle rendrait vraiment bien dans ton bureau. » Le serveur revient tantôt avec nos consommations et j’en profite pour régler la facture en espérant que le geste ne heurte pas de nouveau la féministe avertie que semble être ma collègue.

L’anthropologue s’excuse bien rapidement, et je suis presque soulagé. J’ai l’impression d’additionner les erreurs et de prouver une nouvelle fois au monde qu’Henry Howard le nerd n’est vraiment pas fait pour les rendez vous galants et ce depuis le jour ou il est arrivé sur cette planète. « Vraiment désolée, je ne cherchais pas à te blesser. Mais tu sais, la fleur c’est… comment dire… c’est disons… réduire la femme à sa seule fonction reproductrice. Et tu comprendras que lorsque l’on est habitué à associer la fleur à ce concept, il devient plus difficile de modifier son schème de penser…? » Pardon ? Je lui offre malgré moi une moue choquée lorsqu’elle parle de reproduction comme si j’avais seulement envisagé la chose en décidant de lui offrir une fleur. Je songe à me défendre, et à la rassurer sur le fait que ce n’était absolument pas le sens caché derrière le geste, mais me trouve interrompu par une nouvelle réplique. « Allez, cul sec, Henry. On va aller se dandiner sur la piste de danse. » Je hausse un sourcil tandis qu’elle avale son verre sans plus de cérémonie. Je la regarde faire, me demandant ce qui adviendrait si j’avais la mauvaise idée de l’imiter. Je ne suis décidément pas capable d’avaler une bière cul sec qu’on se le dise. « Je ne suis pas certain que ce soit une bonne idée. » Disons que le mot dandiner me fait peur. Daisy m’a appris à danser un slow, ce que j’ai fini par savoir faire avec de la pratique plutôt bien, mais me déhancher sur une piste de danse devant un nombre que je ne me risquerai pas à calculer d’étudiant, c’est vraiment pas mon truc, d’autant plus que Juliet vient d’entamer une chanson des misérables qui plonge le bar dans une ambiance nettement moins festive. Mon regard croise le sien, et je le détourne avalant une nouvelle gorgée de ma bière.




uc


Dernière édition par Henry S. Howard le Mer 3 Avr - 17:41, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: i guess this is a date w/ sarah   Jeu 21 Mar - 5:18

Sortir au Carling, c’est comme changer de chaussettes : entièrement naturel. Le soir, Sarah rentrait de l’université, se servait deux doigts de whisky sur glace et faisait préchauffer le four pour faire cuire de la lasagne surgelée. Pendant ce temps, elle allait prendre une douche. Entièrement nue, les cheveux enroulés dans une serviette, elle plaçait la lasagne dans le four et s’installait pour faire quelques corrections. Ensuite, elle mangeait, appliquait une couche de mascara, enfilait une paire de jean et une ample blouse, enfilait son menton, s’assurait qu’elle n’oubliait pas sa carte bancaire, ses clés et son portable et sortait.

Elle ne prenait jamais sa voiture, préférant plutôt héler un taxi. À cette heure-ci, c’était souvent le même chauffeur qui passait la prendre. Ils avaient fini par sympathiser et une fois sur deux, il oubliait de lui faire payer. Ce n’était pas plus mal.

Sarah avait donné rendez-vous à Henry au bar. C’était le point central du Carling et ils ne perdraient pas leur temps à se chercher. Comme de fait, Henry vint la retrouver quelques minutes plus tard, alors qu’elle n’avait pas encore pris le temps de commander, hésitant encore entre le cocktail du jour et un gin tonic. Voir arriver Henry avec une orchidée la fit hausser un sourcil. Quand il la lui tendit, elle ne la toucha pas.


« Qu’est-ce que tu prendras ? »

Sarah finit par se retourner en soupirant.

« Un whisky, finalement. J’espère que cette fleur n’est pas pour moi ou qu’elle n’est pas destinée à une féministe convaincue. »

« J’ai l’air d’un macho ? »

Macho? Oh non, ce n’était pas le mot. Sarah fit la moue, faisant mine de réfléchir, mais elle n’eut guère le temps de répondre.

« Parce que c’est pas vraiment mon cas. Je voulais juste...enfin Sarah, cette fleur n’a rien d’une attaque, je te trouve un peu rude de la refuser...»

Sarah soupira et se rendit compte que sa franchise exacerbée avait encore réussi à heurter la sensibilité de quelqu’un. En l’occurrence Henry.

« Elle rendrait vraiment bien dans ton bureau. »

« Vraiment désolée, je ne cherchais pas à te blesser. Mais tu sais, la fleur c’est… comment dire… c’est disons… réduire la femme à sa seule fonction reproductrice. Et tu comprendras que lorsque l’on est habitué à associer la fleur à ce concept, il devient plus difficile de modifier son schème de penser…? »

Sarah accueillit avec grand plaisir son whisky et elle en prit une gorgée avant de soupirer en voyant Henry régler la facture. Mais jugeant qu’elle avait fait suffisamment de tort comme ça, elle ne fit aucune remarque.

« Allez, cul sec, Henry. On va aller se dandiner sur la piste de danse. » Sur ces mots, elle joignit le geste à la parole, vidant son verre.

« Je ne suis pas certain que ce soit une bonne idée. »

« Ah ben c’est sûr, avec une chanson aussi déprimante…, » répondit Sarah du tac au tac, faisant référence à la chanson qu’une blondinette venait d’entamer au karaoké. La jeune chanteuse disait vaguement quelque chose à Sarah, mais dans la pénombre du Carling, pas moyen de savoir qui était la jeune fille. Sarah roula des yeux, soupira et reprit la parole. « Il devrait y avoir un règlement interdisant les chansons qui plombent l’ambiance en soirée. OoooH! J’ai une idée! Tu veux pas danser? Parfait! On va aller chanter YMCA, dans ce cas! Tu vas voir, ça va être fun! »

Avec cette chanson, c’est sûr que la piste de danse reprendrait son rythme endiablé. Foi de Sarah. Quant à la timidité de Henry… Il faudrait bien qu’il apprenne que le ridicule ne tuait pas. Sinon, le ridicule serait devenu depuis longtemps la première cause mondiale de mortalité.

U.C.
Revenir en haut Aller en bas
 
i guess this is a date w/ sarah
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Enfin une date pour les élections en Haiti
» Elections US: Sarah Palin plus populaire que McCain
» date limite des transactions ?
» Sarah Wild
» Sarah Eilanö

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: