MAN - it's started with a whisper

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: MAN - it's started with a whisper   Mer 27 Fév - 15:09


michelle abigail nicholson w/ felicity jones
the characterthe person
→ habite à londres.
→ âgé(e) de 26 ans.
→ née le 2 avril 1985 à Glasgow, Ecosse.
→ est assistante personnelle d'Astrée von Brezen.
→ un t-shirt bicurious ? autrement dit, l'orientation sexuelle de votre personnage.
→ est actuellement célibataire, bien qu'amoureuse.
→ pseudo : Lofticries, Eléonore.
→ âge : 16 ans, bientôt 17.
→ comment avez-vous connu le forum ? Bazzart il me semble, enfin ça fait très longtemps que je le connais sans jamais oser m'inscrire.
→ code : code bon M.
→ crédits : fyfelicityjones
→ de quelle couleur sont les petits pois ? J'sais pas moi, j'aime pas ça Evil or Very Mad


Dernière édition par Michelle A. Nicholson le Mer 27 Fév - 15:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: MAN - it's started with a whisper   Mer 27 Fév - 15:09

it's my life, it's now or never
La vie. Elle commence par l'union de deux personnes, par l'étreinte de deux corps qui s'aiment et qui ne font plus qu'un. C'est par cette passion dévorante que je suis née, un certain jour d'avril, sous la pluie de printemps, et le regard aimant d'une famille composée de parents attentionnés, d'un grand frère déjà fort protecteur et d'une grande soeur complice. Je n'aurais très certainement pas pu mieux naître, et mieux grandir que dans cette famille qui m'a toujours tout donné, qui a toujours été unie, qui a toujours était vraie. J'ai appris les principes fondamentaux d'une vie, d'une existence, à travers mes modèles, mes frères et soeurs, mes parents. Cependant, vint un jour où la vie que je vivais était bien trop mince, bien trop normale, pour que ma présence soit remarquée. Cadette de ma fratrie, je n'étais pourtant pas le centre d'attention. Jonglant entre un frère excellent dans tous les domaines, irréprochable en tout point, parfait en quelque sorte, et une soeur dure à cuire, un peu trop rebelle et téméraire sur les bords, qui ne cessait d'en faire voir de toutes les couleurs à mes parents, ma petite personne avait peu de chance de se faire remarquer. Je n'avais pourtant pas à me plaindre, étant donné que tout allait bien dans ma vie. J'avais des amis, des bonnes notes, et j'arrivais même à plaire aux garçons. Je ne demandais rien de plus, rien qu'un tout petit peu d'attention de la part de mes parents, au moins un instant. Mais un jour, ce fut trop tard.

C'était comme si le temps venait de s'arrêter, comme si tout aller au ralenti, trop vite pour moi. Je voyais les personnes défiler, sentant leur présence, sans plus. J'étais là, immobile depuis près d'un quart d'heure, incapable de savoir quoi faire. J'entendis les sanglots étouffés de Diana, ma soeur aînée de deux ans, qui s'était roulée en boule contre le mur, gesticulant d'avant en arrière. Délicatement, je fermais mes paupières, ce qui me plongea dans un noir total. Je voulais que tout ceci ne soit qu'un cauchemar, qu'une hallucination, une illusion de mon cerveau. Ce n'était pas possible. Ce n'était pas concevable. L'envie était là, mais aucune larme ne daignait couler, comme si quelque chose me bloquait, comme si je n'y croyais pas. Ce n'était pas réel, il n'y avait donc aucune raison de pleurer, de m’apitoyer sur moi-même. La prononciation de mon prénom me fit revenir à la réalité. Ouvrant les yeux, j'aperçus John, mon frère, arriver en courant. Il s'accroupit immédiatement avant de prendre Dianna dans ses bras, me lançant un regard empli de tristesse. Il savait, mais il ne comprenait pas. Nous étions deux. "Que s'est-il passé ?" S'exclama-t-il, attendant une réponse d'une de nous deux. J'étais malheureusement incapable de bouger, alors parler, c'était inconcevable, trop dur. Cela demandait trop d'effort, et je n'en avais pas. C'était comme si mon corps ne m'appartenait plus, comme si mes membres ne m'écoutaient plus. Diana releva en la direction de John, séchant ses larmes du revers de sa main. "Un-un-un accident de voiture. Ils-ils venaient nous chercher, pour qu'on aille dîner ensemble, et je ne voulais pas, alors papa m'a-a appelé. On s'est disputé, il a commencé à hausser le ton et-et ..." Elle ne put se résigner à continuer, bien trop hantée par la culpabilité. Je soufflais, tournant ma tête vers eux. Je n'avais jamais vu Diana dans un tel état, John non plus d'ailleurs, et encore moins les deux ensemble, aussi proche, dans une même étreinte. Le jeune homme embrassa le front de notre soeur, avant de chercher un soutien quelconque dans mon regard, attendant la suite du récit. "Et un camion leur est rentré dedans. Ils sont morts sur le coup, d'après les médecins." Ma voix était tremblante, mais sure d'elle à la fois, le ton neutre et calme. John tendit sa main en main direction, et sans aucune hésitation, je pris cette dernière, me laissant aller à me laisser prendre dans ses bras. Nous n'étions plus que tout les trois désormais, pour le meilleur, comme pour le pire.

Je soufflais, changeant de sens pour m'allonger sur le côté droit. Je n'arrivais décidément pas à me faire à l'air Londonien, Glasgow me manquant plus que jamais. Tout mes souvenirs, toutes les quinze premières années de ma vie, mes amis, absolument tout se trouvait là-bas. Je me devais cependant de faire avec, et de m'intégrer ici, à Londres, dans ma nouvelle ville. Ville que je n'avais pas choisi, mais John était à présent notre tuteur légal à Diana et à moi, et faisant ses études là-bas, nous avions été obligées de le suivre. Ça avait été certainement une des choses les plus dures à faire dans ma vie, quitter ma maison, et abandonner tout ce qui me rappelait mes parents. Je gardais cependant autour du cou, un collier en argent, en forme de coeur, où lorsqu'on l'ouvrait, apparaissaizent deux photos de mes parents. C'était un cadeau de mon père à ma mère, pour un jour de St-Valentin, et je chérissais ce bijoux plus que n'importe quoi. "Michelle ?!" S'écria ma soeur, effrayée. Nous partagions la même chambre, et son lit se trouvait juste en face du mien. Je n'avais même pas remarqué que je pleurais. Sanglotant dans mon lit, je n'arrivais plus à m'arrêter. Diana sortit de la chambre en trombe, allant toquer à la porte de John, qui devait certainement dormir. Une minute plus tard, ils arrivèrent, s'installant sur le lit à mes côtés. Je n'arrivais plus à bouger, paralysée. John me souleva et me prit dans ses bras. "Michelle, qu'est-ce qu'il y a ?" Son ton se voulait réconfortant. Ses doigts allèrent caresser ma joue, essuyant mes larmes à l'aide de son pouce. Diana me serra fort la main. Ils se jetèrent un regard, inquiets. J'ouvris la bouche, mais aucun son n'en sortit. Je me sentais encore plus mal qu'avant, comme si c'était possible. Nouvelle tentative de ma part, et cette fois j'arrivais clairement à formuler des mots. "I-ils sont morts." Je venais tout juste de réaliser qu'à quinze ans, j'étais privée de parents, que je ne les reverrais plus jamais. Un trou béant s'imposait dans mon coeur, la douleur me faisait plus mal que jamais. Je n'avais plus de parents.

Fatiguée, je baillais dès mon arrivée à l'appartement, refermant la porte d'entrée derrière moi. Je retirais mon manteau, le posant délicatement sur le porte-manteau qui se trouvait dans le couloir, tout de suite en arrivant. Je criais le nom de Diana, puis de John, et en ayant aucune réponse, je compris que j'étais seule. Enfin. Il était difficile pour moi de savoir me retrouver en tête à tête avec moi-même, entre l'école de mode et ma vie de famille. Avançant vers ma chambre, je remarquais la lumière allumée dans la salle de bain, ainsi que la serrure verrouillée. "Diana ?" Demandais-je alors en toquant à la porte. Je n'eus aucune réponse. Collant mon oreille à cette dernière, j'essayais d'entendre un son quelconque, en vain. Ce fut le silence complet. Mon coeur commença à s’accélérer, et je criais une nouvelle fois son prénom, et plusieurs fois après encore. Alors totalement paniquée, je reculais fonçant droit sur la porte trois fois de suite, avant qu'elle ne cède enfin sous mon poids. J'aperçus alors Diana, couchée sur le sol, inconsciente. Elle saignait du nez, et en regardant autour de moi, je vis une traînée de poudre blanche sur le bord de l'évier. Je compris alors qu'elle venait de se droguer, et qu'elle faisait certainement une overdose. Deux fois plus paniquée que je ne l'étais déjà, je m'accroupis, essayant de sentir son pouls. Il était faible, irrégulier, presque inexistant. Je pris mon portable dans ma poche, composant le numéro du samu. "Allô ? Je-je crois que ma soeur fait une overdose, elle saigne, son pouls est faible, venez vite, je vous en supplie !" Balbutiais-je, réussissant avec difficulté à leur communiquer l'adresse avant de raccrocher et de faire un massage cardiaque à Diana. Je n'avais aucune idée de ce que je faisais, et j’espérais sincèrement que tout ceci ne soit qu'un mauvais rêve.

Ma tête se faisait lourde, et dès que j'étais à deux doigts de m'endormir, une angoisse profonde me maintenait éveillée. Fatiguée comme jamais, je soufflais, croisant mes bras en fermant mes paupières. Je remuais une bonne dizaine de fois, ne trouvant décidément une position confortable sur cette chaise. J'entendis alors des toussotements, et mes yeux se rouvrirent instantanément. Je vis Diana faire de même, avec difficulté. Immédiatement, je me levais de ma chaise, faisant un bond jusqu'à son lit. "Diana." Lançais-je alors, un sourire illuminant mon visage. J'avais eu la peur de ma vie en la voyant couchée sur le sol, presque morte. Je ne me revoyais pas revivre tout ce que j'avais vécu à la mort de mes parents : le déni, la souffrance, le manque, les regrets. C'était trop douloureux, je ne pouvais pas revivre ça encore une fois. "Michelle." Elle sourit à son tour, avant de prendre ma main. Je la pris dans mes bras, déposant un baiser sur sa joue, avant de me détacher d'elle. Je lui serrais la main aussi fort que je le pouvais, laissant échapper une larme de soulagement. "Ne dis rien à John." Je fus surprise de ces paroles, et faisant de gros yeux, je ne répondis pas tout de suite. Ma grande soeur venait de faire une overdose qui avait failli lui coûter la vie, et je devais simplement oublier ça et ne rien dire à mon frère, qui remarquerait bien rapidement que quelque chose clochait, il n'avait pas fait Scotland Yard pour rien. "Je ne peux pas lui cacher ça Diana, c'est trop me demander." Répondis-je finalement, souriant tant bien que mal. Elle cacha sa déception, baissant la tête. Elle la releva finalement pour plonger son regard dans le mien, me serrant le poignet avec son autre main. "Je ne t'ai jamais rien demandé de toute ma vie, Michelle, alors tu peux bien faire ça pour moi." Dit-elle d'un ton insistant, presque menaçant. Elle était bien trop décidée et têtue pour que je ne puisse faire quoi que ce soit. J'haussais alors les épaules, acquiesçant de la tête. "Très bien, mais plus de conneries comme ça alors." Elle hocha la tête, et je fus soulagée un instant, mais très court seulement. Cela faisait des mois que j'essayais d'empêcher ma soeur de toucher aux drogues, et cela ne l'avait jamais empêché. Je ferais quand même tout pour elle, pour sauver sa vie, sinon je m'en voudrais pour toujours, si il lui arrivait encore quelque chose.


truth or (almost) dare
Parce que c'est fun, que ça vous donne un aperçu du genre de situations dans lesquelles votre personnage pourrait se retrouver un de ces jours sur TTR et que ça nous donne, nous lecteurs, un aperçu des quelques réactions que votre perso' pourrait avoir, voici un mini Truth or (almost) Dare. Enjoy !

→ Ton heure de gloire est enfin arrivée, un producteur de cinéma vient de te remarquer dans la rue et te propose de devenir la star de son nouveau film. Que lui dis-tu ? Faisant de gros yeux, j'ouvre la bouche, sans qu'aucun sort ne puisse en sortir. Prise au dépourvu, j'essaie de me calmer avant de lui répondre. "Je-je, moi ? Vraiment ? Je ne pense pas être qualifiée pour être ... uhm, actrice, vous savez, et puis j'ai un travail que j'adore, et ... c'est quoi le script ?" Réussis-je finalement à balbutier, le graciant d'un sourire sincère, ne sachant pas si je devais attendre une réponse de ce soit disant producteur, ou prendre mes jambes à mon cou et m'enfuir le plus loin possible de cette mascarade.

→ Une pauvre fille en pleurs chante All by myself avec son cornet de glace à la vanille en plein de milieu de la rue retournant tous les regards sur son passage, y compris le tien. Ta réaction ? La pauvre. Il faut vraiment être au bord du gouffre et totalement désespérée pour finir ainsi, à se ridiculiser en pleine rue. Elle pleure, elle chante, elle mange. C'est un mélange pathétique, et mon coeur se sert lorsque mon regard se pose sur elle. Cependant, je ne fais rien, décidant qu'il était certainement mieux pour moi de l'ignorer, et de passer mon chemin, exactement comme chaque autre personne présente dans la rue.

→ Ton(ta) cousin(e) t'avoue sous l'emprise de l'alcool son attirance pour toi, et tente de t'embrasser. Premières impressions à chaud ? Réactions à froid ? La gifle part toute seule, sans qu'elle ait été prédestinée. Je regarde ma cousine, qui porte sa main à sa joue, choquée et surprise de ma réaction. Bouche ouverte, j'essaie de balbutier quelques excuses à peine audibles, avant de me lever pour chercher quelque chose de frais qui pourrait la soulager. Je reviens muni d'une bouteille de bière fraîche -qui n'était très certainement pas recommandé dans une situation pareille-, avant de la déposer délicatement sur sa joue. "Dans cinq minutes, on ne verra même plus la trace, et on pourra oublier que tu as usé de ta langue à des fins inhabituelles, d'accord ?" Je souris malgré tout, amusée par la situation, espérant tout de même que cela ne se reproduise plus.

→ Ton idée du parfait samedi soir : une soirée arrosée au Carling à Oxford, une nuit de folie au Fez Club de Cambridge, une sortie au théâtre de Londres ou une soirée geek avec plat commandé et partie de jeux vidéos avec tes meilleurs potes ? Que d'activités sympathiques qu'un pays comme l'Angleterre peut proposer pour un samedi soir. Téléphone en main, j'hésite avant de composer un numéro, réfléchissant à la personne parfait pour un parfait samedi soir. Je souris malicieusement, avant d'appeler mon ami. "Prépare ta nourriture pour la soirée, World of Warcraft nous attend !" Je raccroche, cours vers mon ordinateur après avoir pris tout l'équipement nécessaire pour la soirée, soit des boissons, des chips et autres cochonneries grasses ou sucrées, un coussin et une couverture. La sortie en boite de nuit, ce sera pour une prochaine fois.

→ T'es au confessionnal, tu peux avouer ta pire faute, ou encore un secret particulièrement pesant que tu n'aimerais pas voir révélé. Que dis-tu au père Patrick pour te soulager la conscience ? Je m'assois confortablement, enfin, au moins le plus possible dans un endroit pareil, bougeant plusieurs fois pour trouver une position agréable avant de tourner ma tête vers la grille qui me sépare de mon auditeur. Il attend. "C'était il y a cinq ans maintenant, j'étais encore une gamine irresponsable à l'époque, vous savez. Je suis sortie quelques semaines avec Joris Miller. Il avait vingt ans de plus que moi, mais il n'avait rien perdu de ses attributs vous savez." Gloussant comme une adolescente, je remarque la profonde gêne que pouvait ressentir à cet instant le père Patrick, derrière la petite fenêtre. "Enfin bref. Un jour je l'ai surpris avec Barbra Ullman, la garce ... pardonnez mon vocabulaire, fille facile et idiote finie, en train de l'embrasser." C'était décidément pas un endroit pour moi, mais je me décidais tout de même à finir mon histoire. "Énervée, je suis allée chez lui et j'ai vandalisé son appartement. Pire encore j'ai volé des objets de grandes valeurs, et je les ai revendu. Mais Dieu a du me pardonner vous savez, parce qu'avec j'ai acheté une robe Jason Wu qui me fait un derrière d'enfer ! Enfin d'enfer, vous voyez ce que je veux dire, hein." Me raclant la gorge, j'agrippe mon sac avant de me pencher à la fenêtre. "Je devais en parler à quelqu'un, que Dieu vous bénisse ! Bonne journée !"

→ Le père Patrick était en fait un vrai sociopathe fan de Pretty Little Liars, et t'envoie un sms anonyme où il vous demande de choisir entre un secret révélé qui pourrait anéantir ta réputation ou briser ta famille, et de voler la bague de fiançailles Cartier d'un de vos amis. Après mûre réflexion, qu'est-ce que tu choisis ? Plus que paniquée, je prends quelques longues secondes pour calmer mon esprit et me ramener sur le droit chemin, en me demandant bien dans quel plan j'ai réussi à me mettre, une fois de plus. "Faites ce que vous avez à faire, mais jamais je ne ferais du mal à mes amis." Ma voix semble sure d'elle, alors que je suis en réalité totalement dans le doute et la peur. Je raccroche sans attendre la réponse de mon auditeur.

→ C'est le mec (la fille) de tes rêves, tu en es persuadé(e) et pourtant, celui(celle)-ci est en couple avec quelqu'un d'autre. Tu te la joues résigné(e), stratégique, ou éploré(e) ? On veut les détails ! Si il y a bien une chose à savoir sur moi, c'est que je suis prête à beaucoup de choses, surtout quand il s'agit d'amour. J'y crois, au grand, au vrai, et si je pense avoir trouvé la personne qui me correspond et qu'il me faut dans ma vie pour être pleinement satisfaite, et bien je l'avoue, je serais à me la jouer stratégique.

→ Dans dix ans, je me vois bien ouvrir un resto spécialité moules frites avec Camille Jules Martin, marié, six gosses et à l'origine d'une toute nouvelle sauce roquefort-épinards et toi, des projets pour l'avenir ? Je fixe la personne qui se trouve en face de moi et qui attendait une réponse. Souriant, je réfléchis. Je n'ai absolument aucune idée de comment je serais d'en dix ans, et surtout d'où je veux être, encore moins ce que je veux faire. "Mes projets ? Manger dans ton resto."

→ Et enfin, honnêtement, entre truth ou dare, qu'est-ce que tu préfères ? (oui ça rime !) "Dare." Répondis-je simplement, un sourire malicieux sur les lèvres.

they don't really care about us
Enfin, pour conclure cette fiche de présentation, voilà une petite mise en situation concernant les facultés d'Oxford & Cambridge. Quelque soit l'endroit d'où provienne votre personnage, il vous faut répondre aux questions. Nous ne vous demandons pas de longs développements mais vos réponses nous permettrons d'évaluer votre compréhension du contexte et des détails ayant trait au forum.

→ En pleine soirée baby-sitting, l'adorable petite fille aux cheveux blonds que vous gardez s'installe sur vos genoux et vous demande, d'un air suppliant : « Moi plus tard, je veux être la Reine d'Angleterre. Papa m'a dit que pour pouvoir le faire, il fallait aller à l'université. Mais il a dit aussi qu'il fallait choisir entre Oxford et Cambridge, parce que ce sont elles les meilleures d'Angleterre. A ton avis, il vaut mieux apprendre à devenir Reine à Oxford, ou à Cambridge ? » Tout dépend de que genre de reine tu veux devenir, mon coeur. Au fil du temps, de tes expériences, de tes joies et tes déceptions, tu seras, au plus profond de ton coeur si tu dois aller à Oxford ou à Cambridge. Et surtout pas parce qu'un vilain garçon qui te plaira te demandera de le suivre, c'est bien compris jeune fille ? Tes études, c'est ton futur, c'est ta vie, et ton choix. Reine c'est un beau métier, et je sais que si tu changes d'avis un jour, tu serais toujours la reine de tes parents, et qu'un jour, un garçon -ou même une fille- te traitera comme tel, car cette personne t'aimera. Alors peu importe l'université que tu choisis, on t'aimera toujours.

→ Après avoir écouté votre argumentaire, elle s'interrompt une seconde et fronce étrangement le nez. « Mais, au fait, qu'est-ce que c'est, le Judging Cambridge Club ? » Je ne suis pas vraiment sure de te devoir t'expliquer ça, et encore moins que tes parents seraient d'accord. Uhm, disons que le JCC, qui se trouve à Cambridge, ce sont un groupe de personne, qui ont comme mission, tu vois comme les super héros, de veiller sur les étudiants, et sur leur vie, pour voir si il mérite d'être à Cambridge. Plutôt vilain comme héros, et si tu veux mon avis, je n'aime pas du tout cette idée, ça prive de liberté, et c'est bien la dernière chose qu'on puisse encore avoir à nous aujourd'hui.

→ « Aaaah, d'accord. Je comprends mieux. Et les TroubleMakers, alors ? C'est la même chose ?» Bien dis donc, tu es beaucoup plus au courant des choses que tu devrais l'être, qui te raconte tout ça ? Les TroubleMakers, c'est encore pire que le JCC, Oxford oblige, j'imagine. Si tu me reposes la question dans plusieurs années, je te répondrais, mais là, c'est l'heure d'aller te coucher, avant que tes parents ne râlent contre moi à leur retour, tu ne voudrais pas ça, hein mon coeur ?

→ « C'est bien compliqué tout ça. Mais alors, si je choisis Cambridge et que finalement je préfère Oxford, j'ai le droit de changer en cours de route ? » Tu ne te tromperas, j'en suis certaine. Si tu as en toi le sang d'une Reine, tu feras le bon choix, toujours, même si il te paraîtra insensé et peut-être même complètement hors de raison, que tu pourras le regretter et en pleurer. Tu seras, que tu as fait le bon choix, un jour, avec sûreté lorsqu'on te remettra ton diplôme et que tu deviendras Reine.

→ « Hm... Bon. Ca m'avance pas beaucoup. Mais en même temps, j'ai le temps. » Dis tout de suite que j'explique aussi bien qu'un manche de balai ! Uhm, t'as de la chance que je t'aime bien toi, et maintenant, au lit !


Dernière édition par Michelle A. Nicholson le Ven 1 Mar - 20:04, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: MAN - it's started with a whisper   Mer 27 Fév - 15:12

NYAAAAH
Bienvenue parmi nous, encore trèèès bon choix de pévario !
Ah oui, je suis Ivory hin, j'ai ressorti mon Stephen XD
Et puis je dois avouer que j'aiiime beaucoup ton avatar !
OKay Felicity Jones aide beaucoup à mettre en valeur les avatars !!

On agrandi la famille d'Ivory, j'aiiime !!!
La soeur, la cousine... il m'en faut pluuus *baf*
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: MAN - it's started with a whisper   Mer 27 Fév - 15:15

J'avais reconnu au "Nyah", t'as vu comme je te connais déjà
Je te remercie, j'espère être à la hauteur de vos espérances
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: MAN - it's started with a whisper   Mer 27 Fév - 15:19

encore merci d'avoir choisi ce péva ta signa bienvenuuue sur ttr ! bon courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: MAN - it's started with a whisper   Mer 27 Fév - 15:20

Je voulais pas m'inscrire sans prendre un pévario, et j'avoue que je recherche un coup de coeur depuis longtemps, et le voici Merci beaucoup à toi heart
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: MAN - it's started with a whisper   Mer 27 Fév - 15:31

BIENVENUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUE

SUPER CHOIX DE PEVARIOOO
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: MAN - it's started with a whisper   Mer 27 Fév - 15:37

Merci beaucoup
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: MAN - it's started with a whisper   Mer 27 Fév - 15:45

XD Tu vas vite reconnaître ma façon d'écrire on va dire... entre les nyah, les xD à tout bout de champ, tu verras facilement qui sont mes mois sur le forum! Et puis par rapport à d'AUTRES, je n'ai QUE quatre comptes sur le forum !!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: MAN - it's started with a whisper   Mer 27 Fév - 15:51

Ah mais c'est bien, tu sais te faire remarquer parmi tout le monde, si j'use trop de ce smiley que j'adore, je pourrais aussi me faire un nom ? Arrow
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: MAN - it's started with a whisper   Mer 27 Fév - 15:52

Arrow Arrow je suis conteeeeente que mon péva te plaise maintenant j'arrête de tout commenter et je vais rp

edit j'aime trop le aussiiiiiiiiiii
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: MAN - it's started with a whisper   Mer 27 Fév - 16:17

Bienvenue heart
(Felicity, cette bonnasse alors haha)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: MAN - it's started with a whisper   Mer 27 Fév - 16:25

Comment ne pas, Michelle est juste adorable, je vais m'éclater à la jouer, vraiment
Merci Arabella, Lucy est superbe heart
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: MAN - it's started with a whisper   Mer 27 Fév - 18:25

Bienvenue parmi nous & bonne chance pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: MAN - it's started with a whisper   Mer 27 Fév - 18:49

BIENVENUUUUUUUUUUUUUE

Tu as pris un excellent pévario, vraiment Marina et Mel vont bien s'occuper de toi Le personnage est génial et Felicity est absolument sublime!

Bonne chance pour cette fiche
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: MAN - it's started with a whisper   Mer 27 Fév - 18:57

bienvenue sur ttr
excellent choix de pévario
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: MAN - it's started with a whisper   Mer 27 Fév - 19:36

Merci à vous, vous êtes adorables
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: MAN - it's started with a whisper   Mer 27 Fév - 20:34

Bienvenuuuuuuuuue beautiful !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: MAN - it's started with a whisper   Mer 27 Fév - 20:45

Merci beaucoup
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: MAN - it's started with a whisper   Mer 27 Fév - 20:59

Felicity
Bienvenue et très bon choix de pévario. Hâte de voir ce petit personnage évoluer. Bon courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: MAN - it's started with a whisper   Mer 27 Fév - 21:04

Bienvenuuuuuuuuuuuuuuuuue

Je viens de voir Northanger Abbey avec Felicity elle est trop cute
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: MAN - it's started with a whisper   Mer 27 Fév - 22:50

Merci à vous deux
J'avoue ne jamais avoir vu Felicity jouer, mais je pense que ce ne sera plus vrai longtemps
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: MAN - it's started with a whisper   Jeu 28 Fév - 1:47

Bienvenue parmi nouuus
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: MAN - it's started with a whisper   Jeu 28 Fév - 12:21

Merci heart
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: MAN - it's started with a whisper   Ven 1 Mar - 20:22

Je valiiiiiiiiiide avec plaisir je t'envois un mp pour parler intégration
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: MAN - it's started with a whisper   

Revenir en haut Aller en bas
 
MAN - it's started with a whisper
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Whisper [Une pouliche chez les Cow-Boys]
» It started out with a kiss, how did it end up like this ? It was only a kiss... [Duc(hesse) :} ]
» Let's get the party started > ouvert à tous
» Every whisper of every waking hour, I'm choosing my confessions, trying to keep an eye on you, like a hurt, lost and blinded fool. ₪ 22 mars, 18h22
» Let's get the party started

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: