sisters' drama → calypso

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: sisters' drama → calypso   Dim 17 Fév - 18:59

La Saint-Valentin. Heureusement que je suis forte, et que j'arrive à relativiser, tous les ans, mon célibat. Sinon, je serai probablement enfermée chez moi à l'heure actuelle, triste et seule. Mais au lieu de ça, je suis dans cette superbe chambre de ce superbe hôtel de luxe, recommandé par Calypso – en tout cas, elle y est descendue, elle aussi, je suppose donc qu'il est bien – rayonnante, prête à attirer tous les regards. Ce soir, je repartirai merveilleusement accompagnée, je le sais bien. Peu importe qu'Andrea n'ait pas encore ouvert les yeux sur son inclination à mon égard, le secret ne pourra s'effriter que quand il ne sera plus mon élève de toute façon. Mais ce soir, je rencontrerai un homme gentil, qui me trouvera magnifique, comme bon nombre d'entre eux. Je me brosse les cheveux et observe ma robe, dont le décolleté plongeant met parfaitement en valeur ma féminité. Il faut que je pose des critères de sélection, je ne peux pas accepter n'importe qui. Je m'adresse un sourire encourageant et relève légèrement ma robe qui m'arrive largement au dessus du genou. Qui ne voudrait pas de moi dans cette tenue, en plus ? J'abandonne mes affaires et m'empare d'une pochette et d'une veste. Calypso est quelques chambres plus loin, et j'ai pris largement assez d'avance pour que nous puissions prendre le temps de discuter toutes les deux puis de nous rendre à la soirée ensemble, comme les deux sœurs que nous sommes, ensuite. Je parcours les quelques mètres qui me séparent de sa chambre et frappe trois coups secs, arborant un sourire radieux et épanoui. Elle ouvre la porte et semble réellement surprise de me voir :« Morgana? Mais... qu'est-ce que... » Mon sourire s'agrandit encore un peu et je penche la tête pour l'observer. Ma sœur est si belle et semble tellement épanouie, maintenant. Mais la chance va frapper à ma porte aussi, je peux le sentir, et ce jour là, tout le monde me regardera d'un œil envieux. « Mais entre, entre. » Je hoche la tête et m'exécute, entrant dans sa suite. « Tu m'as parlé de cette hôtel qui avait l'air si formidable, je n'ai pas résisté, et comme je suis un peu en avance, je me suis dit pourquoi pas passer prendre Calypso, tu vois ? » Je lui fais un clin d'oeil et erre un peu dans sa suite. « C'est plus grand que ma chambre... », je constate en haussant une épaule et en poussant un léger soupir. Elle se dirige vers le mini bar, et en sort deux boissons alcoolisées qu'elle m'a fait goûter il y a de ça des années. « Tu sais, c'est sûrement l'agencement qui fait ça. » Nous trinquons et je dissimule aisément une moue sceptique, je ne pense pas que l'agencement ait quoi que ce soit à voir là dedans. Je me demande soudainement si cette différence de taille jouera en ma défaveur quand je ramènerai mon compagnon plus tard dans la soirée, mais avant que je n'ai pu me raisonner pour trouver une réponse, elle reprendre : « Aloors, tu es venue avec quelqu'un et tu veux un double date? » Je fronce les sourcils et la regarde en penchant un peu la tête. « Quoi ? » Je ris un peu et réponds par la négative : « Non, non, je suis venue seule, j'ai plutôt dans l'idée de m'ouvrir à toutes les possibilités de rencontre ce soir, tu vois ? » J'avale une gorgée et m'assois sur le lit, croisant les jambes. « Mais je suis prête, on part quand tu veux, pas besoin d'hommes pour ça ». Elle s'installe sur le lit et dépose son bras sur le mien, comme si elle voulait me materner. « Morgana, tu sais que c'est la St Valentin et hum, je suis venue avec Greg. » Je ricane un peu, bien sûr que je sais que c'est la Saint-Valentin, qui ne sait pas ? C'est écrit partout, affiché à tous les coins de rue, je le sais, je ne suis pas idiote « Ca me fait vraiment plaisir de te voir et j'ai très envie de déjeuner avec toi demain, comme convenu, mais ce soir, c'était plus pour moi et Greg. On a pas eu tellement le temps d'avoir une soirée à nous, en tête à tête et c'est une parfaite occasion. Tu comprends? » Je tourne la tête vers elle, et grimace. « Mais demain midi... » Et si je rencontre un homme et qu'il veut m'emmener déjeuner ? 'est si impossible à envisager pour elle qui a tout ? « Je pensais que ça te ferait plaisir de me voir Caly, Gregory est avec toi tous les jours, c'est malheureux, imagine que demain midi je sois prise par une autre obligation ? » Je me lève et pose ma bouteille sur un meuble, croisant les bras en secouant la tête.

Elle reste sur le lit et lance, sans doute pour tenter de justifier ses actes égoïstes. « Greg et moi travaillons au même endroit, mais nous sommes tous les deux très pris, souvent en déplacement et on ne soit pas si souvent que ça. Cette soirée est pour nous, tu devais t'en douter voyons. Et ce déjeuner est prévu depuis un moment maintenant, il serait assez impoli d'annuler au dernier moment. » Je secoue vivement la tête pendant qu'elle se redresse pour venir me faire face. Je me demande bien ce qu'elle va encore trouver à redire qui la sauvera parfaitement de la culpabilité qu'elle devrait pourtant pleinement ressentir à l'idée de m'abandonner à mon propre sort. « S'il te plaît Morgana, ne fais pas de scène, pas ce soir. On parlera demain autant que tu voudras et tu peux m'accompagner jusqu'au casino, je rejoins Greg là bas. Mais s'il te plaît, pas de drame. » Je ricane un peu et roule les yeux, secouant la tête. « Oh, c'est incroyable comme le monde tourne toujours autour de toi Caly. Quand ça t'arrange, quand tu le veux, quand c'est mieux pour toi. Je ne te demandais pas grand chose pourtant, simplement un peu de complicité pendant une soirée. Depuis quand les hommes sont-ils devenus si importants pour toi ? » Je ne la pensais pas comme ça, elle qui ne doit pas composer avec tous ces regards emprunts de désir sur sa route. Même moi j'arrive à m'en défaire pour tenter de passer une soirée complète avec elle... « Ne fais pas l'enfant Morgana, tu sais très bien que tu comptes beaucoup pour moi. Et garde ces accusations pour toi, ce n'est pas moi qui viens frapper à la porte de ma soeur - en couple depuis un bon moment - LE JOUR DE LA ST VALENTIN. » J'ouvre la bouche, recevant ces accusations avec stupeur et surprise. « Tu es ridicule, avec ces constants besoins d'affection et cette manie de mettre en scène ta vie comme un soap opera. Grandis un peu et comprends que je dois trouver l'équilibre entre ma carrière, mon compagnon et ma famille. » Grandir ? Besoin constant d'affection ? Je ricane de nouveau et secoue la tête, franchement énervée par tant d'assurance. « Je n'essaye pas de combler un constant besoin d'affection, je suis celle qui attend l'homme de sa vie et qui privilégie sa sœur je te signale, réfléchis un peu ». Je soupire et secoue la tête. « Quelle idée de faire tout un plat de cette maudite fête, soudainement, le monde doit s'arrêter de tourner pour Madame et ses grandes obligations. Et c'est moi qui suis ridicule ? » Elle porte ses mains dans ses cheveux et s'énerve : « Je n'en fais pas tout un plat, c'est toi qui débarque de nulle part et vient réclamer que je m'occupe de toi pendant que tu te jettes à la tête du premier venu. Ne crois pas que je ne suis pas au courant de ton comportement et ne crois pas que je ne m'en inquiète pas. Je ne sais pas ce qui te prend Morgana, mais il faut que ça s'arrête, que tu te reprennes en main. » J'écarquille les yeux et entrouvre la bouche ; outrée qu'elle me tienne ce discours maintenant. Dites moi que je rêve ! « J'hallucine Calypso, je réclame une pauvre soirée entre sœurs alors tu me traites de folle au comportement déviant ? » Je n'arrive pas à croire qu'elle me fasse ça. « Tu veux gâcher ma soirée, c'est ça ? » Elle se met à crier et j'écarquille les yeux sous la surprise, outrée. « JE gâche TA soirée? Tu te rends compte de ce que tu dis? De ce que tu fais? Tu perds complètement la boule ma pauvre fille. » Je secoue la tête. « ARRETE de dire que je SUIS FOLLE je suis LOIN de l'être, tu ne penses pas ce que tu dis ! » Je me dirige vers la porte à pas rapide et lutte pour ouvrir la poignée qui fait de la résistance. « Ce n'est pas moi qui ai changé mon sens des priorités pour t'abandonner comme une lâche à ton sort ce soir, alors tu sais quoi, profite bien de ton compagnon puisqu'il te rend si heureuse, je suis contente pour toi, et apparemment ça te suffit amplement ». Elle court vers moi, m'attrape le bras sans doute pour m'empêcher de partir, pour me torturer encore un peu plus. « Tu sais très bien que ce n'est pas ce qui est en train de se passer. Mais vas-y, vas-y, je ne te retiens pas. » Elle m'indique le couloir derrière la porte qui s'est finalement ouverte et je secoue la tête, mes yeux s'embuent un peu. C'est si difficile d'être incomprise comme je le suis, mais un jour je lui montrerai, un jour j'aurais le soutien nécessaire à devenir une grande femme du monde comme elle, à parader et tout sera parfait. J'éclate d'un rire nerveux et me précipite dans le couloir, lachant d'un ton froid, excédé : « Bonne soirée Calypso ». Je tourne les talons et me sauve à pas rapides, regagnant ma propre chambre. Il faut absolument que je me refasse une beauté, elle ne gâchera pas tout, pas ce soir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: sisters' drama → calypso   Dim 17 Fév - 19:02

Je relève mes cheveux d'un geste hésitant, incertaine de la coiffure qui irait le mieux avec cette tenue. Je n'ai aucun doute sur la robe, elle est parfaite. Elégante, sobre mais tout en ayant un twist moderne et sexy. Elle entre en plus plutôt bien dans le thème, avec sa riche teinte bleu nuit et la petite voilette sur le décolleté. Je souris à mon reflet et décide finalement à attacher mes cheveux en une sorte de chignon faussement désordonné, laissant ma frange tomber sur le côté. Je suis sincèrement heureuse que Grégory et moi ayons pu nous libérer et quitter Londres pour célébrer la St Valentin. Surtout quand on sait où il était l'an dernier. Je comprends bien que l'union d'Andrea et Tristan lui pèse et je me suis bien garder de lui dire que j'ai expédié un cadeau d'anniversaire de mariage en notre nom à tout les deux. Mais l'heure n'est pas à ce genre de pensée, non, l'heure est à la réjouissance. Cet hôtel est parfait, calme, discret, chaleureux et bien sûr, très chic. Cette soirée de Mortelle St Valentin n'est guère conventionnelle mais l'idée me plaît et promet d'être moins banal que la centaine de niaiseries de saisons que j'ai pu voir. Car si Andrea et Tristan ont fait preuve d'un bon goût à toute épreuve, c'est rarement le cas de ceux qui choisissent de s'unir un quatorze février.

Je secoue un peu la tête, chassant le travail de mes pensées. Je suis là pour me détendre et demain, je pourrais même rendre visite à Morgana. J'essaie de ne pas m'inquiéter pour elle ce soir, respire profondément pour me concentrer sur la soirée en amoureux à venir quand on frappe à la porte. Je m'étonne que Greg soit déjà là, il était sensé me rejoindre directement au casino au cas où il serait retenu à Londres plus longtemps que prévu. J'ouvre néanmoins, m'attendant à une quelconque surprise romantique fort à propos. Mais quelle n'est pas ma surprise. « Morgana? Mais... qu'est-ce que... » Qu'a-t-elle encore manigancé? Je souris toutefois, sincèrement contente de la voir même si elle tombe assez mal. « Mais entre, entre. » Je fais quelques pas en arrière, pour la laisser rejoindre ma suite, priant intérieurement pour pouvoir me tirer de là sans égratignures. Ni de mon côté, ni du sien. « Tu m'as parlé de cet hôtel qui avait l'air si formidable, je n'ai pas résisté, et comme je suis un peu en avance, je me suis dit pourquoi pas passer prendre Calypso, tu vois ? » Je hoche la tête, craignant de voir où va cette discussion. Elle fait un petit tour du propriétaire et lâche dans un soupir « C'est plus grand que ma chambre... » Hoho. J'ouvre le mini bar et en sort deux West Coast Coolers, les premières boissons alcoolisées, fruitées et légères, que je lui ai fait essayer quand elle m'a rejoint en Angleterre. Je lui tends une des petites bouteilles et réplique « Tu sais, c'est sûrement l'agencement qui fait ça. » Je trinque avec un sourire et ajoute « Aloors, tu es venue avec quelqu'un et tu veux un double date? » Mon Dieu, faites que pour une fois ses terribles décisions en matière d'hommes soient utiles.

« Quoi ? » Elle s'esclaffe, un peu faussement et ajoute rapidement « Non, non, je suis venue seule, j'ai plutôt dans l'idée de m'ouvrir à toutes les possibilités de rencontre ce soir, tu vois ? » Elle s'installe sur le lit, avec une allure un peu aguicheuse que j'ai toujours eu du mal à associer à ma petite soeur. Je souris doucement, partagée entre la tristesse, l'agacement et la résignation. Mais sa dernière réplique me porte un coup de grâce « Mais je suis prête, on part quand tu veux, pas besoin d'hommes pour ça » Oh, baby... J'avale une longue gorgée et m'assoit près d'elle, une main sur son bras. « Morgana, tu sais que c'est la St Valentin et hum, je suis venue avec Greg. » Je laisse l'information s'ancrer avant d'ajouter « Ca me fait vraiment plaisir de te voir et j'ai très envie de déjeuner avec toi demain, comme convenu, mais ce soir, c'était plus pour moi et Greg. On a pas eu tellement le temps d'avoir une soirée à nous, en tête à tête et c'est une parfaite occasion. Tu comprends? » Je ne veux surtout pas la vexer, je sais à quel point elle est fragile, mais elle doit comprendre que je mène ma vie et qu'elle ne peut pas toujours en être le centre d'intérêt.

« Mais demain midi... » Je vois son air peiné, courroucé et je m'en veux de lui infliger ça. Mais c'est la meilleure chose à faire. Ce n'est pas une enfant et elle doit accepter que le monde ne tourne pas autour d'elle. « Je pensais que ça te ferait plaisir de me voir Caly, Gregory est avec toi tous les jours, c'est malheureux, imagine que demain midi je sois prise par une autre obligation ? » Je soupire un peu, ma chère soeur a le don de m'agacer quand elle fait ressortir ses penchants de tragédienne. Je garde néanmoins une voix posée et m'explique calmement « Greg et moi travaillons au même endroit, mais nous sommes tous les deux très pris, souvent en déplacement et on ne soit pas si souvent que ça. Cette soirée est pour nous, tu devais t'en douter voyons. Et ce déjeuner est prévu depuis un moment maintenant, il serait assez impoli d'annuler au dernier moment. » Je me redresse, me place face à elle et la force à me regarder dans les yeux. « S'il te plaît Morgana, ne fais pas de scène, pas ce soir. On parlera demain autant que tu voudras et tu peux m'accompagner jusqu'au casino, je rejoins Greg là bas. Mais s'il te plaît, pas de drame. » Je la sens s'énerver, elle va faire tout un cirque de cette histoire. Je le vois rien qu'à son visage, ce masque d'actrice permanent sur sa figure, qui fait que je sais jamais vraiment que penser d'elle. Son ricanement sournois me tire une grimace et sa tirade n'arrange rien « Oh, c'est incroyable comme le monde tourne toujours autour de toi Caly. Quand ça t'arrange, quand tu le veux, quand c'est mieux pour toi. Je ne te demandais pas grand chose pourtant, simplement un peu de complicité pendant une soirée. Depuis quand les hommes sont-ils devenus si importants pour toi ? » Je secoue la tête, dépitée. Décidément, quelle tête de mule. Elle commence franchement à m'agacer. Cette soirée aurait pu être parfaite, mais non, il a fallu qu'elle vienne jouer les drama queen.

« Ne fais pas l'enfant Morgana, tu sais très bien que tu comptes beaucoup pour moi. Et garde ces accusations pour toi, ce n'est pas moi qui viens frapper à la porte de ma soeur - en couple depuis un bon moment - LE JOUR DE LA ST VALENTIN. » Je martèle les mots un peu plus forts que je l'aurais voulu, mais son aveuglement buté me met en rage. « Tu es ridicule, avec ces constants besoins d'affection et cette manie de mettre en scène ta vie comme un soap opera. Grandis un peu et comprends que je dois trouver l'équilibre entre ma carrière, mon compagnon et ma famille. » Je retiens une réplique acerbe sur le fait qu'elle n'est pas en position d'imaginer, mais qu'elle peut faire un effort, sentant que j'en ai déjà trop dit. « Je n'essaye pas de combler un constant besoin d'affection, je suis celle qui attend l'homme de sa vie et qui privilégie sa sœur je te signale, réfléchis un peu » Je lève les mains dans un geste rageur et me contente d'agripper ma chevelure si soigneusement arrangée et de lâcher un profond soupir. « Quelle idée de faire tout un plat de cette maudite fête, soudainement, le monde doit s'arrêter de tourner pour Madame et ses grandes obligations. Et c'est moi qui suis ridicule ? » Mon irritation a atteint un point qui m'a fait abandonner toute délicatesse il y a déjà un moment mais la façon dont elle détourne complètement mes propos ne m'aide pas à me calmer. « Je n'en fais pas tout un plat, c'est toi qui débarque de nulle part et vient réclamer que je m'occupe de toi pendant que tu te jettes à la tête du premier venu. » Je ne voulais pas aborder le sujet comme ça, pas maintenant, mais tant pis. « Ne crois pas que je ne suis pas au courant de ton comportement et ne crois pas que je ne m'en inquiète pas. Je ne sais pas ce qui te prend Morgana, mais il faut que ça s'arrête, que tu te reprennes en main. »

« J'hallucine Calypso, je réclame une pauvre soirée entre sœurs alors tu me traites de folle au comportement déviant ? Tu veux gâcher ma soirée, c'est ça ? » Mon Dieu, donnez moi la patience. Même si c'est un peu tard. Ma voix vire dans les aigus et je crie franchement « JE gâche TA soirée? Tu te rends compte de ce que tu dis? De ce que tu fais? Tu perds complètement la boule ma pauvre fille. » Evidemment, elle disjoncte totalement « ARRETE de dire que je SUIS FOLLE je suis LOIN de l'être, tu ne penses pas ce que tu dis ! » Elle va pour s'en aller, tires la porte au lieu de la pousser et s'énerve un peu plus. « Ce n'est pas moi qui ai changé mon sens des priorités pour t'abandonner comme une lâche à ton sort ce soir, alors tu sais quoi, profite bien de ton compagnon puisqu'il te rend si heureuse, je suis contente pour toi, et apparemment ça te suffit amplement » Je cours vers elle et lui attrape le bras, la forçant à se retourner. Ma voix est plus calme, mais la colère est encore là. « Tu sais très bien que ce n'est pas ce qui est en train de se passer. Mais vas-y, vas-y, je ne te retiens pas. » Je pousse la porte et lui désigne le couloir d'un geste las, abattue par son tempérament explosif. Je ne sais plus quoi faire, je ne la comprends plus et la laisser partir est encore le choix le moins douloureux. Elle rit et réplique froidement « Bonne soirée Calypso » Je la regarde s'échapper à pas rapides et referme la porte, contre laquelle je m'appuie, inspirant doucement. Cette soirée avant si bien commencé.
Revenir en haut Aller en bas
 
sisters' drama → calypso
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Calypso.
» Calypso Acuos ; Maitre Jedi
» Cypher's sisters of battle
» Magic Work - Les bizarr'Sisters
» So many thing to tell you ★ Calypso & Mathis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: flood & hors-jeu :: this train terminates at morden :: ARCHIVES 2012-2013-
Sauter vers: